salimsellami

علمني ابي رحمه الله ان الطمع يفسد الطبع

  • (3) Bakhiiiiiiiiiiiiiiiir !!! La femme algérienne... - Fateh Boureboune
    https://web.facebook.com/permalink.php?story_fbid=2234736100180013&id=100009309344792&comment_i

    Bakhiiiiiiiiiiiiiiiir !!!

    La femme algérienne n’est ni ma mère, ni ma sœur, ni mon épouse.

    La Femme Algérienne est Cette Citoyenne, qui pour l’être et le rester - à l’instar du Citoyen- doit respecter les lois qu’elle a votées jusqu’à ce que ces dernières revendiquent renouvellement.

    Je vois la femme algérienne en tous lieux en toutes responsabilités, tête nue ou chevelure protégée par un foulard. La TV en est le meilleur échantillon.

    Je commence par cela car j’abhorre les charlatans, les prédicateurs, les prêcheurs arrosés à l’eau bénigne pas bénite de la louange-sacrement du moderne templier très vite lié des pieds et des mains et destiné au lendemain sacrificiel.

    Quand on s’est vu décerné le Goncourt du premier roman pour son deuxième, l’évidence ne réclame nul écho.

    Lorsque « le deuxième roman » primé édité ailleurs n’est pas semblable à l’édition Barzakh, l’évidence est évidée.

    Les initiés à l’analyse du discours saisiront très vite de quoi je traite ensuite.

    l’analyse du discours :

    Il s’agit d’une discipline ayant ses méthodes, ses grilles, ses modes opératoires, son arsenal définitionnel, ses concepts et ses notions initialisantes.

    J’ai préféré mon énumération épistémologiquement régressive.

    Une vidéo d’une interview de Kamel Daoud circule, qu’en dit mon analyse discursive neutre au maximum :

    « Kamel Daoud encourage la pornographie et la prostitution. »

    Je possède la preuve par neuf et la preuve par l’œuf de ce que j’avance.

    Le Papy Grincheux.

    NB : La femme algérienne n’a pas besoin que je la défende ; elle a la tête sur les épaules, l’intelligence vive, bon pied bon œil,les reins solides et le poing ferme. Elle connaît ses droits et ses devoirs. Elle sait qu’elle peut par « une grève des marmites » mettre tout le monde à ses pieds.