Martine Bulard

Rédactrice en chef adjointe au « Monde diplomatique »

  • Inde : pas de « ville intelligente » sans égout qui fonctionne ! - Asialyst
    https://asialyst.com/fr/2015/12/21/inde-pas-de-ville-intelligente-sans-egout-qui-fonctionne
    https://asialyst.com/fr/wp-content/uploads/2015/12/INDE-CHENNAI-INONDATIONS1.jpg

    Le désastre de Chennai, où des pluies diluviennes ont fait des centaines de morts et d’énormes dégâts, montre que l’urgence pour les grandes villes indiennes est davantage de mettre en place des services de base opérationnels plutôt que des solutions high-tech hyper sophistiquées.
    L’Inde a-t-elle vraiment besoin de lancer une centaine de programmes de « villes intelligentes » comme le veut le gouvernement de New Delhi ? Ne devrait-elle pas plutôt essayer de rendre les villes existantes « moins stupides » ? C’est le débat suscité dans le pays par le désastre intervenu à Chennai (ex-Madras), début décembre, quand des pluies torrentielles ont dévasté la ville, causant plusieurs centaines de morts. Une tragédie qui, pour de nombreux observateurs, montre qu’il vaudrait mieux donner la priorité en matière d’urbanisme à des problèmes aussi basiques que les réseaux d’égouts et les permis de construire plutôt qu’à des technologies de l’information d’avant-garde.

    #inde

    • Dans un texte de l’urbaniste Shahana Chattaraj publié mi-août dernier au titre révélateur : « Quel genre de ville intelligente voulons-nous ? », cette diplômée de Princeton et du MIT s’interroge : « Les entreprises mondiales font la queue en Inde pour vendre des villes intelligentes sur plans, et les médias listent leurs attributs : salles de commandes centralisées avec des données en temps réel, des capteurs numériques pour localiser les points de stationnement... Ces comptes rendus semblent oublier que les villes sont des agglomérations d’êtres humains ; leurs bâtiments et les infrastructures sont importants, mais accessoires. Et ainsi, d’importantes questions restent sans réponse. Qui va vivre et travailler dans ces nouvelles villes intelligentes ? Les migrants pauvres peuvent-ils trouver un logement avec un salon, ou vont-ils avoir des capteurs numériques pour suivre les empiétements ? »

      Source : http://m.lesechos.fr/redirect_article.php