• Blatter et les largesses d’Adidas - Libération (14/06/2001)
    http://www.liberation.fr/sports/2001/06/14/blatter-et-les-largesses-d-adidas_367967

    A Blatter, ces journaux reprochent des liens très étroits avec #Adidas et son ancien PDG Horst Dassler, mort en 1986. Une relation privilégiée confirmée aujourd’hui par un proche du défunt : « C’est Dassler qui a fait nommer Blatter secrétaire général de la Fifa en 1981, Horst avait toute confiance en lui, alors on a fait ce qu’il fallait pour l’imposer », affirme André Guelfi, le richissime entrepreneur et courtier mis en cause dans l’affaire Elf.

    A l’époque, ce Corse, ami de Charles Pasqua, venait de racheter le Coq sportif avant d’en céder officiellement 49 % à Dassler. Les deux hommes se plaisent et s’associent. Entre autres activités communes, Guelfi est chargé de racheter West Nally, une société monégasque bien placée dans le marketing sportif : aux mains du duo, elle devient ISL et connaît rapidement une croissance exceptionnelle. Les premiers contrats signés avec la Fifa et le Comité international olympique (#CIO) lui assurent ainsi l’exclusivité des droits commerciaux et télévisuels de deux manifestations sportives majeures, la Coupe du monde de football et les Jeux olympiques.

    Rapidement, ISL devient un des passages obligés du sport business : « Avec Horst, on faisait ce qu’on voulait dans le milieu du sport et rien ne se faisait sans nous, assure André Guelfi. Mais Horst ne s’entendait pas bien avec le secrétaire général de la #Fifa, Helmut Kaiser. Il m’a demandé d’agir pour l’écarter. J’ai réussi à convaincre Kaiser de partir et nous avons fait nommer Blatter. Pour moi, il n’y a pas le moindre doute : Blatter travaillait pour Dassler et les intérêts d’Adidas. » Contacté par Libération, Sepp Blatter rejette catégoriquement cette version des faits, par l’intermédiaire de son porte-parole, Markus Ziegler : « Monsieur Blatter a été nommé dans des conditions parfaitement normales au secrétariat général de la fédération, fin 1981. Helmut Kaiser et quelques cadres de la Fifa s’étaient révoltés contre l’autorité de Havelange, qui les a chassés. Blatter a été choisi quelques mois après. Voilà la véritable histoire. André Guelfi raconte n’importe quoi. » Lequel persiste et promet d’« apporter si nécessaire toutes les preuves de [ses] affirmations »_

    Dans le prochain numéro de La revue dessinée, une BD sur le #sport-business et Horst Dassler (le mentor de Blatter et tant d’autres) qui tombe à pic : « L’empire du jeu », par François Thomazeau & Nicoby.

    http://seenthis.net/messages/375162 via tbn