7h37

La sélection de Seenthis, maison-mère du Zinc. Une minute plus tard.

  • https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2016/03/02/affiche-lmdc-rvb-low.jpg?width=330&height=497&width_format=pixel&height_format=pixel
    La mécanique des corps, Matthieu Chatellier, 2016

    C’est là que je vois que mes questions ne permettent pas de dire tout ce que j’aurai à formuler à propos d’un avis compliqué...

    Un résumé du moment passé à voir ce film
    Vendredi 28 avril en soirée. Séance interrompue par un coup de fil important. J’aime pas trop ça. Et Christine m’a plusieurs fois posé des questions sur ce que je regardais, et j’aime bien répondre à Christine quand elle me pose des questions alors j’ai zappé sans doute quelques scènes.

    A quels films il m’a fait penser
    Metropolis de Fritz Lang, et puis en fait, à Frankenstein. Je m’explique : Frankenstein raconte un fantasme de l’humanité : Et si un être humain était capable de créer la vie à partir de rien ? Si un être humain pouvait être construit, indépendamment de la naissance ? Ce livre, et puis ce film, et puis plusieurs autres travaillent ce mythe. Rapidement, vient l’idée que l’invention de l’homme concernant la machine est un parallèle à ce deuil impossible de création.

    Quelles images dans ce film m’ont le plus étonnées
    D’abord le début du film m’a scotché. Le travail, de très près des artisans de la chair et du métal. S’en est presque sensuel. Le contact sensible entre la brutalité des outils d’appareillage et le corps en train d’être créé.
    L’avant dernière séquence du film se termine sur une image tout-à-fait belle (l’adolescent s’en va en courant dans la rue). J’ai prié (et ça ne m’arrive vraiment pas souvent) pour que le film se termine là. Mon malheur a été de voir que mon vœux n’était pas exaucé. Pourquoi, bordel, a-t-il besoin de nous en mettre encore une ? Pour nous dire que rien n’est facile ? Que ça prend du temps ? Qu’il faut être patient ? Et ça, on ne l’avait pas deviné ? Ça m’énerve.

    Quels propos m’ont le plus touchés
    Dans ce film il y a deux films.
    Le premier est un essai magnifique sur la chair et la machine, sur le corps travaillé et le corps travaillant. Pour moi il est clair que de la sensualité charnelle se dégage de beaucoup d’images. Le plâtre, le métal, la peau coupée et meurtrie, réparée, la mécanique et le corps. Finalement, le titre est très bien trouvé. Il est moins clair que le réal avait conscience de l’érotisation de ses plans.
    Je précise encore : Combien de personnes accepteraient de se faire filmer, en cadrant le bas ventre et l’entre-jambes, en slip ? Combien de films ont ce genre de plans si ce n’est des films dans lesquels ces plans sont à porté clairement sexuelle ? Je pense très peu. La seule raison qui fait que ce genre de plans est possible, c’est l’argument médical. Tant pis, c’est le sexe de cette femme qui est au milieu du cadre, le travail de sa prothèse se fait sur le bord mais quiconque tient mon propos (que c’est bel et bien le sexe de cette femme qui est filmé) se fait taxer de mal intentionné. Et d’ailleurs je reproche au réalisateur d’être tombé dans son propre piège. C’est-à-dire d’avoir clairement fait des images ambiguës sans jamais exploiter jusqu’au bout les problématiques soulevées par son esthétique. Je l’accuse de déni.
    Et le second est un film que je trouve un petit peu raté (ou au moins classique) sur un centre de rééducation. Les poncifs habituels du deuil, de la reconstruction de la personne blessée à vie, sont là et m’ennuient profondément. Les kinés sont des kinés, les soignants sont des soignants, les patients sont des patients. Rien de plus. Le documentaire sert à un peu plus que ça.
    Sauf bien sûr la séquence magnifique du jeune homme qui se la pète avec son nouveau pied.

    A qui j’aimerai montrer ce film
    A des amateurs ou amatrices de docs, bien sûr, mais aussi de films gore, de S-F et de genre, histoire de vérifier mes dires.

    Ce que je dois absolument dire au groupe
    Que ce film a donné quelques images au film que je prépare à côté. J’aimerai aussi qu’il n’hésite pas à m’en demander plus s’il ne comprend pas mon propos tapé un peu rapidement.

    http://www.cinemadureel.org/fr/programme-2016/competition-francaise/la-mecanique-des-corps
    #comptoir_du_doc #rennes #cinema #documentaire #ciritique_a_2_balles #la_mécanique_des_corps #matthieu_chatellier #2016

    http://seenthis.net/messages/485454 via Rémi Gendarme