• Non, la #Grèce n’a pas reçu l’aide à la Grèce... Par Romaric Godin | 04/05/2016
    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/non-la-grece-n-a-pas-recu-l-aide-a-la-grece-569296.html

    « Le quotidien allemand Handelsblatt publie une étude montrant que 95 % de l’aide à la Grèce sont allés à ses créanciers. Un fait connu dont il faut à présent tirer les conséquences ... »

    Grèce : le rapport très embarrassant qui met en cause le FMI
    http://information.tv5monde.com/info/grece-le-rapport-tres-embarrassant-qui-met-en-cause-le-fmi

    "Il y eut les « erreurs de calcul » du FMI sur les effets des politiques d’austérité budgétaire (lire notre article « Quand le FMI avoue s’être trompé sur les effets de l’austérité »), et désormais, il y a l’embarrassant rapport de l’Office Indépendant d’Evaluation du Fonds monétaire international (OIE)."

    "Un exemple : le bureau exécutif du FMI a approuvé une mesure « d’exception systémique » pour débloquer les 30 milliards de prêts à la Grèce mais sans aucune restructuration préventive de la dette"

    « soulignent que la direction du FMI assurée à l’époque par Dominique Strauss-Khan n’a pas suivi les règle habituelles »

    « La nouvelle directrice du FMI, Christine Lagarde, continue de défendre la politique d’austérité sans restructuration de la dette grècque, comme son prédécesseur. »

    " C’est par ce constat d’une trop grande proximité entre les décideurs de la zone euro et le FMI, que les raisons des « arrangements » de 2010 sur les aides (sans restructuration de la dette) prennent tout leur sens : Dominique Strauss-Khan, refuse alors cette restructuration et passe outre les protocoles habituels de décisions, tandis que les décideurs européens insistent pour que de nouveaux prêts soient effectués au fur et à mesure des plans de sauvetage. Le but ? Protéger les banques françaises et allemandes très fortement exposées à la dette grecque, selon le quotidien économique La Tribune."

    (Pour l’OFCE) « Il est donc clair que la forte hausse du ratio dette sur PIB depuis 2007 (et encore plus depuis 2010) n’est pas principalement le fait de l’irresponsabilité budgétaire du gouvernement grec, mais est d’abord le résultat d’une stratégie de consolidation erronée, fondée sur une logique d’austérité comptable et non pas sur un raisonnement macroéconomique cohérent. »

    CADTM - Grèce : la responsabilité du FMI mise au jour, mais tout continue comme avant
    http://www.cadtm.org/Grece-la-responsabilite-du-FMI

    « Selon une étude parue en 2015 aux Etats-Unis, les équipes avaient proposé cette possibilité au directeur général d’alors du FMI, Dominique Strauss-Kahn. Ce dernier l’aurait cependant rejeté et aurait refusé de le proposer aux Européens. Et ceci pose un autre problème majeur posé par l’étude de l’IEO : les amours coupables entre le FMI et la zone euro. Car les causes de ce refus de la restructuration de la dette en 2010 sont connues : c’est la protection des banques européennes, principalement françaises et allemandes, exposées à la dette grecque »

    L’occasion d’une piqûre de rappel :
    http://zinc.mondediplo.net/messages/2838
    http://zinc.mondediplo.net/messages/3029
    http://zinc.mondediplo.net/messages/3645
    http://zinc.mondediplo.net/messages/3866
    http://zinc.mondediplo.net/messages/4167
    http://zinc.mondediplo.net/messages/4183
    http://zinc.mondediplo.net/messages/4352
    http://zinc.mondediplo.net/messages/10797
    http://zinc.mondediplo.net/messages/4875
    http://zinc.mondediplo.net/tag/gr%C3%A8ce?follow=olivier_nahas

    • L’Allemagne a réalisé 1,34 milliards de bénéfices en prêtant à la Grèce - Sud Ouest.fr
      http://www.sudouest.fr/2017/07/14/l-allemagne-a-realise-1-34-milliards-de-benefices-en-pretant-a-la-grece-361

      CADTM - La BCE se comporte comme un fonds vautour à l’égard de la Grèce. par Eric Toussaint
      http://www.cadtm.org/La-BCE-se-comporte-comme-un-fonds

      « Il faut également ajouter les profits réalisés par les 14 pays de la zone euro qui ont octroyé un prêt bilatéral à la Grèce en 2010 à un taux d’intérêt abusif d’environ 5 %. »

      « Ces achats de titres allemands ou belges ne lui rapportent quasiment rien tandis que les titres grecs qu’elle détient pour un montant dix fois inférieur lui ont rapporté 7,8 milliards d’euros. Chacun sait donc à qui profite cette politique de la BCE. »

      « le problème principal était posé par les banques privées grecques, au bord de l’insolvabilité, dont la possible faillite constituait une sérieuse menace pour leurs prêteurs. »

      « Effectivement, elle effectue au bénéfice du gouvernement Samaras un remboursement de 3,3 milliards d’euros en 2013 et 2014 pour soutenir sa politique néolibérale. En revanche, pendant les six premiers mois du gouvernement de Tsipras, elle refuse d’effectuer une quelconque rétrocession. Depuis lors, la BCE et les banques nationales de la zone euro n’ont rien reversé à la Grèce.

      La mécanique est implacable : chaque fois qu’une partie des profits de la BCE sur les titres grecs a été transférée à Athènes, la somme est immédiatement repartie vers les créanciers pour rembourser la dette. »

      La #BCE refuse à la Cour des comptes l’accès au dossier grecque – EURACTIV.fr
      https://www.euractiv.fr/section/institutions/news/ecb-denies-eu-auditors-access-to-information-on-greek-bailouts

      « La Banque centrale européenne (BCE) a contesté la décision de la Cour des comptes de l’UE d’examiner le rôle de la banque dans le programme de sauvetage de la Grèce et refusé de donner accès à certaines informations en invoquant le secret bancaire »

      « la BCE a contesté le mandat de la Cour »

      Où sont passés les milliards dus à la Grèce ? | Euronews Par
      Christophe Garach
      http://fr.euronews.com/2017/10/24/ou-sont-passes-les-milliards-dus-a-la-grece

      "« Pour des raisons légales, il n’est pas possible pour les Etats membres de déclarer des montants spécifiques transférés par les banques centrales nationales à la Grèce », explique une source européenne."

      "si la Grèce parvient à récupérer l’intégralité des 7,8 milliards qui lui sont dus “cet argent servira sans doute à payer de nouvelles échéances pour sa dette”, estime Christopher Dembik."