• Al Qaeda Tries a New Tactic to Keep Power : Sharing It
    http://www.nytimes.com/2015/06/10/world/middleeast/qaeda-yemen-syria-houthis.html
    http://static01.nyt.com/images/2015/06/10/world/10QAEDA/10QAEDA-facebookJumbo.jpg

    Al Qaeda’s branches in Syria and Yemen have taken a different route, building ties with local groups and refraining from the strict application of Shariah, the legal code of Islam, when faced with local resistance, according to residents of areas where Al Qaeda holds sway.

    A lire dans le @mdiplo de février 2015, « Funeste rivalité entre Al-Qaida et l’Organisation de l’Etat islamique », par Julien Théron
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/02/THERON/52632

    L’#OEI et #Al-Qaida ont en commun la fraternité des combattants, l’appel à un djihadisme mondial où l’oumma, la communauté musulmane, transcende toute autre structure sociale — Etat, nation, ethnie, culture ou langue. Il existe pourtant des différences.

    Al-Qaida s’est bâtie à partir d’une fraternité tissée entre moudjahidins des montagnes de l’Hindu Kuch (Afghanistan), de l’Hadramaout (Yémen) ou de l’Adrar des Ifoghas (Mali). Perçus dans les réseaux islamistes comme des figures spirituelles autonomes, ces hommes sont suivis par un certain nombre d’adeptes dans des communautés restreintes, fermées et discrétionnaires, qui communiquent par messages sibyllins et symboliques.

    La fraternité promue par l’OEI n’est pas sélective, elle est ouverte à tous. Le mouvement doit s’étendre à l’ensemble des musulmans ainsi qu’aux non-musulmans, qui se convertiront ou mourront. Il se fonde sur une communication extensive s’adressant à l’audience la plus large possible, au travers de situations de combat travaillées, notamment sous forme de feuilletons, et amplement propagées dans les médias et les réseaux sociaux, alors qu’Al-Qaida diffusait au compte-gouttes des vidéos de mauvaise qualité de ses dirigeants dans des grottes.

    #ISIS