Renaud Lambert

Journaliste au Monde diplomatique

    • Venezuela’s currency has fallen so much so quickly that a dollar now buys 100 times as many bolivars in the black market as it does at the government-controlled rate.

      The bolivar fell to a record 630.21 per dollar Tuesday in the illegal street markets where Venezuelans go to skirt limits on foreign-exchange purchases, compared with the official rate of 6.3 per dollar, data compiled by dolartoday.com show. The local currency has plunged 88 percent in the unofficial market over the past year and 34 percent in just the past month.

      Inflation is the fastest in the world as President Nicolas Maduro’s administration prints more currency to pay budget expenses. Because of tumbling oil prices, the government gets fewer dollars from its exports and there’s a shortage of greenbacks, pushing Venezuelans to the black market when they can’t obtain government approval to access the legal rates. Venezuela has maintained strict currency controls since 2003.

      Extrait de l’article de Ladan Cher dans le Diplo :

      Les motivations pour spéculer sur le marché noir du dollar sont donc nombreuses. Encore faut-il pouvoir mettre la main sur le billet vert. Franz von Bergen, journaliste pour le quotidien d’opposition El Nacional, nous présente les diverses méthodes pour obtenir la précieuse devise : « Il y a d’un côté les mille et une façons par lesquelles des personnes issues des classes populaires ou moyennes retirent les devises auxquelles elles ont droit pour voyager et les revendent, discrètement. Mais il y a aussi des combines beaucoup plus structurées, impliquant des entreprises importatrices ou de hauts fonctionnaires ayant accès aux agences de change officiel. Eux déplacent des sommes immenses. »

      Les spéculateurs s’emploient à louvoyer dans le labyrinthe des contrôles mis en place par le gouvernement. Officiellement, la seule façon d’obtenir des dollars consiste à passer par le Centre national de commerce extérieur (Cencoex). L’agence vend des bolivars en appliquant divers taux selon leur usage : les entreprises produisant de la nourriture ou des médicaments ont par exemple accès au cours de 6,3 bolivars par dollar, le cours officiel le plus bas.