VincentSteven

N’explique rien. Montre-le. Dis-le. Disparais. [Elias Canetti]

  • Je lis avec intérêt ’Et le western italien fit sa révolution’…, avec intérêt vraiment , dans Le Diplo qui vient de paraître. Raccourci bien sûr, tant à dire sur ce cinéma italien qui nous ’a’, hélas, tant apporté. J’ajouterai ce petit bijou, pour moi, ’Paris, brûle-t-il ?’… non, zut, ’Touche pas à la femme blanche’ - Paris avait déjà brûlé depuis longtemps, avec et sans Giscard -, de Marco Ferreri, où les amers Indiens (n’est-ce-pas Serge Reggiani ?!) et les gringos tordus (n’est-ce pas Darry Cowl ?!), leurs tortures et outrances… et puis, les fétiches, Noiret, Mastroianni (général Custer), plus que jamais, Deneuve, pôv’ conne, Piccoli, inénarrable Buffalo Bill… , et Simsolo, dans le rôle du salaud CIAnkee… et Ugo Tognazzi, du salaud indien cynique… Rien que de la dérision… de la raison… et de la déraison raisonnée… dans ce trou incomblable des Halles… et d’ailleurs…, que l’on nomme généralement ’Histoire’…

    #diplo #cinema