7h37

La sélection de Seenthis, maison-mère du Zinc. Une minute plus tard.

  • Vincent Guillot, né #intersexe, raconte sa vie « détruite » - Le Point
    http://www.lepoint.fr/societe/vincent-guillot-ne-intersexe-raconte-sa-vie-detruite-25-03-2017-2114673_23.p
    http://www.lepoint.fr/images/2017/03/25/7849832lpw-7849975-article-hopital-jpg_4181940.jpg

    Né avec un appareil génital masculin et féminin, Vincent Guillot a connu dix opérations de « reconstruction » que ce héraut de la cause intersexe dénonce comme des « #mutilations ». Depuis, il milite activement pour leur interdiction. « Enfant, j’étais en bonne santé », rappelle-t-il. « Mon bourreau est mort tranquillement avec sa retraite de chirurgien. Moi, j’ai eu une vie de merde. » À 52 ans, Vincent Guillot porte le combat de milliers de personnes aux quatre coins du monde. Il parle de lui tantôt au masculin, tantôt au féminin. « J’ai été déclassé par injonction sociétale », souffle ce grand blond mince au cou entouré d’un châle bariolé, opéré à 7 ans alors qu’il n’était « pas malade » mais seulement différent.

    Environ 200 bébés naissent chaque année en France atteints d’une malformation génétique du développement sexuel. À partir des années 1960, ces enfants intersexes ont été massivement opérés, selon un rapport sénatorial paru début mars, qui demande « l’indemnisation du préjudice ». « On n’attente pas à un corps en bonne santé, sans urgence vitale. Sinon, on autorise aussi l’excision », tonne Vincent Guillot, à vif. Car son #intersexualité, qu’il revendique fièrement, a ruiné sa vie. Né dans un milieu bourgeois, « on a indiqué à ma mère que j’étais un monstre, narre-t-il. Jusqu’à son lit de mort, elle m’a dit : J’aurais préféré que tu meures. »

    https://seenthis.net/messages/599042 via Agnès Maillard