• TLAXCALA : Argentine : droite autoritaire
    http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=21409

    Santiago Maldonado n’était pas un Mapuche, mais il était un des quelques membres du groupe qui bloquait la Route 40 le 1er août. Il était là parce qu’il s’était lié d’amitié avec les membres de la communauté Lof Cashumen et parce qu’il partageait leur revendication du droit de vivre là où leurs ancêtres ont vécu et sont morts. La tension qui se manifeste dans le sud du fait de l’aliénation des terres et des ressources naturelles est peut-être, de toutes les innombrables tensions que Cambiemos* a apportées, celle qui nous renvoie le plus au passé, celle qui nous ramène le plus clairement à l’Amérique latine archétypique de ce qu’on appelait la conquête et était en fait une invasion. À cette Amérique latine de « déserts » pleins de gens invisibles, de sales tractations successives entre militaires, propriétaires fonciers, transnationales et gouvernements d’élites corrompues et croyant avec ferveur dans leur propre suprématie sur les peuples ancestraux, à celle du mépris ethnique et de la brutalité des bottes et des armes.