NRobin

Chargée d’Etudes Nantes / AMD

  • Un thème que développe avec brio
    Raphaël Liogier dans son livre La guerre des civilisations n’aura pas lieu, repris par le journaliste du Monde diplomatique Akram Belkaïd. NRobin

    https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog/180215/le-mythe-du-choc-des-civilisations-par-edward-w-said
    Le Club de Mediapart
    4 DÉC. 2017
    « Le mythe du Choc des Civilisations » - par Edward W. Saïd
    18 FÉVR. 2015 PAR SEGESTA3756
    Traduction, extrait et adaptation de la conférence prononcée par Edward W. Saïd à l’Université de Columbia en 1997. Responsable de la transcription en espagnol : Challenging. Producteur exécutif et directeur : Sut Jhally (University of Massachusetts-Amherst). Editeur : Sanjay Talreja. Production : Education.
    Vidéo de la conférence d’Edward W. Saïd " The Myth of ’The Clash of Civilisations’ "
    https://www.youtube.com/watch?v=qkK4pApcwMc

    Je parlerai en premier lieu d’un essai et d’un livre écrit par Samuel Huntington, intitulé Le Choc des Civilisations. Lorsqu’il fut publié pour la première fois en 1993, dans la revue Foreign Affairs, le titre apparaissait avec un signe d’interrogation et dans sa première phrase il annonçait que la politique mondiale entrait dans une nouvelle phase. Trois années plus tard, Huntington élargit l’essai - certains diront qu’il l’a « gonflé »- jusqu’à le convertir en un livre publié l’année dernière [1996] avec pour titre Le Choc des Civilisations et la refondation de l’ordre mondial, cette fois-ci sans signe d’interrogation. Mon hypothèse est que l’essai est meilleur que le livre, c’est-à-dire, que les ajouts ont dégradé le texte original. C’est pourquoi je centrerai mon attention sur l’essai, bien que faisant quelques commentaires sur le livre suivant notre avancée.

    Or, ce que Huntington voulait dire lorsqu’il affirma que la politique mondiale était en train d’entrer dans une nouvelle phase c’est que, en considérant que les récents conflits mondiaux ont été entre camps idéologiques, regroupant le premier, le second et le Tiers Monde dans des entités opposées, le nouveau style politique qu’il pressent impliquerait des conflits entre différentes civilisations, vraisemblablement opposées. Je cite l’auteur : « les grandes divisions entre l’humanité et la principale source de conflits seront culturelles. Le choc des civilisations dominera la politique mondiale ». Plus loin il explique que le conflit principal opposera la civilisation occidentale et les civilisations non-occidentales, mais il consacre presque tout son temps à deux d’entre elles, traitant les désaccords possibles ou réels, entre ce que lui appelle Occident, d’une part, et les civilisations islamique et confucéenne, d’autre part. En bref, il consacre beaucoup plus d’attention -une attention hostile- à l’Islam qu’à n’importe qu’elle autre civilisation, en incluant la civilisation occidentale. Je pense qu’une grande partie de l’intérêt prêté ultérieurement à l’essai de Huntington dérive du moment durant lequel il l’a écrit et non exclusivement de ce qu’il a écrit.

    Comme il le signale lui-même, plusieurs tentatives intellectuelles et politiques se sont essayées à la fin de la Guerre Froide à tracer une carte de la situation mondiale qui surgissait, parmi lesquelles s’insère la thèse de Fukuyama sur la fin de l’histoire, dont personne ne parle, de telle sorte que ceci est la véritable fin de Fukuyama (rires). Et la thèse défendue lors des derniers jours de l’administration Bush [il parle de Bush père], la théorie du « Nouvel Ordre Mondial ». Mais il y a eu des tentatives plus sérieuses d’analyse du prochain millénaire comme les travaux de Paul Kennedy ou d’Eric Hobsbawm, moins intéressants et plus fanatiques comme ceux de Conor Cruise O’Brien, Robert Kaplan, et un livre de Benjamin Barber intitulé « Jihad vs. McWorld » qui apparemment circula dans les campus universitaires. Tous ces livres ont examiné avec grand soin les causes des conflits futurs dans le millénaire à venir, lesquelles ont été pour tous, et je crois avec raison, un motif d’alerte.

    Le noyau de la thèse de Huntington, laquelle n’est pas vraiment sienne, est un affrontement incessant, une idée de conflit qui jusqu’à un certain point se glisse sans effort dans l’espace vacant au travers de la guerre permanente d’idées et de valeurs incarnée dans la Guerre Froide, que l’on ne regrette pas, de laquelle Huntington fut sans aucun doute un grand théoricien. Je ne pense pas, par conséquent, qu’il soit inexact de suggérer que ce que Hungtinton offre dans son travail -surtout parce qu’il est dirigé spécialement aux faiseurs d’opinion et aux responsables politiques- c’est en fait une version révisée de la thèse de la guerre froide, selon laquelle les conflits dans le monde actuel et futur ne seront plus économiques ou sociaux, mais principalement idéologiques.

    La suite sur ce lien :
    https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog/180215/le-mythe-du-choc-des-civilisations-par-edward-w-said