7h37

La sélection de Seenthis, maison-mère du Zinc. Une minute plus tard.

  • Le Pied dans la porte - Un court métrage de Julien Gilles dela Londe - Aprile Prod - YouTube

    Voilà qui va certainement beaucoup plaire à @davduf

    https://www.youtube.com/watch?v=6nWXBgcEXTg

    Ajoutée le 22 avr. 2017

    Dans les années 80, en France, des militants d’extrême Droite, utilisaient des méthodes de manipulations douteuses pour faire passer leurs idées nauséabondes et créer un climat de peur dans les cités. Ce film inspiré de faits réels raconte cette histoire.

    #fn #front_national #extrême-droite #manipulation

    https://seenthis.net/messages/598139 via Reka


  • Big Pharma’s Pollution Is Creating Deadly Superbugs While the World Looks the Other Way | Alternet
    http://www.alternet.org/environment/pollution-creating-deadly-superbugs
    http://www.alternet.org/sites/default/files/story_images/shutterstock_55977973.jpg

    Voyage au bout de l’enfer : quand la pharmacie devient une industrie polluante, le danger finit par devenir plus grand à terme que les avantage maintenant.

    Industrial pollution from Indian pharmaceutical companies making medicines for nearly all the world’s major drug companies is fuelling the creation of deadly superbugs, suggests new research. Global health authorities have no regulations in place to stop this happening.

    A major study published today in the prestigious scientific journal Infection found “excessively high” levels of antibiotic and antifungal drug residue in water sources in and around a major drug production hub in the Indian city of Hyderabad, as well as high levels of bacteria and fungi resistant to those drugs. Scientists told the Bureau the quantities found meant they believe the drug residues must have originated from pharmaceutical factories.

    The presence of drug residues in the natural environment allows the microbes living there to build up resistance to the ingredients in the medicines that are supposed to kill them, turning them into what we call superbugs. The resistant microbes travel easily and have multiplied in huge numbers all over the world, creating a grave public health emergency that is already thought to kill hundreds of thousands of people a year.

    A group of scientists based at the University of Leipzig worked with German journalists to take an in-depth look at pharmaceutical pollution in Hyderabad, where 50% of India’s drug exports are produced. A fifth of the world’s generic drugs are produced in India, with factories based in Hyderabad supplying Big Pharma and public health authorities like World Health Organisation with millions of tons of antibiotics and antifungals each year.

    The researchers tested 28 water samples in and around the Patancheru-Bollaram Industrial zone on the outskirts of the city, where more than than 30 drug manufacturing companies supplying nearly all the world’s major drug companies are based. Thousands of tons of pharmaceutical waste are produced by the factories each day, the paper says.

    #pharmacie #pollution #résistance_aux_antibiotiques #antibiotiques #génériques

    https://seenthis.net/messages/597936 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Bonjour !

    Fraîchement inscrit sur le site, je n’en connais pas encore les us et coutumes et n’en maîtrise donc pas les usages. J’ose croire cependant qu’une rapide #présentation ne sera pas malvenue :-)

    Encouragé par @monolecte à m’inscrire (depuis #Mastodon), je suis impressionné − et quelque peu intimidé − par la richesse du contenu que l’on trouve ici, et par l’efficacité de ce qui semble être une gigantesque entreprise de veille collective !

    Ayant un passé de chercheur en #sociologie de la #santé (thèse sur la #transplantation, post-doc sur le #cancer), je travaille aujourd’hui dans une de ces agences de soutien à la #recherche et me situe à l’interface entre les sphères académiques, associatives, de finance publique et, de manière moins marquée, industrielle. Je n’ai donc pas quitté le champ des #SHS et de la santé, qui constitue d’ailleurs mes domaines d’intérêt principaux.

    Par ailleurs intéressé par l’#informatique au sens large, #linux en particulier, et un tout petit peu #python que je bidouille.

    Ah, et oui : j’ai deux chats. La femelle paie les vacances du véto, et l’autre m’empêche de dormir.

    À plus tard !

    https://seenthis.net/messages/598076 via jln



  • LES PRÉDATEURS MÈNENT UNE GUERRE CONTRE LES PEUPLES

    Le Comptoir : Dans votre dernier livre, Les prédateurs au pouvoir, vous attaquez la « pensée unique », expression peu claire car elle est utilisée par tout le monde d’Acrimed au FN. Comment définiriez-vous cette « pensée unique » ?

    Monique Pinçon-Charlot : Aujourd’hui, selon la perception de l’oligarchie, les partis sont morts et il n’y a plus de gauche ni de droite. Quand on emploie l’expression « pensée unique », on vise bien le fait que la pensée néo-libérale est devenue une seconde nature. Elle est devenue le réel, quelque chose qu’on ne peut pas remettre en question. Le néolibéralisme peut être amélioré, amendé pour être encore plus violent, mais il ne peut pas être critiqué. On est bien dans un totalitarisme oligarchique et qui me fait toujours penser au roman 1984 d’Orwell, avec Big Brother à la tête d’un parti unique.

    Lors de l’entre-deux-tours des présidentielles 2017, n’a t-on pas assisté à la démonstration de l’existence de cette pensée unique, avec l’injonction à voter Macron pour faire barrage au FN ? Sommes-nous dans ce que Emmanuel Todd appelait un « flash totalitaire » après les attentats de Charlie Hebdo ?

    Je suis assez d’accord avec la formule. J’y adhère d’autant plus que le Front national est un parti qui, après sa création, a été renforcé et mis en scène par les socialistes : c’est le cas depuis 1983, au moment où la pensée unique a commencé à se constituer dans le sillage du renoncement du Parti socialiste, avec le tournant de la rigueur. À partir de ce moment-là, Mitterrand a fait des démarches personnelles auprès des grands médias pour que Jean-Marie Le Pen ait son rond de serviette sur les plateaux télévisés. Il y a ensuite eu l’introduction de la proportionnelle intégrale aux législatives de 1986, qui a permis l’entrée de 36 députés FN à l’Assemblée nationale. Ces manœuvres politiques n’ont cessé de se poursuivre, avec pour objectif une instrumentalisation du Front national pour permettre au néo-libéralisme de rebondir. En 2002 s’est constitué un front républicain pour le second tour des élections présidentielles, front qui s’est aujourd’hui transfiguré en la personne d’Emmanuel Macron. Macron est l’emblème de l’oligarchie : il n’y a plus ni droite ni gauche, ni privé ni public, ni rive droite, ni rive gauche. Dès sa qualification pour le second tour, il est parti fêter sa victoire à la Rotonde et a été très peu adroit. Gauche libérale et droite se sont unies, et l’extrême-droite leur est bien utile.

    L’oligarchie dont vous parlez n’est-elle pas menacée par le retour en force dans les urnes d’une gauche plus radicale réunie autour de Jean-Luc Mélenchon ?

    Ce qui s’est passé lors de ce premier tour est très important. J’ai été très contente de ce résultat auquel j’ai personnellement contribué, avec toutefois des bémols. Michel et moi nous avons fait de multiples rencontres qui nous poussent à penser que le rapport de force de la gauche radicale est actuellement énorme. Si Mélenchon avait joué le jeu de la dynamique du Front de gauche et accepté qu’on l’ouvre à d’autres forces, des associations ou des individus, au lieu de créer La France insoumise, faisant cavalier seul, nous aurions été présents au second tour. Je regrette beaucoup ce qui s’est passé et j’appréhende les législatives. Je dis ça en tant que citoyenne en colère et en tant que sociologue malheureuse. J’ai peur que la classe dominante ait un coup d’avance sur nous. Malgré ses contradictions, et alors qu’elle représente très peu de monde, elle la jouera collectif aux législatives, avec le traditionnel jeu pervers des fausses contradictions et des oppositions mises en scène. Le Front national sera son allié, car il risque maintenant de capter la critique sociale et de se l’approprier. En haut, on a donc le collectivisme et la solidarité de classe, très clairement. Quand Marine Le Pen, qui est présidente de groupe au Parlement européen, s’oppose à la création d’une commission d’enquête sur la fraude fiscale, elle démontre une solidarité de classe avec ses proches mouillés dans l’affaire des Panama Papers. Quand il s’agit de voter le secret des affaires, c’est l’ensemble des eurodéputés du FN qui mettent comme un seul homme un bulletin “pour” dans l’urne. Ce sont des indicateurs de cette solidarité oligarchique. Ce ne sont que deux exemples, mais il y en a beaucoup d’autres. Et en face ? On assiste à la guerre des petits chefs, et c’est catastrophique. Tous ensemble, nous aurions été au second tour.

    Vous dites que le rapport de force est favorable à la gauche radicale en France. Cela veut-il dire que les Français n’aiment pas les riches ?

    Ce n’est pas une question d’aimer ou pas. La psychologisation du social n’entre pas en ligne de compte ici. C’est plutôt qu’on est dans une guerre, avec des prédateurs, très peu nombreux, mais très puissants. C’est la raison pour laquelle Michel et moi avons écrit notre dernier petit livre. On nous donne chaque jour en pâture des phénomènes de corruption, mais c’est encore bien trop gentil de parler de corruption. On masque derrière ce mot quelque chose qui relève de la prédation, du vol, d’une guerre contre les peuples, quelque chose qui fait système. Et face à cela, le peuple doit se défendre.

    Vous dépeignez donc la grande bourgeoisie et les réseaux qui sont à son service comme des « prédateurs ». Cela veut-il dire que plus on est riche, plus on est misanthrope ? Les grands bourgeois se rêvent-ils encore comme la “race des meilleurs”, comme une aristocratie ?

    Il existe dans notre pays une tradition qui remonte à la construction sociale de la noblesse. Ce qui est intéressant, c’est ce mythe du sang bleu. Les nobles l’étaient par le roi et leur peau devait être suffisamment blanche pour que leurs veines bleues soient visibles. Quelque part, on retrouve ici cette idée que l’excellence sociale doit passer par la race, par quelque chose qui a à voir avec une excellence corporelle, selon des critères précis. Après la Révolution, cette noblesse s’est transformée en bourgeoisie et en noblesse d’État. À son tour, cette bourgeoisie a constitué des dynasties familiales afin que les richesses et les privilèges demeurent toujours au sein des mêmes groupes de génération en génération. L’ordre de classes est ainsi reproduit.

    Vous faites donc remonter la pensée d’extrême droite à l’Ancien Régime ?

    Tout à fait. Dans notre petit livre Sociologie de la bourgeoisie, nous avions d’ailleurs consacré une page au Front national, dans laquelle nous relevions que de nombreux descendants de la noblesse d’Ancien Régime occupaient des postes de responsabilité du Front National.

    Dans Les prédateurs au pouvoir, vous citez le pape François. Pensez-vous que le souverain pontife mérite le surnom de “pape décroissant” ?

    Je ne sais pas si c’est une bonne façon de le nommer mais, à son arrivée, j’ai été saisie par sa façon de parler qui m’a semblé très en phase avec notre travail. J’ai été très surprise car je suis totalement athée. J’ai lu ses encycliques, et je trouve que c’est une personnalité tout à fait intéressante. En outre, son poste lui donne une place tellement importante au regard de l’humanité que je salue son travail et son courage.

    Vous mettez en garde contre les théories du complot. Que répondriez-vous à une personne qui vous reprocherait de vouloir construire une théorie du complot basée sur l’idée que les riches veulent détruire leurs semblables ?

    Aujourd’hui, les oligarques que sont Macron, Fillon, Valls et les autres ont mis au point des mots-écrans qui empêchent de penser, comme “populisme”, “système” ou “théorie du complot”. On n’analyse plus la société en termes de rapports de classe, avec des actionnaires qui s’en mettent plein les poches et qui traitent les salariés et les chômeurs comme une variable d’ajustement. On va toujours vers le moins-disant social, on tape systématiquement sur les petits, qu’on considère comme des moins que rien qui ne méritent aucun égard. Si ça continue, bientôt, ça sera même zéro salaire ! Le peuple est clairement esclavagisé, déshumanisé à son insu. Bien entendu, on fait tout pour le lui cacher. Le Front national détient le discours ad hoc pour capter les voix des mécontents. Nous n’avons pas besoin de théorie du complot, puisque nos travaux sociologiques démontrent que nous sommes face à une classe puissante, mobilisée en tous lieux et à tout instant pour défendre ses intérêts. Cette classe sociale – au sens marxiste du terme – n’a même pas besoin de chef d’orchestre puisque chacun de ses membres défend les intérêts de sa classe.

    Vous voulez dire que cela tient à l’éducation de la grande bourgeoisie ?

    Exactement. Ce sont les rallyes pour les jeunes, les cercles pour les adultes, des instances informelles comme Bilderberg, des instances de coordination institutionnelle comme Davos… Nous sommes face à une classe sociale mobilisée qui ne complote pas mais qui défend ses intérêts. Il n’existe pas de trou noir ou de zone opaque. Tout ça est disponible sur Internet, dans les beaux quartiers. Il revient au peuple, aux intellectuels, aux journalistes et aux enseignants de faire le boulot ! En creusant, on se rend bien compte que tout cela est public, visible, mais tout le monde ne se lance pas dans cette “vigilance oligarchique”, comme on aime l’appeler. Au sein des classes populaires, on constate même une forme de timidité sociale extrême à s’en prendre aux puissants, une peur.

    En 2016, vous avez donné une interview à L’Humanité dans laquelle vous racontiez qu’au moment de la sortie de votre livre Le président des riches, qui correspondait avec l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, vous avez été éjectés des réseaux grands-bourgeois qui vous avaient ouvert leurs portes. Que s’est-il passé à ce moment là ?

    Quand nous sommes partis à la retraite en 2007, nous n’avions plus de devoir de réserve puisque nous n’étions plus au CNRS. Nous avons alors ouvert notre travail d’investigation sociologique aux champs politiques et économiques. Avant, nous travaillions plutôt sur les mœurs et le patrimoine, avec des travaux sur les modes de vie, la chasse à courre, la transmission. Ce furent des sujets très importants à traiter, car c’est en passant par ce type de questionnement moins critique et clivant que nous avons pu comprendre petit à petit le fonctionnement de cette classe. Nous avons donc publié Le président des riches à la retraite, et ça a eu un effet impressionnant. Sous Sarkozy, nous étions dans la transversalité totale de l’oligarchie. On a vu comment s’écrivaient les lois, comment les choix économiques s’inscrivaient unilatéralement en direction des intérêts des plus riches. À partir de ce moment là, les portes des beaux quartiers se sont fermées et on a même eu un contrôle fiscal. Aujourd’hui, on travaille autrement, avec l’aide de salariés sous anonymat ou de lanceurs d’alerte.

    Vous parlez des mœurs de la grande bourgeoisie. Ces derniers ne sont-ils pas en train d’être réhabilités par Emmanuel Macron, avec son projet de relancer les chasses présidentielles et de donner un rôle politique plus important à la première dame de France ?

    Après Sarkozy, c’est un cran de plus qui va être franchi, assurément. Macron s’est présenté à une élection présidentielle sans jamais avoir été élu, quasiment en vertu du droit divin. Il gouvernera grâce aux ordonnances, au cynisme et aidé par la technocratie et la bureaucratie européennes. L’Union européenne s’est en effet construite à coup de normes, de directives, en ostracisant autant que faire se peut les référendums. Un président qui se dit ni de droite, ni de gauche et qui brouille les cartes entre privé et public, dans ce cadre là, ne peut qu’effectuer la synthèse des intérêts de l’oligarchie. Le fait qu’il soit arrivé en tête du premier tour et se montre maladroit et indécent sans s’excuser témoigne de son absence totale de culpabilité. Dans la tête de Macron, tout est parfaitement normal : arrivé au-dessus de tout, il a même le culot de déclarer que la suppression de l’ISF est une mesure de gauche !

    « Le déficit est construit comme une arme pour asservir les peuples : il n’a pas pour vocation à être remboursé. »

    C’est un fait incontestable : les riches n’aiment pas l’impôt. Par contre, ils adorent jouer les philanthropes, s’illustrer par des dons, se bâtir une légende dorée, comme Bernard Arnault le fait avec ses musées. Selon vous, ont-ils pour projet de remplacer les services publics dans leur mission culturelle ?

    Ce n’est pas que les riches n’aiment pas l’impôt, ça va plus loin : ils le refusent. Ils refusent de contribuer aux solidarités nationales. En ne payant pas leurs impôts, ils provoquent un déficit de 80 milliards d’euros dans les caisses de Bercy. Si les riches payaient à la hauteur de leur fortune, il n’y aurait plus de déficit public. Il faut réaffirmer que le déficit n’est pas quelque chose de naturel qui aurait vocation à être remboursé par les peuples. Le déficit est construit comme une arme pour asservir les peuples : il n’a pas pour vocation à être remboursé.
    Les riches ne sont pas solidaires, mais ils ont besoin, de temps en temps, de légitimer leur violence de classe avec des œuvres dites caritatives ou philanthropiques, du mécénat. Ce que de nombreux représentants du peuple ignorent, c’est qu’il s’agit encore une fois d’une arme supplémentaire qui permet de piocher dans les caisses de l’État, puisque le mécénat est défiscalisé à 66 %. La fondation Louis Vuitton, par exemple, a été payée en partie par l’argent du peuple français. Son propriétaire Bernard Arnault a de surcroît bénéficié de complicités de la mairie de Paris qui lui a permis d’installer sa fondation dans le bois de Boulogne, qui est un domaine public.

    Les riches possèdent tout, on pourrait ainsi imaginer qu’ils sont heureux. Pour autant, ne peut-on pas les imaginer malheureux, à l’instar des personnages du roman Les visages pâles de Solange Bied-Charreton ? Les malheurs de la grande bourgeoisie, est-ce une piste d’étude que vous avez déjà arpentée ?

    Les riches n’échappent pas aux drames et aux catastrophes humaines. Ils sont sujets aux accidents, aux maladies, ou encore au suicide. Cependant, notre approche de sociologues nous oblige à dire que la plupart des membres de ce groupe social sont parfaitement heureux. C’est très vite expliqué par le fait qu’ils naissent dans les beaux quartiers, jouissent d’une éducation spécifique, demeurent entre eux, avec le miroir de leurs semblables, sans jamais être confrontés à l’autre dissemblable, sauf éventuellement dans la situation du personnel domestique, qui renforce le sentiment de supériorité. Chaque individu de cette classe sociale vit dans un sentiment d’immunité psychologique : la culpabilité, la mauvaise conscience n’existent pas. En tant que classe, ils se sentent impunis : on l’a encore très bien vu avec François Fillon qui a maintenu sa candidature aux présidentielles malgré ses casseroles.

    Leur vie est faite d’entre-soi, les riches rencontrent les conditions de la pratique pour épanouir leur habitus, leur condition de dominants. Ils ne connaissent pas la frustration, ni le travail de deuil. Disons que le système de dispositions qui leur est donné à la naissance les amène plutôt à s’épanouir, à pouvoir faire ce pour quoi ils ont été constitués. Sociologiquement parlant, ce sont des gens sans problèmes. D’ailleurs, jusqu’à notre livre Le président des riches, les retours sur notre travail de la part de la grande bourgeoisie étaient positifs. Ces personnes se rendaient compte que Pierre Bourdieu, qu’ils prenaient pour un affreux gauchiste, avait développé une théorie qui fonctionnait parfaitement sur leur classe. Ils ont apprécié nos premiers travaux en nous disant qu’ils correspondaient à la réalité. Ils ont reconnu que le système théorique de Pierre Bourdieu avait permis de théoriser leur sens pratique. Dans notre premier livre sorti en 1989, nous avions garanti l’anonymat à un certain nombre de personnes que nous avions côtoyé dans les beaux quartiers : nous avions remplacé leurs noms par des titres de noblesse de branches éteintes. Nous avons été appelé par un membre du Jockey Club qui nous a dit que notre livre était formidable mais nous a reproché de les avoir affublé, lui et ses amis, d’affreux patronymes. Ils validaient tout, jusqu’à la question de la ségrégation spatiale, mais ils voulaient voir apparaître dans le livre leurs patronymes familiaux, capital symbolique auquel ils tiennent !

    --
    https://comptoir.org/2017/05/12/monique-pincon-charlot-nous-sommes-face-a-une-classe-sociale-puissante-et-

    https://seenthis.net/messages/598105 via Lukas Stella


  • The People vs. Haaretz - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/05/11/opinion/the-people-vs-haaretz.html?_r=0

    Un violent article contre Haaretz, qui s’inscrit dans la campagne du gouvernement israélien de museler les médias, comme il le fait avec la première chaîne de télévision

    TEL AVIV — Haaretz is an Israeli newspaper. Admired by many foreigners and few Israelis, loathed by many, mostly Israelis. Read by few, denounced by many, it is a highly ideological, high-quality paper. It has a history of excellence. It has a history of independence. It has a history of counting Israel’s mistakes and misbehavior. It has a history of getting on Israel’s nerves.

    Still, it is just a newspaper. The story of the people vs. Haaretz — that is, of a great number of Israelis’ growing dislike for the paper — is worth telling only because it tells us something about Israel itself: that the country’s far left is evolving from a political position into a mental state and that the right-wing majority has not yet evolved into being a mature, self-confident public.

    Consider an incident from mid-April. Haaretz published an op-ed by one of its columnists. It made a less-than-convincing argument that religious Zionist Israelis are more dangerous to Israel than Hezbollah terrorists. And yet, the response was overwhelming. The prime minister, defense minister, education minister and justice minister all denounced the article and the newspaper. The president condemned the article, too. The leader of the centrist party Yesh Atid called the op-ed “anti-Semitic.” Leaders of the left-of-center Labor Party called it hateful. The country was almost unified in condemnation.

    Of course, not completely unified. On the far left, a few voices supported the article and the newspaper. Some argued that the article was substantively valid. Others argued that whether the article was substantive or not, the onslaught on Haaretz is a cynical ploy to shake another pillar of the left — maybe its most visible remaining pillar.

    If there is such ploy, it doesn’t seem to be working. Last week, on the eve of Israel’s Memorial Day, a day of somber reflection, Haaretz was at it again. One article by a leading columnist explained that he could no longer fly the Israeli flag. Another seemed to be calling for a civil war. These are not exceptions; they are the rule for a newspaper that in recent years has come to rely on provocation.

    #Israël #libertés #médias

    https://seenthis.net/messages/598038 via Nouvelles d’Orient


  • Macron met sur les rails une loi El Khomri taille XXL pour l’été | Sébastien Crépel, Pierric Marissal et Cécile Rousseau
    http://www.humanite.fr/macron-met-sur-les-rails-une-loi-el-khomri-taille-xxl-pour-lete-635844

    Le président de la République élu dimanche veut poursuivre la démolition des droits des salariés entamée sur le temps de travail au cours du quinquennat qui s’achève, en l’étendant à toute l’organisation du travail. Source : L’Humanité

    https://seenthis.net/messages/597922 via Rezo


  • Et voilà le #reportage d’@albertocampiphoto paru dans @lacite sur les « mineurs freelance » au Cambodge :
    Au Cambodge, avec les mineurs qui creusent à mains nues

    Ils se disent « mineurs freelance ». Ils gagnent de quoi survivre en fouillant et ravinant sans rêlache la terre rouge et ferreuse du Cambodge à la recherche de zircons bleus, pierres précieuses prisées pour leur valeur ornementale. Le photojournaliste Alberto Campi est allé à leur rencontre.

    https://static1.squarespace.com/static/55b0a2c5e4b07fa072ccba33/t/59098aff46c3c4e4cad9ffcb/1493797675913/?format=2500w#.jpg
    https://static1.squarespace.com/static/55b0a2c5e4b07fa072ccba33/t/59098e622e69cf1c85232a51/1493798518867/?format=2500w#.jpg
    https://static1.squarespace.com/static/55b0a2c5e4b07fa072ccba33/t/5909a251d1758e6599c3fd7d/1493803610349/?format=2500w#.jpg
    https://static1.squarespace.com/static/55b0a2c5e4b07fa072ccba33/59098fff893fc0051bae961a/590990126a496317a4d5963b/1493798940033/camb_15012017_10589.jpg?format=2500w#.jpg
    https://www.lacite.info/reportages/cambodge-mineurs-creusent-mains-nues

    Avec une vidéo sur vimeo :
    https://vimeo.com/215801352

    #cambodge #mines #zircones #photographie
    cc @reka @fil @agn
    @philippe_de_jonckheere

    https://seenthis.net/messages/597968 via CDB_77


  • Where have all the insects gone? | Science | AAAS
    http://www.sciencemag.org/news/2017/05/where-have-all-insects-gone
    http://www.sciencemag.org/sites/default/files/styles/article_main_large/public/insects_main.jpg?itok=C8kCuACp

    No one can prove that the pesticides are to blame for the decline, however. “There is no data on insecticide levels, especially in nature reserves,” Sorg says. The group has tried to find out what kinds of pesticides are used in fields near the reserves, but that has proved difficult, he says. “We simply don’t know what the drivers are” in the Krefeld data, Goulson says. “It’s not an experiment. It’s an observation of this massive decline. The data themselves are strong. Understanding it and knowing what to do about it is difficult.”

    #insectes

    https://seenthis.net/messages/597926 via Kassem



  • Paperwork - La gestion de documents rendue rapide et facile - OpenPaper
    https://openpaper.work/fr/#/slide_ocr

    Cliquez juste sur le bouton « Numériser »
    Votre ordinateur scanne et lit vos documents (ROC)
    Et vous permet de les retrouver rapidement

    Et un un mot... WAOUW !

    #Numérisation avec des fonctions de #calibrage #découpage, etc. mais #importation de #pdf « images » et puis aussi de l’#OCR avec marquage/#mots-clés et ça fonctionne bien ! (Moteur de recherche intégré)

    En python 3 => disponible dans toutes le crèmeries ? #Linux/#Win en tous cas et #GPLv3

    #reconnaissance_optique_de_caractères

    https://seenthis.net/messages/597801 via Suske


  • Je suis jaloux, j’aurai aimé écrire cet article :

    Elections : la participation inégale | Xavier Molénat 19/04/2017
    http://www.alternatives-economiques.fr/elections-participation-inegale/00078390

    Cette bonne nouvelle a cependant quelque chose de l’arbre qui cache la forêt. L’élection présidentielle, avec son taux d’abstention aux alentours de 20 %, est en effet une exception électorale : dans tous les autres types de scrutin, désormais au moins un électeur sur trois, et souvent un électeur sur deux, ne prend pas part au vote. Pour les élections législatives, dont les prochaines échéances auront lieu en juin prochain, le taux d’abstention est passé de 30 % en 1993 à 43 % en 2012. Et dans le contexte actuel, le second tour de l’élection présidentielle et sa configuration inédite peut également réserver une « mauvaise » surprise…

    [...]

    https://framapic.org/pNL3ndO2jhfp/67VWn0plUjx2.png

    Par ailleurs, le problème de la participation électorale est plus large que la seule abstention. Car, pour s’abstenir, il faut déjà être inscrit. Or, au 15 février 2017, seuls 88,6 % des électeurs potentiels étaient inscrits sur les listes électorales. Les années précédant celles où se déroulent des élections présidentielle et législatives sont généralement l’occasion d’un surcroît d’inscription, mais en 2016 cet effet s’est étiolé : 12,4 % des non-inscrits ont fait les démarches pour pouvoir participer aux élections de 2017, contre 15,6 % et 18,7 % pour les élections présidentielle et législatives de 2012 et 2007. Ce taux varie fortement selon la catégorie socio-professionnelle : seuls 11 ouvriers non-inscrits sur 100 se sont (ré)inscrits (17 en 2007), contre 28 pour les cadres et professions libérales (33 en 2007).

    [...]

    https://framapic.org/ao0ymkqUxgLg/hps44VFNuwaT.png

    Enfin, si l’on s’intéresse aux seuls inscrits, un phénomène a été longtemps ignoré : la mal-inscription, autrement dit le fait d’être inscrit sur les listes électorales à une autre adresse que celle de son domicile principal. Cette mal-inscription, qui peut avoir de nombreuses causes (oubli de signaler un changement d’adresse, vote sur le lieu où l’on possède une résidence secondaire, étudiants en mobilité restant inscrits à l’adresse de leurs parents...), est loin d’être négligeable. Une équipe de chercheurs a établi l’an dernier qu’en 2012, 6,5 millions de personnes étaient mal-inscrites sur les listes, soit 15,1 % du corps électoral. Là encore, les jeunes sont les plus concernés.

    [...]

    Non-inscription, mal-inscription et extranéité se combinent ainsi pour déformer le corps électoral par rapport à l’électorat potentiel, essentiellement au détriment des jeunes et des classes populaires, et donc en particulier de ceux qui se trouvent au croisement de ces catégories.

    https://framapic.org/ZTtQr4CKb2zE/UgJUJDGRdolO.png

    https://seenthis.net/messages/597754 via Apichat


  • Ineptes tablettes

    C’est Noël après l’heure. Les élèves de cinquième de quinze collèges de l’Isère vont recevoir des tablettes numériques. Un cadeau du Conseil départemental, très fier de lancer son « Plan numérique », visant à terme à mettre dans les mains de chaque collégien un nouveau joujou numérique. Au XXIème siècle, toute l’ambition des classes dirigeantes, en l’occurrence ici la majorité Les Républicains du département, à propos des jeunes et de l’éducation consiste à les abreuver de gadgets technologiques. Quitte à gaspiller des millions d’euros d’argent public pour le plus grand bonheur de la multinationale Apple, qui s’apprête à embrigader plein de futurs clients.
    Ces tablettes vont servir à « lutter contre les inégalités et améliorer les apprentissages », assurent les communicants en ayant l’air d’y croire. Le Postillon pense exactement l’inverse et dresse, avec l’aide d’une enseignante concernée, les principaux enseignements de cette ineptie.

    https://www.lepostillon.org/Ineptes-tablettes.html

    #FuckApple
    #Tablettesaucollège
    #Delathuneilyena

    https://seenthis.net/messages/597768 via Le Postillon


  • L’Oise prive de RSA « les ivrognes » indésirables dans les rues
    http://www.leparisien.fr/societe/oise-un-maire-prive-de-rsa-les-ivrognes-indesirables-dans-les-rues-12-05-

    [le maire de Pont-Sainte-Maxence, Arnaud Dumontier] a ainsi signalé un premier individu — dont l’identité n’a pas été communiquée — au département, chargé de verser le RSA. L’intéressé vient de voir son allocation suspendue, pendant trois mois, de 80 %. Légalement, ce n’est pas l’alcoolisation qui est en cause, mais « le non-respect des obligations en matière d’insertion », comme le fait de chercher du travail. « S’alcooliser n’est pas une clause de sanction, appuie-t-on au conseil départemental de l’Oise. L’obligation d’insertion en est une. Elle est d’ailleurs stipulée par le contrat que le bénéficiaire du RSA signe. »
     
    Le département reçoit chaque mois « de nombreux signalements et des #dénonciations anonymes », à la suite desquels il mène des enquêtes. « Les décisions sont prises de manière collégiale, lors de commissions disciplinaires, rappelle Edouard Courtial, président (LR) du conseil départemental de l’Oise. Nous veillons simplement à la bonne utilisation de l’argent du contribuable. Et à cas lourd, réponse lourde. »

    #RSA #idéologiedutravail #discipline_hors_les_murs #centre-ville #chasse_aux_pauvres

    https://seenthis.net/messages/597711 via colporteur



  • Macron et la réforme de l’Europe, de la poudre de berlinpinpin ?
    http://www.regards.fr/web/article/macron-et-la-reforme-de-l-europe-de-la-poudre-de-berlinpinpin

    Sous l’œil bienveillant mais sourcilleux de Bruxelles et Berlin, le nouveau président veut sauver l’Europe en ravivant sa flamme, mais en amendant à peine des politiques auxquelles il adhère pleinement – à commencer par les "réformes structurelles" .

    Son alignement idéologique sur Bruxelles et Berlin, à quelques nuances près, promet à la France un ajustement douloureux (sur les terrains du marché du travail, de l’assurance chômage et des retraites) dont les vertus postulées sont pourtant de plus en plus contestées (lire l’article de Romaric Godin). Comment croire que le volontarisme d’Emmanuel Macron, agent d’une continuité politique et économique presque complète pour l’Europe, puisse contribuer à sauver celle-ci ?

    Quatremer, pas par quatre chemins

    Les eurolâtres radicaux n’ont pas craint de voir dans l’élection d’Emmanuel Macron, pourtant essentiellement due aux circonstances et au front anti-FN, le signe que l’UE était sauvée et ne devait plus être remise en question. Ainsi de Jean Quatremer dans une chronique, pour qui « l’élection de Macron tranche la question européenne » et constitue « aussi un plébiscite en faveur d’une France européenne ». Rien de moins.

    Outre qu’il élude que son champion n’a réuni au premier tour que 18 % des suffrages des inscrits (dont la moitié sans adhésion à son projet), outre qu’il expédie ad patres l’expression de la profonde défiance suscitée par l’UE, aussi bien que les raisons qui fondent cette défiance, le journaliste de Libération recourt à des procédés habituels chez ses pairs : amalgamer toute critique de l’UE à celles du Front national, assimiler l’idée et l’idéal européens à la forme (forcément indépassable) que lui ont donnée les institutions actuelles.

    C’est gros, mais ça continue de passer.

    https://seenthis.net/messages/597594 via marielle


  • Etats-Unis : un tunnel s’effondre dans la « poubelle » du nucléaire - L’Express
    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/etats-unis-un-tunnel-s-effondre-dans-la-poubelle-du-nucleaire_1906691.html
    http://static.lexpress.fr/medias_11476/w_1520,c_fill,g_north/hanford-nucleaire-4_5876175.jpg

    L’effondrement a eu lieu sur le site de déchets nucléaires de Hanford dans l’Etat de Washington (nord-ouest), surnommé la « poubelle » nucléaire du continent américain. Mardi, un tunnel rempli de substances contaminées s’est affaissé et a entraîné l’évacuation ou le confinement de centaines d’employés sur ce site vaste comme quinze fois Paris.

    Selon la Criirad :
    « L’effondrement hier d’un tunnel qui contient des déchets radioactifs nous rappelle que la situation est particulièrement préoccupante sur le site nucléaire américain de Hanford, un des sites les plus contaminés des Etats-Unis. »
    http://www.criirad.org/installations-nucl/site_nucleaire_de_hanford/CP_CRIIRAD_170510%20_Hanford_nucl%C3%A9aire_USA.pdf

    https://seenthis.net/messages/597231 via vazy


  • Osons Causer de la négrophobie ordinaire de gauche
    https://latoiledalma.wordpress.com/2017/05/11/osons-causer-de-la-negrophobie-ordinaire-de-gauche

    Après l’annonce de leur vote Insoumis aux présidentielles, et après une petite interview sur France Culture, le cas de Ludo de la chaîne OSONS CAUSER me permet de problématiser une fois de plus la fameuse convergence des luttes. Source : La Toile d’Alma

    https://seenthis.net/messages/597540 via Rezo

    • Pour « tempérer » les propos de Ludo (j’ai cru comprendre que c’est ainsi qu’il se prénomme), il me semble nécessaire de préciser que villages et bourgades en secteur rural ne signifient pas obligatoirement villages et bourgades abandonnés, comme on l’entend quelque fois affirmer pour justifier la montée du FN. J’en veux pour preuve l’ascension continue du FN (arrivé en tête au 1er tour lors de ces présidentielles) dans la bourgade où je réside. Située dans un secteur rural (presque suburbain) à la limite de la région parisienne. La capitale n’est qu’à une centaine de kilomètres, joignable par une liaison ferroviaire régulière (un TER toutes les heures). Une petite ville de 10-15000 habitants (hôpital-maternité/sous-préfecture/Sécurité sociale/Maison du département/Pôle emploi/ Trésor public/ Centre des Impôts/Lycées, etc.) est à 15 kms. Certes, mieux vaut être véhiculé pour s’y rendre, les bus étant rares ! Mais « ma » bourgade n’est pas dépourvue d’infrastructures : 2 supermarchés (1 supérette à 3 kms) dont un comportant une station d’essence, 3 garages, 3 médecins généralistes, 1 pédicure-podologue, 1 psychologue, 1 dentiste, 2 pharmacies, 6 infirmiers -infirmières dont 4 en cabinet, 1 caserne de pompiers, 1 collège, 2 écoles (dont 1 privée), transports scolaires assurés par le Département, quelques magasins (alimentation, boucherie, boulangeries) dans le centre, 1 bibliothèque municipale, 1 étude notariale, 1 annexe de la Perception, 1 piscine accessible à la Communauté de communes, 2 auto-écoles, 1 petite zone industrielle offre quelques dizaines d’emplois moyennement qualifiés (une plus importante à 12-13 km). J’ajourerais (car cela compte pour cet électorat) 2 églises et des offices réguliers sur le secteur … Sur un plan professionnel, l’offre est certes limitée et beaucoup « montent » journellement sur Paris, tandis qu’un noyau non négligeable de la population se constitue de retraités. Mais en matière d’infrastructures et d’équipements, on peut trouver moins bien ! Et je vois mal comment s’en servir pour expliquer la montée des frontistes … Je ferais plutôt mienne l’opinion (lue récemment) selon laquelle, concernant l’option du vote FN, « c’est dans la tête » que ça se passe … Le matraquage d’idées toutes faites, les mensonges maintes fois répétés …, le bourrage de crâne, en somme, ça laisse inexorablement des traces !!


  • Un tunnel s’effondre dans la « poubelle » nucléaire des Etats-Unis - Le Point
    http://www.lepoint.fr/economie/un-tunnel-s-effondre-pres-d-un-site-nucleaire-americain-des-employes-evacues

    Des milliers d’employés ont été confinés mardi après l’effondrement d’un tunnel rempli de substances contaminées sur un site considéré comme la « poubelle » nucléaire des Etats-Unis, mais aucune fuite radioactive n’a été constatée.

    L’incident s’est produit sur le site de déchets nucléaires de Hanford, dans l’Etat de Washington (nord-ouest), situé à 275 km au sud-est de Seattle. La direction du site de 1.518 km2 a déclenché l’alerte mardi à 08H26 (15H26 GMT), demandant aux 5.000 employés présents de se confiner, de s’assurer que les ventilations étaient fermées et de « s’abstenir de manger et de boire ».

    « Il y a des inquiétudes à propos d’un affaissement dans le sol couvrant un tunnel ferré près d’une ancienne installation de produits chimiques », a indiqué le département américain de l’Energie dans un communiqué. « Les tunnels contiennent des substances contaminées ».

    Mais « il n’y a pas de signes de fuite pour le moment », a poursuivi le ministère.

    Selon les autorités, personne n’a été blessé.

    Et selon les syndicats ? :-)

    Le reste de l’article est juste effarant...

    Le site, vaste comme 15 fois Paris, est considéré comme la plus grande poubelle nucléaire du continent américain.

    En février 2013, des fuites y avaient été détectées sur au moins six cuves de stockage souterraines contenant des déchets nucléaires.

    Et en 2016, une énorme cuve contenant des déchets nucléaires avait également eu une fuite décrite comme « catastrophique » par un ex-employé. Le département de l’Energie avait alors minimisé l’incident, assurant que la fuite avait été « anticipée » et que les efforts se poursuivaient pour vider la cuve.

    Jusque dans les années 1960, Hanford relâchait directement ses déchets dans la nature : les pouvoirs publics ont reconnu que plus de 3,8 millions de litres de boues radioactives avaient fui, une partie entrant dans le sol.

    L’estimation, pour de rire, toujours de la Direction j’imagine :

    Le coût du nettoyage du site est estimé à plus de 100 millions de dollars d’ici à 2060.

    https://seenthis.net/messages/597064 via BigGrizzly


  • RFC 8153 : Digital Preservation Considerations for the RFC Series

    La #préservation_numérique, sur le long terme, des documents qui ne sont jamais passés par une forme papier, est un défi important de notre époque. Nous pouvons relire aujourd’hui toute la correspondance du ministère des affaires étrangères de Louix XV, pourrons-nous, dans un siècle ou deux, relire les documents numériques du vingtième siècle ? Pourrons-nous relire les #RFC ? C’est le but de ce document que d’explorer les pistes permettant de donner aux RFC une meilleure chance de conservation.

    http://www.bortzmeyer.org/8153.html

    #archivage

    https://seenthis.net/messages/597102 via Stéphane Bortzmeyer



  • Le gouvernement israélien débranche la radiotélévision publique
    Par Nissim Behar, à Tel-Aviv — 10 mai 2017 à 21:06
    http://www.liberation.fr/planete/2017/05/10/le-gouvernement-israelien-debranche-la-radiotelevision-publique_1568709

    Mardi soir, Nétanyahou a coupé le son de la chaîne de télé et de la radio d’Etat. Elles seront remplacées lundi prochain par des antennes qui ne diffuseront pas d’informations.
    (..)
    C’est donc de manière aussi inattendue que violente que se sont éteintes les voix de la Rechout Hachidour, la radiotélévision publique israélienne, dont Benyamin Nétanyahou et ses ministres voulaient la peau. « Pour la réformer »,selon leur entourage. « Parce qu’ils la trouvaient persifleuse, incisive et indocile », rétorquent les syndicats de journalistes. En lieu et place de l’institution défunte apparaîtra une nouvelle structure censée prendre l’antenne à partir de lundi. Mais ces radios et chaînes de télé ne diffuseront pas d’informations. Elles seront traitées par un nouvel organisme aux contours extrêmement flous. Tout ce que l’on sait, c’est que le gouvernement y aura des représentants. Au cœur de Tel-Aviv, à proximité de l’état-major de l’armée et du centre commercial Sarona, on pouvait croiser mercredi après-midi d’anciens techniciens et présentateurs de la Rechout Hachidour en état de choc. Certains tournaient en rond dans le jardin public, d’autres étaient attablés face à un café déjà froid.(...)

    https://seenthis.net/messages/597426 via Loutre




  • Quand Veolia privatise la plage de La Baule
    https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0212059341398-quand-veolia-privatise-la-plage-de-la-baule-2085518.php
    https://www.lesechos.fr/medias/2017/05/10/2085518_quand-veolia-privatise-la-plage-de-la-baule-web-tete-0212059805864.jpg

    C’est une première en France. Fin avril, #Veolia a lancé le processus de gestion d’une nouvelle et inédite #concession : les 5,4 kilomètres de la #plage de #La_Baule, la station balnéaire de Loire-Atlantique. Le contrat a été signé avec l’Etat, propriétaire du domaine maritime, mi-décembre 2016, après un appel d’offres auquel la société de services a été la seule à répondre, la #SAUR ayant finalement renoncé.

    ...

    Le principe étant de repartir de zéro, tous les établissements doivent raser leurs locaux et les reconstruire selon un standard en forme de parallélépipède bleu démontable chaque hiver pour les saisonniers. Un coût allant de 200.000 à 700.000 euros. Veolia va, lui, financer la rénovation des accès, des toilettes publiques et le nettoyage de la plage. Pour rentabiliser les 150.000 euros d’abord, puis 177.000 (contre 33.330 pour Pornichet...) versés à l’Etat chaque année, le groupe va collecter, selon l’association La plage, coeur de La Baule, un total de redevances de 452.000 euros la première année, grimpant à 805.000 euros la quatrième saison. Veolia indique, lui, une hausse maximale de 57 %.

    #privatisation

    https://seenthis.net/messages/597225 via odilon