7h37

La sélection de Seenthis, maison-mère du Zinc. Une minute plus tard.

  • How Unpaywall is transforming open science
    https://www.nature.com/articles/d41586-018-05968-3
    https://media.nature.com/lw1024/magazine-assets/d41586-018-05968-3/d41586-018-05968-3_16033548.jpg

    After being kicked out of a hotel conference room where they had participated in a three-day open-science workshop and hackathon, a group of computer scientists simply moved to an adjacent hallway. There, Heather Piwowar, Jason Priem and Cristhian Parra worked all night on software to help academics to illustrate how much of their work was freely available on the Internet. They realized how much time had passed only when they noticed hotel staff starting to prepare for breakfast.

    That all-nighter, back in 2011, laid the foundation for Unpaywall. This free service locates open-access articles and presents paywalled papers that have been legally archived and are freely available on other websites to users who might otherwise have hit a paywalled version. Since one part of the technology was released in 2016, it has become indispensable for many researchers. And firms that run established scientific search engines are starting to take advantage of Unpaywall.

    https://chrome.google.com/webstore/detail/unpaywall/iplffkdpngmdjhlpjmppncnlhomiipha
    https://addons.mozilla.org/en-US/firefox/addon/unpaywall
    http://blog.impactstory.org/unpaywall
    https://www.chronicle.com/article/How-a-Browser-Extension-Could/239714
    http://www2.biusante.parisdescartes.fr/wordpress/index.php/unpaywall-libre-access-biu-sante
    https://www.nature.com/news/science-publishers-try-new-tack-to-combat-unauthorized-paper-sharing-1.21959
    http://openaccess.inist.fr/?Libre-Acces-des-outils-pour-vous

    #open_access #open_science #recherche #communs #intelligence_collective #Unpaywall

    https://seenthis.net/messages/717319 via riff-raff


  • Burning Man: Paradise for Hipster Guests — And a Nightmare for Some Workers | Alternet
    https://www.alternet.org/burning-man-paradise-hipster-guests-and-nightmare-some-workers?src=newslet
    https://www.alternet.org/sites/default/files/story_images/burning_0.jpg

    A staggeringly high suicide rate among Burning Man’s seasonal workers is just one symptom of a toxic work environment

    Despite its transgressive spirit, the festival is expensive and increasingly off-limits to the underclass: Tickets run from $190 to $1,200 this year, while transportation to and fro and equipment add to the cost. Those who attend are expected to obey the organization’s “10 Principles of Burning Man,” which includes “radical self-reliance” — meaning attendees have to provide their own food, water and shelter for the week-long party.

    Over the years, the festival has attracted its share of celebrity fans, some of them unlikely: Grover Norquist, the anti-tax icon, attends regularly, as do many of Silicon Valley’s elite, including Elon Musk and much of the Google brass, along with Amazon chief Jeff Bezos. Burning Man’s remote desert location allows for unique experiences that one couldn’t replicate in other settings — in particular, the ritualistic burning of a giant human-shaped effigy at the end of the festival, from which it derives its name. It also means barbarous conditions for the seasonal workers who are tasked with constructing the grid upon which the festival operates.

    Preparing an inhospitable desert landscape for the equally brief and boggling surge in population that temporarily creates what is known as Black Rock City requires a coordinated effort of labor, workers and volunteers who toil in harsh conditions, often for low pay or no pay, for months on end: running electric lines, hauling equipment, cleaning up the mess at the end of it all, and dealing with the logistics of bringing thousands of vehicles and structures to the playa. (Although that word means “beach,” it is universally used to describe the festival zone.)

    Salon spoke to several former and current employees and volunteers for Burning Man, who painted a picture of a dangerous and stressful work environment and a toxic management culture that contributed to a number of suicides of seasonal employees, at a rate far greater than the national average. Those who spoke exclusively to Salon recalled tales of labor abuse, unequal wages, on-the-job-injuries including permanent blindness and a management that manipulated workers who were hurt or who tried to fight for improved conditions.

    Burning Man as a festival and a nonprofit prides itself on its “10 Principles” and promotes them rigorously — a set of values that include “radical inclusion,” gifting, decommodification and civic responsibility, which could factor into the blurred lines within the organization. Yet there is a steep differential between the salaries for the workers who make the festival run and the upper management: Romero told Salon he was offered $15 per hour to work this season. According to 2016 tax filings, salaried managers earn between $150,000 to $200,000, more than four and a half times Romero’s wage.

    “Burning Man is outside the mainstream,” Brunner added. “Like, people are lucky to be part of it, they’re lucky to work there. It’s part of the fun. It’s sort of like a community building this event for everybody. The reality is that a lot of money is made off of it and a lot of people seemed to be well-paid to run it. They do rely on this sort of communal aspect and the communal ethos that they have to get people to work for less money.”

    Arterburn explained to Salon that the unique conditions and experiences of working on the playa lead to unique personalities being attracted to the event — the kinds of people who, in Arterburn’s words, might not fit in elsewhere in society. “If one is in DPW, it’s my opinion that they’re in there for a reason,” she said. “Your average person who has a nine-to-five job and has watched their parents take two weeks off for holiday time a year probably wouldn’t be able to handle that environment for the amount of time that DPW was there.”

    Salon found that in the seven years between 2009 and 2015, there were seven DPW worker suicides in the department.

    That number is statistically significant enough to be alarming, according to Dr. Sally Spencer-Thomas, a psychologist and the lead of the Workplace Task Force for the National Action Alliance for Suicide Prevention. “To give you a benchmark, in a community of 1,000 people we would expect one suicide death in one decade,” she explained. Spencer-Thomas noted that the construction industry in the U.S. does have an elevated suicide rate.

    Because of the unique and tight-knit nature of the Burning Man worker community, getting fired can be particularly devastating, as many workers have never felt that level community or camaraderie in any other aspect of their lives. According to Romero, the experience creates potentially dangerous highs and lows.

    "There are high rates of depression because you do have the effects of institutionalization out there,” Romero said. “It is a remote location. It can be a long season. It’s mentally and physically stressful and you’ve got a lot of camaraderie and it’s a place where you feel important.”

    The kind of people who are attracted to work in such an extreme and isolated environment may already be struggling, as Brown and Close were.

    "The ethical part is that employers need to look in the mirror and ask, if you knew there was something you could do that could make a difference, why aren’t you doing it?” Spencer-Thomas of the National Action Alliance for Suicide Prevention told Salon.

    The late Larry Harvey, Burning Man’s co-founder, laid out his vision for Burning Man in the aforementioned document now known as the “The 10 Principles of Burning Man." In it, Harvey describes Burning Man as being guided by a vision of “radical inclusion,” "decommodification" and “civic responsibility." “We believe that transformative change, whether in the individual or in society, can occur only through the medium of deeply personal participation,” Harvey wrote.

    Burning Man is intended to be a utopian celebration, a break from the banal routine of a capitalist work culture, an event that is radically inclusive to all who desire to express an authentic part of themselves that is not accepted in what Burners call the “default world.” Ironically, and perhaps inevitably, the festival appears to have replicated the very problems it sought to transcend. Burning Man set out to burn “the man," but in many ways it has become the man.

    #Burning_man #Droit_travail #Travail

    https://seenthis.net/messages/717260 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Le grand bluff du travail « à la cool » | PME Magazine
    https://www.pme.ch/management/2018/08/09/grand-bluff-travail-cool
    https://www.pme.ch/sites/default/files/media/2018/07/23/file711vo1dv9mdjw1vw1f1.png

    Un problème fondamental des entreprises aujourd’hui, « c’est qu’elles cherchent à occulter l’absence de sens au travail avec un certain nombre de dérivatifs, explique Jean-Michel Bonvin. Ces palliatifs donnent l’illusion de sens, de liberté ou de bonheur au travail, mais ils s’inscrivent finalement dans la logique de rentabilité. L’enjeu est de masquer cette logique en donnant une apparence de convivialité au travail, qui ne touche cependant pas au cœur de l’activité. » Le sociologue de l’Université de Genève ajoute : « N’oublions pas que le contrat de travail reste un cadre de subordination. L’entreprise achète une force de travail. La tendance du management participatif ne change pas ce cadre. Cela reste de la subordination. L’entreprise demande à l’employé d’être autonome dans le cadre qu’elle a préalablement défini. Sa créativité doit se mettre au service des objectifs de l’employeur. »

    L’autonomie, c’est l’autre désillusion du monde de l’entreprise en 2018. Les employés sont désormais captifs d’un cadre qui les prend en charge dans une sphère de plus en plus privée. Au fil de sa carrière à la direction des ressources humaines de diverses multinationales suisses, Agnès Gabirout a vu, voire approuvé le changement. « L’entreprise n’est pas responsable du bonheur de l’employé ou du sens, mais elle doit créer un cadre pour que le bonheur au travail soit possible. C’est une responsabilité individuelle. Ce cadre a beaucoup évolué. Les employés sont pris en charge dans toute leur vie. Nous en sommes revenus au paternalisme des années 1950. Ces packages sous-entendent que vous êtes dédié corps et âme aux objectifs de l’employeur. »

    Le texte traite de nombreuses autres problématiques.

    https://seenthis.net/messages/716261 via BigGrizzly


  • « ... I remember the last papal visit to Ireland. It was 1979, and I was aged 13. I went to a Christian Brothers school. I sang at mass every Sunday [...] Eighteen months later, I was raped for the first time by a Roman Catholic priest. The abuse continued for two and half years, until I was 17 ... »

    We the survivors of abuse spoke the truth. Why won’t the pope? | Colm O’Gorman | Opinion | The Guardian

    https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/aug/24/survivors-abuse-pope-sins-vatican-cover-up
    https://i.guim.co.uk/img/media/88241d72db9195e9a6d790b56d184f51ec42abee/0_32_5167_3098/master/5167.jpg?w=620&q=55&auto=format&usm=12&fit=max&s=e10c7e66950fe691dcaa2400de4a54b4

    I remember the last papal visit to Ireland. It was 1979, and I was aged 13. I went to a Christian Brothers school. I sang at mass every Sunday, occasionally did readings, and the youth group I attended every week took place in a convent.

    I remember being envious because my older brother and sister got to see the pope, but I didn’t. I was in the minority in that regard: a staggering 75% of the population saw John Paul II during his three-day visit. One-third of the population attended the papal mass in Dublin’s Phoenix Park. That event remains the largest single mobilisation of people in Irish history.

    I remember the most iconic moment of the visit, during a youth mass in Galway. The pope’s voice booming out across a crowd of 300,000 young people as he proclaimed: “Young people of Ireland, I love you!” I remember the ecstatic cheering of that huge crowd in response. And I remember my own heart feeling like it might burst as I watched it all unfold on television. I believed him. He loved us. No one had ever said that before. It was huge.

    #église #pédophilie #droit #état_de_droit #viol #cruauté #barbares #impunité

    https://seenthis.net/messages/717026 via Reka


  • Tu aimes les formations de #crop_circles dans les champs, grâce au multivers tellurique à cordes associé à la physique quantique spatiale à vortex fractal ? Quelques vidéastes (Hygiène mentale, Défékator, La Tronche en Biais, AstronoGeek, Un Monde Riant) se sont pris au jeu. Bravo !

    La vidéo de Hygiène mentale :
    https://youtu.be/iB6gcSyl6Fs

    La vidéo de Astronogeek :
    https://youtu.be/XtO_KLxb2Mk

    La vidéo de Un Monde Riant :
    https://youtu.be/VrXnZsNcLuI

    La vidéo de Defakator :
    https://youtu.be/XYKs5HxhHRQ

    La vidéo de La Tronche en Biais :
    https://youtu.be/-CK4pLMn8-s

    #zététique

    https://seenthis.net/messages/717147 via marcimat


  • Cinq ans de prison pour la lanceuse d’alerte Reality Winner
    http://www.liberation.fr/planete/2018/08/24/cinq-ans-de-prison-pour-la-lanceuse-d-alerte-reality-winner_1674202

    La jeune femme de 26 ans, employée d’un sous-traitant de la NSA, était jugée pour avoir transmis à la presse un rapport classifié sur des tentatives de piratage visant l’infrastructure de vote, et attribuées à la Russie. Cinq ans de prison pour la lanceuse d’alerte Reality Winner Elle est la première lanceuse d’alerte de l’ère Trump jugée au titre de l’Espionage Act, cette loi désormais centenaire utilisée sous Obama pour poursuivre Chelsea Manning, la source des documents confidentiels de l’armée (...)

    #NSA #procès #hacking

    http://md1.libe.com/photo/1028377-photo-obtenue-le-6-juin-2017-sur-les-reseaux-sociaux-d-un-selfie-non-date-ni-localise-de-la-texane-r.jpg

    https://seenthis.net/messages/717068 via etraces


  • Un article de Julia Reda contre les robots-copyright déréférencé de Google par un robot-copyright
    https://www.nextinpact.com/news/106950-un-article-julia-reda-contre-robots-copyright-dereference-google-

    Qu’un article de l’eurodéputée Julia Reda soit déréférencé de Google à la demande d’une société de défense de l’industrie culturelle, c’est déjà fort. Lorsque ce même article traite des dangers des robots-copyrights prônés dans la réforme sur le droit d’auteur, cela en devient un superbe avant-goût. Publié en mai, l’article en question est consacré à deux dispositions phares de la réforme de la directive sur le droit d’auteur. Il revient en particulier sur l’article 13, qui industrialise le filtrage des contenus (...)

    #Google #GoogleSearch #Robocopyright #censure #solutionnisme #copyright

    https://cdn2.nextinpact.com/images/bd/wide-linked-media/5273.jpg

    https://seenthis.net/messages/716900 via etraces



  • Le scorbut, maladie mortelle du 18ème siècle, fait sa réapparition dans les pays développés
    https://www.maxisciences.com/maladie/une-maladie-mortelle-du-18eme-siecle-fait-son-retour-dans-les-pays-dev

    La cause première de ce retour de la maladie réside dans les conditions de vie précaire des personnes qu’elle touche. (…) « De nombreuses personnes en difficulté financière tendent à opter pour des nourritures riches en graisses, en calories, et coupe-faim. » Source : Maxisciences

    https://seenthis.net/messages/716922 via Rezo


  • Arabie saoudite : cinq militants des droits de l’homme risquent la peine de mort

    https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/08/23/riyad-requiert-la-peine-de-mort-pour-cinq-militants-des-droits-de-l-homme_53

    Le Monde, décidément ne fait aucun progrès : parmi les cinq personnes mentionnées il y a au moins une femme (Israa Al-Ghomgham) et peut-être plus, mais le Monde s’en fout. Ce serait pas trè compliqué de s’adapter (Cinq militant·es pour la défense des droits humains), mais bon, n’en demandons pas trop à des journalistes méprisants et limités.

    La peine de mort a été requise à l’encontre de cinq militants des droits de l’homme en Arabie saoudite, ont annoncé, mercredi 22 août, Human Rights Watch (HRW), Amnesty International et plusieurs groupes de défense des droits de l’homme.

    Parmi ces personnes figure Israa Al-Ghomgham, militante chiite de premier plan qui a rassemblé des informations sur les manifestations de masse qui ont eu lieu dans la province orientale du pays à partir de 2011.

    –---

    Saudi Prosecution Seeks Death Penalty for Female Activist | Human Rights Watch

    https://www.hrw.org/news/2018/08/21/saudi-prosecution-seeks-death-penalty-female-activist

    https://www.hrw.org/sites/default/files/styles/open_graph/public/multimedia_images_2018/201806mena_saudi_women.jpg?itok=X6bSQHEV

    International standards, including the Arab Charter on Human Rights, ratified by Saudi Arabia, require countries that retain the death penalty to use it only for the “most serious crimes,” and in exceptional circumstances. Human Rights Watch opposes capital punishment in all countries and under all circumstances. Capital punishment is unique in its cruelty and finality, and it is inevitably and universally plagued with arbitrariness, prejudice, and error.

    A recent crackdown on women’s rights activists in Saudi Arabia has led to the arrest of at least 13 women under the pretext of maintaining national security. While some have since been released, others remain detained without charge. They are: Loujain al-Hathloul, Aziza al-Yousef, Eman al-Nafjan, Nouf Abdelaziz, Mayaa al-Zahrani, Hatoon al-Fassi, Samar Badawi, Nassema al-Sadah, and Amal al-Harbi. Authorities have accused several of them of serious crimes and local media outlets carried out an unprecedented campaign against them, labeling them “traitors.

    –----

    Saudi Arabia arrests two more prominent women’s right activists

    https://www.telegraph.co.uk/news/2018/08/01/saudi-arabia-arrests-two-prominent-womens-right-activists

    Saudi Arabian authorities have arrested two high-profile women’s rights activists, Human Rights Watch said Wednesday, amid what the organisation called an “unprecedented” crackdown on dissent.

    Award-winning gender rights activist Samar Badawi was arrested along with fellow campaigner Nassima al-Sadah this week, “the latest victims of an unprecedented government crackdown on the women’s rights movement,” HRW said in a statement.

    #droits_humains #droit_des_femmes #arabie_saoudite #barbares et aussi #journalisme_misérable

    https://seenthis.net/messages/716787 via Reka


  • Ca y est, j’ai résumé tout ça dans ma chronique hebdomadaire :

    ELO#336 - Queen of Soul Forever
    Dror, Entre Les Oreilles, le 22 août 2018
    http://entrelesoreilles.blogspot.com/2018/08/elo336-queen-of-soul-forever.html

    https://2.bp.blogspot.com/-g-IgnIhp-Eg/W33EHuR1skI/AAAAAAAAQM0/sv9woWvNy-MkzG2wnccL7tfCPgtXRDNKQCLcBGAs/s320/aretha%2Bnyc%2B1968.jpg

    Par rapport à tout ce que j’ai déjà raconté ici, pas grand chose de neuf si ce n’est une meilleure mise en page, quelques mp3 et quelques liens en plus...

    #Aretha_Franklin #Musique #Soul

    https://seenthis.net/messages/716746 via Dror@sinehebdo


  • « Je me suis sentie humiliée » : en #Israël, les mères juives et arabes séparées à la maternité
    https://www.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20180813.OBS0824/je-me-suis-sentie-humiliee-en-israel-les-meres-juives-et-arabes-separees-
    https://media.nouvelobs.com/referentiel/1200x630/16599589.jpg

    La scène se passe à l’hôpital d’Hadassah, quelques kilomètres à l’ouest de Jérusalem. C’est Sarah (certains prénoms ont été changés), une jeune femme juive israélienne, (elle vit dans un kibboutz à quelques kilomètres de la Ville sainte) qui raconte.

    Lorsqu’elle donne naissance à son troisième enfant, elle est d’abord placée dans une chambre avec une autre femme juive.

    Mais quand cette dernière part, une autre femme, arabe cette fois-ci, devient sa voisine de chambre. « Une infirmière est alors venue me voir pour s’excuser. Sur le coup, je n’ai pas compris pourquoi. »

    Son incompréhension est de courte durée. Vite, tout devient limpide, quand l’infirmière se penche sur l’épaule de Sarah, s’excusant de l’avoir mise dans une chambre avec une Arabe. Elle lui explique que, l’établissement étant complet, elle n’a pas eu d’autre choix.

    « Quand j’ai compris, j’étais choquée et embarrassée. Toute la conversation avait eu lieu alors que ma camarade de chambre était dans le lit juste à côté.

    Comme je savais qu’elle parlait hébreu, j’ai expliqué à l’infirmière qu’il n’y avait aucune raison pour qu’une femme arabe me dérange, et que nous étions tous égaux. »

    « #villa_dans_la_jungle » #apartheid

    https://seenthis.net/messages/716010 via Kassem


  • “A female who died around 90,000 years ago was half #Neanderthal and half #Denisovan, according to #genome analysis of a bone discovered in a Siberian cave. This is the first time scientists have identified an ancient individual whose parents belonged to distinct human groups.”

    https://www.nature.com/articles/d41586-018-06004-0

    “Harris says that sexual encounters between Neanderthals and Denisovans might have been quite common.”

    I love the complicated human tree: https://media.nature.com/w800/magazine-assets/d41586-018-06004-0/d41586-018-06004-0_16060904.jpg

    https://seenthis.net/messages/716770 via Stéphane Bortzmeyer


  • #Le_Corbusier, #fasciste_militant : des ouvrages fissurent l’image du grand architecte
    https://www.huffingtonpost.fr/2015/04/10/le-corbusier-fasciste-militant-image-architecte_n_7041466.html
    https://o.aolcdn.com/images/dims3/GLOB/legacy_thumbnail/1200x630/format/jpg/quality/85/http%3A%2F%2Fi.huffpost.com%2Fgen%2F2824426%2Fimages%2Fn-LE-CORBUSIER-FASCISTE-628x314.jpg

    ARCHITECTURE - Le fascisme militant de Le Corbusier, grand architecte du XXe siècle, est mis en lumière dans plusieurs ouvrages publiés à quelques jours d’une exposition au Centre Pompidou qui aura lieu du 29 avril au 3 août à l’occasion du 50e anniversaire de sa mort.

    Le Corbusier, l’un des principaux représentants du mouvement moderne avec Ludwig Mies van der Rohe ou Alvar Aalto, est le créateur de l’unité d’habitation de Marseille (la Cité radieuse) et de la Chapelle de Ronchamp (Haute-Saône), candidates au classement au patrimoine mondial.

    https://seenthis.net/messages/716790 via Reka


  • l’histgeobox : « Respect » ou comment transformer une chanson machiste en un hymne féministe.
    http://lhistgeobox.blogspot.com/2018/08/respect-ou-comment-aretha-francklin-fit.html
    https://2.bp.blogspot.com/-w-oyykhQHqo/W30GNmX0GlI/AAAAAAAAfvQ/DRZ_ipHre9IGuwnyyPNjTgEHa68sHV2vwCLcBGAs/w1200-h630-p-k-no-nu/Aretha_Franklin.png

    Sur l’album I never loved a man figure une reprise du titre Respect composé et enregistré par Otis Redding en 1965. A cette date, Big O est devenu la superstar du label Stax. Sans cesse en tournée, le chanteur a l’impression que sa famille lui échappe et qu’il perd de son autorité de mari. Son batteur Al Jackson le rassure : « Tout ce que tu peux espérer chez toi, c’est un peu de respect. » De cette discussion naît l’histoire de ce musicien qui rentre chez lui et réclame le respect dû - selon lui - au pater familias. « Tout ce que je te demande ma chérie / c’est un petit peu de respect quand je rentre à la maison. » La mélodie survitaminée et l’interprétation toute en puissance font oublier le texte machiste.
    Le 14 février 1967, Aretha enregistre à New York sa version de Respect. Secondée brillamment par la section rythmique de Muscle Shoals, le saxophone de King Curtis, les chœurs assurés par ses soeurs Carolyn et Erma, la chanteuse délivre une déclaration d’indépendance soul à la puissance phénoménale. Mieux qu’une reprise, il s’agit bien d’une recréation.

    https://seenthis.net/messages/716637 via bricabraque


  • Des milliers d’Argentins se retirent des registres de baptême Mathilde Guillaume/fme - 21 Aout 2018 - RTS
    http://www.rts.ch/info/monde/9789987-des-milliers-d-argentins-se-retirent-des-registres-de-bapteme.html

    De plus en plus d’Argentins réclament la séparation de l’Eglise et de l’Etat depuis le rejet de la légalisation de l’avortement. Les débats avaient été grandement influencés par l’Eglise et ont abouti à un rejet du texte.
    Dans le pays du pape à la tradition catholique très forte, il n’y a pas de séparation officielle de l’Eglise et de l’Etat et son influence se fait sentir à chaque débat de société.

    Un mouvement d’apostasie collective, c’est-à-dire la demande formelle de voir son nom retiré des registres de baptême, est en train de naître. Des milliers d’Argentins ne souhaitent plus que l’Eglise parle en leur nom.
    http://www.rts.ch/2018/08/21/17/41/9790103.image?w=900&h=506.jpg
    « Ce vote de l’Eglise est une honte, alors que des femmes continuent de mourir. Ils détournent les yeux du problème, comme ils le faisaient déjà durant la dernière dictature », affirme Nora Cortiñas, de l’association Mère de la place de Mai, l’unique organisation argentine de défense des droits humains composée exclusivement de femmes.

    Symbole de lutte
    Cette association des mères argentines dont les enfants ont « disparus » durant la dictature militaire organise une ronde hebdomadaire, symbole de la lutte pour les droits humains. Et cette cette semaine, Nora Cortiñas, figure de référence à 88 ans, à une annonce très spéciale à partager : "Je vais faire, comment ça s’appelle, mon apastadie… Apostasie ? Apostasie !

    Pourtant catholique pratiquante, Nora ne veut plus faire partie de l’Eglise. Le déclencheur de cette décision douloureuse pour elle est le vote contre l’avortement légal, sûr et gratuit, porté par l’institution religieuse.

    Comme elle, à Buenos Aires et dans le reste du pays, des milliers d’Argentins se sont rassemblés pour présenter collectivement leur demande de renonciation. Des milliers de formulaires ont été récoltés. Ne reste plus qu’à les présenter aux autorités religieuses pour finaliser l’opération.

    Secouer l’Argentine
    « Aujourd’hui plus que jamais, ceux qui ne sont pas d’accord pour que l’Etat soit lié à l’Eglise, devons nous faire entendre. Et ça, c’est une manière de le faire », explique Vanesa Fernandez, employée de bureau de 40 ans.

    Pour Sol Prieto sociologue spécialiste des liens entre religions et politique à l’Université de Buenos Aires (UBA), ce mouvement naissant pourrait bien secouer la société argentine : « On commence à parler dans les médias et ailleurs de laïcité, de séparation de l’Eglise et de l’Etat, de financement de l’Eglise… C’est encore un peu confus, mais il me semble que c’est le propre d’une question qui est juste en train de s’imposer dans l’agenda public pour la première fois. »

    #Argentine #apostasie #avortement #catholicisme #pape #femmes #église #Laïcité #pédophilie #Luttes

    https://seenthis.net/messages/716444 via BCE 106,6 Mhz


  • Fonds de cartes | Éducation

    http://education.ign.fr/primaire/fonds-de-cartes

    Révisez vos connaissances géographiques grâce aux fonds de cartes IGN de la France métropolitaine, des départements d’outre-mer et de l’Europe.

    Les fonds de cartes en téléchargement ci-après sont disponibles selon les termes de la licence ouverte Etalab.
    Il est simplement demandé aux utilisateurs d’apposer la mention IGN 2012 ou 2016 - Licence ouverte.
    Les fichiers au format pdf sont modifiables avec Adobe Illustrator CS5.

    – Fonds de cartes de la France métropolitaine
    – Fonds de cartes des départements d’outre-mer
    – Fonds de cartes de l’Europe

    #géographie #cartographie et #pas_mal_du_tout et #merci et #on_progresse

    https://seenthis.net/messages/716562 via Reka


  • La vie domestique de Isabelle Czajka - (2013) - Film - Drame - L’essentiel - Télérama.fr
    https://www.telerama.fr/cinema/films/la-vie-domestique,481131.php

    Avec Emmanuelle Devos (Juliette) , Julie Ferrier (Betty) , Natacha Régnier (Marianne) ...

    Lors d’un dîner, Juliette écoute sans broncher son mari, Thomas, proviseur dans un lycée défavorisé, répondre avec entrain aux propos racistes, puis sexistes, de leur hôte, un chef d’entreprise qui rééquipe le lycée en ordinateurs. Elle le lui reproche plus tard, mais Thomas ne voit pas le problème. Le lendemain, Juliette refuse les avances de Thomas, puis s’affaire à la préparation du petit déjeuner, tandis que son mari fait écouter de la musique aux enfants. Thomas se souvient-il que Juliette attend une réponse décisive pour reprendre son travail dans l’édition ? Absorbée par ses tâches quotidiennes, Juliette croise le chemin de trois autres femmes au foyer, confrontées chacune à son amertume...

    Je viens de voir ce film qui m’a bouleversée. Elles sont trois ou quatre femmes, avec des métiers d’avant qu’elles sont contentes d’avoir lâché (une ancienne vendeuse de marché) ou pas trop (la com de Max Havelaar, éditrice) pour élever leurs gosses. Enfin, les gosses de mecs qui ont des bons boulots, qui se plaignent un peu d’avoir de trop grosses responsabilités mais qui globalement kiffent leur position de pouvoir. Juliette a un rdv pro, pas moyen de s’y rendre parce que la babysitter est occupée et son mari n’est pas dispo, il n’est pas dispo (elle, en revanche, un entretien d’embauche, ce n’est pas si important). À la fin de la journée, elle apprend que le boulot lui est passé sous le nez (une des meufs de la boîte prétend même préférer travailler avec des hommes) et a une discussion tendue avec son mari qui lui dit : « Ça ne me dérange pas qu’on ait moins d’argent. (Oui mais elle ça la dérange peut-être, de dépendre de toi, d’avoir un boulot pénible d’entrepreneuse domestique et de ne pas s’accomplir comme tu le fais ?) Ah, ce sera encore un travail d’appoint avec un salaire d’appoint ! (À propos de son job, alors qu’il avait dit plus tôt qu’il était au-dessus de tout ça, sans se rendre compte du mépris de cette expression.) Un jour c’est moi qui gagne plus de fric, un jour peut-être ce sera toi. (Oui, fais semblant d’ignorer la structure de l’emploi et le mal de chienne à retrouver un boulot après avoir fait la bonniche.) » L’ignorance est un luxe. C’est pour ça qu’il nous arrive d’être énervées par l’ignorance ou la désinvolture des hommes.

    Ça me parle, moi qui ai fait la bonniche autrement, à L’An 02 notamment, et qui suis aussi durablement exclue de l’emploi, comme ces dames (mais sans la grande maison). Elles ont des maris contents mais souffrent du #mal_sans_nom. Belle scène avec MC Barrault qui glisse des analyses féministes simples mais redoutables. C’est mon conseil ciné du jour aux proféministes. Et les cinéphiles, parce que c’est bien fichu, riche, sensible (et également sur les questions de classe).

    https://seenthis.net/messages/716604 via aude_v


  • #Astroterf : Le coucou dans le nid
    https://tradfem.wordpress.com/2018/08/21/le-coucou-dans-le-nid

    http://tradfem.files.wordpress.com/2017/08/look-kitten-i-am-a-man.jpg
    Quelle situation tragique et tout à fait inutile ; les choses n’ont jamais été comme cela auparavant. Les transfemmes et les femmes étaient autrefois les plus grandes alliées. Nous respections et appuyons nos droits et nos sécurités mutuelles. Nous nous sommes battues côte à côte dans la même équipe contre l’ennemi commun : une masculinité toxique. Les transfemmes n’ont jamais tenté de s’approprier la condition féminine. Les deux camps savaient que nos vies, nos difficultés, nos expériences et notre biologie étaient différentes. Mais cela n’avait pas d’importance ; les transfemmes étaient accueillies dans le club en tant que membres honoraires et nous nous côtoyions en harmonie.
    Tout cela se passait avant, à l’époque où nous connaissions le véritable sens du mot « trans ». Étaient transsexuelles les personnes ayant subi un traitement médical et une chirurgie afin de vivre socialement comme le sexe opposé. Mais aujourd’hui, le nouveau dada de la politique identitaire a permis à la communauté trans d’être envahie et subvertie par des travestis, des fétichistes, des autogynéphiles, des hommes aux fantasmes lesbiens imbibés de pornographie, et toutes sortes d’hommes se disant non conformistes au genre qui aiment les paillettes et le rouge à lèvres et se qualifient de « non binaire »… Ils se retrouvent tous sous le « parapluie trans ». Trans signifie maintenant n’importe quoi, c’est-à-dire que ça ne veut plus rien dire du tout.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://astroterf.wordpress.com/2018/07/16/the-cuckoo-in-the-lgbt-nest

    #identité_de_genre #féminisme #trans #misogynie

    https://seenthis.net/messages/716558 via Tradfem


  • La bêtise (1/4) : Musil et Flaubert
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/la-betise-14-musil-et-flaubert
    https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2018/08/219aefbd-63c7-4060-b322-59eb0c99db26/738_musil.jpg

    #Robert_Musil est un écrivain autrichien qui, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, se dit que pour mieux saisir et comprendre son époque et ses contemporains, ce n’est pas la guerre, la politique ou l’économie, mais bien la bêtise qu’il faut étudier.

    #Gustave_Flaubert #littérature

    https://seenthis.net/messages/716348 via Reka


  • L’idéologie sociale de la bagnole – 1973 – carfree.fr
    http://carfree.fr/index.php/2008/02/02/lideologie-sociale-de-la-bagnole-1973

    L’idéologie sociale de la bagnole

    Le vice profond des bagnoles, c’est qu’elles sont comme les châteaux ou les villa sur la Côte : des biens de luxe inventés pour le plaisir exclusif d’une minorité de très riches et que rien, dans leur conception et leur nature, ne destinait au peuple. A la différence de l’aspirateur, de l’appareil de T.S.F. ou de la bicyclette, qui gardent toute leur valeur d’usage quand tout le monde en dispose, la bagnole, comme la villa sur la côte, n’a d’intérêt et d’avantages que dans la mesure où la masse n’en dispose pas. C’est que, par sa conception comme par sa destination originelle, la bagnole est un bien de luxe. Et le luxe, par essence, cela ne se démocratise pas : si tout le monde accède au luxe, plus personne n’en tire d’avantages ; au contraire : tout le monde roule, frustre et dépossède les autres et est roulé, frustré et dépossédé par eux.

    La chose est assez communément admise, s’agissant des villas sur la côte. Aucun démagogue n’a encore osé prétendre que démocratiser le droit aux vacances, c’était appliquer le principe : Une villa avec plage privée pour chaque famille française. Chacun comprend que si chacune des treize ou quatorze millions de familles devait disposer ne serait-ce que 10 m de côte, il faudrait 140 000 km de plages pour que tout le monde soit servi ! En attribuer à chacun sa portion, c’est découper les plages en bandes si petites — ou serrer les villas si près les unes contre les autres — que leur valeur d’usage en devient nulle et que disparaît leur avantage par rapport à un complexe hôtelier. Bref, la démocratisation de l’accès aux plages n’admet qu’une seule solution : la solution collectiviste. Et cette solution passe obligatoirement par la guerre au luxe que constituent les plages privées, privilèges qu’une petite minorité s’arroge aux dépens de tous.

    Or, ce qui est parfaitement évident pour les plages, pourquoi n’est-ce pas communément admis pour les transports ? Une bagnole, de même qu’une villa avec plage, n’occupe-t-elle un espace rare ? Ne spolie-t-elle pas les autres usagers de la chaussée (piétons, cycliste, usagers des trams ou bus) ? Ne perd-elle pas toute valeur d’usage quand tout le monde utilise la sienne ? Et pourtant les démagogues abondent, qui affirment que chaque famille a droit à au moins une bagnole et que c’est à l’ « Etat » qu’il appartient de faire en sorte que chacun puisse stationner à son aise, rouler à 150 km/h, sur les routes du week-end ou des vacances.

    https://seenthis.net/messages/716095 via mad meg


  • #Tourisme : la tectonique des masses

    Par Valérie Sasportas le 15/08/2018
    Dans un essai sans concession, Du #voyage rêvé au tourisme de masse, deux professeurs de #géographie et voyageurs interrogent la tension humaine, culturelle et spatiale que créent l’imaginaire et les fantasmes du touriste mondialisé dans sa quête d’exotisme et d’authenticité.

    https://i.f1g.fr/media/figaro/680x382_crop/2018/08/15/XVMa3218f98-9ee9-11e8-aa3d-51d567290830.jpg

    « Huit cents millions de #touristes mondiaux/ Et moi, et moi, et moi », songe-t-on façon Dutronc, en refermant l’essai de Thomas Daum et Eudes Girard, Du Voyage rêvé au tourisme de masse*, publié à l’aube des grandes transhumances estivales. Ce livre, paru en juin dernier, a précédé de peu les chiffres vertigineux du tourisme étranger en France, 90 millions attendus cette année selon Atout France. À l’échelle mondiale, les arrivées touristiques internationales dans les aéroports se chiffrent à 1,2 milliard selon le rapport de l’Organisation du Tourisme mondial de 2016. Et c’est compter sans les touristes dans leur propre pays, dont le nombre est estimé entre 3 et 4 milliards.

    https://i.f1g.fr/media/figaro/680x/2018/08/15/XVM679611ec-9ee9-11e8-aa3d-51d567290830-805x453.jpg

    Oser le pas de côté. « Quand on ne cherche pas quelque chose en particulier, des moments authentiques peuvent venir à nous. Il suffit de quitter les destinations référencées. Se décaler des hypercentres touristiques vers la périphérie », affirme l’écrivain passionné de géographie. Laisser tomber les balisages, les guides. Et se laisser surprendre. « On peut trouver des espaces non mis en tourisme. Mais il faut alors accepter la différence entre le beau et l’authentique. »

    *Thomas Daum et Eudes Girard, Du voyage rêvé au tourisme de masse, CNRS éditions, 277 pages, 22 euros.

     »LIRE AUSSI - L’industrie du tourisme est-elle en train de détruire le voyage ?
    « Du voyage rêvé ou tourisme de masse », un essai cinglant sur le tourisme 2.0, signé Thomas Daum et Eudes Girard.

    Nous n’avons jamais autant voyagé. Mais que sont devenus les voyages ? Le communiqué de presse présente ainsi l’ouvrage : « Us et coutumes du tourisme 2.0 : l’impossible soif d’authentique, la vaine quête d’exotisme ». Fatalisme ou provocation ?❞

    https://seenthis.net/messages/715395 via Franz42


  • Google suit ses utilisateurs bien plus qu’ils ne le pensent, une plainte déposée aux États-Unis
    https://www.nextinpact.com/brief/google-suit-ses-utilisateurs-bien-plus-qu-ils-ne-le-pensent--une-plainte

    Il y a quelques jours, Associated Press révélait que « de nombreux services Google sur les terminaux Android et iPhone enregistrent vos données de localisation, même si vous avez demandé que ce ne soit pas fait via les paramètres de confidentialité ». C’est notamment le cas des applications Maps et Weather qui récupèrent automatiquement la position géographique à chaque ouverture. Il est possible de supprimer ces informations, mais la manipulation détaillée par AP peut être fastidieuse. Plutôt que de (...)

    #Google #Gmail #Maps #YouTube #smartphone #Android #cookies #iPhone #géolocalisation (...)

    ##publicité
    https://cdn2.nextinpact.com/images/bd/wide-linked-media/9188.jpg

    https://seenthis.net/messages/716409 via etraces


  • Chaires de recherche : où sont les femmes ?
    Thomas Dufour, La Presse, le 21 août 2018
    http://plus.lapresse.ca/screens/80b7d0af-b131-4d0b-ae7f-a09c8a604402__7C___0.html

    En décembre 2019, plusieurs universités québécoises pourraient perdre une partie du financement versé par le gouvernement fédéral à leurs chaires de recherche du Canada (CRC) si elles n’augmentent pas le nombre de femmes titulaires. À moins d’un an et demi de la date butoir, 12 institutions québécoises sur 18 n’ont pas encore atteint leur cible.

    En 2009, le gouvernement fédéral sonne l’alarme : les chaires de recherche du Canada (CRC) manquent de femmes, de personnes autochtones, de personnes handicapées et de membres des minorités visibles à leur tête.

    Les universités canadiennes se dotent alors de cibles à atteindre pour chaque groupe. À partir de 2012, elles doivent rendre compte annuellement de leur progression.

    Puis, en mai 2017, le programme des chaires de recherche du Canada lance un ultimatum aux universités : elles devront atteindre les cibles, notamment de représentativité hommes-femmes, d’ici décembre 2019, sans quoi elles perdront une partie de leur financement.

    Le programme de chaires de recherche impose alors une série de mesures aux universités : ces dernières doivent publier leurs données sur le nombre de femmes titulaires de CRC, mettre sur pied un plan d’action afin d’atteindre leurs objectifs, offrir de la formation au personnel et revoir le processus de sélection des candidats, entre autres.

    Si les cibles ne sont pas respectées à la fin de l’année 2019, le gouvernement fédéral arrêtera d’évaluer les candidatures de titulaires de CRC présentées depuis l’automne 2017, selon le conseiller en communications du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Jai Aggarwal. Ce faisant, les chaires arrivées à échéance ne seront pas renouvelées, et les universités qui accusent du retard perdront du financement.

    À titre d’exemple, le programme des chaires de recherche du Canada a versé 38,7 millions de dollars aux CRC québécoises à l’automne 2017. Pour le Canada en entier, le budget est d’environ 265 millions par an.

    En compilant les données des CRC, La Presse a pu remarquer que les femmes étaient peu présentes dans plusieurs institutions et domaines au Québec.

    L’Université McGill est la seule institution de grande taille à atteindre sa cible. L’Université de Montréal et l’Université Laval accusent des retards importants.

    Les chaires de recherche du Canada sont issues d’un programme fédéral créé en 2000 pour encourager la recherche au pays. Les candidats au poste de titulaire sont choisis par les universités avant d’être approuvés par un comité d’évaluation des chaires de recherche du Canada. Les CRC représentent plus du tiers de toutes les chaires de recherche des universités québécoises.

    À la naissance du programme, les universités choisissaient un chercheur sans qu’ait lieu d’appel de candidatures. « Ce qu’on voit, c’est que dans l’informel, les femmes étaient désavantagées par rapport aux hommes », expose le professeur titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante à l’Université de Montréal, Vincent Larivière.

    Depuis quelques années, les universités organisent des concours internes afin de choisir un candidat ou une candidate. Cette façon de faire permet de faire émerger plus de femmes, mais certaines universités ont adopté la méthode tardivement.

    Depuis le début des années 2000, le taux de réussite des femmes est le même que celui des hommes devant le comité des chaires de recherche. Cependant, les chercheuses sont moins nombreuses à être proposées par les universités à l’issue des processus de sélection.

    Les CRC se divisent en trois catégories de recherche : les sciences naturelles et le génie ; la santé ; et les sciences humaines. La représentation des femmes n’est pas la même pour tous ces domaines.

    Les cibles à atteindre imposées par le fédéral pour se rapprocher de la parité ne sont pas choisies arbitrairement : elles sont calculées par rapport au nombre de femmes demandant des subventions auprès de trois organismes fédéraux, l’un pour chaque domaine. Pour les sciences naturelles et le génie : 21 % des demandes de subvention proviennent des femmes ; pour les sciences de la santé, c’est 35 % ; et pour les sciences humaines : 45 %.

    Si une université n’a que des chaires dans le domaine de la santé, sa cible sera de 35 %. Par contre, lorsque les trois catégories sont impliquées, la cible représente une moyenne entre les proportions de femmes dans les différents domaines en fonction de leur importance dans l’établissement.

    La moyenne de titulaires femmes au Québec est de 28,36 %, légèrement sous la moyenne canadienne à 30,64 %.

    Les cibles des chaires de recherche du Canada prennent uniquement en compte le nombre global de femmes indépendamment du domaine. Cette façon d’établir les objectifs ne permet pas de voir quels sont les domaines les moins paritaires au sein d’une université.

    À titre d’exemple, à l’Université Laval, 25 % des titulaires de chaire sont des femmes. Par contre, pour les sciences naturelles et le génie, ce pourcentage chute à 11,54 %. C’est pourquoi ce tableau inclut les différents champs de recherche.

    Depuis 2017, toutes les universités ont un plan d’action. Mais certaines universités ont commencé à prendre des mesures bien avant. C’est le cas de l’Université McGill, qui a augmenté la proportion de femmes de près de 73 % en 10 ans, dépassant ainsi la cible de 18 %.

    « On a vraiment fait un effort pour mettre beaucoup de lumières sur les questions d’équité, de diversité et d’inclusion depuis quatre ans », affirme la vice-principale adjointe (politiques, procédures et équité) de l’Université McGill, Angela Campbell.

    « Ça prend une réelle volonté. Quand il y a des départements ou des facultés qui ne veulent rien savoir, il ne se passe rien. Ils vont toujours trouver : “Ah ! vous avez engagé une femme. Donc nous, on est corrects, on va pouvoir engager un homme” », expose la titulaire de la Chaire pour les femmes en sciences et en génie au Québec à l’Université de Sherbrooke, Ève Langelier.
    ====================================================
    La performance des 18 universités québécoises

    Sciences naturelles et génie

    Le domaine des sciences naturelles et du génie est celui qui peine le plus à recruter des femmes, ce qui explique le seuil d’équité plus bas à 21 %. Le bassin pour recruter des femmes est plus bas. Selon des statistiques compilées par La Presse, les femmes représentent 17,23 % des professeurs en sciences naturelles et en génie. Même si les données sont globalement assez faibles, certaines universités sont loin derrière les autres.

    Sciences de la santé

    L’Université de Montréal est l’établissement qui accuse le retard le plus important dans ce domaine. « En 2016, quand j’avais vu ça, c’est un écart qui m’avait frappée. C’était troublant », expose la vice-rectrice à la recherche à l’Université de Montréal, Marie-Josée Hébert. Pour le domaine de la médecine, qui représente la majorité des chaires en sciences de la santé, la parité est atteinte dans la pratique clinique mais pas dans la recherche, explique toutefois Vincent Larivière, professeur à l’Université de Montréal.

    Sciences humaines

    Le domaine des sciences humaines est celui où les universités se rapprochent le plus de la parité. Les universités où la proportion de femmes titulaires est faible dans ce domaine ne possèdent pas beaucoup de chaires, ce qui rend cet écart plus facile à combler. Le nombre d’étudiantes et de professeures est aussi plus élevé dans ce domaine.
    ==========================================
    Les universités confiantes d’atteindre les cibles

    À 15 mois de la date butoir, les universités qui accumulent le plus de retard croient tout de même qu’elles pourront atteindre leurs cibles avant la fin de l’année 2019. Selon la vice-rectrice à la recherche à l’Université de Montréal, Marie-Josée Hébert, l’institution dépassera ses cibles en avril prochain, si le programme de chaires de recherche du Canada accepte ses nominations.

    L’Université Laval croit elle aussi pouvoir rattraper son retard. Les neuf postes de titulaires de CRC à combler en 2019 seront exclusivement proposés à des membres des groupes sous-représentés, soit les femmes, les personnes handicapées, les autochtones et les minorités visibles.

    Ces deux universités reconnaissent qu’elles ont du travail à faire. « Ça nous a frappés nous aussi. Nos statistiques qui venaient du secrétariat étaient rentrées en février 2016 et on s’était rendu compte qu’on n’avait pas la progression qu’on souhaitait », explique Marie-Josée Hébert.

    Son homologue de l’Université Laval, Eugénie Brouillet, a fait les mêmes constats. « Depuis que la dernière direction est entrée en fonction, il y a un an, on s’est rendu compte qu’on avait des efforts à faire », souligne-t-elle.

    Du progrès

    La proportion de femmes dans les chaires de recherche du Canada au Québec a augmenté de près de 8 % depuis 2010. Ce progrès est dû à la série de mesures entreprises par les universités à la demande des chaires de recherche du Canada.

    « Atteindre l’équité et la diversité en recherche n’est pas juste une question de quotas. Il s’agit de mettre en place une infrastructure institutionnelle visant à lever les barrières discriminatoires », affirme Tania Saba, titulaire de la Chaire BMO en diversité et gouvernance de l’Université de Montréal.

    En 2017, les méthodes de sélection des candidats pour les CRC ont changé. Les universités doivent maintenant offrir des formations aux personnes impliquées dans les processus de recrutement afin que ces derniers soient sensibilisés par rapport aux biais inconscients lors de la sélection de candidats.

    Un titulaire de chaire ne peut désormais être renouvelé dans ses fonctions qu’une seule fois. Cette décision du programme des chaires de recherche du Canada permet une plus grande diversité des titulaires.

    « Il y a des choses positives qui se passent. C’est très contraignant [des cibles] pour les universités, on leur impose des choses. Mais ça fait avancer les choses », exprime la chercheuse Ève Langelier.

    Le problème pour certains domaines est le manque de professeures pouvant devenir titulaires. « Pour atteindre la parité ou la bonne représentation en recherche, il faut d’abord l’atteindre au sein du corps professoral », affirme Tania Saba.

    Si les femmes sont majoritaires dans la population étudiante, elles sont minoritaires chez les professeures et encore moins présentes en recherche. « On appelle ça le pipeline qui fuit. Plus tu augmentes dans la progression en carrière, plus tu perds des femmes », explique le professeur titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante à l’Université de Montréal, Vincent Larivière.

    L’excellence intacte

    Si les universités sont en train de développer des structures pour intégrer plus de femmes, l’excellence des candidatures reste toujours le critère principal dans la sélection. « Quand on a mis en place ces quotas-là, on n’a pas eu de misère à trouver des femmes qui étaient excellentes », remarque Vincent Larivière.

    « On ne laisse pas tomber les critères d’excellence, mais il n’y a pas un seul moyen pour mesurer l’excellence. À travers les bourses, les publications, les chaires, est-ce que c’est la seule façon de mesurer du potentiel d’excellence ? », se questionne Tania Saba. Cette dernière croit que la quantité des publications ne devrait pas prévaloir sur la qualité.

    Dans les faits, les femmes s’impliquent plus dans les programmes de premier cycle. « Elles vont donner beaucoup pour faire rouler le programme de bac tandis que les hommes vont se donner plus sur les études graduées, plus sur la recherche. Et qu’est-ce qui est valorisé : c’est la recherche. », dit Ève Langelier.

    Une carrière difficile

    « Il reste deux endroits difficiles [pour les femmes] : l’université et les chantiers de construction. Mais les chantiers de construction, je pense que c’est plus positif que les femmes profs. Elles doivent faire leur place en arrivant, mais après ça, c’est correct », expose Ève Langelier.

    La chaire dont Mme Langelier est titulaire se penche sur la sous-représentation féminine dans le domaine des sciences et du génie. « Quand tu arrives à une table, c’est impressionnant la première fois, tu t’assois pis il y a 30 hommes, plus vieux que toi. C’est intimidant », raconte celle qui a une formation en génie.

    Les raisons qui expliquent le faible nombre de femmes en sciences sont nombreuses. Souvent, un double standard est en jeu. « Dans le domaine des sciences, le fait d’avoir des enfants pour un homme, ça va être un gain de crédibilité et de sérieux. Dans le cas des femmes, c’est associé à un déclin, à la réduction de la visibilité et de la production », relate Vincent Larivière.

    « Les jeunes, tu leur demandes de dessiner un scientifique, la plupart vont dessiner un homme, blanc, vieux, avec des lunettes et des cheveux blancs, avec un sarrau. Si tu vois ça et que tu es une petite fille, tu te dis : “Ce n’est pas pour moi” », décrit Ève Langelier.

    #Femmes #Discrimination #Recherche #Université #Canada

    https://seenthis.net/messages/716423 via Dror@sinehebdo


  • L’excommunication qui choque le Brésil - 2009
    http://www.liberation.fr/planete/2009/03/11/l-excommunication-qui-choque-le-bresil_544161

    Le docteur Rivaldo Mendes de Albuquerque ne parvient pas à cacher sa « tristesse ». Ce fervent catholique, qui a coutume d’aller à la messe tous les dimanches, est l’un des médecins qui ont été excommuniés jeudi dernier par l’archevêque de Recife (Etat de Pernambouc, dans le nord-est du Brésil), Mgr José Cardoso Sobrinho, pour avoir fait avorter une fillette de 9 ans violée par son beau-père. Une affaire qui révolte et abasourdit les Brésiliens. « J’ai pitié de notre archevêque parce qu’il n’a pas réussi à avoir de la miséricorde face à la souffrance de cette enfant », a déclaré le médecin. Frêle - 1, 33 mètre pour 36 kilos -, mal nourrie et anémique, la victime, dont l’identité n’a pas été révélée, portait des jumeaux. L’équipe médicale qui a procédé à l’IVG a expliqué que celle-ci était d’autant plus inévitable que la fillette risquait de succomber à la grossesse, entrée dans sa quinzième semaine. En voyant son ventre protubérant, sa mère, qui ignorait tout du comportement de son époux, a d’abord cru à un abcès vermineux…

    Verrous. Mère et fille ont quitté leur ville d’Alagoinhas, dans l’arrière-pays de Recife, et vivent dans un lieu maintenu secret.

    Le beau-père, un ouvrier agricole de 23 ans, est lui sous les verrous après avoir avoué qu’il abusait de l’enfant depuis qu’elle a 6 ans, ainsi que de sa sœur aînée de 14 ans, de surcroît handicapée. La famille est issue d’un milieu pauvre où l’avortement est particulièrement mal vu. Aidée par des activistes, sa mère a fait face aux pressions de son entourage et notamment du père biologique de la gamine, un évangéliste, qui ne voulait pas entendre parler d’IVG. Pour avoir autorisé la démarche, elle a également été excommuniée. L’IVG est toujours interdite au Brésil, sauf en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère. L’avortement était donc parfaitement légal.

    « La loi de Dieu est au-dessus de celle des hommes et la fin ne justifie pas les moyens : deux innocents sont morts », martèle Mgr Sobrinho, un ultra-conservateur qui avait tenté, l’an dernier, de faire interdire la distribution par le gouvernement de la pilule du lendemain dans le Pernambouc. L’ecclésiastique persiste et signe. Quand on lui a demandé pourquoi il n’a pas puni le beau-père, il a déclaré : « Le viol est un péché moins grave que l’avortement » … Et il a enjoint au président Lula de réviser la doctrine de l’Eglise après que ce dernier a affirmé qu’« il n’était pas possible de permettre qu’une gamine violée garde [ses enfants] d’autant qu’elle risquait de mourir ». Comme Lula, de nombreux catholiques brésiliens dénoncent l’« obscurantisme » et la « cruauté » de l’Eglise. D’autant que le Vatican, par la voix du cardinal Giovanni Battista Re, président de la commission pontificale pour l’Amérique latine, a défendu cette excommunication collective au nom du « droit à la vie ».« C’est un cas triste mais le vrai problème, c’est que les jumeaux conçus […] ne pouvaient être éliminés », a déclaré le cardinal au quotidien italien La Stampa.

    Hommage.« A partir d’aujourd’hui, je cesse d’être catholique ! » écrit une lectrice de la Folha de São Paulo, qui se dit « écœurée et indignée ». Une autre se demande pourquoi les prêtres pédophiles, eux, n’ont pas été excommuniés… La Folha accuse l’Eglise d’exercer une « pression indue alors que le domaine de l’avortement est du ressort exclusif de l’Etat ». Pour le principal journal du Brésil, qui rappelle que plus de 3 000 IVG ont été légalement réalisées dans les hôpitaux publics l’an dernier, c’est surtout la médiatisation de cet incroyable fait divers qui a poussé Mgr Sobrinho à une décision aussi radicale. « Il a encore aggravé la violence subie par la victime alors que des prêtres brésiliens pardonnent l’avortement aux femmes qui viennent le confesser », renchérit Yury Puello Orozco, de l’ONG Femmes catholiques pour le droit de décider, favorable à l’IVG. L’opinion est d’autant plus choquée que ce cas est loin d’être isolé. Selon une étude menée l’an dernier dans un hôpital de São Paulo, 76 % des victimes de sévices sexuels avaient moins de 17 ans et près de la moitié, moins de 12 ans… Ces sévices sont généralement commis par quelqu’un de leur entourage : beau-père, père, grand-père, oncle ou voisin… « Souvent, les victimes ne savent même pas que la loi autorise l’avortement en cas de viol et bien des médecins se gardent de leur en parler, par conviction ou par crainte de représailles », dénonce Orozco.

    Olimpio Moraes, le chef de l’équipe qui a procédé à l’IVG, en sait quelque chose. C’est la deuxième fois que Mgr Sobrinho l’excommunie : le prélat ne lui avait pas pardonné non plus sa défense de la pilule du lendemain. « Je ne donne pas mon avis sur la religion et je m’attends à ce que les religieux ne donnent pas non plus le leur sur la médecine », a lancé le Dr Moraes, après avoir été chaudement applaudi à Brasília, avant-hier. Le ministre de la Santé, José Gomes Temporão, a rendu hommage à son équipe qui a « sauvé la vie d’une enfant ». L’affaire devrait permettre de « faire mûrir dans la société l’idée que l’avortement est une question de santé publique », a espéré Temporão. Le ministre est favorable à la dépénalisation totale de l’IVG, contrairement à l’écrasante majorité de ses compatriotes, encore très imprégnés des préceptes de la religion. Au Brésil, les IVG clandestines - près d’un million par an - sont la quatrième cause de mortalité maternelle.

    Ca date de 2009 mais c’est pour rappeler le sort que l’eglise catho réserve aux enfants et femmes victime de viol alors que le pape ne cesse de faire de grandes déclarations creuses.
    #catholicisme #IVG #culture_du_viol #pedoviol

    https://seenthis.net/messages/716315 via mad meg