7h37

La sélection de Seenthis, maison-mère du Zinc. Une minute plus tard.


  • Une discussion avec Aude Lancelin sur l’état (désastreux) de la presse hexagonale - VICE
    https://www.vice.com/fr/article/interview-aude-lancelin-le-monde-libre

    On est passé du grand patron de presse à l’idéologie bien affirmée à des actionnaires voraces, en fait. Des mecs fascinés par « le progrès » et tout ce qui dissimule le néolibéralisme le plus classique.

    Absolument. Ces gens-là ont un tout autre rapport à la presse qu’un Robert Hersant ou un Serge Dassault, qui ont pourtant longtemps fait pousser des cris d’orfraie à la gauche. Il ne s’agit plus de s’offrir un titre pour soutenir tel ou tel camp, on est passé à un autre âge de la propagande, plus insaisissable, plus dangereux par conséquent. Au sens large, il s’agit en effet d’imposer une vision libérale du monde, où la casse sociale la plus sordide se voit réenchantée en modernité ubérisée, de promouvoir un monde fluide, pseudo-innovant, sans alternative. Il s’agit également d’infuser dans le milieu du journalisme de nouvelles méthodes de « management », importées d’autres univers, comme celui de la banque. Personnellement je parlerais de saccage.
    […]
    À terme, je ne pense pas que Le Monde puisse être une réussite économique, même si pour le moment, jouer la carte « quotidien de référence » s’avère bien sûr un recours efficace. À cet égard, sa dernière innovation, le #Décodex

    Ça, je comptais vous en parler.

    Personnellement, ça m’a beaucoup fait rire. Comment les journalistes d’un groupe appartenant à deux milliardaires issus du luxe et des télécoms et un banquier d’affaires peuvent-ils se penser bien placés pour décerner des points de bonne conduite intellectuelle à qui que ce soit ? Comment peut-on notamment attendre d’un tel titre qu’il promeuve des idées dérangeantes ?

    Le cas des Crises, l’un des rares sites alternatifs en ce qui concerne les affaires internationales, est particulièrement évocateur. Son approche de la crise ukrainienne, à rebours de celle du Monde qui est plus ou moins réglée sur celle d’un Bernard-Henri Lévy, lui a sans doute valu cette mise à l’index. Ne peut-on pourtant dire que ce dernier, BHL, est l’un des principaux propagateurs de #fake_news des vingt dernières années en France ? Souvenez-vous du nombre d’erreurs factuelles relevées par la presse américaine dans Qui a tué Daniel Pearl ?, souvenez-vous des contrevérités brandies par ce personnage pour justifier une intervention guerrière en Libye.

    https://seenthis.net/messages/575619 via Simplicissimus


  • « Les vieux habits de l’homme neuf » | Emmanuel Macron, la finance et le pouvoir

    par François Denord & Paul Lagneau-Ymonet
    http://zinc.mondediplo.net/local/cache-vignettes/L300xH178/IMGDPL03-07-9594-3881a.jpg

    Étroitement associé à la politique économique du président François Hollande, le candidat du mouvement En marche ! se présente pourtant comme un homme « hors système », loin des partis et des coteries. Cautionnée par la presse, la métamorphose de M. Emmanuel Macron en évangéliste politique masque mal la trajectoire banale d’un technocrate dont l’entregent lui a permis de brûler les étapes.

    Ce 17 mars 2015, l’agenda de M. Emmanuel Macron s’annonce chargé. À 7 h 45, la revue Politique internationale attend le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique pour un petit déjeuner-débat. Au menu : exposé face à un aréopage de patrons, de diplomates et de responsables politiques. Une heure plus tard, direction Bercy. Le ministre participe à l’ouverture d’une conférence sur les dispositifs publics de soutien à l’exportation, où se mêlent hauts fonctionnaires et dirigeants du privé, avant de s’entretenir avec les sénateurs socialistes au sujet de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques.

    Vers 13 h 15, il retrouve les convives du Cercle Turgot pour un déjeuner-débat. Le président en exercice de ce think tank, M. François Pérol, patron du groupe Banque populaire - Caisse d’épargne (BPCE), l’accueille : « Bienvenue, Emmanuel. Tu arrives juste du Sénat. Y a-t-il trop d’articles à ton projet de loi ? Comme on disait en d’autres temps, trop de notes s’agissant de la musique de Mozart ? » Pareil hommage tient en partie de l’autocélébration, tant la carrière de M. Macron ressemble à celle de M. Pérol : fils de médecin, énarque, passé par l’inspection des finances, par la banque Rothschild et par les services de l’Élysée. Le ministre a vite fait d’emballer financiers, journalistes et autres cadres, qui l’intronisent membre d’honneur de leur cercle. Après les questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, M. Macron s’attarde pour un long entretien avec M. Pierre Gattaz, président du Mouvement des entreprises de France (Medef). Puis, Saint-Patrick oblige, il reçoit M. Richard Bruton, son homologue irlandais.

    Une succession d’apparitions brèves dans les sphères du pouvoir, avec la volonté de faire forte impression à défaut de laisser une empreinte profonde : ce 17 mars 2015 résume à bien des égards la trajectoire du candidat à l’élection présidentielle française.

    Il se rêvait normalien, il atterrit à Sciences Po. Là, l’historien François Dosse le présente en 1999 au philosophe Paul Ricœur, qui cherche une petite main pour achever le manuscrit de La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli (1). Cette collaboration ouvre à l’étudiant les portes d’Esprit, revue intellectuelle française proche de la « deuxième gauche » qui soutint par exemple le plan de réforme de la Sécurité sociale du premier ministre Alain Juppé en 1995. Il y théorise sa conception de l’exercice du pouvoir : « Le discours comme l’action politique ne peuvent plus s’inscrire dans un programme qu’on proposerait au vote et qu’on appliquerait durant les cinq années du mandat (2). » Au politique, il faudrait, selon lui, un horizon plutôt qu’un catalogue de mesures. C’est auprès de piliers de la « deuxième gauche » qu’il trouve l’idéologie donnant sens à son engagement.

    Sous le fouet de la sainte concurrence

    Énarque stagiaire dans l’Oise à l’automne 2002, M. Macron se lie d’amitié avec Henry Hermand. Enrichi dans l’immobilier commercial, l’homme d’affaires (décédé en 2016) a été l’une des figures tutélaires et nourricières d’une gauche chrétienne et « anti » : anticommuniste, anticolonialiste et antijacobine (3). Puis, en 2007, le chef de l’inspection des finances, M. Jean-Pierre Jouyet, débauché par M. Nicolas Sarkozy pour le secrétariat d’État chargé des affaires européennes, présente ce jeune homme prometteur à M. Jacques Attali.

    L’ancien conseiller de François Mitterrand, qui préside la commission pour la libération de la croissance, le nomme rapporteur général adjoint. On discerne en sourdine dans le document final cette volonté de dépasser des clivages ordinaires que le candidat vocifère désormais sur toutes les estrades. « Ceci n’est ni un rapport, ni une étude, mais un mode d’emploi pour des réformes urgentes et fondatrices. Il n’est ni partisan ni bipartisan : il est non partisan. » Les « non-partisans » de la commission pourfendent « la rente (...) triomphante : dans les fortunes foncières, dans la collusion des privilégiés, dans le recrutement des élites » (4) et défendent un projet de société fondé sur la concurrence et la déréglementation.

    Ces esprits inspirés ne se contentent pas de recommander la réorientation massive de l’épargne des Français vers les marchés d’actions six mois avant l’effondrement financier de 2008. La mise en concurrence généralisée revient à opposer entre elles des fractions des classes populaires : fonctionnaires et salariés du privé, artisans taxis contre chauffeurs Uber. Une telle vision du monde sied bien à un fringant inspecteur des finances qui, outre le comité de rédaction d’Esprit, qu’il intègre, fréquente des cénacles sociaux-libéraux et partisans de la construction européenne telle qu’elle se fait, comme En temps réel ou les Gracques. Le premier se présente comme un « lieu de rencontre entre acteurs publics et privés soucieux de confronter leurs expériences et analyses, (…) dédié à la construction de puissantes bases intellectuelles d’un agenda réformiste ». Le second proclame que le marché « est le moyen de remettre en cause les situations acquises, les privilèges et les rentes ».

    La rente sociale de M. Macron, elle, reste à l’abri des grands vents de la « modernité ». En 2008, M. Xavier Fontanet, alors président d’Essilor, M. Serge Weinberg, ancien conseiller de M. Laurent Fabius, président du fonds Weinberg Capital Partners, M. Jean-Michel Darrois, avocat d’affaires, et M. Alain Minc — le seul à ne pas avoir été membre de la commission Attali — le recommandent auprès de la banque Rothschild. Son ascension y sera fulgurante, grâce à un marché conclu en 2012 pour le compte de Nestlé, dont le président, M. Peter Brabeck-Letmathe, avait participé à ladite commission.

    M. Attali a présenté M. Macron à M. François Hollande en 2010, lorsque celui-ci ne dirigeait plus le Parti socialiste (PS) et que M. Dominique Strauss-Kahn ou Mme Martine Aubry semblaient assurés de jouer les premiers rôles aux primaires de 2011. Le jeune trentenaire coordonne pour le futur président le travail d’économistes comme Philippe Aghion (encore un membre de la commission Attali). Après la victoire de 2012, M. Attali et M. Jouyet — revenu de son aventure sarkozyste et à nouveau intime de M. Hollande — appuient sa candidature au poste de secrétaire général adjoint de l’Élysée, chargé des questions économiques.

    En 2014, c’est encore M. Jouyet qui, en sa qualité de secrétaire général de l’Élysée, annonce la nomination de son protégé au ministère de l’économie. « C’est quand même exaltant, à cet âge-là, d’avoir en charge l’économie, les entreprises, l’industrie, tout ça, lui explique-t-il au téléphone juste après l’annonce du remaniement. Tu te rends compte, le numérique, tout ce que j’aurais aimé faire ! Je pensais, quand même, à l’inspection des finances, être le maître, maintenant, c’est toi qui vas être le maître (5). » Le nom du jeune prodige sera vite associé à une loi qui promeut le bus plutôt que le train, à l’ouverture dominicale des commerces et au travail de nuit. Il assouplit les règles des licenciements collectifs et hâte la privatisation de la gestion d’aéroports régionaux.

    À ce stade d’une trajectoire de météore, on distingue déjà l’épure d’un style : être introduit dans une institution de pouvoir par un influent pygmalion, n’y passer que le temps nécessaire à la constitution d’un dense réseau de relations, puis recommencer à un poste d’un prestige supérieur. M. Macron ne restera pas plus longtemps à Bercy qu’à l’inspection des finances, chez Rothschild ou au secrétariat de la présidence : moins de trois ans. Quand il lance à 38 ans, en avril 2016, son mouvement En marche !, il mobilise les contacts accumulés à chaque étape de sa carrière.

    À Sciences Po, où il enseigna à sa sortie de l’École nationale d’administration (ENA), M. Macron se lie d’amitié avec M. Laurent Bigorgne. C’est à l’adresse privée de ce dernier qu’il domiciliera En marche ! Fin 2010, M. Bigorgne devient directeur général de l’Institut Montaigne. Du très libéral institut, le candidat débauchera Mme Françoise Holder, codirectrice du groupe du même nom (boulangeries Paul et pâtisseries Ladurée), et recourra un temps aux services de l’agence de communication, Little Wing. Il ne boude pas pour autant les think tanks de l’autre bord politique : il est proche de M. Thierry Pech, ancien cadre de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) et directeur général de la fondation Terra Nova, proche du Parti socialiste.

    D’anciens membres de la commission Attali se mettent aussi « en marche ». L’essayiste Erik Orsenna était au premier rang pour le lancement du mouvement à la Mutualité (La Tribune, 31 août 2016). La rapporteuse de la commission, Mme Josseline de Clausade, passée du Conseil d’État à la direction du groupe Casino, M. Jean Kaspar, ancien secrétaire général de la CFDT désormais consultant en stratégies sociales, M. Darrois ainsi que M. Stéphane Boujnah, président d’Euronext, la société qui gère les Bourses d’Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne et Paris, ont fait le déplacement pour le premier grand meeting de campagne, le 10 décembre 2016, à la porte de Versailles. C’est d’ailleurs M. Boujnah, ancien « DSK boy », vice-président d’En temps réel, qui aurait présenté à M. Macron l’homme qui désormais lève des fonds pour sa campagne présidentielle : M. Christian Dargnat. Cet ancien patron de la gestion d’actifs de BNP Paribas et du Crédit agricole a également présidé le comité « Monnaies et système monétaire international » du Medef de 2010 à 2013. Le patron du cabinet de conseil Accenture, M. Pierre Nanterme, autre ancien de la commission Attali et de la direction du Medef — sous la présidence de Mme Laurence Parisot —, a déclaré avoir versé 7 500 euros (le plafond autorisé) à En marche ! (Les Échos, 27 janvier 2017).

    Côté syndical, outre M. Kaspar, la connexion macronienne se nomme Pierre Ferracci. L’homme a transformé le cabinet d’expertise Secafi, proche de la Confédération générale du travail (CGT), en un groupe spécialisé dans le conseil aux syndicats, aux représentants du personnel et aux directions d’entreprise, le groupe Alpha. Son fils Marc et sa belle-fille Sophie occupent une place importante dans la garde rapprochée du candidat. Témoin de mariage du couple Macron, le premier est professeur d’économie, chercheur associé à la chaire « Sécurisation des parcours professionnels » que cofinancent à Sciences Po le groupe Alpha, la société de travail intérimaire Randstad, Pôle emploi et le ministère du travail. Avocate d’affaires, la seconde fut cheffe de cabinet du ministre à Bercy avant d’intégrer son équipe de campagne.

    D’autres anciens membres du cabinet ministériel ont rallié En marche ! Son directeur (6), M. Alexis Kohler, qui a rejoint la direction financière du deuxième armateur mondial, MSC, continue de conseiller M. Macron, quand son adjoint, M. Julien Denormandie, se consacre à temps plein à la campagne. Tous deux sont passés par le cabinet de M. Pierre Moscovici, aujourd’hui commissaire européen.

    Le conseiller chargé de la communication et des affaires stratégiques de M. Macron à Bercy, M. Ismaël Emelien, fait appel à des entreprises spécialisées dans la collecte et l’analyse de données de masse afin de caler l’« offre » politique sur les desiderata des électeurs (Le Monde, 19 décembre 2016). Le porte-parole d’En marche !, M. Benjamin Griveaux, ne faisait pas partie de son cabinet ministériel, mais il cumule les propriétés de ses jeunes membres : surdiplômé — École des hautes études commerciales (HEC) de Paris, Sciences Po —, formé au sein de la droite du PS (auprès de MM. Strauss-Kahn et Moscovici), passé par un cabinet ministériel (celui de Mme Marisol Touraine). En outre, il a exercé des mandats électoraux (à Chalon-sur-Saône et dans le département de Saône-et-Loire), tout comme le secrétaire général d’En marche !, le député et conseiller régional du Finistère Richard Ferrand, ancien directeur général des Mutuelles de Bretagne.

    Héritier de la noblesse d’État
    Ainsi l’homme qui se présente comme neuf, sans passé et sans attache incarne-t-il, tant personnellement que par son entourage, l’héritage cumulé de la noblesse d’État (Bercy), de l’expertise et de la haute finance : le noyau du « système », en somme, que sanctionne son appartenance au club Le Siècle.

    Trente ans après que M. Hollande, M. Jouyet et quelques autres caciques socialistes ont proclamé que « la gauche bouge (7) », la vieille garde et les Jeunes-Turcs de M. Macron rejouent l’éternelle histoire du modernisme : un homme situé au-dessus des partis qui agrège les bonnes volontés, les compétences techniques et les méthodes dernier cri pour piloter le pays. Dès lors, l’essentiel n’est pas d’avoir un programme. C’est de rassembler, de la droite de la gauche (par exemple M. Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, connu pour sa sollicitude envers la hiérarchie catholique) à la gauche de la droite (comme la députée européenne Sylvie Goulard, auteure de l’inénarrable L’Europe pour les nuls).

    C’est surtout de pouvoir compter sur l’appui d’individus influents, tel M. Jean Pisani-Ferry, ancien commissaire général à la stratégie et à la prospective, et sur les nombreux experts qu’il draine dans son sillage. Cet ancien conseiller de M. Strauss-Kahn et de M. Jouyet sait pourtant l’inconvénient d’un tel positionnement. Peu après le « Brexit », il constatait : « Nous sommes les experts, ceux que 52 % des Britanniques détestent » (Le Figaro, 4 juillet 2016). Il faudra à M. Macron beaucoup de charisme pour maintenir l’illusion qu’il appartient à l’autre camp. Lui suffira-t-il de croiser le mythe pompidolien du banquier lettré sachant conduire les affaires avec le fantasme giscardien du jeune homme progressiste ?

    François Denord & Paul Lagneau-Ymonet

    Sociologues. Auteurs de l’ouvrage Le Concert des puissants, Raisons d’agir, Paris, 2016.

    Le Monde diplomatique Mars 2017

    https://seenthis.net/messages/575506 via marielle


  • Quand la #France interdisait l’#avortement... sauf aux #femmes_noires

    En 1970, un scandale éclata à la #Réunion : des milliers de femmes avaient été avortées et stérilisées, souvent sans leur consentement, avec le soutien des pouvoirs publics. Un essai glaçant revient sur ce crime d’Etat oublié.

    http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20170302.OBS6014/quand-la-france-interdisait-l-avortement-sauf-aux-femmes-noires.
    #femmes #IVG #stérilisation #histoire

    https://seenthis.net/messages/575262 via CDB_77


  • La destruction de sites liés à l’Islam précoce (et le danger pour l’Israël)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Destruction_de_sites_li%C3%A9s_%C3%A0_l%27Islam_pr%C3%A9coce
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/NIE_1905_Kaaba.jpg
    La Forteresse d’Ajyad de l’Empire ottoman et la colline sur laquelle elle reposait, la Mosquée sacrée et la Kaaba en 1905

    Je ne me rendais pas compte de la dimension de l’hypocrisie des médias de l’Ouest à propos des déstructions de sites classés en Syrie. On ne nous parle pas des vrais ennemis de la mémoire culturelle et historique de l’humanité parce qu’ils sont les meilleurs alliés de nos gouvernements et élites.
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7b/Final_circulation_of_the_Kaaba.jpg
    La Kaaba, Abraj Al Bait Towers et la Grande Mosquée en 2010

    La destruction de sites liés à l’Islam précoce est un processus toujours en cours essentiellement dans la région du Hedjaz en Arabie saoudite occidentale, en particulier dans les villes saintes de La Mecque et Médine. Il s’agit principalement de la démolition de mosquées anciennes, de cimetières, de maisons et autres sites associés au Prophète musulman Mahomet et d’autres personnalités historiques de l’Islam naissant. En Arabie saoudite, beaucoup de ces démolitions sont justifiées par l’extension continue de la Mosquée sacrée à La Mecque, et de la Mosquée du Prophète à Médine, et de leurs annexes toujours plus vastes pour accueillir les pèlerins du Hajj, dont le nombre croît avec les années.
    ...
    En 1994, le mufti Abd al-Aziz ibn Baz, plus haute autorité religieuse du régime wahhabite, lance une fatwa stipulant qu’« il n’est pas permis de glorifier les bâtiments et les sites historiques. De telles actions mènent au polythéisme.
    ...
    L’État saoudien aurait ainsi, en 2014, détruit 98% de son patrimoine historique et religieux depuis 19853.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6b/Grave_Fatema%28single_one%29_and_other_Imams.JPG
    Tombeau de Fatima, à La Mecque, après sa destruction.

    Je suis impressionnée par la puissance des forces autodestructrices de l’Islam wahhabite et il me semble que le régime saoudien connaîtra sa fin à cause de son extrémisme et de son caractère minoritaire une fois que ses soutiens occidentaux l’auront abandonné.

    La monarchie saoudienne n’aura plus de raison d’être ici-bas et sera également dépourvu de justificatif culturel visible témoignant de sa liaison avec l’au-dela. Privé de toute force économique et spirituelle le régime en place ne saura plus faire face aux pressions extérieures comme intérieures. On ne peux pas savoir d’avance à quel monent cela aura lieu mais la politique conflictuelle occidentale pousse le développement historique dans ce sens.

    N.B. on peut estimer que suite au développement des crises en Arabie et au Levant dans le chaos général l’état hébreux partagera le destin du Royaume d’Arabie saoudite . En conséquence un engagement pour le peuple palestinien et pour la paix entre les peuples de la région est la meilleure facon d’agir pour la préservation de l’état et de la société qu’on appelle actuellement l’Israël.
    La dialectique de l’histoire nous fait un clin d’oeuil ironique quand on découvre que la plus grande menace pour l’Israël est la politique de ses meilleurs amis officiels.

    P.S. L’utilisation de majuscules pour plusieurs termes religieux normalement écrit en minuscules exprime la position religieuse de l’auteur de Wikipedia.

    L’utilisation du terme Levant se fait suivant l’ Ordonnance du Roi concernant les consulats, la résidence, le commerce et la navigation des sujets du Roi dans les Échelles du Levant et de Barbarie du 1er janvier 1781
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626004m/f1.highres.jpg
    Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626004m

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c7/Timbre_Mouchon_Levant_surchPiastre.jpg

    Arabie saoudite
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Arabie_Saoudite

    Dynastie saoudienne
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dynastie_saoudienne

    #culture #politique #religion #wahhabisme #islam

    https://seenthis.net/messages/575241 via klaus++


  • Le site n’est pas du tout sexy, mais j’ai l’impression que les recherches sont de bonne qualité et il y a plein de données...
    http://www.fooddeserts.org
    Avec une carte ici :
    www.fooddeserts.org/images/FoodDesertFinder.tif
    Une carte sur l’obésité à #Londres :
    http://www.fooddeserts.org/images/mlsoa-London-ChildObesityExtract.jpg

    #food_desert #supermarchés #alimentation #UK #Angleterre #cartographie #visualisation #obésité

    J’ai découvert le site via la mailing-list Crit geo forum, avec ce commentaire :

    Those interested in food and social justice may see a nice irony in comparing these two maps.

    1) Map of the best quality agricultural soil in the UK, the best, Grade One, is heavily present around The Wash area of Eastern England

    http://publications.naturalengland.org.uk/publication/6172638548328448 and click on pdf link

    2) MSOA level obesity map, extract for East Anglia, Wash, Lincolnshire area. Available at www.fooddeserts.org, section 8, bottom of page. Red is the most obese decile, followed by pink, orange, yellow.... Silver is the least obese declie, followed by purple, dark blue, light blue, green....

    In other words, the areas where the UK’s fruit and veg industry is most productive is where there is most obesity. We don’t pay the people who actually produce our 5-a-day enough to benefit from the health effects of 5-a-day. Nor do we pay the people who sell them to us enough to benefit from them, in the towns. To have a good diet you need to live in the areas where fresh produce is largely neither produced nor sold, the wealthy peri-urban regions just outside the main urban areas.

    https://seenthis.net/messages/575187 via CDB_77


  • Mélanie Gourarier : « La masculinité contemporaine, c’est se gouverner soi-même pour mieux gouverner les autres » - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2017/03/01/melanie-gourarier-la-masculinite-contemporaine-c-est-se-gouverner-soi-mem

    En crise, le masculin ? Pas vraiment affirme Mélanie Gourarier dans Alpha mâle (sous-titré : Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes) qu’elle publie ce jeudi au Seuil. Elle voit plutôt dans les discours sur la féminisation des hommes et la confusion des sexes une volonté de conserver le pouvoir et le refus d’une égalité réelle entre les sexes.

    #domination_masculine #patriarcat #virilité #malealphisme

    https://seenthis.net/messages/574996 via mad meg


  • L’abstention : « Il va falloir que je pense à gouverner, un de ces jours »
    http://www.regards.fr/web/article/l-abstention-il-va-falloir-que-je-pense-a-gouverner-un-de-ces-jours
    https://pbs.twimg.com/media/C6EUPk0WgAEMXJm.jpg

    C’est la grande inconnue d’une présidentielle dont elle devrait encore sortir gagnante… ou dont elle peut désigner le vainqueur. Qui est-elle, quelle est son analyse de la situation politique ? Confidences exclusives.

    « On me reproche de faire le jeu de Marine Le Pen, mais qui ne le fait pas, aujourd’hui ? »

    Macron vous inquiète ?

    Un peu, je l’admets. Il est tellement creux, avec ce discours d’étudiant en école de commerce exalté, qu’au départ je n’ai pas vu le danger. Pourtant, chez moi on entend souvent « Élections, piège à cons ! », cela aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Il ne faut pas s’étonner que la politique-marketing favorise le produit le mieux emballé. L’avantage de parler comme une publicité, c’est qu’on touche un vaste public. Et Macron, c’est une bonne marque. Moi, ma nature, c’est plutôt "No logo". Il séduit les indécis, mais j’ai bon espoir de les récupérer à l’arrivée...

    https://seenthis.net/messages/575118 via marielle


  • Cassini Targets a Propeller in Saturn’s A Ring (NASA Cassini Saturn Mission Images)
    http://ciclops.org/view/8503/Cassini-Targets-a-Propeller-in-Saturns-A-Ring

    http://s3.amazonaws.com/ciclops_ir_2017/8503_20314_1.jpg

    NASA’s Cassini spacecraft captured these remarkable views of a propeller feature in Saturn’s A ring on Feb. 21, 2017. These are the sharpest images taken of a propeller so far, and show an unprecedented level of detail. The propeller is nicknamed “Santos-Dumont,” after the pioneering Brazilian-French aviator.

    https://seenthis.net/messages/575061 via Simplicissimus


  • Uber avoue utiliser un logiciel secret pour éviter les forces de l’ordre
    http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/uber-avoue-utiliser-un-logiciel-secret-pour-eviter-les-forces-de-l-ordre-58b

    Uber, déjà montré du doigt dans plusieurs affaires ces derniers jours, a avoué vendredi l’existence d’un logiciel secret destiné notamment à éviter que ses chauffeurs ne soient contrôlés par les autorités. Uber a avoué utiliser ce logiciel surnommé « Greyball » après un article du New York Times qui en révélait l’existence. Selon un communiqué de service de réservation de voitures avec chauffeur, cet outil était utilisé dans les villes où il n’était pas interdit, et son objectif principal était de protéger les (...)

    #Uber #algorithme

    https://seenthis.net/messages/575075 via etraces


  • Annotation is now a web standard – Hypothesis

    https://hypothes.is/blog/annotation-is-now-a-web-standard

    The W3C architecture provides for a model where annotations live separately from documents and are reunited and reanchored in real-time whenever the relevant document is present.

    https://www.w3.org/annotation/diagrams/annotation-architecture.svg

    Nick Stenning, whose open source, AnnotatorJS, became the most widely adopted early implementation of a client server annotation architecture.

    http://annotatorjs.org

    #web_annotations

    https://seenthis.net/messages/574967 via b_b


  • Désolée, je ne suis pas une féministe « glamour » | Ladies & gentlemen | Francetv info
    http://blog.francetvinfo.fr/ladies-and-gentlemen/2017/03/03/on-peut-etre-blonde-et-feministe-en-revanche-cest-plus-difficile-d

    Je viens de lire ton édito dans Glamour (on me l’a envoyé, rassure-toi, je n’achète pas ton journal).

    Tu vas sans doute me trouver trop brune, pas assez Badinter-Veil-Giroud, trop pleine de dents, trop en rage, trop misandre, trop castratrice, trop violente, trop impolie (pardon de te « mettre mal à l’aise » quand je dénonce le sexisme, c’est vrai, quoi, ça gâche l’ambiance une pétasse qui refuse les mains aux fesses et dénonce les insultes misogynes), trop blogueuse (tu as écrit « en mal de sujet », tu aurais pu ajouter « en mal de buzz » pour aller au bout du mépris), trop frustrée, trop « petite semaine », trop « agressive », trop dominatrice, trop revancharde, trop poilue, pas assez « trentenaire, souriante, douce et déterminée » pour qu’on « aime lui ressembler »...

    Avec ce billet, je vais t’offrir ton petit « CQFD » (ce sera mon cadeau de 8 mars) : je suis (presque) bel et bien tout ce que tu décris en creux des féministes que tu peux pas blairer.

    #Glamour #Féminisme #8Mars #Céline_Perruche #Marie_Donzel
    #antiféminisme #consommation #féminisation_des_noms, #publicité #sexisme #stéréotypes #tâches_ménagères

    https://seenthis.net/messages/574946 via fsoulabaille


  • Visionscarto.net propose aujourd’hui un essai de visualisation sur la question de la discrimination des femmes pour deux indicateurs fondamentaux :

    Discrimination des femmes : libertés civiles
    https://visionscarto.net/discrimination-des-femmes-libertes-civiles

    https://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L1024xH617/32721916512_5b5d-00128.jpg?1486977887

    Discrimination des femmes : Accès aux ressources et aux richesses
    https://visionscarto.net/discrimination-des-femmes-acces-ressources

    https://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L1024xH615/33067096242_46eb-196f3.jpg?1488539523

    C’est la base de données de l’OCDE (Social Institutions and Gender Index (SIGI) consultable ici http://www.genderindex.org qui a permis l’élaboration de ces deux cartes :

    Comme toujours les données sont discutables, il faudrait les commenter, ce que nous ferons sans aucun doute plus tard (wishful thinking...).

    En attendant, nous avons fait une petite expérimentation en essayant de montrer à la fois la valeur de l’indice attribué à chaque pays, et l’importance de la population pour chaque pays. Habituellement, lorsqu’on colorie la surface du pays (ce qui est normal quand on cartographie un indice), on fait disparaître l’importance de la population ce qui fausse un peu la vision. Ces cartes font partie d’un projet plus large où nous essayons diverses formes de visualisations qui permettent de « remettre les êtres humains sur la carte » (si je puis m’exprimer ainsi).

    https://seenthis.net/messages/574867 via Reka


  • The Syrian war shakeout is changing the Mideast’s balance of power - Middle East News

    Turkey’s intervention has created a rift with Iran, Jordan-Syria ties are tightening and America’s absence could weaken the Saudis. The alliances emerging in Syria will determine the fate the region.

    Zvi Bar’el Feb 27, 2017 1
    read more: http://www.haaretz.com/middle-east-news/.premium-1.773974

    Secondary relationships born of the Syrian civil war could have a greater impact on the future of the country and the region than the war itself. While the warring parties are busy holding onto and expanding territorial gains, finding funds and arms and jockeying for position in future negotiations, the smaller players are crafting long-range strategies that will divide the region à la the 1916 Sykes-Picot Agreement.
    The secondary relationships are alliances and rivalries that developed between global powers such as Russia and the United States, and between local powers such as Iran, Turkey and Saudi Arabia. But the term is inaccurate in a sense because the Syrian war has long become a proxy war in which the payer of the bills dictates the military movements while changing proxies based on battlefield success.
    More importantly, the alliances between the sponsors and “their” militias create the balance of political forces between the powers. For example, Russia uses the Kurds in Syria as a bargaining chip against Turkey, whose cooperation with the Free Syrian Army creates a rift between Ankara and Tehran. Meanwhile, Jordan’s strikes on the Islamic State in southern Syria boost the Russian-Jordanian coalition and Jordan’s ties with the Assad regime − and everyone is looking ahead to "the day after.”
    The latest development puts Turkish-Iranian relations to the test. Speaking at the Munich Security Conference a week ago Sunday, Turkish Foreign Minister Mevlut Cavusoglu called on Iran to stop threatening the region’s stability and security. The remark wasn’t only unusually blunt but also seemed to come from an American talking-points page. Iranian Foreign Ministry spokesman Bahram Ghasemi responded the next day, warning that while Turkey was an important neighbor, “there is a certain cap to our patience.”
    Tehran and Ankara are deeply divided over the Assad regime, and particularly over whether the Syrian president should stay on after a negotiated settlement. But these disagreements didn’t affect the two countries’ bilateral trade of some $10 billion a year.
    Iran was the first country to denounce the failed coup attempt in Turkey last July, and President Hassan Rohani is on track for a fourth visit to Ankara in April. Tehran and Ankara share an interest in preventing the establishment of an independent Kurdish region in Syria that could inspire the Kurds in Iran and Turkey.
    But Ankara and Tehran are each deeply suspicious of the other’s strategic ambitions. Turkey believes that Iran seeks to turn Iraq and Syria into Shi’ite states, while Iran is sure that Turkish President Recet Tayyip Erdogan dreams of reestablishing the Ottoman Empire.
    The Iranians were apprehensive about the liberation, by Turkish forces and the Free Syrian Army, of al-Bab, a city around 30 kilometers from Aleppo, even though the defeated party was the Islamic State. The Iranians were worried because control over al-Bab, whose liberation the Free Syrian Army announced Friday, opens up the route critical to retaking Raqqa, the Islamic State’s capital in Syria. Control over al-Bab is also key for taking control of the Iraq-Syria border, which Tehran views as critical.

    #syria #russia #iran

    https://seenthis.net/messages/573537 via Nouvelles d’Orient


  • Pourquoi nous appelons les chômeurs à soutenir la grève du 6 mars à Pôle emploi CIP-IDF >
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8499

    Cette grève est appelée par 5 organisations syndicales pour dénoncer le Plan stratégique Pôle Emploi 2020 dont l’objet est la disparition pure et simple d’un certain nombre de missions fondamentales, inscrite dans la LOI n° 2008-126 du 13 février 2008, par étape, par couche, dont, entre autres : l’accès au service public par la fermeture des agences locales en demi journée, la dématérialisation acharnée des contacts (de l’inscription à la radiation en passant par les entretiens de suivis), les suppressions de services ou agences spécifiques (à destination des licenciés économiques, ou des cadres), la disparition du métier indemnisation en supprimant les professionnels de la « Gestion des Droits ».

    Le choix de l’alliance entre Pôle Emploi et des innovateurs digitaux qui se nomment eux-mêmes les barbares [1] fait partie de la stratégie. Ils fabriquent leurs gadgets modernes, nourris aux algorithmes [2] et donnent l’illusion que tout le monde peut s’inscrire, tout seul, à Pôle Emploi, s’indemniser sans l’aide de personnel compétent, se former, s’orienter, s’évaluer, et répondre à une multitudes d’offres d’emploi tailler sur mesure, pour soi, par Bob emploi [3].

    Cette grève dénonce « la vente à la découpe » du Service Public :

    L’externalisation de missions fondamentales de Pôle Emploi vers des entreprises privées (CAPGEMINI [4], WEBHELP [5] , INGEUS [6], AKSIS [7], TESSI [8] , ARVATOR...la liste est longue) qui se gavent grâce aux largesses du Service Public [9] et à la cécité de ceux qui l’administrent, le financent, le gèrent et le contrôlent (3,3 Md€ en 2016 proviennent de nos cotisations : Article L5422-24 [10]) participent à la liquidation de Pôle Emploi qui se voit, pour la première fois, réduire son budget de 30 millions d’euros en 2016.

    Un personnel en perte d’identité :

    Les psychologues se déqualifient, les conseillers de la « gestion des droits » se mettent la rate au court bouillon en assistant à leur mort annoncée, et les conseillers emplois, sous une pression jamais égalée, prescrivent à tours de bras, au privé, des prestations-à-la-noix nommées : Activ’Emploi [11], Activ’Projet, Activ’Créa (peu importe ce qu’il en sortira, mais surtout Activ’Toi ailleurs qu’à Pôle Emploi) !
    Cette grève est un appel à lutter contre la destruction de Pôle Emploi, et à défendre un service public humain, un service public de qualité, et une protection sociale digne de ce nom. Cette grève va dans le sens de l’intérêt de ses usagers.

    Nous serons présents, ce jour là, aux cotés du personnel de Pôle Emploi en grève, et nous appelons les chômeurs à nous rejoindre.

    Le texte est fort bien documenté :

    [1] La redoutable stratégie des barbares digitaux, Reflets
    [2] Voir par exemple Emploi store
    [3] J’ai testé Bob emploi : et si je devenais chauffeuse de salle ?, L’Obs.
    [4] Le « toyotisme » débarque à Pôle Emploi, Actuchômage.
    [5] Pôle emploi compte sous-traiter davantage le 3949, L’express entreprise
    [6] Pôle emploi  : quand le privé prend les choses en mains, L’Humanité.fr.
    [7] Activ’Emploi - Aksis, Recours radiation
    [8] Voir la délibération de la CNIL.
    [9] Capgemini traque les coûts des administrations La Croix.
    [10] Article L5422-24 du Code du travail.
    [11] Marchés publics : Pôle emploi appelle le privé à la rescousse, Cash Investigation.


    #grève #Pôle_emploi #dématérialisation #externalisation #big_data #droits_sociaux
    @rezo @paris

    https://seenthis.net/messages/574597 via colporteur


  • J’ai donc donné mon premier cours à l’UPop Montréal hier soir, Une histoire populaire en chansons, consacré aux Chansons d’Immigration.
    http://www.upopmontreal.com/hiver-2017/une-histoire-populaire-en-chansons

    Super ambiance au Café L’Artère, et super discussions avec le public. Si vous avez raté ça, j’en suis désolé pour vous, mais vous pourrez vous rattraper dans deux demaines avec un deuxième cours consacré aux Chansons historiques...
    http://entrelesoreilles.blogspot.ca/2017/03/elo268-chansons-dimmigration.html

    Et pour vous consoler, ou pour raviver vos souvenirs, voici donc la playlist :
    https://www.youtube.com/watch?v=6yaDBBF7nJQ&list=PLkeA_mTMOkTudUAScu7OAUYSM2L3KyN-Y

    #Musique #Musique_et_politique #Immigration
    #Shameless_autopromo comme on dit icitte

    https://seenthis.net/messages/574734 via Dror@sinehebdo


  • Pollution près de l’usine Areva de la Hague : il y a aussi du plutonium - Magazine GoodPlanet Info
    https://www.goodplanet.info/actualite/2017/03/02/pollution-pres-de-lusine-areva-de-hague-y-a-plutonium

    Les terres polluées à l’américium 241 à côté de l’usine Areva de Beaumont-Hague (Manche) le sont aussi au plutonium, autre radioélément extrêmement toxique, a indiqué jeudi Areva.

    En janvier, #Areva avait annoncé que l’entreprise allait « ramasser » des terres contaminées à l’#américium_241 près de son usine de retraitement des déchets nucléaires, confirmant une pollution dénoncée en octobre par l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO).

    Cette fois, Areva confirme la présence dans ces terres « d’un marquage en #plutonium_239 – 240, avec une valeur moyenne de l’ordre de 200 becquerels (Bq) par kilo de terre sèche ».

    Un peu plus tôt jeudi matin, l’ACRO avait annoncé dans un communiqué avoir trouvé, quant à elle, jusqu’à 492 Bq par kilo de matière sèche de ces plutonium.
    ...

    Selon Areva, la valeur de 200 Bq par kg sec « ne présente pas de risque sanitaire pour l’homme ». « Le plutonium est fixé dans un environnement de terre humide, peu propice à l’exposition par ingestion ou inhalation. Enfin, les analyses réalisées dans l’eau du ruisseau des Landes », proche de la zone contaminée, « ne révèlent pas de marquage en plutonium ».

    L’ACRO de son côté affirme que la quantité de plutonium trouvée est « 350 fois plus élevée » que « la concentration la plus élevée répertoriée en France dans les sols et sédiments pour ces isotopes du plutonium (1,4 Bq/kg sec) ».

    #pollution #nucléaire

    https://seenthis.net/messages/574759 via odilon


  • Nous poursuivons - dans visionscarto.net - la publication des archives.

    Pour cette fournée, nous proposons quelques cartes et graphiques, simples et conventionnels mais assez parlant, sur la question de l’#éducation, l’#enseignement supérieur, de la production du savoir, de la #mobilité des étudiants, du financement de la #recherche. Certains docs sont ancien (plus de dix ans) d’autres plus récents, mais ça donne quand même une idée des tendances, et c’est une base de travail et de départ pour produire — un peu plus tard — la mise à jours et les compléments.

    Avec une petite synthèse d’un projet de recherche sur la production du savoir mené il y a dix ans par Rigas Arvanitis, Denis Eckert et Laurent Jégou.

    Je vous laisse découvrir les distributions spatiales...

    Les 500 universités les plus importantes au monde
    https://visionscarto.net/les-500-universites-les-plus-importantes

    https://visionscarto.net/local/adapt-img/1300/10x/local/cache-vignettes/L2283xH1371/32875294255_e3cd-cb675.png?1487174253

    Nombre d’articles scientifiques publiés dans le monde, 1988-2008
    https://visionscarto.net/articles-scientifiques-dans-le-monde

    Nombre d’articles scientifiques publiés en chine, 1988-2008
    https://visionscarto.net/articles-scientifiques-en-chine

    https://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L688xH1024/32350531843_8dae-5f571.jpg?1488281612

    Proportion des femmes dans la recherche, 2007-2009
    https://visionscarto.net/proportion-des-femmes-parmi-dans-la-recherche

    https://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L820xH1024/33008833152_9bc6-1bfba.jpg?1488282292

    Pays d’origine des étudiant·es en mobilité vers la France et répartition entre étudiantes et étudiants
    https://visionscarto.net/pays-d-origine-des-etudiants-en-mobilite

    Part du financement privé et public dans l’enseignement supérieur en 2008
    https://visionscarto.net/repartition-financements-enseignement-superieur

    Étudiant·es en mobilité entrante et sortante dans le monde, 2014
    https://visionscarto.net/etudiants-en-mobilite-entrante-et-sortante

    https://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L1024xH675/33010049532_c5b4-13b73.jpg?1488283092

    Pays d’origine des étudiant·es choisissant la France
    https://visionscarto.net/etudiants-choisissant-la-france

    On a beaucoup, beaucoup de documents qui dorment tranquillement à l’ombre de nos disques durs, aussi de nos étagères pour ce qui n’est pas numérisé. Archives géographiques, historiques, brouillons, méthodo, etc... Il y a de quoi faire, et on aimerait pourvoir tout rendre public tout de suite, hélas chacun de nous n’a que deux mains et dix doigts, et peu de temps avant, entre et après le « vrai » travail. Et il faut encore trier, préparer, archiver. Mais petit à petit, ça vient.

    Université #connaissance #recherche

    https://seenthis.net/messages/574206 via Reka


  • MARTINE CONTRE ikea, carrefour, lidl, leclerc et les autres

    L’histoire est celle d’une lanceuse d’alerte qui pourrait être notre grand-mère. Celle d’une petite commerçante ruinée, qui prend sa revanche contre les #hypermarchés depuis près d’un quart de siècle. À son tableau de chasse, près d’une cinquantaine de projets stoppés partout en France. « Seule face aux géants », #Martine_Donnette lève le voile sur les pratiques douteuses de la #grande_distribution.

    https://pbs.twimg.com/media/C510qh8WcAEpot0.jpg
    https://lequatreheures.com/episodes/martine-contre-ikea-leclerc-carrefour-les-autres
    #supermarchés #grandes_surfaces #France #résistance
    cc @albertocampiphoto

    https://seenthis.net/messages/574433 via CDB_77


  • Les trolls viennent à bout d’une chroniqueuse | ICI.Radio-Canada.ca
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1019477/trolls-viennent-a-bout-une-chroniqueuse-judith-lussier
    https://images.radio-canada.ca/w_635,h_357/v1/ici-info/16x9/judith-lussier.jpg

    Épuisées par le nombre et la violence des commentaires sur les réseaux sociaux, plusieurs femmes dans les médias décident de s’en éloigner. C’est le cas notamment de Judith Lussier, qui a récemment abandonné sa chronique d’opinion largement consacrée aux idées féministes.

    Un texte de Vincent Rességuier

    Judith Lussier a signé des chroniques pendant sept ans (deux ans au magazine Urbania et cinq ans au journal Métro). À travers ses textes, elle provoquait des débats, souvent à propos de féminisme, parfois en lien avec son homosexualité. Elle a souvent fait le choix d’affronter les trolls sur les réseaux sociaux, mais elle a décidé de jeter l’éponge parce qu’ils sont une « source d’épuisement » et qu’ils ont fini par la décourager, explique-t-elle à Radio-Canada.

    Elle affirme que pendant sept ans elle s’est convaincue que la violence verbale faisait partie de son travail. Dans cet esprit, elle a tenté de supporter « les petits et grands désaccords, les insultes, les humiliations publiques, les argumentations malhonnêtes, la mauvaise foi, le paternalisme, le harcèlement ». Mais elle juge aujourd’hui que la société ne devrait pas accepter un tel niveau de violence et que « personne ne mérite de vivre autant d’agressivité dans son travail ».

    https://seenthis.net/messages/574237 via Reka


  • C’est une première : le tribunal de Boulogne-sur-Mer interdit à un soutien des réfugiés de parler à la presse | StreetPress
    http://www.streetpress.com/sujet/1488290370-soutien-refugies-calais-interdit-parler-presse
    http://www.streetpress.com/sites/default/files/field/image/197155071_f24e96ee48_o.jpg

    Matthieu*, 42 ans, a décroché le gros lot. Mis en examen pour avoir aidé des amis migrants à traverser la Manche en canot pneumatique, ce soutien aux réfugiés, assez actif dans la jungle a écopé d’un contrôle judiciaire plutôt serré. En août dernier, il était arrêté à son domicile avant de passer devant un juge.

    Interdiction de se rendre à Grande-Synthe ou à Coquelles (à quelques kilomètres de Calais) « sauf pour prendre l’autoroute », interdiction de contacter ses complices présumés… Mais il y a plus original : l’homme a l’interdiction formelle de parler avec « tous journalistes » (sic), précise noir sur blanc le document consulté par StreetPress. Une première, à notre connaissance. Pas facile pour médiatiser son cas ! Selon nos informations, l’homme aurait déjà contesté la décision, sans succès. Difficile d’avoir des précisions… sans contacter l’intéressé.

    #censure #état_d'urgence #démocratie

    https://seenthis.net/messages/574171 via Agnès Maillard


  • This Picture Has No Red Pixels—So Why Do The Strawberries Still Look Red? - Motherboard
    https://motherboard.vice.com/en_us/article/this-picture-has-no-red-pixelsso-why-do-the-strawberries-still-loo
    https://video-images.vice.com/articles/58b5abca06c21a61f490eb34/lede/1488301021909-strabs.jpeg

    Since all this #color_contamination from light sources isn’t really useful (it would be super confusing if a ripe banana looked yellow in the morning but green at midday, for example), our brains have evolved to color correct. It allows the colors we see to look the same no matter the lighting.

    “In this picture, someone has very cleverly manipulated the image so that the objects you’re looking at are reflecting what would otherwise be achromatic or grayscale, but the light source that your brain interprets to be on the scene has got this blueish component,” Conway told me. “You brain says, ’the light source that I’m viewing these strawberries under has some blue component to it, so I’m going to subtract that automatically from every pixel.’ And when you take grey pixels and subtract out this blue bias, you end up with red.”

    #couleur #illusion

    https://seenthis.net/messages/574093 via baroug


  • Auteur, auteure ou autrice ? | Page Seauton | Audrey Alwett
    http://www.audreyalwett.com/auteur-auteure-ou-autrice
    http://www.audreyalwett.com/wp-content/uploads/2016/02/costauds30.jpg

    [Richelieu] a créé l’Académie Française et a ordonné à cette institution, composée uniquement d’hommes, d’effacer les femmes de la vie intellectuelle et politique.
    (...) À l’époque, on disait #philosophesse, #poétesse, #autrice, #mairesse, #capitainesse, #médecine, #peintresse, etc. Tous ces mots ont été supprimés pour ne garder que leur masculin

    https://seenthis.net/messages/574038 via Fil


  • Comment je suis devenue #féministe en réparant des #vélos

    (repostage du message non tagué de Chulinetti)

    "Mon histoire commence il y a environ 5 ans.
    Je me déplace à vélo quotidiennement pour me rendre à mon travail, et un jour, j’ai un pépin technique qui m’empêche d’avancer. Je pousse donc la porte d’un réparateur de vélos pendant ma pause déjeuner, un mécanicien fait le diagnostic, rien de grave, ça peut être résolu dans la demi heure. Je vais me chercher un sandwich et je reviens dans la boutique, je m’installe dans un coin, je sors un bouquin en attendant que mon vélo soit prêt. J’écoute sans trop faire attention les discussions des deux gars dans leur atelier.
    “Tiens, encore un tarif gonzesse. Elle est pour toi celle-là.“Ils se marrent.
    Je récupère mon vélo, un peu froissée, je paie, et je m’en vais.
    Je demande plus tard à mes copains cyclistes ce que c’est, le tarif gonzesse. Ils me répondent, mi embêtés, mi rigolards :
    “Ha, on t’a fait le coup ? Ouais, bon, c’est un truc de bouclard, quand une jolie fille débarque avec son vélo tout cassé, on dirait un peu un chaton, alors on lui fait une réduction, c’est galant, c’est le tarif gonzesse. Avec un peu de bol, elle reviendra, et y’aura moyen.”
    “Ouais, c’est un peu injuste le tarif gonzesse parce que nous les mecs, on paie plein pot.”
    “Ouais enfin nous on va pas chez les bouclards, on répare nous même.”
    “Ouais. Bon, on reprend une tournée ?”
    Quelque temps plus tard, victime d’une crevaison, je pousse mon vélo jusqu’aux portes de l’atelier d’autoréparation de mon quartier, dont j’avais entendu parler sans jamais osé y rentrer. J’ai été accueillie par une femme d’un certain âge, qui m’a montré comment remplacer ma chambre à air, et j’ai commencé à trouver à mon vélo un maximum de dysfonctionnements pour avoir l’excuse de revenir chaque semaine dans cet endroit, jusqu’à y bénévoler régulièrement. Je n’étais pas très dégourdie, ni très forte en mécanique, mais je me sentais bien là bas.
    Avant mon départ de Strasbourg, mon père a tenu à m’offrir un nouveau vélo pour que je puisse arpenter les rues parisiennes en toute sécurité. J’avais une idée assez précise de ce que je voulais, j’avais passé du temps à comparer différentes #bicyclettes, et quand je suis entrée dans le magasin avec mon père, j’étais plutôt sûre de moi. Le vendeur ne s’est adressé qu’à mon père, en me désignant parfois par “la petite dame” “la jeune fille” “la petite demoiselle” et en essayant de me vendre un vélo très éloigné du modèle que j’avais désigné en premier lieu, et que j’avais pré-sélectionné sur Internet.
    Ces deux mésaventures constituent à la fois la base de mon changement de carrière et de ma prise de conscience du sexisme ordinaire. Dans le milieu militant féministe, on appelle ça avaler la pilule bleue, en référence à Matrix.
    Avant, j’étais documentaliste, un métier socialement considéré comme féminin. Je n’avais pas l’impression de souffrir du sexisme, et je ne me suis pas heurtée au plafond de verre, malgré plus de douze ans passés dans la même entreprise. Mes compétences ont été reconnues par mes supérieurs masculins, j’ai été augmentée et mon poste a évolué. Les circonstances ont fait que j’ai du déménager, démissionner de mon entreprise où tout se passait bien, passer par des contrats précaires et des missions décourageantes pour finalement entreprendre de choisir un nouveau métier.
    Aujourd’hui je suis technicienne #cycles. Mon travail consiste à vendre et à réparer des vélos. Inutile de dire que je ne pratique jamais le tarif gonzesse. Non seulement j’écoute sans les interrompre les femmes qui viennent acheter un vélo, mais surtout, je les questionne sur leur pratique du vélo, sur leur trajet, sur leur goûts, sur leurs besoins. Je veux qu’elles me parlent de leur façon de pédaler, et qu’elles repartent avec un vélo aussi proche que possible de celui qu’elles imaginaient avant d’entrer dans mon magasin. Mais surtout, je veux que jamais elles ne se sentent illégitimes ici et qu’elles aient envie de revenir pour y faire entretenir leur vélo et pour discuter avec moi.
    Ce qui me semble évident aujourd’hui parce que j’ai été de l’autre côté du comptoir ne l’était pas du tout il y a deux ans.
    J’évolue désormais dans un environnement professionnel ouvertement sexiste : du chef d’entreprise qui m’a engagée “pour apporter un peu de féminité”, au chef d’atelier qui m’interroge sur mon orientation sexuelle, au directeur de magasin qui semble ignorer mon prénom et qui m’appelle “la miss” ou “ma belle”, aux clients qui sont toujours étonnés de voir une femme en atelier et qui me le font savoir, à ceux qui s’adressent à mes collègues qui n’ont aucune expérience en mécanique, plutôt qu’à moi, la personne pleine de cambouis avec un tablier et des outils en main, debout devant un pied en train de triturer les entrailles d’un vélo. Aux autres femmes aussi, qui me demandent comment je fais pour rester féminine malgré mon métier, qui déplorent que je puisse pas porter de robes ni de vernis à ongles, ou tout simplement qui trouvent admiraaaable que j’ai le courage de réparer des vélos.
    Le cycloféminisme m’aide à imposer ma place dans ce milieu, exactement comme j’impose ma place sur la route quand je suis à vélo.
    C’est le sujet que j’aborderai dans un prochain article : vous avez toujours voulu savoir ce que c’était que d’être une femme ? Montez sur votre vélo.”

    D’ici là, à lire :
    Définition du Cycloféminisme : wiki.cyclocoop.genre
    Pourquoi pratiquer la mécanique en atelier non mixte https://reporterre.net/Les-ateliers-velo-antisexistes-roulent-de-mieux-en-mieux
    #BikeagainstApocalypse #France #vélo #féminisme #sexisme #témoignage #DIY #AvéloSimone #Lyon #Grenoble #Paris #Rennes

    Trouvé sur Framasphère
    https://framasphere.org/posts/2544888

    https://seenthis.net/messages/573607 via Agnès Maillard


  • Comme d’autres livreurs à vélo, je n’étais pas salarié, je me suis fait virer | StreetPress
    http://www.streetpress.com/sujet/1488276642-coursier-velo-se-fait-virer
    http://www.streetpress.com/sites/default/files/field/image/deliveroo_def_0.jpg

    Cette fois, il me reproche de travailler pour d’autres plateformes. Ça m’est arrivé, mais j’ai le droit ; c’est même un devoir en tant que travailleur indépendant de bosser pour plusieurs boîtes en même temps. L’entreprise en question peut clairement être accusée de salariat déguisé sinon. Je lui propose à nouveau de déchirer la lettre que je vais recevoir !

    Il répond que, selon le contrat que j’ai signé avec eux, il faut soumettre une demande de congés si on veut se retirer des plannings. Des congés non payés bien sûr, puisque nous ne sommes pas salariés.

    #foutage_de_gueule #exploitation #loi_travail_de_merde

    https://seenthis.net/messages/574095 via Agnès Maillard