7h37

La sélection de Seenthis, maison-mère du Zinc. Une minute plus tard.


  • The Maps of Matrakçı Nasuh, Ottoman Polymath | The Public Domain Review

    http://publicdomainreview.org/collections/the-maps-of-matrakci-nasuh-16th-century-polymath

    Merci @mona d’avoir signalé cet opus. Je mets ça là pour le retrouver

    http://publicdomainreview.org/wp-content/uploads/2017/05/33744758053_3e2a26dec4_o-1.jpg

    In addition to his important writings in the fields of both mathematics and history, the Bosnian-born polymath and all-round genius Matrakçı Nasuh is best known for his exquisite miniatures depicting various landscapes and urban centres of 16th-century Persia. The images can be found spread across his four historic volumes, with perhaps the most important being Fetihname-i Karabuğdan — now at the library of Istanbul University — which addresses Suleiman the Magnificent’s Safavid War of 1532–1555. In the work Matrakçı Nasuh illustrates the cities encountered by the Ottoman army as they marched from Istanbul to Baghdad, then Tabriz (pictured above), and the return journey through Halab and Eskisehir.

    The name Matrakçı was not, in fact, his name by birth but rather a nickname referring to his invention of a kind of military lawn game called matrak (a word which means “cudgel” or “mace”, the main weapon at the heart of the game). The name stuck, and later would come to label its very own genre in Ottoman miniature art, the “Matrakçı style”, describing works echoing his penchant for detail and precision of execution, perhaps nowhere better encapsulated than in the famous image of Istanbul from 1536, the last image featured below.

    #cartographie #histoire #cartographie_historique #turquie

    https://seenthis.net/messages/597020 via Reka


  • Le musée Guggenheim de la fondation Solomon R. vient d’ajouter à son catalogue en ligne plus de 200 livres d’art, que l’on peut télécharger librement .

    L’occasion d’explorer les travaux de Kandinsky, Paul Klee, Lichtenstein, Picasso ou encore de Rothko, mais aussi de se plonger dans différents mouvements, de l’avant-garde russe au pop art, en passant par l’héritage aztèque.
    https://archive.org/details/guggenheimmuseum?&sort=-downloads&page=1

    http://www.novaplanet.com/sites/default/files/imagecache/page_mea/ressources/images/capture_decran_2017-05-05_a_14.49.23.png

    https://seenthis.net/messages/597014 via unagi


  • Trump poignarde Erdogan droit au coeur avec la décision de donner aux Kurdes des armes lourdes. L’Etat kurde est en marche, avec le soutien des USA. Et la menace d’une désintégration en Turquie existe, après celles de l’Irak et de la Syrie.

    ترامب يوجه طعنة في الصدر لاردوغان بقراره تسليح الاكراد بأسلحة ثقيلة.. الدولة الكردية قادمة بدعم أمريكا.. وخطر “التفكيك” يهدد تركيا بعد سورية والعراق | رأي اليوم
    http://www.raialyoum.com/?p=672617

    ترامب يوجه طعنة في الصدر لاردوغان بقراره تسليح الاكراد بأسلحة ثقيلة.. الدولة الكردية قادمة بدعم أمريكا.. وخطر “التفكيك” يهدد تركيا بعد سورية والعراق

    Pour mémoire, car l’article comporte surtout un rappel historique. Cela dit, il faudra peut-être se souvenir un jour qu’ABA/Rai al-yom aura mis régulièrement en garde les Turcs contre de telles menaces.

    https://seenthis.net/messages/597249 via gonzo


  • L’homme qui répare les femmes abandonné par l’ONU - La Croix
    http://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Lhomme-repare-femmes-abandonne-lONU-2017-05-09-1200845631
    http://img.aws.la-croix.com/2017/05/09/1200845631/Denis-Mukwege-craint-desormaissa-celle-equipe_0_1028_975.jpg

    Il ne comprend pas. Il n’a pas d’explication. Il craint pour sa vie, pour la vie de son équipe médicale et pour celle de ses patientes. Le docteur Denis Mukwege, « l’homme qui répare les femmes » dans le Sud Kivu (Est de la RD-Congo), n’est plus protégé par les Casques bleus de manière permanente. Ni lui, ni ses collègues, ni l’hôpital de Pandzi où il accueille et soigne les femmes violées du Kivu, depuis la fin des années 1990.

    https://seenthis.net/messages/597017 via Agnès Maillard


  • See Human Impact in an X-Ray of the Ocean
    http://www.nationalgeographic.com/magazine/2017/04/explore-human-impact-on-oceans
    http://www.nationalgeographic.com/interactive-assets/nggraphics/ngm-EXWatermap/build-2017-03-24_16-23-15/img/ai2html-graphic-mobile.png

    The map above is essentially an x-ray of the ocean, and the colors show where it’s feeling the most impact from human activity. The darker the area, the more stressed the waters are by fishing, shipping, the destabilizing effects of climate change, or all three.

    Such a map is rare. The vastness and depth of the ocean make it notoriously difficult to study. But in 2008 a team of researchers used satellite images and modeling software to make a complete portrait of human effects on the ocean. Five years later they did it again, capturing a comprehensive view of an ocean in transition. Among the revelations: Two-thirds of the ocean shows increased strain from human-related factors, such as fishing and climate change. And more than three-quarters of coastal waters suffer from climate change and increases in the effects of harmful land-based activities, including pollution. In all, the researchers classified more than 40 percent of the ocean as “heavily impacted” by human activity.

    #océan #pêche #climat #pollution #activités_humaines #cartographie

    https://seenthis.net/messages/596992 via odilon



  • Les processeurs #Intel « haut de gamme » (en gros ceux qui équipent les serveurs donc, pour une fois, @mmemichu peut dormir sur ses deux oreilles) ont une faille tellement énorme qu’il m’est difficile de ne pas penser à une porte dérobée. Le processeur inclut un serveur Web (oui !!!), activé par défaut et, comme c’est le processeur, il ne dépend pas du système d’exploitation. Même si Windows ou Unix est éteint, ce serveur Web répond. Évidemment, il est protégé par un système d’authentification et, non moins évidemment, ce système est programmé avec les pieds, et est contournable. Ce service se nomme #AMT et fait partie d’un ensemble plus vaste nommé #ME (Management Engine).

    Les articles des deux chercheurs qui ont (indépendamment) découvert la faille :
    https://www.embedi.com/files/white-papers/Silent-Bob-is-Silent.pdf
    http://www.tenable.com/blog/rediscovering-the-intel-amt-vulnerability

    Le truc officiel d’Intel https://downloadcenter.intel.com/download/26755

    Le serveur en question écoute sur les ports 16992 et 16993. Vous pouvez donc chercher des machines vulnérables sur votre réseau, par exmeple avec nmap (’nmap -p 16992-16993 192.0.2.0/24’) ou Nessus <https://www.tenable.com/blog/intel-amt-vulnerability-detection-with-nessus-and-pvs-intel-sa-00075> ou ce script nmap <https://github.com/nmap/nmap/blob/7bd54ab0989a8412a000d0475c90da36367eb574/scripts/http-vuln-cve2017-5689.nse> Évidemment, #Shodan trouve des tas de processeurs Intel ainsi accessible de l’extérieur.

    Question politique, Cory Doctorow note à juste titre que la faille vient du désir d’Intel de mettre un ordinateur complet dans chaque processeur, afin de contrôler l’usage qu’on en fait : http://boingboing.net/2017/05/09/management-engine.html

    #sécurité_informatique #foutage_de_gueule

    https://seenthis.net/messages/596937 via Stéphane Bortzmeyer


  • #Louise_Pennington : Le féminisme radical et l’accusation d’essentialisme.
    http://tradfem.wordpress.com/2017/05/09/louise-pennington-le-feminisme-radical-et-laccusation-dessentiali

    La critique la plus courante adressée à la théorie féministe radicale veut que nous soyons « essentialistes » parce que nous croyons que l’oppression des femmes, en tant que classe, se fonde sur les réalités biologiques de nos corps. L’hypothèse selon laquelle les féministes radicales seraient essentialistes est basée sur une incompréhension de la théorie féministe radicale, issue de la définition du mot « radicale » lui-même. Le terme « radicale » désigne la racine ou l’origine. Notre féminisme est radical dans la mesure où il situe la racine de l’oppression des femmes dans les réalités biologiques de nos corps (le sexe) et vise à libérer les femmes en éradiquant les structures sociales, les pratiques culturelles et les lois basées sur l’infériorité des femmes aux hommes. Le féminisme radical conteste toutes les relations de pouvoir qui existent dans le patriarcat, y compris le capitalisme, l’impérialisme, le racisme, l’oppression de classe, l’homophobie et même l’institution de la mode et de la beauté.

    Les féministes radicales ne croient pas en l’existence de caractéristiques qui soient exclusivement masculines ou exclusivement féminines. Les femmes ne sont pas naturellement plus nourrissantes que les hommes, et eux ne sont pas meilleurs en mathématiques. Le genre n’est pas fonction de notre biologie. C’est une construction sociale créée pour maintenir des hiérarchies de pouvoir inégal. L’amalgame entre le sexe et le genre est un autre malentendu commun au sujet de la théorie féministe radicale. Le sexe est la réalité de votre corps sans qu’y soient liées des caractéristiques négatives ou positives. Le genre est une construction sociale qui privilégie les hommes/la masculinité en regard des femmes/de la féminité. Le féminisme radical est accusé d’essentialisme parce que nous reconnaissons ces hiérarchies de pouvoir et cherchons à les détruire. Nous ne croyons pas, comme on le suggère souvent, que ces hiérarchies sont naturelles. Il faut voir là une tactique de censure à notre égard.

    L’oppression des femmes en tant que classe repose sur deux construits reliés : la capacité de reproduction et la capacité sexuelle. Le genre est créé pour accorder aux hommes le contrôle du travail reproductif et sexuel des femmes pour que les hommes puissent profiter de ce travail, qu’il soit effectué à la maison, dans les espaces publics ou via la procréation et l’éducation des enfants. Ou, pour reprendre les mots de Gerda Lerner dans The Creation of Patriarchy (Oxford University Press, 1986), la marchandisation des capacités sexuelles et reproductives des femmes est ce qui a fondé la création de la propriété privée et d’une société de classes. Sans la matière première exploitée du travail des femmes, on n’assisterait pas à la hiérarchie inégale de pouvoir entre les hommes et les femmes qui s’est avérée fondamentale à la création et au maintien du patriarcat capitaliste.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : http://elegantgatheringofwhitesnows.com/?p=2895
    Autrice, militante, analyste médiatique et éditrice, Louise Pennington tient un blogue au http://elegantgatheringofwhitesnows.com et collabore à http://everydayvictimblaming.com
    #féminisme_radical #essentialisme #reproduction #exploitation #violences_masculines

    https://seenthis.net/messages/596906 via Tradfem



  • En différents pays (dont le nombre va croissant), le capitalisme ne peut plus faire ses affaires sans recourir à la brutalité. D’aucuns croient encore pouvoir s’en tirer autrement ; un regard dans leurs livres de comptes les persuadera tôt ou tard du contraire. Ce n’est qu’une question de temps.
    Toute proclamation contre le fascisme qui se garde de toucher aux rapports sociaux dont celui-ci résulte comme une nécessité naturelle est dénuée de sincérité. Ceux qui ne veulent pas renoncer à la propriété privée des moyens de production, loin de se débarrasser du fascisme, auront besoin de ses services.

    Bertolt Brecht, Écrits sur la politique et la société (1933-39).

    https://seenthis.net/messages/596737 via kaparia


  • L’empire de l’or rouge - Enquête sur une industrie aux origines de la mondialisation

    La tomate est le légume le plus transformé par les multinationales de l’agroalimentaire, avides de cette matière première stratégique qu’est le concentré de tomate. Cette enquête au coeur du business impitoyable du fruit le plus consommé au monde retrace la route et l’histoire d’une révolution mondiale de couleur rouge.

    http://static.wixstatic.com/media/14d3ce_70d70eb79d9441628a56c6abeae68695~mv2_d_1275_1650_s_2.jpg_srz_980_1268_85_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz#.jpg
    https://www.rts.ch/play/tv/doc-du-lundi/video/lempire-de-lor-rouge-enquete-sur-une-industrie-aux-origines-de-la-mondialisation
    #film #tomates #mondialisation #globalisation #ressources_pédagogiques #documentaire #Chine #Italie #USA #Etats-Unis #Californie #Afrique #concentré_de_tomates #agriculture #travail #exploitation #migrations #industrie_agro-alimentaire

    Il y a apparemment aussi un #livre :
    http://www.e-leclerc.com/espace+culturel/produit/l-empire-de-l-or-rouge-enqu%C3%AAte-mondiale-sur-la-tomate-d-industrie,28
    cc @odilon

    https://seenthis.net/messages/596751 via CDB_77


  • Les notes du mathématicien Alexandre Grothendieck arrivent sur le net - Libération
    http://www.liberation.fr/sciences/2017/05/05/les-notes-du-mathematicien-alexandre-grothendieck-arrivent-sur-le-net_156
    http://md1.libe.com/photo/1019332-page20.jpg

    Si la question des archives de Montpellier est réglée, il reste maintenant à trouver une solution pour les 65 000 pages de Lasserre. Seront-elles vendues ? Seront-elles accessibles un jour ? Pour l’instant, la Bibliothèque nationale de France (BNF) et l’Institut des hautes études scientifiques (IHES) ne parviennent pas à formuler une offre aux enfants du mathématicien. La question clé étant : ce trésor a-t-il un prix ?

    Ceux qui cliqueront sur les archives Grothendieck doivent être prévenus d’une chose. Il se trouve au pied d’un Himalaya des mathématiques, puisque chaque feuille manuscrite nécessite une dizaine d’heures de travail pour un géomètre algébriste rompu aux « gribouillis » grothendieckien. Les choses misent à plat, le travail commence.

    Pour organiser le décryptage, il faudra sans doute qu’une équipe de mathématiciens s’organise à travers la planète, sur le modèle des Polymaths. Un mathématicien pose une question, et qui détient un bout de la réponse apporte sa contribution. La publication scientifique finale pourrait mentionner une quarantaine de signatures de chercheurs qui ne se seront croisés que numériquement.

    #archives-scientifiques #mathématiques #collaboration

    https://seenthis.net/messages/596213 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Hypervelocity impacts and protecting spacecraft / #Space_Debris / Operations / Our Activities / ESA
    http://www.esa.int/Our_Activities/Operations/Space_Debris/Hypervelocity_impacts_and_protecting_spacecraft

    http://www.esa.int/var/esa/storage/images/esa_multimedia/images/2013/04/hypervelocity_impact/12635237-3-eng-GB/Hypervelocity_Impact_medium.jpg

    In hypervelocity impacts, the projectile velocity exceeds the speed of sound within the target material. The resulting shockwave that propagates across the material is reflected by the surfaces of the target, and reverses its direction of travel. The superimposition of progressing and reflected waves can lead to local stress levels that exceed the material’s strength, thus causing cracks and/or the separation of spalls at significant velocities.

    https://seenthis.net/messages/596401 via Simplicissimus


  • Le président le plus jeune mais le plus mal élu de la 5ème République
    https://www.bastamag.net/Le-president-le-plus-jeune-mais-le-plus-mal-elu-de-la-5eme-Republique

    Emmanuel Macron est donc élu Président de la République avec 66% des suffrages exprimés. S’il devient le président le plus jeune de la 5ème République, il est aussi le plus mal élu. Face à l’extrême droite, il mobilise moins de la moitié des électeurs inscrits, dont une grande partie n’adhère pas à son projet. Ce second tour enregistre également un record d’abstention et de votes blancs et nuls. Une fois l’addictif spectacle électoral terminé, le retour à la réalité risque d’être brutal. C’était une soirée (...)

    #Chroniques

    / A la une, Élections , #Politique

    #Élections_

    https://seenthis.net/messages/596581 via Basta !



  • Why talented women are disappearing from Swiss universities

    Equal numbers of men and women do PhDs in Switzerland, but by post-doc level the number of women dwindles. One university is bringing women back to academia thanks to an innovative programme.

    http://www.swissinfo.ch/eng/young-female-academics_why-talented-women-are-disappearing-from-swiss-universities/43103010?srg_sm_campaign=general&srg_sm_medium=soc&srg_sm_source=sflow

    #femmes #Suisse #université #genre #carrière #inégalités #maternité

    https://seenthis.net/messages/596486 via CDB_77


  • Suite à l’interview de macron par mediapart.
    Tolérance 0 dans les quartiers.

    La mondialisation de la "tolérance zéro". Loïc Wacquant. octobre 99. Agone 22 « État, démocratie et marché »
    http://www.homme-moderne.org/societe/socio/wacquant/montoler.html
    http://agone.org/libre/ebook_326.pdf
    Depuis le début des années 80, un réseau de think tanks néoconservateurs basés principalement sur la côte est des États-Unis mène une offensive concertée visant à saper la légitimité de l’État-providence et à lui substituer, dans les régions inférieures de l’espace social, un État-pénitence capable de « dresser » les fractions de la classe ouvrière rétives à la nouvelle discipline du salariat précaire et sous-payé, et de neutraliser ceux d’entre leurs membres qui s’avèrent par trop disruptifs. C’est ainsi qu’après avoir mené campagne en faveur du démantèlement des programmes d’aide aux familles démunies (welfare) entamé par Ronald Reagan et parachevé par Bill Clinton, le Manhattan Institute, centre névralgique de la guerre intellectuelle à l’État social avec l’American Enterprise Institute et le Cato Institute, s’est employé à populariser une séries de mesures policières et judiciaires qui, en instaurant une véritable « chasse aux pauvres » dans la rue, reviennent à pénaliser la précarité résultant justement de la démission organisée de l’État sur le front économique et social.

    pointg.gif (57 octets) Parmi les notions et les dispositifs que ces intellectuels-mercenaires ont activement propagé parmi les journalistes, chercheurs et dirigeants du pays : la soit disant « théorie de la vitre cassée », opportunément exhumée du cimetière criminologique où elle gisait depuis quinze ans, selon laquelle la lutte contre la grande violence criminelle nécessite une répression sévère et tatillonne de la petite délinquance et des comportements incivils qui en seraient les signes avant-coureurs ; l’impératif de « qualité de la vie », prétexte à une politique de nettoyage de classe des espaces publics dans les villes ; et le slogan « la prison marche », bien fait pour justifier l’expansion exponentielle et indéfinie du système pénitentiaire dans lequel sont désormais entreposés les indésirables — la population carcérale des États-Unis a quadruplé en vingt ans pour frôler les deux millions alors même que la criminalité stagnait puis reculait durant cette période. Ces mesures ayant été adoptées par son nouveau maire, Rudoph Giuliani, grand partisan du remplacement de l’aide sociale par le travail forcé (workfare), la ville de New York est devenu le laboratoire où s’invente un nouveau gouvernement de la misère qui marie la « main invisible » du marché du travail déqualifié et dérégulé au « poing de fer » d’un appareil policier et pénitentiaire omniprésent, intrusif et hypertrophique.(1) De New York, ces notions et ces dispositifs se sont diffusés à travers les États-Unis avant d’être importés par un nombre sans cesse croissant de pays d’Europe et d’Amérique latine dont les gouvernements se révèlent avides d’engranger les profits électoraux promis par l’éventuel succès de la « lutte contre l’insécurité ».❞

    La tolérance zéro en France | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2009-4-page-655.htm

    S’il est un domaine où, au cours des dernières années, les élites politiques françaises ont cherché à l’étranger de nouvelles recettes d’action publique, c’est bien celui de la lutte contre l’insécurité. Nombreux sont les emprunts, les références mobilisées par les acteurs politiques français pour définir, dans leurs discours, « la » politique qu’il conviendrait de mener pour lutter contre la délinquance. L’emprunt à des programmes et des idées venant de l’étranger s’est posé à de nombreuses reprises : le plaider coupable instauré en 2002 n’est-il pas une importation du plea bargaining américain ? L’adoption du bracelet électronique et la définition de ses modalités de mise en œuvre n’ont-elles pas été précédées de fréquents voyages au cours desquels parlementaires et membres du ministère de la Justice ont observé les pratiques existantes ailleurs
     ? Les peines planchers pour les multirécidivistes adoptées par la nouvelle majorité en 2007 ne sont-elles pas la directe application des politiques américaines imposant des sanctions sévères et rigides aux délinquants les plus dangereux ?

    On le voit, la référence aux pays anglo-saxons, et notamment aux États-Unis, apparaît ici essentielle. Si bien qu’en matière de politiques de sécurité et en matière criminelle, s’est posée de façon récurrente la question de l’importation du modèle américain. Assistet-on en France, comme dans d’autres pays occidentaux, à une américanisation des politiques publiques ?

    https://seenthis.net/messages/596228 via unagi


  • Les tondues
    http://www.tetue.net/les-tondues-varda

    Au parvis de l’église on sonne l’armistice en ce jour de printemps La ville tricolore en oublie tous ses morts juste pour un instant Et tandis que la clique improvise en public une ode aux résistants Au milieu des trompettes on a rasé les têtes de filles de vingt ans Et ces deux sœurs qu’on livre au maquis fier et ivre vont payer à présent Ils sont venus à l’aube, ont déchiré leurs robes sur l’air des partisans Après l’ignoble tonte vint l’heure de la honte, l’heure des règlements Elles étaient trop…

    #Musiques

    https://seenthis.net/messages/596471 via tetue.net



  • #Philippa_Willitts : Personne n’a fondamentalement « droit » à des rapports sexuels, même pas les personnes handicapées
    http://tradfem.wordpress.com/2017/05/07/philippa-willitts-personne-na-fondamentalement-%E2%80%89droit%E2%

    Les débats concernant l’industrie du sexe ne sont jamais très éloignés de la vigilance d’une féministe, et un des arguments qui retient toujours mon attention veut que la prostitution doive être légalisée, car, sans des « travailleuses du sexe », ces pauvres, misérables personnes handicapées n’auraient jamais de rapports sexuels.

    Des gens n’ayant jamais manifesté le moindre intérêt pour faire campagne contre la réduction des prestations d’invalidité ou pour l’accessibilité des locaux se montrent soudain préoccupés par notre « droit » à des rapports sexuels ? C’est malhonnête, et cette rhétorique cache un préjugé validiste pas très subtil.

    La présupposition que personne ne voudrait jamais avoir par choix personnel des rapports sexuels avec une personne handicapée est non seulement inexacte mais offensante. Une vision infantilisée des personnes handicapées contribue aussi à l’idée qu’avoir des rapports sexuels avec l’un ou l’une d’entre nous est mal ou bizarre, ajoutant au stigmate et aux préjugés qui limitent nos vies.

    Dans l’environnement médiatique actuel, nous sommes déjà dépeint/e/s comme des profiteurs/ses paresseux/ses. Dans les films, nous sommes les courageuses sources d’inspiration qui existent pour motiver les autres à l’action en les culpabilisant à la pensée du caractère affreux de nos vies. Et dans le domaine médical, c’est nous-mêmes qui sommes le problème, avec nos corps et nos esprits bancals nécessitant des traitements onéreux que la sécurité sociale peut être réticente à nous rembourser.

    Donc ce n’est pas une surprise si les personnes non handicapées ne savent quoi penser de nous. Si elles en pincent pour une personne handicapée, des questions à savoir si cette personne se briserait pendant un rapport sexuel (indice : communiquez), ou si le rapport sexuel leur fait mal (indice : communiquez), entre autres dilemmes, peuvent créer des obstacles que beaucoup de personnes perçoivent comme trop difficiles à affronter. En effet, quelque 70 % des Britanniques « n’envisageraient pas » d’avoir de rapports sexuels avec une personne handicapée, d’après un sondage de l’Observer. http://tradfem.files.wordpress.com/2017/05/6fb020b78ead358bd6c2021ee89fd16875fb4d44.jpg

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : http://www.feministcurrent.com/2014/04/23/nobodys-entitled-to-sex-including-disabled-people/channel=f2c2e22a36aac24&origin=http://www.feministcurrent.com:80

    Philippa Willitts est une écrivaine indépendante féministe et handicapée, qui vit à Sheffield. Elle a écrit pour The Guardian, The Independent, The New Statesman et les sites d’actualités de Channel 4, et fait partie de la collective du blogue The F-Word. Suivez-la sur le réseau Twitter à @PhilippaWrites.
    #prostitution #handicap #assistante_sexuelle

    https://seenthis.net/messages/596308 via Tradfem


  • salve d’interdictions de séjour avant les élections

    via Jef Klak sur FB :

    Aujourd’hui salve d’interdiction de séjour pour la ville de St Mandé distribuées aux domiciles de camarades habitant le Val de Marne pour la soirée de demain soir.
    Pourquoi ? Car le FN a prévu de se rassembler au Bois de Vincennes, sur la commune de St Mandé, en cas de victoire...
    En utilisant l’état d’urgence, l’Etat interdit la contestation antifasciste, en mettant tout en oeuvre pour que le rassemblement post-éventuelle victoire du #FN se passe le mieux possible...
    Au secours.

    http://paris-luttes.info/une-interdiction-de-manif-qui-8084

    commentaire sur FB de Victor B. (qui a reçu hier une interdiction pour aujourd’hui sur Saint-Mandé et de nouveau, ce matin, une interdiction pour lundi toute la journée à Charles de Gaulle - Étoile et ses alentours) :

    Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent chez toi des policiers en uniforme avec des arrêtés préfectoraux.

    https://seenthis.net/messages/596306 via kaparia


  • Lettre au futur étudiant de Sciences-Po Grenoble

    Pipeau-litiquement correct

    Ils sont partout. Dans les mairies, les conseils départementaux, les banques, les associations, les structures de l’économie sociale et solidaire : dans la cuvette on peut tomber dessus à n’importe quel coin de rue. « Ils », ce sont les anciens élèves de Sciences Po Grenoble. Ils sont souvent cadres ou dirigeants, ou les deux, et savent généralement bien parler. Quand on les côtoie un peu, on se rend vite compte qu’ils peuvent même parler de tout, alors que leurs connaissances sur bien des sujets sont proches du rien : le sobriquet facile de Sciences-Pipeau est amplement mérité. Deux anciens élèves sont venus toquer à la porte du Postillon pour mettre en garde leurs potentiels successeurs.

    voir la suite sur https://www.lepostillon.org/Pipeau-litiquement-correct.html

    #SciencesPo

    https://seenthis.net/messages/595977 via Le Postillon

    • Il y a aussi la Science Popo, d’Alexis Leclef Prononcer Leclé.
      De l’utilité sociale du divin canular démocratique (Science POPO)
      Cours de Science Popo Sur Radio Campus Lille ! Leçon (8)

      Bizarre chose que la religion, qui glorifie ce qui n’existe pas... Ou plutôt qui, au travers de la glorification de ce qui n’existe pas, justifie, approuve et bénit une forme d’organisation sociale qui, pour couvrir ce qu’elle a d’inacceptable, a besoin de créer des illusions à glorifier !
      (Article d’Alexis Leclef paru dans Le Bateau ivre / El Batia moûrt soû, n° 66, nov. 2011)

      Le christianisme en est l’illustration par excellence. Pendant un millénaire et demi, il a fait vénérer aux pauvres leur seigneur féodal comme des ouailles moutonnièrement bêlantes vénèrent sans broncher le Seigneur théologal. Voltaire ne s’y est pas trompé, pour qui « il est infiniment plus utile d’avoir une religion, même mauvaise, que de n’en avoir point du tout ».

      Ni Napoléon, pour qui, selon le mot célèbre qu’on lui attribue, « un curé vaut dix gendarmes », éloquent résumé des raisons pour lesquelles le capitalisme n’a jamais depuis lors renoncé complaisamment à se servir de ce genre de bienfaits qu’offre une Église issue d’un autre temps.Vénérer ce qui n’est pas pour justifier ce qui est, telle est bien en effet la fonction sociale de la religion : masquer des injustices terrestres crevant pourtant les yeux en priant un Dieu céleste illusoire et invisible, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

      De même que le Dieu chrétien, à l’instar de tous les dieux, est pure chimère, la démocratie élevée au rang de nouveau Dieu créateur de l’organisation sociale est vaste blague. Les mots existent, mais les saintes choses qu’ils expriment ne sont, auraient si bien dit Jean Meslier, qu’« illusions et impostures ». Le canular est cependant bien utile et il n’est rien d’étonnant que la science popo la vénère comme l’alpha et l’oméga, le principe et la fin de toute organisation sociale.

      C’est en son nom par exemple que ce sont opérées, à grand renfort de canonnières, ces croisades modernes qu’ont été les expéditions coloniales du XIXe siècle. Elles étaient justifiées par le « fardeau de l’homme blanc », souci philanthropique s’il en est d’y exporter la « civilisation », cet autre nom aux saveurs maintenant désuètes par lequel on la désignait alors.

      C’est au nom de cette même démocratie qu’aujourd’hui encore l’on jauge, en toute conformité avec les préceptes popoliniens, les États qui ne font pas partie de la terre d’élection singulièrement bénie de Popo qu’est le monde occidental : ces États issus tout droit du paganisme, et qui en portent encore tant de stigmates, font-ils enfin allégeance aux formes imposées de la démocratie par définition parlementaire, ou restent-ils au contraire embourbés dans leur mécréance originelle ?

      Et gare à ceux qui n’ont pas appris par cœur le catéchisme qui est de servir sans broncher les intérêts du monde riche et justement dévot ! Car à la moindre divergence avec ces États pieusement démocratiques, à la moindre velléité d’indépendance suspecte, un ouragan de bombes s’abattra sur eux ! En toute impunité. L’impunité qui sied à ceux qui sont dans le « bon droit », parce que leurs valeurs sont autoproclamées bonnes, fussent-elles assénées à coup de pilonnages massifs et par l’occupation militaire.
      Ainsi se permet-on de nos jours de bombarder allègrement la Libye au nom de l’humanisme, pour sauver des vies » dit-on, même si on en supprime bien plus sous les décombres des bombes de l’OTAN infiniment plus puissantes et meurtrières... mais larguées pour la bonne cause.

      Imaginerait-on à l’inverse que ce pays dirigé par un tyran sans foi ni loi pousse sa barbarie à bombarder les capitales occidentales ? C’est un ouragan de feu et de plutonium qui en réplique le dévasterait, au regard duquel l’Apocalypse semblerait une comptine pour enfants. Mais que l’on bombarde les villes libyennes, quoi de plus normal, puisque cela se fait au nom de la démocratie et avec la bénédiction de l’humanisme !

      Tant il est vrai que croire à Dieu permet de s’octroyer des licences en ce bas monde, celles de faire impunément ce qui est réprouvé et réprimé dans le chef des mécréants. Les crimes, les massacres et les génocides sont permis s’ils sont faits au nom de Dieu, et l’on peut même pousser la magnanimité à les perpétrer pour « le bien » des peuples qui en sont les victimes – et le salut de l’âme de ceux des leurs qui ne sont plus.

      Les adorateurs de cette autre mystification révérée sous le nom de démocratie justifient de même ce droit régalien. Popo en fait quant à lui, c’est son rôle, immodérément et inconditionnellement l’éloge ! Contre toute évidence.Depuis quand d’ailleurs l’impérialisme se préoccuperait-il d’autre chose que de ses intérêts économiques et stratégiques ?

      Dans la féodalité, le Dieu imaginaire vénéré par le christianisme permettait de justifier l’oppression et de la faire accepter par ceux qui en sont les victimes. Aujourd’hui, c’est la tout aussi imaginaire démocratie vantée par la science popo qui en a repris la fonction, celle de couvrir de son emballage idéologique jusqu’aux plus barbares horreurs, aux plus criminels forfaits et aux plus inhumaines turpitudes.
      Ainsi s’explique en fin de compte pourquoi ce qui n’a pas d’existence a cependant son utilité. Et pourquoi, pour le bénéfice des puissants et l’assujettissement des autres, il est voué un culte à une démocratie qui n’a de réelle que le nom.

      http://www.campuslille.com/index.php/entry/de-l-utilite-sociale-du-divin-canular-democratique-science-popo

      #SciencesPopo


  • Reflexions - Quand le sexisme se veut bienveillant...
    http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_25043/fr/quand-le-sexisme-se-veut-bienveillant?part=1
    http://reflexions.ulg.ac.be/upload/docs/image/jpeg/2010-02/front2.jpg

    Dans un article récent intitulé Be kind to a woman, she’ll feel incompetent : benevolent sexism shifts self-construal and autobiographical memories towards incompetence (1), des chercheurs du service de psychologie sociale de l’Université de Liège abordent la question du sexisme bienveillant, cet « autre sexisme » plus discret mais aussi plus insidieux que le sexisme hostile du macho ou du misogyne. Il revêt les traits du paternalisme et a généralement un impact plus délétère sur les performances cognitives des femmes que le sexisme pur et dur qu’est le sexisme hostile. C’est ce qu’ont montré les travaux du professeur Benoît Dardenne et de Marie Sarlet.

    À travers les recherches qu’il mène actuellement, le service de psychologie sociale de l’Université de Liège s’intéresse précisément au sexisme bienveillant et à ses conséquences sur les performances des femmes. Dans cette forme de sexisme, les femmes sont jugées sociables, dépendantes des hommes et peu compétentes. Elles sont perçues comme des « petites choses » faibles et merveilleuses qui doivent être protégées, aimées et placées sur un piédestal. Cette vision est en phase avec le concept de « complémentarité de genre », où les hommes sont décrits comme possédant des traits positifs dont les femmes seraient dépourvues, et vice-versa. La compétence, l’affirmation de soi et l’indépendance seraient des caractéristiques masculines, tandis que les femmes se distingueraient par leur chaleur et leur sociabilité. « Les stéréotypes véhiculant l’idée d’une complémentarité entre hommes et femmes auraient une fonction de maintien et de justification du système social, car chaque groupe de genre serait vu comme détenteur d’une série de forces qui compenseraient ses propres faiblesses et les rendraient acceptables », explique Marie Sarlet.

    Un des grands problèmes soulevés par le sexisme bienveillant est qu’il est difficile à identifier. Sa forme subtile le rend peu visible, et il pourrait être confondu avec un comportement de galanterie. Plusieurs laboratoires ont montré que, contrairement à son homologue hostile, très facilement détecté par les femmes, le sexisme bienveillant ne l’est quasi jamais. Des expériences simulant un entretien d’embauche révèlent cependant que si les femmes qui y ont été confrontées ne l’étiquettent pas comme tel, elles évoquent néanmoins une situation déplaisante.

    « Être à la fois hostile et bienveillant est d’une efficacité redoutable pour maintenir un groupe dans son état de subordination », renchérit Benoît Dardenne. Cette stratégie n’est probablement pas le fruit d’un calcul explicite, délibéré, mais, dans certains cas, peut néanmoins être consciente et verbalisable.

    La question des conséquences du sexisme bienveillant sur les performances cognitives de ses cibles constitue l’un des principaux thèmes de recherche du service de psychologie sociale de l’ULg. Dans une première expérience, qui reposait sur une simulation de tests d’embauche, des étudiantes de 18 à 25 ans furent placées dans la peau de candidates à un emploi. Selon les cas, le « recruteur » leur tenait des propos relevant du sexisme hostile ou du sexisme bienveillant, ou alors des propos neutres, sans coloration sexiste. Par exemple, le sexisme bienveillant transparaissait à travers le paternalisme sous-jacent à certaines attitudes galantes ou à des phrases telles que « Les hommes doivent aider les femmes à s’adapter et les protéger ». Les candidates, elles, étaient soumises à une double tâche de mémoire de travail (le reading span test - RST) où elles devaient déterminer si une phrase énoncée devant elles était correcte et en retenir le dernier mot en vue d’un rappel ultérieur.

    Il apparut que les femmes exposées au discours hostile ou au discours neutre réalisaient des performances équivalentes, mais que les femmes confrontées au sexisme bienveillant obtenaient de moins bons scores. « Ce constat est en accord avec la thèse défendue par différents auteurs, dont Mary Jackman, selon laquelle les groupes dominants maintiennent plus efficacement les inégalités sociales à travers l’influence persuasive de la bienveillance qu’à travers l’hostilité », commente Marie Sarlet.

    Que dévoila l’expérience ? Que des termes tels que « intelligence », « compétence » ou « performance » perturbent avec une acuité particulière la réalisation de la tâche. Mais surtout qu’il en va de même avec des mots se référant à la sociabilité positive : « aimante », « sympathique », « disponible », « charmante »... Cela témoigne de l’intériorisation par les femmes des stéréotypes pesant sur leur groupe et de l’impact négatif que la simple évocation de ces derniers peut susciter chez elles en termes de performance. Ce qui les amène à confirmer les visions caricaturales dont elles font l’objet.

    Comment expliquer la chute de performance enregistrée chez les femmes plongées dans un contexte de sexisme bienveillant ? Benoît Dardenne et ses collaborateurs ont montré qu’elle était causée par la présence de pensées intrusives liées à la nature fondamentalement ambiguë de cette forme de sexisme.

    Toujours selon notre interlocutrice, le sexisme bienveillant génère plus de pensées intrusives dans l’esprit des femmes que le sexisme hostile ou le discours neutre, en raison de sa forme subtile et ambiguë. La charge mentale résultant de ces intrusions consommerait une partie des ressources limitées de la mémoire de travail, lesquelles ne seraient plus disponibles pour la bonne exécution de tâches réclamant beaucoup de ressources cognitives - cas des doubles tâches comme le reading span test.

    #sexisme #bienveillance

    https://seenthis.net/messages/596216 via Aude


  • Pas avant le deuxième tour – Nicolas Gregoire – Medium
    https://medium.com/@nicolasgregoire/pas-avant-le-deuxi%C3%A8me-tour-593526d58a2a

    Je contacte le Canard Enchaîné, dont je connais le rédacteur en chef, Erik Emptaz. “Le Canard vous remercie d’avoir pensé à lui, me répond la secrétaire de rédaction. Votre message est transmis à Erik Emptaz”. Soulagé, je réponds “vous vous réveillez enfin, c’est bien. Je commençais à me demander si vous protégiez Bayrou”. Le Canard ne publiera rien. Et enchaînera les révélations sur Fillon et Le Pen.

    Les interviews s’enchaînent. On m’enregistre. On prend note. J’avertis : “Attention, il va y avoir des pressions !” Et toujours la même réponse. “Ah mais Bayrou et ses amis ne font pas la loi chez nous !” Et le sujet ne sort pas.

    6 avril. Pour répondre aux demandes des médias et faire taire les mauvaises langues, je publie toutes mes preuves sur Twitter. Et mets les originaux en lieu sûr. Corinne Lepage, qui avait avant moi dénoncé les emplois fictifs chez François Bayrou, retweete immédiatement. Deux minutes plus tard, elle se rétracte.

    https://seenthis.net/messages/596239 via BigGrizzly