7h37

La sélection de Seenthis, maison-mère du Zinc. Une minute plus tard.

  • Athelstan Spilhaus
    https://le-cartographe.net/blog/archives/342-athelstan-spilhaus

    https://le-cartographe.net/images/stories/blog/spilhaus2.jpg

    En 1942, l’océanographe et géophysicien Athelstan Frederick Spilhaus d’origine sud-africaine, réalise une carte fascinante. Les régions marines sont représentées au centre du monde. Une immense mer intérieure (un peu plus de 70% de la surface de la Terre) apparait sous nos yeux. Rappelons tout de même que l’Océan mondial génère plus de 60% des services écosystémiques qui nous permettent de vivre, à commencer par la production de la majeure partie de l’oxygène que nous respirons. Cette carte est ainsi toute symbolique de l’importance des mers. Afin de réaliser celle-ci l’auteur utilise les principes des deux projections suivantes. La projection de Ernst Hammer et celle d’August Heinrich Petermann (co-auteur avec Hermann Berghaus et Carl Vogel de l’Atlas Stieler). Le résultat est une projection interrompue dans laquelle les océans forment une unité. C’est à la fois génial et totalement déroutant. La déformation est telle que le continent américain et asiatique sont completement écartelés. L’Europe, l’Afrique et l’Asie du Sud-Est concervent en revanche une forme cohérente. Cette projection est rarement utilisée et c’est bien dommage !

    via @fil

    dans la nécro du 1/04/1998 qu’on trouve en note on apprend qu’il était l’un des (nombreux) papas de Roswell 1947…

    https://seenthis.net/messages/627318 via Simplicissimus


  • Qualifié de « dictature » par France 2, l’Azerbaïdjan poursuit la chaîne en justice

    http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2017/09/05/qualifie-de-dictature-par-france-2-l-azerbaidjan-poursuit-la-chaine-en-justi

    L’Azerbaïdjan occupe la 162e place sur 180 au classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2017.

    http://img.lemde.fr/2016/09/29/0/0/5616/2808/644/322/60/0/6875b6d_7254-wtzzrt.JPG

    C’est un reportage vieux de deux ans qui va être revu par le tribunal correctionnel de Nanterre, mardi 5 septembre. L’Azerbaïdjan poursuit la chaîne France 2, et la journaliste Elise Lucet, pour un sujet de l’émission « Cash investigation » diffusé le 7 septembre 2015, dans lequel le pays était qualifié de « dictature ». L’Azerbaïdjan demande 1 euro symbolique, en réparation du préjudice.

    La cour d’appel de Versailles avait confirmé en mai un non-lieu en faveur d’un député français poursuivi par l’Azerbaïdjan pour l’avoir qualifié le pays d’« Etat terroriste » sur un site Internet, au motif qu’un Etat étranger ne peut attaquer en diffamation. L’Etat du Caucase s’est pourvu en cassation dans cette affaire.

    Pour les mêmes motifs, le tribunal correctionnel de Paris a jugé irrecevable deux actions en diffamation du Maroc contre le boxeur Zakaria Moumni, qui affirme avoir été torturé dans son pays. Le Maroc a fait appel.

    https://seenthis.net/messages/627166 via enuncombatdouteux



  • Grizzly bears go vegetarian due to climate change, choosing berries over salmon
    http://www.telegraph.co.uk/news/2017/08/25/grizzly-bears-go-vegetarian-due-climate-change-choosing-berries
    http://www.telegraph.co.uk/content/dam/news/2017/08/28/TELEMMGLPICT000137578259-xlarge_trans_NvBQzQNjv4BqejI1gRHJsOsGt35KcRG67xws2wuoei9M_HFF16UY7UM.jpeg

    The study found that during the unusually warm summer of 2014, the bears, which would traditionally kill up to 75 percent of the salmon, were nowhere to be seen near the streams.

    Instead, they were in the hills busy munching on berries, which contain less protein and therefore take less energy to break down, causing them to gain weight more quickly.

    Biologists warned that changes caused by a warming planet were behind the bears’ unusual behavior and could affect the entire ecosystem.

    The researchers found that the forests around the streams suffered because the bears’ fish carcasses were no longer there to enrich the soil.

    “Bears switched from eating salmon to elderberries, disrupting an ecological link that typically fertilizes terrestrial ecosystems and generates high mortality rates for salmon,” the study said.

    On average, red elderberries are said to be ripening two and a half days earlier every decade.

    If the pattern continues, they will regularly overlap with the salmon by 2070.

    The study was published in the Proceedings of the National Academy of Sciences.

    #climat #alimentation #ours #écosystème #sols

    https://seenthis.net/messages/626975 via Kassem


  • Le nucléaire : l’énergie du futur de ta grand-mère ?
    http://sortirdunucleaire.org/Le-nucleaire-l-energie-du-futur-de-ta-grand-mere?origine_sujet=LI

    Le Youtubeur masqué Defekator, spécialiste de la remise en question des ’fake news’ du web s’attaque à l’industrie nucléaire et ça va faire mal !

    En près d’une heure il démonte un par un tous les mensonges matraqués par le lobby qui présentent le nucléaire comme une solution d’avenir, à l’aide d’une analyse documentaire judicieuse de vidéos d’archives. Des faits et des arguments indéniables à connaitre pour envoyer paître les pronucléaires de tous bords.

    https://youtu.be/lUKgkADJdWM

    https://seenthis.net/messages/626078 via vazy


  • Le marché et l’électricité, le dogme perd l’Europe

    http://huet.blog.lemonde.fr/2017/09/04/le-marche-et-lelectricite-le-dogme-perd-leurope

    Peut-on faire confiance à un « marché » qui, pour une même marchandise, proposerait un prix fluctuant entre 3000 euros et… mieux que la gratuité, le producteur vous payant pour que vous consommiez son produit ?

    http://huet.blog.lemonde.fr/files/2017/09/Léclairage-en-europe-montre-le-réseau-électrique.-En-rouge.jpg

    Le livre de Hansen et Percebois conduit à s’interroger sur les deux « transitions » du système électrique européen.

    La première, celle de la fin des services publics, a échoué. Absolument rien ne permet de penser qu’une amélioration de la gestion des monopoles historiques sur la base de prescriptions publiques fondées sur des objectifs clairs – efficacité opérationnelle, recherche du système de production et de transport optimal en coûts (y compris par une augmentation des échanges frontaliers), dé-carbonisation de la production pour respecter l’impératif écologique – n’aurait pas eu de résultats meilleurs. Et comme les Britanniques discutent d’une renationalisation de leurs chemins de fer après l’échec cinglant des privatisations, celle des systèmes électriques doit être rediscutée sur la place publique.

    La seconde, celle du défi de la dé-carbonisation de la production d’électricité – le secteur le plus émetteur de CO2 au plan mondial en raison de la domination du charbon et du gaz – suppose une intervention publique décisive. Aucun marché ne peut déboucher sur une planification judicieuse et de long terme des moyens de production et des réseaux de transport visant cette transition au moindre coût. Et ceci quelques soient les moyens dé-carbonés utilisés : hydrauliques, éoliens, photovoltaïques, marins, géothermiques, biomasse, biogaz, nucléaire. Ce que le marché dicte, ce sont les moyens de production à la rentabilité immédiate la plus élevée, gaz naturel et charbon. Les choix optimaux entre ces différents moyens ne peuvent être identiques selon les pays et les régions, les ressources naturelles et les impératifs de l’énergie nucléaire sûre et à bas coût n’y étant pas les mêmes.

    https://seenthis.net/messages/627173 via enuncombatdouteux


  • Les pigeons qui se prenaient pour des aigles - Le Monolecte
    https://blog.monolecte.fr/2017/09/05/pigeons-se-prenaient-aigles
    https://blog.monolecte.fr/wp-content/uploads/2017/09/tir_pigeonsD_01.jpg

    Les cadres se font enfler par l’illusion d’être du côté des dominants.
    Ils collaborent activement à l’exploitation des employés parce qu’ils s’imaginent ne pas être des prolétaires eux-mêmes. Et les patrons se frottent les mains et entretiennent soigneusement cette confusion : elle leur permet d’avoir des relais serviles et zélés pour mieux presser le travailleur tout en en faisant porter la responsabilité à des sous-fifres clairement identifiables par les exploités.
    J’avais déjà écrit sur ce marché de dupes qui utilise l’illusion d’être du bon côté du manche pour faire faire le sale boulot entre dominés.

    #chômeur #discours #économie #entreprise #inégalités #libéralisme #propagande #solidarité #travail

    https://seenthis.net/messages/627178 via Agnès Maillard



  • Le monde à l’envers
    http://www.lemondealenvers.lautre.net/livres/egologie.html
    http://lemondealenvers.lautre.net/img/egologie.jpg

    Aude Vidal
    Égologie
    Écologie, individualisme et course au bonheur
    ISBN 979-10-91772-19-8
    Octobre 2017
    A paraître
    10x14cm, 100 pages, 4 euros

    Développement personnel, habitats groupés, jardins partagés... : face au désastre capitaliste, l’écologie se présente comme une réponse globale et positive, un changement de rapport au monde appuyé par des gestes au quotidien. Comme dans la fable du colibri, « chacun fait sa part ».
    Mais en considérant la société comme un agrégat d’individus, et le changement social comme une somme de gestes individuels, cette vision de l’écologie ne succombe-t-elle pas à la logique libérale dominante, signant le triomphe de l’individualisme ?

    #shameless_autopromo #pas_cher

    https://seenthis.net/messages/626999 via Aude


  • Miroir Social - IRP : mort sur ordonnances ?
    http://www.miroirsocial.com/actualite/14959/irp-mort-sur-ordonnances

    L’#entreprise quant à elle a tous les moyens nécessaires avec avocats, conseils, experts ou consultants de tout ordre pour étudier et faire valoir son point de vue sur un projet ou sa stratégie. Son #budget est illimité au besoin.

    L’élu, lui, est seul, souvent sans connaissance initiale, sans expertise et pratique professionnelle avérée. En effet, comment des élus conducteurs routiers, seuls, peuvent-ils s’insérer dans un dialogue loyal et technique avec le PDG, le DRH et le directeur financier ? Il y a besoin et nécessité d’être assisté.

    Aujourd’hui, CE et CHSCT peuvent s’attacher des services d’experts économiques, en organisation ou en santé au #travail. L’employeur en assure le financement, comme en Allemagne. Normal, c’est lui qui détient le capital et le chiffre d’affaire. Demain, la loi prévoit un cofinancement à 80/20. Le CSE (nouveau comité d’entreprise) devra trouver dans ses comptes les 20 % pour rémunérer la mission d’assistance ou d’expertise. Mais avec quel budget ? Sur les cadeaux de Noël ? Sur la mutuelle ? C’est délicat.

    #domination

    https://seenthis.net/messages/627112 via Agnès Maillard


  • Royaume-Uni : bilan catastrophique pour une expérience de #vidéosurveillance « intelligente »
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/09/01/royaume-uni-bilan-catastrophique-pour-une-experience-de-videosurveillance-in

    Trente-cinq cas de « faux positif », et une arrestation d’un innocent : c’est le bilan catastrophique d’une expérience de « vidéosurveillance intelligente », menée à la fin d’août durant le carnaval de Notting Hill à Londres, selon une enquête de la télévision nationale Sky News.

    https://seenthis.net/messages/626996 via Simplicissimus


  • Féministe, communiste et arabe : la Soudanaise Fatima Ahmed Ibrahim – Culture et politique arabes
    https://cpa.hypotheses.org/6349

    Alors qu’en Grande-Bretagne, le Guardian et le Times lui ont chacun consacré une longue nécrologie, on ne trouve pas une ligne dans la presse francophone – si j’en crois Google – pour évoquer la Soudanaise Fatima Ahmed Ibrahim (فاطمة أحمد إبراهيم), décédée le 12 août dernier. Cette absence totale d’intérêt pour l’une des plus grandes féministes arabes du XXe siècle en dit long sur le sérieux de ceux et celles qui prétendent si souvent s’intéresser au sort des « malheureuses femmes voilées ».

    #cpa

    https://seenthis.net/messages/625088 via gonzo


  • Première pages traduites...

    « Les hommes m’expliquent des choses » (Rebecca Solnit, 2008)

    Je ne sais toujours pas pourquoi Sallie et moi avions pris la peine de nous rendre à cette fête dans les forêts des montagnes du Colorado, au dessus d’Aspen. Les gens y étaient tous plus âgés que nous et ennuyeux dans un genre distingué, assez âgés pour que nous qui avions la quarantaine pussions passer pour les jeunes femmes de la soirée. La maison était fantastique – si vous aimez le style « chalet Ralph Lauren » – une robuste cabane de luxe à 3 000 mètres d’altitude à laquelle ne manquaient ni les bois d’élan accrochés au mur, ni les nombreux tapis orientaux, ni le poêle à bois. Nous nous préparions à partir quand notre hôte nous dit : « Non, restez un peu pour que je puisse vous parler. » C’était un homme imposant qui avait gagné beaucoup d’argent dans sa vie.

    Il nous fit attendre tandis que les autres invité·es se dispersaient dans cette nuit d’été, puis nous assit à sa table en bois authentiquement granuleux et me dit : « Alors, on m’a dit que vous aviez écrit un ou deux livres. »
    Je répondis : « Plusieurs, à vrai dire. »
    Il dit alors, à la manière dont vous encourageriez l’enfant d’une amie à raconter ses cours de flûte : « Et de quoi parlent-ils ? »
    Ils portaient sur des sujets bien différents les uns des autres, ces six ou sept ouvrages que j’avais alors publiés, mais je commençai à parler seulement du plus récent en cet été 2003, Rivers of Shadows : Eadwaerd Muybridge and the Technological Wild West, mon livre sur l’annihilation du temps et de l’espace et l’industrialisation de la vie quotidienne.
    Il me coupa la parole dès que j’eus prononcé le nom de Muybridge : « Avez-vous entendu parler de ce livre très important sur Muybridge qui est sorti cette année ? »
    J’étais tellement prise dans le rôle d’ingénue qui m’était assigné que j’étais parfaitement disposée à imaginer qu’un autre livre sur le même sujet eût pu paraître simultanément au mien et que j’eusse pu, pour une raison ou une autre, le manquer. Il me parlait déjà du livre très important – avec ce regard suffisant que je connais bien de l’homme qui disserte, les yeux fixés sur l’horizon lointain et flou de son autorité.
    Laissez-moi ici vous dire à quel point ma vie est constellée d’hommes charmants, une longue liste d’éditeurs qui, depuis ma jeunesse, m’ont écoutée, encouragée et publiée, mon frère cadet dont la générosité est à toute épreuve, des amis formidables dont on pourrait dire – comme le clerc des Contes de Canterbury dont il était question dans les cours de M. Pelen sur Chaucer – qu’« il apprenait de bon gré et enseignait de même ». Mais il y a aussi ces autres hommes. M. Très important, donc, continuait à parler d’un air suffisant de ce livre que j’aurais dû connaître quand Sallie l’interrompit pour dire : « C’est son livre. » Ou tenta à tout le moins de l’interrompre.
    Mais il poursuivait sur sa lancée. Elle dut dire « C’est son livre » à trois ou quatre reprises avant qu’il le prît en compte. Alors, comme dans un roman du XIXe siècle, il devint blême. Que je pusse être l’auteure de ce livre très important qu’il s’avérait qu’il n’avait pas lu, seulement entendu parler dans la New York Book Reviews quelques mois plus tôt, cela perturbait à ce point les catégories dans lesquelles il rangeait soigneusement son monde que le choc lui fit perdre la voix – pour un moment, avant qu’il ne recommençât à disserter. Parce que nous étions des femmes, nous attendîmes poliment d’être hors de portée de voix avant de commencer à rire et nous n’avons jamais vraiment cessé.
    J’aime les incident dans ce genre, quand des forces d’habitude sournoises et insaisissables se glissent à découvert et deviennent aussi évidentes qu’un anaconda qui aurait mangé une vache ou qu’une merde d’éléphant sur le tapis.

    https://seenthis.net/messages/626881 via Aude



  • Baisse des APL : un coup de rabot qui fait mal !
    http://blogs.alternatives-economiques.fr/madec/2017/09/01/baisse-des-apl-un-coup-de-rabot-qui-fait-mal
    http://blogs.alternatives-economiques.fr/system/files/inline-images/graphAPL.png

    Sources : Insee, enquête Revenus fiscaux et sociaux 2013 (actualisée 2015) ; Insee, Drees, modèle Ines 2015, calculs des auteurs. Du fait de la structure de la population des bénéficiaires, la baisse annoncée des aides au logement sera donc majoritairement supporté par les 2 premiers déciles de niveau de vie. Les ménages ayant un niveau de vie inférieur à 1 130€/mois/uc et allocataires actuels d’aide au logement- soit 3,6 millions de ménages- supporteront plus de 60% de l’effort budgétaire demandé … Il est à noter que les personnes seules représentent quant à elles plus de 40% des allocataires d’aides personnelles soit 2,4 millions de personnes, et que leur niveau de vie de ces dernières, lorsqu’elles perçoivent une aide au logement, est de 1000 euros par mois. Sur les 400 millions d’euros d’économies attendues, 160 millions d’euros seront amputés à ce type de ménage soit 0,6% de leur niveau de vie.

    https://seenthis.net/messages/626878 via unagi


  • La fake news des « 49 médias fermés par le gouvernement Maduro »
    https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/09/04/mensonges-mediatiques-contre-france-insoumise-partie-i-mad
    https://venezuelainfos.files.wordpress.com/2017/09/share-2.png

    Deux radios sans renouvellement de concession ? mais alors… quid des « 49 médias fermés par le régime » ? L’astuce de Marco Ruiz est de laisser croire que des radios commerciales qui émettaient sans avoir demandé de permis, parfois au détriment d’autres antennes, ou fermées par leurs actionnaires dans le cadre des stratégies des groupes privés, voire inactives à la suite de vols ou d’avaries, ont été… fermées par le gouvernement Maduro pour des raisons politiques. Ruiz accuse aussi le gouvernement de ne pas vouloir vendre de papier pour mieux « fermer » certains journaux… Au Venezuela l’entreprise privée détient 80 % de l’économie et notamment des réseaux d’importation et de distribution (6) – ce qui lui d’ailleurs permet d’organiser des pénuries, des contrebandes massives vers la Colombie et d’amasser des capitaux considérables en spéculant sur le dollar parallèle.

    https://seenthis.net/messages/626807 via Agnès Maillard


  • To Understand Rising Inequality, Consider the Janitors at Two Top Companies, Then and Now
    https://www.nytimes.com/2017/09/03/upshot/to-understand-rising-inequality-consider-the-janitors-at-two-top-companies-

    ROCHESTER — Gail Evans and Marta Ramos have one thing in common: They have each cleaned offices for one of the most innovative, profitable and all-around successful companies in the United States.

    For Ms. Evans, that meant being a janitor in Building 326 at Eastman Kodak’s campus in Rochester in the early 1980s. For Ms. Ramos, that means cleaning at Apple’s headquarters in Cupertino, Calif., in the present day.

    In the 35 years between their jobs as janitors, corporations across America have flocked to a new management theory: Focus on core competence and outsource the rest. The approach has made companies more nimble and more productive, and delivered huge profits for shareholders. It has also fueled inequality and helps explain why many working-class Americans are struggling even in an ostensibly healthy economy.

    The $16.60 per hour Ms. Ramos earns as a janitor at Apple works out to about the same in inflation-adjusted terms as what Ms. Evans earned 35 years ago. But that’s where the similarities end.

    #externalisation #sous-traitance

    https://seenthis.net/messages/626705 via grommeleur


  • l’Humanité.fr propose en accès libre et en exclusivité le documentaire de Nadir Dendoune : « L’affaire Salah Hamouri »
    Vendredi, 1 Septembre, 2017
    https://www.humanite.fr/lhumanite-fr-propose-en-acces-libre-et-en-exclusivite-le-documentaire-de-na
    https://img.humanite.fr/sites/default/files/images/fb_img_1504208202611.jpg

    Le film de Nadir Dendoune, « L’affaire Salah Hamouri » questionne le faible intérêt des médias pour le cas de ce franco-palestinien. Une interrogation d’autant plus légitime qu’à la même époque, le sort du soldat franco-israélien Gilad Shalit, capturé le 25 juin 2006, à la lisière de la bande de Gaza, par des combattants proches du Hamas, avait fait l’objet d’une intense campagne politique et médiatique pour sa libération. Le président Sarkozy appellera même en 2008 à sa libération, alors que dans le même temps, Salah Hamouri croupissait encore en prison sans procès. Sa mère Denise n’aura jamais droit aux mêmes égards de la part des autorités françaises...

    https://seenthis.net/messages/626330 via Loutre


  • Robert Ménard lâché en rase campagne La Marseillaise - Marine Desseigne - 1 Septembre 2017
    Et son site boulevard voltaire frappé au portefeuille

    http://www.lamarseillaise.fr/herault/politique/63236-robert-menard-lache-en-rase-campagne

    Le maire est vertement critiqué par les responsables du FN. Son site, Boulevard Voltaire à Bézers, est aussi la cible d’activistes qui ont réussi à plomber ses recettes publicitaires.

    La lettre ouverte de Robert Ménard à ses "amis du Front national" publiée le 22 août dernier dans les colonnes du Figaro lui avait déjà valu d’être vertement rabroué par les caciques du parti à la flamme. Lâché par sa famille politique, le maire de Béziers semble désormais aussi perdre du terrain sur le plan médiatique. Dans sa dernière édition, Télérama révèle en effet que Boulevard Voltaire, le site réactionnaire fondé par Robert Ménard et Dominique Jamet, a perdu ces derniers mois près de 500 annonceurs et donc une grande partie de son financement.
    http://statique.lamarseillaise.fr/media/k2/items/cache/5c7f486fa39a81bb04ae51c19d0ada18_L.jpg

    Aux manettes de ce vaste désistement, la branche française de Sleeping Giants. Ce groupe d’activistes, créé aux États-Unis suite à l’élection de Donald Trump, mène une campagne contre Breitbart News, le site ultra-conservateur de son ancien conseiller spécial, Steve Bannon (aujourd’hui remercié). Avec un slogan - « Stop au financement de la haine par la pub » - ils interpellent les annonceurs dont les publicités apparaissent (indépendamment de leur volonté) sur le site pour les convaincre de les faire retirer.

    Le procédé, qui s’est avéré particulièrement payant, a été reproduit en France avec le site Boulevard Voltaire. Interpellées, de grandes enseignes ont fait la démarche de « black lister » le site : Carrefour, Nestlé, BNP Paribas, Citroën ou Decathlon. Selon les activistes de Sleeping Giants, contactés par Télérama, le site de Robert

    Ménard aurait ainsi perdu 90% de ses recettes publicitaires. Un chiffre que Boulevard Voltaire refuse de commenter.

    C’est donc un nouveau revers pour Robert Ménard. Après sa tentative ratée de création d’un mouvement transpartisan Oz ta droite (on se souvient du départ précipité de Marion Maréchal Le Pen et Gilbert Collard, les seules têtes d’affiche du FN à avoir accepté d’y participer), l’idée de tirer à boulets rouge sur Marine Le Pen - qu’il compare à « un leader de la CGT » et dont il remet en cause le leadership - l’a encore un peu plus isolé des rangs frontistes.
    « Je croyais que "l’ami" Ménard serait plus modeste, prudent, et respectueux », l’a taclé Louis Alliot, vice-président du FN, compagnon de Marine Le Pen et récemment élu député dans les Pyrénées-Orientales. « Je serais curieux de savoir comment Ménard aurait gagné à Béziers sans le soutien de l’inefficace FN et de l’incompétente Marine Le Pen... », a commenté le sénateur maire de Fréjus David Rachline.

    Mais peut-être la démarche de Robert Ménard vise-t-elle justement à prendre ses distances avec le FN ? Bien qu’élue députée dans la 6e circonscription de l’Hérault, Emmanuelle Ménard n’a pas engrangé autant de voix que son mari sur Béziers lorsqu’il a gagné la mairie en 2014 avec le soutien du parti frontiste (et face à l’inconséquence de la droite et de la gauche, déjà en déroute). L’érosion avait commencé dès les Départementales (même si Robert Ménard a réussi à faire élire ses candidats), puis aux Régionales.

    A l’heure où le FN tente de se reconstruire suite à l’échec de la Présidentielle, à défaut d’avoir réussi à s’imposer dans le mouvement, Robert Ménard pense certainement assurer sa réélection en 2020 en se détachant de la flamme. Il ne faut pas s’y tromper : derrière les manoeuvres politiques, c’est la même idéologie qui est à l’oeuvre.
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=39&v=xtaaUrZ0Z6A

    #Sleeping_Giants #publicité #publicité_programmatique #financement #boulevard_voltaire #robert_ménard #dominique_jamet #fn #front_national #emmanuelle_Ménard

    https://seenthis.net/messages/626737 via BCE 106,6 Mhz


  • Tout comprendre à l’écriture inclusive, que les antiféministes adorent détester
    http://www.francetvinfo.fr/societe/tout-comprendre-a-l-ecriture-inclusive-que-les-antifeministes-adorent-d
    http://www.francetvinfo.fr/image/75eckg2t5-560f/1500/843/13159461.jpg

    Qu’est-ce que l’écriture inclusive ?

    L’écriture inclusive est une technique d’écriture qui englobe des règles de grammaire et de syntaxe permettant d’assurer une représentation plus égalitaire des femmes et des hommes dans la langue française. Cette méthode recouvre plusieurs grands principes. Elle encourage non seulement à féminiser les noms de métiers et les titres de fonctions pour désigner une femme ("la présidente", « une agricultrice » plutôt que « Mme le président » ou « une femme agriculteur »), mais également à combiner le masculin et le féminin pour désigner un groupe qui comprend des femmes et des hommes ("les électeurs et les électrices").

    Le Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe, édité en novembre 2015 par le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, invite également à bannir les termes « homme » et « femme » lorsqu’ils sont employés pour désigner l’espèce humaine d’une part ("les droits de l’homme") ou l’ensemble des femmes de l’autre ("la journée de la femme"). Pour le Haut Conseil, parler de « la femme » évoque « le fantasme, le mythe, qui correspondent à des images stéréotypées et réductrices telles que la figure de ’l’Arabe’ ou ’du Juif’. »

    La règle grammaticale selon laquelle le masculin l’emporte sur le féminin est également dans le viseur des partisans de l’écriture inclusive. En 2011, trois associations publiaient une pétition intitulée « Que les hommes et les femmes soient belles ! » qui invitait à s’en débarrasser pour revenir la règle de la « proximité ». Celle-ci consiste à accorder le genre de l’adjectif avec celui du plus proche des noms qu’il qualifie, et le verbe avec le plus proche de ses sujets, comme le titre de la tribune l’indique.

    #Ecriture #Typographie #Féminisme

    https://seenthis.net/messages/626711 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Pays-Bas. Au bout de 20 ans de réformes du marché du #travail : l’emploi trop flexible ? - IRES
    http://www.ires-fr.org/publications/chronique-internationale-de-l-ires/item/5188-pays-bas-au-bout-de-20-ans-de-reformes-du-marche-du-travail-l-emploi-t

    Les critiques des conséquences de la #flexibilisation accélérée du marché du travail commencent à se faire entendre du côté des universitaires mais aussi de grandes institutions économiques 16 : moindre formation continue des travailleurs flexibles, impossibilité pour eux d’accéder à la propriété et au crédit, surexposition au #chômage coûtant à la collectivité, et prise de conscience de l’augmentation des usages pervertis de la flexibilité, sapant les bases des accords collectifs et des assurances sociales (Asscher, 2013). La croissance de la flexibilité touche plus tôt et plus fort les plus faiblement qualifiés, à partir de 2003, tandis qu’elle ne débute qu’en 2009 pour les hautement qualifiés, avec la crise économique. En 2012, 18,5 % des faiblement qualifiés et 10 % des hautement qualifiés sont en emploi précaire (contre respectivement 12,5 % et 6 % en 2003) selon le CPB (2015) 17. La mobilité entre l’emploi instable et l’emploi stable décroît sur cette période. Le marché du travail connaît alors une progression continue des formes non stables d’emploi desquelles on a de plus en plus de mal à sortir, accentuée par la récession du début des années 2000. Ainsi, entre 1999 et 2006, un travailleur flexible sur huit (hors indépendants sans personnel) reste dans ces formes d’emploi trois ans et plus contre un sur trois entre 2006 et 2010 (Asscher, 2013).

    Au plan social, plusieurs facteurs se conjuguent pour conduire en 2013-2014 à lâcher un peu de lest sur le terrain de la flexibilité, mais ce ne sera pas sans nouvelles concessions du côté syndical. Le gouvernement Rutte II avait repris dans son programme de gouvernement de l’automne 2012 les projets de réformes du licenciement ainsi que de réduction de l’indemnisation du chômage, sur lesquels la Commission européenne, dans ses recommandations, n’a cessé d’insister, faisant pression pour une plus grande flexibilisation du marché du travail. Mais les travaillistes sont associés à ce gouvernement, et le vice-Premier ministre travailliste, également ministre des Affaires sociales, Lodewijk Asscher, reste attentif au mouvement syndical pour qui la réforme du licenciement n’est discutable que si un contrôle administratif préventif du licenciement est maintenu. Le gouvernement, en défaut de majorité parlementaire au Sénat, a tout à gagner à assurer ses propositions d’un bon soutien de la société civile et des corps intermédiaires concernés. La concertation sociale est ainsi réanimée en 2013 après une période de gel liée aux remous créés au sein de la FNV par un accord sur la réforme des retraites professionnelles (juin 2011). En effet, sortant avec peine de la grave crise interne qui l’a traversée suite à cet accord, la FNV a repris l’initiative à partir de 2012 et a adopté une ligne plus offensive sur le terrain de l’emploi. Face au chômage en augmentation, notamment dans le secteur de la santé et du social touché par de très fortes baisses de budget et à la déstructuration de l’emploi, elle a vigoureusement dénoncé les emplois en miettes, les excès des contrats courts (contrats zéro heure, contrats min/max) et le recours abusif aux indépendants.

    #précarité

    https://seenthis.net/messages/626631 via Agnès Maillard


  • 12 preuves que la #cellulite est une invention sexiste
    https://www.buzzfeed.com/daphneeleportois/12-preuves-que-la-cellulite-est-une-invention-sexi-2mg09
    https://img.buzzfeed.com/buzzfeed-static/static/2017-09/2/2/campaign_images/buzzfeed-prod-fastlane-01/12-preuves-que-la-cellulite-est-une-invention-sex-2-20833-1504333067-0_dblbig.jpg

    À cet égard, il convient de « rappeler que les #corps des #femmes sont plus dénudés que les corps des hommes », déclare à BuzzFeed Solenn Carof, sociologue à l’EHESS spécialiste du surpoids. À la plage, le short de bain couvre davantage les cuisses que la culotte du maillot. En ville, c’est comme pour les poches, les shorts pour femme sont plus petits que ceux des hommes (quand ceux-ci ont l’autorisation d’en porter). Or, « plus le corps est montré, plus il y a de normes sur les parties du corps non couvertes ». Et comme, « le corps des femmes est de plus en plus dénudé et visibilisé dans espace public et médiatique, les contraintes pesant sur le corps féminin, regardé et jugé en permanence, ne sont pas les mêmes que pour les hommes ; cela rajoute une pression et un contrôle du corps ».

    https://seenthis.net/messages/626596 via Agnès Maillard


  • Changer le nom du Sanitas : la violence symbolique de la politique de la ville
    https://larotative.info/changer-le-nom-du-sanitas-la-2372.html

    https://larotative.info/home/chroot_ml/ml-tours/ml-tours/public_html/local/cache-vignettes/L700xH525/arton2372-84874-6a534.jpg?1504182856

    Dans le cadre de son projet de rénovation urbaine, la mairie de Tours souhaite changer le nom du quartier du Sanitas pour le rendre plus attractif aux yeux des promoteurs. Ce processus révèle l’addiction des élus au marketing urbain et leur mépris à l’égard des classes populaires.

    C’est l’une des nouveautés de la rentrée 2017 sur le réseau Fil Bleu, le réseau de transports en commun de l’agglomération tourangelle : la station de tram Sanitas, située au coeur du quartier du même nom, devient « Saint Paul ». Ce changement, annoncée sur le site du réseau, marque la concrétisation d’un processus annoncé dans un précédent article publié en mars dernier : les élus de Tours souhaitent changer le nom du quartier, faire disparaître le Sanitas. Dans le protocole qui préfigure l’opération de rénovation du quartier, on peut lire :

    « L’ensemble des acteurs s’accorde aujourd’hui sur la nécessité de faire émerger à l’intérieur du quartier prioritaire de nouveaux noms de quartier appelés à se substituer à celui du Sanitas et devant contribuer à rendre plus attractive cette partie de la Ville. »

    Le marketing urbain, c’est ce qui transforme les villes en marques. Elles sont ainsi amenées à gérer leurs quartiers, leur patrimoine et leurs grands événements comme autant de produits dont il faudrait maximiser la valeur et qui contribueraient alors à renforcer la visibilité et le prestige de la ville. (...) En mars, un contributeur de La Rotative écrivait à ce propos que « changer le nom d’une marque pour attirer une nouvelle clientèle est une technique commerciale éprouvée. Effacer, à travers son nom, l’histoire et le visage d’un quartier populaire est plus exceptionnel » . On peut cependant donner quelques exemples d’opérations de ce type. Toutes concernent des quartiers populaires.

    #politique_de_la_ville #urbanisme #aménagement #ZUP #Sanitas

    https://seenthis.net/messages/626358 via La Rotative


  • Inondations : « Ce qui arrive était exactement prévu »
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/09/01/climat-ce-qui-arrive-etait-exactement-prevu_5179536_3244.html
    http://img.lemde.fr/2017/08/31/114/0/1363/681/644/322/60/0/c6b7a1f_AAL201_STORM-HARVEY-_0831_11.JPG

    Le secrétaire général du PNUE se focalise sur le changement climatique, que je ne nie pas. Mais comment peut-on ne pas parler, à Houston comme à Mumbai ou ailleurs, de l’étalement urbain qui aggrave considérablement les impacts par l’augmentation de l’imperméabilisation du sol, la multiplication des obstacles aux écoulements, etc.?

    Ce qui arrive aujourd’hui était exactement prévu et correspond aux projections du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) : alors que les températures augmentent, nous devons nous attendre à des événements climatiques extrêmes plus fréquents, accompagnés d’excès ou de manque d’eau. On ne l’observe pas seulement à Houston ou à Bombay, mais dans une large partie de l’Inde, du Népal, du Bangladesh, du Niger ou du Yémen, qui font face à de graves inondations, ou en Somalie, victime de sécheresses de plus en plus fréquentes.

    LM : La communauté internationale a peu réagi aux drames subis par les régions du Sud, comme si la situation indienne était moins dramatique que l’ouragan Harvey…

    Il faut certainement être plus attentif à ce qui se passe sur l’ensemble de la planète. Le dérèglement du climat est un problème global, nous devons être capables d’appréhender l’étendue de la situation. Il ne s’agit pas de faits isolés : pourquoi cela arrive-t-il et que pouvons-nous faire ? Nous devons aussi nous poser cette question-clé : s’agit-il de désastres naturels ou causés par l’homme ? Le consensus scientifique nous dit que le changement climatique n’est peut-être pas directement responsable de ces événements extrêmes, mais qu’il les aggrave et les multiplie.

    Peut-on hiérarchiser ces événements en fonction de critères tels que le nombre de victimes, le coût économique, l’impact environnemental ?

    Tous ces points sont importants. Nous devons évidemment prendre en compte leurs impacts humains, estimer la charge financière et la perte des moyens de subsistance, évaluer les conséquences sur l’environnement et sur notre cadre de vie. Mais il faut regarder aussi quels sont ceux qui payent le plus lourd tribut. Ce sont les catégories les plus vulnérables de nos sociétés, partout dans le monde, qui sont les plus touchées : les pauvres, les femmes, les personnes en situation de handicap.

    Les réponses du PNUE sont-elles identiques dans des situations aussi différentes que Houston ou Bombay ?

    Il n’y a pas de potion magique, de solution unique pour combattre le changement climatique, mais tout un éventail d’actions à mettre en œuvre, comme travailler avec les villes sur l’efficacité énergétique et la réduction de la pollution, stopper la déforestation, préserver la biodiversité, endiguer la dégradation de nos océans. Nous travaillons avec les marchés financiers et le secteur privé pour créer de l’investissement et de l’innovation et, bien sûr, avec les gouvernements pour garantir de bonnes politiques environnementales.

    #inondations #Houston #Mumbai #changement_climatique #environnement #sprawl

    https://seenthis.net/messages/626557 via rumor