7h37

La sélection de Seenthis, maison-mère du Zinc. Une minute plus tard.

  • Trump’s Executive Order Isn’t About Twitter - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/technology/archive/2020/05/trumps-executive-order-isnt-about-twitter/612349
    https://cdn.theatlantic.com/thumbor/TUM4hTKvceoIOu1OXhFeGRTv7Gc=/0x155:4560x2531/960x500/media/img/mt/2020/05/GettyImages_1074470698/original.jpg

    Par Zeynep Tufekci

    In reality, Trump’s salvo on social-media companies has primarily an audience of one: Mark Zuckerberg. And it is already working. After the executive order was issued, Facebook’s CEO quickly gave an interview to Fox News in which he said, “I just believe strongly that Facebook shouldn’t be the arbiter of truth of everything that people say online.” He added, “Private companies probably shouldn’t be, especially these platform companies, shouldn’t be in the position of doing that.”

    It’s important to pay attention to what the president is doing, but not because the legal details of this order matter at all. Trump is unlikely to repeal Section 230 or take any real action to curb the power of the major social-media companies. Instead, he wants to keep things just the way they are and make sure that the red-carpet treatment he has received so far, especially at Facebook, continues without impediment. He definitely does not want substantial changes going into the 2020 election. The secondary aim is to rile up his base against yet another alleged enemy: this time Silicon Valley, because there needs to be an endless list of targets in the midst of multiple failures.

    Trump does very well on Facebook, as my colleagues Ian Bogost and Alexis Madrigal have written, because “his campaign has been willing to cede control to Facebook’s ad-buying machinery”—both now, and in 2016. The relationship is so smooth that Trump said Zuckerberg congratulated the president for being “No. 1 on Facebook” at a private dinner with him. Bloomberg has reported that Facebook’s own data-science team agreed, publishing an internal report concluding how much better Trump was in leveraging “Facebook’s ability to optimize for outcomes.” This isn’t an unusual move for Facebook and its clients. Bloomberg has reported that Facebook also offered its “white glove” services to the Philippine strongman Rodrigo Duterte, to help him “maximize the platform’s potential and use best practices.” Duterte dominated political conversation on the site the month before the Philippines’ May 2016 presidential election. And once elected, Duterte banned independent press from attending his inauguration, instead live-streaming it on Facebook—a win-win for the company, which could then collect data from and serve ads to the millions who had little choice but to turn to the site if they wanted to see their president take office. (Duterte has since been accused of extrajudicial killings, jailing political opponents, and targeting independent media.)

    Playing the refs by browbeating them has long been a key move in the right-wing playbook against traditional media. The method is simple: It involves badgering them with accusations of unfairness and bias so that they bend over backwards to accommodate a “both sides” narrative even when the sides were behaving very differently, or when one side was not grounded in fact. Climate-change deniers funded by fossil-fuel companies effectively used this strategy for decades, relying on journalists’ training and instinct to equate objectivity with representing both sides of a story. This way of operating persisted even when one of the sides was mostly bankrolled by the fossil-fuel industry while the other was a near-unanimous consensus of independent experts and academics.

    For Facebook, that gatekeeper is a single person, Mark Zuckerberg. Facebook’s young CEO is an emperor of information who decides rules of amplification and access to speech for billions of people, simply due to the way ownership of Facebook shares are structured: Zuckerberg personally controls 60 percent of the voting power. And just like the way people try to get on or advertise on the president’s seemingly favorite TV show, Fox & Friends, merely to reach him, Trump is clearly aiming to send a message to his one-person target.

    As a consequence, Facebook became cautious of taking actions that would make it look like it was holding back right-wing information machinery. That was the environment in which the country headed into the 2016 election—five months during which all stripes of misinformation went easily viral on Facebook, including stories that falsely claimed that the pope had endorsed Donald Trump, or that Hillary Clinton had sold weapons to the Islamic State. These stories were viewed millions of times on the platform, many of them outperforming traditional news sources. The pressure to keep Facebook friendly to the Trump campaign continued unabated after the election. When Facebook appeared to be considering changes to its microtargeting rules in 2019—for example, not allowing political campaigns to use the same level of microtargeting tools that product advertisers can, a potential strike at “a major Trump ad strategy”—the Trump reelection campaign swiftly attacked the platform, and the rules were left unchanged.

    Silicon Valley engineers and employees may well be overwhelmingly liberal, but Facebook is run by the algorithms they program, which optimize for the way the site makes money, rather than sifting through posts one by one. This is probably why the trending-topics controversy seemed like such a big hit: It took the one tiny section where humans had some minor input and portrayed the whole platform as working the same way. The employees may be liberal, but the consequences of how social-media companies operate are anything but. In 2016, for example, Facebook, Twitter, and Google all “embedded” staffers with both campaigns, without charge, helping them use the sites better and get more out of the many millions of dollars they spent on the platforms. However, this was especially helpful to the Trump campaign, an upstart with a bare-bones staff. Unsurprisingly, the “bulk of Silicon Valley’s hands-on campaign support went to Trump rather than to Clinton.”

    Trump and his campaign understood the power of Facebook better than the Clinton campaign, and formed a mutually beneficial relationship. Trump spent $44 million on the site, compared with the Clinton campaign’s $28 million, but ad money is only part of the story. A key role of Facebook is promoting organic content: posts, not ads, written by people who may range from partisans to campaign operatives to opportunists who just want the clicks. Some of the authors of these viral pages are motivated by promoting their ideology. Others are just grifters, using Facebook to maximize their spread so that they can collect ad money from their own webpage—which probably uses Google’s industry-dominating ad infrastructure. It’s a complete circle of back-scratching that is rarely commented on or known outside of a small number of experts and industry practitioners.

    The Trump campaign also made better use of Facebook’s own artificial-intelligence tools, like “lookalike audiences”—a crucial functionality that lets advertisers find many new people that Facebook predicts will act similarly to a small “custom” audience uploaded to the site. In other words, if you upload a list of a few thousand people who are open to your message, whether it is interest in a harmless hobby or incendiary claims against a political opponent, Facebook’s vast surveillance machinery, giant databases, and top-of-the line artificial-intelligence tools can help you find many, many more similar targets—which you can reach as long as you’re willing to pay Facebook. These are the kinds of advanced functions that Facebook makes easy to use, and staffers embedded with the Trump campaign would be able to explain and help with.

    #Zeynep_Tufekci #Facebook #Publicité_politique #Trump #Intelligence_artificielle

    https://seenthis.net/messages/857234 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Covid-19 : des données de santé entre de trop nombreuses mains
    https://www.alternatives-economiques.fr/covid-19-donnees-de-sante-entre-de-nombreuses-mains/00092799

    Les conditions de création et d’utilisation des fichiers créés par le gouvernement pour traquer les cas de Covid-19 soulèvent des questions d’autant plus nombreuses qu’ils pourraient se retrouver hébergés sur les serveurs de Microsoft. Pendant le déconfinement, la traque du virus continue. A sa tête, des commandos un peu spéciaux : les « brigades sanitaires », composées de milliers de fonctionnaires qui, dans chaque département sous l’autorité de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), ont pour (...)

    #Microsoft #Sidep #ContactCovid #smartphone #contactTracing #technologisme #consentement #HealthDataHub #BigData #COVID-19 #santé (...)

    ##santé ##CNIL
    https://www.alternatives-economiques.fr/sites/default/files/public/styles/for_social_networks/public/field/image/rea_268068_004.jpg

    https://seenthis.net/messages/856922 via etraces


  • Small droplet aerosols in poorly ventilated spaces and SARS-CoV-2 transmission - The Lancet Respiratory Medicine

    https://www.thelancet.com/journals/lanres/article/PIIS2213-2600(20)30245-9/abstract
    https://els-jbs-prod-cdn.jbs.elsevierhealth.com/cms/asset/d28ba77e-fb7f-4fde-a9cf-4358c6d73b63/fx1.jpg

    This study shows that better ventilation of spaces substantially reduces the airborne time of respiratory droplets. This finding is relevant because typically poorly ventilated and populated spaces, like public transport and nursing homes, have been reported as sites of viral transmission despite preventive physical distancing. The persistence of small respiratory droplets in such poorly ventilated spaces could contribute to the spread of SARS-CoV-2. Our findings confirm that improving ventilation of public spaces will dilute and clear out potentially infectious aerosols. To suppress the spread of SARS-CoV-2 we believe health-care authorities should consider the recommendation to avoid poorly ventilated public spaces as much as possible. The implications are also important for hospital settings where aerosolisation by coughing and medical treatments and close contact with COVID-19 patients is very common.

    #coronavirus #science #transmission

    https://seenthis.net/messages/856845 via jurisquetout


  • #Coronavirus : Séoul limite le nombre d’élèves dans ses écoles à cause d’une flambée de cas
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-seoul-limite-le-nombre-d-eleves-dans-ses-ecoles-a-cause-d-une-f
    https://www.lefigaro.fr/static/img/defaultShare.jpg

    La Corée du Sud fut fin février le deuxième pays le plus touché par l’épidémie après son foyer chinois, mais le gouvernement est parvenu à maîtriser la situation grâce à une stratégie très poussée de tests et de traçage des contacts des personnes infectées qui lui a valu les éloges des capitales étrangères. Les restrictions avaient été largement levées au début du mois, et tout le pays était en voie de retrouver une vie normale, jusqu’à l’apparition de nouveaux foyers cette semaine dans la capitale et ses environs, qui a poussé les autorités à imposer de nouvelles restrictions. Les écoles avaient ainsi commencé à rouvrir graduellement.

    https://seenthis.net/messages/856947 via Agnès Maillard




  • Who owns Australia? Our biggest land barons are not from China
    https://www.news.com.au/finance/business/who-owns-australia-our-biggest-land-barons/news-story/875f6eb6185524dd50b83d4cef99d729
    https://cdn.newsapi.com.au/image/v1/1c64e31f3cd05c88d4b2ba240a34e69a?width=650

    Who owns Australia? You’d be surprised to learn that the billion dollar barons of our farmland are a Canadian government worker super fund, a New York teacher insurance fund and an Australian pastoral giant backed by a Dutch pension fund.

    These three groups, the Canadian PSP Investments, the New York Teachers Insurance and Annuity Association of America and Macquarie Agriculture own a total of 6.3 million hectares of our agricultural land, AgJournal has revealed.

    Je remets cette carte là
    https://dl.dropbox.com/s/v811yx4n1376ql8/02-accapar%C3%A9s.jpg?dl=0

    https://seenthis.net/messages/856917 via odilon


  • Coronavirus : la troublante surmortalité des minorités ethniques au Royaume-Uni
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/29/coronavirus-la-troublante-surmortalite-des-minorites-ethniques-au-royaume-un
    https://img.lemde.fr/2020/05/23/435/0/4000/1997/1440/720/60/0/a321efd_Yc2XFMYM-w1ZMAse-w_Y71qA.jpg

    Le Covid-19 a bien davantage tué dans les zones les plus pauvres du pays et chez les « BAME » (« Black, Asian and Minority Ethnic »), populations fournissant de gros contingents de travailleurs essentiels, en première ligne pour maintenir l’activité, que dans les quartiers chics et blancs de la capitale. Le 7 mai, l’ONS publiait ainsi des données portant sur les morts en Angleterre et au Pays de Galles entre le 2 mars et le 10 avril. Il en ressortait que, pour une même classe d’âge et un même environnement socio-économique, les hommes et femmes noirs ont encore 1,9 fois plus de risques de mourir du Covid-19 que les Blancs. Le facteur de risque est de 1,8 pour les hommes d’origine bangladaise et pakistanaise, et de 1,6 pour les femmes de ces mêmes origines.
    Un constat corroboré par les résultats du projet Opensafely, se basant sur les données médicales de 17 millions de personnes résidant au Royaume-Uni (dont 5 683 sont décédées du Covid-19 dans des hôpitaux entre le 1er février et le 25 avril). Une fois écartés les facteurs de risque tels que l’âge, les maladies cardio-vasculaires, le diabète ou l’obésité, les personnes noires et d’origine asiatique ont encore 60 % à 70 % de risques de mourir en plus que les Blancs.

    #Covid-19#migrant#migration#GrandeBretagne#diaspora#ethnie#surmortalité#statistiques#données-médicales#santé#facteur-de-risque

    https://seenthis.net/messages/856986 via CEPED_MIGRINTER_ICMigrations_santé


  • Comment Total, Sanofi et consorts bénéficient d’une discrète aide publique malgré leurs profits
    https://www.bastamag.net/dividende-multinationale-Total-Sanofi-AirFrance-Renault-aide-financiere-pu

    Les dirigeants de Total ont justifié le maintien de leur dividende, malgré l’épidémie du Covid-19, en assurant ne bénéficier d’aucune forme de soutien financier de la part des pouvoirs publics. Une posture trompeuse, car le groupe pétrolier bénéficie bien, en toute discrétion, d’aides financières indirectes. Renoncer à verser des dividendes ? Hors de question pour Total. Fin mars, le groupe pétrolier annonçait solennellement qu’il « ne sollicitera[it] pas le soutien de l’État pour faire face aux (...) #Décrypter

    / #Multinationales, #Finance

    https://seenthis.net/messages/856633 via Basta !


  • « La pandémie n’est pas une vengeance de la Terre, c’est le résultat de notre rapport à la nature »
    https://www.bastamag.net/covid-vengeance-de-la-nature-biodiversite-pathogenes-surconsommation-speci

    Le nouveau virus, issu d’un contact entre l’humain et l’animal, pose la question de notre rapport au monde vivant. La philosophe Virginie Maris s’intéresse depuis longtemps à ces sujets : dans un livre passionnant, La Part sauvage du Monde (Seuil, 2018), elle interroge les voies d’une possible cohabitation entre humains et non-humains, en rappelant qu’il faut pour cela « restreindre notre territoire ». Première partie de cet entretien. Basta ! : Une certaine interprétation de la crise du Covid-19 (...) #Décrypter

    / A la une, #Entretiens, Biodiversité, #Capitalisme, #Sciences

    #Biodiversité

    https://seenthis.net/messages/856631 via Basta !


  • Le nombre d’arrêts cardiaques a doublé pendant le confinement en région parisienne, selon une étude de l’Inserm

    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/le-nombre-darrets-cardiaques-a-double-pendant-le-confinement-en-region-

    Les auteurs de l’étude émettent plusieurs hypothèses, « comme la saturation du système de soins dans son ensemble ou le suivi médical des patients, parfois interrompu pendant le confinement », « les changements comportementaux de certaines personnes pendant cette épreuve de confinement bien particulière, voire éventuellement des effets délétères de certains médicaments utilisés par les patients pour traiter le Covid-19. » 
    Ainsi, au cours des six semaines étudiées par les chercheurs, soit du 16 mars au 26 avril, "521 arrêts cardiaques hors hôpital ont été identifiés en région parisienne, soit un taux de 26,6 arrêts pour un million d’habitants", explique l’Inserm dans un communiqué. « Entre 2012 et 2019 à la même période, ce taux était de 13,4 arrêts cardiaques pour un million d’habitants. » Relevant que le « profil démographique des patients a peu évolué », l’étude suggère que « la prise en charge initiale et le pronostic immédiat de ces cas ont par contre drastiquement changé pendant le confinement. »

    Ainsi, « plus de 90% des arrêts ont eu lieu à la maison, avec des témoins beaucoup moins enclins à initier un massage cardiaque et des délais d’intervention plus longs », écrit l’Inserm dans son communiqué, ajoutant que cela s’est « traduit par un taux de survie plus faible des patients à l’arrivée à l’hôpital » : « 12,8% des patients identifiés étaient vivants à l’admission, contre 22,8% à la même période les années précédentes ».

    Enfin, l’étude ajoute que le statut Covid-19 des patients a pu être confirmé et/ou suspecté chez 299 patients inclus dans l’étude (admis vivants et/ou ayant développé un arrêt cardiaque devant témoins). « Les auteurs ont pu estimer qu’environ 33 % du surplus de décès observé est directement lié au Covid-19. »

    https://www.thelancet.com/journals/lanpub/article/PIIS2468-2667(20)30117-1/fulltext

    https://seenthis.net/messages/856936 via jurisquetout


  • Questions raised over hydroxychloroquine study which caused WHO to halt trials for Covid-19 | Science | The Guardian
    https://www.theguardian.com/science/2020/may/28/questions-raised-over-hydroxychloroquine-study-which-caused-who-to-halt
    https://i.guim.co.uk/img/media/b9acab2879613aadc4a8f77dca9311635fb9ff1b/0_0_3500_2101/master/3500.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-align=bottom%2Cleft&overlay-width=100p&overlay-base64=L2ltZy9zdGF0aWMvb3ZlcmxheXMvdGctZGVmYXVsdC5wbmc&enable=upscale&s=fef77c10b68554eb76f5b79fc839daf2

    For the record...

    The study, led by the Brigham and Women’s Hospital Center for Advanced Heart Disease in Boston, examined patients in hospitals around the world, including in Australia. It said researchers gained access to data from five hospitals recording 600 Australian Covid-19 patients and 73 Australian deaths as of 21 April.

    But data from Johns Hopkins University shows only 67 deaths from Covid-19 had been recorded in Australia by 21 April. The number did not rise to 73 until 23 April. The data relied upon by researchers to draw their conclusions in the Lancet is not readily available in Australian clinical databases, leading many to ask where it came from.

    The federal health department confirmed to Guardian Australia that the data collected on notifications of Covid-19 in the National Notifiable Diseases Surveillance System was not the source for informing the trial.

    Guardian Australia also contacted the health departments of Australia’s two most populous states, New South Wales and Victoria, which have had by far the largest number of Covid-19 infections between them. Of the Australian deaths reported by 21 April, 14 were in Victoria and 26 in NSW.

    Victoria’s department confirmed the study’s results relating to the Australian data did not reconcile with the state’s coronavirus data, including hospital admissions and deaths. The NSW Department of Health also confirmed it did not provide the researchers with the data for its databases.

    The Lancet told Guardian Australia: “We have asked the authors for clarifications, we know that they are investigating urgently, and we await their reply.” The lead author of the study, Dr Mandeep Mehra, said he had contacted Surgisphere, the company that provided the data, to reconcile the discrepancies with “the utmost urgency”. Surgisphere is described as a healthcare data analytics and medical education company.

    In a statement, Surgisphere founder Dr Sapan Desai, also an author on the Lancet paper, said a hospital from Asia had accidentally been included in the Australian data.
    Coronavirus: the week explained - sign up for our email newsletter
    Read more

    “We have reviewed our Surgisphere database and discovered that a new hospital that joined the registry on April 1, and self-designated as belonging to the Australasia continental designation,” the spokesman said. “In reviewing the data from each of the hospitals in the registry, we noted that this hospital had a nearly 100% composition of Asian race and a relatively high use of chloroquine compared to non-use in Australia. This hospital should have more appropriately been assigned to the Asian continental designation.”

    He said the error did not change the overall study findings. It did mean that the Australian data in the paper would be revised to four hospitals and 63 deaths,.

    #pandémie #raoult

    https://seenthis.net/messages/856919 via gonzo


  • En France, les salaires les plus élevés sont au plus haut depuis 50 ans, Romaric Godin
    https://www.mediapart.fr/journal/france/280520/en-france-les-salaires-les-plus-eleves-sont-au-plus-haut-depuis-50-ans

    L’Insee publie une étude sur les plus hauts salaires en 2017. Les 0,1 % les mieux payés captent la plus grande part de la masse salariale depuis un demi-siècle. Ceux qui en profitent sont des hommes, parisiens et âgés.

    Le confinement, on s’en souvient, avait posé avec acuité la question de la valorisation relative des métiers au regard de leur utilité. Ce jeudi 28 mai, l’Insee a publié une étude sur les hauts salaires qui permet de prendre conscience des métiers qui sont le plus récompensés par le marché du travail et de l’évolution relative des salaires.

    Cette étude permet d’abord de quantifier les montants et la population des plus hauts salaires. Les 1 % les mieux payés des salariés du secteur privé touchaient en 2017 une rémunération de plus de 8 680 euros net par mois, soit 4,5 fois le salaire médian et 7,5 fois le salaire minimum.

    Ces 1 % représentent 163 000 salariés et ils sont à 23 % soit des cadres administratifs et commerciaux, soit des ingénieurs et des cadres techniques. Ces 46 % des 1 % ne représentent que 14 % de l’ensemble des salariés du secteur privé. Viennent ensuite les dirigeants salariés des entreprises, comme les présidents, les directeurs généraux ou les gérants (17 % des 1 % les mieux payés, contre 2 % de l’ensemble des salariés) et les cadres financiers (12 % des 1 % les mieux payés, contre 2 % de l’ensemble des salariés du privé).

    Globalement, et sans surprise, on voit donc que ce sont les fonctions permettant l’organisation globale de la production qui sont le mieux valorisées par les salaires. C’est une situation relativement classique. Mais la situation évolue à mesure que l’on monte dans la hiérarchie des salaires. Or, l’Insee développe cette hiérarchie en donnant les chiffres pour les 0,1 % les mieux payés et même pour les 1 000 plus hauts salaires du secteur privé en France. Les premiers sont en moyenne payés plus de 22 860 euros net par mois, les seconds, les 1 000 premiers de la hiérarchie salariale, sont payés plus que 89 530 euros par mois.
    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/05/28/capture-d-e-cran-2020-05-28-a-16-33-55.png
    Salaires planchers des hauts salaires en 2017. © Insee

    Or, au fur et à mesure que l’on monte dans cette hiérarchie, la part des cadres « opérationnels » diminue au profit des fonctions administratives et financières. Les dirigeants salariés sont les plus représentés dans les deux catégories, avec 24 % du « top 0,1 % » et 29 % du « top 1 000 ». Les « cadres d’état-major » des grandes entreprises de plus de 500 salariés, autrement dit l’échelon directement inférieur à celui des dirigeants, ne représentent que 9 % de l’ensemble des 1 % les mieux payés, mais 15 % du « top 0,1 % » et 16 % du « top 1 000 ». Leur part dans l’ensemble de la population des salariés du privé est pourtant négligeable.

    Pour l’anecdote, on remarquera également que les sportifs professionnels, qui ne représentent que 1 % des 1 % les mieux payés, représentent en revanche 11 % du « top 1 000 », soit autant que les cadres de la banque et de la finance.

    En termes de secteur, la situation est la même : plus on avance dans la hiérarchie des salaires, plus on quitte l’économie réelle. L’industrie est ainsi le premier secteur d’activité des 1 % les mieux payés, avec 18 %, mais elle ne représente plus que 7 % des personnes présentes dans le « top 1 000 ». En revanche, les activités des sièges sociaux et les activités financières, qui emploient les unes comme les autres 13 % des salariés du « top 1 % », emploient respectivement 29 % et 22 % des 1 000 personnes les plus payées du secteur privé en France. Ensemble, ces deux secteurs regroupent donc plus de la moitié de ce « top 1 000 ».

    Autrement dit, plus on monte dans la hiérarchie des salaires, plus ce sont les fonctions financières et administratives qui sont récompensées. Les très hauts salaires récompensent moins stricto sensu les capacités d’amélioration de la productivité que la valorisation du capital. Cela est finalement assez cohérent avec un système qui fait de cette valorisation sa seule finalité, mais on est également assez loin de l’image classique de la réussite au sein des entreprises où l’on récompenserait « avec justice » les améliorations du système productif. Pour les mieux payés, la production n’est finalement, pour reprendre les mots de Marx, qu’un « mal nécessaire » qu’il ne convient pas de payer à la même hauteur que la valorisation financière ou juridique des profits.

    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/05/28/capture-d-e-cran-2020-05-28-a-16-34-11.png?width=1362&height=910&width_format=pixel&height_format=pixel

    Part des femmes dans les plus hauts salaires. © Insee

    Structurellement, ce type de choix favorise une population bien précise. Des hommes âgés, résidant dans deux départements, Paris et les Hauts-de-Seine. Là encore, cette tendance s’accentue avec la hiérarchie des salaires. Les hommes sont 82 % de l’ensemble des salariés du « top 1 % » et 91 % du « top 1 000 », alors même que ces derniers ne représentent que 58 % de l’ensemble des salariés du secteur privé. Cette quasi-absence de femmes à ces niveaux de salaire accentue de 4,4 points l’ensemble de l’écart salarial entre les sexes, souligne l’Insee. Hors « top 1 % », cet écart est de 12,4 % ; en incluant ces 1 % les mieux payés, il passe à 16,8 %.

    Sur le plan de l’âge, il peut être logique que les plus âgés soient aussi les mieux payés, mais les chiffres sont là aussi impressionnants. Les plus de 51 ans représentent 25 % des salariés du privé, mais 53 % du « top 1 % » et 60 % du « top 1 000 ». Pas de mise à la retraite anticipée pour les plus riches. Les plus de 60 ans ne représentent que 3 % des salariés du privé, mais 19 % du « top 1 000 ». Autrement dit, les salariés les mieux payés restent plus longtemps en poste…

    Enfin, géographiquement, Paris et les Hauts-de-Seine, qui regroupent 13,1 % des salariés du privé, sont les lieux de travail de 49,8 % du « top 1 % » et de 73,7 % du « top 1 000 ». C’est là encore fort logique, puisque c’est dans ces régions que se regroupent les activités de sièges sociaux et de finance.

    Une évolution favorable des plus hauts salaires

    Comme les mieux payés le sont pour leur capacité de valorisation du capital et se trouvent ainsi fortement liés aux intérêts de ce même capital, leur part dans l’ensemble des salaires n’a pu que progresser fortement au cours des 40 dernières années qui ont fait basculer la balance du pouvoir progressivement vers ces intérêts. C’est ce que confirme l’Insee, qui publie l’évolution de cette part pour chacune des trois catégories depuis 1967, autrement dit au cours des cinq dernières décennies.

    La part réservée aux plus hauts salaires a reculé jusque dans les années 1990, puis elle n’a cessé de remonter. En 2017, la part du « top 1 % » est de 8 % de l’ensemble des salaires versés. Autrement dit, 8 % de la masse salariale du privé est réservée à 1 % des salariés. Ce niveau est du jamais vu depuis 1969 et il est supérieur de 1,2 point au niveau le plus faible de ces 50 dernières années, enregistré en 1996.
    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/05/28/capture-d-e-cran-2020-05-28-a-16-34-24.png?width=1316&height=792&width_format=pixel&height_format=pixel

    Part des 1 % les plus élevés, des 0,1 % et des 1 % sans les 0,1 % dans la masse salariale totale. © Insee

    Là encore, ce sont les plus riches d’entre les plus riches qui ont davantage tiré leur épingle du jeu. Le « top 0,1 % » capte en 2017 2,3 % de l’ensemble de la masse salariale versée dans le privé, soit 23 fois son poids numérique. Un tel niveau, atteint en 2016, est inédit au cours du précédent demi-siècle, à l’exception de 2007, juste avant la crise financière. En 1967, ils ne captaient que 1,9 % de la masse salariale et ce chiffre est même tombé à 1,3 % en 1980.

    Cette étude est donc intéressante à plus d’un titre. D’abord, elle permet de montrer que le néolibéralisme n’a pas que creusé les écarts entre les salariés et les détenteurs du capital, mais il a aussi creusé l’écart entre les salariés. Au reste, cet écart s’est d’autant plus élargi que les salaires rémunéraient des fonctions « utiles » au capital. D’une certaine façon, cela explique aussi la présence d’un certain nombre de sportifs professionnels dans ce « top 1 000 », dans la mesure où la valeur salariale de ces derniers est directement liée à la valorisation capitalistique des entreprises qui les embauchent puisqu’ils en sont les actifs principaux, non pas tant en tant que joueurs proprement dits qu’en tant que « porteurs d’image ». C’est en effet cette image qui est ensuite à la base de la rentabilité des entreprises qui l’exploitent.

    Dans ce cadre, il convient toujours de relativiser la pression exercée sur les salaires au nom de la « compétitivité ». Comme le montre cette étude, cette pression ne s’exerce que sur la partie basse de la hiérarchie salariale. La partie haute, celle qui rémunère ceux qui sont précisément chargés, directement ou indirectement, d’organiser cette course à la compétitivité-prix, est très largement bénéficiaire de cette politique.

    Pour corriger ces divergences a posteriori , la fiscalité demeure un des moyens les plus efficaces. Si la France a maintenu un niveau d’imposition important sur les hauts revenus, ce dernier est nettement moins progressif que dans les années 1980. À l’époque, le taux marginal d’imposition sur le revenu était de 65 %. Il est aujourd’hui proche, mais en prenant en compte la CSG, qui est un impôt proportionnel payé par l’ensemble des salariés. Autrement dit, l’impôt est bien moins proportionnel aujourd’hui que voilà trente ans. Cela conduit encore une fois à s’interroger sur les choix de l’actuel gouvernement de supprimer l’ISF, un impôt (légèrement) correcteur et sur l’établissement d’une « flat tax » (le PFU) de 30 % sur les revenus du capital, qui constitue un véritable appel d’air pour se faire rémunérer en revenus du capital plutôt qu’en revenus du travail pour les dirigeants, autrement dit pour les plus hauts salaires.

    La hausse des versements de dividendes en 2018 semble confirmer cette situation. Et le choix de baisser l’impôt sur le revenu pour les deux premières tranches apparaît in fine comme une petite compensation de cette opportunité pour les plus riches.

    Mais la question qu’a posée le confinement est bien celle de la correction a priori de ces inégalités. Les données de l’Insee viennent prouver que ce qui est récompensé n’est pas l’utilité sociale des métiers, mais leur utilité pour le capital. Le désarmement de la masse des salariés par les « réformes structurelles », la sous-traitance et le chômage a conduit à réduire la valeur relative de ces salaires et a favorisé celle des cadres les plus importants des entreprises. C’est donc globalement en retrouvant une capacité de peser que ces métiers pourront récupérer la part des salaires qui est allée aux plus hauts revenus. Bref, c’est bien en inversant les politiques en faveur du capital que l’on corrigera cette logique qui favorise une certaine catégorie de citoyens et de métiers au détriment du plus grand nombre et des métiers utiles pour la société.

    #salaire #hauts_salaires #masse_salariale #salariat

    https://seenthis.net/messages/856827 via colporteur


  • Retour sur la consultation avec un infectiologue à la Salpétrière. #apresJ20, @lapsyrevoltee
    https://twitter.com/lapsyrevoltee/status/1266061619660050433

    J’ai été très bien accueillie. Le Dr m’a gardée 1h15, il ne m’a pas coupé la parole, il m’a écoutée, a posé des questions, m’a laissé le temps de poser toutes mes questions, etc.
    Nous sommes BEAUCOUP

    Le service est submergé. Ils sont en train de réaliser l’ampleur du problème. L’Hôtel Dieu et Bichat ouvrent aussi un #suivi_post-covid. Ils voient beaucoup de gens avec des examens normaux ou quasi normaux et des symptômes très variés même s’il y a a souvent la tachycardie au premier plan.

    Voilà les hypothèses avec lesquelles ils travaillent (le Dr m’a bien précisé qu’il restait humble, que peut-être les études sur la maladie lui donneraient tort mais qu’il devait partir de quelque part et que donc, il partait de ce qu’il connaissait comme réactions similaires) :

    – Le virus n’est plus dans notre corps. Certaines familles de virus sont connues pour rester actives dans le corps (la mononucléose, la famille des herpès ou des zona par exemple) mais ce n’est pour le moment le cas d’aucun coronavirus connu. Donc quand on est aussi avancé dans la maladie, pour eux ce n’est pas une réactivation du virus (même s’il peut se détecter sur des cellules dites mortes).

    – Une partie des symptômes sont des micro-lésions dues à la #réaction_immunitaire forte qui a crée des dégâts en sécrétant des anticorps auto-immuns qui se sont attaqués à notre organisme. Ces micro-lésions peuvent ne pas se voir aux examens alors qu’elles se voient aux autopsies où on peut directement observer le tissus au microscope. Ces lésions sont réversibles. Ils sont plus inquiets des gens qui ont des choses visibles aux examens. La réaction auto-immune peut toucher tous les endroits où le corps a constaté la présence de virus et comme le virus a des affinités avec les récepteurs ACE qui se trouvent quasi dans tous les organes, ça explique la multiplicité des atteintes possibles

    – Après la réaction immunitaire, il y a un #état_inflammatoire qui peut durer très longtemps. D’après mes prises de sang, j’en sors à peine alors que je suis à J77. Cet état inflammatoire se voit sur divers paramètres à la prise de sang (pour moi c’était une forte élévation de la ferritine, de la vitesse de sédimentation et de certains globules blancs) et cet état inflammatoire peut toucher quasiment tous les endroits du corps. Cet état inflammatoire donne des douleurs, un épaississement du sang, etc. et il vient se surajouter aux lésions laissées par l’orage immunitaire

    – Une fois que tout cela est passé, il y a ce qu’on appelle le #syndrome_post-viral. Apparemment, cela existe dans beaucoup de virus à des pourcentages très faibles. Il semblerait que pour le covid, le syndrome post-viral touche beaucoup plus de personnes
    Ce syndrome est dû au fait que la lutte contre le virus a épuisé l’organisme de toutes ses forces. Il peut se manifester par de la fatigue au sens commun mais pas forcément. Pour eux, une partie de nos essoufflements seraient dus à ça, sans atteinte pulmonaire. On demande à notre corps un effort qu’il ne peut pas fournir et donc il montre des signes de lutte (essoufflement, tachycardie, douleur). Comme quand vous alliez bien et que vous essayiez de soulever un meuble hyper lourd vous aviez ces symptômes et bien là le seuil est fortement abaissé
    Ce syndrome peut durer quelques mois mais la plupart du temps il se résorbe. J’ai posé la question du syndrome de fatigue chronique qui a été évoqué ici, lui pense que ce sera un pourcentage minime de gens qui vont être confrontés à ça, que dans la plupart des cas cela va rentrer dans l’ordre (là il se base sur des comparaisons avec la dengue, la mononucléose, etc.).

    – Le corps étant très affaibli, il peut être en proie à d’autres problèmes connexes qu’il faut explorer : les maladies inflammatoires qui étaient en germe mais non déclarées peuvent survenir après un tel épisode et il faut faire une exploration pour vérifier que ce n’est pas le cas par exemple. De même, si on a été infecté dans notre vie par des virus qui restent dormants dans l’organisme comme ceux dont on parlait au début de ce thread (zona, herpes, varicelle, cytomegalovirus, mononucléose), ces virus habituellement tenus en respect par les défenses immunitaires du corps peuvent refaire des symptômes à la faveur de notre épuisement et cela peut se voir à la prise de sang. C’est pour ça que certain.e.s d’entre vous ont eu des zonas par exemple.

    – Son conseil c’est d’aller à notre rythme. Rester actif, marche, vélo d’appartement sans résistance, gym douce et s’arrêter dès qu’on se sent fatigué.e ou essoufflé.e. Bien écouter son corps, ne pas aller au-delà des limites. Essayer de se reposer, de ne pas s’exposer au stress, d’avoir une bonne alimentation pour recharger les réserves. Bref s’armer de patience et prendre soin de soi. Quand je lui ai rapporté les propos de ma généraliste il était outré, il m’a dit que vu mon état il ne fallait pas que je reprenne en présentiel que ça serait vraiment néfaste, que j’avais besoin de temps

    – Sur la question des sérologies, au-delà du seuil de détection qui devra être amélioré pour détecter des anticorps en petite quantité, il m’a expliqué que les sérologies sont actuellement fiables à 90% mais que c’est une histoire de protéines ciblées. On ne se bat pas tou.te.s contre le virus avec les mêmes protéines (qui s’associent à des types de globules blancs) et si une #sérologie cible un type de protéines qui n’est pas celui que vous avez utilisé pour combattre le virus alors forcément elle reviendra négative. Pour info, ma sérologie en laboratoire bien qu’elle fasse partie de la liste homologuée est revenue négative. J’attends de voir celle de l’hôpital...

    – Enfin concernant le suivi, comme j’avais déjà fait une écho du coeur et un scanner thoracique. Il m’a dit qu’il n’aurait peut être pas de réponse pour moi et qu’il en était désolé. Il m’a ensuite confiée à une infirmière adorable ! Elle m’a pris 12 tubes de sang pour vérifier que je n’ai pas déclaré une autre maladie inflammatoire, étudier en profondeur mon système immunitaire et voir s’il y a une #immunodépression à cause de l’épuisement, faire une autre sérologie et d’autres paramètres que j’ai oubliés. Ils m’ont fait sur place un électrocardiogramme qui a été revu avec le médecin et un test PCR. J’y retourne la semaine prochaine pour avoir un rendu des résultats sanguins, voir si j’ai d’autres questions qui sont venues et discuter de la possibilité de faire un électromyogramme. L’important étant d’éliminer ce qui pourrait être grave et de me soulager des symptômes mais tout ne me prévenant que pour l’instant ils n’ont pas les réponses.

    Même si j’ai payé l’effort de la route et la grosse prise de sang par une incapacité à faire quoi que ce soit aujourd’hui, j’ai trouvé que ça valait vraiment le coup de faire un point global avec un Dr à l’écoute. Ca rend plus facile de supporter le fait qu’il n’y ait pas de réponse. Je rappelle que je ne suis pas médecin et que je vous retranscris donc avec mes mots ce que j’ai compris de l’entretien, il peut y avoir des approximations.

    #post-covid #soin

    https://seenthis.net/messages/856816 via colporteur


  • Comment j’ai sauvegardé « mon Web » sur un disque dur. – Graphisme & interactivité
    https://graphism.fr/comment-jai-sauvegarde-mon-web-sur-un-disque-dur

    Au mois de novembre dernier, j’ai entrepris de me créer une sauvegarde de « mon Web » en local, offline, sur un disque dur. Quand je dis mon web, ce sont les médias, outils, savoirs, vidéos, documents, etc. qui comptent pour moi et que j’utilise régulièrement.

    Dans cet article, je vais vous expliquer :

    pourquoi j’ai eu cette drôle d’idée
    ce que j’ai mis dans cette sauvegarde
    comment j’ai fait pour récupérer tout un tas de contenu en ligne
    ce qu’il me reste à faire
    J’ai appelé ça « BCKUP » pour Backup (sauvegarde), j’ai bricolé un logo en ASCII aussi.

    https://graphism.fr/wp-content/uploads/2020/03/IMG_0782.jpg

    #internet #censure #blackout #diy #autonomie

    https://seenthis.net/messages/856814 via alimielle


  • Covid-19 : « La double peine des travailleurs occupant des postes peu qualifiés » | Santé & travail
    http://www.sante-et-travail.fr/covid-19-double-peine-travailleurs-occupant-postes-peu-qualifies

    Les travailleurs aux plus bas revenus ont été particulièrement exposés au risque de contamination au coronavirus. Emilie Counil, chercheuse à l’Ined, estime également que ce sont vraisemblablement ceux qui ont développé le plus des formes graves de la maladie.

    https://www.sante-et-travail.fr/quelques-rappels-essentiels-coronavirus
    #double_peine

    https://seenthis.net/messages/856794 via Vanderling


  • Le mur des Hydroxychlorocons
    https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-de-sophia-aram/le-billet-de-sophia-aram-25-mai-2020

    En bonus, mais c’est juste parce que c’est vous, j’ai également un point de vue sur les médecins et les scientifiques qui émettent un avis ne reposant sur aucun savoir précis sur la Covid 19, aucune démarche, aucune recherche mais sur la base de leur intuition ou leur quête de popularité.

    Comme les premiers, ce sont des traîtres, ni plus ni moins que ces nouveaux messies qui s’abritent derrière la blancheur de leur blouse pour nous faire croire à un miracle, en nous laissant miroiter l’idée qu’on pourrait partager les bénéfices d’une médecine qui s’affranchirait des méthodes, des règles et des exigences de la recherche scientifique, à commencer par la transparence de leur méthode et le partage de leurs données.

    De ces médecins qui publient sur YouTube ou tentent d’obtenir la réforme d’un protocole de soins par… une pétition en ligne.

    De tous ceux-là, je pense qu’ils sont pires. Ils trahissent tout, leur serment d’Hippocrate, leurs études, leur devoir et leur savoir en n’ayant même pas l’excuse de l’ignorance.

    Comme les premiers, ce sont des traîtres, mais en blouse blanche.

    https://seenthis.net/messages/856039 via ARNO*


  • « Plutôt mourir du Covid que de la faim », Clyde Marlo-Plumauzille , historienne, chargée de recherches au CNRS
    https://www.liberation.fr/debats/2020/05/27/plutot-mourir-du-covid-que-de-la-faim_1789586

    Les émeutes de la faim, qui semblaient appartenir au passé, ressurgissent avec la pandémie, et on sait toute la charge politique dont elles sont porteuses.

    « La faim nous tuera avant le coronavirus » (Angola, le Monde, 16 avril) ; « Ici, on a plus peur de mourir de faim que du coronavirus ! » (Mayotte, Charlie Hebdo, 6 avril) ; « Nous mourrons de faim » (Chili, El Mostrador, 18 mai). Des pays riches, comme des pays pauvres, de l’Amérique latine à la péninsule indo-pakistanaise en passant par l’Europe et l’Afrique, résonne la clameur des forçats de la faim dont les rangs ne cessent de s’étoffer sous l’effet de la crise du coronavirus. Partout, les associations d’aide alimentaire se retrouvent confrontées à une demande croissante. Les Restos du cœur, qui font face notamment à l’afflux des étudiants et des travailleurs pauvres, évoquent pour la France une multiplication « par deux ou par trois » du nombre de bénéficiaires.

    Selon une projection du Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU du 21 avril, le nombre de personnes au bord de la famine ne cesse d’augmenter et risque même de doubler, passant de 135 millions à 265 millions d’ici à la fin 2020 (1). Pour David Beasley, directeur du PAM, la conclusion à en tirer est sans nuance : « Nous sommes au bord d’une pandémie de la faim. »

    On pensait les « émeutes de la faim » révolues, appartenant très largement aux siècles qui nous précédaient. Elles avaient été ainsi une des formes principales du répertoire de la colère des sociétés européennes confrontées à la transformation et à la marchandisation de leur agriculture du XVIIe siècle jusqu’au milieu du XIXe siècle sous l’effet de la révolution industrielle. Elles avaient également pu éclore en Russie, à l’occasion des grandes manifestations de février 1917 à Saint-Pétersbourg et à Moscou, qui aboutiront au renversement du régime tsariste. Dans le courant des années 60-70, elles s’étaient déplacées dans les pays du Sud anciennement colonisés sous l’effet de l’explosion démographique et de la multiplication des conflits armés. En 2008, ou en 2011 à l’occasion des « printemps arabes », elles avaient encore fait l’actualité, sans pour autant qu’on s’en souvienne.

    Ces derniers mois pourtant, au Liban, au Chili ou encore au Venezuela, des mouvements de contestation éclatent dans les quartiers populaires et les banlieues des grandes villes. En Seine-Saint-Denis, le préfet les redoute (Canard enchaîné, 22 avril). Hommes et femmes se retrouvent à braver les couvre-feux et les mesures de confinement pour réclamer un simple droit, celui de manger (2).

    Passées comme présentes, ces émeutes demeurent les « formes élémentaires de la protestation » (Laurent Mucchielli) et la faim, toujours, se politise. C’est pour restituer cette part politique des contestations populaires d’Ancien Régime que l’historien britannique E. P. Thompson avait ainsi formulé l’expression d’« économie morale » (3). Dans son sillage, l’anthropologue James C. Scott avait quant à lui évoqué une « éthique de la subsistance » pour analyser les luttes et les arts de la résistance paysanne dans l’Asie du Sud-Est des années 60 (4).

    Si les formulations et les horizons d’attente de ces mobilisations sont en fonction de l’époque dans lesquelles elles se produisent, reste que, à travers le temps, elles partagent en commun d’interroger ce qui doit faire société et ce qui constitue une vie vivable. Aujourd’hui, elles s’invitent à nouveau dans le débat public, mais peinent toujours à être reconnues pour la charge politique dont elles sont porteuses, à savoir la défense d’une sécurité d’existence de toutes et tous. Les stratégies politiques et sanitaires mises en place continuent de faire largement l’impasse sur ces problématiques, préférant débloquer tout au plus quelques aides ponctuelles. Les élites économiques, quant à elles, déjà affairées à reprendre le contrôle du « monde d’après », entendent poursuivre une logique marchande néolibérale dont la volonté de croissance s’appuie sur la décimation des biens sociaux les plus élémentaires. Cette surdité est criminelle, et, pendant ce temps, de plus en plus d’hommes et de femmes se retrouvent à devoir « choisir entre mourir de faim ou mourir du coronavirus » (Belgique, la Libre, 18 mars).

    (1) https://insight.wfp.org/wfp-chief-warns-of-hunger-pandemic-as-global-food-crises-report-launche.
    (2) Revue de presse de Caroline Broué et Roxane Poulain, « la Faim plus dangereuse que le coronavirus », 1er mai, France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus/la-faim-plus-dangereuse-que-le-coronavirus.
    (3) « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, 1971.
    (4) The Moral Economy of the Peasant. Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, 1976.

    #pandémie #émeutes_de_la_faim

    https://seenthis.net/messages/856675 via colporteur


  • « Interdire les visites, c’était pour que les familles ne voient pas dans quelles conditions on travaillait » – ACTA
    https://acta.zone/interdire-les-visites-cetait-pour-que-les-familles-ne-voient-pas-dans-quelles

    Le 10 mai, la France compte 26 380 personnes décédées du COVID-19 dont 9738 en EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Manque de matériel, de soignant.es, de tests, les structures se sont retrouvées dans une situation intenable. Comme dans les hôpitaux, les personnels des structures médico-sociales ont dû trouver par eux-mêmes des solutions afin d’éviter la catastrophe sanitaire. Comment protéger les résidents du COVID, mais aussi de la maltraitance induite par des protocoles sanitaires intenables dictés par l’ARS ? Faut-il rappeler que la question du soin n’est pas réductible à la question médicale ?
    Rencontre avec Laurent, cadre de santé dans un EHPAD public dans le 93. Entretien fait le 25/04/2020.

    Comment s’est passée cette dernière semaine à l’EPHAD ?
    La semaine a été douloureuse et compliquée parce qu’on a autorisé les familles à venir visiter leurs proches qui sont en EHPAD. Olivier Véran a annoncé du jour au lendemain que les familles pourraient visiter leurs proches dans le respect des gestes barrières. Ça a été compliqué pour nous car la plupart des résidents ont des troubles cognitifs. Par exemple, la première visite a été faite par les enfants d’une résidente. Il faut imaginer qu’ils ont un masque sur le visage, qu’ils sont à 1m50 de leur mère qui est en fauteuil et qui a des problèmes de surdité. Elle n’a pas vraiment réussi à les reconnaître. C’est un moment douloureux car ils ne peuvent ni l’embrasser, ni la toucher. Ils peuvent seulement parler très fort pour qu’elle les entendent, sans avoir de réponses. Les personnes âgées ont besoin de contact, de câlins, de bisous. C’est révoltant de faire venir des familles dans ces conditions. Quel sens ont ces visites ? Les enfants, en larmes, sont repartis en me disant qu’ils ne reviendraient pas dans ces conditions. Aller voir sa mère sans pouvoir la toucher, en se maintenant à distance, c’était encore plus douloureux que de ne pas la voir. Je n’imaginais pas les visites comme ça.

    Tu imaginais quoi comme visite ?

    J’imaginais ce que j’ai fait à la deuxième visite car je ne voulais pas revivre ça. A la deuxième visite, j’ai laissé deux filles avec leur mère. C’est une personne qui a des gros troubles cognitifs et qui passe sa journée à déambuler. Elle pleure beaucoup depuis le début du confinement. Quand elle a reconnu ses filles, elle est allée vers elles pour leur faire un câlin. Elle a passé 2h30 avec ses filles assises à côté d’elle. C’était un beau moment. Avec ces histoires de petit déconfinement, on marche sur la tête. C’est impossible de respecter toutes ces consignes.

    Tu as dit dans une interview radio qu’il fallait faire confiance aux familles. C’est une évidence qui rappelle que le discours du gouvernement est infantilisant. 
    Pour les visites, on nous a demandé qu’une personne surveille les retrouvailles des familles. Logiquement, j’aurai dû être planté là pour voir si les enfants ne s’approchaient pas trop de leur mère. Faire le surveillant comme dans un parloir. J’ai prévenu mon directeur que si les familles ne pouvaient pas rester seules avec leurs parents, c’était impossible. Mon envie, c’est de voir des résidents sourire, qu’ils oublient pourquoi ils sont rentrés en EHPAD, et qu’ils vont en ressortir morts. La mort existe. Il y a des résidents qui décèdent et ils sont habitués à ça. Ils leur restent quelques années à vivre, ils faut qu’ils en profitent. 
    Comment les résidents ont-ils réagi à l’annonce du confinement ? 
    Au moment où on a instauré le confinement, j’ai expliqué aux résidents qu’on irait faire leurs courses et qu’il n’y aurait pas de problèmes par rapport à l’alcool et aux cigarettes. Et puis, j’ai senti que pour les résidents qui avaient l’habitude de sortir, il était compliqué pour eux d’imaginer ce qui se passait dehors. Donc, je leur ai dit « Venez, on y va ! ». On est parti avec eux et ils ont vu que tout était fermé. Le fait qu’ils puissent voir, qu’ils se rendent compte de la situation, ça a apaisé les choses. En revenant, ils ont raconté aux autres que les bars, les marchés étaient fermés, et qu’il n’y avait rien d’ouvert. Ensuite, pour ceux qui avaient quand même envie de sortir, je leur ai fait des attestations de sorties pour qu’ils aillent faire un tour, les laisser un peu libre. Je suis persuadé que si on a eu si peu de décès, c’est aussi parce qu’on les a laissés un peu libre. L’important en EHPAD est de donner le maximum de liberté qu’on puisse. C’est primordial.

    https://seenthis.net/messages/854796 via colporteur


  • État d’urgence sanitaire : « La figure du danger était celle du terroriste, demain, ce sera le malade »
    https://www.bastamag.net/Etat-d-urgence-quarantaine-mise-en-isolement-attestation-amendes-libertes-

    L’état d’urgence sanitaire a été prolongé jusqu’en juillet. Il permet au gouvernement de limiter les déplacements autorisés et d’imposer des mesures d’isolement et de quarantaine. Ce nouvel état d’urgence rappelle celui de 2015, contre le terrorisme. Ces dispositions d’exception risquent de devenir permanentes, alerte Sarah Massoud, du Syndicat de la magistrature. Entretien. Basta ! : La loi de prolongation de l’état d’urgence sanitaire telle qu’elle a finalement été adoptée le 11 mai semble-t-elle (...) #Décrypter

    / #Atteintes_aux_libertés, #Services_publics, #Justice, #Entretiens, A la une

    https://seenthis.net/messages/856407 via Basta !


  • Non, 96,3% des morts du Covid-19 en Italie ne sont pas « décédés d’autres pathologies »
    https://factuel.afp.com/non-963-des-morts-du-covid-19-en-italie-ne-sont-pas-decedes-dautres-pat

    Voici la vidéo de l’intervention de l’élu italien (non inscrit) devant la Chambre des députés, le 24 avril 2020 :

    « Ne dites pas, ici aussi, [qu’il y a eu] 25.000 morts ! Ce n’est pas vrai (...) ! Les données de l’Institut supérieur de la santé disent que 96,3% sont morts d’autres pathologies ! », affirme-t-il à partir de 0’58". "Les 25.000 morts (...) sont morts d’infarctus, du cancer...", poursuit-il à partir de 3’30".

    « Il a raison », a tweeté sous une vidéo de l’intervention de Vittorio Sgarbi le patron de Tesla Elon Musk, qui avait jugé fin avril que les mesures de confinement aux Etats-Unis étaient « fascistes ».

    En réalité, Vittorio Sgarbi déforme des statistiques de l’Institut italien supérieur de la santé publiées le 23 avril. Les voici.

    Une étude menée sur 2.041 personnes décédées ayant été testées positives au nouveau coronavirus a montré que « 74 patients (3,6% de l’échantillon) ne présentaient aucune pathologie, 294 (14,4%) présentaient une pathologie, 431 (21,1%) présentaient deux pathologies et 1.242 (60,9%) présentaient trois pathologies ou plus », écrit l’institut italien, soit un total de 96,3% des patients présentant une ou plusieurs comorbidités.

    Et là, un député italien, Elon Musk… ça doit être pour que Douste-Blazy ne se sente pas trop seul avec ses conneries de pas savoir lire un simple tableau.

    https://seenthis.net/messages/856546 via ARNO*


  • Affaire Legay : la police des polices traque les sources de Mediapart -
    https://www.mediapart.fr/journal/france/260520/affaire-legay-la-police-des-polices-traque-les-sources-de-mediapart?onglet

    La journaliste de Mediapart Pascale Pascariello, qui avait permis de démontrer les mensonges du président de la République dans une affaire de violences policières, a été entendue comme suspecte, mardi 26 mai, par l’IGPN. C’est la quatrième fois en moins de 18 mois que la justice essaye de s’en prendre aux sources de Mediapart à la suite d’enquêtes embarrassantes pour l’exécutif.

    Sous la présidence d’Emmanuel Macron, la chasse aux sources des journalistes s’inscrit au fil des mois dans une récurrence de plus en plus inquiétante. La reporter de Mediapart Pascale Pascariello, qui avait permis de démontrer les mensonges du président de la République et du procureur de Nice dans le dossier Geneviève Legay, une retentissante affaire de violences policières, a été entendue comme suspecte, mardi 26 mai, à Paris, par un commissaire général et une capitaine de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

    L’objectif des investigations, diligentées par le parquet de Nice, est contenu dans le délit visé par la convocation judiciaire envoyée le 19 mai à Mediapart : « recel de violation du secret professionnel ». Comprendre : trouver qui, au sein de l’administration, a livré à la presse des informations embarrassantes pour la justice et le pouvoir.

    Les nombreuses enquêtes de Pascale Pascariello avaient en effet mis au jour les contre-vérités d’un magistrat – le procureur Jean-Michel Prêtre – et du chef de l’État lui-même, Emmanuel Macron, dans un dossier qui est vite apparu comme symbolique des violences policières, de leur déni institutionnel et du mensonge politique qui, parfois, l’accompagne.

    L’affaire Legay porte le nom d’une militante de 73 ans de l’organisation Attac, qui a été gravement blessée durant une manifestation fin mars 2019, à Nice. Le procureur de la ville, lors d’une conférence de presse, puis Emmanuel Macron quelques jours plus tard, dans les colonnes du quotidien Nice Matin, avaient dédouané la police, qui aurait été, selon eux, totalement étrangère aux blessures infligées à la vieille dame.

    Mais les articles de Mediapart ont pu, preuves à l’appui, montrer qu’il n’en était rien et qu’un rapport de police, rédigé le jour des faits, avait même établi le contraire. D’autres articles de Pascale Pascariello avaient également interrogé les conflits d’intérêts qui entouraient l’enquête – la policière chargée des investigations est la compagne d’un policier en cause… – et exhumé les lourds antécédents du procureur Prêtre, qui a finalement été muté à Lyon après avoir essayé d’étouffer l’affaire Legay (toujours au point mort sur le fond).

    Toutes ces informations d’intérêt public, et dont aucune n’est contestée sur le fond par quiconque devant un tribunal, ont de toute évidence agacé.

    Accompagnée de l’avocat de Mediapart, Me Emmanuel Tordjman, Pascale Pascariello s’est rendue à sa convocation dans les locaux parisiens de l’IGPN mais a refusé, durant 1 h 30 d’interrogatoire sous le régime de l’audition libre, de répondre aux questions des enquêteurs afin de protéger ses sources.

    Dans une déclaration liminaire, elle a néanmoins évoqué une « convocation [qui] pose des problèmes juridiques fondamentaux » et s’apparente à un « contournement du droit de la presse ». « Le but de cette manœuvre est de donner toute latitude à la police pour rechercher l’auteur principal du délit dont nous serions les receleurs, c’est-à-dire nos sources », a expliqué notre journaliste, dénonçant « un climat de pression sur notre profession et d’intimidation vis-à-vis de nos sources ».

    Ainsi que la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (Cedh) ne cesse de le rappeler depuis des décennies, le propre du journalisme consiste parfois, si ce n’est souvent, à obtenir des informations auprès de personnes qui ne sont pas censées lui en donner. Faute de quoi, les journalistes seraient condamnés d’avance à passer leur temps à recopier des communiqués de presse et à s’accommoder en toutes circonstances des versions officielles.

    C’est la raison pour laquelle la Cedh avait défini la protection des sources journalistiques comme « l’une des pierres angulaires de la liberté de la presse » (arrêt Goodwin, 1996), laquelle liberté consiste, selon la même cour, à publier des informations « qui heurtent, choquent ou inquiètent l’État ou une fraction quelconque de la population » (arrêt Handyside, 1976).

    L’audition comme suspecte de Pascale Pascariello est d’autant plus inquiétante qu’elle s’inscrit dans une succession de tentatives judiciaires d’entraver le travail de la presse depuis 18 mois.

    Exemples :

    Février 2019 : deux magistrats du parquet de Paris, accompagnés de policiers de la Brigade criminelle, ont tenté de perquisitionner notre rédaction dans l’affaire Benalla, à la suite de la révélation d’enregistrements compromettants pour l’ancien collaborateur du président de la République.

    Avril 2019 : des journalistes du collectif Disclose, dont les informations avaient été publiées par Mediapart et d’autres médias, ont été entendus comme suspects par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour avoir révélé une note classifiée prouvant les mensonges du gouvernement et de l’Élysée sur l’utilisation d’armes françaises dans la guerre au Yémen, qui a fait des milliers de morts civiles.

    Mai 2019 : une journaliste du Monde, Ariane Chemin, et le directeur de la publication du quotidien, Louis Dreyfus, sont à leur tour entendus comme suspects par la DGSI en marge de l’affaire Benalla.

    Octobre 2019 : quatre journalistes de Mediapart, dont son directeur de publication, Edwy Plenel, sont convoqués comme suspects par la police judiciaire pour avoir révélé l’identité et le parcours sinueux d’un proche de Benalla, toujours en fonction à l’Élysée et spécialiste de l’infiltration et de l’effraction.
    Toutes ces atteintes à la liberté d’informer ont un point commun : elles visent des enquêtes journalistiques qui ont mis en cause le pouvoir exécutif.

    Mais ce ne doit être qu’un hasard.

    #presse #police

    https://seenthis.net/messages/856386 via colporteur


  • Immunité croisée entre les coronavirus des rhumes et SARS-CoV-2 : la fin de la pandémie ? - VIDAL - Actualités
    https://www.vidal.fr/actualites/25004/immunite_croisee_entre_les_coronavirus_des_rhumes_et_sars_cov_2_la_fin_de_la_p

    Récemment, deux articles ont été publiés en préprint, portant sur la réaction immunitaire cellulaire chez des patients souffrant de COVID-19. Ces deux études ont également exploré une éventuelle réaction immunitaire de ce type chez des personnes n’ayant pas été exposées à SARS-CoV-2.

    Chez 34 à 60 % de ces sujets, les immunologistes ont pu mettre en évidence une réaction des lymphocytes CD4 et CD8 envers des épitopes issus de SARS-CoV-2. Les auteurs émettent l’hypothèse d’une réaction immunitaire croisée entre un ou plusieurs coronavirus responsables des rhumes et SARS-CoV-2. En effet, l’ensemble des personnes non exposées étudiées présentaient également des anticorps dirigés contre ces coronavirus.

    Néanmoins, les personnes non exposées qui ne réagissaient pas aux épitopes de SARS-CoV-2 présentaient, elles aussi, des anticorps contre les coronavirus des rhumes. Ainsi, une immunité humorale contre ces coronavirus ne garantit pas une immunité cellulaire croisée contre SARS-CoV-2.

    Cette immunité croisée protège-t-elle contre les formes symptomatiques de la COVID-19 ? Rien ne permet de l’affirmer aujourd’hui et la découverte de cette immunité croisée ne suffit pas à justifier les prédictions que font certains sur la fin imminente de la pandémie.

    De plus, parce qu’il existe divers éléments pointant vers une moins bonne immunité envers les coronavirus des rhumes chez les personnes âgées, la question se pose, à la fois du lien entre cette moindre immunité et la plus grande vulnérabilité des personnes âgées vis-à-vis de la COVID-19, et aussi du risque d’une deuxième vague dans cette population particulière.

    #immunité #immunité_croisée

    https://seenthis.net/messages/856389 via colporteur


  • Thierry Robert : « Nous arrivons à la fin des stocks alimentaires en Seine-Saint-Denis » - regards.fr
    http://www.regards.fr/la-midinale/article/thierry-robert-nous-arrivons-a-la-fin-des-stocks-alimentaires-en-seine-saint
    http://www.regards.fr/IMG/png/capture_d_e_cran_2020-05-20_a_13.06.22.png

    Pendant la période du confinement, on a accueilli des gens qui n’étaient jamais venus frapper aux portes d’associations, comme le Secours populaire français. Sur les 1.270.000 personnes qui sont venus nous voir pendant ces deux mois, 45% sont des personnes que nous ne connaissions pas auparavant – qui n’avaient jamais sollicité aucune aide – et qui n’avaient jamais été identifiées comme des personnes vivant dans la pauvreté ou la précarité. Une partie de ces personnes ont basculé dans la pauvreté pendant le confinement et nous craignons que ça soit encore le cas aujourd’hui et dans les mois qui viennent. Avec les licenciements prévisibles des semaines à venir, on craint qu’une grande vague supplémentaire s’ajoute à celle déjà enregistrée avec des situations dramatiques pour de nombreuses familles en France et en Europe.

    https://seenthis.net/messages/856458 via Agnès Maillard


  • Laurent Lafforgue - « De l’utilité des mathématiques pour comprendre la dynamique des épidémies »
    https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200525.OBS29292/tribune-de-l-utilite-des-mathematiques-pour-comprendre-la-dynamique-des-e

    professeur à l’Institut des hautes études scientifiques, médaille Fields de mathématiques

    On constate que le temps de multiplication par 10, propre à l’épidémie de Covid avant que ne soient prises des mesures de lutte contre la contagion, est d’à peine 10 jours. Ce fait apparaissait déjà dans les statistiques publiques chinoises de la fin janvier : 25 morts au 23 janvier et 259 morts au 31 janvier, soit une multiplication par 10 en 8 jours.

    Il faut maintenant rappeler les nombres de morts du Covid comptabilisés dans les différents pays aux dates de début des confinements pour mieux comprendre dans quelle mesure chaque pays a été plus ou moins rapide à réagir

    (...) si l’Italie, l’Espagne, la France, le Royaume-Uni ou l’Etat de New York avaient pris 10 jours plus tard les mesures qu’ils ont prises pour casser la progression exponentielle de l’épidémie, ils auraient déjà chacun plusieurs centaines de milliers de morts.

    Pour la même raison, si le confinement avait été décidé 10 jours plus tôt, c’est-à-dire en France le 6 mars, nous aurions aujourd’hui seulement quelques milliers de morts au lieu de dizaines de milliers.

    Quant au niveau restant de contamination, il serait au moins dix fois inférieur et bien moins d’efforts seraient encore requis pour éradiquer le Covid.

    Malheureusement, le Covid est toujours présent et nous devons tous continuer à faire barrage à sa circulation. Il suffirait que les contacts rapprochés dans la population retrouvent un niveau élevé pendant quelques semaines pour que, un mois ou deux plus tard, nos pays se retrouvent avec des centaines de milliers de morts.

    #in_retrospect #démonstration_implacable

    (texte complet trouvé sur https://justpaste.it/4yshz )

    https://seenthis.net/messages/856429 via Fil