7h37

La sélection de Seenthis, maison-mère du Zinc. Une minute plus tard.

  • Les découvertes musicales féminines du soir :

    #Anna_Kuzina, pianiste et compositrice ukrainienne née en 1984. Je n’ai pas trouvé de biographie en français, je sais seulement qu’elle est née et a étudié le piano à Simféropol en Crimée. La page « youtube » sur laquelle on peut écouter le concerto donne quelques informations.

    J’ai découvert son époustouflant concerto pour piano et orchestre qui m’a laissé une belle impression. Je me demande comment on a pu passer à côté d’une telle œuvre (cela dit on s’est posé la même question pour Germaine Tailleferre et Marie Jaëlle et en fait, on connait très bien la réponse). C’est harmonique, rythmique, dynamique, structuré, ça donne la pêche.

    https://www.youtube.com/watch?v=ym97rDocRrM

    Une version en concert :

    Partie 1 : https://www.youtube.com/watch?v=GyglrYtUqAg


    Partie 2 : https://www.youtube.com/watch?v=nY45Gj6divk

    #musique #Piano #compositrice #concerto_pour_piano #ukraine

    https://seenthis.net/messages/708190 via Reka



  • U.S. Opposition to Breast-Feeding Resolution Stuns World Health Officials - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/07/08/health/world-health-breastfeeding-ecuador-trump.html
    https://static01.nyt.com/images/2018/07/09/business/09breastfeeding-1-sub-2/merlin_74866264_0e99440c-95bc-40f5-8b74-c30bc48e93e4-facebookJumbo.jpg

    American officials sought to water down the resolution by removing language that called on governments to “protect, promote and support breast-feeding” and another passage that called on policymakers to restrict the promotion of food products that many experts say can have deleterious effects on young children.

    When that failed, they turned to threats, according to diplomats and government officials who took part in the discussions. Ecuador, which had planned to introduce the measure, was the first to find itself in the cross hairs.

    The Americans were blunt: If Ecuador refused to drop the resolution, Washington would unleash punishing trade measures and withdraw crucial military aid. The Ecuadorean government quickly acquiesced.

    #Etats-Unis #corrompu #corruption #lobbying #gangsters #mafia #sans_vergogne

    https://seenthis.net/messages/707272 via Kassem


  • Ministère des démarches interminables
    https://blog.monolecte.fr/2018/07/12/ministere-des-demarches-interminables

    En résumé, Cela fait une semaine que je suis sur la brèche pour l’inscription de ma fille au lycée. On va dire que niveau administratif, on est entré en mode no friendly. Genre, le lycée d’affectation du robot en ligne — où il y avait l’option de la mort qui tue à 60 places réparties […] L’article Ministère des démarches interminables est apparu en premier sur Le Monolecte.


  • [Appli] Vitesses de circulation sur le réseau ferroviaire français | Pierre Bellon

    Cette application permet de géo visualiser les vitesses de circulation sur les différents tronçons du réseau français. Réalisée par Pierre Bellon à partir des données ouvertes de la SNCF (data.sncf.com), son développement ainsi que les données sont disponibles librement sur sur le dépôt de l’auteur (ic :i https://framagit.org/pbellon/reseau-ferroviaire)

    https://pic.infini.fr/PRr8oV2D/EtdzBudV.PNG

    Lien vers l’application : https://pbellon.frama.io/reseau-ferroviaire)

    #cartographie #réseau #ferroviaire #vitesses #circulation #France

    https://seenthis.net/messages/707938 via fbahoken


  • La rédaction de « Libé » est-elle « blanche » ? - Libération
    http://www.liberation.fr/checknews/2018/07/03/la-redaction-de-libe-est-elle-blanche_1662546
    http://md1.libe.com/photo/837360-libegroupe038.jpg?modified_at=1530693885&picto=fb&ratio_x=191&ratio_y=100&width=600

    Ce problème de la diversité est un problème de la presse écrite en général. Bien plus qu’en télé, par exemple. Tu regardes TF1 ou BFM, ce n’est pas la même chose. Quel que soit d’ailleurs le côté de la caméra. La force du micro-trottoir fait qu’ils sont obligés de montrer plein de gens. Il y a plus de diversité à la fois derrière les caméras et devant les caméras. Tu regardes Libé, à l’intérieur de Libé, et aussi dans ce qu’on donnait à montrer dans les images en une, il y avait un vrai problème de représentation des minorités visibles.

    Cela n’était pas une question dans le journal. Il y avait des questions de parité. De salaire. Mais le combat sur le fait que cette rédaction reflète la réalité du pays, celui-là, n’est jamais remonté ces vingt dernières années comme étant un sujet important. Quand je suis arrivé, j’ai voulu en faire un sujet. Libération devait pouvoir s’adresser à tout le monde, à des lecteurs qui ne le lisaient plus. La question de la diversité et la question de la diversité sociale se mêlent. Libération était censé être un journal populaire. Moi j’avais le souvenir d’un Libération qui faisait monter les gens de la fab [la fabrication], de l’accueil…

    #journalisme #diversité

    https://seenthis.net/messages/707881 via aude_v


  • STRUWWELPETER DIE VOLLSTÄNDIGE ORIGINALFASSUNG MIT TRANSKRIPTION DER FRAKTUR ZUM AUSDRUCKEN | Lyrikheute
    http://www.lyrikheute.com/2012/06/morgen-hier.html?m=1

    Ah la pédagogie allemande des années 1860 ! C’était au bon vieux temps quand les suceurs de doigts avaient peur du méchant tailleur avec ses grands ciseaux et l’anorexie était encore inconnue. Pourtant tout n’était pas horrible au pays de l’imagination infantine de l’époque. L’histoire du chasseur et du lapin c’est du Franquin tout craché et Saint Nicolas y défend les petits enfants noirs contre les moqueurs racistes.

    Struwwelpeter von Heinrich Hoffmann
    von 1844.
    http://3.bp.blogspot.com/-kxNKUM_pxxc/T9JS_J5We6I/AAAAAAAAAoA/q43YEm27r5U/s1600/struwwelpeter+titel.jpg

    http://1.bp.blogspot.com/-T9VDOBGLwTo/T9pbPST3aKI/AAAAAAAAAx8/YBLKRFO_Azo/s1600/wenn.jpg
    Zum Geleit
    Wenn die Kinder artig sind,
    kommt zu ihnen das Christkind;
    wenn sie ihre Suppe essen
    und das Brot auch nicht vergessen,
    wenn sie ohne Lärm zu machen,
    still sind bei den Siebensachen,
    beim Spaziergehn auf den Gassen
    von Mama sich führen lassen,
    bringt es ihnen Guts genug
    und ein schönes Bilderbuch.

    I. Der Struwwelpeter
    http://4.bp.blogspot.com/-E4xq6tYHZWI/T9OuuODefrI/AAAAAAAAAqA/FG7PW3TYQzc/s1600/struwwelpeter+1+kapite.jpg
    Sieh einmal, hier steht er,
    pfui, der S t r u w w e l p e t e r !
    An den Händen beiden
    ließ er sich nicht schneiden seine Nägel fast ein Jahr;
    kämmen ließ er nicht sein Haar.
    Pfui, ruft da ein jeder:
    Gastiger Struwwelpeter

    II. Die Geschichte vom bösen Friedrich
    http://3.bp.blogspot.com/-hGGpwgk2M4k/T9ZaGvHpaYI/AAAAAAAAAsE/6wuF563vpkk/s1600/st+kap+2+s+1.jpg
    Der F r i e d e r i c h, der Friederich,
    das war ein arger Wüterich!
    Er fing die Fliegen in dem Haus
    und riss ihnen die Beine aus.
    Er schlug die Stühl und Vögel tot.
    Die Katzen hatten große Not.
    Und hörenur, wie bös er war:
    Er peitschte seine Gretchen gar!

    http://1.bp.blogspot.com/-q4pbYc1Ssds/T9ZaN0YSwQI/AAAAAAAAAsM/Ehpm5txzjZ4/s1600/stw+kap+2+s+2.jpg
    Am Brunnen stand ein großer Hund,
    trank Wasser dort mit seinem Mund.
    Da mit der Peitsch herzu sich schlich
    der bitterböse Friederich;
    und schlug den Hund, der heulte sehr,
    und trat und schlug ihn immer mehr.
    Da biß der Hund ihn in das Bein,
    recht tief bis in das Blut hinein.
    Der bitterböse Friederich,
    der schrie und weinte bitterlich.
    Jedoch nach Hause lief der Hund
    und trug die Peitsche in dem Mund.

    http://1.bp.blogspot.com/-xoxGzMjoC90/U2uiCSidpJI/AAAAAAAAOJA/jAgffNib7wQ/s1600/stw+kap+2+s+3.jpg
    Ins Bett muß Friedrich nun hinein,
    litt vielen Schmerz an seinem Bein;
    und der Herr Doktor steht dabei
    und gibt ihm bittre Arzenei.

    Der Hund an Friedrichs Tischen saß,
    wo er den großen Kuchen aß;
    aß auch die gute Leberwurst
    und trank den Wein für seinen Durst.
    Die Peitsche hat er mitgebracht
    und nimmt sie sogleich sehr in acht.

    III.Die gar traurige Geschichte mit dem Feuerzeug

    http://1.bp.blogspot.com/-jxWf4DkdX8E/T9haaGDqcbI/AAAAAAAAAtQ/BRbASULPlr8/s1600/paulinchen+1.jpg
    P a u l i n c h e n war allein zu Haus,
    die Eltern waren beide aus.
    Als sie nun durch das Zimmer sprang
    mit leichtem Mut und Sing und Sang,
    da sah sie plötzlich vor sich stehn
    ein Feuerzeug, nett anzusehen.
    „Ei“, sprach sie,"ei wie schön und fein!
    Das muß ein trefflich Spielzeug sein.
    Ich zünde mir ein Hölzchen an,
    wie’s oft die Mutter hat getan."
    Und M i n z und M a u n z, die Katzen,
    erheben ihre Tatzen.
    Sie drohen mit den Pfoten:
    „Der Vater hat’s verboten!
    Miau! Mio! Miau! Mio!
    laß stehn! sonst brennst du lichterloh!“
    Paulinchen hört die Katzen nicht!
    Das Hölzchen brennt gar hell und licht,
    das flackert lustig, knistert laut,
    grad wie’s ihr auf dem Bilde schaut.
    Paulinchen aber freut sich sehr
    und sprang im Zimmer hin und her.
    Doch Minz und Maunz die Katzen
    erhoben ihre Tatzen.
    Sie drohen mit den Pfoten:
    „Die Mutter hat’s verboten!
    Miau! Mio! Miau! Mio!
    wirf’s weg sonst brennst du lichterloh!“

    http://3.bp.blogspot.com/-FZjttRgVnj4/T9hamW_jrAI/AAAAAAAAAtY/9pNwhUDBr0g/s1600/paulinchen+2.jpg
    Doch weh! die Flamme faßt das Kleid,
    die Schürze brennt, es leuchtet weit.
    Es brennt die Hand, es brennt das Haar,
    es brennt das ganze Kind sogar.
    Und Minz und Maunz die schreien
    gar jämmerlich zu zweien:
    „Herbei! Herbei! Wer hilft geschwind
    In Feuer steht das ganze Kind!
    Miau! Mio! Miau! Mio!
    zu Hilf’ das Kind brennt lichterloh!“
    Verbrannt ist alles ganz und gar,
    das arme Kind mit Haut und Haar;
    ein Häuflein Asche bleibt allein
    und beide Schuh, so hübsch und fein.
    Und Minz und Maunz die kleinen,
    die sitzen da und weinen:
    „Miau! Mio! Miau! Mio!
    wo sind die armen Eltern? Wo?“
    Und ihre Tränen fließen
    wie’s Bächlein auf den Wiesen.

    IV.Die Geschichte von den schwarzen Buben

    http://1.bp.blogspot.com/-9AkBkz55b-U/T9FIv3mTQjI/AAAAAAAAAmg/KWyz2gnWBgY/s1600/Kap+4+a.jpg
    Es ging spazieren vor dem Tor
    Ein kohlpechrabenschwarzer M o h r.
    Die Sonne schien ihm auf Gehirn,
    Da nahm er seinen Sonnenschirm.
    Da kam der L u d w i g hergerannt
    Und trug sein Fähnchen in der Hand.
    Der K a s p a r kam mit schnellem Schritt
    Und brachte seine Brezel mit.
    Und auch der Wilhelm war nicht steif
    Und brachte seinen runden Reif.
    Die schrien und lachten alle drei
    Als dort das M o h r c h e n ging vorbei,
    Weil es so schwarz wie Tinte sei!

    http://1.bp.blogspot.com/-WmGiaCBFbss/T9FI2ZanXrI/AAAAAAAAAmo/rRjAuEHRwug/s1600/kap+4+b.jpg
    Da kam der große Nikolas
    Mit seinem großen Tintenfaß.
    Der sprach: „Ihr Kinder hört mir zu
    Und laßt den Mohren hübsch in Ruh!
    Was kann denn dieser Mensch dafür,
    Daß er so weiß nicht ist wie ihr?“
    Die Buben aber folgten nicht
    und lachten ihm ins Angesicht
    Und lachten Ärger als zuvor
    Über den armen schwarzen Mohr.

    http://3.bp.blogspot.com/-cDENEzVRHps/T9FI_fx9IoI/AAAAAAAAAmw/kVUC69vc8RU/s1600/kap+4+c.jpg
    Der Niklas wurde bös und wild,
    Da siehst Du es auf diesem Bild!
    Er packte gleich die Buben fest,
    Beim Arm, beim Kopf, bei Rock und West
    Den Wilhelm und den Ludewig,
    Den Kaspar auch, der wehrte sich.
    Er tunkt sie in die Tinte tief,
    Wie auch der Kaspar „Feuer“ rief.
    Bis übern Kopf ins Tintenfaß
    tunkt sie der große Nikolas.

    http://3.bp.blogspot.com/-9AS3jY1wT7I/T9FLytN-hPI/AAAAAAAAAnI/M9G1r6x-82A/s1600/kap+4+d.jpg
    Du siehst sie hier, wie schwarz sie sind,
    Viel schwärzer als das Negerkind.
    Der Mohr voraus im Sonnenschein,
    Die Tintenbuben hinterdrein.;
    Und hätten sie nicht so gelacht,
    Hätt Niklas sie nicht schwarz gemacht.

    V. Die Geschichte vom wilden Jäger

    http://4.bp.blogspot.com/-PG-TDa1e07Y/T9hbMXs8xmI/AAAAAAAAAtk/Z-hgbAuVCMk/s1600/j%C3%A4ger+1.jpg
    Es zog de wilde Jägersmann
    sein grasgrün neues Röcklein an;
    nahm Ranzen, Pilverhorn und Flint
    und lief hinaus ins Feld geschwind.
    Er trug die Brille auf der Nas’.
    Das Häschen sitzt im Blätterhaus
    und lacht den blinden Jäger aus.
    Jetzt schien die Sonne gar zu sehr,
    das ward ihm sein Gewehr zu schwer.
    Er legte sich ins grüne Gras;
    das alles sah der kleine Has’.
    Und als der Jäger schnarcht und schlief,
    der Has’ ganz heimlich zu ihm lief
    und nahm die Flint und auch die Brill
    und schlich davon ganz leis und still.

    http://1.bp.blogspot.com/-3tmMMvG9Y6g/T9hbX2JKZEI/AAAAAAAAAts/fAJjP5wgGAg/s1600/j%C3%A4ger+2.jpg
    Die Brille hat das Häschen jetzt
    sich selbst auf seine Nas’ gesetzt;
    und schießen will’s aus dem Gewehr.
    Der Jäger aber fürcht sich sehr.
    Er läuft davon und springt und schreit:
    „Zur Hilf, ihr Leut, zur Hilf, ihr Leut!“

    http://3.bp.blogspot.com/-F6yQGoKFJKk/T9hbhsEAuyI/AAAAAAAAAt0/B5EDbogKQSA/s1600/j%C3%A4ger+3.jpg
    Das kommt der wilde Jägersmann
    zuletzt beim tiefen Brünnchen an.
    Er springt hinein. Die Not war groß;
    es schießt der Has’ die Flinte los.
    Des Jägers Frau am Fenster saß
    und trank aus ihrer Kaffeetass’.
    Die schoß das Häschen ganz entzwei;
    Da rief die Frau: „O wei! O wei!“
    Doch bei dem Brünnchen heimlich saß
    der Hächen Kind, der kleine Has’.
    Der hockte das im grünen Gras;
    dem floß der Kaffee auf die Nas’.
    Er schrie:"Wer hat mich hier verbrannt?"
    Und hielt den Löffel in der Hand.

    VI.Die Geschichte vom Daumenlutscher

    http://3.bp.blogspot.com/-4k3sBy__8X0/T9hcqkU6PDI/AAAAAAAAAt8/bu-HKoOJMi0/s1600/daumenlutscher+1.jpg
    „K o n r a d“, sprach die Frau Mama,
    „ich geh aus und du bleibst da.
    Sei hübsch ordentlich und fromm,
    bis nach Haus’ ich wieder komm.
    Und vor allem, Konrad, hör!
    lutsche nicht am Daumen mehr;
    denn der Schneider mit der Scher
    kommt sonst ganz geschwind daher,
    und die Daumen schneidet er
    ab, als ob Papier es wär.“

    Fort geht nun die Mutter und
    wupp! den Daumen in den Mund.

    http://3.bp.blogspot.com/-ZEkgGGP6Ig4/T9hcxg9SuGI/AAAAAAAAAuE/rh7zMA4JtQQ/s1600/daumenlutscher+2.jpg
    Bauz! da geht die Türe auf,
    und herein in schnellem Lauf
    springt der Schneider in die Stub
    zu dem Daumen-Lutscher-Bub.
    Weh! jetzt geht es klipp und klapp
    mit der Scher die Daumen ab,
    mit der großen, scharfen Scher!
    Hei! da schreit der Konrad sehr.
    Und als Mutter kommt nach Haus,
    sieht der Konrad traurig aus.
    Ohne Daumen steht er dort,
    die sind alle beide fort.

    VII. Die Geschichte vom Suppenkasper

    http://2.bp.blogspot.com/-o8Jt-fcaDqw/T9hdj-Ie2eI/AAAAAAAAAuM/YQ_DJLkPCtU/s1600/suppenkasper.jpg
    Der K a s p a r, der war kerngesund,
    ein dicker Bub und kugelrund.
    Er hatte Backen rot und frisch;
    die Suppe aß er hübsch bei Tisch.
    Doch einmal fing er an zu schrein:
    „Ich esse keine Suppe! nein!
    Ich esse meine Suppe nicht!
    Nein meine Suppe eß ich nicht!“

    Am n ä c h s t e n Tag - ja sieh nur her!
    Da war er schon viel magerer.
    Da fing er wieder an zu schrein:
    „Ich esse keine Suppe! nein!Ich esse meine Suppe nicht!
    Nein meine Suppe eß ich nicht!“

    Am d r i t t e n Tag, o weh und ach!
    wie ist der Kaspar dünn und schwach!
    Doch als die Suppe kam herein,
    gleich fing er wieder an zu schrein:
    „Ich esse keine Suppe! nein!
    Ich esse meine Suppe nicht!
    Nein, meine Suppe eß ich nicht!“

    Am v i e r t e n Tage endlich gar
    der Kaspar wie ein Fädchen war.
    Er wog vielleicht ein halbes Lot
    Und war am f ü n f t e n Tage tot.

    VIII. Die Geschichte von dem Zappel-Phillip

    http://2.bp.blogspot.com/-esyqSw5wt70/T9hdspCq0KI/AAAAAAAAAuU/eW69M3AU1TI/s1600/zappelphillip+1.jpg
    „Ob der P h i l i p heute still
    wohl bei Tische sitzen will?“
    Also sprach in ernstem Ton
    der Papa zu seinem Sohn,
    und die Mutter blickte stumm
    auf dem ganzen Tisch herum.
    Doch der Philipp hörte nicht,
    was zu ihm der Vater spricht.
    Er gaukelt
    und schaukelt,
    er trappelt
    und zappelt
    auf dem Stuhle hin und her.
    „Philipp, das mißfällt mir sehr!“

    http://3.bp.blogspot.com/-ia6zZFxWi1o/T9hd0MUMq7I/AAAAAAAAAuc/hpkF8NYXlXw/s1600/zappelphillip+2.jpg
    Seht, ihr lieben Kinder, seht,
    wie’s dem Philipp weiter geht!
    Oben steht es auf dem Bild.
    Seht! er schaukelt gar zu wild,
    bis der Stuhl nach hinten fällt.
    Da ist nichts mehr, was ihn hält.
    Nach dem Tischtuch greift er, schreit.
    Doch was hilt’s? Zu gleicher Zeit
    fallen Teller, Flasch ud Brot.
    Vater ist in größer Not,
    und die Mutter blicket stumm
    auf dem ganzen Tisch herum.

    http://2.bp.blogspot.com/-ECdJ3Q55mrI/U2vqrxrPHMI/AAAAAAAAOJQ/dVVouJ7k4Is/s1600/zappelphillip+3.jpg
    Nun ist Phillip ganz versteckt
    und der Tisch ist abgedeckt.
    Was der Vater essen wollt,
    unten auf der Erde rollt.
    Suppe, Brot und alle Bissen,
    alles ist herabgerissen.
    Suppenschüssel ist entzwei,
    und die Eltern stehn dabei.
    Beide sind gar zornig sehr,
    haben nichts zu essen mehr.

    IX. Die Geschichte vom Hanns Guck-in-die-Luft

    http://1.bp.blogspot.com/-HIUdMWVMwrA/T9heHT7jkaI/AAAAAAAAAuw/nVNPst3_Y9g/s1600/hanns+guck-in-die-luft.jpg
    Wenn der H a n n s zur Schule ging,
    stets sein Blick am Himmel hing.
    Nach den Dächern, Wolken, Schwalben
    schaut er aufwärts allenthalben.
    Vor die eignen Füße dicht
    ja, da schaut der Bursche nicht,
    also daß ein jeder ruft:
    „Seht den Hanns Guck-in-die-Luft!“

    Kam ein Hund daher gerannt;
    Hännslein blickte unverwandt
    in die Luft.
    Niemand ruft:
    „Hanns! gib acht, der Hund ist nah!“
    Was geschah?
    Bautz! perdautz! - da liegen zei,
    Hund und Hännschen nebenbei.

    http://2.bp.blogspot.com/-Y80mwrnoyTk/T9heOnqxOJI/AAAAAAAAAu4/bs6tEvp3mzM/s1600/hanns+guck-in-die-Luft+2.jpg
    Einst ging er an Ufers Rand
    mit der Mappe in der Hand.
    Nach dem blauen Himmel hoch
    sah er, wo die Schwalbe flog,
    also daß er kerzengrad
    immer mehr zum Flusse trat.
    Und die Fische in der Rih
    sind erstaunt sehr, alle drei

    Noch ein Schritt! und plums! der Hanns
    stürzt hinab kopfüber ganz! -
    Die drei Fischlein sehr erschreckt,
    haben sich sogleich versteckt.

    http://3.bp.blogspot.com/-9f-arGJufWA/T9heVAVt98I/AAAAAAAAAvA/Z5Ruul-ZPVQ/s1600/hanns+3.jpg
    Doch zum Glück da kommen zwei
    Männer aus der Näh herbei,
    und die haben ihn mit Stangen
    aus dem Wasser aufgefangen.

    Seht! nun steht er triefend naß!
    Ei, das ist ein schlechter Spaß!
    Wasser läuft dem armen Wicht
    aus den Haaren ins gesicht,
    aus den Kleidern, von den Armen,
    und es friert ihn zum Erbarmen.
    Doch die Fischlein alle drei,
    schwimmen hurtig gleich herbei;
    streckens Köpflein aus der Flut,
    lachen, daß man’s hören tut,
    lachen fort noch lange Zeit.
    Und die Mappe schwimmt schon weit.

    X. Die Geschichte vom fliegenden Robert

    http://2.bp.blogspot.com/--ZnHkH-HPKQ/T9hesv_MHNI/AAAAAAAAAvQ/Z_52EiwnMaE/s1600/fliegender+robert.jpg
    Wenn der Regen niederbraust,
    wenn der Sturm das Feld durchsaust,
    bleiben Mädchen oder Buben
    hübsch daheim in ihren Stuben.
    R o b e r t aber dachte: Nein!
    daß muß draußen herrlich sein!
    Und im Feld patschte er
    mit dem Regenschirm umher.

    Hui, wie pfeift der Sturm und keucht,
    daß der Bam sich niederbeugt!
    Seht! den Schirm erfaßt der Wind,
    und er Robert fliegt geschwind
    durch die Luft so hoch und weit.
    Niemand hört ihn, wie er schreit.
    An die Wolken stößt er schon,
    und der Hut fliegt auch davon.

    Schirm und Robert fliegen dort
    durch die Wolken immerfort.
    Und der Hut fliegt weit voran,
    stößt zuletzt am Himmel an.
    Wo der wind sie hingetragen,
    ja, daß weiß kein Mensch zu sagen.

    http://2.bp.blogspot.com/-gFTFKvBHpNM/T9heygd2NrI/AAAAAAAAAvY/ozHq9dtRXgc/s1600/deckel.jpg

    Dr, Heinrich Hoffmann (geb. 1809 Frankfurt, gest. 1894 ebenda) über seinen „Struwwelpeter“
    „Das Alles malte und beschrieb
    Der lustige R e i m e r i c h K i n d e r l i e b.“

    #littérature #enfants #histoire #bande_dessinée

    https://seenthis.net/messages/707238 via klaus++



  • The Long View: #Surveillance, the #Internet, and Government Research - Los Angeles Review of Books
    https://lareviewofbooks.org/article/the-long-view-surveillance-the-internet-and-government-research
    https://lareviewofbooks-org-cgwbfgl6lklqqj3f4t3.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/2018/06/surveillancevalley.jpg

    At first blush Yasha Levine’s Surveillance Valley: The Secret Military History of the Internet (2018) seems to fit the bill. A former editor of The eXile, a Moscow-based tabloid newspaper, and investigative reporter for PandoDaily, Levine has made a career out of writing about the dark side of tech. In this book, he traces the intellectual and institutional origins of the internet. He then focuses on the privatization of the network, the creation of Google, and revelations of NSA surveillance. And, in the final part of his book, he turns his attention to Tor and the crypto community.

    He remains unremittingly dark, however, claiming that these technologies were developed from the beginning with surveillance in mind, and that their origins are tangled up with counterinsurgency research in the Third World. This leads him to a damning conclusion: “The Internet was developed as a weapon and remains a weapon today.”

    To be sure, these constitute provocative theses, ones that attempt to confront not only the standard Silicon Valley story, but also established lore among the small group of scholars who study the history of computing. He falls short, however, of backing up his claims with sufficient evidence. Indeed, he flirts with creating a mythology of his own — one that I believe risks marginalizing the most relevant lessons from the history of computing.

    https://seenthis.net/messages/707195 via Kassem


  • « Le nouvel antisémitisme en France » : qui est vraiment dans le « déni de la réalité » ? | Nicolas Lebourg
    http://www.slate.fr/story/164336/societe-nouvel-antisemitisme-france-ouvrage-manifeste-musulman-gauche-conspira

    L’ouvrage collectif auquel ont collaboré Pascal Bruckner et Philippe Val est emblématique d’une approche complotiste à propos de l’aveuglement –notamment étatique– à l’antisémitisme musulman. Source : Slate

    https://seenthis.net/messages/707560 via Rezo


  • #vietnamese_women's_museum in #Hanoi, #Vietnam

    Vietnamese Women’s Museum (VWM) is located in Ly Thuong Kiet Street, downtown Hanoi, just 500m from the central Hoan Kiem (Restored Sword) Lake and the old quarter. This is the most ancient street in the capital city, with many French-style buildings, foreign embassies, big hotels and government offices.
    Vietnamese Women’s Museum was established in 1987 and run by Vietnam Women’s Union. It is a gender museum with functions of research, preservation, and display of tangible and intangible historical and cultural heritages of Vietnamese women and Vietnam Women’s Union. It is also a centre for cultural exchange between Vietnamese and international women for the goal of equality, development and peace.

    http://www.baotangphunu.org.vn/images/logo.png
    http://www.baotangphunu.org.vn/uploads/20160415/home_bn_trip_e.jpg
    http://www.baotangphunu.org.vn
    #femmes #musée

    @tchaala_la & @isskein :

    It is also a centre for cultural exchange between Vietnamese and international women for the goal of equality, development and peace.

    –-> peut-être intéressant de tisser des liens avec la Turquie ?
    #paix

    https://seenthis.net/messages/707246 via CDB_77


  • Ces #femmes dites « difficiles » parce qu’elles n’ont pas voulu se conformer aux #stéréotypes | National Geographic
    https://www.nationalgeographic.fr/photographie/ces-femmes-dites-difficiles-parce-quelles-nont-pas-voulu-se-confo
    https://www.nationalgeographic.fr/sites/france/files/styles/desktop/public/Jack_Klugman_Bobby_Riggs_Billie_Jean_King_Odd_Couple.jpg?itok=FZmHjZ6T

    Le titre du livre ne mentionne pas les sous-entendus qui entourent le terme « difficile ». Les femmes fortes, passionnées et déterminées ne se pavanent pas en disant « Regardez, je suis difficile ». Elles ne font que vivre leur vie. Ce terme « difficile » est utilisé par les autres pour décrire ces femmes. Si vous vous moquez de ce que les gens pensent, vous serez considérée comme une femme difficile parce que vous ne faites pas ce que l’on attend de vous. Une femme difficile est donc une femme qui ne fait pas ce qu’elle devrait faire, une femme qui dérange ou une femme qui estime que ses propres besoins, objectifs et désirs sont aussi importants que ceux des autres. L’une des premières critiques du livre m’a dit que la barre était bien basse. Je l’ai remercié d’avoir souligné ce point pour moi. Il ne faut pas grand chose pour être perçue comme une femme difficile. C’est pour cela que nous sommes si nombreuses [rires].

    #sexisme

    https://seenthis.net/messages/707220 via Agnès Maillard


  • Oui, FIP est bien la meilleure radio au monde
    http://www.slate.fr/story/151271/fip-radio-jack-dorsey-fipettes
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/fiphome.jpg

    Pour ne pas disparaître et garder ses admirateurs, la station a fait l’inverse de ses concurrents : peu de prises de parole en direct et une grande diversité musicale. « FIP, c’est une radio sans vedettes et sans robots », glisse le spécialiste des médias Christian Desplaces avec la délectation du bon mot. « Il y a tout un vocabulaire qui n’appartient pas à notre radio. On travaille avec les outils du monde moderne mais en faisant de l’artisanat », affirme la fipette Jane Villenet.

    Sur FIP, en effet, pas d’algorithme ni de robot pour programmer la grille musicale de la journée. Une poignée de producteurs décident au jour le jour de la suite de morceaux à diffuser aux fidèles auditeurs. « Tout est manuel, sauf pour la playlist de nuit entre 22-23 heures et 7 heures du matin. Quand j’arrive le matin, je ne sais jamais ce que je vais programmer dans les jours à venir. Cela peut être un truc que j’ai écouté chez moi, un disque qui traîne sur le bureau... Puis, un morceau en entraîne un autre », note Luc Frelon, programmateur « made in FIP ».

    Les enchaînements musicaux obéissent tout de même à quelques règles. Il y a d’abord une alternance de deux morceaux chantés avec un instrumental. Ensuite, un titre ne sera jamais diffusé plus d’une fois la même journée –et un artiste au maximum deux. Ce qui éloigne FIP de la dictature des promotions de maisons de disques et du piège des playlists qui tournent en rond.

    Et c’est très marrant cette histoire de communauté entière de fans en Angleterre

    La déclaration d’amour du fondateur de Twitter à FIP n’est donc pas une exception. La radio jouit aujourd’hui d’une image mythique, presque légendaire dans certaines contrées. L’épicentre de cette folie contagieuse est sûrement Brighton, dans le sud de l’Angleterre.

    Pendant dix ans, de 1997 à 2007, FIP a été diffusée sur une fréquence pirate par un ou plusieurs habitants de la ville portuaire. Certains adorent tellement la station française qu’ils se réunissent en club tous les jeudis soir pour écouter collectivement « Jazzafip », émission phare de la radio. Le programmateur Luc Frelon est allé plusieurs fois à la rencontre de ces fous de FIP.

    « En 2009, j’ai été invité à mixer en tant que “DJ FIP” -même si ça n’avait rien d’officiel- par une association de fans. Dans la ville, il y a des restos qui indiquent qu’ils diffusent FIP, vous entendez la radio dans des taxis... c’est assez dingue. Une fois, un chauffeur m’a demandé pourquoi je venais à Brighton. Quand je lui ai dit que je venais car je travaillais pour FIP, il m’a dit que la course était pour lui. »

    Dans un article publié en 2007 lors de la fermeture de la fréquence pirate par les autorités à la suite d’une plainte, le journal local The Argus expliquait que la radio française « attirait des auditeurs de différents horizons, des tenanciers de boutiques jusqu’aux politiciens, avec sa musique excentrique et son absence de publicité et de bavardages ». The Argus ajoutait même que certains habitants de la ville « avaient déménagé uniquement pour pouvoir capter la station ».

    #musique #radio #FIP #meilleure_radio_musicale_du_monde

    https://seenthis.net/messages/706941 via RastaPopoulos


  • « Simone Veil a interdit le chronométrage de la toilette des bébés pour les auxiliaires puéricultrices, qui étaient notées sur ce critère. Le combat est toujours d’actualité : aujourd’hui, c’est le temps de toilette des personnes âgées qu’on chronomètre dans les Ehpad. » — La psychologue Danielle Rapoport

    https://www.francetvinfo.fr/politique/simone-veil/petite-enfance-condition-penitentiaire-prisonniers-du-fln-trois-combats

    https://seenthis.net/messages/707119 via ya_f



  • Quelle excellente nouvelle : il semble que @nepthys qui est l’autrice de :

    « L’argument visuel et le bonheur : l’Isotype d’Otto Neurath »

    https://visionscarto.net/argument-visuel-et-bonheur

    Soit venue nous rejoindre sur seenthis. Super bienvenue, en espérant que tu trouveras ces lieux aussi magique et riche que moi, et que tu nous feras découvrir quelques unes de tes découvertes !

    https://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L480xH206/arton467-9539a.jpg?1508880847

    Au milieu des années 1920, l’économiste autrichien Otto Neurath (1882-1945) crée la « Méthode viennoise de statistique par l’image » - Wiener Methode der Bildstatistik en allemand - le système graphique d’information rebaptisé un peu plus tard Isotype (International System Of Typographic Picture Education). L’Isotype connut une carrière internationale : ses icônes appartiennent désormais à notre culture visuelle…

    https://seenthis.net/messages/707101 via Reka


  • http://www.histoire-immigration.fr/sites/default/files/photos/khalili03.jpg

    http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=3001

    Je ne saurais trop recommander l’exposition de Bouchra Khalili que j’ai découverte ce dimanche au Jeu de Paume à Paris, en allant voir l’exposition de Gordon Matta-Clark, par ailleurs somptueuse, mais c’est une autre histoire. Il y a notamment ces vidéos remarquables où l’on voit la main d’une personne réfugiée dessiner sur une carte le parcours souvent remarquable de complexité et de longueur (il peut falloir cinq ans pour aller du Bangladesh à Rome, surtout en passant par le Mali) et les récits des personnes qui commentent leur propre odyssée sont d’une incroyable puissance (surtout dans un Italien parfait quand on est né à Dhaka).

    Quant au film Twenty-Two Hours c’est peu dire qu’il est à la fois émouvant et édifiant.

    http://www.stadtkinowien.at/media/uploads/blog/327/khalili_twenty_two_hours_16x9.jpg

    cc @cdb_77

    Naturellement l’exposition de Gordon Matta-Clark, elle vaut aussi largement la peine d’être vue

    https://dprbcn.files.wordpress.com/2012/01/4137_mg_8965.jpg

    Incidemment, quand on voit les images pour le moins fragiles et pas toutes faciles à regarder tellement elles sont médiocres des performances de Gordon Matta-Clark, on peut se poser la question aujourd’hui du rapport entre le nombre et la fréquence des captations versus la qualité des interventions, il doit être l’exact inverse que pour Matta-Clark. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre.

    https://seenthis.net/messages/706056 via Philippe De Jonckheere


  • Portraits de Claude Lanzmann en « séducteur brusque » : la presse française n’a rien appris de #MeToo – alicecoffin
    https://alicecoffin.wordpress.com/2018/07/07/portraits-de-claude-lanzmann-en-seducteur-brusque-la-presse-f

    Dans leurs nécrologies, les journalistes français passent sous silence les accusations publiques d’agressions sexuelles contre Claude Lanzmann, décédé jeudi. Pire, ils vantent les qualités de séducteur du cinéaste.

    https://seenthis.net/messages/707026 via François Isabel


  • Parcoursup, coulisses d’une réforme précipitée - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2018/07/05/parcoursup-coulisses-d-une-reforme-precipitee_1664445

    Au moment où sont dévoilés les résultats du bac, plus de 300 000 jeunes sont sans affectation définitive. Avec l’impression de faire les frais d’une stratégie bulldozer visant à éviter toute contestation.

    Les résultats du #bac, qui tombent ce vendredi, vont-ils faire du ménage dans les listes d’attente de Parcoursup ? Jeudi, ils étaient encore 350 000 à ne pas savoir ce qu’ils deviendraient à la prochaine rentrée, dans moins de deux mois. Aujourd’hui, 220 000 ont une proposition, mais n’ont pas validé définitivement leur choix dans l’espoir de remonter sur les listes d’attente de leurs autres vœux. 130 000 n’ont, eux, rien du tout : ils ont parfois écopé de « non » dans les filières sélectives et collectionnent les « en attente » pour leurs demandes en fac. Enfin, 68 000 ont abandonné la procédure.

    La semaine dernière, devant la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, (r)assurait de sa voix calme et convaincante : « Chacun pourra accéder à une formation qui lui correspond. » Mais les listes d’attente patinent, évoluant à la vitesse d’un escargot. Stressant pour les candidats et leurs familles, qui, en prime, ont ce sentiment pénible d’essuyer les plâtres.

    Le nouveau système d’affectation, radicalement différent de l’ancien, a été mis en place à toute allure, en l’espace de quelques mois. Le 22 novembre, le projet de loi était présenté en Conseil des ministres. Deux mois plus tard, le 21 janvier, la nouvelle plateforme Parcoursup entrait en application… avant même le vote de la loi. Pourquoi être allé aussi vite ? Pourquoi ne pas avoir pris le temps ?

    Une étincelle et le ministère embraye

    Tout s’est emballé l’été dernier en quelques heures. Certes, l’incendie couvait. La situation est en effet tendue depuis plusieurs années. Conséquence du baby-boom des années 2000, plus de 30 000 étudiants supplémentaires déboulent chaque année dans l’enseignement supérieur et le nombre de places ouvertes dans les formations, en fac, comme en BTS ou classe prépa, ne suit pas… Jusqu’alors, l’algorithme #APB était paramétré de telle sorte qu’en dernier recours, les candidats étaient départagés par tirage au sort. Ainsi, 8 900 élèves ont été déboutés de leur premier vœu dans leur académie. Ils étaient 5 300 dans ce cas en 2016 et 7 500 en 2015. Cette pratique, très critiquée et critiquable, touchait depuis des années les filières les plus demandées, comme Staps (sports) ou psycho, sans que cela n’émeuve outre mesure. Mais voilà que l’année dernière, une étincelle a tout dynamité.

    C’était le 8 juin. Un article, publié sur le site internet de l’Etudiant. « Exclusif. 857 candidats ont été victimes du premier tirage au sort en première année commune aux études de santé (Paces) en Ile-de-France. » Le ministère embraye dans la seconde. Un communiqué, daté du 9 juin au matin, annonce une réunion de crise. Les doyens des sept facs de santé franciliennes sont convoqués fissa pour « trouver une solution ». Jean-Luc Dumas, doyen de la fac de médecine de Bobigny jusqu’à peu, raconte : « Il y a eu un vent de panique. Quand je suis arrivé au ministère, j’ai d’emblée proposé d’accueillir 250 élèves supplémentaires, je pouvais le faire, les locaux le permettaient. » Les autres doyens suivent. « En un quart d’heure, le problème était réglé. » Rien que d’y repenser, cette histoire le met en pétard : « On a fait porter à la médecine le chapeau du problème des capacités d’accueil saturées. Or, il n’en était rien. Nous avions la place. On a utilisé l’émotion d’un possible tirage au sort en médecine pour justifier l’urgence de cette réforme. » L’histoire de Parcoursup ressemble à un coup politique de maître. Ou de chance. Ou les deux.

    En réalité, les places n’ont jamais manqué en première année de #médecine en Ile-de-France, et le tirage au sort n’a pas été utilisé. Des efforts pour pousser les murs n’étaient même pas nécessaires. Jean-Luc Dumas l’a compris après-coup. Le problème était en fait technique, lié à un changement de paramétrage d’APB, qui incluait désormais dans l’entonnoir initial les élèves en réorientation ou venant de l’étranger. « Sauf que les places que nous réservions d’ordinaire pour ces élèves n’avaient pas été numériquement versées aux autres », explique l’ancien doyen. Le chiffre des refusés s’est naturellement dégonflé, façon neige au soleil. A l’université de Versailles, il est même resté au bout du compte 70 places vacantes, raconte le doyen de l’UFR de santé, Djillali Annane. Lui aussi reconnaît, à mots mesurés, « qu’il y a eu un peu d’affolement pour pas grand-chose. Il faut se replacer dans le contexte. La nouvelle équipe venait d’arriver au ministère, ils ont vu monter la polémique, certainement n’ont-ils pas eu le recul nécessaire. » Jean-Luc Dumas est plus incisif : « Tout s’est emballé, la pression sociétale était très forte, d’accord. Mais le fond de ma réflexion : il y avait une volonté politique de certains de faire exploser le système. »

    Quelques heures après la réunion, nouveau communiqué de Frédérique Vidal. « La ministre salue l’engagement de tous les acteurs qui ont rendu cette solution possible. » Puis :« La situation de la filière Paces d’Ile-de-France illustre les limites du système APB. Frédérique Vidal s’est clairement exprimée sur la nécessité de réduire au maximum les effets du tirage au sort pour la rentrée 2017, et de mettre fin au classement aléatoire, qui n’est ni juste ni souhaitable pour la rentrée 2018. » La presse nationale entretient le feu, « Des lycéens tirés au sort pour entrer en médecine » (le Monde), « APB : les ratés en médecine » (le Figaro).

    « On parle de la fac de médecine… à Paris ! C’est malheureux, mais c’est comme ça en France : toute la presse nationale - parisienne - a foncé, tête baissée. Le ministère a ajouté un peu d’huile sur le feu, et le tour était joué. La réforme légitimée », résume, avec une once de cynisme, un observateur aux premières loges. Maintenant que la partie est jouée (gagnée ?), les langues se délient. Un proche de Jean-Michel #Blanquer, le ministre de l’Education, abonde : « On va dire qu’il y a eu une utilisation exagérée d’un épisode pour présenter une réforme comme nécessaire, alors que des ajustements à l’ancien système auraient peut-être suffi. Le discours a pris dans l’opinion. Ils ont foncé, il ne fallait pas louper le coche. » Une fenêtre d’opportunité en or, comme on dit dans les amphis de sciences politiques où l’on décortique l’action publique. En plus, coup de bol pour Macron, pile à ce moment-là, l’Unef, deuxième syndicat étudiant, est empêtré dans des histoires internes de harcèlement sexuel, donc tout à fait incapable d’organiser la rébellion. La mise en demeure de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), qui reproche à l’algorithme APB de déterminer le sort des élèves « sans intervention humaine », est le coup de grâce.

    Le Parlement regarde le train passer

    La ministre a un boulevard. Elle rappelle quand même en catastrophe l’ex-directeur de cabinet de l’ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem pour piloter concrètement la réforme. Le ministère navigue à vue et à toute vitesse. Le rythme imposé par « l’urgence » est redoutablement efficace. Les fameux « attendus », ces compétences estimées nécessaires pour réussir sa licence, sont publiés le 12 décembre. Les équipes universitaires ont alors un petit mois pour éventuellement les amender, mais avec les fêtes de fin d’année, la plupart n’ont pas le temps de se retourner. Ni même de saisir ce qui était en train de se jouer. D’autant qu’au démarrage, la plupart des enseignants-chercheurs étaient favorables à une réforme, partageant la même envie d’avoir une prise sur le choix de leurs futurs élèves.

    Les parlementaires, aussi, ont regardé le train passer. Un collaborateur se remémore ce calendrier « totalement dingue », ces vingt jours (et les nuits courtes) entre la découverte du texte de loi et son examen en séance à l’Assemblée. Express pour décrypter un texte et lire entre les lignes. Régis Juanico, député du groupe socialiste : « On a voté à l’aveugle, clairement. Sous les apparences qu’il fallait aller vite pour des aspects techniques, nous n’avions que très peu d’informations sur la façon dont le système allait fonctionner, sur l’existence d’algorithmes locaux par exemple. Nous n’avions aucune étude d’impact. » Le texte sera adopté à l’Assemblée en un jour et demi, sans réel débat. Quand le projet débarque au Sénat, les 810 000 élèves sont déjà en train d’inscrire leurs vœux dans Parcoursup… La loi est entrée en application avant même d’en être une.

    Les socialistes, insoumis et communistes vitupèrent, en portant la question devant le Conseil constitutionnel. L’argument n’a même pas été repris dans la réponse des « sages ». La loi ORE (relative à l’orientation et à la réussite des étudiants) est publiée au Journal officiel le 9 mars. Dans les facs, les enseignants-chercheurs - même les enthousiastes du début - commencent à tiquer sur ces nouvelles règles du jeu, très variables dans l’application d’une fac à l’autre. Dans les amphis, les étudiants se réveillent doucement : des universités sont bloquées, d’autres perturbées, la mobilisation s’agrippe à celle des cheminots. Mais sans coordination nationale, le mouvement étudiant ne parvient pas à avoir assez de visibilité pour mettre en difficulté la ministre. Et puis, il est tard. Le système s’applique déjà, les dés sont jetés. Au même moment, Frédérique Vidal et son équipe ont une tout autre angoisse, bien plus terre à terre : que l’algorithme #Parcoursup mouline, sans plantage.

    « L’opinion publique ne l’a pas mesuré, mais aucune analyse de convergence n’a été faite en amont. Aucune modélisation des données », assure un observateur. Dans les colonnes de Libé, le 5 juin, le think-tank Terra Nova s’étonnait qu’on ose ce genre « d’expérience grandeur nature ». Effectivement, 810 000 jeunes citoyens, ça fait beaucoup de cobayes

    Désespérant mais nécessaire à savoir. Ce gouvernement n’est qu’un ramassis de vautours prêts à dépecer le moindre dispositif qui n’œuvre pas suffisamment au maintien de l’élite en place.

    #éducation #sélection #manipulation #discrimination #loi_ORE #vidal

    https://seenthis.net/messages/706984 via ninachani



  • Raid policier et saisie des informations bancaires des soutiens de Riseup en Europe
    https://atelier.mediaslibres.org/Raid-policier-et-saisie-des-informations-bancaires-des-soutien

    Mercredi 4 juillet, le collectif Riseup et son soutien financier en Europe, ZwiebelFreunde https://www.zwiebelfreunde.de (littéralement « les amis de l’Oignon », qui soutient l’anonymat sur Internet) ont chacun publié un communiqué sur une grave opération policière. Elle s’est déroulée le 20 juin en Bavière sous prétexte de l’identification des admins d’un blog antifasciste.

    https://seenthis.net/messages/706681 via L’atelier - médias libres


  • Une femme de 92 ans tue son fils qui voulait la mettre en maison de retraite
    https://www.lci.fr/international/une-femme-de-92-ans-tue-son-fils-qui-voulait-la-mettre-en-maison-de-retraite-209

    Les policiers de l’Arizona ont arrêté une nonagénaire qui venait de tuer son fils, lui-même âgé de 72 ans. Ce dernier aurait eu l’intention de placer sa mère en maison de retraite, ce que celle-ci n’aurait pas supporté.

    Je sais qu’il n’y a pas trop de faits divers sur @seenthis mais celui là m’intéresse. #vieillir #retraite #infanticide

    https://photos.lci.fr/images/1024/576/anna-mae-blessing-a-tue-son-fils-0b546c-0@1x.jpeg

    https://seenthis.net/messages/706583 via mad meg


  • Facebook finds Independence document ’racist’ - BBC News
    https://www.bbc.com/news/technology-44722728
    https://ichef.bbci.co.uk/news/1024/branded_news/18F4/production/_102388360_declarationofindependence.gif

    Facebook’s algorithms have ruled that parts of the US Declaration of Independence are hate speech and removed excerpts of them posted to the platform.

    In the run-up to Independence Day, a US community paper based in Texas had been posting small daily chunks of the historic document on its Facebook page.

    At issue was a part of it that referred to “merciless Indian savages”.

    Facebook later apologised and allowed the posting.

    The Liberty County Vindicator had been sharing excerpts from America’s founding document to its Facebook page in an attempt to encourage historical literacy among its readers.

    Part 10 did not appear, with the paper receiving a notice from Facebook saying the post went against its standards on hate speech.

    Editor Casey Stinnett wrote afterwards of the offending paragraph: "Perhaps had Thomas Jefferson written it as ’Native Americans at a challenging stage of cultural development’ that would have been better.

    “Unfortunately, Jefferson, like most British colonists of his day, did not hold an entirely friendly view of Native Americans.”

    The newspaper later confirmed that Facebook had had a change of heart and apologised.

    “It looks like we made a mistake and removed something you posted on Facebook that didn’t go against our community standards,” the company told the Vindicator.

    “We want to apologise and let you know that we’ve restored your content and removed any blocks on your account related to this incorrect action.”

    In a blogpost, assistant editor of political magazine Reason Christian Britschgi said the decision demonstrated the problem with automated searches for hate speech.

    “A robot trained to spot politically incorrect language isn’t smart enough to detect when that language is part of a historically significant document,” he said.

    #Intelligence_artificielle #Déclaration_indépendance #Facebook

    https://seenthis.net/messages/706699 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Pendant la Coupe du Monde, les violences faites aux femmes augmentent
    https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/pendant-la-coupe-du-monde-les-violences-faites-aux-femmes-augmentent_28
    https://www.francetvinfo.fr/image/75ivy6guy-0506/1500/843/15402447.png

    « [En Angleterre], les #violences_domestiques et la #Coupe_du_Monde sont étroitement liées. Le nombre d’incidents augmente de 26% si le pays gagne, et de 38% s’il perd. Le jour suivant, il augmente de 11%, quelle que soit l’issue du match », prévient le National Centre for Domestic Violence (NCDV, un organisme britannique dédié à l’aide aux victimes de violences domestiques). Le NCDV en veut pour preuve une étude de 2013 publiée dans le Journal of Research in Crime and Delinquency. Cette étude se base sur le nombre d’abus domestiques dans le nord-ouest de l’Angleterre rapportés à la police pendant les Coupes du Monde de 2002, 2006 et 2010.

    #foot #virilisme #masculinisme #femmes #sexisme #violence_contre_les_femmes

    https://seenthis.net/messages/706617 via odilon


  • Poétique politique, une histoire des chansons de luttes francophones.

    Pendant une semaine, Rocé explique sa recherche de plusieurs années sur l’histoire des musiques de luttes francophones, par les damnés elleux-mêmes, les colonisés, les ouvriers. Avec pas mal de femmes aussi dedans. Une redécouverte de slam et spoken word en français, depuis longtemps avant que le rap n’arrive de ce côté de l’océan. C’est un énorme projet ! Qui sort en septembre.

    Rocé, aux origines de la recherche
    http://nova.fr/podcast/nova-stories/roce-aux-origines-de-la-recherche
    http://nova.fr/sites/default/files/styles/ratio_1_8_xl/public/episode/2018-07/Roce.jpg

    (Je ne sais pas comment trouver les mp3 de l’émission comme sur radio france depuis les RSS ping @intempestive)

    Le rappeur Rocé livre les coulisses de son projet Par les damnés de la terre, qui va faire l’objet d’une compilation à la rentrée de septembre. Une recherche de plusieurs années, de rencontres de hasard en flair attentif, il est parti à l’origine du spoken word à la française, via les « chansons de luttes » depuis la fin des années 1960. On part dans le XIXe arrondissement de Paris, au Cameroun, au Burkina, à Haïti, à New York... « C’est important de réunir avec cohérence cette énergie du passé si présent dans nos quotidiens, ces voix qui résonnent aujourd’hui dans le rap et ailleurs, les voix des vaincus, des subalternes, des damnés de la terre », nous dit Rocé.

    Des morceaux qui servaient pour les luttes sociales ou anticoloniales. Une quête subjective, qui l’a mené de rencontres en rencontres. Selon lui, on trouve là une des sources d’un spoken word francophone, qui a nourri plus ou moins directement le slam et le hip-hop français. Comme une branche de l’arbre pas encore totalement découverte.

    2ème : L’esthétique et la politique
    http://nova.fr/podcast/nova-stories/lesthetique-et-la-politique

    Parti du free jazz, conseillé par un ami disquaire, mais passé aussi par un underground sans œillère et l’écoute de francs-tireurs multiples, le projet de Rocé se nourrit de multiples racines. Ce qui lui parle : le mélange d’une teneur politique, mais esthétique forte : funk, blues... « Je cherche les Last poets à la française », dit Rocé. « Le proto-rap, le rap avant le rap ». La playlist du jour va de Francis Bebey aux chants de luttes sociales de la Régie Renault à la fin des années 1960.

    3ème : Un nom en entraîne un autre
    http://nova.fr/podcast/nova-stories/un-nom-en-entraine-un-autre

    En partant d’une pochette de disque, Rocé trouve des noms de labels, puis des figures comme François Tusques, pièce maîtresse du free jazz français, et enfin des noms qui restent clandestins et compliqués à trouver. À l’écoute, notamment : « Déménagement », par Salah Sadaoui, « Le Mal du pays », par Manno Charlemagne...

    4ème : Dane Belany, l’aventure américaine
    http://nova.fr/podcast/nova-stories/dane-belany-laventure-americaine

    Le projet a permis à Rocé de retrouver des artistes oubliés. Dane Belany en faire partie. Chanteuse noire d’origine turque et sénégalaise, qui chantait dans les cabarets de Pigalle, elle côtoyait du beau monde parisien, avant de partir à New York. Là-bas elle a rencontré Thelonious Monk, Miles Davis, croisé James Baldwin. Une maladie lui fait perdre sa voix. Elle s’est mise à clamer des textes en français, de David Diop, Aimé Césaire... Ce qui donne un disque dédicacé à Frantz Fanon. Rocé l’a retrouvée...

    5ème : Un chapitre africain
    http://nova.fr/podcast/nova-stories/un-chapitre-africain

    On termine cette Nova Story par un zoom sur la partie africaine des recherches de Rocé. Qui commence par un morceau d’Abdoulaye Cissé, figure de la musique burkinabè, mandaté par le président Thomas Sankara, créateur à sa demande de deux groupes : Les chanteurs au poing levé et Les Colombes de la Révolution. Rocé retrouve Abdoulaye Cissé, qui l’aide aujourd’hui dans ses travaux.

    #musique #Rocé #Histoire #luttes_sociales #damnés_de_la_terre #colonisation #chanson #spoken_word #slam #radio #audio #Radio_Nova

    et cc @intempestive @sinehebdo @mad_meg @odilon @touti

    https://seenthis.net/messages/706642 via RastaPopoulos