• Les mille visages de la contestation en #Arabie_saoudite
    http://orientxxi.info/magazine/les-mille-visages-de-la-contestation-en-arabie-saoudite,1455

    Peu d’informations circulent sur la contestation en Arabie saoudite. Pourtant, celle-ci est ancienne, multiforme, souvent menée par des islamistes qui réclament des réformes, la fin de la #Répression, une lutte réelle contre la #Corruption et même l’établissement d’une monarchie constitutionnelle. À toutes ces demandes, le pouvoir répond par la répression. Quelques mois après la destruction des tours jumelles de Manhattan le 11 septembre 2001, un prince saoudien, fonctionnaire du gouvernement, déclara au (...)

    #Magazine

    / #Parti_politique, Corruption, Répression, #Vie_politique, #Islam_politique, Syndicalisme , Arabie saoudite, Mouvement (...)

    #Syndicalisme_ #Mouvement_social
    « http://www.brandeis.edu/crown/publications/meb/MEB101.pdf »
    « http://www.wafaw.org »



  • Le Tweet d’ Edgar Morin

    « Les barbares tuent indistinctement par attentats suicides, les civilisés tuent indistinctement par missiles et drones. »

    Maurice Szafran, directeur éditorial du Magazine littéraire, dans un édito au vitriol le traite d’islamo-gauchisme pro-Daech

    Edgar Morin répond aux accusations d’islamo-gauchisme (...)

    lundi 5 septembre 2016, par Emmanuel Lemieux
    http://www.lesinfluences.fr/Edgar-Morin-repond-aux-accusations-d-islamo-gauchisme-pro-Daech.html

    Paris 04/09/2016

    Chers Pierre Assouline et Hervé Aubron,

    Auteur de La Rumeur d’Orléans, je sais comment une information sans fondement peut être tenue pour certitude et disposer de pseudos preuves. Je suis moi-même depuis que j’ai critiqué la politique répressive d’Israël à l’égard des Palestiniens, victime d’une rumeur calomniatrice qui assure que je souhaite l’élimination ou la destruction de l’État d’Israël. Or aucun propos, aucune déclaration, aucun écrit de ma part ne témoigne d’un tel souhait. À l’origine de cette rumeur, il y a sans doute des fanatiques pour qui la moindre critique d’Israël est antisémite, et qui attribuent au critique une idée ou pensée qui leur est étrangère mais permet de les lapider psychiquement.
    « J’en ai un peu assez d’être traître, je l’ai été sous Vichy, je l’ai été pendant la guerre d’Algérie, j’ai été traître au communisme, et depuis 15 ans je suis traitre au judaïsme. »

    Je vous serai donc reconnaissant, vue que l’article de Szafran a repris cette méchante rumeur, de faire état de mon démenti. Je souffre de ce que la calomnie, issue d’esprits fanatiques en état d’hystérie qui voient des ennemis dans des critiques et travestissent leur pensée, se soit répandue auprès de braves gens ignorants ou crédules et qui me considèrent non seulement comme antisémite, mais aussi, puisque d’origine juive, comme traître. J’en ai un peu assez d’être traître, je l’ai été sous Vichy, je l’ai été pendant la guerre d’Algérie, j’ai été traître au communisme, et depuis 15 ans je suis traitre au judaïsme.

    J’ai d’ailleurs donné mon point de vue sur la condition juive et sur Israël dans mon livre paru au Seuil, Le monde moderne et la condition juive que l’on pourrait facilement lire s’il se trouvait facilement en librairie, et auquel je renvoie pour tous ceux qui seraient intéressés sur ma vraie pensée sur ces problèmes.

    https://seenthis.net/messages/523131 via Loutre


  • ’The defiant femininity of Israel’s female soldiers’ — you’re kidding, right?
    http://mondoweiss.net/2016/09/femininity-soldiers-kidding

    http://mondoweiss.net/wp-content/uploads/2016/08/the-everyday-lives-of-young-female-israeli-soldiers-mayan-toledano-v23n5-726-1470059153-size_1000-389x580.jpg

    Vice, a publication that has done some excellent work reporting on the occupation, has gone in for Jim Crow journalism: a series of intimate portraits of Israeli female soldiers taken by a former Israeli soldier under the self-parodying headline, “The Defiant Femininity of Israel’s Female Soldiers.” The story appeared two days ago on Vice’s photo pages, along with this text, aiming to justify the pictures as a form of protest.

    https://seenthis.net/messages/522443 via Mona


  • Sur #Facebook, les militant·e·s antiracistes victimes de #censure
    https://www.laquadrature.net/fr/censure-antiraciste-Facebook

    En 2004, lors de l’adoption de la Loi pour la Confiance dans l’Économie Numérique (LCEN), le Conseil constitutionnel faisait pourtant cet avertissement : « la caractérisation d’un message illicite peut se révéler délicate, même pour un juriste ». Mais ces dernières années, l’État n’a eu de cesse de déléguer la censure de nouvelles infractions aux grandes firmes de l’Internet, avec le soutien de certaines associations de lutte contre les discriminations. Homophobie, sexisme, handiphobie, apologie de la violence, de la prostitution ou du terrorisme sont ainsi venus s’ajouter aux crimes contre l’humanité, à la pédopornographie et au négationnisme dans la longue liste des infractions dont la répression est privatisée.

    (…)

    Ces dérives sont d’autant plus graves que dans l’espace public dominant les antiracistes politiques sont souvent stigmatisé·e·s. Laurent Joffrin, directeur de publication de Libération, leur contestait encore récemment le droit de s’associer sur la base d’une identité partagée. Au gouvernement, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, Najat Vallaud-Belkacem et avec eux beaucoup d’autres hommes et femmes politiques, ont osé affirmé qu’ils et elles « confort[ai]ent une vision racialiste et raciste de la société », ou qu’ils et elles étaient « partisans de tous les communautarismes » de la société. Comme si la dénonciation du racisme – dont des organismes aussi subversifs que l’ONU, le Conseil de l’Europe ou Amnesty International se font les relais – faisait de ces militant·e·s les allié·e·s objectifs du terrorisme et des inégalités structurelles.

    #décolonisation #antiracisme

    https://seenthis.net/messages/521961 via tbn


  • Frédéric Lordon au Bondy Blog : Le racisme institutionnel est « une évidence »
    | Bondy Blog
    http://www.bondyblog.fr/201609080800/frederic-lordon-bondyblog

    Bondy Blog : Le 20 avril dernier, à la Bourse du travail de Paris, vous aviez parlé de “violence identitaire raciste” en France. Selon vous, le racisme institutionnel s’applique dans l’Hexagone ?
    Frédéric Lordon : C’est une telle évidence que je me demande s’il est bien nécessaire d’en dire long à ce sujet. Jacques Rancière a souvent montré combien les imputations de racisme faites au peuple dissimulent un racisme d’élites et un racisme d’État. Faut-il que je rappelle les “Auvergnats” de Hortefeux ou la sortie de Valls sur les Roms, inintégrables et voués au renvoi ? Mais des comme ça, on n’en finirait pas d’en aligner ! Il faudrait reprendre systématiquement les discours de certains politiques ou de certains éditorialistes et y substituer méthodiquement le mot “juifs” aux mots “musulmans“, “roms”, etc., pour prendre conscience du degré d’horreur de ce qui se dit communément aujourd’hui. Faut-il en faire des tonnes également pour redire ce que tout le monde sait, le racisme d’un nombre alarmant de policiers, mais qui, comme toujours, trouve ses conditions de possibilité dans les autorisations implicites venues du haut, des discours officiels et de leurs formulations à demi-mots, et de toute une ambiance installée par de nuisibles faiseurs d’opinion ? De ce point de vue, on ne peut pas ne pas mentionner les éructations de personnages totalement décompensés comme Finkielkraut ou Zemmour. Lors de ce fameux meeting du 20 avril, j’ai dit que la société française est ravagée par deux violences d’échelle macroscopique : la violence sociale du capitalisme et la violence identitaire-raciste, dont Finkielkraut et Zemmour sont les plus notoires propagateurs. Comme toujours, il faudra le recul du temps pour soupeser les responsabilités historiques. J’ose à peine souhaiter que ce moment vienne car, s’il vient, c’est que nous serons passés par de terribles catastrophes.
    “Il y a une forte tendance dans les milieux étatiques, à considérer que le mensonge d’institution à propos des racisés ne porte pas vraiment à conséquence”
    Bondy Blog : Quel regard portez-vous sur la mort d’Adama Traoré et les déclarations du procureur de la République de Pontoise, Yves Jannier ?
    Frédéric Lordon : La coïncidence la plus extravagante, dont je m’étonne d’ailleurs qu’elle ait été si peu remarquée, tient à ce que, au moment même où le procureur Jannier s’enfonce dans le mensonge d’institution, Valls, comme toujours dans ce registre de l’indignation surjouée qui est le sien, se scandalise de “la remise en cause permanente de la parole de l’État” – le même jour ! Le mensonge est propre aux institutions, spécialement aux institutions d’État, la police en tout premier lieu, hélas trop souvent aidée de la “justice”, et, entre Cahuzac et la mort de Rémi Fraisse, ce quinquennat en aura donné une confirmation de plus, en parfaite continuité, comme beaucoup d’autres choses, avec le précédent. On tient visiblement avec cette mystérieuse surmortalité de fourgon et de cellule, frappant étonnamment une catégorie particulière de population, une formidable énigme offerte à la science sociale des institutions. Ce qui est parfois effarant avec le bobard d’institution, c’est sa grossièreté. Laisser entendre qu’Adama Traoré est mort des suites d’une infection généralisée qui le laissait pourtant en excellente santé quelques heures auparavant, c’est une ignominie, une insulte à l’intelligence des gens et plus encore au respect qu’on doit à sa famille. La suprême perversité consistant d’ailleurs à ne rien dire qui soit “techniquement” faux. Je pense qu’il y a une forte tendance dans les milieux étatiques, à considérer que le mensonge d’institution à propos des racisés ne porte pas vraiment à conséquence.

    https://seenthis.net/messages/522557 via Nouvelles d’Orient


  • Réponse au « Canard enchaîné »...par le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF)
    http://contre-attaques.org/l-oeil-de/article/le-canard

    Le 17 août dernier, Le Canard Enchaîné publiait un billet à charge contre le CCIF, collectif luttant contre l’islamophobie en France. Cet article, diffamatoire et mensonger, s’inscrit dans une importante campagne de dénigrement du travail de l’organisation créée en 2003. Le CCIF y répond sous la forme d’un fact-checking, paragraphe par paragraphe. Dans un article anonyme daté du 17 août 2016, Le Canard Enchaîné a publié un tissu de mensonges à propos du CCIF, instantanément repris par toute la (...)

    #L'œil_de_Contre-Attaques

    / #Sur_les_réseaux, #carousel, #Médias

    "https://www.facebook.com/ccifofficiel/videos/vb.192210704127791/1396358723712977/?type=2&theater"
    "http://www.nytimes.com/2016/09/03/world/europe/burkini-ban-muslim-women.html?_r=0"
    "http://www.islamophobie.net/articles/2015/07/07/Islamophobie%20contre-enquête%20CCIF%20Repond"
    "http://www.islamophobie.net/articles/2013/12/23/sorties-scolaires-avis-du-conseil-detat-favorable-aux-meres-voilees"
    "http://www.cnle.gouv.fr/Rapport-Tuot-sur-la-refondation.html"
    " http://www.islamophobie.net/sites/default/files/Evaluation-Marouane-Muhammad-1.png "
    " http://www.islamophobie.net/sites/default/files/Evaluation-Marouane-Muhammad-2.png "
    " http://www.islamophobie.net/sites/default/files/Evaluation-Marounane-Muhammad-3_0.png "
    "http://www.saintleon.com/spip.php?article1514"
    "http://ec.europa.eu/transparency/regexpert/index.cfm?do=groupDetail.groupDetailDoc&id=24106&no=2"
    "https://blogs.mediapart.fr/la-redaction-de-mediapart/blog/010716/mardi-5-juillet-20h-la-premiere-ag-citoyenne-numerique-est-sur-media"
    "https://www.franceinter.fr/societe/l-islamophobie-progresse-sa-reconnaissance-aussi"
    "https://www.youtube.com/watch?v=sc_9X5y20GU

    "
    "https://www.facebook.com/ccifofficiel/videos/vb.192210704127791/1445640385451477/?type=2&theater"
    "http://www.akadem.org/sommaire/themes/philosophie/judaïsmechristianismeislam/dialogue/juifs-et-musulmans-en-france-aujourd-hui-29-03-2013-51759_337.php"
    "http://www.islamophobie.net/articles/2016/09/07/fact-checking-sur-les-allegations-mensongeres-du-canard-enchaine"

    https://seenthis.net/messages/522376 via Contre-attaques


  • Jamais un musulman qui sait le français ne sera un musulman dangereux
    Ernest Renan
    Conférence faite à l’alliance pour la propagation de la langue française (2 février 1888)

    « … le français peut vraiment être appelé une langue classique, un instrument de culture et de civilisation pour tous. Cette langue améliore ; elle est une école ; elle a le naturel, la bonhomie, elle sait rire, elle porte avec elle un aimable scepticisme mêlé de bonté (sans bonté, le scepticisme est une mauvaise chose). Le fanatisme est impossible en français. J’ai horreur du fanatisme, je l’avoue, surtout du fanatisme musulman ; eh bien ! ce grand fléau cessera par le français. Jamais un musulman qui sait le français ne sera un musulman dangereux. C’est une langue excellente pour douter ; or le doute sera peut-être dans l’avenir une chose fort nécessaire. »

    https://seenthis.net/messages/520902 via Nouvelles d’Orient


  • Leçons et conséquences d’un été révélateur : la construction progressive des conditions d’un pogrome

    Publié le 31 août 2016 par bouamamas

    #Saïd_Bouamama

    [...]

    Il s’agit plus simplement de la stigmatisation des musulmans réels et supposés diffusée largement par une multitude d’#islamalgames : islam incompatible avec le féminisme, avec la laïcité, avec la république, etc. Même pour les femmes invoquant leur croyance religieuse pour porter cette tenue de bain les explications dominantes inversent la réalité. Alors que cette tenue est un signe d’une volonté de présence dans l’espace public, il est interprété comme « communautarisme ». Alors qu’elle est un indicateur d’une « intégration à la plage », elle est présentée comme « menace pour l’ordre public ».

    Les débats de cet été qu’ont dû une nouvelle fois subir nos concitoyens musulmans ou supposés tels ont été marqués par trois postures qui sont révélatrices d’une société malade qui refuse de regarder sa maladie en face pour pouvoir la soigner.

    [...]

    La participation active de citoyens à la dénonciation de femmes portant le #burkini, les appels téléphoniques à la police pour signaler leur présence sur une plage ou l’applaudissement des policiers lors des verbalisations sont des attitudes qui se sont multipliées au fur et à mesure du délire politique et médiatique de cet été. Elles nous renseignent sur l’enracinement de l’#islamophobie dans une partie de la population française. Plus de vingt ans de discours médiatiques et politiques posant l’Islam comme problème pour la société française révèle aujourd’hui leurs effets. Deux décennies d’instrumentalisation politique donnent aujourd’hui des fruits amers et acides.

    Ce qui s’est passé à Cisco n’est que ce qui s’annonce ailleurs et à une plus grande échelle si nous ne réagissons pas collectivement pour stopper la logique dominante actuelle. Une rixe entre des « maghrébins » et des « riverains » pour reprendre les termes de la presse, se transforme dès le lendemain en manifestation de plus de cinq cents personnes scandant des slogans significatifs comme « aux armes », « on est chez nous », etc.
    C’est par en haut que l’islamophobie contemporaine s’est développée en France à coup de débats et de lois successives désignant les musulmans ou les supposés tels comme problème et comme danger. L’hystérisation du débat est le fait des médias et d’une partie conséquente de la classe politique et non d’une brusque et soudaine épidémie d’islamophobie.

    [...] Il existe dans la société française un héritage culturel islamophobe hérité de l’#histoire_coloniale française et qui n’a jamais été déconstruit et combattu sérieusement. Celui-ci n’est d’ailleurs qu’un segment d’un racisme colonial plus vaste construit en même temps que la pensée républicaine dominante. C’est ce qui explique la possibilité d’un « #racisme_républicain ». Cet élément de vérité est justement nié par la troisième réaction qui a marquée l’été français. Tout ne serait affaire que d’instrumentalisation pour masquer d’autres questions sociales telles que le vote de la loi El Khomri.

    En fait le deux dernières thèses sont indissociables et ne peuvent être séparées. C’est parce qu’il existe un terreau hérité de l’histoire que des hommes et des femmes politiques font le choix d’une stratégie de diversion et d’instrumentalisation. A l’inverse l’instrumentalisation renforce systématiquement le terreau existant conduisant à la réunion progressive des conditions d’un futur #pogrome. Ni simple racisme préexistant, ni résultat de la seule instrumentalisation, l’islamophobie contemporaine est le résultat de la logique infernale constituée par la juxtaposition historique de ces deux réalités. Le caractère infernal de la logique est encore renforcé par le contexte mondial des guerres pour le pétrole et de la théorie du « choc des civilisations » qui les légitime.

    C’est aujourd’hui qu’il faut réagir pour détruire cette logique dominante. Cela passe par une véritable prise en compte de la lutte contre l’islamophobie dans les agendas politiques et militants. Sans une telle mobilisation nous assisterons impuissant à une #fascisation de notre société et à la réunion progressive des conditions d’un pogrome à l’ombre desquels le projet ultralibéral pourra se déployer avec de moins en moins de contestation. Une telle logique ne disparaît pas seule ou par la « discrétion ». Elle ne s’arrête que par le rapport des forces.

    https://bouamamas.wordpress.com/2016/08/31/lecons-et-consequences-dun-ete-revelateur-la-construction-progr

    https://seenthis.net/messages/520532 via Martin Scriblerus


  • ’Neutralize’ a Terrorist? Just Say a Bullet to the Head - Opinion -
    The trial of Elor Azaria is teaching us the meaning of ’neutralized.’

    Avigdor Feldman Aug 30, 2016 4:24 AM
    read more: http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.739272
    Haaretz - Israel News Haaretz.com

    On Sunday, without warning, the washers in the enormous laundry room beneath our feet suddenly stopped. Suddenly, instead of the susurrus of the machines, the rush of the water and the shriek of steam, silence reigned. It took some time to process, to realize what had happened to the white noise that has been part of our lives for many years.
    A moment before we adjusted to the quiet, the confident voice of the security officer of Hebron’s Jewish community, Eliyahu Liebman, said, “A shot in the head is a means to neutralize [a terrorist].” Then additional voices murmured, as if Jaffa’s exotic military court were haunted: “The terrorist was neutralized,” “the girl was neutralized,” “the woman holding a kitchen knife was neutralized,” “the boy who fled the scene was neutralized.”
    It’s so simple. Why didn’t you say before “a bullet to the head, “a bullet to the head,” “a bullet to the head”? “A bullet to the head” — so clear, manly, resolute, Israeli. Elor Azaria, everyone’s son, was meant for a historic role in Israeli society: to rip off the fig leaf covering its nakedness, to stop the historical “word laundering.”
    It fits, like a finger to a trigger, to Efrat Lechter’s interview with The Shadow (rapper Yoav Eliasi) on Channel 2 on Friday. The language of wimps like Benny Begin, Benjamin Netanyahu, Tzachi Hanegbi and everyone Eliasi quoted in his lisping voice is being replaced by the language of rappers — a raised palm moving up and down, index finger miming the trigger of a pistol being pulled as the rapper screams “Bullet to the head, bullet to the head” at full volume. The audience mirrors his movements in unison, roaring, “Bullet to the head, bullet to the head, bullet to the head,” as though gangsta-rap group N.W.A. (Niggaz Wit Attitudes), writers of “Fuck tha Police,” were on stage, straight out of Compton, California.

    https://seenthis.net/messages/520565 via Nouvelles d’Orient


  • Des Burkinis et des hommes - Les Chroniques de Paige Palmer
    http://paigepalmer.neowp.fr/2016/08/25/des-burkinis-et-des-hommes

    Des Burkinis et des hommes
    Laisser une réponse

    La France d’avant

    Avant, quand la France était encore un pays où l’air y était presque respirable, l’été pouvait se passer sans qu’une polémique inutile et de mauvais goût ne s’invite à toutes les tables. Les plus chanceux voyageaient, ramenant des anecdotes et des récits d’aventures rocambolesques pour divertir ceux qui n’avaient pas été autant privilégiés. Dans l’ensemble, bien avant notre époque de paranoïa identitaire et d’automatismes racistes décomplexés, on allait bien. On avait que faire de débats de bouts de table, de futilités diverses et de polémiques gratuites auxquels on ne réservait même pas un encadré dans un mensuel. Tout allait bien…

    Aujourd’hui, tout va mal. Les caisses sont vides, la rage est en pleine croissance, ce secteur d’avenir qui recrute partout y compris là où l’on se croit antiraciste. Un an après la fausse affaire du maillot de Reims qui aurait du nous servir à tous de leçon, nous voilà repartis pour un tour sur le cheval excité de l’islamophobie. Un an après bien des drames, bien des morts et bien des pistes de réflexion à explorer, nous revoilà retombés dans les bas fonds de la haine et sans même s’empêcher, sans même avoir tenté de se retenir de tomber dans le précipice.

    https://seenthis.net/messages/519362 via Nouvelles d’Orient

    • Non Monsieur Plenel, le burkini n’est pas un vêtement comme un autre ! | Fatiha Daoudi

      http://www.huffingtonpost.fr/fatiha-daoudi/non-monsieur-plenel-le-burkini-nest-pas-un-vetement-comme-les-autres_

      A vous entendre pérorer sur la liberté vestimentaire des femmes musulmanes, confortablement installé dans une démocratie centenaire dont les institutions sont solidement ancrées et où les libertés individuelles sont sacralisées, je sens mes cheveux se dresser sur ma tête non voilée et la colère m’envahir.

      Vous dites que le burkini est un vêtement comme un autre alors que le terme lui-même est un carcan pour les femmes puisqu’il veut dire un mélange entre la burqa (voile total) et le bikini, vêtement de plage. Il ressemble à s’y méprendre à une combinaison de plongée sous-marine avec en plus une capuche qui couvre la tête. Imaginez ce qu’éprouve une femme ainsi couverte, sous le soleil !

      Non Monsieur Plenel, le burkini n’est pas un vêtement comme un autre et je sais de quoi je parle puisque je suis une femme de culture musulmane et vivant dans un pays, le Maroc, où l’islam est religion d’Etat. Pays où les droits des femmes ont évolué vers plus de liberté grâce aux femmes qui se sont battues becs et ongles pour que leur voix soit entendue et leur place dans l’espace public reconnue et qui continuent leur lutte encouragées par une volonté politique même si le gouvernement actuel est à majorité islamiste.

      Cependant, leurs droits ne sont pas à l’abri d’une régression par ces temps où la pratique de l’islam est plus une ostentation qu’une dévotion.

      Quand, Monsieur Plenel, vous comparez le burkini à la soutane en parlant de la sacro-sainte liberté individuelle, vous oubliez une chose importante c’est que la soutane est un habit porté par des personnes qui font de la religion une profession et bien entendu ne doivent aucunement être discriminés même lors de la séparation de l’Église et de l’Etat.

      A l’opposé, le burkini n’est pas un vêtement professionnel mais une suite logique du voile et de la burqa. C’est un carcan sophistiqué dans lequel on enferme les femmes sur les plages qui sont sensés être des lieux de villégiature et de détente. Par ce genre de vêtement, le corps des femmes est entravé afin, parait-il, de ne pas mettre sans dessus dessous la libido masculine !

    • Vu d’Espagne. Le burkini et les grandes contradictions des féministes de gauche | Courrier international
      http://www.courrierinternational.com/article/vu-despagne-le-burkini-et-les-grandes-contradictions-des-femi

      Cette politologue espagnole dénonce ces “idées d’extrême gauche” qui infiltrent le féminisme au point d’aveugler les esprits sur ce qu’est le burkini – ni plus, ni moins qu’un symbole de l’oppression des femmes, autant qu’une insulte à la liberté et à l’égalité.

      C’est la plus grande contradiction du féminisme de gauche : celle qui conduit à relativiser les symboles de discrimination quand ils concernent les femmes musulmanes. Le burkini est assimilé à un simple vêtement, une sorte de maillot de bain au même titre que le bikini. Autrement dit, un choix propre à chaque femme et que l’on doit respecter.

      #burkini


  • Au camp d’été décolonial, les « racisés » plaident pour l’autonomie |
    Mediapart
    Par Faiza Zerouala

    https://www.mediapart.fr/journal/france/270816/au-camp-dete-decolonial-les-racises-plaident-pour-lautonomie?onglet=full

    De notre envoyée spéciale à Reims.- Cela aurait pu être un simple séminaire sur le racisme. Auquel cas, il n’y aurait pas eu ces journalistes plantés devant un centre de vacances de Reims (Champagne-Ardenne) à l’affût de la moindre information, essayant d’alpaguer les participants à la volée pour leur arracher quelques mots. Il n’y aurait pas eu non plus cette micro-manifestation de dix militants du Front national qui ont chanté La Marseillaise devant le lieu. Il n’y aurait pas eu d’articles de presse assassins voire carrément racistes. Il n’y aurait pas eu de débats à la radio. Il n’y aurait pas eu de communiqués d’associations anti-racistes comme la Licra ou SOS Racisme, fustigeant le racisme et le repli communautaire de ce « camp d’été décolonial ». Le samedi, un journaliste a tenté de s’infiltrer, incognito, pour assister aux conférences.

    LIRE AUSSI
    A Beaumont-sur-Oise, une marche blanche pour Traoré
    PAR FAÏZA ZEROUALA
    Nuit debout et les quartiers populaires : le grand malentendu
    PAR FAÏZA ZEROUALA
    Pourquoi tant d’attention focalisée sur un événement privé autofinancé et pourquoi tant de remous ? La controverse est née à cause des modalités d’accès au camp, inédit dans sa forme, édictées par les deux organisatrices, les militantes Fania Noël et Sihame Assbague. Cette série d’ateliers et de conférences, qui se tient durant quatre jours, n’est ouverte qu’aux « personnes subissant à titre personnel le racisme d’État en contexte français ». Un racisme que Fania Noël définit comme « produit et renforcé et légitimé par l’État via ses institutions comme la police ou la justice ». Ce qui crispe les détracteurs de l’initiative. En clair, cette formation ne peut accueillir que les racisé-e-s, selon la terminologie adoptée ici. De facto, les Blancs qui ne subissent pas ce racisme ne peuvent y assister. Fania Noël interprète la polémique comme une preuve que « l’autonomie est vue comme un danger par les personnes qui ont des choses à perdre dans l’émancipation. De toute façon, on a parlé que de la forme. Les rares qui ont parlé des thématiques ont décrété que c’était de toute façon dérangeant ».

    Malgré la demande d’annulation par le maire (LR) de Reims, Arnaud Robinet, le camp d’été décolonial, s’est ouvert le jeudi 25 août pour s’achever le dimanche 28 août. 170 personnes ont souhaité suivre cette formation inédite, centrée sur les questions de racismes. Dans l’assemblée, la prédominance féminine saute aux yeux.

    Les fondatrices du projet assument le choix de la non-mixité vue comme une nécessité pour favoriser l’auto-organisation des concerné-e-s. Le terme « racisé-e-s », issu des sciences sociales, désigne les personnes noires, arabes, roms, asiatiques, musulmanes, renvoyées, sur la base de leurs caractéristiques physiques, à un groupe ayant subi un processus à la fois social et mental d’altérisation. Le terme permet aussi d’éviter d’employer celui de « non-Blancs », car il s’agit d’une définition en négatif. 

    Enfin, placer la question de la race au centre de la réflexion la politise et indique une rupture avec l’« universalisme blanc », qui tient un discours colourblind (ignorant les couleurs) et irrigue, par exemple, l’antiracisme « moral » symbolisé par SOS Racisme. C’est cet universalisme qui veut protéger « son pote » et dénonce les propos racistes sans jamais remettre en cause « le racisme d’État » et le système de domination institué par la République qui se traduit par des discriminations.

    Pour les organisatrices, il s’agit, à l’instar des réunions féministes non mixtes, de permettre à des personnes, unies par les mêmes expériences de vie et animées par le même désir, de s’organiser, de se rencontrer et de réfléchir ensemble à des solutions.

    Lors de la première assemblée plénière introductive, les deux femmes ont rappelé la genèse de ce camp, « un coup de force politique né autour d’un café », et réaffirmé leur choix de la non-mixité. Sihame Assbague le résume ainsi : « C’est important politiquement, cela permet de libérer la parole, de ne pas avoir de personnes qui imposent leur ethnocentrisme et qui disent ne pas voir les couleurs. » Fania Noël rebondit et précise que ce camp n’a pas vocation à devenir un projet de vie ou à donner naissance à « une ZAD ». Elle rappelle que « ce ne sont que quatre jours destinés à réfléchir à notre propre mode d’action. » Tout au long de la formation, les blagues sur le communautarisme supposé du camp fusent. À l’occasion d’un atelier, un participant lance : « On ne va pas éliminer les Blancs ou les renvoyer dans le Caucase. On veut vivre avec d’autres qui ne sont pas comme nous. »

    Le sociologue Marwan Mohammed, venu pour une intervention sur la mobilisation politique dans les quartiers populaires, ne peut s’empêcher de lancer à la salle un trait d’humour : « Pour une réunion du Klu Klux Klan, c’est plus bigarré que dans certaines associations anti-racistes. » Une référence à la Licra qui a manifesté son opposition à la tenue de ce camp en raison de la non-mixité, le comparant à un regroupement du groupe ultra-raciste américain.

    Du reste, le principe de non-mixité n’a rien de neuf. Il a été utilisé dans les années 1960 dans les mouvements de lutte pour les droits civiques aux États-Unis et chez tous les groupes voulant engager une réflexion autonome comme chez les féministes dans les années 1970.

    Au printemps déjà, ce débat s’était greffé sur la commission féministe de Nuit debout. En avril, place de la République, elle avait créé plusieurs sessions de discussions fermées aux hommes. Les mêmes questionnements avaient émergé, plaçant le sujet des alliés au centre de la polémique. Les organisatrices avaient expliqué vouloir créer un moment durant lequel les femmes pouvaient partager leurs expériences, douloureuses parfois, sans devoir supporter le regard des hommes. Cela évite aussi de se perdre en conjectures, à devoir définir les termes employés, rappeler la réalité du racisme ou du sexisme, bref devoir rappeler des bases censées être acquises.

    https://seenthis.net/messages/519323 via Nouvelles d’Orient


  • Baignade surveillée, par Pierre Joxe | Le Club de Mediapart

    https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/260816/baignade-surveillee-par-pierre-joxe

    Dans un communiqué transmis à Mediapart depuis sa villégiature balnéaire, Pierre Joxe, ancien ministre de l’intérieur et membre honoraire du Conseil constitutionnel, explique pourquoi il avait décidé d’aller nager ce vendredi après-midi 26 août dans la tenue vestimentaire de son choix, c’est-à-dire « un costume couvrant entièrement mon corps depuis les chevilles jusqu’aux poignets et ne laissant apparaître que ma tête ». Mais, à l’heure de la marée haute, est intervenue la décision du Conseil d’Etat…

    https://seenthis.net/messages/519086 via Nouvelles d’Orient


  • Defeating Labour’s manufactured anti-Semitism crisis | The Electronic Intifada

    https://electronicintifada.net/blogs/asa-winstanley/defeating-labours-manufactured-anti-semitism-crisis

    Earlier this month, the UK Labour Party came under attack in the press after its leader nominated Shami Chakrabarti, a civil liberties activist, for a seat in the House of Lords.

    In June, Chakrabarti published the report of her inquiry into anti-Semitism and other forms of racism in the party.

    The inquiry was set up by party leader Jeremy Corbyn two months earlier, as a way of dealing with allegations of anti-Semitism that had dogged the party since Corbyn was elected as leader in September 2015.

    But as The Electronic Intifada’s reporting exposed at the time, the “anti-Semitism crisis” was a media fabrication.

    Although there were a few cases of anti-Semitic statements by Labour members made on social media – often years before Corbyn was even elected leader – the vast majority of the evidence was exaggerated or simply fabricated.

    One of the main aims of this campaign of defamation was to damage Corbyn in the run-up to May’s local elections.

    https://seenthis.net/messages/519089 via Nouvelles d’Orient


  • Six haltes dans la vie de Georges Tarabichi
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/six-haltes-dans-la-vie-de-georges-tarabichi,1431

    Georges Tarabichi (1939-2016) était à la fois journaliste, traducteur, critique, écrivain et l’une des plumes les plus prolixes du monde arabe. Il a notamment traduit vers l’arabe Marx et Lénine, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, et surtout Sigmund Freud. Syrien originaire d’Alep, Tarabichi a vécu à Beyrouth la guerre civile libanaise avant de s’installer à Paris, où il est décédé le 16 mars dernier à 77 ans. Il a été le critique majeur des travaux du philosophe marocain Mohamed Abed Al-Jabri, (...)

    #Lu,_vu,_entendu

    / #Syrie, #Liban, #Intellectuels, #philosophie, #Autobiographie

    « http://www.jomhouria.com/art49984_ »


  • Une enquête dissèque la télé, ses horreurs, ses mensonges et son sexisme
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/250816/une-enquete-disseque-la-tele-ses-horreurs-ses-mensonges-et-son-sexisme

    Dans son #livre Ma vie au poste, le journaliste de Télérama #Samuel_Gontier rend compte de huit ans d’enquête immobile sur la télé de tous les jours. Règne de l’émotion, obsession sécuritaire, sexisme, le téléspectateur de métier démonte les ressorts d’un flot quotidien à l’influence toujours pas démentie.> Un chapitre inédit du livre est à lire ici.

    #Culture-Idées #médias #Telerama #télévision


  • Les racines coloniales de la politique française à l’égard de l’islam
    http://orientxxi.info/magazine/les-racines-coloniales-de-la-politique-francaise-a-l-egard-de-l-islam,14

    Comment comprendre le décalage entre les attentes et besoins des Français musulmans et les orientations politiques gouvernementales ? La gestion de l’islam et du culte musulman par la #France durant la période coloniale permet d’apporter une réponse et de mesurer combien la vision de Paris a été forgée par la lecture catholique du fait religieux. L’expansion coloniale en pays musulmans pousse les gouvernants français à rechercher une politique qui permette la centralisation des décisions en matière de (...)

    #Magazine

    / #Algérie, #Maroc, France, #Colonisation, #Islam, Laïcité, #Empire_colonial_français, #Colonialisme

    #Laïcité
    « http://www.lejdd.fr/Societe/Religion/TRIBUNE-Nous-Francais-et-musulmans-sommes-prets-a-assumer-nos-responsabilites- »


  • The sooner France falls off the planet, the more fortunate Humanity will be - Norman G. Finkelstein Norman G. Finkelstein

    http://normanfinkelstein.com/2016/08/24/the-sooner-france-falls-off-the-planet-the-more-fortunate-humanit

    Get ’em off! Armed police order Muslim woman to remove her burkini on packed Nice beach – as mother, 34, wearing Islamic headscarf is threatened with pepper spray and fined in Cannes 
    The French ban on the burkini is threatening to turn into a farce as police officers armed with pepper spray and batons marched onto a beach today and ordered a woman to strip off.

    Four burly cops stood over the middle-aged woman, who had been quietly sunbathing on the Promenade des Anglais beach in Nice – yards from the scene of the Bastille Day lorry attack – and watched her take off a Muslim-style garment which protected her modesty.

    It is thought the woman was given a warning about the dress code on the beach and was handed an on-the-spot fine.

    Four French police officers close in on the woman, who appears to be sleeping, on the Promenade des Anglais beach in Nice, southern France

    https://seenthis.net/messages/518518 via Nouvelles d’Orient


  • The Angry Arab News Service/وكالة أنباء العربي الغاضب: By foremost cartoonist of the Arab world
    https://angryarab.blogspot.fr/2016/08/by-foremost-cartoonist-of-arab-world.html
    https://1.bp.blogspot.com/-D7DAvz81Iy0/V72QwRaFwSI/AAAAAAAAHxQ/lQD5dC7bIBglu6Hhm_tn2VqioFLD3SUzwCLcB/s320/14125709_1476060055743850_7312299065858386610_o.jpg

    Sur le même sujet, lire cet autre post : https://angryarab.blogspot.fr/2016/08/repressive-secularism-or-day-that-will.html

    There is no picture that captures the crux of Western Islamopohobia like this image from the French beach of Nice. It is the illustration of Colonial feminism. It has not generated much uproar in Western societies but it has stirred quite an uproar this morning on Arab social media. The immediate comparison is being made to the Saudi religious police (the Mutawa`ah): Saudi regime has a religious police and France has a secular police and both apparatuses of the state are being used against Muslim women: either to dress them or to undress them. Both impose a strict order and dress code on women: either in the name of religious virtue or in the name of liberal secular virtue, but both see the female body as a threat to the moral and political order. (...)

    Et une très belle illustration ici : https://angryarab.blogspot.fr/2016/08/in-1925-french-police-made-sure-that.html
    https://1.bp.blogspot.com/-RbxjtwU8J0o/V72WTdaa2zI/AAAAAAAAHx0/9tWfExRqghgaxRpQ0bb_CzbF3BQK_CzFwCLcB/s320/CqnKtgDWcAEVknm.jpg

    #clichés_arabes

    https://seenthis.net/messages/518492 via gonzo


  • La tuerie d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893
    https://rebellyon.info/La-tuerie-d-immigres-italiens-a-Aigues

    « Ritals en eaux mortes » bande dessinée d’Olt (qui participe à l’Éphéméride anarchiste). Les travers racistes ne sont pas d’aujourd’hui. Sarkozy devrait s’informer sur les évènements racistes occultés de notre histoire qui risquent vite de se transformer en tragédies... - Mémoire / Migrations - (...) — Mémoire, Migrations - sans-papiers, Mémoire, Une, « Il y a un siècle, les Ritals... »

    https://seenthis.net/messages/517389 via Solitudemaisdishuitsansde


  • Défendre les droits vestimentaires des femmes, quels qu’ils soient, pour défendre toutes les femmes - Crêpe Georgette
    http://www.crepegeorgette.com/2016/08/24/defendre-femmes

    Le féminisme occidental a grandi avec l’idée que les femmes avaient le droit de montrer leur corps sans risquer pour cela des agressions sexuelles, des réflexions, des interdictions diverses et variées. Cet exemple a longtemps été présenté comme un modèle seul et unique de féminisme. Il convient de préciser que le féminisme occidental des années 70 ne peut se réduire, comme certains tendent de le dire, au fait d’avoir voulu porter un bikini. La défense d’avoir le droit de porter ce qu’on veut (du pantalon au travail au bikini à la plage) était en fait la défense de porter ce qu’on veut sans brimades, punitions, licenciements et violences. On ne saurait donc dire et lire comme on l’entend dernièrement que le bikini est un combat féministe. C’est le fait de ne pas être agressée et violentée qui l’est et (...)

    #feminisme

    https://seenthis.net/messages/518441 via Alda


  • Lecture d’un autoportrait de la romancière turque #Asli_Erdogan emprisonnée - YouTube

    https://www.youtube.com/watch?v=TlmLV08rYbw

    Ajoutée le 23 août 2016

    « Inculpée pour incitation au désordre », La romancière Asli Erdogan a été emprisonnée par la Sécurité turque. Suliane Brahim de la Comédie-Française lit texte autobiographique. A retrouver en début d’émission La Compagnie des Auteurs http://bit.ly/2bAYXmE

    https://seenthis.net/messages/518294 via Reka


  • Ce que l’affaire burkini nous dit de l’état de notre société | Nathalie Goulet

    http://www.huffingtonpost.fr/nathalie-goulet/interdiction-burkini-france-societe_b_11562246.html

    En Normandie chaque jour depuis la fin du mois de juillet, nous célébrons et commémorons la Libération de notre territoire grâce, notamment, aux Gars de Leclerc, cette division Leclerc, la deuxième division blindée (2e DB), glorieuse armée dont nous entonnons respectueusement l’hymne devant chaque stèle et de quelques vétérans tenaces et soucieux de témoigner encore et encore de leur engagement pour une France libre, fraternelle et victorieuse.

    L’affaire du burkini

    Cette année ces manifestations prennent une tonalité particulière alors que le débat fait rage autour du « burkini de la discorde » et qu’une partie de notre société, en pleine crise d’identité, recherche vers « l’étranger » et, disons-le, le musulman, la cause de ses maux.

    Des candidats à la plus haute fonction, celle de Président de la République, et leurs soutiens, s’alignent sur un discours d’exclusion et de suspicion sans chercher à élever le débat et se contentent de commenter les effets sans jamais débattre des causes. L’islam est devenu une variable d’ajustement de l’applaudimètre des meetings et des Like des comptes Facebook. La pensée est réduite à sa plus simple expression en 140 signes. Twitter est la nouvelle arène avec ses règles, ses censeurs labellisant les bons et les méchants, et des petits groupes qui attribuent bons points et insultes.

    https://seenthis.net/messages/517587 via Nouvelles d’Orient


  • Les interdictions du ‘burkini’ en France ont à voir avec bien autre chose que la religion ou l’habillement
    Par Amanda Taub, The New York Times (USA) 18 août 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri @mounadil
    https://mounadil.wordpress.com/2016/08/19/burkini-et-crise-de-lidentite-francaise-vus-par-le-new-york-time

    (...) Pendant l’époque coloniale, quand la France contrôlait de vastes régions musulmanes, le voile était devenu un « symbole hyperchargé » explique le Professeur Peterson. Le voile était considéré comme un symbole de l’arriération des Musulmans et les normes vestimentaires féminines françaises, plus flexibles, étaient considérées comme un signe de supériorité culturelle, des façons de voir qui justifiaient le colonialisme.

    Le colonialisme est au fondement de la crise d’identité que vit la France actuellement parce qu’il a ancré un sentiment d’identité nationale française en tant que distinct et supérieur aux identités musulmanes – tout en promettant l’égalité aux Musulmans colonisés qui avaient commencé à immigrer en France en grand nombre. La choc qui en résulte prend souvent la forme de débats sur les tenues vestimentaires.

    Le voile est resté un symbole puissant de l’altérité quand le colonialisme s’est effondré après la seconde guerre mondiale et que les Musulmans des pays colonisés ont afflué en France. Mais maintenant, cette altérité se joue à l’intérieur même d’un pays qui tente de définir sa propre identité post-coloniale.

    Au fil des générations, le voile s’est répandu chez les Musulmanes françaises, en tant que pratique religieuse et, peut-être, comme symbole de leur héritage culturel particulier. Il était un signe visible de la manière dont la France elle-même, ainsi que son rôle dans le monde, était en train de changer.

    Le résultat a été que le voile est devenu le symbole non seulement d’une différence religieuse mais du fait que les Français « de souche » n’avaient plus le monopole de la définition de l’identité française. La France était devenue une nation multiculturelle et multiethnique où les traditions signifiaient différentes choses pour différentes personnes.

    Le symbole du voile à l’époque coloniale en tant que signe de l’infériorité musulmane en a fait une cible commode pour les arguments selon lesquels l’identité française « traditionnelle » devait demeurer non seulement dominante mais la seule identité culturelle en France. (...)

    https://seenthis.net/messages/517514 via Loutre


  • La colonisation, le mépris et l’expropriation ne seront jamais des principes. Ca ne pourrait même pas m’effleurer l’esprit ! Sont-ils devenus fous la-haut ? NR

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1551438-prevention-des-attentats-pourquoi-israel-n-est-certainemen

    Face à la désinformation visant à comparer ce qu’il se passe en France avec Israël, après l’attentat de Nice, plusieurs personnalités ont cosigné une tribune sur « le Plus » du Nouvel Observateur pour expliquer « Pourquoi Israël n’est pas le modèle à suivre ».

    Prévention des attentats : pourquoi Israël n’est certainement pas le modèle à suivre
    Publié le 19-08-2016
    LE PLUS. Depuis le massacre du 14 juillet à Nice, l’attention s’est tournée vers Israël et ses techniques pour prévenir les attentats. Écrivains, dessinateurs, cinéastes, entre autres, signent cette tribune. Ils appellent à la vigilance face à la confusion des termes, et nous mettent en garde : « Non, Israël n’est certainement pas le ’modèle’ à suivre. »

    Commémoration en hommage aux victimes de l’attentat de Nice, le 7 août. (L. Urman/SIPA)
    http://referentiel.nouvelobs.com/wsfile/6621471598889.jpg

    Cette tribune est co-signée par
    Julien Cendres, écrivain
    Monique Chemillier- Gendreau, professeur émérite de droit public et science politique à l’Université Paris-Diderot
    Alain Guiraudie, cinéaste et réalisateur
    Tardi, dessinateur
    Myriam Martin, porte parole d’Ensemble
    Rony Brauman, médecin et essayiste
    Verveine Angeli, Union Syndicale Solidaires
    Philippe Poutou, porte parole du NPA
    Dominique Grange, chanteuse engagée
    Eric Hazan, éditeur

    Depuis le terrible massacre à Nice, plus de 84 victimes et des centaines de blessés, des discours médiatiques et politiques de plus en plus nombreux comparent ce qui se produit en France et en Europe à la situation en Israël.

    Ainsi, des recommandations de s’inspirer du « modèle israélien » sont énoncées par de nombreux intellectuels et représentants politiques, repris dans certains médias.

    Cette analyse largement diffusée veut occulter une première différence fondamentale : Israël est une puissance occupante aux termes de toutes les normes du droit international et des décisions des Nations unies.

    Elle occupe illégalement des territoires palestiniens depuis 1967. Il s’agit en réalité de la plus longue occupation militaire du XXe siècle.

    Il y a deux ans, l’opération « bordure protectrice »

    Israël serait donc passé maître dans la gestion du « terrorisme » et la « sécurisation » de ses sites et de ses citoyens.

    Alors que l’occupation répond d’abord à une volonté expansionniste et colonialiste, c’est au nom de la « sécurité » qu’il justifie sa politique de colonisation des territoires palestiniens, qui a encore considérablement augmenté en 2016 : main de fer militaire et coloniale sur les territoires de Cisjordanie, expropriation de milliers de palestiniens à Jérusalem-Est, des villages de la vallée du Jourdain, le blocus de Gaza depuis dix ans, l’annexion du Golan syrien...

    Il y a deux ans presque jour pour jour, Israël, dans l’opération « bordure protectrice » assassinait plus de 2.200 personnes dont 500 enfants, selon les chiffres des Nations Unies. Enfermés et sans recours dans Gaza assiégée, dans leur immense majorité des civils non armés, ils n’avaient nulle part ou fuir. Même les hôpitaux et les bâtiments de l’ONU étaient bombardés et détruits par l’aviation israélienne.

    La résistance palestinienne n’a rien à voir avec Daech

    Le second amalgame dangereux auquel procèdent ces discours est celui d’identifier la résistance populaire palestinienne au terrorisme de Daech, ou à toute attaque d’individus déséquilibrés qui s’y réfèrent.

    La résistance populaire palestinienne n’a rien à voir avec la cruauté et la violence de Daech. Ni dans les causes ni dans les effets. Ceux qui cherchent à les assimiler sont avant tout des défenseurs de la politique israélienne dont ils adoptent le récit : il n’y a pas de Palestiniens opprimés, il n’y a que des terroristes violents.

    Ce déni de la réalité et de la violence de l’occupation n’échappe pas aux sociétés civiles.

    En réalité, Israël, par sa politique de conquête et d’annexion, participe considérablement à l’insécurité de cette région du monde. Cela a aussi pour conséquence de durcir la nature du régime israélien, de plus en plus ségrégatif et discriminant, qui utilise constamment le profilage ethnique et racial au nom de la sécurité. C’est ce modèle que certains marchands de peur veulent imposer à notre société : un régime raciste et discriminant , un modèle de guerre civile.

    Israël : l ’impasse sécuritare

    Pour notre part, nous appelons à la vigilance face à cette redoutable confusion des termes, qui consiste non seulement à faire oublier la source de la violence, l’occupation illégale d’un peuple et la colonisation de ses territoires, mais aussi à nous présenter comme un modèle la répression de la résistance du peuple palestinien.

    Israël est aussi tout au contraire le constat patent de l’échec de la politique sécuritaire. Le mur de séparation construit par Israël, les centaines de checkpoints pour ne citer que ces exemples, n’ont jamais pu empêcher des Palestiniens de se révolter contre leur oppresseur. Si cette politique répressive payait cet État ne devrait-il pas vivre en paix depuis longtemps ?

    Faut-il rappeler que l’insécurité permanente de cet état due à sa politique est aussi une arme de gouvernance ? Israël vit en effet sous État d’urgence permanent depuis des décennies.

    Non, Israël n’est certainement pas le « modèle » à suivre. Bien au contraire, c’est l’impasse sécuritaire dans laquelle nous ne voulons surtout pas nous retrouver pris au piège à l’avenir.