• Yes, Benny Morris, Israel did perpetrate ethnic cleansing in 1948 - Opinion - Israel News | Haaretz.com
    The Israeli historian is right about one thing: The understandings that the Arabs should be expelled in 1948 were not carried out in full.

    Daniel Blatman Oct 14, 2016
    read more: http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.747508

    A good historian always examines his conclusions. If he comes to the conclusion that things he wrote previously require a reassessment, he is obligated to face that. But a historian who, at the start of his career, determined that Israel is responsible for the mass flight of the Palestinians in 1948 and later changed his views until he became the darling of the settler right, is a pathetic phenomenon. Benny Morris has followed that path.
    He has betrayed two key duties of the historian: to be open-minded and recognize the extensive research literature that directly relates to his own areas of research; and not to distort his own previous conclusions due to current political insights. [Morris’ “Israel conducted no ethnic cleansing in 1948,” Haaretz, October 10, was in response to Daniel Blatman’s “Netanyahu, this Is what ethnic cleansing really looks like,” Haaretz, October 3.]
    On March 10, 1948, the national Haganah headquarters approved Plan Dalet, which discussed the intention of expelling as many Arabs as possible from the territory of the future Jewish state. Morris wrote about it in his book “1948: A History of the First Arab-Israeli War” (2010). He stated that the plan aroused a historiographical dispute, with pro-Palestinian historians claiming it was a master plan for expelling the Arabs living in Israel. He claimed that a careful examination of the plan’s wording leads to a different conclusion.
    Whose different conclusion? That of scholars who are experts on ethnic cleansing? Or legal experts who grappled with the problem? No, that of Morris, of course. He does not accept the definition of ethnic cleansing that was carried out by the Jews in 1948. Perhaps there was a “mini” ethnic cleansing in Lod and Ramle. Perhaps some marginal massacre (Deir Yassin), which caused the panicked flight of Palestinians.
    The problem is that these are precisely the circumstances that lead to ethnic cleansing. Had Morris bothered to properly study the documents of the International Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia, he would understand why his statements would be considered absurd at any serious scientific conference.
    The following was stated by the prosecutor in the trial of Radovan Karadzic, the Bosnian-Serb leader who was convicted of responsibility for the ethnic cleansing of Muslims in Bosnia: “In ethnic cleansing ... you act in such a way that in a given territory, the members of a given ethnic group are eliminated. ... You have massacres. Everybody is not massacred, but you have massacres in order to scare those populations. ... Naturally, the other people are driven away. They are afraid ... and, of course, in the end these people simply want to leave. ... They are driven away either on their own initiative or they are deported. ... Some women are raped and, furthermore, often times what you have is the destruction of the monuments which marked the presence of a given population ... for instance, Catholic churches or mosques are destroyed.”

    https://seenthis.net/messages/533655 via Nouvelles d’Orient


  • Haidar Eid : « la campagne BDS a sans conteste donné de la force au peuple palestinien » -
    Chronique de Palestine | samedi 15 octobre 2016
    http://chroniquepalestine.com/haidar-eid-bds-donne-force-peuple-palestinien
    http://chroniquepalestine.com/wp-content/uploads/2016/10/HaidarEid.jpg

    Chronique de Palestine : Haidar, pouvez-vous vous présenter, ainsi que le mouvement BDS dont vous êtes l’un des principaux animateurs ?

    Haidar Eid : Permettez-moi de commencer en précisant que tous les points de vue que j’exprime ici sont les miens et les miens seuls ; ils ne reflètent pas nécessairement les vues de l’ensemble du mouvement BDS ou de toute autre organisation.

    Je suis un professeur agrégé en littérature et études culturelles à l’Université Al-Aqsa basée à Gaza, conseiller politique de Al-Shabaka (le Réseau de la politique palestinienne), co-fondateur du One Democratic State Group, et un militant BDS. Il peut être intéressant de rajouter que j’ai passé quelques années en Afrique du Sud où j’ai obtenu mon doctorat à l’Université de Johannesburg, la première institution universitaire internationale à avoir mis fin à ses liens avec une université israélienne.(...)

    #BDS #occupation #colonisation #apartheid

    https://seenthis.net/messages/533604 via Loutre


  • The no-shows at Arafat’s funeral - Opinion - Israel News | Haaretz.com
    All those who don’t understand why it was so difficult for the Palestinian-Israelis’ political representatives to show their final respects to Shimon Peres, should recall Arafat’s funeral and the ’respect’ shown him by the Israelis.

    Shlomo Sand Oct 14, 2016
    read more: http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.747364

    On November 11, 2004, Palestinian Authority President Yasser Arafat died under mysterious circumstances. The next day his body was brought to Cairo, where a official state funeral was held. Representatives of 50 countries participated in the event, both admirers and rivals.
    Behind his coffin marched Egyptian President Hosni Mubarak, Syrian President Bashar Assad, King Abdullah of Jordan, King Mohammed VI of Morocco, the presidents of Tunisia and Sudan, the leaders of Sweden, Brazil, Turkey, Malaysia and Pakistan, the deputy prime minister of China, the vice presidents of Austria, Bulgaria, Tanzania, Iraq and Afghanistan, the foreign ministers of Great Britain, France, Spain, Germany, Holland, Belgium, Ireland, Portugal, Denmark, Finland, Luxembourg, Greece, the Czech Republic, Croatia, Slovakia, Canada, Indian and Slovenia, the parliamentary leaders of Italy, Russia, Switzerland and the United Arab Emirates. It was an official farewell that was less impressive that Shimon Peres’ funeral, but still quite respectable for a president without a country.
    The United States, the well known neutral intermediary between Israel and Palestine, sent a low-ranking representative: William Burns, assistant secretary of state for Near Eastern affairs. Israel, on the other hand, gave it the finger.
    No Israeli representative, either high- or low-ranking, or even very low-ranking, attended. None of the leaders of the opposition dreamed of showing his final respects to the leader of the Palestinian people, the first who recognized the State of Israel, and signed the Oslo Accords. Not Shimon Peres, not Ehud Barak, not Shlomo Ben-Ami and not even Uzi Baram bothered to participate in the Palestinians’ mourning.
    Some of them had courageously shaken his hand in the past, other had embraced him enthusiastically several years earlier. But with the outbreak of the second intifada he was once again categorized as a satanic terrorist. The pundits of the sane, moderate left repeatedly claimed in innumerable learned articles that he was not a partner and there was nobody to talk to. When the body of the rais was transferred to Ramallah, the funeral was attended by several “extremist,” marginal Israelis, the likes of Uri Avnery and Mohammed Barakeh.
    All the other peaceniks had to wait for the screening of the film “The Gatekeepers” in 2012; in other words, for the videos of all the chiefs of the Shin Bet security services, who declared that in real time they knew that Arafat did not encourage, organize or initiate the mass uprising in the second intifada, nor the acts of terror that accompanied it. For lack of choice the leader was forced to join the wave, otherwise he would have lost his prestige and his status. The disappointment at Barak’s unprepared and totally bizarre diplomatic step, and Ariel Sharon’s ascent to the Temple Mount, were among the main reasons for the eruption of the Palestinians’ unbridled opposition.

    https://seenthis.net/messages/533102 via Nouvelles d’Orient


  • A l’encontre » Israël : Shimon Peres a « défini la poussée coloniale comme étant un processus de paix »
    par Amira Hass | Article publié dans la rubrique « opinion » de Haaretz, en date du 7 octobre 2016 ; traduction A l’Encontre
    http://alencontre.org/moyenorient/israel/israel-s-perez-a-defini-la-poussee-coloniale-comme-etant-un-processus-de

    (...) Le discernement et la débrouillardise de Peres ont beaucoup contribué à ce qu’Israël puisse asseoir et élargir son entreprise coloniale profitable : en définissant la poussée coloniale comme étant un processus de paix, il a même réussi à obtenir des subsides internationaux pour la mener à bien.

    La réalité des enclaves palestiniennes – séparées au milieu des colonies israéliennes en plein développement et résultat inébranlable des négociations d’Oslo – ne constitue pas un malencontreux accident historique. La « solution » des enclaves palestiniennes a pris forme, sous différentes tournures, depuis l’occupation de 1967 : c’était une manière d’harmoniser la version israélienne des colonies de peuplement dans une ère post-coloniale.

    Cette réalité des enclaves palestiniennes a été en partie créée par des idées exprimées publiquement, mais surtout en les imposant sur le terrain : les colonies, les routes, l’annulation des statuts de résidants de milliers de Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est), le manque d’entretien de l’infrastructure et les obstacles mis au développement des zones où vivent les Palestiniens. Lorsque cela nous convenait, nous avons accordé aux Palestiniens une liberté de mouvement. Lorsque cela leur donnait trop de moyens (notamment lors de la première Intifada – qui a commencé en décembre 1987), nous l’avons révoquée. Et Peres était présent à chacun de ces différents moments.

    Dans les années 1970, Peres et Moshe Dayan [1915-1981] ont promu l’idée du « compromis fonctionnel » – il s’agissait non pas d’une partition des terres, mais plutôt d’une partition de l’autorité gouvernementale. Nous, les Israéliens, devions contrôler le territoire. Les colons continueraient à s’y multiplier et à être des citoyens israéliens, alors que la Jordanie contrôlerait les Palestiniens. Le plan d’autonomie issue des Accords de Camp David avec l’Egypte au cours du mandat de Menachem Begin en tant que Premier ministre [1977-1983] était une variante de ce « compromis fonctionnel ».

    Peres, qui a donné sa bénédiction pour l’établissement d’un partenariat confidentiel lors des négociations d’Oslo, a été très clair à l’époque sur le fait qu’il était opposé à la constitution d’un Etat palestinien.

    Cette opposition a entravé les négociations, et lorsqu’il a finalement été décidé d’accepter l’accord et de l’appliquer graduellement, il n’y avait plus d’objectif final. Mais dans quelle direction pouvaient aller un accord si l’objectif n’avait pas été défini ? La réponse est évidente : ils iraient là où le déciderait le pouvoir souverain – le côté ayant la suprématie militaire, économique et diplomatique. C’est ainsi qu’on est arrivé aux enclaves. Et ce n’est pas par hasard si l’avocat Joel Singer [conseiller légal du ministère des Affaires étrangères] a participé aux négociations et aux rédactions des accords aussi bien à Camp David ]1978] qu’à « Oslo » [« finalisé » en 1993].(...)

    https://seenthis.net/messages/532966 via Loutre


  • UNSECO resolution: A fight over the ownership of Jerusalem - Opinion - Israel News | Haaretz.com
    Where does Israel get the audacity to demand eternal ownership? One can understand the longing that Jerusalem no longer change hands, but to demand ownership is historic rudeness, which the world sees as arrogance, even hubris.

    Carolina Landsmann Oct 14, 2016 1:
    read more: http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.747419

    Jerusalem’s history teaches that the aspiration for the city to be the Jewish nation’s eternal capital reflects a desire to effect a fundamental change in its status – from a city that changed hands many times over thousands of years to one that will remain forever in Jewish hands.
    Benjamin Netanyahu wants the world to understand the declaration “Jerusalem the eternal capital of the Jewish people” not only as a historic or religious-spiritual affiliation, and not only as a geopolitical description, but as a statement of real-estate ownership. Netanyahu wants Jerusalem to be registered in the world’s land registry bureau as property of the Jewish nation.
    In this respect, the UNESCO resolution that casts doubt on the ties between the Western Wall and the Jewish Temple is like a warning note in the registry in favor of the Muslims. By Netanyahu’s standards, this is a failure no less dramatic than having a foreign army conquer Jerusalem.
    The Six-Day War was a landmark event not only in Israel’s history, but in Jewish history. In 1967, after 2,000 years, the heart of Jerusalem – the Old City – returned to Jewish hands. At the same time, since it’s a city that is holy to Christianity and Islam as well, not only to Judaism, as the UNESCO resolution reaffirms yet again how it was also a landmark event in the history of Christianity and Islam. It sounds trivial – but the historic and religious weight of conquering Jerusalem is by no means trivial.
    Israel’s demand of eternal ownership of the city, the expectation that Islam will renounce the city only because it was conquered by military force, as just as the war was, even the expectation that Christianity will agree to the Jews’ eternal ownership of the city are anything but trivial.
    Israel acts like it’s another historic “real estate deal.” It may recognize that taking over property is not enough and that it must obtain international recognition for its ownership of Jerusalem. But on the other hand Israel is ignoring the fact that Jerusalem is not like any other piece of property.

    Where, then does Israel get the audacity to demand eternal ownership? One can understand the longing that Jerusalem no longer change hands, but to demand ownership of it is historic rudeness, which the world sees as arrogance, even hubris.
    In his speech at Yad Vashem, the World Holocaust Remembrance Center, Netanyahu claimed that what “prepared the way for the Holocaust” was “the lie.” 
    “The slander preceded the annihilation,” he explained. Today, too, millions of people are hearing awful falsehoods about the Jews, he said.
    Then he focused his warnings on a specific lie – the demand that UNESCO determine that the Temple Mount has no affiliation with the Jewish people.
    The incitement today stems from radical Islam, he said, and wondered about the “strange pairings” that anti-Semitism creates. “Elites pretending to represent human progress join the darkest barbaric zealots, the decapitators, oppressors of women, gay persecutors, destroyers of cultural treasures.” 
    Translation: dear Christians, have you gone mad? Do you really want to entrust Christianity’s treasures in the hands of those treasure-destroying Muslims?
    “Many of our people are already doing so in Israel and the world and I call on you too, representatives of enlightened humanity, mobilize to thwart the lies,” shouted Netanyahu. That is to say, dear Christians, representatives of enlightened humanity, mobilize to the Jews’ side – have you lost your senses to let ISIS’ representatives get close to Jerusalem?
    Perhaps instead of blaming others for the historic-diplomatic blow to the Jewish people, Netanyahu should ask himself if perhaps something in the abusiveness with which Israel rules the holy city and its claim to eternal ownership have contributed to creating the climate in which the contemporary tendency of Islam to negate pre-Islamic history wins the sympathy of our enlightened western friends.
    Perhaps there’s a link connecting Israel’s rejectionist diplomacy, appalling discrimination against the city’s Arab residents, Jerusalem’s construction beneath the Western Wall, Silwan, Muslim quarter, and the warning note inscribed in history’s land registry.

    https://seenthis.net/messages/533103 via Nouvelles d’Orient


  • Turkey sealing Syrian border with giant wall

    The Housing Development Administration of Turkey (TOKİ) has undertaken the construction of the remaining 700 kilometers of the wall being built on Turkey’s border with war-torn Syria, after the construction of the initial 200-kilometer-long concrete wall on the border was completed jointly by the Defense Ministry and neighboring provinces governor’s offices.

    http://www.hurriyetdailynews.com/images/news/201609/n_104354_1.jpg
    http://www.hurriyetdailynews.com/turkeys-public-housing-body-undertakes-syria-border-wall-construc
    #murs #barrières_frontalières #frontières #asile #migrations #réfugiés #Turquie #Syrie
    cc @daphne @albertocampiphoto @marty

    https://seenthis.net/messages/528827 via CDB_77



  • Dans un entretien choc pour “Le gros journal”, Assa Traoré interpelle François Hollande
    Emmanuelle Skyvington Publié le 28/09/2016. Mis à jour le 28/09/2016 à 17h17
    http://television.telerama.fr/television/dans-un-entretien-choc-pour-le-gros-journal-assa-traore-interpel
    http://images.telerama.fr/medias/2016/09/media_148037/dans-un-entretien-choc-du-gros-journal-assa-traore-interpelle-francois-hollande,M375742.jpg

    François Hollande a réagi au tweet de Rihanna, il serait bien inspiré de répondre également à Assa Traoré, la sœur d’Adama, décédé après son arrestation dans des circonstances mal élucidées. Dans une version spéciale du “Gros journal” diffusée ce soir sur Canal+, la jeune femme l’interpelle avec fermeté et dignité. Extraits en avant-première.

    #Adama_Traoré

    https://seenthis.net/messages/528697 via Loutre


  • Peres: The man who took part in almost every bad decision in Israeli history | +972 Magazine

    Siding with colonial powers at the expense of Israel’s neighbors, nuclear proliferation, supporting the settlement enterprise, advancing privatization and neoliberal economics, and the Qana Massacre are only a few of the Nobel laureate’s exploits. There are also a few bright spots on Shimon Peres’s legacy.

    http://972mag.com/peres-gump-the-man-who-was-part-of-every-bad-decision-in-israeli-history/122255

    http://static1.972mag.com/wp-content/uploads//2016/09/Commando-Shimon.jpg

    #Shimon_Peres #Israël #Palestine #Liban #Proche-Orient

    https://seenthis.net/messages/528654 via Zalameh


  • Les multiples visages de Shimon Pérès
    Orient XXI > Magazine > Dominique Vidal > 28 septembre 2016
    http://orientxxi.info/magazine/les-multiples-visages-de-shimon-peres,1497

    http://orientxxi.info/local/cache-responsive/cache-560/b32f332b1260c347102cf672259c62a1.jpg Shimon Pérès est mort mercredi 28 septembre 2016. Retour sur soixante années de la carrière politique contrastée de celui qui fut à la fois l’artisan de « l’ambiguïté délibérée » du nucléaire israélien, l’un des acteurs de la politique de colonisation, des accords d’Oslo comme de leur échec, et le lauréat du prix Nobel de la paix.

    https://seenthis.net/messages/528630 via marielle


  • Don’t Call Us ’Israeli Arabs’: Palestinians in Israel Speak Out - Opinion -
    Palestinian citizens of Israel are its Achilles’ heel; they refuse to become Zionists, refuse to leave Israel, and refuse to vanish into thin air. And, increasingly, they are refusing to remain silent.

    Sam Bahour Sep 26, 2016
    read more: http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.744398

    When Israel’s founding fathers removed by force the native Palestinian Arab population living where they intended to establish their state, they murdered or displaced more than 80% of that population.
    This act of ethnic cleansing — to borrow one of Benjamin Netanyahu’s newly found phrases — was given a name in Arabic: the Nakba, or catastrophe. The Palestinian Muslims, Druze and Christians who remained in what became Israel have been, and are today, approximately 20% of the population. These are indigenous Palestinians and their descendants, who have had Israeli citizenship imposed upon them.
    ’48ers, Palestinian Arabs, ’insiders’ – just not ’Israeli Arabs’
    For over half a century, Israel has preferred the designation Israeli Arabs, focusing on their Israeliness and attempting to obliterate any trace of Palestinian from their identity. Among Palestinians in exile or the West Bank, they’re referred to as ‘48ers, referring to the year of the Nakba, or as those living “on the inside,” meaning inside the 1949 armistice line, better known as the Green Line. Now, a new cohort of Palestinian thinkers inside Israel writing 68 years after the Nakba reaffirm that they are not just Arabs, but Palestinian Arabs, and that while they may be “in Israel,” they are not Israel’s: they are their own masters.
    These Palestinian citizens of Israel are its Achilles’ heel; they refuse to become Zionists, refuse to leave Israel, and refuse to vanish into thin air. And, increasingly, they are refusing to remain a silent, or passive, player.
    This increasingly assertive minority in Israel spoke out in a new think tank report published this month by The Palestinian Arab Citizens in Israel hosted by the Oxford Research Group and supported by the I’LAM Arab Center for Media Freedom Development and Research in Nazareth and the Norwegian Ministry of Foreign Affairs. [Full disclosure: While completely independent, this project is also a sister project of the Palestine Strategy Group, of which I’m a secretariat member.]

    https://seenthis.net/messages/528238 via Nouvelles d’Orient


  • Chronique de la folie policière ordinaire
    https://blogs.mediapart.fr/christian-salmon/blog/230916/chronique-de-la-folie-policiere-ordinaire

    Je sortais d’une gare de banlieue avec une copine, en fin de journée. Au moment de passer les tourniquets, on entend des hurlements. Pas un cri normal, mais un cri de douleur, intense, et l’on comprend immédiatement qu’il se passe quelque chose. Comme tous les autres à côté de nous, mon regard est capté par la scène qui se déroule sur notre gauche. Une femme noire d’une cinquantaine d’années est menottée, et c’est elle qui hurle que les menottes lui broient les mains, qu’elle n’en peut plus. Entre elle et le petit attroupement d’habitants qui s’est formé, une trentaine de policiers équipés, avec un chien d’assaut. Il y a la sûreté ferroviaire et la police nationale.

    Les gens sont inquiets, l’ambiance est très tendue, tout le monde demande ce qui se passe, pourquoi ils torturent cette femme en pleine rue. La scène est marquante, elle ressemble à cet été après l’assassinat d’Adama, ou aux images de la mobilisation aux Etats-Unis : une rangée de policiers, face à une autre rangée d’habitantes et habitants noirs de la ville. Ces derniers sont clairs, ils n’ont aucune confiance. Un homme raconte comment son frère a été interpellé sans raison, mis en garde à vue et violenté. Les flics nous disent de « nous casser ».

    J’avais peur pour la victime de cette interpellation, peur de cette scène raciste, je voyais la police déraper à tout moment. J’ai sorti mon téléphone pour filmer, en me disant que cela pourrait cadrer les choses, faire baisser le niveau d’impunité. Ça n’a pas duré plus d’une minute. L’un des flics m’attrape par l’épaule gauche et me fait pivoter : « celui-là on lui fait un contrôle d’identité ». Je demande pourquoi, il m’arrache mon téléphone. Je lui dis qu’il n’a pas le droit de le consulter sans mandat de perquisition.

    Mais tout s’accélère : dès qu’ils ont réussi à me tirer de leur côté du cordon formé par leurs collègues, ils se mettent à deux sur moi, chacun me faisant une clé à l’un des bras. Une douleur énorme me traverse les articulations. J’ai les deux bras torsadés dans le dos, avec ces deux hommes dans des positions qu’ils ont apprises, qui pèsent de toute leur force pour me plaquer contre le mur. A plusieurs reprises, ils m’écartent un peu et me rebalancent, pour que je me cogne. J’ai d’abord pensé qu’il s’agissait juste de m’intimider et de me mettre à l’écart. Mais ils ne relâchent pas. J’ai le souffle coupé et je ne proteste plus, je me dis qu’ils vont m’embarquer pour « outrage » ou « rébellion », et sont en train de chercher à créer des faits de toutes pièces.

    Le pire en réalité n’était pas la douleur. Les deux flics qui sont sur moi sont surexcités. Et ils se lâchent. Crânes rasés, les yeux brillants, j’ai du mal à croire que la scène qui suit est réelle. « On va te tuer, tu es mort, on va te défoncer, je te crève là sur place dans dix minutes ». Et au fur et à mesure que les cartilages s’étirent sous la torsion, ils remontent mes poignets dans mon dos, et augmentent la torsion. Celui de gauche me met la main sur les fesses. « T’as cru que t’allais jouer avec la police ? Regarde comme on va jouer avec toi ». Et il me met une première béquille. Puis il remet sa main sur mes fesses. Avec les clés de bras, je ne peux plus respirer normalement. Nouvelle béquille. « On va te violer, ça te plaît ça ? Je vais te violer et on va voir si après tu filmeras la police ».

    Ça continue. « Tu soutiens Daesh c’est ça ? ». « Quand ils vont venir tu feras quoi ? Tu vas les sucer ? ». « Faudra pas pleurer et demander qu’on te protège ». Je n’ai réalisé que plus tard qu’ils étaient en train de parler de Daesh...pour justifier leur attitude face à une femme racisée qui avait oublié son pass navigo.

    Ils ouvrent mon sac et prennent mon portefeuille, le vident dans mon dos. Ils me prennent mes clopes en me disant de m’asseoir dessus. Ils trouvent ma carte de prof précaire à la fac. « T’es prof ? Quand l’Etat islamique viendra à la Sorbonne tu vas les regarder en te branlant ? ». Celui de gauche : « Regarde-moi sale pédé. Sale pute. Tu habites là-bas hein ? (il montre mon immeuble). Je vais venir chez toi, je vais mettre une cagoule et je vais te violer ». Je suis vraiment abasourdi, je pense qu’il a répété les mêmes menaces une bonne vingtaine de fois en tout. J’ai affaire à des flics politisés, des flics de l’état d’urgence permanent, qui se vivent comme en guerre contre Daesh, un Daesh qu’ils assimilent à toute personne racisée, et avec qui j’aurais pactisé en me solidarisant de leur victime du jour.

    Ils montent encore d’un cran. « Maintenant on va te mettre des coups de tazer, tu vas voir comment ça pique ». Et, toujours celui de gauche, m’envoie une décharge dans le bras. Je sursaute, et je me mets à trembler. J’essaie de ne pas le montrer, je ne dis rien, mais la pensée qui me vient à ce moment est que la situation va peut-être déraper encore plus. Qu’ils vont me faire une autre clé, ou me frapper avec leur tonfa avant de m’embarquer. « Tu vas crever ». « Je vais t’enculer ». Avec toujours les attouchements. Et la douleur est telle dans les bras, les épaules, le dos, que je me dis que je dois me préparer à ce qu’une de mes articulations lâche.

    Derrière, j’entends la copine avec qui j’étais qui crie, qui leur dit de me lâcher. Je voudrais lui dire de laisser tomber. J’ai une boule au ventre : qu’est-ce que ces tarés lui feront s’ils l’interpellent ? Mais entre-temps, l’attroupement a probablement un peu grossi, et le groupe de policiers doit savoir qu’il ne peut pas faire durer indéfiniment la situation. Celui qui me torsade le bras droit me dit : « Il faut qu’on chope la meuf, on la charge pour appel à rébellion ».

    J’entends qu’ils discutent entre eux. Un des deux hommes me lâchent le bras et me dit : « Tu regardes le mur, si tu te retournes, si tu bouges, on t’ouvres le crâne ». Je ne bouge pas. « On va venir à la Sorbonne, on va vous exterminer toi et tes collègues, sale gauchiste ». Puis ils me retournent et je me retrouve devant les yeux exorbités du flic qui me tenait le bras gauche. « T’es contractuel sale bâtard ? On va te faire un rapport salé, ta titu tu peux te la mettre ». Je ne dis rien. Ils m’appuient sur la poitrine. « Maintenant tu déverrouilles ton téléphone et tu effaces la vidéo ». Je m’exécute, en me disant que c’est dans ma tête et pas sur ces images de l’attroupement statique que ce qui vient de se passer est gravé. Il m’arrache l’appareil, et ouvre le dossier photo, commence à tout regarder.

    Puis tout à coup, le reste de leur groupe charge les habitants qui s’étaient regroupés. C’est rapide et extrêmement violent. Je vois leur chien se jeter sur les gens, et eux avec les gazeuses et les tonfas. Tout le monde fuit, en panique, y compris les personnes âgées. Les deux policiers qui m’ont agressé me jettent mon portefeuille et son contenu à la figure et partent en courant. Je craint pour mon amie, je ne la vois pas. Mais je l’aperçois finalement qui revient, elle avait réussi à s’échapper. Rien à faire d’autre que rentrer chez nous, la rage au ventre, et tout le torse ankylosé et douloureux. Je me dis que cette police raciste serait allée encore plus loin si j’étais racisé. Un homme nous explique que c’est comme ça dans toute la ville depuis ce matin. « Vous voyez on ne fait rien, mais ils tabassent des gens au hasard pour susciter des troubles ». On se réconforte mutuellement, se souhaite bon courage. Il en faudra ; mais on n’en manque pas.

    #violence #police

    https://seenthis.net/messages/527187 via tbn


  • Netanyahu’s Right: The Occupation Can Actually Go on Forever - All the prophecies of doom that were a source of hope for those who believed the Israeli occupation must come to an end have dissipated.

    Gideon Levy Sep 25, 2016 1
    read more: http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.744034

    Render unto Caesar the things that are Caesar’s: Prime Minister Benjamin Netanyahu is right. He’s right when he says the world is in Israel’s pocket. He’s right when he says Israel has a bright future at the United Nations. He’s right when he appears cocksure, cheerful and optimistic as never before, certainly not as premier. He has every reason to feel this way. Netanyahu is right — and it’s a disaster.
    We’re disappointed. It’s discouraging for anyone who believed in the world, who believed in President Barack Obama or in Europe, who believed in the power of public opinion in the West to impact governments. It’s disheartening for anyone who believed there would be no more colonialism in the 21st century, that a brutal military occupation could not continue into its third generation. All the prophecies of doom that were a source of hope for those who believed the Israeli occupation must come to an end have dissipated.
    They promised us international pressure and sanctions; global isolation and a halt to U.S. aid; boycotts and ostracization. Instead, we got an occupation that has never been so entrenched, and an Israel that has never been so strong.
    You promised it couldn’t go on forever, but we’ve discovered the opposite is true. And how. Why? Because Israel can, because it’s strong; because Israel is far from being isolated. Admit it, the Israeli occupation is more embedded than it was 10 years ago, and its end isn’t even discernible on the horizon. We must recognize that.

    https://seenthis.net/messages/527557 via Nouvelles d’Orient


  • Tout n’est pas de tout repos sur le front du Golan : l’équation israélo-syrienne change | Middle East Eye
    http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/tout-n-est-pas-de-tout-repos-sur-le-front-du-golan-l-quation-isra-lo-

    Tous ces incidents, jusqu’au dimanche 11 septembre, restaient sans réponse du régime syrien – du moins, pour l’opinion publique. Aujourd’hui, les responsables du gouvernement israélien et les officiers de l’armée tentent de déterminer si le lancement de missiles S-200 signifie un changement de politique par Assad ou s’il s’agit d’un étalage de force symbolique.

    Cependant, une chose est déjà claire : le tir de missiles dans la région de Quneitra n’était pas un hasard. L’armée syrienne a publié un communiqué officiel concernant l’incident.

    Ceci est le second cas connu de représailles de l’armée d’Assad contre l’activité militaire israélienne en territoire syrien, mais c’est le premier incident de ce genre rendu public. Le premier cas, il y a sept mois, n’avait pas été signalé par Israël ou le gouvernement syrien.

    Samedi dernier, deux autres obus ont débordé de la guerre en Syrie, mais cette fois, ils ont été interceptés par le système de défense anti-roquettes d’Israël, le « Dôme de fer ».

    Depuis plusieurs années, comme l’a reconnu le Premier ministre Benjamin Netanyahou il y a quelques semaines, l’armée israélienne a agi à sa guise dans l’espace aérien syrien en violation de la souveraineté de la Syrie et de l’accord de désengagement de mars 1974, signé par les deux pays après la guerre du Kippour (guerre d’octobre) en 1973.

    https://seenthis.net/messages/526460 via assalam12


  • Un mouvement de la jeunesse s’attaque aux Frères musulmans et aux tabous des élections jordaniennes | Middle East Eye
    http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/un-mouvement-de-la-jeunesse-s-attaque-aux-fr-res-musulmans-et-aux-tab

    Les rues jordaniennes sont recouvertes d’affiches pour les 230 listes se présentant aux élections parlementaires qui se déroulent ce mardi en Jordanie.

    Une liste en particulier a attiré l’attention. La liste Maan, dont le nom signifie « ensemble » en arabe, est en lice dans la troisième circonscription d’Amman, où certains considèrent que son programme laïc brise certains tabous. Mais d’autres ont menacé ses membres de mort.

    Maan s’envisage comme un acteur essentiel pour limiter la propagation des Frères musulmans dont l’aile politique jordanienne, le Front de l’action islamique (FAI), présente également des candidats pour la première fois depuis 2003.

    Le FAI avait boycotté les deux dernières élections au parlement pour protester contre la précédente loi électorale, réformée cette année, en vertu de laquelle prévalaient les candidats individuels plutôt que des listes de partis.

    En vertu de la nouvelle loi, les Jordaniens votent pour une liste en précisant le candidat qu’ils choisissent dans cette liste.

    Pour beaucoup, les élections de cette année marquent un moment historique dans le développement de la démocratie parlementaire en Jordanie, certains espérant que le passage à des listes encouragera la consolidation des partis ayant des objectifs politiques plus ciblés.

    « Nous entrons dans une nouvelle ère », a déclaré Mohammad Hussainy, analyste politique et directeur de Jordan Reform Watch et de l’Integrity Coalition for Election Observation.

    https://seenthis.net/messages/526458 via assalam12


  • Nawaat – Comment prendre le pouvoir sans être pris par lui
    http://nawaat.org/portail/2016/09/14/comment-prendre-le-pouvoir-sans-etre-pris-par-lui

    Que s’est-il passé réellement entre Youssef Chahed et Mongi Rahoui ? Peu d’informations intéressantes ont filtré à ce propos. Il en va de même, hélas, du premier congrès du Parti des patriotes démocrates unifiés (Watad) qui s’est tenu le weekend dernier. De quoi y a-t-on discuté, sur quoi ont porté les divergences, quelles résolutions et quelles décisions politiques ont été prises ? Nous n’en saurions rien en allant sur le site du PPDU ou sur sa page facebook. On n’y trouvera pas grand chose : des photos de militants en train de voter, des articles de presse eux-mêmes sous-informés, la liste des élus dans les instances de direction, guère plus. Quant aux déclarations publiques des responsables du parti, elles restent vagues et allusives. Pour se faire une opinion, un Tunisien « normal » qui se renseigne à travers les médias devra donc lire entre les lignes, supputer le sens des mots et des silences, tenter l’interprétation de ce qui se dit ou, faute de mieux, interroger un voisin qui a une vague parenté avec un sympathisant des Watads.

    https://seenthis.net/messages/524890 via assalam12


  • Israël et le Soudan
    Un article de Haaretz (7 septembre 2016), signé par Barak David, leur correspondant diplomatique généralement très bien informé, « Israel Urges U.S., Europe to Bolster Ties With Sudan, Citing Apparent Split With Iran » révélait qu’Israël faisait désormais du lobbying en faveur de Khartoum auprès des États-Unis et de l’Union européenne. La raison en était simple : le Soudan s’est rapproché de l’axe sunnite puisqu’il participe à la coalition dirigée par l’Arabie saoudite contre le Yémen, a arrêté d’envoyer des armes au Hamas à Gaza et a pris ses distances à l’égard de l’Iran, ayant gelé ses relations diplomatiques avec Téhéran en janvier 2016. Aux Européens, Tel-Aviv a demandé d’étudier les moyens d’alléger la dette du pays, qui est d’environ 50 milliards de dollars. Pourtant, quelques jours plus tard, le 11 septembre, Haaretz publiait un éditorial : « Despite Benefits, Israel Must Not Help Sudan’s Genocidal Regime ». Car l’hostilité historique d’Israël au Soudan est ancienne. Ce pays a en effet joué un rôle majeur dans l’aide aux mouvements sécessionnistes du Sud dès les années 1950 ; on peut même dire qu’avec les États-Unis — sans minimiser la responsabilité propre du régime de Khartoum lui-même —, il est l’un des principaux artisans de l’éclatement du pays avec la proclamation de l’indépendance du Soudan du Sud le 9 juillet 2011, qui a débouché non sur une « indépendance heureuse » mais sur une guerre civile dont on ne voit pas la fin.
    Alain Gresh
    http://orientxxi.info/magazine/quand-l-occident-absout-le-president-soudanais-accuse-de-crime-contre-l,

    #Soudan

    https://seenthis.net/messages/526710 via Nouvelles d’Orient


  • Des femmes fortes en route pour briser le blocus de Gaza | Corse-Matin
    Par Carolie Marcelin—20 septembre 2016
    http://www.corsematin.com/article/article/article/article/des-femmes-fortes-en-route-pour-briser-le-blocus-de-gaza
    http://www.corsematin.com/media_corsematin/imagecache/cm-article-large-625x345/hermes/2016-09/2016-09-20/20160920_25_1_1_0_0_obj12797432_1.jpg

    Lundi matin, sur le quai Tino-Rossi, l’équipage du voilier parti mercredi de Barcelone, se remet de son arrivée mouvementée, dimanche, dans le golfe d’Ajaccio. Tandis que le second bateau de la « Flottille de la liberté » est resté sur le quai catalan, victime d’une avarie technique, la mer démontée aura eu raison de la détermination de l’une des quinze femmes décidées à braver l’armée israélienne en atteignant ou du moins en s’approchant au plus près des côtes de Gaza.

    Leur but : briser le blocus imposé par Israël depuis dix ans à cette enclave palestinienne coincée entre l’Égypte et Israël.

    Tandis que Madeleine, la capitaine du voilier répare les circuits électriques, les femmes dont certaines ont été logées dimanche soir chez des membres de l’association Corsica Palestina, sont de retour sur le pont. Rincées et reposées, elles sont prêtes à reprendre la mer, jusqu’à Messine, en Sicile, prochaine étape du voilier sur la route à l’itinéraire volontairement imprécis menant à Gaza.

    Ces femmes ont des profils différents et ne parlent pas toutes la même langue. Mais elles ont en commun leur engagement en faveur des Palestiniens, et plus particulièrement des Palestiniennes, enfermées depuis dix ans, avec leurs enfants, dans « la prison à ciel ouvert qu’est Gaza », disent-elles.

    « Nous avons monté cette flottille pour voir quelle sera l’attitude d’Israël face à un équipage entièrement féminin, ne présentant donc clairement aucun danger », déclare Claude Léostic, la présidente de la plateforme des ONG françaises pour la Palestine.

    Assise sur une chaise au milieu du ponton, Christiane, la veuve de Stéphane Hessel, l’auteur du manifeste Indignez-vous ! participe aussi à l’aventure médiatique : « J’ai 88 ans, je n’irai pas sur le bateau mais je dénonce depuis des années toute forme de colonisation. J’ai connu Gaza en 1991 et mon mari et moi-même avons toujours été engagés pour la défense de cette population traumatisée », explique-t-elle.

    https://seenthis.net/messages/526581 via Loutre


  • Gidéon Levy : Avec le nouvel accord d’aide à Israël, Obama est le parrain de l’occupation
    Par Gidéon Levy, 18 septembre 2016 | Traduction : SF pour l’Agence Media Palestine
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2016/09/21/gideon-levy-avec-le-nouvel-accord-daide-a-israel-obama-est-le-p

    Trois cents dollars (269 €) pour chaque contribuable américain pour les 10 prochaines années. Non pas pour les besoins sociaux considérables en Amérique, non pas pour aider des pays véritablement dans le besoin – imaginez ce que 38 milliards de dollars (34 milliards d’euros) représenteraient pour l’Afrique – mais pour fournir des armes à une armée qui est l’une des plus puissantes au monde, l’une de celles dont les principaux ennemis sont des filles brandissant des ciseaux ; pour financer une armée qui ne combat aucune autre vraie armée en ce moment ; l’armée d’un pays tellement récalcitrant que peu d’autres peuvent l’égaler, lui qui défie systématiquement les États Unis et la communauté internationale. Et le pire de tout est que ce pays recevra un autre cadeau sans avoir à donner quoi que ce soit en retour. L’argent ne va aller qu’à l’armement, ce qui va pousser ce pays à mener plus d’agressions. C’est l’accord qui a été acté, sans débat sérieux ni en Israël ni aux États Unis.

    https://seenthis.net/messages/526548 via Loutre


  • L’affaire Adama Traoré devient un scandale judiciaire
    https://www.mediapart.fr/journal/france/220916/l-affaire-adama-traore-devient-un-scandale-judiciaire

    Adama Traoré. © DR Deux mois après le décès d’Adama Traoré, cet homme noir de 24 ans mort après son interpellation par les gendarmes, le procureur de Pontoise est fortement mis en cause pour sa gestion du dossier. #Yves_Jannier n’a eu de cesse de communiquer des éléments faux ou tronqués. Le magistrat doit quitter prochainement son poste… mais il est muté en raison de problèmes de management.

    #France #Adama_Traoré #Beaumont-sur-Oise #gendarmerie


  • Israel’s Left Barely Exists, While Its Political Center Is Filled With Cowards and Sycophants
    If Israel had a real left, it would say that Zionism was needed to rescue European Jewry, not a campaign to liberate sacred stones.

    Zeev Sternhell Sep 19, 2016
    read more: http://www.haaretz.com/opinion/1.742768

    For several weeks the knights of the center and its spokesmen have been preaching to the left, including on the pages of this newspaper. For this purpose they are labeling the left “radical,” because it is a sine qua non that to overthrow Likud one must win the hearts of the people. This is of course a revolutionary notion, but it’s doubtful there is even a left remaining, apart from Meretz and civil society organizations the right is doing its best to eradicate. In the effort to mollify the people, its figures have begun to resemble the right like brothers.
    The problem of the left’s existence arose in all its intensity with the end of the fighting in June 1967. We would have expected the left to say that all of Zionism’s objectives, as set down immediately after the War of Independence, had been achieved. But there was no one to say that, because already there was barely daylight between the right and the so-called left. Both regarded the victory in 1967 as the last chapter of the War of Independence. There was no real ideological difference between the center-left and the right.
    This was also true in the realm of political behavior. Everyone wanted to be of the people, to suck up to it, but not to lead it; to feed into its illusions and fears and conceal the truth about the occupation. The historic rights were sacred to them all, and remain so today. From the electoral defeat in 1977 the left understood that the majority was avenging the left’s failure to keep its promise to turn Israel into an invincible military power, and that the people wanted to continue down the path that had worked so well for us until then: to hold the new territories as we hold all our old conquests. Very little has changed: The disgraceful flattery of the people only increased (see under: Yair Lapid).

    https://seenthis.net/messages/525845 via Nouvelles d’Orient


  • Erreur dans le livre de géographie/Les Editions ENAG reconnaissent leur responsabilité - Algérie Focus
    http://www.algerie-focus.com/2016/09/erreur-livre-de-geographieles-editions-enag-reconnaissent-responsabil

    L’élaboration des nouveaux manuels scolaires fait déjà polémique. Une carte géographique remplaçant la Palestine par Israël et de nombreuses autres erreurs –vraies ou supposées- ont entaché la sortie de ces manuels sensée entamer les réformes de deuxième génération.

    Pour le ver tout soupçon et situer les responsabilités, le ministère de l’Education nationale a rendu public un communiqué pour tenter de situer les responsabilités.

    Et selon des sources au sein du ministère de l’Education, l’erreur du livre de Géographie de la première année moyenne est commise par un infographe travaillant pour l’Entreprise nationale des arts graphiques (ENAG). Le directeur de cette entreprise, Hamidou Messaoudi, a précisé, dans une déclaration à la chaîne Ennahar TV, que l’erreur vient de son institution. Il explique cela par « la pression » qu’a subie l’ENAG durant le mois de Ramadhan dernier. Cela signifie donc que les livres ont été imprimés dans la précipitation.

    #cartographie #algérie #israël @reka ça va beaucoup t’amuser

    https://seenthis.net/messages/525826 via gonzo


  • With New Israel Aid Deal, Obama Is Patron of the Occupation
    U.S. generosity, which costs American taxpayers $300 a year, is detrimental to Israel will only help Israel make more war.

    Gideon Levy Sep 17, 2016
    read more: http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.742521 - Opinion - Haaretz - Israel News Haaretz.com

    Barack Obama is a bad president for Israel. If the military aid he approved for the coming decade is the largest ever, then as a president he is the worst ever for Israel. The last thing Israel needs is more arms, which will push it toward more acts of violence. But Obama is president in a country in which each home has a small tin container — like the blue and white Jewish National Fund boxes over here — into which every U.S. citizen must place a few coins as assistance and charity for poor, needy Israel, weak as a frail leaf.
    One hundred and fifty dollars per person or $300 for each U.S. taxpayer for the next 10 years. Not toward America’s considerable social needs, not to assist truly needy countries – imagine what $38 billion would do for Africa – but to provide weapons for an army that is one of the most powerfully armed in the world, one of whose main enemies are girls brandishing scissors; to finance an army that is not fighting any other serious army now; the army of a country that few others can match in sheer recalcitrance, one which methodically defies the United States and the international community. And worst of all, this country will receive another free gift, without having to give anything in return. The money will go only toward arming it, which will push it toward more acts of aggression. That’s the deal and there has been no serious debate over it, neither in Israel nor in the United States.
    In America only a few are asking why. What for? How long? What comes in exchange? And not even what American interest is served by the huge outlay of the American taxpayer. But let’s leave America to the Americans. The only discussion in Israel is whether the Americans can be squeezed for more. It’s good that it stopped at $38 billion. MK Shelly Yacimovich (Zionist Union) said the prime minister has already told senior security officials that they can “go wild.” More assistance would ensure even more wildness. Some of the money will go for defense systems but another part will go for maintaining the occupation and especially to fund violent showy actions, in Gaza and Lebanon, and megalomaniacal useless training exercises against imagined dangers.

    https://seenthis.net/messages/525644 via Nouvelles d’Orient


  • Soumission bien assumée - Les mots sont importants (lmsi.net)
    http://lmsi.net/Soumission-bien-assumee

    par Ndella Paye
    12 septembre 2016

    Donc, en France, on voudrait nous faire croire que seules les femmes portant le burkini, ou le foulard, seraient soumises par leurs différents choix vestimentaires. Et qu’inversement, l’absence de foulard serait un choix libre et libérateur. Mais qui détient donc le pouvoir d’attribuer les certificats de liberté aux femmes ?

    https://seenthis.net/messages/524319 via Reka


  • Facebook collabore actuellement avec le gouvernement israélien pour déterminer ce qui devrait être censuré | Glenn Greenwald
    http://www.etatdexception.net/facebook-collabore-actuellement-avec-le-gouvernement-israelien-pour-

    Le bureau de Jérusalem d’Associated Press (AP) rapporte aujourd’hui que « le gouvernement israélien et Facebook ont convenu de travailler ensemble pour déterminer la façon de s’attaquer à l’incitation à la haine sur les réseaux sociaux ». Ces réunions ont lieu tandis « que le gouvernement avance des mesures législatives destinées à forcer les réseaux sociaux à maîtriser le contenu qui, selon Israël, incite à la violence ». En d’autres termes, Israël est sur le point de forcer par voie législative Facebook à censurer le contenu considéré par les responsables israéliens comme mauvais, et Facebook semble désireux d’apaiser ces menaces en travaillant directement avec le gouvernement israélien pour déterminer quel contenu doit être censuré. Source : The Intercept via Etat (...)

    https://seenthis.net/messages/524369 via Rezo