• Israël critique la rencontre entre Ayrault et des députés du Hezbollah - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/996074/israel-critique-la-rencontre-entre-ayrault-et-des-deputes-du-hezbolla

    M. Ayrault a exhorté les différents responsables politiques libanais au compromis pour régler la crise institutionnelle qui paralyse le pays depuis deux ans. A cette occasion M. Ayrault a multiplié les entretiens avec les leaders politiques de toutes confessions et obédiences, y compris des responsables parlementaires du Hezbollah. Avec les représentants du parti chiite, les échanges du ministre français ont de toute évidence porté sur la présidentielle, mais sans qu’on ne sache l’identité de ses interlocuteurs ou le lieu de la réunion.

    Dix ans après une guerre dévastatrice au Liban, le Hezbollah reste l’ennemi principal d’Israël.
    Les 34 jours de guerre entre le Liban et le Hezbollah en 2006 ont fait 1.200 morts, essentiellement des civils du côté libanais et 160 Israéliens en majorité des militaires.

    https://seenthis.net/messages/508930 via assalam12


  • European court backs French woman sacked for wearing hijab | World news | The Guardian

    https://www.theguardian.com/world/2016/jul/13/european-court-backs-french-women-sacked-hijab-asma-bougnaoui

    A French design engineer who was dismissed for wearing an Islamic headscarf should have been allowed to cover her head at work, the European Union’s highest court has recommended.

    In an influential preliminary opinion, an advocate general at the European court of justice has found in favour of Asma Bougnaoui, a Muslim woman, who lost her job with Micropole SA, a French IT consultancy, in June 2009.

    Advocate Eleanor Sharpston, one of the senior British members of the judiciary on the Luxembourg court, said an EU directive prohibiting discrimination on the grounds of religion or belief should be interpreted strictly and that Bougnaoui’s dismissal amounted to direct discrimination on those grounds.

    There was nothing to suggest that Bougnaoui was unable to perform her duties as a design engineer because she wore an Islamic headscarf, the opinion noted. Indeed, Micropole’s letter terminating her employment had expressly referred to her professional competence. No exemptions from the directive applied.

    https://seenthis.net/messages/508935 via Nouvelles d’Orient


  • Torture, imprisonment and killing – so what would it take for Bahrain to be criticised by Philip Hammond?
    Once considered one of the more liberal Arab monarchies, Bahrain is turning into a police state as vicious and arbitrary as Egypt

    Patrick Cockburn @indyworld Friday 8 July 2016 The Independent
    http://www.independent.co.uk/voices/bahrain-torture-imprisonment-killing-philip-hammond-human-rights-a712

    Bahrainis are calling their government’s intensified repression of all opposition “the Egyptian strategy”, believing that it is modelled on the ruthless campaign by the Egyptian security forces to crush even the smallest signs of dissent.

    In recent weeks leading advocates of human rights in Bahrain have been jailed in conditions directed at breaking them physically and mentally, while others, already in prison, have been given longer sentences. The Bahraini citizenship of Sheikh Isa Qasim, the spiritual leader of the Shia majority in Bahrain, was revoked and the headquarters of the main opposition party, al-Wifaq, closed and its activities suspended.

    Bahrain, once considered one of the more liberal Arab monarchies, is turning into a police state as vicious and arbitrary as anywhere else in the region. Mass protests demanding an end to the Sunni al-Khalifa dynasty’s monopoly of power during the Arab Spring period in 2011 were violently suppressed with Saudi military and financial help. The authorities agreed to an international investigation into what had happened that revealed widespread use of torture, unjust imprisonment and killings of protesters. Repression continued over the following five years but failed to eliminate entirely the protest movement, despite imprisoning at least 3,500 Bahrainis.

    https://seenthis.net/messages/508193 via Nouvelles d’Orient



  • When Israeli Soldiers Kill Palestinians, Even a Smoking Gun Doesn’t Lead to Indictments
    Mustafa Tamimi was killed when he was shot in the face with a gas canister in a 2012 protest. A year later, Rushdi Tamimi was shot in the belly with live fire. No one ever faced charges. A closer look at the two cases reveals that putting soldiers to trial is the exception, not the rule.

    Chaim Levinson Jul 07, 2016 Haaretz
    : http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.729602- I

    An in-depth study of two incidents in which Palestinian protesters were shot and killed during demonstrations in the West Bank shows that the level of evidence required to indict an Israel Defense Forces soldier is substantially higher than that demanded when Palestinians are investigated.
    Furthermore, the heavy media coverage given to the prosecution of Sgt. Elor Azaria – the Israeli soldier standing trial for manslaughter after shooting a subdued Palestinian assailant in March – is extremely rare, even though his actions are not.
    Of the 739 complaints filed by the Israeli nonprofit B’Tselem concerning death, injury or beatings of Palestinians since 2000, only 25 resulted in prosecutions (less than 4 percent). And these charges were usually for the smallest possible violations, such as negligent use of a weapon.
    Haaretz has obtained access to the IDF’s correspondence with the human rights group (which represented the families) concerning two high-profile cases – the deaths of Mustafa Tamimi and Rushdi Tamimi (no relation) – which were closed without any indictments being filed. The relevant documents and correspondence are classic examples of the manner in which the military advocate general conducts investigations into Palestinian fatalities.
    Mustafa Tamimi’s death occurred in December 2011, in the West Bank village of Nabi Saleh. Following prayer services at the mosque, the local residents gathered in the village square, where their usual Friday ritual commenced. They attempted to march toward their farmland, which had been expropriated “for military purposes” and upon which the settlement of Neve Tzuf was established. The army deployed in order to prevent them from exiting the village. The two sides confronted each other. Initially there were songs, followed by curses, and then someone threw a stone at the soldiers. They responded with tear gas and the marchers dispersed. The stone throwers remained.
    For hours, the two sides played cat and mouse, one side throwing stones, the other firing tear gas. This is the norm in the village every Friday.
    However, things didn’t follow the usual script on December 9. Photos taken by Haim Schwartzenberg documented what happened at 14:26: An army jeep with soldiers from the Kfir Brigade inside was on a stone-strewn road outside the village. Two Palestinians wielding stones approached them, one with his face covered and the other wearing a gas mask. A stone was thrown and the back door of the jeep opened just a fraction. A tear-gas canister was fired from the jeep and hit the Palestinian wearing the gas mask in the head. The jeep moved away as the man fell to the ground, bleeding profusely.
    The wounded man was Mustafa, a 28-year-old from the village. Soon, many of the marchers gathered around him, photographing his smashed head from all angles. He was quickly put into a Palestinian taxi, which took him to a nearby checkpoint.
    “I opened the taxi door,” recounted a paramedic later, “and saw him unconscious, breathing with a rattle. The whole right side of his face under the eyes was ripped.”
    Tamimi was taken to Beilinson Hospital, Petah Tikva, where doctors commended the treatment provided by the female paramedic. However, he died the next morning. A slingshot was found in his pocket.
    Rushdi Tamimi’s death took place a year later, on November 17, 2012. The West Bank was seething as Operation Pillar of Defense raged in Gaza. There were incidents on the terraces lying between Nabi Saleh and the adjacent road, which links settlements in the Binyamin regional council and Israel’s center. A reserves’ military unit was summoned to protect the road.
    Video footage documented soldiers running toward Rushdi Tamimi, who was lying on the ground. The soldiers surrounded him and moved those present back. He was taken to hospital with a bullet in his stomach, but died two days later. A military inquiry found that a “mistake” had occurred, contravening the army’s values.
    For 90 minutes, the army had fired all the tear gas at its disposal, until it ran out. A medic was sent to get more, but in the meantime soldiers switched to using live ammunition, firing 80 bullets at demonstrators until the lethal one hit Rushdi Tamimi. In a highly exceptional move, the company commander was dismissed after the incident.

    https://seenthis.net/messages/507646 via Nouvelles d’Orient



  • For Jews and Arabs, Israel’s School System Remains Separate and Unequal
    The cutting of funding for Arab teachers’ colleges is only the latest sign.

    Or Kashti Jul 07, 2016
    read more: http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.729404- Israel News - Haaretz

    Naftali Bennett likes to tweet that he’s “the education minister of all Israeli children.” But the decision to give Arab teachers’ colleges in the north only about half the funding per student compared to other teachers’ colleges casts doubt on that statement. Arab students already suffer budgetary discrimination in elementary and high school, and now this discrimination is being extended to higher education.
    The ministry has thus unapologetically evolved from empty declarations about equality to different policies for Jews and Arabs. The message is the same as the one sent by the new civics textbook: The Arab minority’s status in Israel will always be different and limited.
    The Education Ministry isn’t solely to blame for the inequality in the job market that has resulted in a glut of Arabs becoming teachers. But it’s hard to accept the ministry’s claim that the thousands of unemployed Arab teachers require it to cut funding for Arab teachers’ colleges.

    https://seenthis.net/messages/507299 via Nouvelles d’Orient



  • Gaddafi son Saif al-Islam ’released’ from Libya jail, his lawyer tells France 24
    http://www.france24.com/en/20160706-gaddafi-son-saif-al-islam-released-libya-jail-lawyer-justice?ns_c

    Muammar Gaddafi’s most prominent son has been released by his Libyan jailors, his lawyer at the ICC has told FRANCE 24. Saif al-Islam was sentenced to death in 2015 for crimes committed during the revolution that overthrew his father.

    The former Libyan dictator’s second son “was given his liberty on April 12, 2016”, lawyer Karim Khan said Wednesday, adding that Saif al-Islam was released under an amnesty and “in accordance with (Libyan) law”.

    Khan declined to say whether he had spoken to his client, saying only that he “is well and safe and in Libya”.

    https://seenthis.net/messages/507158 via Nidal


  • Déclaration du Conseil de l’Internationale socialiste concernant la Palestine
    Le Conseil reconnaît les droits, en conformité avec les lois internationales, des réfugiés palestiniens, des citoyens palestiniens d’Israël et des Palestiniens vivant sous occupation à Gaza et en Cisjordanie y compris Jérusalem-Est et reconnaît le droit du mouvement non violent BDS à exercer des pressions contre l’occupation israélienne.

    http://www.pourlapalestine.be/declaration-du-conseil-de-linternationale-socialiste-concernant-la-p

    Il y aurait donc « Internationale socialiste » et « Parti socialiste français » et les deux n’auraient rien à voir ...

    https://seenthis.net/messages/507157 via Stephane M


  • Chilcot’s judgment is utterly damning – but it’s still not justice - George Monbiot
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2016/jul/06/chilcot-judgment-damning-not-justice-tony-blair-crime-aggression

    The Chilcot report, much fiercer than almost anyone anticipated, rips down almost every claim the Labour government made about the invasion and its aftermath. Two weeks before he launched his war of choice, Tony Blair told the Guardian: “Let the day-to-day judgments come and go: be prepared to be judged by history.” Well, that judgment has just been handed down, and it is utterly damning.

    Blair, along with his government and security services, Chilcot concludes, presented the severity of the threat posed by Iraq’s supposed weapons of mass destruction with “a certainty that was not justified”: in other words they sexed up the evidence. Their “planning and preparations for Iraq after Saddam Hussein were wholly inadequate”. They ignored warnings – which proved to be horribly prescient – that “military action would increase the threat from al-Qaida” and “invasion might lead to Iraq’s weapons and capabilities being transferred into the hands of terrorists”.

    Blair’s claim that the catastrophe he caused in Iraq could not have been anticipated was demolished with a statement that could serve as the motif for the whole report: “We do not agree that hindsight is required.” All the disasters that came to pass were “explicitly identified before the invasion”.

    But the most damning and consequential judgment of all was the one with which Chilcot’s statement began: “We have concluded that the UK chose to join the invasion of Iraq before the peaceful options for disarmament had been exhausted. Military action at that time was not a last resort.”

    This is as clear a statement as Chilcot was permitted to make that the war was illegal. The language he used echoes article 33 of the charter of the United Nations, which lays out the conditions required for lawful war. He has, in effect, defined the invasion of Iraq as a crime of aggression, which was described by the Nuremberg tribunal as “the supreme international crime differing only from other war crimes in that it contains within itself the accumulated evil of the whole”.

    https://seenthis.net/messages/507161 via Nidal


  • In response to Elie Wiesel advertisement comparing Hamas to Nazis, 327 Jewish Holocaust survivors and descendants publish New York Times ad accusing Israel of ’ongoing massacre of the Palestinian people.’
    Holocaust Survivors Condemn Israel for ’Gaza Massacre,’ Call for Boycott - Diplomacy and Defense - Haaretz

    Haaretz Aug 23, 2014
    read more: http://www.haaretz.com/israel-news/1.612072

    http://www.haaretz.com/israel-news/1.612072

    Hundreds of Holocaust survivors and descendants of survivors have signed a letter, published as an advertisement in Saturday’s New York Times, condemning “the massacre of Palestinians in Gaza” and calling for a complete boycott of Israel.
    skip - skip -

    According to the letter, the condemnation was prompted by an advertisement written by Elie Wiesel and published in major news outlets worldwide, accusing Hamas of “child sacrifice” and comparing the group to the Nazis.
    The letter, signed by 327 Jewish Holocaust survivors and descendants of survivors and sponsored by the International Jewish Anti-Zionist Network, accuses Wiesel of “abuse of history” in order to justify Israel’s actions in the Gaza Strip:
    “…we are disgusted and outraged by Elie Wiesel’s abuse of our history in these pages to justify the unjustifiable: Israel’s wholesale effort to destroy Gaza and the murder of more than 2,000 Palestinians, including many hundreds of children. Nothing can justify bombing UN shelters, homes, hospitals and universities. Nothing can justify depriving people of electricity and water.”
    The letter also blames the United States of aiding Israel in its Gaza operation, and the West in general of protecting Israel from condemnation.
    “Genocide begins with the silence of the world,” the letter reads.
    The letter ends with a call to bring the blockade of Gaza to an immediate end, and for a full boycott of Israel. “Never again” must mean NEVER AGAIN FOR ANYONE!,” the letter concludes.
    Full text of letter:
    "Jewish survivors and descendants of survivors and victims of Nazi genocide unequivocally condemn the massacre of Palestinians in Gaza
    "As Jewish survivors and descendants of survivors and victims of the Nazi genocide we unequivocally condemn the massacre of Palestinians in Gaza and the ongoing occupation and colonization of historic Palestine. We further condemn the United States for providing Israel with the funding to carry out the attack, and Western states more generally for using their diplomatic muscle to protect Israel from condemnation. Genocide begins with the silence of the world.
    "We are alarmed by the extreme, racist dehumanization of Palestinians in Israeli society, which has reached a fever-pitch. In Israel, politicians and pundits in The Times of Israel and The Jerusalem Post have called openly for genocide of Palestinians and right-wing Israelis are adopting Neo-Nazi insignia.
    "Furthermore, we are disgusted and outraged by Elie Wiesel’s abuse of our history in these pages to justify the unjustifiable: Israel’s wholesale effort to destroy Gaza and the murder of more than 2,000 Palestinians, including many hundreds of children. Nothing can justify bombing UN shelters, homes, hospitals and universities. Nothing can justify depriving people of electricity and water.
    “We must raise our collective voices and use our collective power to bring about an end to all forms of racism, including the ongoing genocide of Palestinian people. We call for an immediate end to the siege against and blockade of Gaza. We call for the full economic, cultural and academic boycott of Israel. “Never again” must mean NEVER AGAIN FOR ANYONE!”
    For full list of the letter’s signatories, click here

    https://seenthis.net/messages/505990 via Nouvelles d’Orient



  • Après avoir abattu un Palestinien souffrant de trisomie 21, des soldats israéliens s’en vont sans se retourner
    par Gideon Levy | Publié le 2 juillet 2016 sur Haaretz | Traduction : Jean-Marie Flémal
    http://www.pourlapalestine.be/apres-avoir-abattu-un-palestinien-souffrant-de-trisomie-21-des-solda
    http://www.pourlapalestine.be/wp-content/uploads/2016/07/Arif-Jaradat-650x366.jpg Arif Jaradat

    Chaque fois qu’Arif Jaradat apercevait des militaires, il se mettait à crier : « Non, mon frère Mohammed ! » En diverses occasions, Arif avait assisté à l’arrestation de Mohammed, son frère aîné, à la maison ou dans la rue, de nuit ou en plein jour. La simple vue de militaires le faisait aussitôt pousser son cri d’effroi qui, selon ses frères et sœur, signifiait : « Non, ne prenez pas Mohammed » ou « Non, n’arrêtez pas Mohammed ».

    En fait, Mohammed a été arrêté à cinq reprises et a passé en tout 52 mois en prison, dont une partie en détention administrative – il avait été arrêté sans accusation ni procès – et Arif vivait dans la crainte permanente de voir les Forces de défense israélienne (*) venir l’arrêter à nouveau. L’arrestation de Mohammed en 2006 avait particulièrement marqué la conscience d’Arif : Des militaires avaient fait irruption dans la maison au beau milieu d’une nuit glaciale et avaient forcé la famille – y compris le jeune enfant de18 mois de Mohammed – à sortir dans la rue de la ville de Sa’ir, près de Hébron. Cette nuit-là, le sol était recouvert de neige.

    L’arrestation la plus récente de Mohammed date de 2013. Elle avait eu lieu dans la rue, et Arif y avait assisté depuis le balcon de la maison. Horrifié, il s’était mis à crier une fois de plus : « Non, mon frère Mohammed ! » Il avait crié la même chose en cette fin d’après-midi du 4 mai, il y a deux mois, lorsqu’il avait vu une escouade de six ou sept soldats se déplacer à pied à proximité de sa maison. En entendant ses cris, ses frères et sœur avaient été emplis d’appréhension. Puis, ils avaient entendu un seul coup de feu. Ils s’étaient précipités sur les lieux et avaient vu leur frère assis par terre, en train de saigner. Les soldats s’étaient encourus, sans se soucier de vérifier son état ou d’appeler des secours médicaux.(...)

    https://seenthis.net/messages/505858 via Loutre


  • Étrange casse-tête : quand des CRS français forment les policiers palestiniens
    https://www.mediapart.fr/journal/international/020716/etrange-casse-tete-quand-des-crs-francais-forment-les-policiers-palestinie

    Lancé en 2006, le programme EUPOL COPPS de l’Union européenne s’est notamment donné pour objectif la mise en place d’une #Police civile efficace dans la perspective d’un futur État palestinien. Cours d’autodéfense, d’anglais ou encore de lutte anticorruption… Jusqu’ici, 8500 policiers ont déjà profité de cette formation.

    #International #Israël #Moyen-Orient #Palestine


  • Gilles Kepel, l’islamo-gauchisme, la CGT et les hooligans

    On savait que Gilles Kepel avait deux obsessions. La première est le livre écrit en 2005 par Abou Moussab al- Suri, qui permettrait d’expliquer l’ensemble du phénomène djihadiste actuel ; si ce texte n’avait pas été conçu, nul doute que le monde actuel serait tranquille et que le terrorisme n’existerait pas. Seconde obsession, l’islamo-gauchisme, auquel il attribue la responsabilité d’avoir inventé une « soi-disant islamophobie », qui divise la société française et prépare la guerre civile.

    Il vient de franchir une étape dans son analyse, puisqu’il associe désormais la CGT à la stratégie des islamistes. Dans un entretien accordé à L’Express cette semaine, où il réitère une fois de plus ses attaques contre Olivier Roy (en fait, pratiquement personne dans la communauté scientifique ne trouve grâce à ses yeux), il revient sur la stratégie des djihadistes.

    Parmi les objectifs du djihadisme de troisième génération (...) figure une intention bien précise : faire en sorte que, par la multiplication des actions, les forces de sécurité soient épuisées. J’ai été frappé, le 14 juin, alors que France était sidérée par le double assassinat de Magnanville, que les forces de l’ordre soient mobilisées par les manifestations conduites par M. Philippe Martinez, clope au bec, mais qui a donné lieu à des débordements au cours desquels des casseurs se sont rués contre l’hôpital Necker.(...) Ajoutons que l’Euro de football a donné lieu également à une forte implication face aux hooligans. La survenue simultanée des trois phénomènes est sidérante. Face à eux, la France – l’Europe – ne montre, pour l’instant, que sa faiblesse et l’absence de figure d’autorité.

    Une photo de l’hôpital Necker, avec des policiers en première ligne, est accompagnée de cette citation :

    La survenue simultanée des trois phénomènes est sidérante. L’épuisement des fonctionnaires de sécurité est clairement recherché par les djihadistes.

    (rappelons que les images tournées lors de la manifestation montrent deux personnes, je dis bien deux, qui s’en prennent à Necker, sans que la police, sans doute trop fatiguée, intervienne)

    Si l’on comprend bien, les djihadistes sont tellement forts qu’ils manipulent la CGT – qui n’a, pour Gilles Kepel, aucune raison de défiler avec six autres syndicats – et les hooligans (ou peut-être même les organisateurs de l’Euro de football). Effectivement, face à une telle puissance des djihadistes, il faut que la France s’arme et qu’elle apprenne enfin à imposer une figure d’ordre. Et Gilles Kepel, qui dénonce la doxa politico-médiatique, alors qu’aucun chercheur n’est autant invité dans toutes les émissions de radio, télévision et dans la presse (même dans L’Humanité ), est prêt à fournir à la République et à sa police toutes les clefs pour venir à bout de cette menace. N’ayant pas obtenu de son ami Manuel Valls la création d’un grand institut (sous son égide bien sûr), nul doute qu’il se tournera vers Bernard Cazeneuve pour lui offrir ses recettes destinées à éviter le surmenage des policiers.

    https://seenthis.net/messages/503730 via Nouvelles d’Orient


  • Gilles Kepel, l’islamo-gauchisme, la CGT et les hooligans

    On savait que Gilles Kepel avait deux obsessions. La première est le livre écrit en 2005 par Abou Moussab al- Suri, qui permettrait d’expliquer l’ensemble du phénomène djihadiste actuel ; si ce texte n’avait pas été conçu, nul doute que le monde actuel serait tranquille et que le terrorisme n’existerait pas. Seconde obsession, l’islamo-gauchisme, auquel il attribue la responsabilité d’avoir inventé une « soi-disant islamophobie », qui divise la société française et prépare la guerre civile.

    Il vient de franchir une étape dans son analyse, puisqu’il associe désormais la CGT à la stratégie des islamistes. Dans un entretien accordé à L’Express cette semaine, où il réitère une fois de plus ses attaques contre Olivier Roy (en fait, pratiquement personne dans la communauté scientifique ne trouve grâce à ses yeux), il revient sur la stratégie des djihadistes.

    Parmi les objectifs du djihadisme de troisième génération (...) figure une intention bien précise : faire en sorte que, par la multiplication des actions, les forces de sécurité soient épuisées. J’ai été frappé, le 14 juin, alors que France était sidérée par le double assassinat de Magnanville, que les forces de l’ordre soient mobilisées par les manifestations conduites par M. Philippe Martinez, clope au bec, mais qui a donné lieu à des débordements au cours desquels des casseurs se sont rués contre l’hôpital Necker.(...) Ajoutons que l’Euro de football a donné lieu également à une forte implication face aux hooligans. La survenue simultanée des trois phénomènes est sidérante. Face à eux, la France – l’Europe – ne montre, pour l’instant, que sa faiblesse et l’absence de figure d’autorité.

    Une photo de l’hôpital Necker, avec des policiers en première ligne, est accompagnée de cette citation :

    La survenue simultanée des trois phénomènes est sidérante. L’épuisement des fonctionnaires de sécurité est clairement recherché par les djihadistes.

    (rappelons que les images tournées lors de la manifestation montrent deux personnes, je dis bien deux, qui s’en prennent à Necker, sans que la police, sans doute trop fatiguée, intervienne)

    Si l’on comprend bien, les djihadistes sont tellement forts qu’ils manipulent la CGT – qui n’a, pour Gilles Kepel, aucune raison de défiler avec six autres syndicats – et les hooligans (ou peut-être même les organisateurs de l’Euro de football). Effectivement, face à une telle puissance des djihadistes, il faut que la France s’arme et qu’elle apprenne enfin à imposer une figure d’ordre. Et Gilles Kepel, qui dénonce la doxa politico-médiatique, alors qu’aucun chercheur n’est autant invité dans toutes les émissions de radio, télévision et dans la presse (même dans L’Humanité ), est prêt à fournir à la République et à sa police toutes les clefs pour venir à bout de cette menace. N’ayant pas obtenu de son ami Manuel Valls la création d’un grand institut (sous son égide bien sûr), nul doute qu’il se tournera vers Bernard Cazeneuve pour lui offrir ses recettes destinées à éviter le surmenage des policiers.

    http://epoxit.com/messages/503730 via Nouvelles d’Orient


  • Les délires de Gilles Clavreul @gillesclavreul
    Mais où s’arrêtera-t-il ?

    Pour la France, c’est officiel : critiquer Israël est une forme d’antisémitisme | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/guillaume-weill-raynal/blog/280616/pour-la-france-cest-officiel-critiquer-israel-est-une-forme-d-antise

    « Cette définition de travail à laquelle la France a pleinement souscrit est très intéressante parce qu’elle pose justement cette question là dans des termes qui sont très clairs : il y est dit que si la critique d’Israël - comme n’importe quel autre Etat, et je dirais même comme n’importe quel autre Etat démocratique – est parfaitement légitime et permise, en revanche, lorsque cette critique se fait démesurée, lorsqu’elle repose sur des arguments fallacieux, sur des réalités totalement falsifiées et transfigurées, alors, on n’est plus dans le cadre de la critique normale, et on est dans quelque chose qui, oui, peut relever de l’antisémitisme ».

    Et de poursuivre : 

    « C’est très important que cela soit dit. Je représentais la France à cette réunion et j’ai fortement poussé, avec d’autres pays, parce qu’on n’est pas seuls du tout dans ce souhait-là - notamment avec la présidence allemande - pour que cette définition soit adoptée au niveau des membres de l’OSCE. C’est très important parce que ce sera un appui très fort pour le débat interne, justement, sur cette question de la critique démesurée et systématique d’Israël … qui ne porte pas sur les actions du gouvernement israélien… ça, effectivement, on peut critiquer… mais sur son existence même »

    http://seenthis.net/messages/504340 via Nouvelles d’Orient


  • Israeli-Turkish Reconciliation Deal Offers Lifeline to Both Sides

    Close relationship is of supreme strategic importance to Israel and Turkey, and Israel could have ended the crisis six years ago.

    Zvi Bar’el Jun 27, 2016
    read more: http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.727273
    http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.727273

    The Israeli-Turkish reconciliation agreement is six years overdue. It could have been achieved within days of the tragic incident in May 2010, when Israeli soldiers killed nine Turkish activists (a 10th died four years later from their injuries) aboard a Turkish-sponsored flotilla to the Gaza Strip. Immediately afterward, Turkey demanded only an apology and payment of compensation: Its demand for an end to Israel’s blockade of Gaza hadn’t yet become the nonnegotiable condition that caused this multiyear delay.
    Israel agreed to pay compensation and later, at the urging of U.S. President Barack Obama, Prime Minister Benjamin Netanyahu apologized. This could have been an opportunity for it to remove the Gaza blockade – or at least agree to the terms ultimately included in the current agreement. After all, building a power plant, hospital and desalination facility, and sending aid through Ashdod Port won’t end the blockade or permit freedom of movement to and from Gaza, so Israel wouldn’t have been seen as capitulating.
    On this issue, Turkey actually capitulated: It backed down from its ultimatum to end the blockade completely.
    Nevertheless, this shouldn’t be seen as an Israeli achievement. Rather, it paints Turkey as the only country that still cares about 1.8 million Gazans who are actually Israel’s responsibility, and Israel as legitimizing Turkey’s ties with Hamas’ leadership in Gaza.
    The clause stating that Turkey won’t let Hamas conduct military activity on its territory still enables Hamas to maintain representation there, use Turkey as a base for diplomatic activity and, above all, fundraise there.

    http://seenthis.net/messages/503844 via Nouvelles d’Orient


  • Gilles Kepel, l’islamo-gauchisme, la CGT et les hooligans

    On savait que Gilles Kepel avait deux obsessions. La première est le manuel écrit en 2005 par Abou Bakr Naji, Management de la sauvagerie , qui permettrait d’expliquer l’ensemble du phénomène djihadiste actuel ; si ce texte n’avait pas été conçu, nul doute que le monde actuel serait tranquille et que le terrorisme n’existerait pas. Seconde obsession, l’islamo-gauchisme, auquel il attribue la responsabilité d’avoir inventé une « soi-disant islamophobie », qui divise la société française et prépare la guerre civile.

    Il vient de franchir une étape dans son analyse, puisqu’il associe désormais la CGT à la stratégie des islamistes. Dans un entretien accordé au Point cette semaine, où il réitère une fois de plus ses attaques contre Olivier Roy (en fait, pratiquement personne dans la communauté scientifique ne trouve grâce à ses yeux), il revient sur la stratégie des djihadistes.

    Parmi les objectifs du djihadisme de troisième génération (...) figure une intention bien précise : faire en sorte que, par la multiplication des actions, les forces de sécurité soient épuisées. J’ai été frappé, le 14 juin, alors que France était sidérée par le double assassinat de Magnanville, que les forces de l’ordre soient mobilisées par les manifestations conduites par M. Philippe Martinez, clope au bec, mais qui a donné lieu à des débordements au cours desquels des casseurs se sont rués contre l’hôpital Necker.(...) Ajoutons que l’Euro de football a donné lieu également à une forte implication face aux hooligans. La survenue simultanée des trois phénomènes est sidérante. Face à eux, la France – l’Europe – ne montre, pour l’instant, que sa faiblesse et l’absence de figure d’autorité.

    Une photo de l’hôpital Necker, avec des policiers en première ligne, est accompagnée de cette citation :

    La survenue simultanée des trois phénomènes est sidérante. L’épuisement des fonctionnaires de sécurité est clairement recherché par les djihadistes.

    (rappelons que les images tournées lors de la manifestation montrent deux personnes, je dis bien deux, qui s’en prennent à Necker, sans que la police, sans doute trop fatiguée, n’intervienne)

    Si l’on comprend bien, les djihadistes sont tellement forts qu’ils manipulent la CGT – qui n’a, pour Gilles Kepel, aucune raison de défiler avec six autres syndicats – et les hooligans (ou peut-être même les organisateurs de l’Euro de football). Effectivement, face à une tel machiavélisme des djihadistes, il faut que la France s’arme et qu’elle apprenne enfin à imposer une figure d’ordre. Et Gilles Kepel, qui dénonce la doxa politico-médiatique, alors qu’aucun chercheur n’est autant invité dans toutes les émissions de radio, télévision et dans la presse (même dans L’Humanité ), est prêt à fournir à la République et à sa police toutes les clefs pour venir à bout de cette menace. N’ayant pas obtenu de son ami Manuel Valls la création d’un grand institut (sous son égide bien sûr), nul doute qu’il se tournera vers Bernard Cazeneuve pour lui proposer ses recettes pour éviter le surmenage des policiers.

    http://seenthis.net/messages/503730 via Nouvelles d’Orient


  • With Brexit, Israel Loses a Major Asset in the European Union
    Haaretz
    Britain helped moderate and balance EU decisions about the peace process, blunt criticism and even harness the member states against anti-Israel moves at the UN; voices sympathetic to the Palestinian cause could now become more dominant.

    Barak Ravid Jun 26, 2016 8:32 AM
    read more: http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.727102
    http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.727102

    Israel has lost a significant asset in the European Union, according to a senior official familiar with Foreign Ministry discussions on the U.K.’s EU referendum. Israeli diplomats believed before Thursday’s referendum that Britain leaving would not serve Israeli interests, especially on the Palestinian issue.
    In the weeks before the British voted on whether to remain in the EU, the Foreign Ministry held a series of discussions on what it would mean for Israel if the “leave” camp won. Despite a flood of reports from the Israeli embassy in London that included political analyses, polls and conversations with people on both sides, none of those taking part in the discussions was able to predict the referendum outcome.
    Prime Minister David Cameron, who met leaders of the Jewish community in London a few days before the referendum, expressed what many in the Israeli Foreign Ministry were thinking. “Do you want Britain – Israel’s greatest friend – in there opposing boycotts, opposing the campaign for divestment and sanctions, or do you want us outside the room, powerless to affect the discussion that takes place?” he asked.
    As a key member of the EU, and with a large Jewish community and Israel-friendly government, Britain had exerted a positive influence regarding Israel in recent years. On several occasions, it helped to moderate and balance EU decisions about the peace process, blunt criticism and even harness the member states against anti-Israel moves in UN institutions.
    “Without Britain, the voices of states more sympathetic to the Palestinian cause, such as Malta, Ireland, Sweden and Slovenia, will be more dominant,” a senior official said.
    However, quite a few of the participants in the discussions argued that Britain’s leaving the EU would actually serve Israel’s interests. The official cited one argument to the effect that Britain’s leaving would considerably weaken the EU and its institutions, reduce its international influence, and take the sting out of its Israeli-Palestinian decisions.
    Another argument was that Britain’s leaving the EU would strengthen the bilateral relations with Israel and give Britain more maneuvering space, without depending on the EU and its positions. A third argument said Britain’s leaving would undermine the EU’s stability and require its institutions and members to direct their energy toward unifying the ranks, rather than toward the Israeli-Palestinian conflict.

    http://seenthis.net/messages/503599 via Nouvelles d’Orient


  • Les options de Hariri. Comment faire pour desserrer l’étau ?
    http://magazine.com.lb/index.php/fr/component/k2/item/16331-les-options-de-hariri-comment-faire-pour-desserrer-l%E2%80%99%C3%

    Cette situation pleine de défis et de pressions impose des changements qui commencent au niveau de l’organisation du Courant du futur. Les résultats des municipales ont montré la faiblesse de la machine électorale bleue. Dans la présente situation, le Futur sera incapable de mener des élections législatives. La tendance se dirige vers l’opération de changements dans les premiers rangs du courant. En parallèle, un règlement de tous les conflits et de toutes les divergences qui se sont proliférés au sein du Futur avec la prolongation de l’absence de Hariri est en vue.
    Il est clair que Saad Hariri est désormais face à un choix imposé par les circonstances. Soit il choisit la cohabitation et l’apaisement avec le Hezbollah, dans le sens qu’il poursuit le dialogue entamé avec lui depuis deux ans et le développe en vue d’un compromis global portant sur la présidence et le gouvernement. A l’intérieur de son courant, cette politique est vivement critiquée. Elle serait l’une des raisons de la victoire d’Achraf Rifi à Tripoli. Soit il décide de passer à la confrontation qui aurait pour conséquence l’arrêt du dialogue et la sortie du gouvernement. Cette option supposerait une escalade dans le discours politique en vue de récupérer la rue sunnite, d’une part, et l’implication dans le conflit régional entre l’Iran, l’Arabie saoudite et le Hezbollah, d’autre part. Hariri craint ce dernier choix. Il est habité par « le complexe » du 7 mai et a l’obsession d’une fitna sunnite-chiite. Entre la cohabitation qui le garde au pouvoir, mais augmente ses pertes avec l’Arabie et la confrontation qui lui rend le leadership et l’exclusivité saoudienne, quel sera le choix de Hariri ? Le premier ou le second… ou encore un troisième que ses proches craignent et qui est celui du retrait de la vie politique ?

    http://seenthis.net/messages/501514 via assalam12


  • « Combats à Alep entre Hezbollah et régime syrien » ; le parti chiite dément - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/991875/combats-a-alep-entre-hezbollah-et-regime-syrien-le-parti-chiite-demen

    Dans un communiqué, le Hezbollah dément catégoriquement ces informations : « Plusieurs médias locaux et arabes se sont employés ces derniers jours à diffuser une série de mensonges concernant la situation sur le terrain en Syrie, notamment en affirmant que des combats ont eu lieu entre l’armée syrienne et des milices allées, d’une part, et le Hezbollah, d’autre part. Ces médias prétendent également que des morts et blessés sont tombés suite à des raids de l’aviation syrienne », écrit le parti chiite. « Nous démentons catégoriquement ces allégations et ces mensonges proférés par des médias habitués à mentir et à déformer les vérités », affirme le Hezbollah, avant d’accuser ces médias d’être « à la solde de services de renseignements locaux, arabes et internationaux ».

    Toutefois, le parti reconnaît des pertes récentes dans ses rangs dans la zone rurale d’Alep « Nos moujahidines tombés en martyrs récemment dans les zones rurales d’Alep ont été tués lors de combats directs avec les groupes terroristes takfiristes (...) ».

    Le communiqué conclut sur des assurances du parti chiite concernant ses « liens solides avec l’armée syrienne et ses alliés en Syrie (...) ».

    Le Hezbollah se bat, officiellement depuis 2013 en Syrie, aux côtés de l’armée du régime du président Bachar el-Assad et des milices qui lui sont fidèles. Présent dans différentes régions du pays, il a perdu depuis un grand nombre de combattants.

    http://seenthis.net/messages/501512 via assalam12


  • Barak fustige Netanyahu, se plaint d’un "fascisme naissant" en Israël | The Times of Israël
    http://fr.timesofisrael.com/barak-fustige-netanyahu-se-plaint-dun-fascisme-naissant-en-israel

    Morceaux choisis, ça décoiffe !

    ❝L’ancien Premier ministre Ehud Barak a fustigé jeudi soir le gouvernement actuel d’Israël, en affirmant qu’il conduisait le pays sur la voie de devenir un « Etat d’apartheid », et devrait être renversé s’il ne parvenait pas à se remettre sur les rails.

    (...) Qualifiant de « faible, mou et bruyant » le gouvernement de Netanyahu, Barak a lancé critique après critique envers le dirigeant israélien et ses ministres dans un discours cinglant à la Conférence de Herzliya, les accusant de fonctionner sur la base d’un « agenda occulte » pour rendre impossible une solution à 2 Etats.

    « Réaliser [cet agenda] va inévitablement – et c’est un mot-clé dans cette discussion : inévitablement – nous amener à un Etat unique, qui sera un Etat d’apartheid », a déclaré Barak. « Ou bien cela sera un Etat binational avec une minorité juive dans une génération ou deux – ce qui aura une forte probabilité de générer une guerre civile interminable. » (...)

    Barak, qui a jadis servi comme ministre de la Défense sous Netanyahu jusqu’en 2013 date à laquelle quand il a quitté la vie politique, fait écho au discours prononcé plus tôt dans la journée par un autre ancien ministre de la Défense, Moshe Yaalon, en affirmant que le gouvernement israélien et le Likud avaient été pris d’assaut par un « noyau fanatique ayant une idéologie extrémiste » qui attaque librement la Cour suprême, la liberté d’expression et d’autres principes de la démocratie.

    « Seule une personne aveugle ou un mouton, un ignare ou quelqu’un de blasé, ne peut pas voir l’érosion de la démocratie et le ‘fascisme naissant’ « , a dit Barak, sous les applaudissements fournis du public.

    Faisant référence aux propos controversés prononcés le mois dernier par le chef d’état-major adjoint de Tsahal en Yair Golan, qui apparemment avait établi des parallèles entre Israël et l’Allemagne nazie, Barak a précisé qu’il ne comparaît pas Israël au fascisme européen d’il « y a 90 ans, 70 ans. »

    « Mais si cela ressemble à du fascisme naissant, marche comme du fascisme naissant et cancane comme du fascisme naissant, alors c’est la situation », a-t-il dit, sous une autre salve d’applaudissements.

    « L’agenda occulte »

    (...) « Un, Israël prévoit de continuer à contrôler la zone qui a été conquise, libérée en 1967 pour toujours. Deux, Israël n’est pas intéressé par la solution à 2 Etats, et ne veut pas d’un Etat palestinien à côté de lui. Trois, Israël attend que le monde s’adapte et accepte cette réalité, et espère que des événements difficiles – comme les attaques terroristes en Europe, la situation en Syrie, etc – vont détourner son attention [de la situation ici], » a dit Barak.

    « Quatre, Israël acceptera une autonomie avec des droits limités pour les Palestiniens, mais pas un Etat. Cinq, Israël va continuer à construire consciencieusement dans les implantations et au-delà afin de créer progressivement des faits irréversibles sur le terrain », a-t-il ajouté.

    Pour contrer ces actions presumées, l’ancien Premier ministre a appelé à renouer les liens avec l’Autorité palestinienne, laquelle selon lui est la seule chose qui empêche le Hamas, l’État islamique et d’autres organisations terroristes dangereuses d’être présents en Cisjordanie. Netanyahu, selon lui, amène en fait « le Hamas et l’Etat islamique aux portes de Jérusalem et de Kfar Saba, » une banlieue de Tel Aviv.

    (...) Israël, a ajouté Barak, s’approche rapidement d’une bifurcation, entre le chemin qui mène à une guerre avec les Palestiniens, et l’autre menant à un Etat d’apartheid.

    « Nous sommes au début du chemin, dont l’extrémité inévitable est similaire à Belfast et à la Bosnie ou à Johannesburg de jadis, et même aux trois ensemble, » a-t-il dit.

    Cette situation conduirait à une rupture entre Israël et d’autres pays à travers le monde, ainsi qu’à la détérioration de la relation entre Israël et les communautés juives d’Amérique.

    « Ils n’accepteront un Etat unique si – et seulement si – c’est une Etat judéo-arabe de tous ses citoyens, fonctionnant sur le principe de « une personne, une voix » – et qui d’entre nous le veut ? » a-t-il demandé.

    (...)

    #israël #palestine

    http://seenthis.net/messages/501346 via gonzo


  • Nobel Laureate’s Love of Israel Has Become a Tormented One, Thanks to the Occupation - Opinion - Haaretz - Israel News Haaretz.com
    http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.725214

    The road Peruvian novelist Mario Vargas Llosa has taken with Israel is a sad mirror image of the country’s deterioration.

    Gideon Levy Jun 17, 2016

    It’s the 87th minute. Gerard Piqué scores and the man beside me leaps for joy. He’s 80 years old, the 2010 Nobel Prize laureate in literature. We’re watching the game between Spain and the Czech Republic over an erratic internet connection, on an old computer, in the yard of the “Youth Against Settlements Center” in the neighborhood of Tel Rumeida in Hebron. We’re right under the house of Israeli right-wing activist Baruch Marzel, whose terrifying dog is barking at us from his balcony, with a sign saying “Free Palestine” in the background. Could there be anything more surreal?
    It is dusk in this ghostly neighborhood. We met here by chance 11 years ago. Since then Mario Vargas Llosa, author of “The Time of the Hero” (“The City and the Dogs” in Spanish), makes a point of coming to the occupied territories every few years, inquiring about the occupation and its fate. On his last visits he’s been the guest of Breaking the Silence. This time he participated in an ambitious project launched by the group, which brought 26 renowned writers here over the last few months. These authors are expected to write their impressions, which will be collected into a book to be published in many countries on the 50th anniversary of the occupation in June of next year.
    Vargas Llosa doesn’t know yet what he’ll write. Israel fascinates him. He once told me the country was like a story written by Jorge Luis Borges – fantasy that was realized. He always opposed boycotting it. In his opinion, boycotts should be imposed on dictatorships such as Cuba, not on democracies like Israel, in which there is an opposition. “Only dissidents will save Israel,” he told me in 2005. “Everyone here is talking about two states but no one is doing anything about it,” he told me in 2010. He makes a point of coming back, learning and gathering impressions. He later publishes these impressions, which are usually very critical.
    As someone who has long since broken down conventional delineations between right and left, Vargas Llosa defines himself as a friend of Israel. A friend who’s convinced of his duty to criticize and encourage dissidents such as Breaking the Silence, in order to save the country. He proposes a different model for people of conscience around the world: Come and see for yourself, encourage the moral opposition in Israel and make your voice heard.

    http://seenthis.net/messages/500847 via Nouvelles d’Orient