• Un pavillon pour le cinéma palestinien pour la première fois à Cannes
    TSA | Par : AFP 04 Mai 2018 à

    https://www.tsa-algerie.com/un-pavillon-pour-le-cinema-palestinien-pour-la-premiere-fois-a-cannes

    Les Palestiniens auront pour la première fois un pavillon de représentation officielle au festival de Cannes, une chance de promotion pour le cinéma palestinien.

    Des films palestiniens ont déjà été présentés à plusieurs reprises à la grande messe du cinéma, qui débute le 8 mai, mais c’est la première fois que les cinéastes palestiniens disposeront d’un pavillon.

    “La Palestine a presque chaque année un film sélectionné à Cannes mais jusqu’à présent nous n’avions pas de représentation officielle”, a expliqué le cinéaste Mohanad Yaqoubi, un des co-fondateurs du Palestine Film Institute.

    “C’est très important d’avoir un organisme qui essaye de représenter (le cinéma palestinien) et d’établir des contacts”, a-t-il ajouté, s’exprimant en anglais.

    https://seenthis.net/messages/691764 via Loutre


  •  » Pourquoi je participe à la grande marche du retour à Gaza « |Agence Media Palestine
    Fadi Abu Shammalah, 27 avril 2018
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/05/01/pourquoi-je-participe-a-la-grande-marche-du-retour-a-gaza
    http://www.agencemediapalestine.fr/wp-content/uploads/2018/05/merlin_137098323_7518971a-d2fa-4eb0-b438-f7332ad9c458-jumbo-300x200.jpg

    (...) Les habitants de Gaza ont subi une tragédie après l’autre : des vagues de déplacements massifs, la vie dans des camps de réfugiés sordides, une économie piratée, un accès restreint aux zones de pêche, un siège asphyxiant et trois guerres au cours de ces neuf dernières années. Israël a imaginé qu’une fois la génération qui a connu la Nakba disparue, les jeunes renonceraient à notre rêve de retour. Je crois que c’est en partie pour cela qu’Israël maintient Gaza au bord de la catastrophe humanitaire – nos vies réduites à une lutte quotidienne pour la nourriture, l’eau, les médicaments et l’électricité, nous ne serions plus en état de nous soucier de plus nobles aspirations. La Marche prouve que ma génération n’a pas l’intention d’abandonner les rêves de son peuple.

    La Grande Marche du retour a galvanisé mon optimisme, mais je reste réaliste. La Marche, seule, ne mettra pas fin au siège et à l’occupation, ne résorbera pas l’énorme déséquilibre des forces entre Israël et les Palestiniens ni ne réparera les torts historiques. L’engagement se poursuit jusqu’à ce que tous les êtres humains dans la région puissent partager les mêmes droits. Mais je ne pouvais pas être plus impressionné par mon peuple ou être fier de lui – nous voir unis sous un même drapeau, avec une approbation quasi unanime des moyens pacifiques pour réclamer nos droits et affirmer notre humanité.

    Tous les vendredis, jusqu’au 15 mai, je continuerai à aller aux campements pour envoyer un message à la communauté internationale décrivant les conditions désastreuses dans lesquelles je suis obligé d’élever mes fils. J’irai, jusqu’à ce que je puisse apercevoir nos terres – nos arbres – de l’autre côté de la frontière militaire alors que les soldats israéliens me surveillent derrière leurs armes.

    Si Ali me demande pourquoi je retourne à la Grande Marche du Retour malgré le danger, je lui dirai ceci : J’aime la vie. Mais plus que ça, je t’aime, toi, Karam et Adam. Si risquer ma vie signifie que toi et tes frères aurez une chance de grandir, d’avoir un avenir digne, de vivre en paix avec vos voisins, dans un pays libre, alors c’est un risque que je dois prendre.

    #Marcheduretour

    https://seenthis.net/messages/691731 via Loutre



  • Army Green Berets Secretly Help Saudis Combat Threat From Yemen Rebels - The New York Times

    https://www.nytimes.com/2018/05/03/us/politics/green-berets-saudi-yemen-border-houthi.html

    By Helene Cooper, Thomas Gibbons-Neff and Eric Schmitt
    May 3, 2018
    WASHINGTON — For years, the American military has sought to distance itself from a brutal civil war in Yemen, where Saudi-led forces are battling rebels who pose no direct threat to the United States.

    But late last year, a team of about a dozen Green Berets arrived on Saudi Arabia’s border with Yemen, in a continuing escalation of America’s secret wars.

    With virtually no public discussion or debate, the Army commandos are helping locate and destroy caches of ballistic missiles and launch sites that Houthi rebels in Yemen are using to attack Riyadh and other Saudi cities.

    Details of the Green Beret operation, which has not been previously disclosed, were provided to The New York Times by United States officials and European diplomats.
    ADVERTISEMENT

    They appear to contradict Pentagon statements that American military assistance to the Saudi-led campaign in Yemen is limited to aircraft refueling, logistics and general intelligence sharing.

    There is no indication that the American commandos have crossed into Yemen as part of the secretive mission.

    But sending American ground forces to the border is a marked escalation of Western assistance to target Houthi fighters who are deep in Yemen.

    Beyond its years as a base for Al Qaeda in the Arabian Peninsula, Yemen has been convulsed by civil strife since 2014, when the Shiite Muslim rebels from the country’s north stormed the capital, Sana. The Houthis, who are aligned with Iran, ousted the government of President Abdu Rabbu Mansour Hadi, the Americans’ main counterterrorism partner in Yemen.

    In 2015, a military coalition led by Saudi Arabia began bombing the Houthis, who have responded by firing missiles into the kingdom. Yet there is no evidence that the Houthis directly threaten the United States; they are an unsophisticated militant group with no operations outside Yemen and have not been classified by the American government as a terrorist group.

    The Green Berets, the Army’s Special Forces, deployed to the border in December, weeks after a ballistic missile fired from Yemen sailed close to Riyadh, the Saudi capital. The Saudi military intercepted the missile over the city’s international airport, and Crown Prince Mohammed bin Salman renewed a longstanding request that the United States send troops to help the kingdom combat the Houthi threat.

    https://seenthis.net/messages/691503 via Nouvelles d’Orient


  • La prestation de Netanyahu prouve seulement pourquoi l’accord nucléaire iranien doit rester en place.
    Patrick Cockburn – 02 mai 2018 – Counterpunch.org – Traduction : Chronique de Palestine – MJB
    http://www.chroniquepalestine.com/la-prestation-de-netanyahu-prouve-seulement-pourquoi-laccord-nuc

    Patrick Cockburn – La mine de documents iraniens sur le programme nucléaire de l’Iran présentés par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu comme preuve de la duplicité de Téhéran ne contiennent rien de substantiel qui n’ait été connu auparavant.

    Bien que la divulgation ait été faite pour justifier le torpillage de l’accord sur le nucléaire iranien par le président Donald Trump le 12 mai prochain, M. Netanyahu n’a pu trouver aucune preuve que l’Iran ait violé l’accord signé en 2015. (...)

    https://seenthis.net/messages/691484 via Loutre


  • Israel denies entry to four American civil rights leaders
    +972 Magazine | By Mairav Zonszein |Published May 3, 2018
    https://972mag.com/israel-denies-entry-to-prominent-american-civil-rights-leaders/135059
    https://staticv3.972mag.com/wp-content/uploads//2013/04/bg.jpg

    Four members of an American human rights delegation to Israel and the West Bank, were detained at Ben Gurion Airport, denied entry, and deported by Israeli authorities on Sunday. The rest of the delegation was allowed through.

    Two of the four deported are Vincent Warren, executive director of the Center for Constitutional Rights (CCR), and Katherine Franke, chair of CCR’s board and Sulzbacher Professor of Law, Gender, and Sexuality Studies at Columbia University. The two others who were deported did not want to be named or interviewed. Franke was accused of being affiliated with the BDS movement; Warren appears to have been deported simply by association.

    #expulsion #BDS

    https://seenthis.net/messages/691467 via Loutre


  • Demandes d’asile validées

    https://www.brief.me/a/20180502/1401/6916/CRAQoksFj9hW
    http://www.brief.me/uploads/BRIEF-180502-asileMigrants_6XzD1pk.png

    Les 28 États membres de l’Union européenne ont accordé une protection à 538 000 demandeurs d’asile en 2017, selon des chiffres publiés il y a une dizaine de jours par l’office européen de statistiques Eurostat. Ce chiffre est en recul de presque 25 % par rapport à 2016, ce qui s’explique par la forte baisse du nombre de demandes d’asile, divisé par deux entre 2016 et 2017. Suivant une tendance inverse à celle de l’ensemble de l’UE, la France a augmenté le nombre de ses réponses positives à des demandes d’asile. Si elle est le deuxième pays de l’Union européenne pour le nombre total de protections accordées en 2017, elle est en revanche en dessous de la moyenne européenne si on rapporte ce chiffre au nombre d’habitants. L’Allemagne, qui a donné à elle seule 60 % des réponses positives, est en tête, suivie par l’Autriche, qui se situe non loin de la France et de l’Italie pour le nombre de demandes d’asile accordées, mais compte environ sept fois moins d’habitants qu’elles.

    #europe #migrations #asile

    https://seenthis.net/messages/691461 via Reka


  • Israël vote une loi facilitant le processus décisionnel pour l’entrée en guerre | The Times of Israël

    La Knesset approuve la clause controversée de la nouvelle loi qui autorise Netanyahu à lancer des opérations militaires de masse en ne consultant que le ministre de la Défense

    Par SUE SURKES, RAOUL WOOTLIFF et AFP

    https://fr.timesofisrael.com/israel-vote-une-loi-facilitant-le-processus-decisionnel-pour-lentr

    Le Parlement israélien a voté lundi en faveur d’une loi permettant au Premier ministre et au ministre de la Défense de décider d’entrer en guerre sans réunir le gouvernement, sur fond de tensions croissantes entre Israël et certains de ses voisins.

    Cette loi, votée à 62 voix contre 41, donne la responsabilité au cabinet restreint de sécurité de décider d’une opération militaire ou d’une guerre sans se concerter avec le reste du gouvernement.

    Recevez gratuitement notre édition quotidienne par mail pour ne rien manquer du meilleur de l’info INSCRIPTION GRATUITE !
    Mais un paragraphe précise qu’en cas de « conditions extrêmes », le Premier ministre et son ministre de la Défense, seuls, pourront décider d’une telle opération.

    La loi ne précise pas quelles sont exactement ces « conditions extrêmes », ou qui les déterminera, en indiquant seulement que la décision s’appliquera, « si la question est nécessaire en raison de l’urgence ».

    Des soldats de l’armée israélienne à Hébron, le 17 juin 2014. (Crédit : AFP Photo/Hazem Bader)
    Le projet de loi initié par la ministre de la Justice Ayelet Shaked est un amendement d’une loi fondamentale qui, auparavant, donnait au gouvernement uniquement la possibilité de décider de lancer une opération militaire avec la présence de la majorité des ministres.

    Présenté par Netanyahu depuis l’année dernière – le projet avait été rejeté plus tôt dans la journée par les membres de deux comités clés de la Knesset : Droit et Justice, et Affaires étrangères et Défense. Il a toutefois été soumis à nouveau par Avi Dichter, membre du Likud et président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense, lors des deuxième et troisième lectures d’un amendement plus large et a été voté dans ce cadre législatif plus large.

    Cet amendement plus large permet au gouvernement de déléguer le pouvoir de déclarer la guerre dans des circonstances normales, ou de se mobiliser pour une opération militaire majeure, à un forum composé « d’au moins la moitié » de tous les ministres du Cabinet.

    Le président de la Commission des affaires étrangères et de la défense, Avi Dichter (D), dirige une réunion de la Commission à la Knesset, le 30 avril 2018. (Miriam Alster/Flash90)
    Il y a environ huit ans, Netanyahu et Ehud Barak, alors ministre de la Défense, avaient chargé le chef d’état-major et le chef du service de renseignement du Mossad de placer l’armée en état d’urgence, mais ces derniers lui ont répondu que cela était illégal car cette action n’avait pas été dûment approuvée et pouvait mener à la guerre.

    Cependant, à de nombreuses occasions, des décisions de même nature ont été prises par le seul Cabinet de sécurité, un petit groupe de ministres chargé d’élaborer des politiques en matière de guerre et de paix, ou d’autres petits groupes de ministres.

    Onze ministres sont membres du cabinet restreint de sécurité actuel sur les 22 ministres qui composent le gouvernement Netanyahu.

    Yaakov Amidror (à droite) avec le chef d’état-major général de Tsahal Benny Gantz (Crédit photo : Miriam Alster/Flash90).
    Un comité créé en 2016 sous la direction d’un ancien conseiller à la sécurité nationale, le major-général Yaakov Amidror, pour examiner le fonctionnement du cabinet de sécurité et la manière dont il informe et met à jour les ministres a recommandé de mettre la loi en conformité avec ce qu’il a dit être devenu la « pratique normale ». En juin de l’année dernière, le cabinet a voté en faveur d’une modification de la loi.

    Ayelet Shaked a justifié l’amendement en expliquant devant le Parlement que « dans la situation sécuritaire actuelle, il faut pouvoir rendre plus efficace le travail du gouvernement et du Cabinet ».

    Deux députés de l’opposition – Omer Bar Lev de l’Union sioniste, officier de réserve de l’armée israélienne ayant le grade de colonel et ancien commandant de l’unité d’élite Sayeret Matkal, et Ofer Shelah de Yesh Atid, commandant de compagnie de la Brigade de parachutistes de réserve qui a perdu un œil pendant la guerre du Liban de 1982 – ont averti les comités que le libellé de la nouvelle législation pourrait permettre au Premier ministre d’exclure les députés opposés à une opération militaire et de soumettre une telle opération à un vote en l’absence de ces derniers.

    Le député Ofer Shelah (Yesh Atid) s’exprime lors d’une conférence de presse sur ce que l’on appelle la « loi sur la conscription » à Tel Aviv le 12 septembre 2017. (Miriam Alster/Flash90)
    Ils ont également déclaré que permettre au Premier ministre et au ministre de la Défense de décider quand une situation est considérée comme « conditions extrêmes » leur donnerait le plein pouvoir de déclencher une guerre sans aucun contrôle.

    Shelah a ensuite accusé les membres de la coalition d’avoir voté « contre leurs propres opinions, en matière de vie et de mort » à cause de la pression exercée par Netanyahu.

    « Le mépris de Netanyahu pour tous ceux qui l’entourent et pour tout ce que nous avons appris au cours de nos nombreuses guerres a pris le pas sur la considération de nombreux membres compétents et expérimentés de la Knesset », a-t-il dit.

    L’Institut israélien pour la démocratie a soumis une série de réserves aux commissions au sujet du projet de loi, notamment en exigeant l’approbation du Premier ministre, du vice-Premier ministre et des ministres de plusieurs ministères clés et en suggérant de définir les activités militaires qui nécessitent l’approbation du Cabinet et celles qui ne le sont pas. Aucune des recommandations de l’institut n’a été acceptée.

    Bien qu’ils se soient opposés sans succès au projet de loi à la Knesset, les partis d’opposition ont déclaré lundi soir au Times of Israel qu’il n’y avait aucun projet de recours contre le projet de loi devant la Haute Cour.

    Cette loi est votée dans un contexte de tensions avec les Palestiniens alors que, depuis le 30 mars, des manifestations dans la bande de Gaza, le long de la frontière avec Israël, ont donné lieu à des affrontements avec les forces israéliennes dans lesquels 45 Palestiniens auraient été tués.

    Par ailleurs, le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a averti jeudi que son pays s’en prendrait à toute tentative d’“implantation militaire” iranienne en Syrie, après une attaque dans ce pays le 9 avril attribuée à l’Etat hébreu.

    Tout en veillant à ne pas se laisser entraîner dans le conflit syrien, Israël a mené des attaques contre des positions du régime syrien ou des convois d’armes présentés comme provenant d’Iran et destinés au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah qui soutient le président syrien Bashar el-Assad.

    EN SAVOIR PLUS SUR :
    Israël Inside Cabinet de sécurité Armée israélienne Députés de la Knesset Benjamin Netanyahu Avigdor Liberman Ministère de la Défense Commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset Avi Dichter Loi fondamentale Ehud Barak Mossad Agence de renseignements israéliens Benny Gantz Yaakov Amidror Likud Union sioniste Yesh Atid Omer Bar-Lev Ofer Shelah Institut israélien de la démocratie Haute Cour de justice Ayelet Shaked Gadi Eizenkot
    61
    Partages
     
    VOUS AIMEREZ AUSSI

    Simulateur énergétique – Pompe à chaleur : une…
    simulateur-energetique.fr

    Propriétaire : les panneaux solaires sont-ils rentables ?
    Eco Actu

    Nouveaux panneaux solaires : l’état finance votre installation
    soleil-electrique

    Prostate : le simple test qui permet de savoir si vous…
    Testez votre prostate.fr

    Catalogue en ligne : découvrez toutes les offres…
    Lidl

    Dites « Chut ! » aux acouphènes. Des solutions…
    Santé Nature Innovation
    Recommandé par
     
    AILLEURS SUR LE WEB
    Avez-vous pensé à optimiser votre succession ? (UNICEF)
    Impôts 2018 : ceux qui paient + de 3000€ et ont 35-55 ans peuvent se… (La-loi-Pinel.com)
    C’est le moment d’acheter ces Panneaux Solaires nouvelle génération (Blog Photovoltaique)
    Poilorama (9/10) - Le poil contre-attaque (ARTE : chaîne télé culturelle franco-allemande - TV direct & replay)
    Blow up - C’était quoi Johnny Hallyday ? (ARTE : chaîne télé culturelle franco-allemande - TV direct & replay)
    Calculez l’âge de votre cerveau en 5 minutes (Testez votre cerveau)
    SUR LE TIMES OF ISRAËL
    "A mort Israël", "Macron le peuple aura ton fion" tagués à la faculté…
    Arabie saoudite : 2 Israéliens jugés pour espionnage et planification…
    Abbas : le comportement des Juifs a entraîné la Shoah, pas l…
    Graves incidents lors d’un rassemblement contre l’antisémitisme à…
    Knesset : Vote en première lecture du projet de loi controversé sur l…
    En une nuit, le Mossad vole les archives iraniennes et les ramène en…
    Recommandé par
    C’EST VOUS QUI LE DITES...

     
    AILLEURS SUR LE WEB

    Les 15 mutuelles préférées des Français en 2018
    Meilleurtaux.com

    Peur sur la ville (2/10)
    ARTE : chaîne télé culturelle franco-allemande - TV direct & replay

    https://seenthis.net/messages/691196 via Nouvelles d’Orient


  • Syria cooperation highlights progress in Egypt-Russia relations as hurdles remain | MadaMasr

    https://madamirror.appspot.com/www.madamasr.com/en/2018/05/01/feature/politics/syria-cooperation-highlights-progress-in-egypt-russia-relations-

    Phone calls between high-ranking Egyptian and Russian officials have brought the two countries into accord on the Syrian crisis, according to an Egyptian government source, in what is one of several breakthroughs on pending Cairo-Moscow diplomatic discussions.

    The government source, who is involved in Egyptian-Russian diplomatic relations, says communications between the two countries were at their peak prior to the mid-April joint airstrikes carried out by the United States, United Kingdom and France against government facilities in Syria. Talks centered on possible approaches to the conflict, to be taken in the event that the then-potential tripartite strikes were carried out, that would ensure that Islamist groups do not reap any political gains.

    Egyptian-Russian cooperation was and remains mainly an exchange of information aimed at curbing Saudi Arabian and Turkish-backed militias that were deployed to Syria to “overthrow” President Bashar al-Assad’s regime, according to the source, who spoke to Mada Masr on condition of anonymity.

    The alliance falls in line, the source adds, with Cairo’s position on the situation in Syria: Assad remaining in power is the best available option, despite Cairo’s reservations on certain aspects of the way he’s managed the conflict. Tellingly, Egyptian President Abdel Fattah al-Sisi’s speech the Arab League summit in Dhahran in mid-April was free of any condemnation of the Syrian regime’s use of chemical weapons in Eastern Ghouta — the stated reason for the tripartite airstrikes — as much as any endorsement of the strike.

    https://seenthis.net/messages/691076 via Nouvelles d’Orient


  • Putin’s gambit could backfire

    For the first time since the beginning of the Russian intervention in Syria, Putin may find himself in direct confrontation with Israel

    Moshe Arens May 01, 2018

    Opinion - Israel News | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-putin-s-gambit-could-backfire-1.6045735

    Vladimir Putin has shown himself to be quite astute in establishing a Russian presence in Syria. After waiting for the Americans to make it clear that they did not intend to get involved in the fighting there, he moved into the vacuum quickly and massively. He has established Russian naval and air bases and has provided military support to Syrian President Bashar Assad. Having saved Assad from defeat, Putin became Assad’s patron.
    Now Assad is indebted to Putin and relies on him for further military support, which includes Russian aircraft and missiles. The use of Russian mercenaries for fighting on the ground allows Putin to claim that no Russian ground forces are involved in the fighting and that the Russian military presence on the ground is limited to the Russian naval and air bases. The use of mercenaries is a ruse that was already used to cover the Russian involvement in Ukraine. Although quite transparent, it seems to be working. It has become part of the inventory of methods used to spread Russian influence beyond Russia’s borders. The world seems to be getting used to it.
    Whether to his satisfaction or not, Putin has become an ally of the Iranians, who are also supporting Assad through Hezbollah as well as with Iranian forces on the ground. They have all well situated themselves in Syria.
    On more than one occasion, Israel has made clear to Putin that it opposes the supplying of weapons to Hezbollah via Syria and that it is determined to keep Iranian forces from approaching Israel’s borders. Various arrangements have been made between Russia and Israel that are supposed to ensure the avoidance of conflict between Israeli aircraft operating over Syria and Russian aircraft. This seems to have worked so far.
    Now Putin is now considering supplying S-300 surface-to-air missiles to Assad, which would provide the Syrian president with the ability to engage Israeli aircraft attacking targets in Syria. This could bring about a dramatic change in the situation in Syria, and is liable to increase the prospect of a direct conflict between Russia and Israel. From Putin’s standpoint, this is a gamble whose outcome is hard to predict.

    https://seenthis.net/messages/690983 via Nouvelles d’Orient



  • MBS : les Palestiniens doivent accepter le « plan de paix » étasunien ou « la fermer »

    https://www.axios.com/saudi-crown-prince-tells-jewish-leaders-palestinians-should-take-what-they-ar
    https://images.axios.com/twElLHU-bwBLRapwdaFDUOB6AkM=/0x162:3770x2283/1920x1080/2018/04/29/1525025697167.jpg

    In a closed-door meeting with heads of Jewish organizations in New York on March 27th, Saudi Crown Prince Mohammed Bin Salman (MBS) gave harsh criticism of Palestinian President Mahmoud Abbas (Abu Mazen), according to an Israeli foreign ministry cable sent by a diplomat from the Israeli consulate in New York, as well three sources — Israeli and American — who were briefed about the meeting.

    The bottom line of the crown prince’s criticism: Palestinian leadership needs to finally take the proposals it gets from the U.S. or stop complaining.

    According to my sources, the Saudi Crown Prince told the Jewish leaders:

    In the last several decades the Palestinian leadership has missed one opportunity after the other and rejected all the peace proposals it was given. It is about time the Palestinians take the proposals and agree to come to the negotiations table or shut up and stop complaining.
    — MBS

    MBS also made two other points on the Palestinian issue during the meeting:

    He made clear the Palestinian issue was not a top priority for the Saudi government or Saudi public opinion. MBS said Saudi Arabia “has much more urgent and important issues to deal with” like confronting Iran’s influence in the region.

    Regardless of all his criticism of the Palestinian leadership, MBS also made clear that in order for Saudi Arabia and other Gulf states to normalize relations with Israel there will have to be significant progress on the Israeli-Palestinian peace process.

    What we’re hearing: A source who was briefed on the meeting told me the attendees were stunned when they heard the Saudi Crown Prince comments on the Palestinian issue. “People literally fell off their chairs,” the source said.

    Why it matters: In the last year, the Trump administration has been drafting a plan for Israeli-Palestinian peace. The White House peace team, led by Trump’s senior adviser and son-in-law Jared Kushner and special envoy Jason Greenblatt, has basically finished drafting the plan and is discussing how and when to launch it.

    Launching the plan will be difficult because of the Palestinians have been boycotting the White House since Trump’s December 6th Jerusalem announcement.

    In the last year, Kushner managed to get MBS on board in trying to move the peace process forward, and get the Arab world to urge the Palestinians to enter peace talks with Israel on the basis of the U.S. peace plan.

    #Arabie_saoudite #Palestine #Israel #dirigeants_arabes #indigents_arabes « #monde_arabe »

    https://seenthis.net/messages/690902 via Kassem


  • Toulouse mayor threatens to sack Jewish deputy who said ’too many Arabs’ in city | The Times of Israel
    https://www.timesofisrael.com/toulouse-mayor-threatens-to-sack-jewish-deputy-who-said-too-many-arab
    https://static.timesofisrael.com/www/uploads/2018/04/Untitled-14-e1524660006756-1024x640.png

    A Jewish deputy mayor in France has come under fire for saying there are “too many” Arabs in Toulouse, following a Times of Israel report on an interview he had with an Israeli radio station. The city’s mayor has threatened to take action against the deputy mayor, Aviv Zonabend, and even fire him, if a translator confirms he made the remark.

    Un conseiller municipal de Toulouse estime qu’il y a « trop d’Arabes », le maire ouvre une enquête - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/politique/un-conseiller-municipal-de-toulouse-estime-qu-il-y-a-trop-d-arabes-le-mai

    #racisme

    https://seenthis.net/messages/690911 via Kassem


  • Rain of terror: Egypt to crack down on ’fake’ weather reports | World news | The Guardian

    Meteorological authority prepares draft law to ban unauthorised forecasts

    https://www.theguardian.com/world/2018/apr/30/egypt-crackdown-fake-weather-reports-meteorological-association

    Donald Trump may routinely rail against the “fake news media”, but Egypt is going one better by cracking down on “fake” weather reports.

    The head of the Egyptian Meteorological Authority has said it is the only government body authorised to make predictions about the country’s weather, and is preparing a draft law to ban unauthorised forecasts.

    Ahmed Abdel-Al, the EMA chairman, said during a television interview that the bill seeks to punish anyone “talking about meteorology, or anyone using a weather forecasting device without our consent, or anyone who raises confusion about the weather”. The EMA is Egypt’s primary, if not sole, source of domestic information on the country’s weather patterns.

    Egypt’s media is under increasing pressure, with frequent accusations of fake news levelled at reporters and outlets, even those reporting in favour of the state. But false reports about the weather are rare, except perhaps for the annual repetition of doctored photos showing snow covering the pyramids and sphinx of Giza.

    Weather reports have occasionally become political, however, such as when Egypt’s interior ministry claimed in 2015 that flooding in the coastal city of Alexandria was caused not by infrastructural failings, but by members of the banned Muslim Brotherhood blocking drains with cement.

    https://seenthis.net/messages/690878 via Nouvelles d’Orient


  • Anti-Zionist law - Haaretz Editorial - Israel News
    Knesset sought to make clear that the purpose of the nation-state law is to fundamentally change the balance between Israel as a Jewish state and a democratic one

    Haaretz Editorial Apr 30, 2018
    https://www.haaretz.com/opinion/editorial/anti-zionist-law-1.6035579

    Two weeks after the historic celebrations of the 70th anniversary of the state’s establishment, the Knesset is busy with another historic process. On Monday, it is expected to hold the first of three votes on the proposed Basic Law, which states that Israel is the nation-state of the Jewish people. The nation-state bill is meant to be the state’s identity card, equivalent to the preamble of a constitution, which defines its identity and values.
    One of the “compromises” of the committee that prepared the law for its first vote was the removal of the section that established the explicit supremacy of the nation-state law over all other laws. Also removed was a paragraph stating that the law’s purpose is “to enshrine in a Basic Law the values of the State of Israel as a Jewish and democratic state in the spirit of the principles of the Declaration of Independence of the State of Israel.”
    In other words, the Knesset sought to make clear that the purpose of the law is to fundamentally change the balance between Israel as a Jewish state and a democratic one, and to undermine the values of the Declaration of Independence, which promised a state that grants full equality to all its citizens. Apparently the combination of “Jewish and democratic” and the values of the Declaration of Independence have became inconceivable concepts — just like the words “equality” and “human rights,” which the Knesset refused to include in the law.

    https://seenthis.net/messages/690855 via Nouvelles d’Orient


  • Henri Curiel ou le droit à la mémoire - Libération
    http://www.liberation.fr/debats/2018/04/29/henri-curiel-ou-le-droit-a-la-memoire_1646692

    L’exécution au colt 45 eut lieu, finalement, le 4 mai 1978, voici quarante ans. Elle avait été précédée par une campagne de diffamation menée par quelques niais utiles. La première fois qu’Henri Curiel risqua une mort prématurée, c’était à l’automne 1942 alors que l’Afrikakorps de Rommel arrivait aux portes du Caire avec le soutien d’officiers égyptiens qui lui étaient favorables (Anouar el-Sadate échappa de justesse au peloton d’exécution britannique). Henri Curiel avait pris le parti inverse. Sans doute la police l’arrêta-t-il par souci d’équilibre. Ses codétenus pronazis décidèrent de l’étrangler au lacet, vieille méthode ottomane. Il fut sauvé par la victoire d’El Alamein.

    https://seenthis.net/messages/690705 via Nouvelles d’Orient


  • Palestinians must make peace or shut up, Saudi crown prince said to tell US Jews | The Times of Israel
    https://www.timesofisrael.com/palestinians-must-make-peace-or-shut-up-saudi-crown-prince-said-to-te

    At a meeting with Jewish leaders in New York last month, Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman castigated the Palestinian leadership for rejecting opportunities for peace with Israel for decades, and said they should either start accepting peace proposals or “shut up.”

    Inutile de dire que cette ultime sortie du régent saoudien suscite beaucoup de commentaires dans la presse arabophone.

    #palestine

    https://seenthis.net/messages/690698 via gonzo


    • D’ici que BHL propose Netanyahou pour recevoir le prochain prix Nobel de la Paix, il n’y en a pas pour long ... De quel côté du mur BHL se place-t-il donc pour ne pas voir toutes ces colonies qui « gênent » beaucoup plus les palestiniens ? Pour paraphraser le célèbre adage, il n’y a pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir !


  • ‘Treachery isn’t a perspective’: Boycotting Israel in Lebanon | MadaMasr
    https://www.madamasr.com/en/2018/04/29/opinion/u/treachery-isnt-a-perspective-boycotting-israel-in-lebanon/?platform=hootsuite

    It is common for me to hear friends in Lebanon exchanging their experiences of meeting an Israeli for the first time. Many stories include feelings of shock, horror, anger and disgust.

    My first experience with an Israeli was during my teenage years in the 1990s. I was at Cairo International Airport, waiting for my flight back to Beirut, when two slightly older young men sat next to me on high bar stools for coffee. They spoke to me in English and I chatted with them. When one of them told me, “You’re beautiful, you look Israeli,” I realized they were Israelis. I shuddered, my mind froze, I felt a lump in my throat and, in that moment, I despised my vulnerability almost as much as I despise Israel.

    I yelled at them nonsensically. They told me that they had packed their belongings and left Palestine — their place of birth — because they reject the settler occupation upon which Israel is founded and have no desire to serve in its military forces. But I couldn’t keep listening to them; this very act of communication seeming akin to acceptance, defeat. A crime. My entire existence at this moment felt like a crime. For many years to come, I was ashamed of this treachery because they had sat next to me at that airport coffee bar, and I was only 15 years old.

    This is neither a healthy space for expressing hostility toward Israel, nor a healthy mode of being.

    https://seenthis.net/messages/690722 via Nouvelles d’Orient


  • Hier, nous nous sommes rendus à la mairie, la partie libanaise de notre petite famille étant appelée à voter pour les élections au Liban. C’était donc la première fois que les expatriés pouvaient voter (et non pour des « députés de l’étranger », mais directement pour leur circonscription d’origine – notion elle-même problématique, mais bon…).

    Le sympathique Libanais qui nous a accueilli nous a dit que, sur 3000 ressortissants Libanais à #Montpellier, 160 s’étaient inscrits pour ce vote, et au moment où nous sommes passés en milieu d’après-midi, environ 60 avaient voté.

    Ça ne fait quand même pas des masses…

    https://seenthis.net/messages/690712 via ARNO*


  • Before Europe : The Christian West in the Annals of Medieval Islam -
    https://marginalia.lareviewofbooks.org/before-europe

    This underscores König’s main critique of existing scholarship, dominated by what he calls the “paradigm of ignorance” and a common claim that until the age of European colonialism, Muslims were largely indifferent to or even ignorant of the western world. König’s painstaking inventory of the substantial data on the Latin West recorded in Arabic sources proves otherwise. While numerous scholars, including the distinguished Arabist George Makdisi, have reiterated the cliché about medieval Islamic apathy towards the West, the primary target of König’s criticism is the recently turned centenarian Bernard Lewis, whose works remain a staple of the popular press. Lewis’s first foray into this topic, an article on “The Muslim Discovery of Europe” (1957), was written at the height of the Cold War and postulated a “medieval iron curtain” between Islam and Christendom that restricted cultural exchange to a minimum. Expanding on this thesis, he published a book of the same title in 1982, reissued on the eve of 9/11, to be followed soon by What Went Wrong? Lewis argues in the original essay, and repeats verbatim twenty five years later in the book, that the medieval Islamic world’s relative economic, technological and intellectual superiority meant it “could afford to despise the barbarous and impoverished infidel in the cold and miserable lands of the north.” But it is religion that seems to provide a most basic explanatory force for Lewis, even to the point of accounting for Europeans’ allegedly greater cultural curiosity and interest in foreign languages: the Bible tied them to the Holy Land and therefore to the Semitic philology. Effectively, the implication went, if Muslims discovered Europe, it was only because Europeans discovered them first!

    To be sure, Lewis knows well how much the Arabs drew from the ancient Greek, Syriac, Persian, and Indian traditions, and he especially highlights the translation movement of the ninth and tenth centuries that witnessed a voluminous Islamic engagement with Hellenistic philosophy, the full significance of which for global intellectual history is still being detailed. Lewis mentions nothing, however, of the Sanskrit to Persian translations sponsored by the Mughals in early modern India, a subject of considerable attention recently in South Asian studies. Such blind spots, I suspect, explain his belief that after an initial openness, Islam became “impervious to external stimuli.” König’s research actually leads to an opposite contention, that later Arabic historians were generally better informed about Europe, thanks to the cumulative aggregation of sources by their predecessors. König acknowledges the erudition behind Lewis’s work and even agrees with it occasionally, stating for instance that “to an Arabic-Islamic world imbued with Greek science…the medieval Latin-Christian world still had little to offer.” But like many of Lewis’s critics including most famously Said, it is the overall narrative he popularized that König decries, and he lists a dozen recent scholars and commentators that still use it to tell a flawed story of civilizational difference: a self-centered, monochromatic Muslim world versus an inherently more open-minded West. Worse still, Lewis himself appears to have encouraged looking to the pre-modern past in order to understand Islamic worldviews today—as if Muslims can only ever see through medieval eyes.

    https://seenthis.net/messages/690514 via Nouvelles d’Orient


  • Gaza
    Once again : Stop shooting
    – Haaretz Editorial - Israel News | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/editorial/once-again-stop-shooting-1.6032762

    This Friday the “March of Return” demonstrators in the Gaza Strip will once again face off with Israel Defense Forces soldiers. But this Friday must not, for the fifth time in a row, become the last day in the lives of yet more desperate but unarmed young men who aren’t endangering anyone, or the day on which more and more young demonstrators become disabled for the rest of their lives.
    Whether this happens is in the hands of the IDF and its officers. This fifth Friday in the ongoing series of demonstrations must finally bring the cessation of the IDF’s use of potentially lethal fire at unarmed demonstrators. It must end without casualties.
    >> Hamas hijacked the Gaza protests ■ Killing of Gaza protesters undermines Israel’s claims of self-defense >>
    On Wednesday, the 40th victim of this shooting at demonstrators died of his wounds. The victim was press photographer Ahmed Abu Hussein, who was severely wounded in the stomach two weeks ago by a sniper’s bullet.
    Abu Hussein was one of only four casualties, including an 11-year-old boy who lost his leg, whom Israel allowed to be sent to a hospital in Ramallah. And even those four were allowed to be transferred only after a petition to the High Court of Justice. Of the 5,511 people who have so far been wounded in the demonstrations along the Gaza-Israel border fence, some 1,700 were wounded by live bullets.

    According to doctors in Gaza, the wounds during these demonstrations have been especially severe. Thousands of wounded is a frightening statistic considering that the demonstrators whom the army is confronting are unarmed and, as a rule, nonviolent. Given the collapse of Gaza’s health system, the fact that the defense establishment, on orders from Defense Minister Avigdor Lieberman, isn’t letting more of the casualties receive treatment in Ramallah or Israel adds insult to injury. Abu Hussein ultimately died in an Israeli hospital, after his condition deteriorated.

    The 40 people who have been killed in the demonstrations were all young, and two were children. Their deaths could have been avoided had restrictions been imposed on the IDF’s use of live fire against the protesters.
    The consistent, ongoing decline in the number of casualties from week to week isn’t only due to the decline in the number of demonstrators from week to week. It also attests to relative restraint in the conduct of IDF soldiers. But this isn’t enough. Starting on Friday, the IDF must set itself a clear goal – zero Palestinian casualties as long as they aren’t endangering anyone’s life.

    https://seenthis.net/messages/690211 via Nouvelles d’Orient


  • La dualité du projet sioniste, par Gilbert Achcar (Le Monde diplomatique, février 2018)

    Théorisé par Theodor Herzl, le sionisme politique entendait obtenir la création d’un État pour le peuple juif en Palestine. S’il était motivé par les souffrances des communautés juives, notamment en Europe de l’Est, et par le regain d’antisémitisme dans l’ouest du vieux continent, ce mouvement relevait d’une logique colonialiste conforme au contexte européen de l’époque.

    https://www.monde-diplomatique.fr/mav/157/ACHCAR/58306

    l n’est pas rare que les opprimés de l’histoire soient eux-mêmes oppresseurs. C’est le cas en particulier des mouvements de libération qui luttent contre le joug colonial tandis que leur propre nation, elle-même opprimée, s’en prend à une minorité, raciale, religieuse ou autre, dans son propre pays. Bien souvent, ces mouvements ferment les yeux sur cette oppression, quand ils ne la soutiennent pas ouvertement sous des prétextes divers, par exemple l’accusation portée contre la minorité en question de constituer une « cinquième colonne » du colonialisme. D’aucuns évoquent cette fréquente dualité dans l’intention de « normaliser » le sionisme, en le présentant comme un cas semblable à beaucoup d’autres somme toute, ce qui a pour effet de minimiser ses torts, voire de les excuser, afin qu’Israël soit traité comme un État « normal ». Or cet argument ne tient pas compte du caractère de la dualité propre au sionisme.

    Certes, le sionisme est incontestablement né en réaction à la longue oppression endurée par les minorités juives dans l’Europe chrétienne, du Moyen-Âge jusqu’au XIXe siècle. Il est notoire que, sous les pouvoirs se réclamant de la chrétienté, les Juifs ont subi des persécutions bien plus graves que la discrimination et les persécutions intermittentes qu’ils ont endurées sous les pouvoirs se réclamant de l’islam. Cependant, cette persécution a progressivement cessé en Europe occidentale à l’époque moderne, à la suite des Lumières et de la Révolution française de la fin du XVIIIe siècle, avec la diffusion de la notion de citoyenneté fondée sur l’égalité des droits. Grâce à la transformation démocratique, la condition des Juifs entre la côte atlantique et les frontières orientales de l’Allemagne et de l’Autriche actuelles s’est graduellement orientée vers l’intégration des Juifs dans les sociétés nationales et la fin des discriminations. Toutefois, avec la première grande crise qui a frappé l’économie capitaliste mondiale, la Grande Dépression du dernier quart du XIXe siècle (1873-1896), les tendances xénophobes ont été ravivées. Comme dans toute crise sociale, des groupes d’extrême droite se mirent en quête de boucs émissaires afin d’instrumentaliser le mécontentement populaire au service de leurs projets réactionnaires.

    https://seenthis.net/messages/690208 via Nouvelles d’Orient


  • Assassinat d’Henri Curiel : vérités évidentes, justice empêchée
    Sylvie Braibant

    | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/sylvie-braibant/blog/240418/assassinat-d-henri-curiel-verites-evidentes-justice-empechee

    Il faisait chaud ce week-end de juin 1976. La sécheresse grignotait petit à petit toute la France. Paris était gagné par la torpeur. Dans la voiture de mon père, je m’étais à moitié endormie. Jusqu’à ce que je l’entende dire de sa voix douce « mais qu’est ce que c’est que ça ? ». Au feu rouge du croisement des boulevards Saint Michel et Saint Germain, il restait en arrêt devant un kiosque à journaux dont l’immense affiche apposée à son dos, proclamait fièrement le dernier scoop du Point : « Henri Curiel, le patron des réseaux d’aide aux terroristes ». Et de son ton toujours aussi calme, mais angoissé cette fois, il me dit : « Henri va être assassiné. »

    Deux ans et une nouvelle campagne de presse plus tard, toujours dans Le Point, puis le Speigel allemand, Henri était assassiné, une journée chaude encore, le 4 mai 1978, jeudi de l’ascension. Nous étions encore ensemble, dans la même voiture, la radio allumée, un flash nous annonça la nouvelle, et je me souviendrai toujours du visage soudain gris de mon père, lui qui manifestait si peu d’émotion.

    C’était en 1976, 1977, 1978, assassinats en Afrique du Sud – mise au ban des Nations Unies pour son régime d’apartheid -, assassinats en France, présidée par un homme moderne, ancien partisan de l’Algérie française. Des meurtres nombreux – des Algériens, des Palestiniens, des Basques -, parfois précédés d’articles de journaux comme ceux du Point, non signés, de faux scoops apportés sur un plateau d’’argent à Georges Suffert qui ne voyait rien de mal à l’apartheid ou aux dictatures d’Amérique latine, mais vomissait tout ceux qui se rapprochait de près ou de loin du communisme. Comme Henri Curiel. Plus tard, Georges Suffert reconnaîtra avoir été « un peu léger » sur ce coup là.

    https://seenthis.net/messages/689739 via Nouvelles d’Orient


  • Cinq stratagèmes pour générer des revenus dans le monde arabe...

    https://orientxxi.info/magazine/cinq-stratagemes-pour-generer-des-revenus-dans-le-monde-arabe,2418

    La troisième place revient à une variante de la manœuvre « penser global, agir local ». Les petits pays doivent en effet être créatifs pour espérer générer des revenus conséquents. Des pays européens comme le Liechtenstein, le Luxembourg et même les Pays-Bas ont trouvé leur veine en tant que paradis fiscaux, mais ce genre d’opportunité reste limité dans des États fragiles ou autocratiques. Djibouti a mis au point une nouvelle façon d’aborder le problème. Bien que manquant de terres arables, le pays dispose d’un littoral sablonneux le long du très fréquenté golfe d’Aden. Celui-ci se situe également à deux pas des conflits au Yémen, en Somalie et au Soudan du Sud. Djibouti a ainsi su capitaliser sur cet emplacement en louant des terres à des armées étrangères. Il accueille aujourd’hui des bases militaires de la France, de l’Italie, du Japon, de l’Arabie saoudite, des États-Unis et de la Chine. Ne voulant pas être en reste, l’Inde, la Russie et la Turquie semblent également intéressées. Les bases les plus chères rapporteraient, selon les rumeurs, dans les 20 à 100 millions de dollars (16,3 à 82 millions d’euros) par an. L’ensemble de ces sommes pourrait bien générer la moitié des recettes annuelles du gouvernement. Une seconde alternative pour les pays plus grands consiste à devenir un allié militaire privilégié des États-Unis — pensons au Pakistan, à Israël ou à l’Égypte — ce qui leur garantit des milliards en aide militaire directe, quelle que soit la qualité de leur gouvernance.

    https://seenthis.net/messages/689671 via Nouvelles d’Orient