• Quand les dealers veulent nous désintoxiquer
    Oui, les Décodeurs du Monde nous baratinent encore.

    Le problème avec les défenseurs du capital ou plus généralement de la propriété, c’est que très souvent ils oublient ou ils masquent une des fonctions premières de la propriété : l’accumulation du pouvoir entre quelques mains. Pour masquer cela, ils raisonnent en volume au lieu de raisonner en volume par propriétaire.

    C’est ce que font les Décodeurs, dans un article qui, selon l’objectif de cette "équipe d’élite" du Monde, veut nous désintoxiquer du baratin des fascistes du Front National représentés par Marine Le Pen :

    https://framapic.org/k8f9NS66BOzi/vYfoXiiCeSC4.png

    Ici je m’attarderai sur la présentation du CICE faite par les Décodeurs le 4 mai 2017 (lendemain du débat entre Le Pen et Macron).

    Le passage sur le CICE commence comme ça :

    Selon un rapport du ministère de l’économie publié en janvier 2016, l’Etat avait versé – à cette date – 18,6 milliards d’euros de CICE aux entreprises qui en avaient fait la demande.

    On note au passage que l’article des Décodeurs se base sur un article du Monde (impartialité oblige, hahaha, indiquer ses sources primaires avec un lien c’est pour les autres) daté de janvier 2016 à partir d’un communiqué officiel du ministre des Finances et des Comptes publics, Michel Sapin :
    https://www.economie.gouv.fr/deplacement-loiret-michel-sapin-dresse-bilan-cice-pour-2015 & http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/20375.pdf

    alors que le dernier rapport officiel sur le CICE date de septembre 2016 :
    http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/rapport_cice2016_28095016_ok.pdf

    Mais depuis 8 mois l’unité d’élite de la statistique et de la vérité du Monde n’a pas eu le temps d’actualiser ses données. C’est dommage parce que depuis on sait que le CICE a coûté, depuis son lancement jusqu’au 1er janvier 2017, 31,2 milliards d’euros et que cela va s’accélérer : 16 milliards supplémentaires en 2017 puis au moins 20 milliards par an à partir de 2018.

    https://framapic.org/MOTqRcdluGyV/0RtbLlbvEOiY.jpg

    Puis l’argument massue censé invalider l’argument « Le CICE, vous l’avez donné en priorité aux grands groupes. » :

    Le dispositif bénéficiait d’abord aux « très petites entreprises » (TPE) et aux « petites et moyennes entreprises » (PME), qui représentaient 48 % des crédits enregistrés sur 2013 et 2014. Suivaient ensuite les grandes entreprises (30 %) et les entreprises de taille intermédiaire (22 %).

    C’est là qu’intervient la fameuse capacité d’accumulation de la propriété. C’est bien beau de dire que 48% du pactole est versé aux TPE-PME et 30% aux grandes entreprises (GE) et 22% aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) . Mais si on ne dit pas que les grandes entreprises (GE) à recevoir 30% du pactole sont environ 200 alors que les TPE-PME qui se partagent 48% du pactole sont au nombre de 515 000 on manque une information cruciale.

    Pour être clair : une grande entreprise touche en moyenne 19 millions d’euros, quand une TPE touche 4 mille euros et une PME 37 mille euros.

    https://framapic.org/Lriv7m7PTi7Y/OmY0oSlzr4hs.png

    https://framapic.org/JjktfHgk8eao/KwE283w9fyfx.jpg

    Les quelques grands propriétaires de grandes entreprises vont toucher en moyenne 19 000 000 d’euros, quand le million de petits propriétaires de petites entreprises vont toucher en moyenne 4 000 euros. Et il n’est pas du tout sûr que cet argent soit réinvesti dans les entreprises ni transformé en emplois. Quand aux millions de salariés de ces entreprises, ils toucheront éventuellement ce que les propriétaires des entreprises veulent bien leur laisser.

    On note aussi que le mélange "TPE-PME" utilisé par Le Monde permet de gommer encore plus les inégalités avec les ETI et les GE. Pour la seule année 2015 :

    Les TPE sont 420 000 à se répartir 1,6 milliards d’euros
    Les PME sont 115 000 à se répartir 4,4 milliards d’euros
    Les ETI sont 4 400 à se répartir 3,2 milliards d’euros
    Les GE sont 250 à se répartir 4,6 milliards d’euros

    Sans oublier que les TPE et les PME n’ont pas grands chose à voir, voici les définitions :

    TPE : moins de 10 salariés
    PME : 10 à 249 salariés
    ETI : 250 à 4 999 salariés
    GE : plus de 5 000 salariés

    99,14 % des entreprises se partagent 44% du CICE et 0,86% des entreprises (les grosses) se partage 56% du CICE. À eux seuls les grands groupes (0,05% des entreprises) captent 33% du CICE. Oui le CICE est majoritairement au bénéfice des grandes entreprises, dont les grands groupes.

    Aussi n’oublions pas que à l’intérieur de ces 4 catégories les entreprises ne sont réparties de manière égale. Les Grandes entreprises commencent à 5 000 salariés, mais les plus grandes d’entre elles regroupent autour de 200 000 salariés, autant de justificatifs pour recevoir de l’argent de l’État :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Classement_des_plus_grandes_entreprises_fran%C3%A7aises#Classements
    https://framapic.org/5zLHn8qUZ96o/UKktI95B1Zpi.jpg

    Enfin le dernier argument est aussi pertinent que le reste du "décodage" :

    De surcroît, le seul rapport du comité de suivi du CICE publié à ce jour soulignait que 78 % de la masse salariale des TPE/PME était éligible au CICE (donc concerné par la baisse des charges), contre 56 % dans les entreprises de plus de 2 000 salariés.

    Si on prend du recule, qu’on considère les chiffres que j’ai présenté ci-dessus, on voit que cet argument est très faible, voire ne vaut rien. Car ce qui permet de gagner de l’argent offert par l’État ce n’est pas le pourcentage de salariés "éligibles" mais le nombre de salariés "éligibles" dans l’entreprise (rappelons que bien que les salariés soient dit éligibles, l’argent ne leur revient pas. Elle va aux entreprises puis très certainement dans les poches de ceux qui les dirigent : les propriétaires).

    Mais quand il s’agit de reprendre la propagande du ministère on peut compter sur les Décodeurs. En effet ce dernier point est directement issu des éléments de langage diffusés par le ministère de Michel Sapin :

    https://framapic.org/eZMo4UOFG6UI/NyUX8r9sdA40.jpg

    https://framapic.org/pNsOBbIzbc4h/NHHaibE2DAcX.jpg

    https://framapic.org/JzWzgegZiBjD/62BhJDMhyHZC.jpg

    Du coup, contrairement aux Décodeurs je ne pense pas que cette phrase soit exagérée ni que c’est une intox. Je dois avouer que je suis assez d’accord avec elle :
    « Le CICE, vous l’avez donné en priorité aux grands groupes. »

    Je dirais même plus « Le CICE, vous l’avez donné en priorité aux grands propriétaires . »

    Avec ce cas, on retrouve tout le problème du second tour Le Pen contre Macron : un débat entre l’empoisonneur et le poison. Un méli-mélo d’intox et de contre-intox intoxiquées.

    https://seenthis.net/messages/595610 via Gastlag


  • Spéculer sur la mort d’autrui - Le SauteRhin
    http://www.lesauterhin.eu/speculer-sur-la-mort-dautrui

    Holger Munsch, président du bureau criminel fédéral, a qualifié de « forme nouvelle de criminalité » l’attentat par appât du gain perpétré contre le bus du Borussia Dortmund, le 11 avril 2017, qui a blessé un joueur de l’équipe, l’Espagnol Marc Bartra, ainsi qu’un policier, juste avant le match qui devait opposer le club allemand à l’AS Monaco en quart de finale aller de la Ligue des champions. L’auteur présumé a la double nationalité : allemande et russe.

    Dans la Frankfurter Allgemaine Zeitung du 23 avril, dans le chapô d’un article intitulé Cupidité et crime, on pouvait lire ceci :

    « Mais aussi dérangeant qu’est cet acte : la cupidité est dans notre ordre économique quelque chose de souhaité. Et alors ? »

    C’est précisément cet et alors ? qui nous intéresse. Et qui fait l’objet de la contribution ci-dessous de Götz Eisenberg.


  • Le pouvoir s’acharne contre le journaliste Gaspard Glanz
    https://reporterre.net/Le-pouvoir-s-acharne-contre-le-journaliste-Gaspard-Glanz
    https://reporterre.net/IMG/arton12189.png

    Le journaliste Gaspard Glanz était poursuivi pour « injures publiques » à l’encontre de policiers. Le tribunal de Rennes l’a relaxé au nom de la liberté de la presse. Mais le procureur a décidé de faire appel de cette décision, poursuivant l’acharnement dont est victime notre confrère, qui a aussi collaboré à Reporterre.


  • Loi travail, retraites, sous-traitance : le gouvernement brésilien passe à l’offensive contre les droits sociaux - Basta !
    https://www.bastamag.net/Loi-travail-retraites-sous-traitance-le-gouvernement-bresilien-passe-a-l
    https://www.bastamag.net/IMG/arton6170.jpg?1493566363

    Le gouvernement de Michel Temer, au pouvoir depuis la destitution l’été dernier de la présidente Dilma Rousseff, veut faire adopter une série de réformes qui portent atteinte à de nombreux acquis sociaux des travailleurs. La refonte du système des retraites, celui du code du travail – visant à faire primer l’accord d’entreprise sur la loi – et la libéralisation de la sous-traitance suscitent une vive opposition de la part des syndicats et dans la population. Une grève générale d’une ampleur inédite a été très suivie dans tout le pays le 28 avril.

    Tout ça a un parfum étrangement familier...


  • Prochaine rencontre débat organisée par les AMD de Lyon et la librairie Terre des livres (86 rue de Marseille - Lyon 7ème)
    Jeudi 4 mai, 19 h

    Laurence DE COCK pour Paniques identitaires. Identité(s) et idéologie(s) au prisme des sciences sociales , Editions du Croquant.

    « Alors que le crise sociale et politique engendrée par des décennies de politiques libérales agressives s’approfondit et se manifeste par des inégalités sans cesse croissantes, les « questions identitaires » ont tendu ces dernières années à être instituées dans la sphère médiatique, parmi certains intellectuels et dans les discours de droite ou de socialistes comme centrales au détriment des clivages de classes ou de la lutte contre les inégalités de classe, de race, de genre…

    Cet ouvrage propose une analyse des « paniques identitaires » qui ont récemment fait la Une des médias dominants (« affaire du burkini », cafés interdits aux femmes…) mais aussi les polémiques autour de la composition de l’équipe de France de football, de l’enseignement de l’histoire ou de la « théorie du genre », des menus dans les cantines scolaires, etc., en les resituant dans le contexte politique et intellectuel de ces dernières années et dans les évolutions historiques de la construction des figures de l’altérité. »

    Professeure d’histoire et vice-présidente du « Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire »,
    Laurence De Cock a co-dirigé cet ouvrage avec Régis Meyran.

    http://www.terredeslivres.fr/les-rencontres
    http://www.amis.monde-diplomatique.fr/rubrique26




  • INTERVIEW – Henry Laurens : « Les Palestiniens ont pour eux le droit mais n’ont pas la force » | Middle East Eye
    http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/interview-henry-laurens-les-palestiniens-ont-pour-eux-le-droit-mais-n
    http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/PalestinianHomeDemolitionEastJerusalem.AFP_.jpg

    il y a la réalité du terrain et celle des conférences internationales, que ce soit à Astana ou à Genève. Sur le terrain pullulent les milices, qu’elles soient d’un côté ou de l’autre. Le régime de Bachar al-Assad n’est plus qu’un agrégat de milices. Il ne se fait pas respecter par telle milice qui contrôle telle sous-région ou telle autre. Du côté de la révolution syrienne, se trouvent les Kurdes, les islamistes, des milices locales aussi. Il n’y a pas d’autorité centralisée qui pourrait imposer que les armes cessent. C’est ce qui est inquiétant d’ailleurs sur la longue durée.

    #syrie

    https://seenthis.net/messages/592303 via rumor


  • Zone euro : qui doit réformer d’abord, la France ou l’Allemagne ? « Le Mouvement Réel
    https://lemouvementreel.com/2017/04/19/zone-euro-qui-doit-reformer-dabord-la-france-ou-lallemagne
    https://lemouvementreelcom.files.wordpress.com/2017/04/cropped-2016-02-27-09-59-2524.jpg?w=200

    Emmanuel Macron propose de réformer d’abord la France pour pouvoir obtenir de l’Allemagne un cadre plus coopératif en zone euro. Mais l’urgence ne serait-elle pas plutôt de réformer l’Allemagne ?


  • Lire absolument : Emmanuel Macron, un putsch du CAC 40 – Aude Lancelin
    https://audelancelin.com/2017/04/20/emmanuel-macron-un-putsch-du-cac-40

    La presse n’ayant quoiqu’il en soit pas été très empressée à fournir la Carte du Tendre permettant de s’orienter dans les relations entre Macron et les tycoons français, les lecteurs vraiment obstinés auront dû se contenter durant toute cette campagne de rabouter des petits cailloux épars. Une enquête particulièrement bien informée de « Vanity Fair » sur la reine de la presse people, Michèle Marchand dite « Mimi », levait début avril un coin du voile sur les dîners privés organisés entre Xavier Niel et le couple Macron un an avant la présidentielle. « Quand lors d’un dîner avec les Macron, j’ai entendu Brigitte se plaindre des paparazzis, explique ainsi tranquillement Niel à « Vanity Fair », je lui ai naturellement conseillé Mimi. » Et la journaliste Sophie des Déserts de préciser que c’est le patron du groupe « Le Monde » qui organisa la rencontre à son domicile. Un hôtel particulier du Ranelagh, où il réside avec la fille de Bernard Arnault, patron de LVMH et autre grand fan du petit prince Macron, dont le CAC 40 voulait faire son loyal gérant élyséen.

    Pourquoi aucun grand titre de la presse n’a-t-il trouvé utile d’enquêter sur ce genre de connivences menaçantes ? Pourquoi a-t-on eu au contraire l’impression étrange d’assister pendant toute cette campagne à un putsch démocratique au ralenti, avec un terrible sentiment d’impuissance ? Davantage qu’une intuition, c’est une certitude : si Emmanuel Macron devait être élu à la Présidence de la République, on se réveillerait en mai avec une nouvelle nuit du Fouquet’s, des révélations feuilletonnées sur toutes sortes de grands donateurs, des histoires de premier cercle rappelant les pires heures du sarkozysme, de collusions d’une ampleur inédite entre très gros intérêts industriels, médiatiques et financiers. Partout l’argent rode autour de cette candidature, tout le monde le sait. Lorsque les conditions concrètes qui ont présidé à cette mise sur orbite sortiront enfin dans la presse, post festum, car elles finiront par sortir, ces choses là finissent toujours par sortir, les Français n’auront alors plus que leurs yeux pour pleurer. Entre temps, l’ISF sur les grands patrimoines financiers aura été supprimé, le code du travail ravagé à coups d’ordonnances, les services publics sévèrement amputés, les dividendes toujours mieux reversés. Un véritable continent oligarchique est là encore à demi-englouti, prêt à surgir sous nos yeux le 8 mai prochain, et personne n’a jugé bon jusqu’ici de le dévoiler aux citoyens. Surtout pas ceux dont c’est en théorie le métier, à savoir les journalistes. Au moment où ces lignes s’écrivent j’aperçois la pétition d’absurdité que celles-ci recèlent : comment la presse entre les mains de ces messieurs pourrait-elle enquêter sur sa propre nocivité et a fortiori sur la leur ?

    https://seenthis.net/messages/592009 via Nidal


  • Les fenêtres de l’histoire, par Frédéric Lordon
    https://blog.mondediplo.net/2017-04-19-Les-fenetres-de-l-histoire #st
    https://blog.mondediplo.net/IMG/arton1856.jpg

    La première question est donc toute stratégique : va-t-on plus loin, ou moins loin, avec un élu qui affiche lui-même cette direction ? Et la seconde toute pratique : « on » sera-t-il suffisamment nombreux pour aider l’élu — et si nécessaire, le pousser au train — afin de convertir l’encre des programmes en réalité ? Si l’on en tient pour la comparaison avec 1981, il n’y a pas lieu d’être optimiste. Mais ça n’est pas la comparaison pertinente. Un paradoxe de plus (le dernier) veut que les deux situations diffèrent profondément par la propriété qu’elles ont en commun : être des fins de cycle. Mais ce sont deux choses diamétralement opposées qui finissent en l’un et l’autre cas. Dans un parfait contretemps politique, l’élection de Mitterrand venait fermer le cycle keynésien-fordien de l’État social : commencement de la grande régression néolibérale. Quelles mobilisations pouvait-il y avoir dans un tel contexte de recul et d’adversité idéologiques ?

    Trente-six ans plus tard, c’est le néolibéralisme lui-même qui arrive en bout de course, et fait lever une contestation internationale. Les données générales de la légitimité sont sur le point de basculer. Que le capital soit plus agressivement conquérant que jamais n’empêche pas qu’il est en train de perdre la bataille du bon droit. C’est bien d’ailleurs cette défaite, déjà consommée, qui crée la possibilité Mélenchon — comme elle créé, avec des bonheurs variés, des possibilités Sanders, Podemos, Corbyn, etc. Partout dans le salariat, jusque chez les cadres — normalement la base sociale même du système —, la colère se répand, l’abus capitaliste manifeste, généralisé, déboutonné, devient odieux.

    Si composite soit-elle, cette masse-là relève la tête. Une part d’elle investit le vote Mélenchon et ne lui donne pas d’autre sens que de mettre un terme à l’outrance du capital, peut-être même de le faire plier. Que ce sens puisse être en excès de ce que le candidat a lui-même le désir de faire et de combien, c’est ce que nous verrons. Mais, dans son orientation générale, l’investissement ne se trompe pas. Il se trompe d’autant moins qu’il a maintenant la conjoncture symbolique pour lui — et, partant, la possibilité de la transformer en conjoncture politique. Exercer la possibilité ou pas ? Voilà la seule question.

    1981-2017 : trente-six ans, comptions-nous. C’est long. L’histoire se montre parcimonieuse quand il s’agit d’ouvrir quelques fenêtres aux dominés. Mais il lui arrive de le faire, même si c’est sur le seul mode de l’entrebâillement. Sans doute les luttes sociales n’ont-elles pas à attendre que les fenêtres s’ouvrent toutes seules, et il leur arrive de les forcer elles-mêmes — 1968, 1995… Mais elles ne se portent pas plus mal quand quelqu’un vient leur tirer le loquet. La moindre des choses c’est de ne pas dormir à ce moment-là et, bien réveillé, de donner de l’épaule comme il faut, pour qu’enfin on respire.


  • Israël-Palestine, imbrication des mémoires opprimées | Dominique Vidal
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/udi-aloni-maitre-cineaste-des-memoires,1812

    Aujourd’hui 19 avril sort dans plusieurs salles à Paris et en régions Jonction 48, du cinéaste israélo-américain Udi Aloni. C’est la dernière étape d’une déjà longue carrière, jalonnée d’œuvres majeures, dont un chef d’œuvre : Forgiveness. Au cœur de l’univers du maître, l’imbrication des mémoires opprimées. David, jeune Américano-Israélien, adossé à un arbre, regarde immobile et les yeux hagards la cour de l’hôpital psychiatrique. Pas n’importe lequel : destiné aux survivants de la Shoah, Kfar Shaul se situe sur les (...) Source : Orient XXI

    https://seenthis.net/messages/592206 via Rezo


  • Les éditorialistes, des tuteurs de choix pour le lierre rampant des mélenchonistes - Ma vie au poste - Télérama.fr
    http://television.telerama.fr/television/les-editorialistes-des-tuteurs-de-choix-pour-le-lierre-rampant-d
    http://images.telerama.fr/medias/2017/04/media_156981/les-editorialistes-des-tuteurs-de-choix-pour-le-lierre-rampant-des-melenchonistes,M442053.jpg

    Les éditorialistes ont trouvé les responsables de la “dynamique Mélenchon” : les gens. Incultes, émotifs, irresponsables… Du “lierre rampant” (selon Christophe Barbier) tout juste bon à former des “masses populistes”.


  • Mayotte : reconfigurations coloniales
    http://mouvements.info/mayotte-reconfigurations-coloniales
    http://mouvements.info/wp-content/uploads/2017/03/Aigle_imperial-1200x630.jpg

    Le 1er janvier 2018, le code du travail sera déclaré applicable sur l’île de Mayotte, après des années de grèves régulières. Vue de l’hexagone, une telle décision semble ahurissante : comment justifier que, même dans un DOM, le code du travail ne soit pas encore en vigueur ? Cette disposition n’est pourtant qu’une des nombreuses normes juridiques qui ne soient pas encore appliquées sur cette île de l’archipel des Comores. Si l’État justifie cette différence dans le droit par la nécessité d’une adaptation aux spécificités de l’île, il est difficile de ne pas y voir les restes de la férule coloniale.


  • La police harcèle la famille de Mehdi : sa belle-sœur poursuivie pour avoir scandé des slogans en manif - Rebellyon.info
    https://rebellyon.info/La-police-harcele-la-famille-de-Mehdi-et-17706

    Le 28 janvier, se déroulait une marche blanche pour Mehdi, mort à Vénissieux en décembre. Pour avoir crié des slogans comme une centaine d’autres personnes présentes, L. est poursuivie pour outrage aux flics et devra passer en Maison de justice.


  • Procès d’intentions - CQFD, mensuel de critique et d’expérimentation sociales
    http://cqfd-journal.org/Proces-d-intentions

    On l’oublie parfois, mais le marteau du juge est du même métal que la matraque du policier. Les inconscients qui manifestent contre l’impunité des forces de l’ordre ont tout à craindre de la justice, surtout quand celle-ci a le pouvoir de voyager dans le temps et de vous condamner pour des faits que vous n’avez pas encore commis.


  • Julien Brygo, Olivier Cyran : « La merdification du travail concerne la majorité des secteurs » - regards.fr
    http://www.regards.fr/web/article/julien-brygo-olivier-cyran-la-merdification-du-travail-concerne-la-majorite-
    http://www.regards.fr/IMG/jpg/brygo-cyran-livre.jpg

    Avec leur livre Boulots de merde !, les journalistes Julien Brygo et Olivier Cyran élargissent la notion de Bullshit job et décrivent, au travers d’enquêtes sociales, un processus général de dévalorisation du travail.

    Le samedi 10 juin à 15 heures, Olivier Cyran sera présent à la librairie Terre des livres (86 Rue de Marseille Lyon 7e) à l’invitation des AMD pour parler de cet ouvrage.


  • La Grèce victime de l’entente entre le FMI et ses créanciers « Le Mouvement Réel
    https://lemouvementreel.com/2017/04/07/la-grece-victime-de-lentente-entre-le-fmi-et-ses-creanciers/?iframe=true&theme_preview=true
    https://lemouvementreelcom.files.wordpress.com/2017/04/20150624_164138.jpg?w=1200

    La Grèce et ses créanciers sont sur le point de trouver un « accord ». Il faudra encore faire des économies, cette fois à hauteur de 2 % du PIB. Athènes est encore une fois sacrifiée sur l’autel des intérêts de ses créanciers et de la fiction du « succès des réformes ». Une fuite en avant inquiétante.

    Venez débattre de la situation en Grèce et des résistances populaires contre l’étranglement....

    Projection débat - Dimanche 9 avril à 10 H 45
    "La tourmente grecque II. Chronique d’un coup d’Etat" de Philippe Menut

    AMD Lyon, en partenariat avec le Collectif de solidarité avec le peuple grec, Attac Rhône, le CADTM, le Comité lyonnais pour l’Audit de la dette publique, Les Éclaireurs et les Éclaireuses de France - Jean Bart.

    Débat en présence du réalisateur

    Cinéma Comoedia
    Avenue Berthelot
    Lyon 7e
    Tram T2 arrêt Centre Berthelot
    Entrée payante au tarif unique de 4,90€

    https://lesfilmsdumouvement.wordpress.com/le-film

    Un stand de vente de produits VioMe se tiendra dans le hall du cinéma


  • Référendum d’entreprise à RTE : 70% des salariés refusent un projet de la direction - Basta !
    http://www.bastamag.net/Referendum-d-entreprise-a-RTE-70-des-salaries-refusent-un-projet-de-la

    L’un des premiers « référendums d’entreprise », prévus par la loi Travail, entrée en vigueur le 1er janvier, vient de se dérouler. 4200 salariés de la branche maintenance de RTE, la filiale d’EDF en charge du réseau d’électricité haute tension, étaient invités à se prononcer sur un projet de la direction modifiant leurs temps et horaires de travail. Le texte, contesté par la CGT mais défendu par la CFDT et la CFE-CGC, prévoyait notamment la remise en cause partielle du principe de volontariat pour les « chantiers urgents ». Tout technicien, même s’il ne s’était pas déclaré volontaire, aurait ainsi pu être sollicité en urgence par la direction. Le projet réduisait également le « délai de prévenance », le délai d’intervention sur le terrain, de 7 à 1 jour.


  • Une multinationale pétrolière poursuit l’Italie pour avoir protégé son littoral - Basta !
    http://www.bastamag.net/Une-multinationale-petroliere-poursuit-l-Italie-pour-avoir-protege-son-lit

    C’est au tour de l’Italie d’être trainé en justice par une multinationale pétrolière. Son crime : vouloir protéger son littoral des risques d’une marée noire. L’Italie est poursuivie devant un tribunal d’arbitrage international par Rockhopper Exploration, une compagnie britannique pétrolière et gazière qui lui réclame des dommages et intérêts. En cause : l’interdiction votée par le Parlement italien en janvier 2016 de toute nouvelle activité d’exploration et de production à moins de 12 mille marins de la côte, soit une vingtaine de kilomètres [1].


  • Le pouvoir d’influence délirant des dix milliardaires qui possèdent la presse française - Basta !
    http://www.bastamag.net/Le-pouvoir-d-influence-delirant-des-dix-milliardaires-qui-possedent-la-pre
    http://www.bastamag.net/IMG/arton6137.jpg?1491324394

    Dix milliardaires ont pris le contrôle d’une grande partie des médias français. Ces oligarques, venus du BTP, de l’armement, du luxe ou de la téléphonie, ont accaparé les grands quotidiens nationaux, les chaînes de télévision et les radios, pour asseoir leur influence. Avec à la clé, conflits d’intérêts, censures, pressions, licenciements, ingérence malsaine... Cette concentration des moyens de production de l’information entre les mains de quelques uns met en péril l’indépendance de la presse dans notre pays. Et porte ainsi atteinte au fonctionnement démocratique. Comment garantir la liberté de l’information et le pluralisme de la presse ? Résumé d’une situation critique, à l’occasion de la campagne #LibertéEgalitéInformés.


  • Le Centre Primo Levi lance une campagne antidote contre le rejet des réfugiés | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/centre-primo-levi/blog/040417/le-centre-primo-levi-lance-une-campagne-antidote-contre-le-rejet-des
    https://static.mediapart.fr/files/2017/04/04/cover-nl.jpg

    Le 1er avril, le Centre Primo Levi - en partenariat avec six organisations et médias - a lancé la campagne #poisondavril2017 conçue comme un antidote aux discours xénophobes. Comment ? En diffusant chaque jour du 1er au 21 avril un message positif et factuel au sujet de l’accueil des réfugiés. L’objectif est aussi de remettre ce sujet dans le débat public à l’occasion de l’élection présidentielle.


  • APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

    Février 2017

    Nous, psychiatres et médecins du Centre Hospitalier le Vinatier 69500 BRON, au nombre de 166 signataires, sommes confrontés actuellement à une dégradation des conditions de prise en charge des patients. Nous exprimons notre très grande inquiétude sur l’avenir des missions de la psychiatrie publique, nos craintes à pouvoir maintenir des soins de qualité et de proximité dans les dispositifs de secteur et à prendre en charge les populations les plus démunies.

    La mutualisation de moyens et l’organisation en Pôles de 2011/2012 (Loi HPST) avaient peut-être donné à certains l’espoir que cette restructuration serait utile et pérenne. C’était sans compter sur la tyrannie des économies comptables, véritable rouleau compresseur, faisant fi des besoins des patients. Les directeurs d’hôpitaux exécutent les injonctions des ARS qui exécutent les ordres du ministère, au nom d’impératifs financiers dont nul ne se risquerait à comprendre le sens véritable et le but ultime. Si ce n’est l’inexorable démantèlement de la médecine hospitalière depuis vingt ans, tous gouvernements confondus.

    Une nouvelle feuille de route pour les hôpitaux est tombée fin 2016 : l’ONDAM* a décidé une diminution des dépenses de santé de 3 milliards et demi pour l’année 2017 et sur ces trois milliards et demi la réduction des dépenses sera de 1,7 milliards pour les hôpitaux publics en 2017. Mutualisation, fusion de services ont presque atteint leurs limites ; c’est donc sur les réductions d’activités (fermetures de lignes de soins) et sur la réduction des effectifs (non remplacement des départs en retraite) que se feront les économies à venir. Nous assistons à la paupérisation globale de l’offre de soins, à la mise en place de conditions de travail de plus en plus éprouvantes (accroissement de la souffrance au travail), à la perte des solidarités et au lent naufrage de nos valeurs et engagements cliniques. Ces coupes réglées impactent directement nos pratiques et nos convictions.

    Alors qu’au quotidien nous débattons de toutes ces questions, beaucoup s’interrogent sur le silence de la communauté médicale. Est-ce un effet de sidération au sein d’instances qui n’ont plus aucun pouvoir ? Est-ce un positionnement réaliste, où afin de préserver une cohérence clinique, nous désignerions nous-mêmes ce qu’il faut amputer de ci de là, en espérant que le malade survive ? (« choix » à soumettre bien sûr aux autorités de tutelle). Les mesures pour 2017 sont en partie déjà arrêtées (fermeture d’unités, fusion de structures, rendu de temps soignant). Ne nous leurrons pas : ces exercices de restriction seront à répéter en 2018 et 2019, et dans les années à venir. Où se situe donc le curseur du tolérable ? Est-il possible d’aller plus loin dans cette voie au point de finir exsangue ?

    L’argument le plus entendu est : « nous n’avons pas le choix, si nous ne le faisons pas ce sera pire ». Est-ce que le pire n’est pas déjà là ? Devons-nous accompagner en silence ces mesures de restrictions ? N’est-il pas temps de désapprouver des choix budgétaires et politiques qui vont à l’encontre de notre engagement médical auprès des patients ? Nous avons encore le choix d’affirmer une position clinique, citoyenne et politique, celle de la défense de l’hôpital public et du refus de son démantèlement. L’Hôpital ne peut pas être considéré comme une entreprise et n’a pas vocation à être rentable. Une médecine publique de qualité est un choix de société, un investissement pour lequel une société engage les moyens nécessaires.

    * ONDAM : Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie.


  • RAPPORT : Les liaisons dangereuses des banques et assurances françaises avec la colonisation israélienne - Collectif 69 de soutien au peuple Palestinien - Association Action Palestine Lyon
    http://collectif69palestine.free.fr/spip.php?article1095

    Plusieurs organisations (Association France Palestine Solidarité, CCFD – Terre Solidaire, Fair Finance France, FIDH, LDH, Solidaires, CGT et Al-Haq) publient aujourd’hui un rapport sur « Les liaisons dangereuses des banques et assurances françaises avec la colonisation israélienne ». Il met en lumière les liens entre certaines banques et assurances françaises et des banques et entreprises israéliennes impliquées dans le maintien et le développement des colonies israéliennes.


  • De Damas à Paris, itinéraire d’un enfant de la révolution
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/de-damas-a-paris-itineraire-d-un-enfant-de-la-revolution,1790

    Haytham Al-Aswad est un jeune réfugié syrien arrivé en #France en 2012. C’est son histoire, à la fois tragique et porteuse d’espoir, que raconte le #Roman_graphique Haytham, une jeunesse syrienne, publié en septembre 2016. Le journaliste Nicolas Hénin en a écrit le scénario et le dessinateur Kyungeun Park l’a mis en images. Comment raconter le drame syrien quand on sait que le sujet divise, tant les opinions sont tranchées ? Journaliste et spécialiste du monde arabe, Nicolas Hénin opte pour le roman (...)

    #Lu,_vu,_entendu

    / #Syrie, France, #Conflit_syrien, #Réfugiés, Roman graphique

    « http://www.dargaud.com/Le-Mag/Actualites/Interview-de-Nicolas-Henin-le-scenariste-reporter »
    « http://www.dargaud.com/Le-Mag/Actualites/Haytham-une-jeunesse-syrienne-par-le-dessinateur-Kyung-eun-Park »