• Gilets jaunes : « La déroute prévisible d’une politique fiscale injuste »
    https://www.bastamag.net/Gilets-jaunes-La-deroute-previsible-d-une-politique-fiscale-injuste

    La contestation des gilets jaunes entre dans sa quatrième semaine. Selon Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, elle ne pourra se calmer qu’à deux conditions : que chacun mette la main à la poche en fonction de ses revenus, ce qui n’est aujourd’hui pas le cas, les catégories les (...)

    Gilets jaunes : où va le mouvement ?

    #Gilets_jaunes_:où_va_le_mouvement ?_




  • Dépenses publiques : la politique du ciseau
    http://www.alternatives-economiques.fr/depenses-publiques-politique-ciseau/00086233

    Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s’était engagé à baisser les dépenses publiques de 60 milliards d’euros par an et à supprimer 120 000 emplois publics, dont 50 000 au niveau de l’Etat. Arrivé au pouvoir, le nouveau président s’est attelé à la tâche dès 2018, mais il prévoit d’accélérer nettement en 2019 et 2020. Il programme même d’en faire plus en matière de baisse des dépenses, puisqu’il veut les ramener (hors crédits d’impôts) de 55,1 % du produit intérieur brut (PIB) en 2017 à 51,8 % en 2022, soit une baisse de 80 milliards d’euros.

    #Économie


  • Estonie : bus gratuits sur l’ensemble du pays, une première européenne - Sciencesetavenir.fr
    https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/estonie-bus-gratuits-sur-l-ensemble-du-pays-une-premiere-europeenne
    https://www.sciencesetavenir.fr/assets/img/2018/07/26/cover-r4x3w1000-5b59bcebb2995-1c1bffb5f2f108381d0affdeaf2e5e3fa21d9cf2-jpg.jpg

    « Nous cherchions comment animer les régions rurales, arrêter l’exode vers les villes », a indiqué à l’AFP Mme Simson, soulignant que le programme est le fruit de discussions entre le gouvernement central et les comtés.

    « Au niveau d’un comté, le transport gratuit par bus vise principalement à créer des possibilités pour la #mobilité des habitants des régions rurales, afin de leur garantir l’accès aux services quotidiens », a-t-elle précisé.

    #transport #ruralité #égalité

    https://seenthis.net/messages/710806 via Agnès Maillard


  • Violences du 1er-Mai : une seule condamnation

    https://www.nouvelobs.com/societe/20180505.OBS6246/violences-du-1er-mai-une-seule-condamnation.html

    Tout ce tapage pour ça ? Qualifiées de « noyau dur » du black bloc par le préfet de police, les gardés à vue du 1er-Mai s’apparentaient plutôt à « une foule de badauds » jeudi et vendredi en comparution immédiate, ont ironisé les avocats de la défense.

    https://media.nouvelobs.com/referentiel/1200x630/16509627.jpg

    A minima déférés pour « groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations », les prévenus qui ont défilé dans le box hier étaient cette fois apprenti cuisinier, ex-artisane dans un atelier de vitrail, étudiants en licence. La veille, ils étaient centralien, productrice dans le cinéma, fils de chercheur au CNRS… « Mais qu’est-ce que c’est que cette mise en scène ? », soupire une avocate de la défense après l’audience.

    « Il semble que vous étiez vêtu de noir », grince le président de l’audience en lui tendant une photo de lui le jour J. « La photo est en noir et blanc M. le président, permettez-moi de vous la présenter en couleurs », rebondit l’avocat, démontrant que son client portait en réalité une veste verte turquoise. « Je m’habille justement de manière visible en manif car il m’arrive de prendre des photos en manif. J’avais en tête l’image des fumigènes de la CGT, donc j’ai pensé pouvoir faire de chouettes images avec le mien… », déclare l’intéressé.

    Le tribunal finira par le relaxer du chef de « groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations ». En revanche, il est condamné à 1.000 euros d’amende pour le port de son fumigène.

    « Pourquoi aviez vous une écharpe sur vous mademoiselle ? », l’interroge la procureure. « J’ai eu peur d’avoir froid dans la journée », répond-patiemment la prévenue. Et le masque ? « Je l’ai mis à partir du moment où nous avons reçu des lacrymogènes ». « Vous étiez donc dans le cortège de tête ? » "Non, nous étions derrière. On était dans la rue, il y avait du vent, il me semble que le vent a transporté ces gaz".

    https://seenthis.net/messages/692013 via enuncombatdouteux


  • Qui est l’oligarque tchèque qui rachète les magazines Elle et Marianne ? - Basta !
    https://www.bastamag.net/Qui-est-l-oligarque-tcheque-qui-rachete-les-magazines-Elle-et-Marianne

    Après les grandes fortunes françaises, voilà que la presse hexagonale intéresse les oligarques est-européens. Daniel Kretinsky, milliardaire tchèque – dont le patrimoine s’élève à deux milliards d’euros selon le classement Forbes – propriétaire d’un groupe énergétique, est en train de racheter une partie des titres de presse de Lagardère – dont Elle et France Dimanche – ainsi que l’hebdomadaire Marianne [1]. Daniel Kretinsky a déjà racheté à Lagardère les radios que le groupe français possédait en République tchèque, en Slovaquie, en Pologne et en Roumanie.


  • Facebook Is Demanding Personal Information From Political Advertisers, Raising Privacy Concerns
    https://theintercept.com/2018/04/26/facebook-is-demanding-personal-information-from-political-advertisers-

    The social media company will require address verification, an identification scan, and last four digits of your Social Security number. The post Facebook Is Demanding Personal Information From Political Advertisers, Raising Privacy Concerns appeared first on The (...)

    #Free_Medias


  • Nouveaux « indices de présence » de matériel militaire français au Yémen et demande d’ouverture d’une enquête parlementaire
    https://www.fidh.org/fr/regions/maghreb-moyen-orient/yemen/nouveaux-indices-de-presence-de-materiel-militaire-francais-au-yemen?var_mode=

    Dans une nouvelle note publiée aujourd’hui, l’Observatoire des armements, la FIDH, la LDH et SAF révèlent des « indices de présence » de matériel militaire français utilisé par la coalition saoudienne au Yémen, et soulignent les incohérences du système français de ventes d’armes. Ce dernier privilégie l’opacité et la mainmise de l’exécutif, au détriment d’un réel contrôle démocratique. Source : FIDH

    https://seenthis.net/messages/684472 via Rezo


  • De nouveaux acteurs pas très sociaux
    http://www.leravi.org/spip.php?article2979

    Dans le sillage d’une approche gestionnaire imposée par les pouvoirs publics, l’urgence sociale a été investie par l’entreprenariat #Social. Les acteurs traditionnels dénoncent leurs méthodes et finalités purement financières. Vous pouvez lire gratuitement cette archive du Ravi. Mais l’avenir du (...)

    Social


  • Deux docus sur Brassens un peu particuliers.

    Le regard de Georges Brassens
    Une documentaire basé entièrement sur de nombreuses images tournées par Brassens lui-même, car il a très tôt eu une caméra, même avant son succès quand il était très pauvre, et il adorait filmer son quotidien. Jusqu’à ce qu’il devienne célèbre et qu’il ne sorte plus de chez lui…
    https://www.youtube.com/watch?v=pexEyHksjZs

    Georges Brassens - Pourquoi t’as les cheveux blancs ? (1973)
    Un vrai-faux documentaire d’époque, de 1973, où dans un petit village de campagne hors du temps, un jeune garçon un peu dur n’arrête pas de lui poser des questions, auxquelles il répond, entrecoupé de chansons pas des plus connues.
    https://www.youtube.com/watch?v=fCiGpbEu6Ts

    #musique #chanson #Georges_Brassens #documentaire #vidéo

    https://seenthis.net/messages/679534 via RastaPopoulos


  • L’art de la mémoire est-il à l’origine du fantastique ? | InternetActu
    http://internetactu.blog.lemonde.fr/2017/12/10/lart-de-la-memoire-est-il-a-lorigine-du-fantastique

    Ce qui caractérise un grand nombre de civilisations traditionnelles, explique-t-elle, est la prodigieuse mémoire possédée par leurs Anciens. Ainsi, nous rappelle-t-elle, les Navajos sont-ils capables de se remémorer jusqu’à 700 insectes avec leur aspect, habitat, leur comportement… et les Mangyans des Philippines seraient en mesure de reconnaître 1625 plantes différentes, dont certaines inconnues de la science occidentale.

    Et bien entendu, leurs connaissances vont bien au-delà des insectes ou des plantes. Les Anciens de ces peuples seraient capables d’accomplir les mêmes exploits de mémoire dans tous les domaines de leur environnement…

    Mais l’#art_de_la_mémoire des peuples premiers est assez différent – et plus complexe – que celui des orateurs de l’Antiquité ou des penseurs de la Renaissance. D’abord, il est multimédia : il implique chant, danses et histoires mythiques variées. Ensuite, le « #palais_de_mémoire » n’est autre que l’environnement dans lequel vivent ces populations. C’est en se déplaçant au sein de leur milieu naturel que les « anciens » de ces tribus sont capables de réactiver leurs connaissances liées à des lieux précis. C’est ainsi que procèdent les #aborigènes avec leurs « #pistes_de_chant ».

    « Une piste de chants, nous dit Kelly, est une séquence d’emplacements, pouvant, par exemple, inclure les roches qui fournissent les meilleurs matériaux pour les outils, ou un arbre important ou un trou d’eau. Ces pistes sont beaucoup plus qu’une aide à la navigation. À chaque emplacement, un chant, une histoire, une danse ou une cérémonie sont exécutés, et seront toujours associés à cet emplacement particulier, physiquement et en mémoire. Une piste de chants constitue donc une table des matières pour l’ensemble d’un système de connaissances, qui peut être consultée en mémoire et physiquement. »
    Certaines de ces pistes de chant peuvent couvrir des distances de plus de 800 kilomètres…

    un peu de la #cartographie

    This ancient mnemonic technique builds a palace of memory
    https://aeon.co/ideas/this-ancient-mnemonic-technique-builds-a-palace-of-memory
    https://omicron.aeon.co/images/ba896242-e493-42bb-8218-bb515f17f919/idea_sized-brooklyn_museum_76_20_4_lukasa_memory_board.jpg

    https://seenthis.net/messages/674690 via odilon


  • L’invisibilité des monstres agresseurs de femmes | André Gunthert
    http://imagesociale.fr/5874

    https://rezo.net/local/cache-vignettes/L81xH120/arton237169-56955.jpg

    Test de réception grandeur nature : la campagne contre le harcèlement des transports parisiens, qui met en scène des prédateurs agressant des femmes, a suscité des réactions de mécontentement ou de malaise, essentiellement centrées sur la critique de l’animalisation des harceleurs, ou de la criminalisation d’animaux innocents (voir mon relevé sur ce blog1). Mais aucun commentaire, à ma connaissance, n’a évoqué la proximité de ces affiches avec une figure très présente de la culture populaire : celle des monstres agresseurs de femmes. Source : L’image sociale

    https://seenthis.net/messages/676128 via Rezo


  • http://www.kinopitheque.net/wp-content/uploads/2013/11/Charulata.jpg
    Charulata ; Satyajit Ray ; 1964
    Oulala j’ai visé un peu haut pour la reprise des critiques à 2 balles. Pas très malin.
    On a beau aimé le cinéma et le défendre, je veux dire tous les cinémas, il y a quand même des codes et des habitudes. Il faut bien comprendre que pendant deux mois, ma plus proche amie a été la TNT...c’est dire les dégâts.
    Enfin bon ça fait quand même un bien fou de voir un aussi beau visage filmé longtemps et calmement surement d’ailleurs à la taille de la fiction de Satyajit.
    Alors voilà disons que c’est un petit peu « au début elle est froide mais après elle est bonne ». Donc au début c’était plutôt difficile de m’adapter et de rentrer dedans. Charulata est mariée elle est riche et elle s’ennuie. Elle regarde le monde autour d’elle mais disons qu’elle a tellement de charme que le spectateur est embarqué calmement et est épanoui dans son univers d’ennui. Et puis aussi elle chante vachement bien. Ca fait du bien de voir des films indiens qui ne gigotent pas dans tous les sens en chantant des morceaux qu’on imagine bien débile.
    Et au bout d’1h30 tu la vois la force du cinéma dans ta gueule, Charulata est triste, et elle pleure et mon dieu tu sais pas vraiment pourquoi mais toi tu pleures aussi...

    #cinéma #Charulata #Satyajit_Ray #1964 #B&W #Inde #critique_a_2_balles
    https://www.youtube.com/watch?v=EtpivRiw1W8

    http://seenthis.net/messages/472399 via Rémi Gendarme


  • De l’automatisation des inégalités

    "Dans une récente tribune pour le New York Times, l’avocate Elisabeth Mason (@elismason1), directrice du Laboratoire pauvreté et technologie qui dépend duCentre sur la pauvreté et l’inégalité de Stanford (@CenterPovlneq) soulignait que le Big data et l’intelligence artificielle étaient amenés à être des outils puissants pour lutter contre la pauvreté.

    Les grands ensembles de données peuvent désormais être exploités pour mieux prédire l’efficacité des programmes d’aides et les évaluer. « Le big data promet quelque chose proche d’une évaluation impartiale, sans idéologie, de l’efficacité des programmes sociaux », explique-t-elle en rêvant d’une société parfaitement méritocratique, tout entière fondée sur la « preuve de ce qui marche » (Evidence-based policymaking).

    Un propos qui pourrait paraître un peu naïf, si on l’éclaire par le livre que vient de publier la spécialiste de science politique, Virginia Eubanks...

    Eubankshttp://www.internetactu.net/2018/01/15/de-lautomatisation-des-inegalites ?


  • Daniel Lindenberg : « Loin de reculer la révolution conservatrice se voit favorisée »

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/14/daniel-lindenberg-loin-de-reculer-la-revolution-conservatrice-se-voit-favori

    Dans un entretien qu’il a accordé au « Monde » quelques semaines avant son décès survenu le 12 janvier, l’historien des idées analyse l’état des forces du courant « néoréactionnaire » depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron.

    http://img.lemde.fr/2018/01/12/760.5/0/1868/1245/534/0/60/0/9d3c577_5712505-01-06.jpg

    Quelque temps après la victoire d’Emmanuel Macron, et observant le désappointement du courant que Daniel Lindenberg qualifiait de « néoréactionnaire » vis-à-vis d’un président qui réhabilitait le « progressisme » face au « conservatisme », Le Monde avait proposé à l’historien des idées de réaliser un entretien sur le sujet. La maladie contre laquelle il luttait, tout comme le rythme de l’actualité, avait reporté ce projet. L’interview se fit par mail à la fin du mois de décembre 2017. Nous publions ci-dessous ce dernier entretien dans lequel Daniel Lindenberg montre, une nouvelle fois et malgré les circonstances, qu’il était un intellectuel capable de mettre la plume dans la plaie et de faire vivre le débat tout comme la République des idées.

    La présidence d’Emmanuel Macron signe-t-elle une défaite – même momentanée – des néoréactionnaires, qui avaient, lors de la présidentielle, soit opté pour François Fillon, soit pour Marine Le Pen ?

    Parler de défaite serait imprudent, surtout dans la mesure où vous choisissez comme critère les résultats électoraux. En réalité, c’est le coup d’arrêt donné à la progression jugée irrésistible de la dynamique néoréactionnaire qui a changé au moins pour un temps le climat idéologique en réhabilitant, par exemple, l’adjectif « progressiste » face à ce que le président appelle « conservatisme » et qui n’est pas obligatoirement une catégorie politique, mais une ouverture vers un optimisme jusque-là disqualifié.

    Il n’est plus honteux aujourd’hui de penser que les nouveaux réacs ne sont pas « dans le sens de l’histoire », vu qu’ils représentent une survivance d’idées rétrogrades, y compris chez des penseurs que l’on se plaît à classer comme progressistes. Mais cette bouffée d’optimisme reste fragile car il faut tenir compte du climat particulier de l’élection de Macron et de l’absence, par exemple, d’intellectuels de référence qui porteraient au même niveau d’autorité la nouvelle parole « progressiste ». Peut-être trouvera-t-on des éléments possibles dans le livre de Michel Serres C’était mieux avant ! [Le Pommier, 96 p., 5 €].

    La réhabilitation du progressisme au détriment du conservatisme par le président de la République marque-t-elle le début de la fin d’une hégémonie intellectuelle, celle de la « révolution conservatrice » en cours ?

    Ce qui précède explique qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, et que quelques propos isolés contredisent par ailleurs d’autres du président et n’annoncent nullement un quelconque renversement global, ce qui, d’ailleurs, ne serait pas dans ses possibilités. Il suffit de penser au succès très net de la mouvance Charlie Hebdo contre le bloc beaucoup moins puissant qui soutient Edwy Plenel et Mediapart pour se convaincre que, sur les questions toujours centrales de l’islam et de la soi-disant laïcité, le rapport de forces n’est pas prêt d’être renversé.

    Emmanuel Macron et certains ministres de son gouvernement n’ont-ils pas, par ailleurs, récupéré des éléments de langage du néoconservatisme ambiant ?

    C’est un fait que le discours de certains ministres du président, je pense à Jean-Michel Blanquer dans le domaine de l’éducation ou encore celui de Gérard Collomb dans celui de l’islam et de la laïcité, n’est nullement en rupture avec les éléments de langage les plus rétrogrades sur ces questions. Ce qui entretient pour le moins la confusion ; cette confusion permet que ce soient les mêmes intellectuels qui soient plébiscités par des organes de droite comme Le Figaro, La Revue des deux mondes, Le Point, Valeurs actuelles et des organes réputés encore être de Gauche (L’Obs, Marianne et France-Culture).

    Comment expliquez-vous la banalisation des interviews d’intellectuels de gauche dans la revue « Eléments » ?

    La revue Eléments a été créée par les intellectuels d’extrême droite qui, voyant la stérilité des stratégies de la violence, ont privilégié ce qu’ils appellent « le combat des valeurs », c’est-à-dire la séduction par la supériorité des arguments (ou de l’argumentation). Les intellectuels de gauche sont flattés par cette attention qui leur est portée par les représentants en pointe de la révolution conservatrice. Ils éprouvent la sensation toujours enivrante de dîner avec le diable tout en sortant d’un certain ghetto. La revue Eléments, créée en 1975, remplit depuis des années cette fonction qui avait d’abord été celles de revues communistes ou communisantes (La Pensée, La Revue internationale).

    Les intellectuels progressistes ont-ils un nouvel espace pour contrer les néoréactionnaires, comme l’a illustré le succès de « Histoire mondiale de la France » ?

    En effet, le succès d’ouvrages à vocation encyclopédiques comme L’Histoire mondialede la France, sous la direction de l’historien progressiste Boucheron, est un signe encourageant. Le fait que cette nouvelle école se soit affranchie à la fois de la vulgate rétrograde ou spiritualiste et des débris des dogmatismes marxistes ouvre des perspectives inespérées pour en finir avec les chaînes de la période précédente, que symbolisaient le choix impossible entre islamophobie et Indigènes de la République. Ce choix n’est sûrement pas celui de Macron, mais on peut lui accorder que c’est lui qui a permis d’échapper à ce dilemme mortifère.

    La nouvelle donne géopolitique mondiale n’offre-t-elle pas une opportunité aux partisans de l’émancipation et des sociétés ouvertes ?

    Bien sûr, comme le dit la sagesse populaire, lorsqu’on a touché le fond, on ne peut que remonter, mais dans le cas d’espèce, cette nouvelle donne géopolitique ou géo-idéologique n’offre à mon sens que des raisons de désespérer, au moins pour une certaine période. Loin de reculer, la révolution conservatrice se voit favorisée par les effets conjugués des mises en cause de ce que ses ennemis appellent sans beaucoup de rigueur les idéologies du progrès prétendument attribuables essentiellement aux deux guerres mondiales. Je veux dire les conséquences positives qu’on a tirées des deux guerres. Ces dernières ont plongé notre époque dans un cercle vicieux. L’optimisme que présuppose votre question me paraît largement injustifié. Ce n’est pas la perspective de nouvelles révolutions démocratiques devant laquelle nous nous trouvons placés mais pour aller au pire la perspective effrayante d’une apocalypse nucléaire.

    https://seenthis.net/messages/659871 via enuncombatdouteux


  • "Le déclin des activités de financement des petites entreprises américaines en milieu rural

    Les banques sont en train de fermer des succursales et d’accorder des crédits dans les zones rurales d’Amérique, en se concentrant plutôt sur des marchés urbains en plein essor ;(...) une condamnation à mort
    Par Ruth Simon et Coulter Jones

    https://www.wsj.com/articles/goodbye-george-bailey-decline-of-rural-lending-crimps-small-town-business-15142

    « Si vous n’êtes pas une grande entreprise avec des tonnes d’actifs et un grand compte bancaire, » dit Mme Baker, « ils vous oublient. »