• Contrairement aux hiéroglyphes qui furent déchiffrés par Champollion en 1822, l’alphabet libyque, ancêtre de l’écriture #tifinagh propre aux Touareg, n’a pas encore révélé ses secrets. Celui-ci demeure indéchiffrable comme les mythes de l’Ancien Mexique.
    https://scontent.fbru2-1.fna.fbcdn.net/v/t1.0-9/26239123_1825345307506498_8446551504931346930_n.jpg?oh=15ba00caf3a357fba03f6561d20069e6&oe=5AE472E3

    https://seenthis.net/messages/661229 via Palestine | فلسطين


  • [1705.08039] Poincaré Embeddings for Learning Hierarchical Representations
    https://arxiv.org/abs/1705.08039

    Representation learning has become an invaluable approach for learning from symbolic data such as text and graphs. However, while complex symbolic datasets often exhibit a latent hierarchical structure, state-of-the-art methods typically learn embeddings in Euclidean vector spaces, which do not account for this property. For this purpose, we introduce a new approach for learning hierarchical representations of symbolic data by embedding them into hyperbolic space — or more precisely into an n-dimensional Poincar\’e ball.

    https://arxiv-sanity-sanity-production.s3.amazonaws.com/render-output/35618/plot_wn_mammals_converged_crop.png

    #maths #hiérarchie #machine-learning

    https://seenthis.net/messages/660990 via Fil




  • Zaï zaï zaï | Megacombi
    http://audioblog.arteradio.com/post/3082810/zai_zai_zai_zai

    L’idée a germé simultanément dans les cerveaux de Flobé et du Frigo au printemps 2017 : faire une version radio de la célèbre BD de Fab Caro « Zai zai zai zai ». Toute l’équipe a sauté de joie. Alors Flobé et le Frigo ont adapté le road movie et l’ont réalisé avec Zebrilde. Tout a été tourné un week-end de Juillet dans une maison à la campagne malgré la mauvaise blague des chasseurs du coin qui ont installé un bal’trap à 150 mètres de la maison le même jour (des supers conditions de tournage !). Encore quelques mois de post prod et voici enfin notre méga production de la saison ! Durée : 1h. Source : Radio Canut

    http://sons-audioblogs.arte.tv/audioblogs/sons/3012947/3085084_MegaCombi341-PT234-10012018_PAD_Zai_zai_zai_zai.mp3

    https://seenthis.net/messages/658855 via Rezo


  • L’école Polonaise de l’affiche, 10-26 janvier, à #Montpellier
    http://www.la-fenetre.com/prochains-rdv/item/328-l-ecole-polonaise-de-l-affiche

    Dans la Pologne communiste des années 50, l’affiche est une des rares formes d’expression tolérée et financée par l’état, un mouvement artistique particulier à La Pologne se développe et de nombreux artistes apposent leurs signatures sur des affiches de cinéma mais aussi de théâtre, d’opéra, de cirque, de musique … Une sélection d’affiches de cinéma issues de la collection de la cinémathèque Euro-régionale Jean Vigo de Perpignan.

    Pour comprendre le phénomène des affiches polonaises, il faut rappeler le contexte historique et politique de la naissance du mouvement : Dès 1945 et La Libération, le gouvernement nationalise le secteur cinématographique. Il entend contrôler ce médium populaire à large diffusion et, dès lors, toutes les questions relatives à la création, à la production et à la distribution des films seront placées sous le contrôle d’agences d’Etat.

    À partir des années 1950, les deux principales structures chargées de la communication et la diffusion des films (Film Polski - le film Polonais, et Centrala Wynajmu Filmów - la centrale de location des films), demandent à des artistes, issus pour beaucoup de l’Ecole des beaux-Arts de Varsovie, de concevoir les affiches des films diffusés dans le pays. Pour des questions idéologiques et de la faible valeur monétaire du zloty, la moitié des films programmés sont issus du bloc soviétique. Il s’agit également de récréer des visuels pour les films étrangers, dont les affiches originales sont interdites. L’affiche devient de fait une des rares formes d’expression tolérée et financée par l’état, un mouvement artistique particulier à La Pologne se développe et de nombreux artistes apposent leurs signatures sur des affiches de cinéma mais aussi de théâtre, d’opéra, de cirque, de musique …

    Dans le domaine du cinéma, dans ce contexte de nationalisation annihilant les enjeux de concurrence, les affiches sont produites et diffusées en faible nombre. Pas d’affichage de rue, elles sont réservées aux salles, n’ont pas de fonction publicitaire et s’émancipent souvent des contraintes informatives : c’est l’esthétique qui prime sur tout le reste.

    Paradoxalement et alors que la programmation est, elle, très encadrée, les artistes sont souvent laissés libres de leur création. Les œuvres peuvent être abstraites, métaphoriques voire subversives et faire de discrètes allusions à la situation politique du pays, déjouant la vigilance des censeurs souvent incapables de « lire entre les lignes »

    En 1989, Le mouvement Solidarnosc re-privatise nombres de secteurs économiques et notamment celui de l’industrie cinématographique, Les affiches imposées par les grandes firmes internationales reprennent alors leur droits...

    Mais L’Ecole de l’affiche polonaise de Cinéma reste dans l’Histoire graphique et visuelle mondiale, avec quelques grands noms comme Jan Lenica, Jakub Erol, Romuald Socha, Jerzy Flisak ou Franciszek Starowieyski...

    Dans la Gazette, le Belmondo de Hanna Bodnar :
    https://i.pinimg.com/236x/ba/7b/6d/ba7b6dad34d06f983a6eb04e7ee5605c--hanna-movie-posters.jpg

    Puis : Roman Cieslewicz, « contre la pollution de l’œil », 11 janvier au 24 mars, à La Fenêtre.
    http://www.la-fenetre.com/prochains-rdv/roman-cieslewicz

    https://seenthis.net/messages/657490 via ARNO*


  • Une petite anecdote qui a fini de me décider à déguerpir de Facebook ./
    J’étais pendant les fêtes à Amsterdam. Un gros problème là-bas est de garer sa voiture. Il existe quelques parkings abordables en périphérie (10€/jour), sinon c’est 4€ par heure, mais y entrer est un parcours du combattant…

    1 ) Pour s’inscrire, il faut installer une app spéciale sur son smartphone. Problème, sur Googleplay, on vous dit que l’app n’est “pas disponible dans votre pays”. Pourtant, j’étais devant la porte du parking. Alors j’ai tenté pendant 1/2 heure de modifier les paramètres de mon smartphone, sans succès.
    2)Face à la porte en fer, pas âme qui vive. Sur le site en néerlandais, on me dit que pour contacter le helpdesk, il faut le faire via Facebook, via Instagram (!), ou bien appeler un numéro via Whatsapp (note : toutes ces société appartiennent à Facebook). J’appelle. C’est un répondeur en néerlandais, personne de vivant.
    3) Après une autre 1/2 heure passée à éplucher le site du fournisseur, je tombe finalement sur un numéro de téléphone normal. Une voix humaine répond et elle parle même anglais. Finalement, elle m’indique la manière de contourner tout ce bordel, ça prend encore une 1/2 heure. La personne en question n’était même pas certaine que ça marche, mais finalement la porte du garage s’ouvre enfin !
    4) Une fois entré dans le garage, impossible de ressortir si l’app n’est pas installée sur le smartphone. Bloqué, il faut que je rappelle à nouveau. Pour reprendre la voiture, c’est le même cinéma, etc.

    Bref, dans le monde merveilleux qui se fabrique sous nos yeux “tout ce qui ne compute pas n’existe pas”. Et ce n’est pas n’importe quelle computation. Elle est centralisée entre les mains de quelques surfeurs californiens. Pour garer sa voiture en hollande, il faut passer par la Silicon valley ! C’est ça le e-facisme. Je ne veux pas donner ne serait-ce que l’ombre de mon consentement à ce monde là.http://perspective-numerique.net/wakka.php?wiki=QuitterFacebook

    https://seenthis.net/messages/656948 via olivier auber


  • North Korean EMP Attack Would Cause Mass U.S. Starvation, Says Congressional Report (octobre 2017)
    https://www.forbes.com/sites/brucedorminey/2017/10/23/north-korea-emp-attack-would-cause-mass-u-s-starvation-says-congressional-re

    The consequences of such a detonation would be dire.

    “The U.S. can sustain a population of 320 million people only because of modern technology,” said Pry. “An EMP that blacks-out the electric grid for a year would [decimate] the critical infrastructure necessary to support such a large population.”

    In three days, the food supply in local grocery stores would be consumed and the 30-day national food supply in regional warehouses would begin to spoil, says Pry. In one year, he contends that up to 90% of the population could perish from starvation, disease and societal collapse.

    After generating gamma-rays that interact with air molecules in Earth’s stratosphere, a so-called fast pulse EMP field of tens of kilovolts would only last a few hundred nanoseconds.

    But in the event of such an attack, aircraft electronics would be fried, as well as electronics in air traffic control towers, and navigation systems , says Pry. “Airliners would crash killing many of the 500,000 people flying over North America at any given moment,” he said.

    Pry says electro-mechanical systems which regulate the flow of gas through pipelines would spark; causing the gas to ignite and result in massive firestorms in cities and large forest fires.

    There would be no water; no communications; and mass transportation would be paralyzed, says Pry. In seven days, he contends that reactors in U.S.’ nuclear power plants would essentially melt down, spreading radioactivity across most of the nation.

    Reprise dans NewsWeek :
    http://www.newsweek.com/could-north-korean-emp-attack-could-cause-mass-starvation-and-societal-691

    Explication dans Popular Mechanics :
    http://www.popularmechanics.com/military/weapons/news/a28425/emp-north-korea

    Quelqu’un a des infos là-dessus ?

    https://seenthis.net/messages/656240 via Nidal




  • #BalanceTonPorc : la libération de la parole sous caution médiatique | Pauline Perrenot
    http://www.acrimed.org/BalanceTonPorc-la-liberation-de-la-parole-sous

    Le traitement médiatique – massif – de ce mouvement interroge à bien des titres : de quoi parlent les médias depuis le lancement du hashtag ? Comment parlent-ils des violences ? À qui donnent-ils la parole ? Comment les journalistes traitent-ils des cas de violences et de harcèlement mis en lumière dans leurs propres rédactions ou dans des structures « concurrentes » ? Comment les journalistes enquêtent-ils sur le sujet ? Autant de questions que nous essaierons de traiter dans une série de trois articles. Source : Acrimed

    https://seenthis.net/messages/653630 via Rezo


  • L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance
    http://journals.openedition.org/clio/513
    http://www.openedition.org/docannexe/image/87/clio_160x75.png

    Bien que le colonel Rol-Tanguy ait déclaré dès la Libération que « sans elles, la moitié de notre travail eût été impossible », qu’elles aient obtenu en 1944 le droit de vote, reconnu depuis longtemps aux femmes d’autres pays démocratiques, les résistantes restent les grandes oubliées de l’historiographie des années 1940-1944. Pourtant, par leur origine et leur statut dans la société française de l’époque, leur engagement et les missions qui leur étaient confiées ne comportaient pas moins de risques que ceux de leurs compagnons de lutte. Cette occultation persistante tient essentiellement à deux facteurs : 1) la dévalorisation de leur rôle jugé secondaire, complémentaire par rapport au service armé des hommes. 2) la nationalisation à posteriori de la Résistance, conduisant à passer sous silence l’importante contribution à la libération de la France des étrangers, des étrangères ou des personnes d’origine étrangère.

    Cinquante ans après la libération de la France, alors que disparaissent progressivement les derniers témoins, le rôle des femmes dans la Résistance, ce que Catherine Varlin (Judith Heytin), lycéenne engagée dès 1941, appelle « une ville engloutie »1, reste encore à écrire. Esquisse de recherches effectuées pour deux colloques2 et les catalogues des expositions, l’une temporaire au Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, l’autre permanente au Centre de la Résistance et de la Déportation de Lyon, cette contribution voudrait rendre une visibilité à cette histoire longtemps occultée. Elle est centrée sur trois questions : qui étaient ces femmes et quelles étaient leurs motivations ? Quel fut leur rôle dans la Résistance ? Pourquoi ne tiennent-elles pratiquement aucune place dans l’historiographie, voire, à de rares exceptions près, dans la mémoire officielle de la France ?

    #oubli #femmes #invisibilisation

    https://seenthis.net/messages/652874 via Reka



  • Le malade virtuel, par Virginie Bueno (juin 2015)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2015/06/BUENO/53095 #st

    C’est un fait : un nombre croissant d’internautes peinent à se déconnecter. Leur activité en ligne déborde peu à peu sur les autres secteurs de leur existence, au détriment de leur sociabilité, de leur travail, de leurs études. S’agit-il pour autant d’une maladie ? Le caractère pathologique du phénomène est loin de faire consensus au sein de la communauté scientifique. En 2008, l’inclusion de la dépendance à Internet dans la cinquième édition de son répertoire des maladies mentales (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ou DSM-5) a été rejetée faute d’éléments convaincants. Mais le débat se poursuit, notamment au sein de l’Organisation mondiale de la #santé (OMS), en vue de la publication en 2017 du manuel de classification internationale des maladies.

    #déconnexion


  • How Syria’s White Helmets became victims of an online propaganda machine | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2017/dec/18/syria-white-helmets-conspiracy-theories
    https://i.guim.co.uk/img/media/4c03b71f209fa5d67f39eaf35fc7f38c56d1ea63/257_620_4917_2950/master/4917.jpg?w=1200&h=630&q=55&auto=format&usm=12&fit=crop&crop=faces%2Centropy&bm=normal&ba=bottom%2Cleft&blend64=aHR0cHM6Ly91cGxvYWRzLmd1aW0uY28udWsvMjAxNi8wNS8yNS9vdmVybGF5LWxvZ28tMTIwMC05MF9vcHQucG5n&s=07b933daaa0e656a2b64624a418c1a68

    The Russian strategy has been very successful at shaping the online conversation about the White Helmets. By gaming the social media algorithms with a flood of content, boosted by bots, sock puppet accounts and a network of agitators, propagandists are able to create a “manufactured consensus” that gives legitimacy to fringe views. Even Russia’s official channels, such as its UK embassy Twitter accounts, post memes discrediting the organisation.

    “If you scroll through tweets about the White Helmets, pretty much every other conversation is equating them with Isis, calling them terrorists. It looks like they are the bad guys,” said Sam Woolley, who studies computational propaganda at the University of Oxford

    un article qui va « un peu » à l’encontre de ce qu’on lit en général sur seenthis…

    #propagande #Syrie #Russie #fow

    https://seenthis.net/messages/653053 via Fil


  • Google’s true origin partly lies in CIA and NSA research grants for mass surveillance, by Jeff Nesbit — Quartz
    https://qz.com/1145669/googles-true-origin-partly-lies-in-cia-and-nsa-research-grants-for-mass-surveill
    https://qzprod.files.wordpress.com/2017/08/rts18wdq-e1502123358903.jpg?quality=80&strip=all&w=1600

    Did the CIA directly fund the work of Brin and Page, and therefore create Google? No. But were Brin and Page researching precisely what the NSA, the CIA, and the intelligence community hoped for, assisted by their grants? Absolutely.

    The CIA and NSA funded an unclassified, compartmentalized program designed from its inception to spur something that looks almost exactly like Google.

    To understand this significance, you have to consider what the intelligence community was trying to achieve as it seeded grants to the best computer-science minds in academia

    #surveillance #google #CIA #origin_stories #recherche

    https://seenthis.net/messages/651183 via Fil


  • Qui sont les personnes les plus victimes d’insultes dans la rue ?
    http://www.20minutes.fr/societe/2183607-20171207-personnes-plus-victimes-insultes-rue

    Dans la rue, le métro, au bar, un « mademoiselle » resté sans réponse se transforme rapidement en « salope »… Depuis des mois, le harcèlement de rue et les agressions sexuelles sont sous le feu des projecteurs avec #balancetonporc, #metoo et l’intérêt politique sur la question des inégalités entre hommes et femmes. Une large étude de l’Institut national d’études démographiques (Ined), l’enquête Virage (Violences et rapports de genre) (1), aide à objectiver cette violence verbale et physique subie par nombre de femmes aujourd’hui en France.

    L’Ined dessine une carte-type du harcèlement de rue https://t.co/41UXcAhJNh
    — lacroix.com (@LaCroix) December 7, 2017

    Globalement, on peut retenir que les jeunes femmes vivant dans les grandes villes sont les plus touchées par ces violences, drague en tête, harcèlement, atteinte sexuelle et insultes ensuite.

    >> A lire aussi : Les jeunes femmes des grandes villes sont les plus touchées par les violences dans les espaces publics

    C’est sur ces agressions verbales en face-à-face, un catalogue d’expressions fleuries, que se concentre la chercheuse Amandine Lebugle, qui prépare une publication pour l’été 2018. Autant de (gros) mots qui révèlent le poids du sexisme ordinaire.
    Seule violence aussi courante chez les hommes que les femmes

    Si les hommes et les femmes ne sont clairement pas égaux face au harcèlement sexuel et à la drague de rue, une seule violence touche autant les deux genres : les insultes. En effet, 8 % des femmes et 8 % des hommes interrogés ont été injuriés dans l’année écoulée. C’est la violence la plus répétée pour les hommes. Et la deuxième pour les femmes, loin derrière le fait d’être sifflé(e), interpellé(e) ou abordé(e) (20 %). Des insultes si courantes qu’elles choquent peu : 55 % des femmes et 97 % des hommes insultés déclarent que cela n’est pas grave.

    Comme pour l’ensemble des violences dans les espaces publics, elles sont l’apanage du sexe masculin : « 75 % des femmes ont été insultées par des hommes ainsi que 90 % des hommes », précise Amandine Lebugle.
    Des injures qui augmentent avec l’âge

    Autre enseignement de ce focus sur les insultes dans l’espace public : les hommes en sont victimes quel que soit leur âge. En revanche, les femmes, plus elles prennent de rides, plus elles sont ciblées par ces attaques verbales. Mais moins elles mentionnent des situations de harcèlement et d’atteinte sexuelle…

    >> A lire aussi : « Tu m’aimes, tu me respectes ». La campagne contre les violences sexuelles pour les 15-18 ans
    Et l’insulte number 1 est…

    En s’appuyant sur l’analyse de 2 300 insultes, Amandine Lebugle a catalogué les plus usitées. Et constate que les attaques varient selon le genre de la victime. Les insultes les plus fréquentes pour une femme sont « salope » (23 %), « connasse », « pute », « conne ». Pour les hommes, c’est le mot « connard » (25 %) qui se classe en tête, avant « con », « enculé », « fils de pute ». Des injures souvent amplifiées par un adjectif comme « sale », « vieux », « grosse ».

    >> A lire aussi : Injures, violences physiques, menaces... Plus de mille victimes d’infractions « anti-LGBT » ont été recensées en France en 2016
    Les femmes attaquées sur une sexualité libérée… les hommes sur l’homosexualité

    Le registre le plus mobilisé concerne la sexualité et vise surtout les femmes : 40 % des femmes contre 4 % des hommes. « On voit que les insultes faites aux femmes ont trait à une sexualité libérée, en revanche les hommes sont victimes de propos sur l’homosexualité ou la sexualité libérée de leur mère », reprend la chercheuse à l’Ined. Les femmes ont toujours tort…

    Deuxième registre identifié : l’incapacité physique ou intellectuelle. Ces attaques sur le manque d’intelligence visent plus fréquemment les hommes (45 %), même si les femmes ne sont pas en reste (30 %). « On constate que les insultes sur le registre sexuel viennent plus d’hommes et de jeunes, reprend la chercheuse de l’Ined. Alors que les femmes et les personnes plus âgées ont recours à des attaques sur l’incapacité physique et intellectuelle. »

    Enfin, dernier registre, les mots doux qui dévalorisent l’apparence physique. Certains vont s’attacher à une partie du corps, comme « la blondasse », « grosses couilles »… D’autres soulignent la répulsion physique « grosse », « naine », « habillée comme un clodo », prend comme exemple la chercheuse. « On constate une ambivalence : on reproche à une femme d’être trop attirante… mais celle qui ne l’est pas assez se fait aussi insulter », synthétise-t-elle.

    >> A lire aussi : Marlène Schiappa. « La lutte pour l’égalité femmes-hommes est un combat culturel »

    Et Amandine Lebugle de conclure : « Globalement, les stéréotypes de genre sont très présents dans les insultes dans l’espace public : dans 79 % des violences verbales à l’encontre des femmes et 77 % à l’encontre des hommes. On parle beaucoup d’insultes à caractère raciste, qui existent certes, mais cette étude montre l’importance des insultes à caractère sexiste, qui sont moins relevées. »

    Le #sexisme et les stéréotypes de #genre sont très présents dans les #insultes proférées entre inconnus dans les espaces publics pic.twitter.com/98WMjEuys1
    — Ined (@InedFr) December 7, 2017

    (1) L’enquête Virage, qui porte sur les violences interpersonnelles sur les douze mois précédents, a été réalisée en 2015 auprès de 15 556 femmes et 11 712 hommes.

    #insultes #injures #sexisme #domination_masculine

    https://seenthis.net/messages/650591 via mad meg


  • Content, pas content | Titiou Lecoq ((Girls and geeks)
    http://www.girlsandgeeks.com/2017/12/05/content-pas-content

    C’est parti pour un post sur les enfants (ceux que ça emmerde, excusez-moi mais j’ai trouvé la solution à l’inégalité femmes/hommes, il est un peu de mon devoir de ne pas en priver le monde et Jean-Michel Blanquer). D’abord, sachez que pendant un certain temps j’ai cru que mes efforts pour intégrer une éducation non genrée chez mes enfants s’étaient soldés par un échec retentissant. Têtard, qui est en grande section de maternelle, a déjà intégré tous les comportements d’un rugbyman dans les vestiaires. Parler fort, faire l’hélicoptère avec son zguègue, bousculer les autres, les attraper, mimer des confrontations physiques qui sont clairement d’ordre sexuel. Source : Relevé sur le (...)

    https://seenthis.net/messages/649856 via Rezo


  • Le néo-luddisme, maladie infantile de la critique des technologies ?
    http://www.makery.info/2017/11/28/le-neo-luddisme-maladie-infantile-de-la-critique-des-technologies
    Casser la machine. Lutter contre la technologie. Les auteurs de l’incendie de la Casemate à Grenoble se réclament d’un antitechnologisme radical. Rappel de précédents historiques.

    cf. https://seenthis.net/messages/649522
    #incendies #fablab #grenoble

    https://seenthis.net/messages/649580 via Supergéante


  • Farmers in the Loneliness of Onion Fields — Information is Beautiful Awards
    https://www.informationisbeautifulawards.com/showcase/1738
    https://iibawards-prod.s3.amazonaws.com/projects/images/000/001/738/page.jpg?1504708261
    Puisqu’on parle de #shameless_autopromo, eh bien voilà ! On vient de voir une de mes cartes présentée sur le site Information is Beautiful !

    Farmers in the Loneliness of Onion Fields by Agnès Stienne, VisionsCarto

    https://seenthis.net/messages/634576 via odilon





  • Dans les coulisses de la #modération du « 18/25 » de jeuxvideo.com
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/11/16/jeuxvideo-com-les-moderateurs-racontent-les-coulisses-du-forum-18-25_5215777
    http://img.lemde.fr/2017/11/15/534/0/3500/1750/644/322/60/0/cf6af0e_5409-73635e.ntyu45z5mi.jpg

    (…) Tous racontent l’histoire de mesures prises dans la précipitation. Les modérateurs bénévoles du « 18-25 » auraient été prévenus le jour même, par un simple message privé. « Les explications sont restées floues », raconte Mickaël, 23 ans, le vétéran de l’équipe. « Chez Webedia, ils ont été des grosses billes sur le coup, y va plus franchement Nicolas (prénom modifié), 22 ans. On n’a eu des informations que jeudi soir, après une journée entière de censure durant laquelle les utilisateurs étaient perdus – et nous aussi. »

    Dans la nuit, une équipe de modérateurs salariés (aussi appelés « administrateurs ») est entrée en action. L’un des modérateurs bénévoles parle de dix postes en CDD. Contactés pour certains par Le Monde, ces « admins » ont invariablement expliqué ne pas avoir le droit de parler à la presse.

    Leur tâche, dans un premier temps : nettoyer les forums de fond en comble, sans faire dans le détail. Les insultes sexistes ou racistes sont systématiquement supprimées, mais aussi des termes jugés polémiques, comme « féministe » ou « Shoah », indépendamment du contexte dans lequel ils sont utilisés.

    « On a perdu pas mal de sujets parlant d’Hitler par exemple, et ce sur tous les forums, précise Nicolas. Ce qui a un peu énervé le modérateur du forum Histoire, par exemple. Ça s’est assoupli depuis, heureusement : les nouveaux salariés ont reçu de nouveaux ordres. »

    Mais la brutalité paye : dans une certaine mesure, l’ordre semble être aujourd’hui à peu près revenu sur le forum « 18-25 » de Jeuxvideo.com. Si l’on y trouve encore des messages misogynes et des blagues plus que douteuses, les appels au harcèlement semblent, pour le moment, contenus.

    *Pour combien de temps ? « De ce que j’ai entendu, les CDD courent jusqu’au 31 décembre », croit savoir Nicolas. Qui ne sait pas s’ils seront prolongés à cette issue.¨ « L’un des administrateurs est pour, semble-t-il presque regretter. Mais si les contrats sont prolongés, les bénévoles comme moi n’auront plus trop de raison d’être. »

    Les bénévoles n’ont plus à s’occuper des sujets agressifs qui pullulaient ces derniers jours et ont même été invités à repenser leur rapport au forum. « Animation, sujets à débat, relais entre les utilisateurs et les administrateurs… », énumère Thomas, modérateur expatrié à Londres. L’avenir qui se dessine pour eux semble d’abord être celui de gestionnaires de communautés.

    Du calme revenu, Thomas se félicite. Lui qui « soutient la cause féministe dans tous ses aspects » dit s’être porté candidat à la modération pour en finir avec ces débordements. Il regrette que les efforts de son équipe, lors des derniers mois, aient été si régulièrement niés.

    « Nous réclamions de meilleurs outils depuis longtemps », poursuit-il. Pour les modérateurs bénévoles, ce n’est pas leur bonne volonté qu’il faut mettre en cause, mais l’évolution trop rapide des forums.

    #digital_labor

    https://seenthis.net/messages/645414 via tbn


  • Le glaive ou le pont ? Le masculin et le pouvoir de vie | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-mouvements-2004-1-page-75.htm

    Les hésitations et les tergiversations de Freud, puis les confirmations par Lacan de ses choix les plus contestables, ont conduit la plus grande partie des psychanalystes à enfermer les hommes et les femmes dans des postures immuables. Le masculin serait condamné à sempiternellement représenter et incarner la loi, à se dresser en travers d’un féminin réduit à une pure affectivité. Corrélativement le père aurait pour mission principale de trancher le lien avec l’enfant, que la mère voudrait toujours empêcher d’exister. Monique Schneider nous montre que l’œuvre de Freud permet une autre lecture, à travers laquelle il existe une possibilité, pour le masculin et le paternel, de sortir des apories de la loi avec un grand L ou de l’institution avec un grand I, qui sont souvent les meilleurs prétextes pour ne rien changer aux rapports sociaux.
    2

    Inscrire le pouvoir de vie dans le masculin revient, si on respecte le code freudien, à introduire une dimension officiellement placée en territoire féminin. Un féminin qui, dans le sillage de L’Homme Moïse, serait à situer du côté du « sensible » auquel initie la mère, alors que le masculin, sous l’égide du père, commanderait l’accès au « nouveau règne de la spiritualité (Geistigkeit) ». Le passage d’un règne à l’autre constituerait le grand « progrès » (Fortschritt) de la civilisation. La construction de l’idée de paternité est elle-même emportée dans un certain nombre de mutations. Or la pensée psychanalytique actuelle a tendance à envisager les mutations sous l’angle de la dégradation. Nous assisterions, selon certains, à une perte des repères – perte due en particulier aux nouvelles possibilités de procréation offertes par les techniques médicales –, à une « désymbolisation ». Dans cette perspective, la symbolisation attenante au régime actuel, attribuant au père une fonction essentiellement séparatrice, devrait être regardée comme une symbolisation adéquate, fondée sur la nature des choses et sur une droite différenciation du partage sexué. C’est ce postulat qu’il s’agira, dans un premier temps, de remettre en question, pour questionner les processus de symbolisation et de désymbolisation qui président à l’édification des repères psychanalytiques. L’impact des nouvelles techniques médicales pourra alors se trouver réenvisagé.

    #psychanalyse #sexisme #misogynie #freud #symbole #fraternité

    https://seenthis.net/messages/644808 via mad meg