• We can draw school zones to make classrooms less segregated. This is how well your district does. - Vox
    https://www.vox.com/2018/1/8/16822374/school-segregation-gerrymander-map
    https://cdn.vox-cdn.com/thumbor/nt79RfQR2nnKGMYlb9yfzQUMGTs=/0x272:2400x1529/fit-in/1200x630/cdn.vox-cdn.com/uploads/chorus_asset/file/9976367/front3.png

    Once you look at the school attendance zones this way, it becomes clearer why these lines are drawn the way they are. Groups with political clout — mainly wealthier, whiter communities — have pushed policies that help white families live in heavily white areas and attend heavily white schools.

    We see this in city after city, state after state.

    https://cdn.vox-cdn.com/thumbor/ipumbLX3SHexKNLs7QE_e11shfg=/800x0/filters:no_upscale()/cdn.vox-cdn.com/uploads/chorus_asset/file/9976051/map.png

    https://cdn.vox-cdn.com/thumbor/Evs5OzJgTwr--89ifg6SFVbv1Pw=/800x0/filters:no_upscale()/cdn.vox-cdn.com/uploads/chorus_asset/file/9970043/concept.png

    #école #ségrégation #USA #gerrymandering #cartographie #visualisation

    https://seenthis.net/messages/668207 via odilon


  • Le neurochirurgien Hugues Duffau sur la plasticité du #cerveau (L’Express, 02/10/2014)
    https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/hugues-duffau-le-cerveau-se-repare-lui-meme_1578825.html

    Vous pouvez retirer des tumeurs d’un volume équivalent à celui d’un pamplemousse. On a du mal à croire qu’un tel geste ne provoque pas de dégâts...

    Les séquelles invalidantes sont devenues très rares, ce qui est en soi un progrès considérable. Mais je ne m’en satisfais pas. J’aimerais que l’intervention ne change en rien la personne : ni ses capacités ni son caractère. C’est mon combat de chercheur. En attendant, je m’efforce, en tant que médecin, de provoquer le minimum de dégâts, quitte à choisir lesquels avec le patient. 

    Par exemple, j’ai reçu une pianiste russe qui parlait cinq langues. Impossible de les conserver toutes ! On ne pouvait pas multiplier par cinq la durée de l’opération pour que l’orthophoniste réalise les tests dans chaque langue... La patiente a décidé que les plus importantes, pour elle, étaient le russe, le français et l’anglais. Elle est restée polyglotte et n’a perdu, comme prévu, que l’italien et l’espagnol. 

    Vous pouvez donc sauver des langues étrangères. Quoi d’autre ?
    Nous sommes capables de préserver le champ visuel, autrement dit la capacité à voir sur 180 degrés. L’être humain peut en perdre un quart sans ressentir de gêne au quotidien. Mais pas beaucoup plus, car la loi interdit de conduire avec un champ visuel amputé de moitié. Sinon, nous avons étendu notre savoir-faire au registre des émotions.

    Il y a deux ans, une femme d’une quarantaine d’années, une magistrate, est venue me voir. Elle hésitait à choisir l’opération, craignant de commettre ensuite des erreurs de jugement. Je lui ai proposé de recourir aux derniers tests que j’ai mis au point avec un neuropsychologue, Guillaume Herbet, à l’Institut des neurosciences de Montpellier, pour préserver des fonctions complexes comme l’empathie ou la capacité à percevoir l’état d’esprit d’autrui et donc ses intentions - ce que les scientifiques nomment la « théorie de l’esprit ». Elle a accepté. Elle n’a rencontré aucune difficulté, depuis, dans l’exercice de son métier. 

    Peut-on espérer améliorer encore le pronostic pour ce type de tumeurs ?

    Certainement. Les gliomes de bas grade, pris suffisamment tôt, deviennent rarement malins, ce qui permet d’imaginer une chirurgie préventive. Voyez le cancer de la peau : le médecin retire les grains de beauté suspects pour éviter qu’ils ne prennent la forme agressive d’un mélanome, et on sauve ainsi des vies. Dans la même veine, nous venons de proposer, via la revue internationale de référence Cancer, de dépister les gliomes par IRM dans la population générale, au lieu d’attendre qu’une crise d’épilepsie pousse la personne à consulter. Pour l’instant, aucun pays ne le fait, mais c’est une évolution logique. 

    Comme Penfield dans les années 1930, vous soignez des malades et, en même temps, vous explorez l’organe de la pensée. Qu’avez-vous appris en « cartographiant » le cerveau de 500 de vos concitoyens ?
    J’ai constaté qu’il n’existait pas deux cerveaux semblables. Selon la localisation et la taille de la tumeur, des fonctions peuvent se déplacer ailleurs dans le même hémisphère, ou bien passer d’un hémisphère à l’autre. La plasticité du cerveau, c’est-à-dire sa capacité à réorganiser les connexions entre les neurones, est plus phénoménale encore qu’on ne l’imaginait.

    https://seenthis.net/messages/667721 via tbn


  • Une équipe d’anthropologues de plusieurs institutions aux États-Unis abandonnent le point de vue conventionnel selon lequel les peuples "Clovis" (#Clovis-first_model) ont traversé un pont terrestre sur l’actuel détroit de Béring ont été les premiers arrivés en Amérique. Des preuves plus récentes suggèrent que d’autres sont arrivés bien plus tôt, utilisant probablement des bateaux et faisant du cabotage.

    Cela aurait été possible, notent les auteurs, à cause de ce qui a fini par être connu sous le nom de « varech » ; les forêts de varech poussant juste au large. Tout ce varech aurait fourni un riche habitat pour les créatures marines qu’auraient pu manger les voyageurs.

    Les auteurs concluent en soulignant que trop peu de recherches ont été faites au large des côtes - les premiers voyageurs auraient résidé principalement sur des terres maintenant recouvertes par la mer en raison des niveaux océaniques mondiaux plus élevés.

    Les auteurs concluent en soulignant que trop peu de recherches ont été faites au large des côtes - les premiers voyageurs auraient résidé principalement sur des terres maintenant recouvertes par la mer en raison des niveaux océaniques mondiaux plus élevés.

    Cette réflexion rejoint celle d’Emmanuel Guy qui, lui aussi, pense que de nombreux abris, campements sont actuellement au large de nos côtes.
    https://clio-cr.clionautes.org/ce-que-l-art-prehistorique-dit-de-nos-origines.html

    #préhistoire #peuplement #clovis

    Read more at : https://phys.org/news/2017-11-anthropologist-group-humans-americas-kelp.html

    https://3c1703fe8d.site.internapcdn.net/newman/csz/news/800/2017/59fc63d2195e8.jpg

    https://seenthis.net/messages/665930 via La main et l’esprit


  • Pour poursuivre une veille déjà bien fournie sur seenthis concernant la #synthèse_vocale et la #synthèse_vidéo (assistées par « #intelligence_artificielle ») : « Du porno aux fausses informations, l’intelligence artificielle manipule désormais la vidéo », une compilation des derniers développements en la matière :
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/02/04/du-porno-aux-fausses-informations-l-intelligence-artificielle-manipule-desor

    Des vidéos intégrant des visages de célébrités dans des films X pullulent en ligne à cause d’un programme accessible à tous et qui pose question au-delà de la pornographie.

    De fait, au-delà de l’exemple emblématique du #porno (voir à ce propos https://motherboard.vice.com/en_us/article/gydydm/gal-gadot-fake-ai-porn), c’est toute la manière de produire et de recevoir des informations qui s’en trouve modifiée. La polémique autour des #fake_news n’est que la partie émergée de l’iceberg, la remise en question du rapport aux #médias (et je ne parle pas ici des seuls organismes institués, mais des supports eux-mêmes) se montrant bien plus profonde.

    La chose se trouve d’ailleurs abordée de façon systématiquement catastrophiste (cela entre en collision frontale notamment avec le #droit_à_l'image et peut servir à alimenter le #complotisme), mais elle pourrait avoir un impact positif sur le développement de la #critique_des_médias et la façon de penser le lien entre #vie_privée et #réseaux_sociaux.

    L’approche catastrophiste n’est pas anodine : elle sert un discours de légitimation plus général (symptomatique, à cet égard, que Le Monde, par ailleurs propriétaire du tragico-comique #Decodex, consacre un tel article à la question). Si les médias s’emparent de cette nouveauté, c’est pour brandir une sacro-sainte ligne de démarcation entre les #vraies_infos (labellisées par eux-mêmes) et les fausses. En réalité, leurs « vraies infos », la façon dont ils les fabriquent et les mettent en scène, est tout aussi construite que celle de la synthèse par IA.

    L’on découvre notamment dans ce papier que le #DeepFake devient un genre en soi sur Reddit et Youtube, avec un grand jeu pour mettre #Nicolas_Cage dans plein de films :

    https://www.youtube.com/watch?v=2jp4M1cIJ5A

    Et l’on constate également qu’#Obama est devenu une sorte de mètre-étalon du #vrai-faux discours : on estime qu’il est honnête (c’est-à-dire on se fait une représentation de lui comme portant un discours clair et franc), donc il peut servir de base à un #détournement, contrairement à Trump :

    https://www.youtube.com/watch?v=dw6Zj2FDuzA

    Les deux avaient néanmoins été mis en vedette par #Lyrebird :

    https://soundcloud.com/user-535691776/dialog

    #falsification #leurre #faux-semblant

    https://seenthis.net/messages/665822 via intempestive


  • Egypt After 2 years of investigations: Regeni and clues about his killers | MadaMasr
    https://www-madamasr-com.cdn.ampproject.org/c/s/www.madamasr.com/en/2018/02/01/opinion/u/after-2-years-of-investigations-regeni-and-clues-about-his-killers/amp/?platform=hootsuite

    Editorial Note: On January 25, 2018, the second anniversary of the disappearance of Italian researcher Giulio Regeni, the Italian newspapers Corriere della Sera and La Repubblica published a letter addressed to their editors in chief that was written by Giuseppe Pignatone, Rome’s chief prosecutor. In the letter, Pignatone summarizes the results of the Italian-Egyptian joint investigation into Regeni’s death. While Mada Masr published a story on the letter on January 26 titled “Italian General Prosecutor: Egyptian secret services complicit in Regeni case,” we have decided to translate Pignatone’s letter into English, preserving Corriere della Sera’s editorial framing, to give the full context of the prosecutor’s address.

    Dear editor in chief,

    Two years after Giulio Regeni was abducted in Cairo, here is a brief reflection on some aspects of the inquiry.

    The Cooperation

    The fact that the tragic events took place in Egypt naturally entailed that the Egyptian authorities had, first and foremost, the right, but also the duty, to carry out the investigations. As for us, Italian judicial magistrates and police, we can only cooperate and support the investigations of the Egyptian team by making suggestions and requests. We cannot possibly imagine gathering evidence that would allow us to identify those responsible for the crime from outside Egypt.

    This cooperation with our Egyptian colleagues is the first of its kind in the history of judicial cooperation. For the first time, I believe, a public prosecutor of another country came to Italy, in the absence of treaties, to share the results of his own investigations. We also traveled to Cairo for the same reasons: there have been seven meetings in total. For this, I must publicly thank Prosecutor General Nabil Sadek.

    In the absence of international agreements or conventions, as in this case, such complex and demanding judicial cooperation can be made possible only if the governments of both countries simultaneously initiate real cooperation. Undoubtedly, the pressure of public opinion – also at an international scale –played a major role in this.

    The Inquiry

    As magistrates, our activities have to comply with specific standards and methods, as well as with our established legal culture. It was not always easy to penetrate the mentality of the Arab world and measure ourselves against a judicial system with completely different investigative procedures and practices.

    To give an example of this: in order not to break the thread of cooperation, we had to acknowledge the legal impossibility of being present during witness hearings held before our Egyptian colleagues in Cairo.

    Sometimes, hurdles were overcome. At least in part. Another example: we had immediately asked that data from the mobile network in certain areas of Cairo, concerning the crucial dates of January 25 and February 3, 2016 (the disappearance of Giulio and the date the body was discovered), be delivered to us, but Egyptian law wouldn’t allow it. The problem was partly solved because we had access to the reports of Egyptian experts. However, accessing the crude data and analyzing it directly obviously would have made a huge difference.

    Despite all these obstacles, we continued with our work, and I think I can say we reached some tangible results. First, we wanted to avoid the investigations heading down the wrong track. Focusing on non-existent espionage activity by Giulio or the involvement of a group of common criminals, for example. Secondly, we wanted to establish some red lines within the framework for further investigations into the murder. First and foremost, the motive can be easily traced to his research activities during his months in Cairo. Light was shed on the role played by some of the people who Giulio met in the course of his research and who betrayed him. It has also become clear that Giulio attracted the attention of Egypt’s state apparatus for several months, attention which increased in intensity leading up to January 25.

    These are crucial elements in pursuing the investigation, and above all, in finding common ground with our Egyptian colleagues. Two years ago, no one would have expected that we could obtain such results.

    We do not intend to stop here, even though we remain extremely aware of the significant complexity of the investigation. Here is another example, to illustrate the hurdles we have already overcome and those we still have to face. During our last meeting in Cairo, in December, we wanted to share the meticulous reconstruction of all the evidence collected until now with our Egyptian colleagues. This information was compiled by the Raggruppamento Operativo Speciale and the Servizio Centrale Operativo, who did, one must say, an outstanding job these past two years. For this, they deserve our gratitude. In an ordinary investigation, the public prosecutor’s office would have been able to draw some conclusion, although incomplete, on the basis of the information filed. In this case, the cooperation between both offices imposes a slow and laborious process: sharing the information, waiting until our colleagues examine it, and then together assessing the next steps to take. This is a complex process based on a reciprocal sense of collaboration, and while it cannot be as quick as we all wish, it is the only possible one. The slightest rush on our part would boomerang and nullify all the evidence that has been painfully reconstructed until now.

    Cambridge

    Since the murderer’s motive is linked exclusively to Giulio’s research, one has to highlight how important it is to comprehend what led him to travel to Cairo and to identify all those he had contact with, both academics and Egyptian labor union members.

    This is why the obvious inconsistencies between the statements by university staff and what we uncovered from Giulio’s correspondence (recovered in Italy through his personal computer) required further investigations in the United Kingdom. These investigations were made possible thanks to the effective cooperation of the British authorities. The results of this cooperation – including the search and seizure of material – seem fruitful after an initial examination. They are currently being studied by our investigators.

    The family

    We met Giulio’s parents numerous times over the past 24 months. We were impressed by their dignity in the face of tragedy, and by their incessant efforts to pursue truth and justice. We can assure them, on our part, that we will continue deploying sustained efforts, doing everything necessary and useful to bring those responsible for the abduction, torture and the murder of Giulio to justice.

    Rome’s chief prosecutor

    https://seenthis.net/messages/665254 via Nouvelles d’Orient


  • Aux origines de l’agriculture - Agnès Stienne - Visionscarto
    https://visionscarto.net/aux-origines-de-l-agriculture

    Dans son ouvrage publié en 1997, Guns, Germs, and Steel : The Fates of Human Societies (devenu dans sa version française De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire) le biologiste américain #Jared_Diamond explique en quoi l’environnement a favorisé ou non, à partir du #néolithique, l’adoption de l’#agriculture, une condition préalable à la structuration de sociétés complexes, technologiques, spécialisées, hiérarchisées, voire esclavagistes, et militairement supérieures aux communautés fondées sur la #chasse et la #cueillette. La #domestication de grands mammifères serait l’élément le plus déterminant. Qu’en est-il de ces débuts de l’agriculture ?
    par Agnès Stienne

    #élevage #cartographie

    https://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L2000xH1290/27911944539_d3fe-ae6e6.jpg?1516265201

    https://visionscarto.net/local/cache-vignettes/L2000xH1263/38981670374_d66c-4177d.jpg?1516265201

    https://seenthis.net/messages/664464 via odilon



  • #shameless_autopromo pour les parisien.ne.s et banlieusard.e.s. Un groupe de participants à une formation dans laquelle j’ai l’honneur d’officier, organisent un temps de travail sur l’#autodéfense #féministe. Je me suis dit que ça pourrait intéresser des seenthissienn.e.s C’est gratuit, mais il faut s’inscrire : ahz2017@magasin-cnac.org.

    Voici la description de l’atelier :

    Rendez-vous samedi 3 février 2018 à la Cité Internationale des Arts (Paris, 4e) pour une session ouverte du collectif 2017 des Ateliers des horizons autour de la thématique : « Corps sous surveillance ». L’atelier autour de l’autodéfense féministe se déroulera de 10h à 16h dans un dispositif intimiste et pour un nombre limité de personnes.

    le collectif Ahz/2017 a invité Vanina Géré (chercheuse), Sarah Fernandez (Animatrice d’autodéfense pour femmes – méthode Riposte) et Ornella Galvani (Étudiante) à partager savoirs et expériences liés aux représentations des femmes, et à la pratique de l’autodéfense pour femmes enseignée par des femmes, avec une approche féministe et antidiscriminations. Il s’agira d’un espace de dialogue et d’apprentissage autour de ces questions (représentations des femmes, violence et autodéfense), faisant du groupe le lieu de transmission.

    Pour ceusses qui ne pourraient consacrer autant de temps un samedi, un temps d’échange est prévu :

    Entre 15h et 16h dans l’atelier 8 / Le Test (Bâtiment A étage 2), transformé pour l’occasion en espace de transmission autour de ce projet.

    J’y serais !

    https://seenthis.net/messages/664479 via Supergéante


  • The oldest living thing on Earth - BBC News
    http://www.bbc.com/news/science-environment-40224991
    https://ichef-1.bbci.co.uk/news/1024/cpsprodpb/CAF2/production/_96445915_gettyimages-485477842.jpg

    In Fishlake National Park in Utah in the US lives a quaking aspen tree that most people would struggle to see as “a tree”.

    It’s a clonal tree called “#Pando”, from the Latin meaning “I spread”, and for good reason.

    It is so large that it is easy to mistake for a forest. However, Pando, despite being the size of Vatican City, has all sprung from one seed, and, over the years, has grown a single vast rootstock supporting an estimated 50,000 tree trunks. Accurately estimating how many years is problematic, says population geneticist Prof Karen Mock from Utah State University, who works on the aspen.

    “There have been all kinds of different estimates but the original tree is almost certainly not there,” he told the BBC.

    Clonal trees grow in all directions and regenerate themselves as they go. This means taking a core from a trunk will not give you the age of the whole tree.
    Scientists try to get around this problem by equating size to age. It’s an inaccurate process and Pando’s estimated age ranges from a few thousand to 80,000 years old.

    Prof Mock hopes that a new technique, looking at how many DNA mutations are accumulated over time, could give them another way of assessing the age of this remarkable tree.

    Pando (#arbre) — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pando_(arbre)
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/62/AspenOverview0172.JPG/1200px-AspenOverview0172.JPG

    Pando (qui, en latin, signifie « je m’étends ») est le nom donné à une immense colonie clonale de #peupliers faux-trembles (Populus tremuloides), située à l’ouest des #États-Unis dans l’#Utah.

    Cette colonie est considérée comme l’organisme vivant le plus lourd et le plus âgé de la planète, avec une masse estimée à 6 000 tonnes, et un âge de 80 000 ans.

    Toutefois cet #âge vénérable n’est pas confirmé par les scientifiques car il n’existe pas de méthode fiable pour calculer l’âge d’un peuplier faux-tremble clone.

    https://seenthis.net/messages/607694 via Kassem


  • Avec Mosquito, on vient de livrer le site de la Fondation Custodia :
    https://www.fondationcustodia.fr

    Comme d’habitude, c’est du #SPIP, #HTML5 #responsive et tout ça…

    Parmi les points à voir en particulier…

    – Un menu hamburger tout mignon.
    https://i.imgur.com/bNcdyNm.jpg

    – Des #longforms pour la présentation des expositions :
    https://www.fondationcustodia.fr/Georges-Michel

    – Dans ces longforms, on peut présenter des collections d’œuvres avec mon raccourci <ligne>, qui présente les images sur une ou plusieurs lignes, en adaptant la taille des images pour occuper la largeur de l’écran :
    https://i.imgur.com/o4jIdNN.jpg

    – Ou avec mon raccourci <slide>, qui présente les documents les uns à côté des autres sur une ligne.
    https://www.fondationcustodia.fr/Les-portraits-en-miniature-12
    https://i.imgur.com/FLoLf2r.jpg

    Pour rappel, « ligne » et « slide », c’est dans mon #plugin « Insertion avancée d’images », documenté ici :
    http://www.paris-beyrouth.org/Plugin-SPIP-Insertion-avancee-d-images

    On trouvera même quelques habillages automatiques de formes irrégulières, toujours avec ce même plugin, et le raccourci <img|shape> :
    https://i.imgur.com/zGMFgeK.jpg
    C’est pas toujours évident à utiliser à bon escient, mais là ça donne un aspect « imprimé » particulièrement chic je trouve.

    – Dans les « formes longues », un problème usuel, c’est la navigation verticale « trop » longue, et donc l’utilisation d’une sorte de table des matières pour pouvoir naviguer rapidement. Mine de rien, c’est toujours assez problématique. Là j’ai développé une solution que je trouve bien sympathique, avec une table des matières en haut à gauche de l’écran, qui se plie/déplie, au fur et à mesure du scroll, et au survol, pour indiquer où on est et qui, évidemment, permet de naviguer au clic :
    https://i.imgur.com/g7h66dl.jpg

    Détail mignon : pour réaliser le graphisme de ce petit menu, il n’y a pas une seule image, c’est entièrement réalisé en CSS.

    – Il y a une maquette assez sympa pour la présentation des « Collections », avec des panneaux qui défilent horizontalement (et c’est responsive, la présentation change assez radicalement sur téléphone ou tablette) :
    https://www.fondationcustodia.fr/les-portraits-en-miniature

    – Il y a aussi une présentation avec un « méga-zoom » sur les images, pour la présentation des œuvres des « Catalogues », mais comme le contenu n’est pas encore en ligne, alors je reposterai un message pour que tu ailles voir quand ce sera prêt.

    – Quand on clique sur la loupe de recherche, hop un grand pavé recouvre l’écran :
    https://i.imgur.com/FRMLXPy.jpg

    – Enfin, sur ce site, je me suis particulièrement astreint à ce que toutes les animations/interactions/transitions soient autant que possible réalisées sans Javascript. Du coup, on peut naviguer sur le site avec Javascript désactivé, avec un minimum de dégradations (essentiellement : des images responsive qui vont rester en basse définition). Mais le menu hamburger se déploie, avec ses sous-menus animés, comme si de rien n’était ; le système de « table des matières » des longforms fonctionne très bien, avec ses animations au survol, les sliders un peu partout fonctionnent de manière transparente… (et évidemment : des interactions « au doigt » moins riches sans Javascript).

    – Enfin la page d’accueil obtient un score de 100/100 sur mobile avec PageSpeed, et 97/100 sur ordinateur, c’est chouette.

    À l’intérieur du site, j’ai le plugin Saisies qui me fait chuter la moyenne sur quelques pages, en m’insérant violemment des appels à un fichier CSS et un fichier Javascript (ah, c’est vache !). :-))

    #shameless_autopromo

    https://seenthis.net/messages/660728 via ARNO*


  • Contrairement aux hiéroglyphes qui furent déchiffrés par Champollion en 1822, l’alphabet libyque, ancêtre de l’écriture #tifinagh propre aux Touareg, n’a pas encore révélé ses secrets. Celui-ci demeure indéchiffrable comme les mythes de l’Ancien Mexique.
    https://scontent.fbru2-1.fna.fbcdn.net/v/t1.0-9/26239123_1825345307506498_8446551504931346930_n.jpg?oh=15ba00caf3a357fba03f6561d20069e6&oe=5AE472E3

    https://seenthis.net/messages/661229 via Palestine | فلسطين


  • [1705.08039] Poincaré Embeddings for Learning Hierarchical Representations
    https://arxiv.org/abs/1705.08039

    Representation learning has become an invaluable approach for learning from symbolic data such as text and graphs. However, while complex symbolic datasets often exhibit a latent hierarchical structure, state-of-the-art methods typically learn embeddings in Euclidean vector spaces, which do not account for this property. For this purpose, we introduce a new approach for learning hierarchical representations of symbolic data by embedding them into hyperbolic space — or more precisely into an n-dimensional Poincar\’e ball.

    https://arxiv-sanity-sanity-production.s3.amazonaws.com/render-output/35618/plot_wn_mammals_converged_crop.png

    #maths #hiérarchie #machine-learning

    https://seenthis.net/messages/660990 via Fil




  • Zaï zaï zaï | Megacombi
    http://audioblog.arteradio.com/post/3082810/zai_zai_zai_zai

    L’idée a germé simultanément dans les cerveaux de Flobé et du Frigo au printemps 2017 : faire une version radio de la célèbre BD de Fab Caro « Zai zai zai zai ». Toute l’équipe a sauté de joie. Alors Flobé et le Frigo ont adapté le road movie et l’ont réalisé avec Zebrilde. Tout a été tourné un week-end de Juillet dans une maison à la campagne malgré la mauvaise blague des chasseurs du coin qui ont installé un bal’trap à 150 mètres de la maison le même jour (des supers conditions de tournage !). Encore quelques mois de post prod et voici enfin notre méga production de la saison ! Durée : 1h. Source : Radio Canut

    http://sons-audioblogs.arte.tv/audioblogs/sons/3012947/3085084_MegaCombi341-PT234-10012018_PAD_Zai_zai_zai_zai.mp3

    https://seenthis.net/messages/658855 via Rezo


  • L’école Polonaise de l’affiche, 10-26 janvier, à #Montpellier
    http://www.la-fenetre.com/prochains-rdv/item/328-l-ecole-polonaise-de-l-affiche

    Dans la Pologne communiste des années 50, l’affiche est une des rares formes d’expression tolérée et financée par l’état, un mouvement artistique particulier à La Pologne se développe et de nombreux artistes apposent leurs signatures sur des affiches de cinéma mais aussi de théâtre, d’opéra, de cirque, de musique … Une sélection d’affiches de cinéma issues de la collection de la cinémathèque Euro-régionale Jean Vigo de Perpignan.

    Pour comprendre le phénomène des affiches polonaises, il faut rappeler le contexte historique et politique de la naissance du mouvement : Dès 1945 et La Libération, le gouvernement nationalise le secteur cinématographique. Il entend contrôler ce médium populaire à large diffusion et, dès lors, toutes les questions relatives à la création, à la production et à la distribution des films seront placées sous le contrôle d’agences d’Etat.

    À partir des années 1950, les deux principales structures chargées de la communication et la diffusion des films (Film Polski - le film Polonais, et Centrala Wynajmu Filmów - la centrale de location des films), demandent à des artistes, issus pour beaucoup de l’Ecole des beaux-Arts de Varsovie, de concevoir les affiches des films diffusés dans le pays. Pour des questions idéologiques et de la faible valeur monétaire du zloty, la moitié des films programmés sont issus du bloc soviétique. Il s’agit également de récréer des visuels pour les films étrangers, dont les affiches originales sont interdites. L’affiche devient de fait une des rares formes d’expression tolérée et financée par l’état, un mouvement artistique particulier à La Pologne se développe et de nombreux artistes apposent leurs signatures sur des affiches de cinéma mais aussi de théâtre, d’opéra, de cirque, de musique …

    Dans le domaine du cinéma, dans ce contexte de nationalisation annihilant les enjeux de concurrence, les affiches sont produites et diffusées en faible nombre. Pas d’affichage de rue, elles sont réservées aux salles, n’ont pas de fonction publicitaire et s’émancipent souvent des contraintes informatives : c’est l’esthétique qui prime sur tout le reste.

    Paradoxalement et alors que la programmation est, elle, très encadrée, les artistes sont souvent laissés libres de leur création. Les œuvres peuvent être abstraites, métaphoriques voire subversives et faire de discrètes allusions à la situation politique du pays, déjouant la vigilance des censeurs souvent incapables de « lire entre les lignes »

    En 1989, Le mouvement Solidarnosc re-privatise nombres de secteurs économiques et notamment celui de l’industrie cinématographique, Les affiches imposées par les grandes firmes internationales reprennent alors leur droits...

    Mais L’Ecole de l’affiche polonaise de Cinéma reste dans l’Histoire graphique et visuelle mondiale, avec quelques grands noms comme Jan Lenica, Jakub Erol, Romuald Socha, Jerzy Flisak ou Franciszek Starowieyski...

    Dans la Gazette, le Belmondo de Hanna Bodnar :
    https://i.pinimg.com/236x/ba/7b/6d/ba7b6dad34d06f983a6eb04e7ee5605c--hanna-movie-posters.jpg

    Puis : Roman Cieslewicz, « contre la pollution de l’œil », 11 janvier au 24 mars, à La Fenêtre.
    http://www.la-fenetre.com/prochains-rdv/roman-cieslewicz

    https://seenthis.net/messages/657490 via ARNO*


  • Une petite anecdote qui a fini de me décider à déguerpir de Facebook ./
    J’étais pendant les fêtes à Amsterdam. Un gros problème là-bas est de garer sa voiture. Il existe quelques parkings abordables en périphérie (10€/jour), sinon c’est 4€ par heure, mais y entrer est un parcours du combattant…

    1 ) Pour s’inscrire, il faut installer une app spéciale sur son smartphone. Problème, sur Googleplay, on vous dit que l’app n’est “pas disponible dans votre pays”. Pourtant, j’étais devant la porte du parking. Alors j’ai tenté pendant 1/2 heure de modifier les paramètres de mon smartphone, sans succès.
    2)Face à la porte en fer, pas âme qui vive. Sur le site en néerlandais, on me dit que pour contacter le helpdesk, il faut le faire via Facebook, via Instagram (!), ou bien appeler un numéro via Whatsapp (note : toutes ces société appartiennent à Facebook). J’appelle. C’est un répondeur en néerlandais, personne de vivant.
    3) Après une autre 1/2 heure passée à éplucher le site du fournisseur, je tombe finalement sur un numéro de téléphone normal. Une voix humaine répond et elle parle même anglais. Finalement, elle m’indique la manière de contourner tout ce bordel, ça prend encore une 1/2 heure. La personne en question n’était même pas certaine que ça marche, mais finalement la porte du garage s’ouvre enfin !
    4) Une fois entré dans le garage, impossible de ressortir si l’app n’est pas installée sur le smartphone. Bloqué, il faut que je rappelle à nouveau. Pour reprendre la voiture, c’est le même cinéma, etc.

    Bref, dans le monde merveilleux qui se fabrique sous nos yeux “tout ce qui ne compute pas n’existe pas”. Et ce n’est pas n’importe quelle computation. Elle est centralisée entre les mains de quelques surfeurs californiens. Pour garer sa voiture en hollande, il faut passer par la Silicon valley ! C’est ça le e-facisme. Je ne veux pas donner ne serait-ce que l’ombre de mon consentement à ce monde là.http://perspective-numerique.net/wakka.php?wiki=QuitterFacebook

    https://seenthis.net/messages/656948 via olivier auber


  • North Korean EMP Attack Would Cause Mass U.S. Starvation, Says Congressional Report (octobre 2017)
    https://www.forbes.com/sites/brucedorminey/2017/10/23/north-korea-emp-attack-would-cause-mass-u-s-starvation-says-congressional-re

    The consequences of such a detonation would be dire.

    “The U.S. can sustain a population of 320 million people only because of modern technology,” said Pry. “An EMP that blacks-out the electric grid for a year would [decimate] the critical infrastructure necessary to support such a large population.”

    In three days, the food supply in local grocery stores would be consumed and the 30-day national food supply in regional warehouses would begin to spoil, says Pry. In one year, he contends that up to 90% of the population could perish from starvation, disease and societal collapse.

    After generating gamma-rays that interact with air molecules in Earth’s stratosphere, a so-called fast pulse EMP field of tens of kilovolts would only last a few hundred nanoseconds.

    But in the event of such an attack, aircraft electronics would be fried, as well as electronics in air traffic control towers, and navigation systems , says Pry. “Airliners would crash killing many of the 500,000 people flying over North America at any given moment,” he said.

    Pry says electro-mechanical systems which regulate the flow of gas through pipelines would spark; causing the gas to ignite and result in massive firestorms in cities and large forest fires.

    There would be no water; no communications; and mass transportation would be paralyzed, says Pry. In seven days, he contends that reactors in U.S.’ nuclear power plants would essentially melt down, spreading radioactivity across most of the nation.

    Reprise dans NewsWeek :
    http://www.newsweek.com/could-north-korean-emp-attack-could-cause-mass-starvation-and-societal-691

    Explication dans Popular Mechanics :
    http://www.popularmechanics.com/military/weapons/news/a28425/emp-north-korea

    Quelqu’un a des infos là-dessus ?

    https://seenthis.net/messages/656240 via Nidal




  • #BalanceTonPorc : la libération de la parole sous caution médiatique | Pauline Perrenot
    http://www.acrimed.org/BalanceTonPorc-la-liberation-de-la-parole-sous

    Le traitement médiatique – massif – de ce mouvement interroge à bien des titres : de quoi parlent les médias depuis le lancement du hashtag ? Comment parlent-ils des violences ? À qui donnent-ils la parole ? Comment les journalistes traitent-ils des cas de violences et de harcèlement mis en lumière dans leurs propres rédactions ou dans des structures « concurrentes » ? Comment les journalistes enquêtent-ils sur le sujet ? Autant de questions que nous essaierons de traiter dans une série de trois articles. Source : Acrimed

    https://seenthis.net/messages/653630 via Rezo


  • L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance
    http://journals.openedition.org/clio/513
    http://www.openedition.org/docannexe/image/87/clio_160x75.png

    Bien que le colonel Rol-Tanguy ait déclaré dès la Libération que « sans elles, la moitié de notre travail eût été impossible », qu’elles aient obtenu en 1944 le droit de vote, reconnu depuis longtemps aux femmes d’autres pays démocratiques, les résistantes restent les grandes oubliées de l’historiographie des années 1940-1944. Pourtant, par leur origine et leur statut dans la société française de l’époque, leur engagement et les missions qui leur étaient confiées ne comportaient pas moins de risques que ceux de leurs compagnons de lutte. Cette occultation persistante tient essentiellement à deux facteurs : 1) la dévalorisation de leur rôle jugé secondaire, complémentaire par rapport au service armé des hommes. 2) la nationalisation à posteriori de la Résistance, conduisant à passer sous silence l’importante contribution à la libération de la France des étrangers, des étrangères ou des personnes d’origine étrangère.

    Cinquante ans après la libération de la France, alors que disparaissent progressivement les derniers témoins, le rôle des femmes dans la Résistance, ce que Catherine Varlin (Judith Heytin), lycéenne engagée dès 1941, appelle « une ville engloutie »1, reste encore à écrire. Esquisse de recherches effectuées pour deux colloques2 et les catalogues des expositions, l’une temporaire au Musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, l’autre permanente au Centre de la Résistance et de la Déportation de Lyon, cette contribution voudrait rendre une visibilité à cette histoire longtemps occultée. Elle est centrée sur trois questions : qui étaient ces femmes et quelles étaient leurs motivations ? Quel fut leur rôle dans la Résistance ? Pourquoi ne tiennent-elles pratiquement aucune place dans l’historiographie, voire, à de rares exceptions près, dans la mémoire officielle de la France ?

    #oubli #femmes #invisibilisation

    https://seenthis.net/messages/652874 via Reka



  • Le malade virtuel, par Virginie Bueno (juin 2015)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2015/06/BUENO/53095 #st

    C’est un fait : un nombre croissant d’internautes peinent à se déconnecter. Leur activité en ligne déborde peu à peu sur les autres secteurs de leur existence, au détriment de leur sociabilité, de leur travail, de leurs études. S’agit-il pour autant d’une maladie ? Le caractère pathologique du phénomène est loin de faire consensus au sein de la communauté scientifique. En 2008, l’inclusion de la dépendance à Internet dans la cinquième édition de son répertoire des maladies mentales (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ou DSM-5) a été rejetée faute d’éléments convaincants. Mais le débat se poursuit, notamment au sein de l’Organisation mondiale de la #santé (OMS), en vue de la publication en 2017 du manuel de classification internationale des maladies.

    #déconnexion


  • How Syria’s White Helmets became victims of an online propaganda machine | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2017/dec/18/syria-white-helmets-conspiracy-theories
    https://i.guim.co.uk/img/media/4c03b71f209fa5d67f39eaf35fc7f38c56d1ea63/257_620_4917_2950/master/4917.jpg?w=1200&h=630&q=55&auto=format&usm=12&fit=crop&crop=faces%2Centropy&bm=normal&ba=bottom%2Cleft&blend64=aHR0cHM6Ly91cGxvYWRzLmd1aW0uY28udWsvMjAxNi8wNS8yNS9vdmVybGF5LWxvZ28tMTIwMC05MF9vcHQucG5n&s=07b933daaa0e656a2b64624a418c1a68

    The Russian strategy has been very successful at shaping the online conversation about the White Helmets. By gaming the social media algorithms with a flood of content, boosted by bots, sock puppet accounts and a network of agitators, propagandists are able to create a “manufactured consensus” that gives legitimacy to fringe views. Even Russia’s official channels, such as its UK embassy Twitter accounts, post memes discrediting the organisation.

    “If you scroll through tweets about the White Helmets, pretty much every other conversation is equating them with Isis, calling them terrorists. It looks like they are the bad guys,” said Sam Woolley, who studies computational propaganda at the University of Oxford

    un article qui va « un peu » à l’encontre de ce qu’on lit en général sur seenthis…

    #propagande #Syrie #Russie #fow

    https://seenthis.net/messages/653053 via Fil