• La Suède passe à la journée de travail de 6 heures ! Un vrai succès pour les salariés et les patrons — RT en français
    https://francais.rt.com/economie/7657-suede-passe-journee-travail-6-heures-efficace-bien-etre-employes
    https://fr.rt.com/french/images/2015.10/original/560d4916c46188d2238b4584.jpg

    De plus en plus d’entreprises suédoises sont en train d’adopter la journée de #travail de 6 heures, au lieu des 8 conventionnelles. Le but ? Rendre les salariés plus efficaces sur un temps plus court et leur permettre de mieux profiter de leur famille

    #temps_de_travail #journée_de_6_heures



  • Impôts, fraude, assistanat, vote réac : ces préjugés sur les pauvres qui ne supportent pas l’épreuve des faits

    http://la-bas.org/les-emissions-258/les-emissions/2016-17/fraudeur-casseur-polygame

    https://www.youtube.com/watch?v=kqXZmMlPfZ8

    Version intégrale :

    http://audiobank.tryphon.eu/casts/fk28iy88.mp3

    http://www.bastamag.net/Impots-fraude-chomage-volontaire-ces-prejuges-sur-les-pauvres-qui-ne-passe

    Préjugé n°1 : les pauvres pourraient travailler s’ils le voulaient
    Préjugé n°2 : les pauvres ne paient pas d’impôts
    Préjugé n°3 : les pauvres touchent des aides indûment ou fraudent massivement
    Préjugé n°4 : les pauvres profitent des logements HLM et du RSA
    Préjugé n°5 : les pauvres se désintéressent de la politique ou votent FN
    Préjugé n°6 : les pauvres polluent et se foutent de l’écologie
    Préjugé n°7 : les pauvres ne savent pas gérer leur budget
    Préjugé n°8 : les pauvres frappent leurs femmes et maltraitent leurs enfants, par ailleurs plus réceptifs à la propagande islamiste
    Préjugé n°9 : tout le monde peut se retrouver à la rue, faire la manche peut rapporter gros
    Préjugé n° 10 : l’immigration augmente massivement en France
    Préjugé n°11 : les étrangers sont attirés par notre protection sociale et ils nous coûtent cher

    #pauvreté #revenus #fiscalité #Claire_Hédon #ATD-Quart-Monde


  • Les recommandations de Joseph Stiglitz et Mark Pieth pour lutter contre les paradis fiscaux
    http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2016/11/15/les-recommandations-de-joseph-stiglitz-et-mark-pieth-pour-lutter-con
    http://s1.lemde.fr/image/2016/11/15/644x322/5031590_3_6881_le-cabinetd-avocats-panameen-mossack-fo_847e17924b664c27a884b8878c11b1ee.jpg

    Parmi les mesures que prônent le prix Nobel d’économie et l’expert suisse figure le déploiement, au plan mondial, de deux grandes mesures conçues et portées, depuis la crise financière de 2008, par l’OCDE : l’échange d’informations entre pays sur les contribuables (comptes bancaires, part de sociétés, intérêts financiers divers etc.) et l’obligation de révéler l’identité des bénéficiaires effectifs des sociétés écran (trusts, sociétés commerciales...) et des comptes bancaires ouverts par des prête-noms. Par exemple grâce à la tenue de registres dans ces territoires offshore, tenus par les banques, les avocats ou les autorités de contrôle.

    Si la mise en place du premier point a été endossé par le G20 (groupe des vingt pays les plus riches) et est bien avancé – l’OCDE ayant déjà arraché, de haute lutte, depuis deux ans, l’accord de plus de cent pays pour la mise en place de systèmes d’échange automatique de données à l’horizon 2017 ou 2018 –, le second point est encore loin de faire consensus.

    Il fait actuellement l’objet de débats et de réglages au sein des grandes instances de réflexion et de régulation mondiales comme l’OCDE et le GAFI (Groupe d’action financière), l’organisme intergouvernemental chargé de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

    #fiscalité #paradis_fiscaux


    • Rapport repris par l’article du Monde cité en référence :

      http://www.strategie.gouv.fr/publications/lignes-de-faille-une-societe-a-reunifier

      Étude citée dans l’article :
      http://www.mckinsey.com/global-themes/employment-and-growth/poorer-than-their-parents-a-new-perspective-on-income-inequality

      Encore une autre étude sur le sujet par L’INSEE

      La France a réduit ses inégalités
      http://www.liberation.fr/france/2015/09/22/la-france-a-reduit-ses-inegalites_1387931

      D’après l’Insee, les écarts de niveaux de vie ont diminué en 2013.

      En témoigne la dernière étude de l’Insee qui paraît ce mardi matin, qui montre comment le niveau de vie (lire ci-dessous) des 10 % les plus pauvres s’est enfin mis à remonter en 2013, pour la première fois depuis le début de la crise, tandis que celui des 10 % les plus riches ­retombe à son niveau d’avant 2008. La chute est encore plus importante depuis 2012 pour les 5 % les plus aisés, alors que leur niveau de vie n’avait jamais cessé d’augmenter depuis près de dix ans.

      Résultat, les inégalités refluent. Le rapport interdécile (rapport entre le plafond des 10 % les plus pauvres et le plancher des 10 % les plus riches) se réduit lui aussi pour la première fois depuis des années, passant de 3,6 à 3,5. Plus significatif  : l’écart entre la masse des niveaux de vie détenus par les 20 % les plus pauvres et les 20 % les plus riches diminue de 4,6 à 4,3. Un peu plus technique, l’indice de Gini, enfin, qui mesure le degré d’inégalité d’une distribution (0 étant l’égalité parfaite, et 1 représentant l’inégalité absolue) baisse à 0,29, un « repli d’une ampleur inobservée depuis 1996, qui efface […] l’augmentation enregistrée depuis le début de la crise », souligne l’Insee. Les pauvres également s’en sortent – un peu – mieux. Ainsi, le taux de pauvreté en France est redescendu à 14 %, contre 14,3 % en 2012, alors que, là encore, ce taux n’avait jamais cessé de progresser depuis 2008.

      Les raisons de ce tassement des inégalités sont multiples. Les revenus du patrimoine, tout d’abord, ont baissé en 2013. Les plus aisés ont également, plus que les autres, été la cible des hausses d’impôts. A l’inverse, en bas de l’échelle, les plus modestes ont connu cette année-là une augmentation des heures travaillées sur l’année et les plus pauvres une revalorisation de certaines prestations ­sociales.

      #France #revenus #inégalités


  • Marine Le Pen says she will become French president after Brexit and Donald Trump’s victory | The Independent
    http://www.independent.co.uk/news/world/politics/marine-le-pen-marr-french-president-brexit-trump-marr-us-elections-a7
    https://static.independent.co.uk/s3fs-public/thumbnails/image/2015/12/13/19/marinelepen.jpg

    Steve Bannon, who helped Trump to victory, may be named his chief of staff, and is also executive chair of the right-wing #Brietbart News group, recently told French media he believed “France is the place to be, with its young entrepreneurs [and] women of the family Le Pen” adding that “Marion Marechal-Le Pen is the new rising star”.

    #front_national #trump


  • http://la-bas.org/les-emissions-258/les-emissions/2016-17/cahuzac-le-pouvoir-savait

    https://www.youtube.com/watch?v=PbRHh8Fi6pw

    « Tout le monde savait. La seule chose que l’oligarchie reproche à Jérôme Cahuzac, c’est d’avoir craqué ». Pas d’avoir triché et menti. Monique PINÇON-CHARLOT et Michel PINÇON étudient les riches depuis trente ans. Ils ont suivi le procès de l’ancien ministre du budget.
    Récit éclairant et emblématique des pratiques d’une classe sociale qui se serre les coudes, cache ses privilèges, dissimule son fric, cultive son entre-soi et use de la violence verbale. Ainsi leurs hurlements à l’annonce de la création du centre d’hébergement pour sans-abris dans leur seizième arrondissement, leur mépris pour Nuit Debout et ceux qui y participent. Le tout nappé d’un sens de l’analyse politique particulièrement pertinent : « Ce sont les socialistes qui créent les pauvres ! ».

    #fraude_fiscale #politique




  • Economics Is For Everyone ! - RSA
    https://www.thersa.org/discover/videos/rsa-animate/2016/economics-is-for-everyone

    This is the video economists don’t want you to see! Chang explains why every single person can and SHOULD get their head around basic economics. He pulls back the curtain on the often mystifying language of derivatives and quantitative easing, and explains how easily economic myths and assumptions become gospel. Arm yourself with some facts, and get involved in discussions about the fundamentals that underpin our day-to-day lives.

    https://www.youtube.com/watch?v=NdbbcO35arw

    Animation par : https://www.wearecognitive.com

    #économie #démocratie #animation


  • David Graeber on the Value of Work - RSA
    https://www.thersa.org/discover/videos/rsa-shorts/2016/david-graeber-on-the-value-of-work

    David Graeber on the Value of Work. Does the world really need neuroadvertisers, PR researchers and branding consultants? Renowned academic and coiner of the ‘we are the 99%’ slogan, David Graeber is a passionate advocate for meaningful work. After famously condemning the 21st century phenomenon of ‘bullsh*t jobs’, in this short animation he investigates the philosophical underpinnings of employment, and calls for a reformulation of what work should be.

    https://www.youtube.com/watch?v=tpoJIkqEXYo

    Animation par https://jackdubben.com

    #travail #bullshit_jobs #animation


  • Alerte : le tourbillon de déchets dans le Pacifique est plus grand que tout ce qu’on aurait imaginé | Daily Geek Show
    http://dailygeekshow.com/dechets-pacifique-grandeur
    http://dailygeekshow.com/wp-content/uploads/2016/10/une-pollution-pacifique.jpg

    Situé entre Hawaï et la Californie, cette immense poubelle flottante s’étend sur plus de 3,5 millions de kilomètres carrés. C’est près de 5 à 6 fois la superficie de la France. La taille du centre du vortex atteint près d’un million de kilomètres carrés. Ses dimensions changent continuellement, les déchets étant acheminés par les courants marins. Cette zone du Pacifique est maintenant devenue une véritable soupe de petits et de gros déchets plastiques que les poissons peuvent ingérer. Selon le programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), le grand vortex de déchets grossit si vite qu’il en devient visible depuis l’espace, à l’instar de la Grande muraille de Chine.

    #Pacifique #Vortex_de_déchets #Pollution



  • What Killed The Newspapers ? Google Or Facebook ? Or...? (by baekdal) #blog
    https://www.baekdal.com/blog/what-killed-the-newspapers-google-or-facebook-or

    https://cdn.baekdal.com/_img/2016/newspaperadsdecline2.jpg

    C’est plutôt Google que Facebook qui a rendu obsolète la publicité dans la presse aux yeux des annonceurs.

    If we look at advertising in newspapers, they are almost always based on creating random exposure for people with no specific intent. You flip through the newspaper, not really knowing what will be on the next page, and there you find an ad for some random brand.

    In the past, this was pretty much how all advertising was done. It was low-intent exposure.

    Google Search, which is how Google makes most of its money, is nothing like this. Google Search is instead based on advertising to people when they are specifically looking for something. This is what Google Search ads are all about. They are for when people are looking for a new blender, a bicycle rack or anything else you can image.

    This is an entirely different form of advertising. It’s based on a specific need that people search for. Meaning it’s based on high-intent exposure.

    This is an incredibly important distinction to understand. Google isn’t winning because it’s big or that it has so much more scale. It’s winning because it created a way for people to have high-intent moments, which brands can reach with their ads.

    We have shifted from having a single advertising market (all based on low-intent exposure), to having two different advertising markets... and the media only fits into one of them.

    Brands will always prefer to have a high-intent moment than low-intent moment (at least the brands who know what they are doing). And it’s because of this that newspapers are losing the market. You are not losing to Google. You are losing to people’s ’intent’.

    This is the reality today. It doesn’t really help to complain about Google, because you don’t offer an alternative. If the media industry wants to get some of this money back, you first need to design high-intent moments for your readers and advertisers. That’s the only way to compete with Google.

    Facebook, on the other hand, is doing exactly the same as newspapers. The way advertising works on Facebook is exactly the way it works in newspapers. Here you have a NewsFeed with random stories that people look through. And within this feed you happen to come across random advertising (vaguely targeted to you).

    This is (again) low-intent advertising exposure.

    Facebook is competing directly with newspapers within the same type of advertising market. But this is not the market Google is in (well, except for YouTube).

    The newspapers and Facebook are in the low-intent advertising market. It’s a market that Facebook is currently winning because of its scale, but also because of better targeting and generally a better ’mood’. It’s far more relevant for a brand to advertise when people are having a good time than it is when they are reading about someone being murdered.

    Google, Craigslist and others are (mostly) in the new high-intent advertising market. It’s an entirely different type of market based on an entirely different type of moment. The reason newspapers are losing here is because you aren’t even in this market to begin with.

    If the media industry wants to regain some of this marketshare, you either have to design a better editorial profile and advertising product for each of these markets... or create a third market where you can really shine.

    And doing that is a far more relevant discussion to have than ’what killed the newspapers’.

    #presse #publicité #publicité_ciblée #google #facebook


  • “Daddy’s Car”, la première chanson pop composée par une intelligence artificielle
    http://www.konbini.com/fr/tendances-2/daddys-car-ia-sony-pop
    http://www.konbini.com/fr/files/2016/09/ex-machina-download-wallpapers_0.jpg

    Le système FlowMachines de #Sony, une #intelligence_artificielle capable de composer des #chansons “à la manière de”, a dévoilé ses deux premières créations, dont un morceau façon Beatles.

    #IA #IA #neural_network #musique

    https://www.youtube.com/watch?v=LSHZ_b05W7o


  • Google unleashes deep learning tech on language with Neural Machine Translation | TechCrunch
    https://techcrunch.com/2016/09/27/google-unleashes-deep-learning-tech-on-language-with-neural-machine-tran
    https://tctechcrunch2011.files.wordpress.com/2016/02/shutterstock_181640888.png?w=764&h=400&crop=1

    Translating from one language to another is hard, and creating a system that does it automatically is a major challenge, partly because there’s just so many words, phrases, and rules to deal with. Fortunately, neural networks eat big, complicated data sets for breakfast. #Google has been working on a machine learning translation technique for years, and today is its official debut.

    The Google Neural Machine Translation system, deployed today for Chinese-English queries, is a step up in complexity from existing methods

    #traduction #AI #IA #machine_learning #neural_network


  • Apple’s iTunes soon to serve up “Spoken Editions” of publishers’ content | TechCrunch
    https://techcrunch.com/2016/09/23/apples-itunes-soon-to-serve-up-spoken-editions-of-publishers-content
    https://tctechcrunch2011.files.wordpress.com/2016/09/itunes-podcasts.jpg?w=764&h=400&crop=1

    During early tests on #iTunes, Spoken Editions for several media brands showed up.

    Wired, for example, will launch Spoken Editions for “Business,” “Science” and its homepage. TIME will offer a Spoken Edition called “The Brief.” Forbes, .Mic, Bustle, Playboy, OZY, and — yep — TechCrunch (which I discovered while browsing our iTunes page, of all things) will have Spoken Editions, it seems, as all popped up for a time on iTunes.

    Launched in 2012, #SpokenLayer offers audio creation, distribution and monetization services to media brands. The company currently powers podcasts for a number of publishers, including Forbes, Huffington Post, TIME, Reuters, Smithsonian, Scripps and others, according to its website. Those recordings are then distributed on platforms like iTunes, SoundCloud, Stitcher, AudioBoom and Live365.

    The Spoken Editions will also include audio #ads, where revenue is shared between the publisher and SpokenLayer.

    Pour Le Monde diplomatique, les articles sont déjà disponibles en #Podcast pour les abonnés, directement depuis le site du journal : http://www.monde-diplomatique.fr/audio

    #presse #audio

    via @cuisineanxious https://twitter.com/cuisineanxious


  • #Uber, prochaine faillite du siècle ? – Medium France – Medium
    https://medium.com/france/uber-prochaine-faillite-du-si%C3%A8cle-772c115b3bf3
    https://cdn-images-1.medium.com/max/1200/1*3s1ttyeFQntMme92ro5s4w.jpeg

    7 ans, 85% de part de marché VTC et… toujours pas rentable !

    Pour comprendre cette prédiction surprenante, il faut lire le passionnant article de Bloomberg. Où l’on apprend que depuis sa création, l’entreprise californienne a perdu quelques 4 milliards $ !

    Pire, sur le premier semestre 2016, l’entreprise perdait 1,2 milliards $ pour 2,1 milliards $ de CA. Soit une rentabilité de… -57% !

    #disruption ?


  • Un ménage sur deux vivait avec moins de 20.150 euros par an en 2014
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/09/06/20002-20160906ARTFIG00265-la-moitie-des-francais-touchaient-moins-de-20150-
    http://i.f1g.fr/media/figaro/orig/2016/09/06/XVM1e75d0a4-744a-11e6-8ea9-35096576febc.jpg

    Selon les derniers chiffres de l’Insee, en France, le niveau de vie des plus pauvres comme celui des plus riches stagnent. Près de 9 millions de personnes vivent sous le seuil de #pauvreté.

    [...]

    Seuil de pauvreté à 1008 euros mensuels

    Parallèlement le nombre de personnes vivant sous le #seuil_de_pauvreté stagne lui aussi. Après un léger reflux en 2012 (13,9% contre 14,3% en 2011), la part des personnes vivant avec moins de 1008 euros par mois (soit 60% du niveau de vie médian) atteint 14,1% de la population. Cela représente 8,8 millions de Français.







  • “Il faudrait décréter l’anonymat obligatoire de tout auteur d’attentat” - Idées - Télérama.fr
    http://www.telerama.fr/idees/richard-rechtman-psychiatre-daech-se-comporte-comme-les-nazis,145555.php

    Pour certains, l’attentat de Nice est l’acte d’un déséquilibré. Pour d’autres, c’est un attentat terroriste. Vous ne semblez à l’aise avec aucune de ces deux interprétations...

    Permettez-moi d’abord de dire un mot sur l’acte pathologique : on n’a jamais vu un malade mental commettre un acte pareil avec une telle détermination. Ni un psychotique ni un psychopathe ne seraient capables de faire cela de cette manière. Un paranoïaque délirant ne massacrerait jamais des gens qui lui sont inconnus. Quant au psychopathe, c’est l’impulsivité et l’immé­diateté de la violence qui le caractérisent, et sûrement pas la préparation méthodique des jours à l’avance. Donc l’interprétation psychopathologique seule ne suffit pas. En revanche, il existe une offre — celle de #Daech — qui invite à commettre des #meurtres_de_masse, et qui rencontre un certain nombre de personnes susceptibles d’y répondre. J’emploie à dessein l’expression « meurtres de masse », car je ne crois pas qu’il s’agisse de terrorisme à proprement parler. L’attentat de Nice s’apparente plus, selon moi, à des meurtres de type #génocidaire, déterritorialisés depuis le #Proche-Orient, où ils sont désormais monnaie courante, et perpétrés avec les mêmes techniques ici que là-bas.

    “On est loin du terrorisme classique.”

    Qu’entendez-vous par meurtres génocidaires ?

    Tuer à la chaîne le plus de gens possible avec le minimum de moyens. ­S’attaquer à des personnes sans défense, qui ne peuvent ni parer les coups ni répondre. Des victimes innocentes, qui n’ont aucune raison de se méfier, aucune raison de réagir. A Mossoul et Raqqa, Daech se comporte comme les nazis, les Khmers rouges, les extrémistes hutu ou les nationalistes serbes à Sarajevo et Srebrenica. Avec la même technicité. On est loin du terrorisme classique : qu’ils soient basques, corses ou irlandais, les terroristes s’excusent en effet presque toujours de la mort donnée, au nom du symbole visé. Souvenez-vous de l’assassinat du préfet Erignac. Pendant des années, ses auteurs ont laissé entendre qu’ils regrettaient d’avoir tué l’homme, mais qu’il le fallait pour s’attaquer au symbole. Avec Daech, il y a plutôt une volonté de tuer en masse les impurs, tous les ­impurs, en Occident comme dans les pays musulmans. Le symbolisme du meurtre s’efface au profit du chiffre.

    Comment lutter contre ces crimes génocidaires ?

    Leur objectif, rappelons-le, est de créer le #chaos, la scission tous azimuts dans la société. Ils ont donc impérativement besoin d’une très grande #publicité autour de leurs #crimes. Or, malgré tous ses relais sur les réseaux sociaux, Daech ne dispose pas des mêmes moyens de diffusion que l’Occident. C’est dire à quel point ils ont besoin de nos canaux de diffusion pour donner l’ampleur qu’ils souhaitent à leurs actions et, par là même, recruter encore plus de candidats. L’#information est donc bien dans ce contexte un enjeu stratégique, pour ne pas dire #militaire. Cela veut dire que les informations dont nous disposons sur l’identité des auteurs d’attentats devraient être tenues secrètes quand ces crimes ont déjà eu lieu. Que l’on cherche à comprendre qui sont les personnes susceptibles d’agir, pour essayer d’anticiper et de prévenir leurs actes, c’est évidemment utile, et les travaux du psychanalyste tunisien Fethi Benslama, par exemple, nous éclairent beaucoup sur les candidats potentiels au martyre. En revanche, une fois le meurtre accompli, dire qui était la personne, raconter son passé et diffuser sa photo, c’est se transformer en caisse de résonance du crime et devenir l’allié objectif de Daech. La bonne question n’est pas de savoir pourquoi ces gens sont capables de commettre ces actes, mais bien pourquoi ils s’imaginent obtenir, grâce à leur forfait, une célébrité que rien ni personne ne peut leur offrir si ce n’est... nous-mêmes, et surtout les politiques et les médias. L’homme qui a brisé tant de vies à Nice s’est préparé pendant plusieurs mois à ce moment glorieux — et non religieux. Il a anticipé cette jouissance #narcissique dont il s’imaginait pouvoir profiter post mortem, en se projetant sur le moment où, après la mort, il pourrait observer les effets de son acte sur la population. En offrant une tribune exceptionnelle à ce fantasme, les politiques et les médias créent le terreau nécessaire à la naissance de dizaines d’autres candidats à la gloire. On le sait très bien avec le #suicide des #adolescents par exemple, plus on glorifie le sui­cidé, plus on en parle (en bien ou en mal), et plus on crée des vocations chez des jeunes et des moins jeunes qui parviennent à s’imaginer défier la mort en se représentant leurs propres obsèques ou ce que l’on dira d’eux une fois morts.

    “Les tueurs de Daech rêvent d’abord d’une mort glorieuse, et nous devons tuer cet espoir.”

    Que faire, alors ?

    Puisque nous sommes en guerre avec Daech, il faut commencer par identifier le cœur de sa stratégie de propagande, et la contrer. Cette stratégie consiste à utiliser toutes les chaînes de fonctionnement de la société occidentale pour donner une ampleur démesurée aux actes commis par les djihadistes. Je suggère donc que les responsables politiques décrètent l’#anonymat obligatoire de tout auteur d’atrocités, l’interdiction de diffuser ses images, ou tout renseignement sur son identité, l’interdiction de relayer le moindre élément permettant de l’identifier, bref de classer secret-défense tout ce qui concerne les personnes commettant ces attentats. La démocratie exige certes un libre accès à l’information, notamment sur le déroulement et les conséquences de ces crimes, mais elle exige aussi que l’on interdise de divulguer des informations susceptibles de mettre en danger la population. Or rendre impossible l’identification des assassins est une façon de faire que personne ne puisse s’identifier à eux. Que celui qui souhaite mourir avec la gloire sache qu’il mourra dans l’anonymat le plus total.

    Il faut donc « dé-héroïser » les auteurs d’attentats ?

    Ceux qui s’imaginent que les tueurs de Daech rêvent de trouver des vierges disponibles à leur arrivée au paradis se trompent. Ils rêvent d’abord d’une #mort_glorieuse, et nous devons tuer cet espoir en annonçant qu’ils ne sont pas des héros en devenir, mais des lâches qui retourneront à leur condition ­initiale d’anonymes, et le resteront pour l’éternité.

    Est-ce compatible avec le désir, légitime dans un pays démocratique, de donner du sens aux événements qui frappent ce pays en identifiant les criminels pour savoir ce qui a motivé leur geste ?

    Dans les crimes génocidaires, le véritable ennemi n’est pas la petite main qui commet le crime, mais le responsable qui l’inspire ou le commandite. J’ai pu le constater pendant les longues années que j’ai passées à étudier les Khmers rouges. Cela ne signifie pas que les acteurs sur le terrain ne sont pas responsables de leurs actes. Cependant, nous devons nous rappeler que nous ne luttons pas contre un individu mais contre une organisation qui développe des moyens gigantesques pour faire connaître sa cause. Tuer le plus de monde possible à moindre coût, en recevant la plus grande publicité disponible, c’est quasiment une stratégie commerciale pour Daech — et ça marche. Tous les régimes génocidaires ont fait cela. Les Einsatzgruppen assassinaient des milliers de Juifs à la chaîne au bord de fosses communes qu’ils leur avaient fait creuser ou avaient demandé aux villageois de préparer. Ils pensaient la mort à grande échelle et à rentabilité maximale. Sortons donc de la logique de focalisation sur les origines du soldat de Daech pour nous concentrer sur le rôle qu’il joue dans l’organisation génocidaire et le priver du bénéfice anticipé de ses actes. Il faut décréter — et le dire haut et fort — que ces « #soldats » mourront ici dans l’oubli le plus total, pour créer le doute dans la tête des candidats au martyre, et leur faire entrevoir le néant d’une mort anonyme.

    “Si on imagine que les tueurs de Daech sont simplement des produits de nos cités frappées par les difficultés sociales, on n’a rien compris.”

    Pourquoi les responsables politiques n’ont-ils pas pensé à cette stratégie ?

    Parce qu’ils n’ont pas saisi où réside le véritable danger de Daech. Ils pensent encore que si l’on décortique les motivations de ceux qui rejoignent l’organisation de l’Etat islamique, on va enfin comprendre et mieux protéger la population. Le phénomène est bien plus complexe, car ceux qui vont devenir des tueurs de masse ne sont pas nécessairement les mêmes que ceux qui ont souhaité partir. Parmi ces derniers, beaucoup ne deviendront pas des tueurs. Dès lors, si on imagine que les tueurs de Daech sont simplement des produits de nos cités frappées par les difficultés sociales, on n’a rien compris. Certains viennent de la banlieue, c’est vrai, mais le meurtre de masse n’est pas le produit de ces difficultés ! C’est comme si vous disiez que les SS étaient le simple produit des circonstances de leur enfance, et que vous cherchiez à expliquer le nazisme, le polpotisme et leurs effets dévastateurs à partir de cette seule composante vaguement psychosociologique ! Une fois que la barrière génocidaire est franchie, ce ne sont plus les origines sociales préexistantes qui sont déterminantes. L’anonymat est la réponse adaptée car elle contre la propagande de Daech sur son propre terrain. C’est l’anthropologue en moi qui arrive à cette conclusion. Quant au psychiatre, il vous dira que tout ce qu’il a pu lire sur le tueur de Nice ces derniers jours ne lui apprend strictement rien sur les motivations de son acte. Il battait sa femme ? Plein d’hommes battent leur femme, c’est très grave mais cela ne fait pas d’eux de futurs criminels de masse. L’offre de Daech s’adresse à des gens qui peuvent être issus de n’importe quel quartier, qui peuvent être des convertis récents ou des pratiquants de longue date, des gens posés ou des personnes instables, des gens tristes ou des personnes heureuses... Le génocidaire hutu était capable de tuer ses voisins simplement parce que Radio Mille Collines lui avait dit : « Ce sont des cafards, il faut aller les tuer. » Il était responsable de son acte, ce n’était pas un malade mental, chacun avait ses propres raisons de commettre ces atrocités. L’important, c’est donc bien la rencontre d’un individu avec l’offre qui lui est faite — et ce qu’il espère en retirer. En l’occurrence, pour celui qui répond à Daech, une semaine de gloire médiatique que rien ni personne ne pourrait lui offrir...

    Craignez-vous qu’une partie de la population ne finisse par se retourner contre les Français musulmans ?

    La situation se tend. La population arabo-musulmane issue de l’immigration postcoloniale — désormais française à part entière — n’a pourtant rien à voir avec ces histoires et compte de très nombreuses victimes dans les attentats. Mais il faut un bouc émissaire... Quand j’entends un homme politique proposer comme première mesure après le massacre de Nice d’interdire le voile, alors qu’on sait que plusieurs femmes portant le voile ont été tuées à Nice, je me dis : « Quelle indécence ! Quelle irresponsabilité ! » Etre candidat à la présidentielle et faire exactement ce que Daech attend de vous...