enuncombatdouteux

NI ACTUALITÉS NI COMMENTAIRES, ..... DU COPIER-COLLER ET DES LIENS...

  • Etats-Unis : le Pentagone envisage de développer des « mini-armes nucléaires »

    http://www.leparisien.fr/international/etats-unis-le-pentagone-envisage-de-developper-des-mini-armes-nucleaires-

    Un rapport sur l’armement américain envisage de revenir sur la non-prolifération nucléaire.

    http://s1.lprs1.fr/images/2018/01/18/7506969_8242bbea-fbdc-11e7-ac7f-d653c3b350e1-1.jpg

    Voilà qui risque de faire du bruit. Le ministère américain de la Défense veut réexaminer son arsenal nucléaire et développer un nouveau type d’armes à la puissance limitée, qui fait craindre aux experts une relance de la prolifération et un risque plus élevé de conflit nucléaire.
    Cette proposition apparaît dans une version préliminaire de la nouvelle « Nuclear Posture Review » (évaluation du dispositif nucléaire) que le Pentagone doit publier en février.

    Le Pentagone propose donc de développer de nouveaux types d’armes nucléaires à la puissance limitée, notamment des armes tactiques, parfois appelées « mini-armes nucléaires », qui ont un fort taux de pénétration et sont capables de détruire des bunkers ou des installations enterrées. Ces armes nucléaires tactiques « à faible rendement » ont toutefois une puissance équivalente à celles utilisées à Hiroshima ou Nagasaki.

    Il affirme que des armes nucléaires moins puissantes et plus nombreuses permettraient de contrer la « confiance mal placée » des ennemis des Etats-Unis dans l’idée que Washington n’utilisera jamais ses armes nucléaires conventionnelles, trop puissantes et destructrices.

    https://seenthis.net/messages/661001 via enuncombatdouteux


  • Stockage radioactif de Bure : « Une copie à revoir », selon l’ASN

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/01/15/stockage-radioactif-de-bure-une-copie-a-revoir_5241682_3244.html

    Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de sûreté nucléaire, souligne le risque d’incendie associé à certains déchets destinés au centre d’enfouissement de la Meuse.

    https://reporterre.net/local/cache-vignettes/L526xH500/arton13080-82b9a.jpg?1511634434

    L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) rend public, lundi 15 janvier, son avis sur le « dossier d’options de sûreté » du Centre industriel de stockage géologique (Cigéo). Celui-ci vise à enfouir, dans le sous-sol de la commune de Bure, dans la Meuse, 85 000 m3 de déchets hautement radioactifs et à vie longue. Sa mise en service doit débuter en 2026 ou 2027 et s’étaler jusqu’au milieu du siècle prochain.

    Tout en jugeant globalement « très bon » le dossier présenté par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), chargée de ce projet, le président de l’ASN, Pierre-Franck Chevet, estime qu’il doit être amélioré.

    A ce stade, la fiabilité du futur site du stockage vous semble-t-elle garantie ?

    Ce dossier est une étape importante, au regard de l’enjeu majeur de sûreté que constitue la gestion des déchets nucléaires les plus radioactifs et à vie longue – on parle ici de centaines de milliers d’années. La France, et je m’en réjouis, a choisi l’option du stockage géologique à grande profondeur, qui est aussi la solution de référence au niveau international. C’est le seul choix responsable, sauf à reporter sur les générations futures la charge de gérer ces déchets sur le long terme. Pour autant, il se peut que des alternatives soient trouvées dans le futur, raison pour laquelle la loi a prévu que le stockage soit réversible pendant au moins cent ans.

    L’Andra nous a soumis un très bon dossier. Il confirme que la zone argileuse retenue possède les caractéristiques géologiques requises. Et il marque des avancées significatives en termes de sûreté. Toutefois, nous avons des réserves sur un sujet important : celui des déchets bitumés. Sur ce point, l’Andra doit revoir sa copie. Si ce sujet n’est pas traité de manière satisfaisante, le stockage de ces déchets ne sera pas autorisé par l’ASN.

    Quel risque ces déchets présentent-ils ?

    Il s’agit de boues radioactives qui, par le passé, ont été conditionnées dans des matrices en bitume. Actuellement entreposés dans les installations du CEA [Commissariat à l’énergie atomique] à Marcoule [Gard] et d’Areva à la Hague [Manche], ces produits de moyenne activité à vie longue représentent un peu plus de 40 000 « colis », soit environ 18 % des conteneurs destinés à Cigéo.

    Or, outre que le bitume lui-même peut s’enflammer dans certaines conditions, ces déchets sont aussi susceptibles, par réaction chimique, de monter en température. Avec, en cas de départ de feu, le risque d’un emballement thermique propageant l’incendie dans les alvéoles souterraines de stockage. Cette éventualité doit pouvoir être totalement écartée.

    J’insiste sur le risque d’incendie, car il est particulièrement problématique en milieu souterrain. Il existe des précédents. En France, celui de Stocamine, le centre de stockage de déchets – non radioactifs – installé dans d’anciennes mines de potasse d’Alsace, où un feu a été provoqué en 2002 par la réaction chimique de produits entreposés, ce qui a conduit à l’arrêt définitif de l’exploitation. Et, aux Etats-Unis, celui du WIPP [Waste Isolation Pilot Plant], site de déchets nucléaires militaires implanté au Nouveau-Mexique, dans une couche de sel, où se sont produits en 2014 un incendie et un relâchement de radioactivité.

    Quelles sont les solutions ?

    La première, que nous privilégions, est de demander aux producteurs de ces déchets – le CEA, Areva et EDF – de les reprendre et de les reconditionner, pour les rendre inertes. Cela exige de développer à l’échelle industrielle un procédé de neutralisation chimique. L’autre voie serait de revoir la conception d’ensemble de Cigéo, en espaçant suffisamment les colis pour éviter la propagation d’un feu, et en mettant en place des moyens de détection très précoce d’une montée de température ainsi que d’extinction d’un feu. Industriellement, c’est sans doute compliqué. En tout état de cause, nous ne transigerons pas avec la sûreté.

    Si, finalement, ces 40 000 colis ne pouvaient trouver place dans le centre de stockage, celui-ci ne perdrait-il pas une partie de sa raison d’être ?

    En aucune façon. Les déchets les plus pénalisants que nous avons à gérer sont ceux de haute activité, issus notamment du retraitement du combustible nucléaire. La vocation principale de Cigéo est de confiner ces produits de façon sûre et durable. Pour les déchets bitumés, il faudra trouver un autre mode de stockage.

    Vous demandez néanmoins à l’Andra d’améliorer son dossier sur d’autres aspects...

    Des questions subsistent en effet, en particulier sur la tenue de l’installation face aux aléas naturels, spécialement aux séismes, ou sur la gestion des situations post-accidentelles. En cas d’accident ou d’incident dans une galerie, quelles sont les dispositions prévues pour intervenir, pour éviter la propagation du sinistre, pour poursuivre les opérations de stockage ? Ces questions sont normales au stade d’un dossier d’options de sûreté. L’Andra devra y répondre. Nos remarques doivent lui permettre d’amender et d’améliorer son projet.

    Qu’en est-il du risque d’actes de malveillance, récemment pointé par Greenpeace pour les piscines d’entreposage du combustible des centrales nucléaires ?

    L’ASN est chargée de la sûreté des installations nucléaires, mais la sécurité n’est pas de son ressort. Cependant, l’Andra devra aussi apporter des précisions sur la façon dont elle pense se prémunir, à Bure, contre des actes tels qu’un incendie d’origine criminelle. Encore une fois, le sujet est particulièrement complexe pour un site souterrain. Et plus encore pour une installation dont l’exploitation est prévue sur cent ou cent cinquante ans.

    L’Andra prévoit de vous soumettre sa demande d’autorisation de création de Cigéo en 2019. Compte tenu de vos demandes, ce calendrier est-il réaliste ?

    Le dossier est très bien avancé. Il est tout à fait possible de tenir le calendrier. Nous jugerons sur pièces, le moment venu.

    L’Andra avait chiffré le coût du centre de stockage à près de 35 milliards d’euros, EDF, Areva et le CEA, qui le financent, à 20 milliards. L’ex-ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a tranché pour 25 milliards. Ne lésine-t-on pas sur la sûreté ?

    La responsabilité de ce chiffrage revient au gouvernement. Le plus important est que l’arrêté signé en 2016 par Mme Royal précise que ce coût sera régulièrement réévalué, à chaque étape-clé du projet. Cigéo est une installation d’un type nouveau. Il est donc logique que l’estimation du coût évolue dans le temps.

    Compte tenu des risques et des incertitudes qui subsistent, certains opposants prônent l’abandon du projet d’enfouissement au profit d’un entreposage en surface. N’est-ce pas la voie de la prudence ?

    Au contraire. Un entreposage en surface, ou près de la surface, est certes concevable pour des déchets dont la durée de vie est de l’ordre du siècle, pas pour des déchets qui resteront radioactifs des centaines de milliers d’années. Qui peut garantir l’existence d’un contrôle humain et sociétal d’une telle installation à un horizon aussi lointain, qui dépasse toute capacité d’anticipation ? Personne. Je le redis, le stockage géologique profond est la seule solution responsable.

    https://seenthis.net/messages/660036 via enuncombatdouteux


  • Daniel Lindenberg : « Loin de reculer la révolution conservatrice se voit favorisée »

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/14/daniel-lindenberg-loin-de-reculer-la-revolution-conservatrice-se-voit-favori

    Dans un entretien qu’il a accordé au « Monde » quelques semaines avant son décès survenu le 12 janvier, l’historien des idées analyse l’état des forces du courant « néoréactionnaire » depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron.

    http://img.lemde.fr/2018/01/12/760.5/0/1868/1245/534/0/60/0/9d3c577_5712505-01-06.jpg

    Quelque temps après la victoire d’Emmanuel Macron, et observant le désappointement du courant que Daniel Lindenberg qualifiait de « néoréactionnaire » vis-à-vis d’un président qui réhabilitait le « progressisme » face au « conservatisme », Le Monde avait proposé à l’historien des idées de réaliser un entretien sur le sujet. La maladie contre laquelle il luttait, tout comme le rythme de l’actualité, avait reporté ce projet. L’interview se fit par mail à la fin du mois de décembre 2017. Nous publions ci-dessous ce dernier entretien dans lequel Daniel Lindenberg montre, une nouvelle fois et malgré les circonstances, qu’il était un intellectuel capable de mettre la plume dans la plaie et de faire vivre le débat tout comme la République des idées.

    La présidence d’Emmanuel Macron signe-t-elle une défaite – même momentanée – des néoréactionnaires, qui avaient, lors de la présidentielle, soit opté pour François Fillon, soit pour Marine Le Pen ?

    Parler de défaite serait imprudent, surtout dans la mesure où vous choisissez comme critère les résultats électoraux. En réalité, c’est le coup d’arrêt donné à la progression jugée irrésistible de la dynamique néoréactionnaire qui a changé au moins pour un temps le climat idéologique en réhabilitant, par exemple, l’adjectif « progressiste » face à ce que le président appelle « conservatisme » et qui n’est pas obligatoirement une catégorie politique, mais une ouverture vers un optimisme jusque-là disqualifié.

    Il n’est plus honteux aujourd’hui de penser que les nouveaux réacs ne sont pas « dans le sens de l’histoire », vu qu’ils représentent une survivance d’idées rétrogrades, y compris chez des penseurs que l’on se plaît à classer comme progressistes. Mais cette bouffée d’optimisme reste fragile car il faut tenir compte du climat particulier de l’élection de Macron et de l’absence, par exemple, d’intellectuels de référence qui porteraient au même niveau d’autorité la nouvelle parole « progressiste ». Peut-être trouvera-t-on des éléments possibles dans le livre de Michel Serres C’était mieux avant ! [Le Pommier, 96 p., 5 €].

    La réhabilitation du progressisme au détriment du conservatisme par le président de la République marque-t-elle le début de la fin d’une hégémonie intellectuelle, celle de la « révolution conservatrice » en cours ?

    Ce qui précède explique qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, et que quelques propos isolés contredisent par ailleurs d’autres du président et n’annoncent nullement un quelconque renversement global, ce qui, d’ailleurs, ne serait pas dans ses possibilités. Il suffit de penser au succès très net de la mouvance Charlie Hebdo contre le bloc beaucoup moins puissant qui soutient Edwy Plenel et Mediapart pour se convaincre que, sur les questions toujours centrales de l’islam et de la soi-disant laïcité, le rapport de forces n’est pas prêt d’être renversé.

    Emmanuel Macron et certains ministres de son gouvernement n’ont-ils pas, par ailleurs, récupéré des éléments de langage du néoconservatisme ambiant ?

    C’est un fait que le discours de certains ministres du président, je pense à Jean-Michel Blanquer dans le domaine de l’éducation ou encore celui de Gérard Collomb dans celui de l’islam et de la laïcité, n’est nullement en rupture avec les éléments de langage les plus rétrogrades sur ces questions. Ce qui entretient pour le moins la confusion ; cette confusion permet que ce soient les mêmes intellectuels qui soient plébiscités par des organes de droite comme Le Figaro, La Revue des deux mondes, Le Point, Valeurs actuelles et des organes réputés encore être de Gauche (L’Obs, Marianne et France-Culture).

    Comment expliquez-vous la banalisation des interviews d’intellectuels de gauche dans la revue « Eléments » ?

    La revue Eléments a été créée par les intellectuels d’extrême droite qui, voyant la stérilité des stratégies de la violence, ont privilégié ce qu’ils appellent « le combat des valeurs », c’est-à-dire la séduction par la supériorité des arguments (ou de l’argumentation). Les intellectuels de gauche sont flattés par cette attention qui leur est portée par les représentants en pointe de la révolution conservatrice. Ils éprouvent la sensation toujours enivrante de dîner avec le diable tout en sortant d’un certain ghetto. La revue Eléments, créée en 1975, remplit depuis des années cette fonction qui avait d’abord été celles de revues communistes ou communisantes (La Pensée, La Revue internationale).

    Les intellectuels progressistes ont-ils un nouvel espace pour contrer les néoréactionnaires, comme l’a illustré le succès de « Histoire mondiale de la France » ?

    En effet, le succès d’ouvrages à vocation encyclopédiques comme L’Histoire mondialede la France, sous la direction de l’historien progressiste Boucheron, est un signe encourageant. Le fait que cette nouvelle école se soit affranchie à la fois de la vulgate rétrograde ou spiritualiste et des débris des dogmatismes marxistes ouvre des perspectives inespérées pour en finir avec les chaînes de la période précédente, que symbolisaient le choix impossible entre islamophobie et Indigènes de la République. Ce choix n’est sûrement pas celui de Macron, mais on peut lui accorder que c’est lui qui a permis d’échapper à ce dilemme mortifère.

    La nouvelle donne géopolitique mondiale n’offre-t-elle pas une opportunité aux partisans de l’émancipation et des sociétés ouvertes ?

    Bien sûr, comme le dit la sagesse populaire, lorsqu’on a touché le fond, on ne peut que remonter, mais dans le cas d’espèce, cette nouvelle donne géopolitique ou géo-idéologique n’offre à mon sens que des raisons de désespérer, au moins pour une certaine période. Loin de reculer, la révolution conservatrice se voit favorisée par les effets conjugués des mises en cause de ce que ses ennemis appellent sans beaucoup de rigueur les idéologies du progrès prétendument attribuables essentiellement aux deux guerres mondiales. Je veux dire les conséquences positives qu’on a tirées des deux guerres. Ces dernières ont plongé notre époque dans un cercle vicieux. L’optimisme que présuppose votre question me paraît largement injustifié. Ce n’est pas la perspective de nouvelles révolutions démocratiques devant laquelle nous nous trouvons placés mais pour aller au pire la perspective effrayante d’une apocalypse nucléaire.

    https://seenthis.net/messages/659871 via enuncombatdouteux


  • Pierre Bourdieu, cible et repère

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/11/pierre-bourdieu-cible-et-repere_5240483_3232.html

    Dans le débat public, le nom du chercheur, mort en janvier 2002, resurgit à chaque attaque contre la sociologie. C’est parce qu’il a marqué la discipline : les querelles autour de son œuvre sont à la mesure de son importance.

    http://img.lemde.fr/2018/01/09/187/598/2907/1453/644/322/60/0/4bed5c2_13292-1v3w6yh.goli.jpg

    A chaque attaque contre la sociologie, le nom de Pierre Bourdieu resurgit. En 2015, il était déjà dans la ligne de mire de l’essayiste Philippe Val, qui s’en prenait au « sociologisme » dans ­Malaise dans l’inculture (Grasset). Quand l’ancien premier ministre Manuel Valls déclare, quelques mois plus tard, qu’« aucune excuse sociale, sociologique et culturelle » ne doit être cherchée au terrorisme, c’est encore à lui qu’on pense.

    Et c’est toujours lui qui est au cœur d’une charge venue, cette fois, de l’intérieur de la discipline : dans Le Danger sociologique (PUF, 2017), qui a suscité un émoi médiatique, Gérald Bronner et Etienne Géhin accusent Bourdieu d’avoir contribué à propager la « théorie du déterminisme social », sans considération pour la liberté des acteurs sociaux.

    « Les progrès de la neurobiologie et des sciences cognitives ne permettent plus aux sociologues de tout ignorer des ressources d’un organe qui est le moyen de la pensée, de l’intelligence, de l’inventivité, du choix, et par là, d’un certain libre arbitre », écrivent-ils.
    Gérald Bronner, professeur à l’université Paris-Diderot, persiste et signe : « Tout n’est pas prédictible. Si un chercheur n’est jamais surpris par ses résultats, c’est quand même un problème ! » Dans la foulée, la revue Le Débat consacre notamment son numéro de novembre-décembre 2017 à « la sociologie au risque d’un dévoiement » ; la sociologue Nathalie Heinich, très virulente, y reproche au « courant bourdieusien » la reprise « de grilles de perception du monde directement importées du vocabulaire militant ».

    Mais pourquoi ce chercheur agite-t-il autant le débat public seize ans après sa mort ? Comment expliquer que l’évocation de son seul patronyme continue d’échauffer les esprits dans la sphère publique ? Ou autre façon de poser la question : y a-t-il un Pierre Bourdieu médiatique, qui sentirait encore le soufre, et un Pierre Bourdieu académique, devenu un auteur classique ?

    Crispations hexagonales

    Il est vrai que brandir son nom revient à raviver des crispations hexagonales. Comme le rappelle Marc Joly, chercheur associé au CNRS, membre du Laboratoire Printemps et auteur d’un essai à paraître sur le sociologue :

    « Il fait partie des quatre grands noms de la sociologie française des années 1970, avec Michel Crozier, Raymond Boudon et Alain Touraine. Tous se sont retrouvés susceptibles d’être jugés par Raymond Aron. Mais celui qui est reconnu, c’est Bourdieu. »

    En effet, dès les années 1960, les travaux sur l’Algérie de ce normalien, fils de postier, attirent l’attention de la sommité, qui en fait son assistant. Bourdieu est âgé d’à peine plus de 30 ans quand il se voit confier le poste de secrétaire du Centre de sociologie européenne.

    Il rêve de réveiller une discipline qui a perdu de son crédit et d’y réinjecter une ambition scientifique. En tant qu’agrégé de philosophie et ancien élève de l’Ecole normale supérieure, il a toute légitimité pour le faire. Dans Le Métier de sociologue (Mouton/Bordas, 1968), Bourdieu fixe, avec Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, les principes élémentaires de la discipline. Son champ d’influence s’étend très vite : déjà directeur d’une collection aux Editions de Minuit, il fonde une revue, Actes de la recherche en sciences sociales, qui existe toujours, crée le Centre de sociologie de l’éducation et de la culture, et dirige, enfin, le Centre de sociologie européenne, qui fusionnera avec le Centre de recherches politiques de la Sorbonne.

    En 1982, il obtient la chaire de sociologie au Collège de France, qu’il occupera vingt ans. « Bourdieu a marqué l’espace académique », résume le sociologue Stéphane Dufoix, professeur de sociologie à l’université Paris-Nanterre. « Une des caractéristiques de la postérité de Bourdieu, c’est qu’il est le seul à avoir réussi à faire école parmi les sociologues français de sa génération. Rares sont, par exemple, les chercheurs en sciences sociales qui se réclament exclusivement de l’influence de Raymond Boudon », ajoute Philippe Coulangeon, directeur de recherche au CNRS.

    Aujourd’hui, ses héritiers sont actifs, à l’image de Frédéric Lebaron, professeur de sociologie à l’Ecole normale supérieure Paris-Saclay, Gisèle Sapiro ou Louis Pinto, tous deux directeurs de recherche au CNRS. Mais l’influence du maître va bien au-delà du cercle de ses disciples : « A quelques exceptions près, les grands noms de la sociologie française encore en activité sont tous d’anciens proches ou d’anciens collaborateurs de Bourdieu : Jean-Claude Passeron, Luc Boltanski, Nathalie Heinich, Jean-Louis Fabiani, Bernard Lahire… », ajoute Stéphane Dufoix.

    Les tensions que suscite une recherche sont évidemment proportionnelles à son influence. Bourdieu a touché à tous les domaines : la justice, la littérature, les médias, la religion, l’école… Pour décrire le monde social, il a inventé des outils efficaces : le terme « habitus », par exemple, permet de rendre compte du processus qui conduit les gens à incorporer des manières d’agir et de penser propres au contexte dans lequel ils grandissent et vivent, donc à leur milieu social, au pays dans lequel ils sont nés, à leur genre, leur rang dans la fratrie ou à leur carrière professionnelle. La notion de « champ », qui vient en complément, désigne les contextes différenciés – artistique, politique ou encore économique – dans lesquels se forme et s’exprime l’habitus. La fréquentation précoce d’un champ permet, enfin, d’accumuler des « capitaux », et en particulier du « capital culturel », lequel renvoie au niveau de connaissance d’un individu, à ses diplômes comme à ses goûts littéraires ou musicaux.

    « Beaucoup ont critiqué Bourdieu parce que c’est lui qui dominait scientifiquement et qui continue de le faire. Et, d’une certaine manière, c’est normal : dans une discipline, on se bat pour essayer de trouver les failles et de faire avancer les problèmes », souligne Bernard Lahire, professeur à l’Ecole normale supérieure de Lyon et membre du Centre Max-Weber. Lui-même admet volontiers avoir voulu « tuer le père » : « On me l’a souvent dit et ça ne me gêne pas. La science n’est que dépassement permanent de l’acquis. On passe notre temps à critiquer nos maîtres. Mais la question est de savoir si le meurtre est parfait. Je veux être reconnu comme un tueur professionnel ! », ­blague-t-il. « La plupart des sociologues qui ont été formés par Bourdieu ont voulu tuer le père pour tenter de fabriquer quelque chose de singulier », confirme Stéphane Dufoix.

    Mais la controverse actuelle lancée par Gérald Bronner est d’une autre nature. Il ne s’agit pas d’un dépassement ou d’une critique. L’élève de Raymond Boudon rejoue plutôt une bataille des idées née dans les années 1970. Pour aller vite, deux courants s’opposent alors : le déterminisme, qui veut que les individus soient façonnés par les structures sociales, et l’individualisme méthodologique, qui insiste sur la liberté des acteurs sociaux. C’est la fameuse querelle avec Raymond Boudon, qui s’est invitée dans les manuels scolaires.

    En 1973, ce dernier publie en réponse au courant déterministe L’Inégalité des chances (Fayard). Pour Boudon, la réussite des enfants est moins corrélée à leur origine sociale qu’aux attentes des parents vis-à-vis de l’école. L’ouvrage divise « structuralistes » et « individualistes », au prix de raccourcis de chaque côté. La querelle est-elle aujourd’hui dépassée ? « L’opposition déterminisme/liberté continue de sous-tendre le débat en sciences sociales sous des formes diverses. Ce sont cependant de fausses oppositions le plus souvent, explique Gisèle Sapiro. Ce n’est pas parce qu’on réfléchit au poids des structures sociales sur les individus qu’on est déterministe au sens strict. Le déterminisme causal ne s’applique pas aux sciences sociales, qui relèvent du domaine de la probabilité. Bourdieu parle de dispositions, et non de conditionnement au sens du béhaviorisme. » Il n’empêche : si elle est moins rigide qu’il n’y paraît, la théorie de Bourdieu reste assez tranchante. Elle ramène au rang de mythes de grands idéaux : « Ce qui rend ses concepts insupportables aux yeux de certains, c’est qu’ils remettent en cause la liberté, par exemple, ou la méritocratie », suggère Marc Joly.

    A la mort de Bourdieu, en 2002, Alain Touraine déclare, au passé : « Il était une référence positive ou négative indispensable. » Peut-être pressent-il alors que cette relation passionnée, mélange d’amour et de haine, va devoir évoluer. Et, en effet, débute à ce moment-là une période de latence. Le fantôme de Pierre Bourdieu plane sur les sciences sociales, mais plus grand-monde n’ose s’en revendiquer. L’auteur de La Misère du monde (Seuil, 1993) sent le soufre, probablement aussi en raison de la forme qu’a prise son engagement politique dans les dernières années de sa vie, et notamment à partir des grandes grèves de l’automne 1995 contre le « plan Juppé ». Ce que d’aucuns considèrent comme une entorse à l’exigence de « neutralité axiologique » héritée de Max Weber rejaillit soudain sur l’ensemble de son œuvre.

    Nouvelle génération de chercheurs

    En tout état de cause, « à la fin de la vie de Bourdieu, et peut-être encore plus après sa mort, être ouvertement bourdieusien était un handicap pour le recrutement, par exemple au CNRS. Quand j’ai soutenu ma thèse, en 2010, on ne pouvait toujours pas vraiment le citer sans risque. On parlait d’“espace” plutôt que de “champ”, de “ressource” plutôt que de “capital” », témoigne Wilfried Lignier, membre du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP). En 2012, la publication aux éditions du Seuil d’un premier cours au Collège de France – Sur l’Etat – marque une nouvelle étape dans l’héritage.

    Et, dans la foulée du succès que celui-ci rencontre à l’étranger, les usages commencent à changer dans l’Hexagone. Désormais, mobiliser ses concepts, sans réinventions ni reformulations, est davantage possible. Une nouvelle génération de chercheurs, indifférente à l’ancienne guerre des chefs, pioche dans cette boîte à outils pour comprendre le métier d’agent immobilier, les relations entre enfants dans les cours de récréation, les choix d’école par les parents, la récupération des victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC), les tensions dans le corps des officiers de l’armée de terre, l’entre-soi dans les clubs de loisirs privés…

    « Cette référence à Bourdieu est en train de devenir positive, voire incontournable dans certains domaines de recherche », avance M. Lignier. Au risque de perdre de son mordant ? De l’avis de Philippe Coulangeon, « le capital culturel, par exemple, est aujourd’hui une notion banalisée dans les sciences sociales, mais beaucoup d’auteurs l’utilisent pour désigner seulement les ressources culturelles, alors que Bourdieu, plus exigeant, l’utilisait en référence à la notion marxiste de capital. En voyageant dans le temps et dans l’espace, ces concepts finissent parfois par s’affadir ». L’œuvre est en tout cas un canon de la discipline.

    « Dès les années 1980, La Distinction [Minuit, 1979] a largement contribué à la reconnaissance académique de Bourdieu à l’étranger. Et depuis sa mort, tandis que des colloques lui étaient consacrés aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Inde ou au Chili, il est devenu un classique », affirme Gisèle Sapiro. Entre 2003 et 2012, il grimpe dans les statistiques américaines, au point de devancer Emile Durkheim (1858-1917) : il devient le sociologue le plus cité aux Etats-Unis selon la revue European Journal of Sociology, qui souligne « un taux de croissance fortement positif ».

    En France, depuis une décennie, une abondante production bibliographique le prend pour objet afin de le discuter, de le présenter, le relire, le vulgariser : depuis le Pourquoi Bourdieu (Gallimard, 2007), de Nathalie Heinich, ont suivi trois publications intitulées Pierre Bourdieu, par Patrick Champagne (Milan, 2008), Edouard Louis (PUF, 2013) et Jean-Louis ­Fabiani (Seuil, 2016). Et deux autres ouvrages sont attendus rien que pour le mois de février : Foucault, Bourdieu et la question néolibérale, de Christian Laval (La Découverte), et Pour Bourdieu (CNRS), de Marc Joly.

    Les anciens conflits sont en voie de s’apaiser, les positions sont moins binaires, la discipline plus spécialisée et aussi plus éclatée. « En fait, la sociologie française actuelle est surtout dominée par une absence d’école. Il n’existe pas de paradigme dominant, pas de véritable conflit entre deux manières d’interroger le social », affirme Stéphane Dufoix. Dans ce climat dépassionné, la polémique récente ressemble donc plutôt à un ultime soubresaut. Volonté de se positionner dans un champ aujourd’hui éclaté pour créer la surprise ? Tentative pour se frayer un chemin vers le monde médiatique et intellectuel ? Les deux se mêlent, selon Arnaud Saint-Martin, chargé de recherche au CNRS, qui y voit une « stratégie d’intervention médiatique ainsi que, in fine, une recherche de pouvoir institutionnel dans la discipline ».

    Match déterminisme/liberté

    Pour Olivier Galland, directeur de recherche au CNRS, « Gérald Bronner veut redonner vie et visibilité dans la vie intellectuelle au courant de l’individualisme méthodologique, orphelin en France depuis la mort de Raymond Boudon [en 2013]. Ce courant n’a jamais été très puissant en France, beaucoup moins que dans la sociologie internationale. Même s’il va falloir d’abord juger sur pièces à partir des travaux de recherche qui seront produits, ce n’est pas une ambition médiocre ». Lui pense que la postérité n’a pas encore fait son œuvre et que le canon n’est pas fixé ad vitam aeternam : « C’est une question de cycle ou de mode. Attendons de voir si les concepts de Bourdieu résistent au temps… »

    Reste que le match déterminisme/liberté semble aujourd’hui quelque peu anachronique, à en croire les usages qui sont faits des concepts sociologiques par une génération qui ne se reconnaît pas dans les guerres de tranchées. « La sociologie telle qu’elle se pratique aujourd’hui est loin de ces traditions représentées par deux ou trois totems sur lesquels on serait censé gloser pour toujours », affirme Arnaud Saint-Martin. Le sociologue Marc Joly préfère regarder vers l’avenir : « On est dans un moment de transition où l’on solde des querelles anciennes pour pouvoir passer à autre chose. »

    https://seenthis.net/messages/659870 via enuncombatdouteux


  • " La Nature humaine : une illusion occidentale " par Marshall Sahlins

    https://enuncombatdouteux.blogspot.fr/2018/01/la-nature-humaine-une-illusion.html

    Au cours de ces dix ou vingt dernières années, l’enseignement connu sous le nom de « civilisation occidentale » a progressivement perdu de son importance dans le cursus des étudiants américains. L’objectif de cet ouvrage est d’accélérer ce processus en réduisant la « civi occidentale » à trois heures de lecture. J’en appelle au principe nietzschéen : les grands problèmes sont comme des bains d’eau glacée, il faut en sortir aussi rapidement qu’on y entre. 

    http://townsendcenter.berkeley.edu/sites/default/files/styles/220w/public/events/marshall_sahlins.jpg?itok=ov7ivtcm

    Depuis plus de deux mille ans, ceux qu’on appelle les « Occidentaux » ont toujours été hantés par le spectre de leur nature : à moins de la soumettre à quelque gouvernement, la résurgence de cette nature humaine cupide et violente livrerait la société à l’anarchie. La théorie politique de l’animal sans foi ni loi a souvent pris deux partis opposés : ou bien la hiérarchie, ou bien l’égalité ; ou bien l’autorité monarchique, ou bien l’équilibre républicain ; ou bien un système de domination idéalement capable de mettre un frein à l’égoïsme naturel des hommes grâce à l’action d’un pouvoir extérieur, ou bien un système auto-régulé où le partage égal des pouvoirs et leur libre exercice parviendraient à concilier les intérêts particuliers avec l’intérêt commun. Au-delà du politique, nous trouvons là un système métaphysique totalisant qui décrit un ordre naturel des choses : on retrouve en effet une même structure anarchique originaire entre des éléments qu’on ordonne soit à l’aide d’une hiérarchie, soit par l’égalité ; ce système vaut aussi bien pour l’organisation de l’univers, que pour celle de la cité, et intervient même dans la conception de la santé du corps humain. Il s’agit d’une métaphysique propre à l’Occident, car la distinction entre nature et culture qu’elle suppose définit une tradition qui nous est propre, nous démarquant de tous les peuples qui considèrent que les bêtes sont au fond des êtres humains, et non que les humains sont au fond des bêtes. Pour ces derniers, il n’est pas de « nature animale » que nous devrions maîtriser. Et ils ont raison, car l’espèce humaine telle que nous la connaissons, l’homo sapiens, est née il y a relativement peu de temps dans une histoire culturelle de l’homme beaucoup plus ancienne. La paléontologie en témoigne : nous sommes, nous aussi, des animaux de culture ; notre patrimoine biologique est déterminé par notre pouvoir symbolique. Notre esclavage involontaire aux penchants animaux est une illusion ancrée dans la culture.

    https://seenthis.net/messages/659724 via enuncombatdouteux


  • Une nouvelle façon de prédire les événements météo extrêmes

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/01/11/une-nouvelle-facon-de-predire-les-evenements-meteo-extremes_5240427_1650684.

    Une équipe lyonnaise a mis au point un modèle prometteur pour évaluer les probabilités de survenue de phénomènes rares.

    http://img.lemde.fr/2018/01/08/91/0/264/132/644/322/60/0/fbd21e0_6588-1871txx.1aedf.jpg

    Les assureurs vont être ­contents. Une méthode mathématique devrait leur permettre d’évaluer les probabilités d’occurrence d’événements météorologiques extrêmes mais, par nature, rares. Et qui coûtent très cher, comme l’ont montré les canicules de l’été 2003 en France ou les passages dévastateurs ­successifs, fin août 2017, des ouragans Harvey et Irma dans l’océan Atlantique.

    Pour estimer les risques et calculer les montants des polices d’assurance, il est nécessaire d’avoir de bonnes estimations du pire à venir. Jusque-là, il n’y avait que deux méthodes, chacune avec leur défaut.

    On peut utiliser les données du passé pour recenser les fortes ­chaleurs, les tempêtes, les pluies diluviennes… Mais souvent, on ne dispose pas de données précises sur plus d’un siècle, ce qui offre un recul insuffisant pour estimer une probabilité sur des cas extrêmes.

    L’autre méthode est de simuler numériquement l’évolution du climat sur plusieurs années dans le futur et de compter combien de fois ces événements extrêmes ont lieu dans ces avenirs numériques. Le défaut est ici que ce genre de calculs est coûteux en temps et qu’il est donc limité pour les périodes dépassant le siècle. Ce qui peut « tromper » les estimations sur les « temps de retour ».

    D’où l’intérêt de la méthode présentée dans les PNAS ,le 20 décembre 2017, par Francesco Ragone, ­Jeroen Wouters et Freddy Bouchet de l’ENS Lyon.

    Ces chercheurs ont évalué les temps de retour de vagues de chaleur d’au moins 90 jours dépassant les normales saisonnières, en étant cent à mille fois plus ­efficaces que les simulations. Autrement dit en réduisant d’autant les temps de calcul. « Cette amélioration permet d’envisager des études impossibles ­jusqu’à présent », indique Freddy Bouchet, directeur de recherche au CNRS, à l’origine du projet. « C’est un progrès technique avec beaucoup de promesses », estime Pascal Yiou, du CEA, qui espère collaborer avec ses collègues lyonnais pour un futur projet.

    Inspiré de la génétique

    L’idée est astucieuse et a été développée depuis une dizaine d’années par des mathématiciens pour des domaines où apparaissent des « cygnes noirs », comme des réactions chimiques, des ­effets magnétiques… « C’est la première fois que c’est appliqué au ­climat », souligne Freddy Bouchet.

    La philosophie s’inspire de la ­sélection génétique. Un modèle climatique est utilisé pour simuler plusieurs évolutions de l’atmosphère, dont un grand nombre, par définition, ne présenteront pas de « dérapages » (forte tempête, chaleur…). Les chercheurs « sélectionnent » parmi les trajectoires celles qui ont le plus de chance de conduire à un extrême. Puis ils recommencent la simulation, pour de nouveau conserver les trajectoires déviantes. Et relancer à nouveau… Bien entendu, ce processus de sélection respecte des contraintes statistiques globales afin de ne pas exagérer la ­probabilité des événements rares.

    Et ça marche. Pour le vérifier, les chercheurs ont comparé leurs ­résultats avec ceux tirés de simulations sur presque mille ans et constaté le bon accord. Mais eux peuvent ensuite pousser leur estimation jusqu’à un million d’années. Ils ont aussi remarqué des corrélations géographiques cohérentes : si des fortes chaleurs s’abattent sur l’Europe, alors l’Amérique du Nord sera aussi touchée. Et la Russie sera frigorifiée.

    Précision à améliorer

    L’une des limites du modèle est cependant qu’à chaque type d’extrême, il faut développer un nouvel algorithme nécessitant de bien saisir le phénomène en jeu. « Ce n’est pas facile. Il faut comprendre le modèle climatique utilisé, savoir comment sélectionner les trajec­toires… », note Freddy Bouchet, qui envisage de tester maintenant la méthode sur les cyclones.

    Une autre limite est que le calcul a été fait à partir de modèles ­climatiques réputés, mais connus pour être moins précis que les meilleurs utilisés, notamment dans les évaluations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Les probabilités de retour trouvées ne sont donc pour l’instant pas utilisables par les assureurs.

    « C’est une preuve de concept et nous allons collaborer avec des spécialistes de ces meilleurs ­modèles pour améliorer la précision », précise Freddy Bouchet, dont le travail a été financé par le fonds pour la recherche de l’assureur Axa.

    https://seenthis.net/messages/659644 via enuncombatdouteux



  • Le changement climatique entraine l’affaissement du plancher océanique, la modification chimique de ses eaux et la suffocation de nos océans

    http://www.gurumed.org/2018/01/06/changement-climatique-entraine-laffaissement-plancher-ocanique-modification

    ‘il y a une chose que nous avons apprise au sujet de cette expérience planétaire globale appelée changement climatique, c’est qu’il est suivi de conséquences inattendues. C’est ce que révèlent encore 3 études indépendantes, publiées en ce début d’année, sur l’action du changement climatique sur nos océans et que votre Guru se permettra de compiler ici.

    https://d2ufo47lrtsv5s.cloudfront.net/content/sci/359/6371/eaam7240/F1.large.jpg?width=800&height=600&carousel=1
    Le plancher océanique s’affaisse…

    Toute l’eau découlant des nappes de glace fondantes alourdis les océans, au point que les fonds marins s’enfoncent/ s’affaissent littéralement. Et cela pourrait fausser nos mesures de l’élévation globale du niveau de la mer.

    Ils ont constaté que l’augmentation de la charge océanique totale due à ces changements, en grande partie causés par l’humain, a entrainé l’affaissement du plancher océanique en moyenne d’environ 0,1 mm/an entre 1993 et 2014, soit 2,1 mm sur toute la période. Ça n’a l’air de rien, surtout si l’on considère que le niveau de la mer a augmenté d’environ 80 mm depuis le début des années 90, mais il faut avoir en tête que nous parlons ici de tout l’océan.

    La chimie de nos océans se modifie

    D’autres chercheurs, travaillant près du milieu de l’océan Arctique, ont constaté que les concentrations de radium 228 ont augmenté rapidement au cours de la dernière décennie, la disparition de la glace entraînant l’accumulation de sédiments dans l’eau.

    Les océans suffoquent

    Une autre étude… publiée également en ce début d’année, rapporte que partout dans le monde, la teneur en oxygène de nos océans diminue rapidement.

    https://seenthis.net/messages/658590 via enuncombatdouteux


  • « L’ordinateur est complètement con » par Gérard Berry

    https://enuncombatdouteux.blogspot.fr/2018/01/lordinateur-est-completement-con-par.html

    La langue m’intéresse aussi parce que, qu’est-ce que programmer un ordinateur ? C’est parler à quelqu’un de totalement obéissant, qui ne pose jamais de question, qui ne s’ennuie jamais. Quand on y pense, c’est une activité belle et absurde de parler à un abruti aussi absolu que l’ordinateur.

    https://www.youtube.com/watch?v=MAGa2J57CZc&feature=youtu.be

    Je n’ai jamais été déçu par l’intelligence artificielle parce que je n’ai pas cru une seule seconde en l’intelligence artificielle. Jamais.

    Je n’ai jamais cru que les robots pourraient faire des actions intelligentes. On dit : « Mais l’ordinateur sait jouer aux échecs. » Oui, ça prouve que les échecs sont un jeu facile, c’est tout. C’est dur pour les hommes, mais ce n’est pas dur en soi. Un homme ne sait pas faire une addition. En revanche, il sait composer de la musique.

    https://seenthis.net/messages/658569 via enuncombatdouteux


  • Le ministre allemand de la Justice victime de sa propre loi sur internet

    http://www.parismatch.com/Actu/International/Le-ministre-allemand-de-la-Justice-victime-de-sa-propre-loi-sur-internet


    Heiko Maas, le ministre allemand de la Justice, a vu un de ses tweets être supprimé en vertu d’une loi qu’il a lui-même initiée pour purger les réseaux sociaux des messages haineux.

    http://resize2-parismatch.ladmedia.fr/r/940,628/l/logo/w/Bj3JG0E3DXigXYn-IAAXeDovbE13YWg3S2o5NG1Rei8xbzdBWTI5cHBMZ05HNFFpYTBFMVBndmdvazdrPQ==/img/var/news/storage/images/paris-match/actu/international/le-ministre-allemand-de-la-justice-victime-de-sa-propre-loi-sur-internet-1434104/23619599-1-fre-FR/Le-ministre-allemand-de-la-Justice-victime-de-sa-propre-loi-sur-internet.jpg

    Le ministre allemand de la Justice a vu l’un de ses tweets, dans lequel il traitait un essayiste de « crétin », supprimé en vertu d’une nouvelle loi qu’il a lui-même initiée pour purger les réseaux sociaux des messages haineux.

    « Heiko Maas victime de sa propre législation », écrit lundi le quotidien Bild, qui révèle l’affaire.

    Le tweet en question remontait à 2010, à une époque où il n’était pas encore ministre. M. Maas s’en était pris à l’époque à un essayiste à succès néo-conservateur en Allemagne, Thilo Sarrazin, en le traitant de « crétin ».

    Le message a été supprimé au cours du week-end, suite à des plaintes envoyées par des particuliers. « Il y a des choses que je ne twitterais plus aujourd’hui », a dit lundi le ministre en faisant amende honorable.

    https://seenthis.net/messages/658195 via enuncombatdouteux


  • " Une Apologie des Oisifs " par Robert Louis Stevenson (1877)

    https://enuncombatdouteux.blogspot.fr/2018/01/une-apologie-des-oisifs-par-robert.html

    Aujourd’hui, chacun est contraint, sous peine d’être condamné par contumace pour lèse-respectabilité, d’exercer une profession lucrative, et d’y faire preuve d’un zèle proche de l’enthousiasme. 

    https://media1.britannica.com/eb-media/20/19520-004-7D95E7B8.jpg

    La partie adverse se contente de vivre modestement, et préfère profiter du temps ainsi gagné pour observer les autres et prendre du bon temps, mais leurs protestations ont des accents de bravade et de gasconnade. Il ne devrait pourtant pas en être ainsi. Cette prétendue oisiveté, qui ne consiste pas à ne rien faire, mais à faire beaucoup de choses qui échappent aux dogmes de la classe dominante, a tout autant voix au chapitre que le travail.

    https://seenthis.net/messages/657915 via enuncombatdouteux


  • L’astromobile Curiosity aurait-elle trouvée des traces fossiles sur Mars ?

    http://www.gurumed.org/2018/01/06/lastromobile-curiosity-aurait-trouvee-traces-fossiles-mars

    ‘astromobile Curiosity de la NASA a découvert d’inhabituelles et toutes petites structures minérales dans le paysage martien qu’il visite, le lieu dit Vera Rubin Ridge (point de passage 1809 dans la carte ci-dessous).

    Le robot martien a capturé l’image en entête le 2 janvier 2018, avec son instrument d’imagerie, Mars Hand Lens Imager (MAHLI) qui est situé à l’extrémité du bras du robot. (image de NASA/ JPL-Caltech/ MSSS)

    http://www.leonarddavid.com/wp-content/uploads/2018/01/Curiosity-ChemCam-Remote-Micro-Imager-photo-of-novel-features-taken-on-Sol-1921-December-31-2017-350x350.png

    Ses formes, qui peuvent être liées aux minéraux, ont été trouvées dans une zone si intéressante que les chercheurs y avaient renvoyé l’astromobile pour y jeter un second coup d’œil scientifique.

    Des questions subsistent quant à savoir si la caractéristique est d’origine géologique ou biologique, certains suggérant qu’il pourrait s’agir de traces fossiles, des preuves indirectes que la vie a existé dans un endroit particulier à un moment donné dans un passé lointain, avec des exemples courants comme des trous et des empreintes de pas. Ici, ce pourrait être des traces de bioturbation, le processus par lequel des organismes vivants dans les sédiments peuvent en perturber la structure.

    Cependant, il faut raison garder, car ce n’est qu’une explication possible et certainement pas celle qu’étudie actuellement la NASA.
    Selon le scientifique planétaire Pascal Lee du SETI :

    Une origine strictement minérale est, bien sûr, la plus plausible.
    Et selon le scientifique de la NASA Ashwin Vasavada pour la mission Curiosity :
    Nous ne l’excluons pas, mais nous n’allons certainement pas adopter cela comme notre première interprétation.

    #They_live

    https://seenthis.net/messages/657510 via enuncombatdouteux


  • Ces autocollants font halluciner des objets aux IA de reconnaissance d’image

    https://siecledigital.fr/2018/01/04/image-contradictoire-halluciner-objets-ia-reconnaissance-image

    Les outils de reconnaissance d’image sont de plus en plus perfectionnés, et surtout de mieux en mieux entraînés pour différencier un objet d’un autre. Néanmoins, leur capacité à percevoir les choses est ‘mécanique’ contrairement à l’Homme. Ce défaut a été mis à l’épreuve de quelques malins qui ont réalisé des autocollants capables de perdurer une intelligence artificielle pour lui faire halluciner (littéralement) des objets.

    https://sd-cdn.fr/wp-content/uploads/2018/01/image-contradictoire-reconnaissance-image.png

    Ce n’est pas la première fois que des personnes essayent de tromper la façon dont les IA voient le monde. C’est le cas du projet Hyperface qui veut nous protéger des outils de reconnaissance grâce à des motifs imprimés sur des vêtements. Comme pour les autocollants dont il est question dans cet article, on appelle cela des images contradictoires .

    Imaginés par des chercheurs de Google, les motifs créés poussent d’un pas en avant les pratiques d’utilisation des images contradictoires. D’ailleurs les visuels créés sont à la portée de tous, peuvent être imprimés chez vous. De plus, pour tromper l’IA, nul besoin de positionner l’autocollant à un endroit spécifique. Comme précisé sur le compte-rendu des chercheurs, les visuels permettent de « créer une attaque physique sans prendre en compte les conditions de lumière, l’angle de la caméra, le type de classificateur qui doit être trompé, ou même les autres objets présents dans la scène. »

    #images_contradictoires

    https://seenthis.net/messages/657105 via enuncombatdouteux


  • Financement du terrorisme : le jeu de dupes des dirigeants de Lafarge

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/01/04/financement-du-terrorisme-le-jeu-de-dupe-des-dirigeants-de-lafarge_5237348_3

    Les responsables se rejettent la faute des agissements du groupe en Syrie. L’enquête se concentre sur le contenu des réunions qui se sont tenues au siège du cimentier à Paris.

    http://img.lemde.fr/2017/09/22/165/0/1599/799/644/322/60/0/a53f33b_28807-f9hfkc.an7ncow29.jpeg

    Qui sont les responsables du naufrage moral du groupe Lafarge en Syrie ? L’information judiciaire pour « financement du terrorisme », ouverte contre le cimentier en juin 2017, a établi deux faits : sa filiale syrienne Lafarge Cement Syria (LCS) a monnayé auprès de groupes terroristes la sécurité de son usine de Jalabiya, dans le nord du pays, et elle s’est approvisionnée en matières premières sur des zones contrôlées par l’organisation Etat islamique (EI) et le Front Al-Nosra, affilié à Al-Qaida.

    Ces deux infractions étant documentées, les juges d’instruction cherchent désormais à en établir les responsabilités individuelles et collectives. Six personnes ont d’ores et déjà été mises en examen début décembre 2017 : les deux anciens directeurs de LCS (Bruno Pescheux et Frédéric Jolibois), ainsi que quatre responsables du groupe à Paris (Bruno Lafont, ex-PDG de Lafarge, Christian Herrault, ancien directeur général adjoint opérationnel, Eric Olsen, ex-DRH, et Jean-Claude Veillard, l’ancien directeur sûreté).

    Au fil de leurs interrogatoires, les magistrats s’évertuent à remonter la chaîne décisionnelle pour comprendre si la société Lafarge SA – qui appartient au groupe LafargeHolcim depuis la fusion avec le groupe suisse en 2015 – peut être mise en examen en tant que personne morale. Selon les auditions dont Le Monde a pris connaissance, leur tâche s’apparente à un immense jeu de poupées russes, chaque dirigeant se défaussant sur l’étage hiérarchique inférieur ou supérieur. Une dilution des responsabilités vertigineuse de la part d’une multinationale opérant dans un pays en guerre.

    Le jeu de dupes commence au sommet de la pyramide, en Suisse, où le siège de LafargeHolcim dénonce à longueur de communiqués les « erreurs » commises par la « direction locale » de la filiale syrienne. L’ancien directeur de ladite filiale, Bruno Pescheux, affirme pourtant à la justice avoir agi avec l’aval de son responsable à Paris, Christian Herrault. Ce dernier, chargé de faire le lien entre la Syrie et la direction de Lafarge, est catégorique : il a constamment tenu informé le PDG du groupe, Bruno Lafont. Ce dernier assure pour sa part qu’il n’en est rien et qu’on ne lui « a pas tout dit ».

    Les procès-verbaux du comité de sûreté

    Qui savait, qui a validé et qui a laissé faire ? Afin de tenter d’y voir plus clair, la justice s’intéresse de près au contenu des réunions qui se sont tenues au siège du cimentier à Paris entre 2012 et 2014. Selon les documents consultés par Le Monde, la situation de l’usine était régulièrement évoquée lors des réunions mensuelles du comité de sûreté, auxquelles participaient plusieurs cadres de Lafarge : Christian Herrault, Jean-Claude Veillard, Eric Olsen et Biyong Chungunco, la directrice juridique du groupe. Si le PDG Bruno Lafont n’y participait pas physiquement, les procès-verbaux lui étaient généralement remis en mains propres.

    Or, dès la fin de l’année 2013, les difficultés rencontrées par l’usine pour continuer à opérer en Syrie alors que des groupes armés contrôlaient les axes routiers autour du site ont été clairement examinées. Le procès-verbal de la réunion du comité de sûreté de septembre 2013 en a gardé la trace : « Il devient de plus en plus difficile d’opérer sans être amené à négocier directement ou indirectement avec ces réseaux classés terroristes par les organisations internationales et les Etats-Unis », à savoir l’EI et Al-Nosra. Le risque est identifié, mais décision est prise de rester.

    Le mois suivant, la situation a évolué. Le procès-verbal de la réunion d’octobre 2013 précise que « grâce à des négociations menées avec les différents intervenants », les routes logistiques ont été rouvertes et les employés ont pu reprendre le chemin de l’usine. Ni l’EI ni Al-Nosra ne sont explicitement mentionnés dans ce document. L’enquête interne confiée par LafargeHolcim au cabinet américain Baker McKenzie après l’éclatement du scandale, à l’été 2016, reconnaît qu’il est impossible, sur la foi de ce seul procès-verbal, d’affirmer que ces deux groupes figuraient parmi les « intervenants » rétribués, à côté de l’Armée syrienne libre (ASL) et des Kurdes du Parti de l’union démocratique (PYD).

    « Intervenants » rétribués

    Trois éléments du dossier semblent pourtant aller dans ce sens. Tout d’abord, c’est précisément en octobre 2013 que des « négociations ont apparemment été menées » par un intermédiaire syrien de LCS, Firas Tlass, « avec au moins certains groupes précisés dans les procès-verbaux » du comité de sûreté, parmi lesquels figuraient « l’El et Al-Nosra », souligne l’enquête interne. Ensuite, M. Pescheux, l’ancien directeur de LCS, a lui-même reconnu devant les juges que l’EI était apparu dans la liste des groupes payés par Firas Tlass à cette période, en novembre 2013.

    Enfin, un document semble indiquer que les échanges verbaux du comité de sûreté étaient bien plus explicites que leurs comptes rendus officiels ne le laissent paraître. Dans un courriel adressé en septembre 2014 à Frédéric Jolibois, successeur de M. Pescheux à la tête de LCS, Jean-Claude Veillard se dit ainsi surpris que la directrice juridique, Biyong Chungunco, prétende ne pas être au courant des relations « indirectes » entre LCS et l’El. Il écrit : « Je lui ai gentiment fait remarquer qu’elle fait partie du comité de sûreté et que je parle de ces sujets depuis presque trois ans… Depuis trois ans, nous gérons tout cela en comité très restreint. »

    Que savait le PDG, Bruno Lafont ?

    Si les négociations engagées avec des groupes terroristes ont été explicitement évoquées lors de ces deux réunions de l’automne 2013, est-il envisageable que le PDG n’en ait pas été informé ? Bruno Lafont assure que oui : « Je ne faisais pas le boulot de mes collaborateurs, et je ne lisais pas forcément les procès-verbaux », a-t-il assuré aux enquêteurs fin janvier.

    Sur ce point, le PDG est démenti par les faits : il a en effet commenté dans un courriel certains éléments du procès-verbal du comité de sûreté de septembre 2013, ce qui tend à indiquer qu’il l’avait bien lu.

    Christian Herrault est par ailleurs catégorique : il affirme avoir informé son PDG dès septembre-octobre 2013 que Lafarge finançait des groupes terroristes comme Al-Nosra et l’EI. Entendu de nouveau début décembre 2017 par les juges en vue de sa mise en examen, Bruno Lafont n’en démord pourtant pas : « Il y a beaucoup de choses que je n’ai pas sues, qui m’ont peut-être été cachées, et cela me conduit à penser que l’on ne m’a pas tout dit. »

    Un « accord » évoqué devant le comité exécutif

    Huit mois après la réunion du comité de sûreté d’octobre 2013, la situation s’est encore dégradée autour de l’usine. Le 10 juillet 2014, Christian Herrault informe Bruno Lafont par courriel de l’arrêt du site, le temps de trouver un accord « clair » avec l’El et le PYD. A cette même date, Firas Tlass envoie un autre courriel à Bruno Pescheux, Christian Herrault et Jean-Claude Veillard, les informant qu’il a engagé des négociations avec les représentants de l’El à Dubaï pour parvenir à un « accord durable ».

    L’enquête interne a établi, à partir d’échanges de courriels, que ce sont Frédéric Jolibois, Christian Herrault et Jean-Claude Veillard qui ont donné des instructions à Firas Tlass sur la manière de conduire ces négociations. Ces échanges se sont prolongés après le 15 août 2014, date d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) condamnant l’EI et toute entité finançant cette organisation « directement ou indirectement ».

    Ces négociations ont pourtant été de nouveau évoquées lors d’une réunion du comité exécutif, le 27 août 2014, soit deux semaines après la résolution de l’ONU. Selon des notes non officielles prises lors de cette réunion, Christian Herrault aurait même anticipé une amélioration des ventes grâce à l’« accord avec les Kurdes et Daech » (l’acronyme arabe de l’EI). Toujours selon ces notes, Bruno Lafont aurait alors souligné l’importance de s’assurer que « ce que nous faisons soit sans risque (également au regard de la loi américaine) ». Aucune trace de ces discussions n’apparaît dans les procès-verbaux officiels du comité exécutif.

    Là encore, aucun responsable de Lafarge ne se souvenait de la teneur de cette réunion lorsqu’ils ont été entendus dans le cadre de l’enquête interne il y a un an. Devant les juges, début décembre 2017, ils ont nuancé leurs dénégations, tout en continuant de minimiser leur rôle. Si Bruno Lafont reconnaît que « Christian Herrault a fait l’annonce d’un accord avec Daech » ce 27 août 2014, il affirme avoir dit que « cet accord n’était pas une bonne idée ». Quant à Eric Olsen, il assure qu’« aucun des participants de cette réunion n’a compris la teneur de cet échange » entre M. Lafont et M. Herrault.

    Le rôle du Quai d’Orsay en question

    Le syndrome des poupées russes qui contamine ce dossier dépasse le cadre de l’organigramme de Lafarge. Lors de sa première audition par les douanes judiciaires, début 2017, Christian Herrault avait ainsi assuré que la décision du groupe de se maintenir en Syrie fin 2012 malgré le départ de toutes les entreprises françaises, dont Total ou Air liquide, avait reçu le soutien de la diplomatie française. « Tous les six mois, on allait voir le Quai d’Orsay, qui nous poussait à rester (…). C’est quand même le plus gros investissement français en Syrie, et c’est le drapeau français », avait-il déclaré.

    Entendu récemment par les juges d’instruction, Eric Chevallier, ambassadeur de France à Damas entre 2009 et mars 2012, date de la fermeture de la représentation diplomatique, a vigoureusement démenti ces allégations : « Je l’affirme catégoriquement, je n’ai jamais demandé à Lafarge de rester en Syrie. Je l’affirme solennellement, je n’ai jamais laissé entendre ceci (…). Leur demander ou les inciter à rester était contraire aux consignes, je ne leur aurais jamais dit ça. Vous savez, je sais ce que c’est que cette boucherie (…). C’est une vraie boucherie, une vraie guerre, d’une violence inouïe. Dès 2011, j’avais pressenti cette violence, une des pires du XXIe siècle (…). Je l’avais signalé dès le début. »

    Confronté par les magistrats à cette vive réaction du diplomate, Christian Herrault, l’ancien directeur général adjoint opérationnel du cimentier, a simplement répondu : « Il y en a manifestement un de nous deux qui ment. »

    https://seenthis.net/messages/656945 via enuncombatdouteux


  • La Californie face au défi du cannabis récréatif

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/12/31/la-californie-face-au-defi-du-cannabis-recreatif_5236230_3222.html

    Les ventes légales de marijuana devaient débuter le 1er janvier, après des ratés dans la mise en place du marché.

    http://img.lemde.fr/2017/12/30/663/0/2600/1300/644/322/60/0/6421587_22142-10i88x2.a3ir.jpg

    Le marché, dans l’Etat le plus peuplé des Etats-Unis, s’annonce colossal. Les estimations décrivent des ventes annuelles de 7 milliards de dollars (5,8 milliards d’euros) en 2020, soit plus que le chiffre d’affaires de l’industrie laitière et autant que la récolte des amandes et des pistaches, les fleurons de l’agriculture locale.

    Depuis un an, l’administration Trump renvoie des signaux contradictoires. Le ministre de la justice, Jeff Sessions, répète régulièrement qu’il est opposé au marché libre et qu’il n’a pas perdu espoir de sévir. Jusqu’à présent, le Congrès a préféré fouetter d’autres chats, d’autant que la légalisation est une cause populaire chez les libertariens et que 64 % de la population américaine y est favorable, selon le sondage effectué par Gallup depuis 1969 (12 % à l’époque, 36 % en 2006). En 2017, la proportion de républicains soutenant la normalisation a dépassé 50 % pour la première fois.

    https://seenthis.net/messages/656031 via enuncombatdouteux


  • Un apéro avec Yassine Belattar : « Je suis hyper- franchouillard »

    http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2017/12/30/un-apero-avec-yassine-belattar-je-suis-hyper-franchouillard_5235937_4497916.

    L’animateur et humoriste a été vivement attaqué par le magazine « Marianne », ce qui a déclenché une polémique autour de « Charlie Hebdo », du deuil et des banlieues. Il se défend.

    http://img.lemde.fr/2017/12/28/134/877/2359/1179/644/322/60/0/07e4c88_879-10vctod.65ux.jpg

    Yassine Belattar est ponctuel. Il est exactement 18 h 59 quand il arrive devant Le Dépanneur, le bar du 9e arrondissement de Paris où il nous a donné rendez-vous. Il salue poliment, les écouteurs vissés aux oreilles. Sa conversation téléphonique doit être sérieuse, il fait les cent pas et régulièrement des signes de la main pour s’excuser. Nous sommes le 14 décembre. Le hasard fait que le lendemain doit paraître dans Marianne son portrait, à charge. Il a choisi Le Dépanneur parce que c’est commode, un café entre Pigalle et Anvers, c’est tout près de chez lui et du Théâtre de Dix Heures, qu’il vient de racheter. Un quartier « populaire et bourgeois ».

    Il rigole maintenant, en désignant des yeux son ventre, moulé dans son pull : « Je me suis embourgeoisé et ça se voit ! Quand on gagne de l’argent, nous les ­Arabes, on devient pâteux. » A l’intérieur, un bruit de fond joyeux mais assourdissant. On s’installe à l’étage, plus clair, plus calme. Il faut encore trouver un chargeur, brancher une lampe supplémentaire pour la photo et passer les commandes – pour lui, ce sera un café et un Coca, en même temps oui, merci. Il est 19 h 15 quand on pose enfin la question : alors, cet article de Marianne ? Yassine Belattar répond posément : « Factuellement, il est faux. Selon la journaliste, mon spectacle serait antisémite. Je pose la question humblement : tous les autres spectateurs, tous les autres journalistes, nombreux, venus au spectacle, eux n’auraient pas vu l’antisémitisme ? Ou pire, seraient complices ? »

    « Mon passé parle pour moi »

    Résumons pour ceux qui auraient loupé la controverse : l’hebdomadaire Marianne a consacré un portrait de trois pages à l’humoriste, titré « Faux clown et vrai danger ». En substance, il lui est reproché de déclarer sur scène : « Je ne suis pas Charlie, je ne suis pas Nice. (…) Je choisis mes deuils. » Yassine Belattar corrige : « Mon texte c’est : “Je ne choisis pas mes deuils. Je ne suis pas Charlie, je ne suis pas Nice, je suis français. Je suis toujours en deuil quand il y a un malheur sur le territoire français.” » Ce qui est, il faut bien en convenir, sensiblement différent. « C’est grave, non ? Ce que la journaliste veut faire, c’est me dieudonniser, me meklatiser, c’est ça ? Mon passé parle pour moi, mon travail parle pour moi. J’ai toujours lutté contre tous les communautarismes. »

    Yassine Belattar, 35 ans, a grandi dans les Yvelines, aux Mureaux, puis dans un pavillon du côté de Saint-Germain-en-Laye. Quand on lui reproche de ne pas être crédible comme représentant des quartiers, ça le pique : « A l’époque de Générations, tous les chauffeurs-livreurs me reconnaissaient. » Pendant ses années passées à la radio « hip-hop soul », entre 2003 et 2008, il appelait déjà à l’apaisement. Non, il se corrige, pas à l’apaisement. A la banalisation des musulmans. « On est d’une banalité hors norme, on dort la nuit, on se réveille le matin, on bosse… Je n’ai pas l’impression, dans ma journée, de porter préjudice à la République française. »

    Le comédien parle vite, très vite. « Nos parents commencent à partir, à mourir. Regarde le chagrin des mecs qui perdent leurs parents en banlieue. Leurs parents, c’est cette figure de l’ouvrier, travailleur et digne. C’est notre mémoire. Tu vois, l’attachement de Pagnol pour sa région ? Il en parle avec tellement d’amour que t’as envie d’y habiter. Il faudrait qu’on arrive à raconter de la même façon l’affection qu’on a pour nos quartiers. » Un jour, un type lui a dit en parlant de sa barre d’immeuble : « C’est ça mon clocher. » Il trouve cette phrase magnifique. « Je suis hyper-franchouillard. »

    Il est musulman – « et accessoirement pas pieux, même si ça ne regarde personne ». Il fête Noël. Chaque semaine, son père lui dit : « Toi t’es comme nssara [les Français], tu viens nous voir une fois par semaine. » Il sait qu’il est français parce qu’un jour il l’a ressenti dans ses tripes. Il avait 13 ans quand son petit frère est mort d’une méningite, à 5 ans. A l’hôpital, son père a dit : « On va l’enterrer au bled. » Le fils lui a tenu tête. « Je n’allais pas prendre l’avion toutes les semaines pour aller voir mon frère. Et on ne peut pas revendiquer d’être français si on n’est pas enterrés en France. Ça veut dire qu’on meurt comme on a vécu, en locataires. »

    « Je ne suis pas né à Barcelone, moi. Je suis né à Conflans-Sainte-Honorine, à la clinique des Tilleuls. » Il poursuit, avec ce même sourire qu’il a sur scène quand il sait qu’il marche sur un fil : « Ce qui est fou, c’est que je suis plus français que Valls. Manuel Valls est venu en France à l’âge de 18 ans. Il a les mêmes symptômes qu’un converti : il court après sa francité. » Ce nom va revenir souvent dans la conversation. Une obsession ? Une cicatrice, réplique l’humoriste, en évoquant la déchéance de nationalité et les prises de positions de l’ancien premier ministre.

    « Je ne crois pas qu’il y ait soixante-dix définitions de la laïcité. Il y en a une, et ce n’est pas Valls qui l’a déposée à l’INPI. C’est Aristide Briand. »

    « L’ignominie de l’époque, c’est la surenchère »

    Son téléphone vibre. Il prend l’appel. Encore un journaliste. Ils parlent longuement. De Marianne, de la post-vérité, des « fake news ». Quand il revient, on a un peu perdu le fil et l’humoriste a l’air sonné. « L’ignominie de l’époque, c’est la surenchère. » Mais lui aussi se jette dedans, non ? Il dit être en deuil de Charlie, de Nice, de tous les attentats qui ont frappé le pays. S’il est en deuil, alors pourquoi ne pas simplement dire « Je suis Charlie » ou ne rien dire, et s’épargner une polémique aussi éreintante que vaine ? Il répond : « L’expression “Je suis Charlie”, ce n’est pas concernant mais excluant. La question qu’on s’est posée le lendemain de la marche du 11 janvier, c’est : “Ils sont où les mecs de banlieue ?” Les mecs de banlieue, ils n’aiment pas Charlie et l’intitulé “Je suis Charlie” ne leur convient pas. Est-ce que ça veut dire que l’attentat du 7 janvier ne les affecte pas ? Bien sûr que non. Ça les affecte. Mais “Je suis Charlie”, c’est une formule qui piège. »

    La controverse et le coup d’éclat, Yassine Belattar y a pris goût, et ses passages télé sont de plus en plus commentés. La dernière fois, c’était sur France 2. L’humoriste a repris sèchement Bernard Kouchner, qui lui donnait du « mon p’tit gars » : « Pourquoi vous me tutoyez ? C’est fini la colonisation ! » La séquence a été remarquée. « Des rebeus, des renois m’ont écrit pour me dire merci. Un mec m’a dit : “Je suis dans un open space, j’ai 42 ans, je suis le seul tutoyé, et je l’ai réalisé hier. Merci !” » Ça l’a touché, toutes ces réactions, mais il fait mine d’être surpris par l’ampleur du buzz. Il dit que c’est tout de même bizarre, c’est comme s’il était allé à la télé dire que l’eau ça mouille.

    Il s’énerve maintenant. C’est insupportable qu’on puisse l’accuser d’être proche des Frères musulmans, lui qui n’est pas pratiquant, d’être anti-Charlie, lui qui a choisi son métier parce qu’il adorait « Hara-Kiri, le summum du blasphème ». Il compte : cela fait quatre spectacles de Dieudonné qu’il n’a pas voulu voir. « Quand tu dis quatre-vingt-sept fois “juif” dans ton spectacle, c’est pathologique, faut aller te faire soigner. » Il sucre son café tiède et poursuit comme une confidence. « Moi, j’ai écrit pour Siné Hebdo. On a quand même traité Siné d’antisémite. » Il éclate de rire : « Mais il était aussi christianophobe et islamophobe ! Il était très drôle, ce vieux monsieur de 80 balais. Quand j’arrivais, il me disait : “Ça va, l’Arabe ?” A aucun moment, je n’ai été blessé. Il était comme un oncle dépassé par la modernité. »

    Il a trois enfants et « quand on a des enfants, on n’a pas envie de créer un climat de tension. » Il précise de leur mère qu’elle est « blanche » et qu’eux ne doutent pas. Ils n’ont pas le syndrome de l’immigré. Ils iront dans des grandes écoles alors qu’à lui, on a dit « tu feras un BTS ». « On est ici. On reste ici. Sérieusement, ils attendent quoi ? Qu’un jour 6 millions de personnes prennent leur valise, disent merci et au revoir ? » Ils n’iront nulle part.

    https://seenthis.net/messages/655989 via enuncombatdouteux


  • Dans le nord de la Syrie, le « laboratoire » kurde

    http://www.lemonde.fr/international/article/2017/12/29/dans-le-nord-de-la-syrie-le-laboratoire-kurde_5235529_3210.html

    « Après le califat » (4|5). Les Kurdes, qui ont joué un rôle central dans la bataille contre l’Etat islamique, mettent en place un modèle de gouvernance calqué sur l’idéologie du Parti des travailleurs.

    http://img.lemde.fr/2017/12/29/0/0/534/599/534/0/60/0/fff38ba_29027-19vsg28.2nil.png

    Voilà bien longtemps que l’on ne projette plus de films dans l’ancien cinéma d’Al-Thawra. La petite salle appartient au temps révolu où cette ville nouvelle syrienne des bords de l’Euphrate était appelée à devenir la cité idéale du baathisme autoritaire et triomphant des années 1970. Des ingénieurs soviétiques affectés à la construction du barrage voisin — un fleuron national, visible sur les anciens billets de 500 livres syriennes — y vivaient avec leurs familles et celles de leurs collègues locaux.

    Autour du cinéma, les rues sont tracées au cordeau, les immeubles d’habitation ressemblent à des blocs de béton brut de quatre étages. Des figures schématiques d’épis de blé et d’engrenages industriels servent d’ornement urbain. L’ensemble, construit selon les canons de l’urbanisme alors en vogue en URSS, alliée du régime syrien, raconte la promesse non tenue d’un avenir radieux.

    Quatre décennies après sa construction, ce songe architectural soviétique perdu aux confins de la Mésopotamie est tombée aux mains de l’organisation Etat islamique (EI), en même temps que le bourg voisin de Tabqa, en 2014. Rakka, l’ancienne capitale syrienne du « califat », est à une quarantaine de kilomètres en aval.

    Etrange rémanence de l’histoire… Ces quartiers ont accueilli un temps des djihadistes originaires d’ex-URSS. Mais leur utopie totalitaire, elle aussi, a vécu. Au printemps, les frappes de la coalition internationale, dirigée par les Etats-Unis, les ont chassés de ce paysage à l’optimisme décrépi, désormais ponctué de bâtiments effondrés. Aux djihadistes ont succédé, en mai, les Forces démocratiques syriennes (FDS), un groupement arabo-kurde allié au sol de la coalition dans sa guerre contre l’EI.

    Abdullah Öcalan, l’inspirateur

    Depuis, les murs du cinéma d’Al-Thawra ont été repeints. En ce matin gris du début du mois de novembre, la salle est pleine. Sur la scène, deux femmes et deux hommes, dont l’un porte une tenue traditionnelle de chef tribal, discourent. Au-dessus d’eux, cet écriteau : « Administration civile démocratique de Tabqa ». Cette nouvelle structure mise en place par l’encadrement kurde des FDS nomme ce jour-là son conseil exécutif, sous le regard bienveillant et vigilant des kadros, les commissaires politiques du mouvement kurde qui s’adressent à tous en donnant du « camarade ».

    Femmes et hommes au physique dur, marqués par leurs années de guérilla, combattants à la parole précise, forgée par une formation théorique implacable, ils sont présents partout où les FDS ont pris pied dans le nord de la Syrie. Leur rôle : superviser l’instauration, sur les décombres du « califat », d’institutions conformes à l’idéologie mise au point par Abdullah Öcalan, le fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

    Autrefois marxiste-léniniste, ce mouvement politique et militaire, en guerre contre l’Etat turc, a presque l’âge de la ville idéale d’Al-Thawra. Sa création remonte à 1978, au cours d’une réunion nocturne dans un village kurde reculé d’Anatolie orientale. Elle doit beaucoup à la volonté d’un groupe d’étudiants kurdes de Turquie. Formés aux méthodes de la gauche radicale locale, ils sont décidés à faire d’un nationalisme kurde, alors moribond, une force anticoloniale dirigée contre Ankara.

    http://img.lemde.fr/2017/12/28/0/0/5760/3840/534/0/60/0/9c26c5a_23227-6t2p9j.vswny.jpg
    Monument aux martyrs kurdes à Kamechliyé, ville syrienne située à la frontière turque, le 23 novembre.

    Près de quarante ans ont passé. Même s’il est toujours en conflit avec Ankara, le PKK a renoncé à la sécession et professe dorénavant un assemblage de principes autogestionnaires, féministes et écologistes. Il s’est éloigné du nationalisme kurde pour embrasser le projet d’une émancipation des peuples du Moyen-Orient par leur « autoadministration » et l’abandon du modèle de l’Etat-nation.

    Öcalan, le fondateur vénéré comme une icône, a beau être détenu sur une île-prison de la mer de Marmara, au large d’Istanbul, depuis son arrestation, en 1999 au Kenya par les forces spéciales turques, le PKK est plus puissant que jamais. L’organisation veille à entretenir son ancrage chez les Kurdes de Turquie, délocalisant ses bases de guérilla dans les zones montagneuses du Kurdistan d’Irak pour mieux les protéger et étendant ses ramifications au Moyen-Orient et en Europe. C’est pourtant le conflit syrien qui lui a permis d’ouvrir une nouvelle page de son histoire, et la lutte contre l’EI qui en a fait un acteur majeur de la scène régionale.

    Dès les premiers troubles révolutionnaires de 2011 en Syrie, les enclaves kurdes du nord du pays, qui avaient fourni à l’organisation d’Öcalan une part non négligeable de ses recrues depuis les années 1980, sont investies par des cadres du PKK. Le régime syrien ne conserve qu’une présence très limitée dans ces zones. Elles offrent ainsi au PKK et à ses cousins syriens un terrain idéal pour la mise en pratique de leur idéologie.

    De nouvelles institutions sont mises sur pied. La parité est imposée aux postes à responsabilités. Des komin — communes populaires — sont établies, censées être la cellule de base de l’écosystème sociopolitique qui voit le jour sous la houlette des kadros. Ils ne veulent pas prendre part à une révolution contre le régime syrien qu’ils estiment perdue d’avance, mais profiter de la vacance du pouvoir pour créer leur propre mode de gouvernance.

    Un appareil sécuritaire et militaire

    Dans le même temps, la machine politique se double d’un appareil sécuritaire et militaire structuré. Les Unités de protection du peuple (YPG) et les Unités de protection de la femme (YPJ) sont créées dans les trois « cantons kurdes » d’Afrine, dans le nord-ouest de la Syrie, de la Djezireh, dans le Nord-Est, et de Kobané, à la frontière turque. L’offensive de l’EI contre cette petite localité kurde isolée, à la fin de 2014, change la donne. Alors que Kobané est sur le point de tomber aux mains des djihadistes malgré la résistance acharnée de ses défenseurs — filmée par les caméras du monde entier de la Turquie voisine —, la coalition internationale à dominante américaine intervient dans les airs.

    Cette assistance apportée dans l’urgence se mue bientôt en un partenariat militaire durable. Les forces kurdes sont dotées d’un encadrement efficace, d’une idéologie forte qui les rend imperméables au radicalisme islamique. Au-delà, elles ne considèrent pas la lutte contre le régime de Damas comme une priorité. Dès lors, elles constituent le partenaire idéal qu’il manquait à la coalition pour vaincre l’EI en Syrie.

    « Kobané a tout changé pour nous », admet un haut kadro kurde, le « camarade » Badran. « Il y a eu un changement dans l’équilibre des forces, se souvient-il. Nous sommes devenus les partenaires de la coalition pour combattre le terrorisme. Et cela nous a permis de jouer un rôle plus important qu’avant sur le terrain. » Dès 2015, les unités YPG et YPJ sortent des enclaves kurdes et progressent le long de la frontière syro-turque, dont elles interdisent l’accès aux djihadistes, tout en se préparant à lancer l’offensive sur Rakka.

    L’aide de la coalition se renforce et les unités à dominante kurde, désormais regroupées avec leurs alliés arabes au sein des FDS, avancent vers le sud, finissant par s’emparer de Rakka en octobre 2017, avant de poursuivre leur progression vers la frontière irakienne, le long de l’Euphrate et à travers le désert de l’Est syrien.

    Femmes en uniformes et chefs tribaux arabes

    C’est ainsi qu’en Syrie, la guerre menée par la coalition a provoqué l’émergence dans son sillage d’un territoire politique dont l’étendue correspond grossièrement à la rive gauche de l’Euphrate. Ce sont les FDS, emmenés par un corps de cadres kurdes, qui l’ont organisé et se sont chargés de lui faire prendre forme. Ces hommes et ces femmes, inspirés par une organisation issue de l’extrême gauche turque et du nationalisme kurde convertie aujourd’hui à l’autogestion, ont organisé un vaste territoire à large majorité arabe à mesure qu’offensive après offensive, l’EI en était chassé.

    Dans l’ancienne salle de cinéma d’Al-Thawra, alors que l’Administration civile démocratique de Tabqa élit son conseil exécutif local et ses comités paritaires, l’avenir nébuleux de l’après-guerre se lit dans les travées et sur les murs. L’assistance composée de jeunes femmes kurdes en uniformes, de chefs tribaux arabes en habits traditionnels, de dames aux voiles fleuris et de garçons en tenues décontractées, approuve à main levée la nomination de ses délégués. La salle est décorée de banderoles couvertes de slogans : « La réalité de la nation démocratique est la coexistence entre les peuples » ; « Les femmes ont le droit de s’auto-organiser de manière indépendante »

    http://img.lemde.fr/2017/12/29/0/0/5760/3840/534/0/60/0/67bcfb9_22142-haa9xl.if1mt.jpg
    A Tabqa, certains quartiers ont été endommagés par la guerre. Malgré leurs habitations en partie détruites, les civils y vivent encore. Des enfants jouent à la guerre devant une de ces maisons ravagées.

    Ces slogans ont été écrits uniquement en arabe. La rhétorique est bien celle des cadres kurdes mais ici, à Al-Thawra et à Tabqa, il n’est pas opportun de mettre cette identité en avant. « Nous sommes d’abord syriens ! », dit une kadro kurde présente sur le parvis du cinéma alors que la réunion se termine et que l’assistance hétéroclite s’éparpille en petits groupes. « Nous participons à la construction d’une Syrie démocratique pour tous les peuples en suivant les idées du président Öcalan », précise cette femme d’une quarantaine d’années.

    Alliances de circonstances

    La mise sobre, voire ascétique, qu’elle arbore, son air militaire malgré les vêtements civils, son phrasé kurde, émaillé de néologismes propres au mouvement, racontent la nature d’une organisation en mesure de transformer le corps et l’esprit de celles et ceux qui la servent. Cette avant-garde, formée dans les bases reculées de l’organisation, au Kurdistan irakien, est déployée partout où le mouvement combat, gouverne ou maintient une présence. Ses membres ont perdu leurs noms de naissance, remplacés par des pseudonymes. Le mariage leur est interdit, de même que les possessions matérielles. Leur existence est vouée au PKK et à son implacable aspiration à transformer le réel.

    Leur présence tranche, devant l’ancien cinéma, avec celle de certaines personnalités tribales de la région, connues pour avoir frayé avec les anciens maîtres djihadistes de Tabqa. « Bien entendu, nombreux sont les chefs de tribu qui ont fait allégeance à Daech, reconnaît le cheikh Hamid Al-Freidj, coprésident du Conseil de Tabqa. Ils sont ensuite venus voir les camarades [des FDS] et il y a eu une procédure de réconciliation. Ils leur ont donné une nouvelle chance. » L’entrée de la salle, désormais vide, est surmontée d’un slogan qui semble sonner plus juste que les pétitions de principe affichées ailleurs avec grandiloquence : « Nos victoires ne sont pas définies par le nombre des ennemis tués mais par le nombre de ceux que nous rallions. »

    Alors que l’idéologie de l’encadrement kurde a remplacé celle des djihadistes de l’Etat islamique, les cheikhs tribaux collaborent au nouveau système comme ils s’étaient accommodés du précédent. « Il faut réunir les gens de bonne volonté pour avancer… », justifie un cadre kurde, le camarade Shiyar, face au paradoxe apparent de la politique menée par les FDS : proposer un changement révolutionnaire en s’appuyant sur les structures sociales les plus conservatrices.

    Pas seulement un projet kurde

    La cheville ouvrière de ce grand dessein paradoxal s’appelle Omar Allouche. Ancien homme d’affaires originaire de Kobané, M. Allouche n’est pas un cadre mais un compagnon de route du mouvement kurde. Il déclare avoir été l’un des premiers à accueillir Abdullah Öcalan, lorsqu’en 1979 celui-ci était venu se réfugier en Syrie pour échapper aux forces de sécurité turques. Depuis le retour de l’organisation dans le pays, il a mis à sa disposition son entregent et un vaste réseau de contacts parmi les notables arabes. « Depuis le début, nous savions qu’il allait falloir compter avec les populations arabes et que notre projet en Syrie ne pourrait pas être seulement un projet kurde », précise Omar Allouche.

    http://img.lemde.fr/2017/12/29/0/0/5760/3840/534/0/60/0/9cbd055_29113-nuyg4u.2v6of.jpg
    Statue à l’effigie d’un soldat kurde martyr mort au combat à Kobané, le 20 novembre. Le doigt sur la gâchette, car il est mort dans cette position.

    De fait, les trois enclaves kurdes du nord du pays que le mouvement aspirait à réunir en une bande territoriale continue sont séparées par de vastes zones de populations arabes. « Nous avons commencé par créer des partis politiques arabes, mais ça n’a pas fonctionné. La seule solution, c’était de s’appuyer sur les tribus », dit M. Allouche.

    Le début du partenariat entre les forces kurdes et la coalition internationale a conforté les dirigeants des FDS dans leur pari tribal. En reculant, les djihadistes laissaient derrière eux une société sinistrée où l’encadrement politique kurde pouvait faire émerger des intermédiaires. « Le politique ne peut pas se faire sans le militaire », confiait au printemps Omar Allouche dans la bourgade d’Aïn Issa, où se trouvent les locaux du Conseil civil de Rakka, alors que les FDS s’apprêtaient à lancer l’assaut sur la capitale djihadiste.

    Isolés par la Turquie

    « Avant chaque offensive, nous avons travaillé à la constitution de conseils locaux composés de personnes hostiles à Daech, tout en maintenant des contacts avec des notables présents à l’intérieur des zones qui étaient visées », expliquait-il alors. L’installation de ces institutions dans les zones reprises à l’EI va ensuite de pair avec le recrutement massif de jeunes hommes arabes dans des FDS, bien qu’elles demeurent encadrées par des commandants kurdes.

    La mise sur pied du Conseil civil de Rakka a suivi cette logique. Sa composition occupait déjà Omar Allouche plus d’un an avant le début des opérations militaires. « La coalition internationale considère que sa mission en Syrie est de détruire l’Etat islamique. Elle s’intéresse uniquement au militaire, pas au politique », dit-il, tout en regrettant le manque d’engagement en matière civile de la part des alliés occidentaux des FDS. Si le Conseil civil de Rakka a finalement été reconnu comme l’acteur de référence pour la gouvernance de cette ville et de ses environs, il ne bénéficie que d’un soutien diplomatique limité. En cause, la position de la Turquie. « Les pays occidentaux coopèrent avec nous militairement mais ils ne sont pas prêts à s’investir davantage en raison de leurs relations avec la Turquie », constate Omar Allouche.

    Du point de vue turc en effet, le territoire que se sont taillé les FDS dans le nord de la Syrie est perçu comme une menace existentielle, tandis que le PKK poursuit sa guérilla contre les forces armées d’Ankara dans les régions kurdes du sud-est du pays, contiguës du territoire des FDS. Pour cette raison, la nature révolutionnaire du mouvement, l’ampleur de son projet et sa vocation universaliste tendent à échapper à ses interlocuteurs étrangers. Souvent perçu comme un simple représentant des intérêts de la minorité kurde de Syrie, le mouvement entend se distinguer nettement de cette posture, ses revendications ne concernant pas les droits d’une population particulière mais un modèle de gouvernance.

    http://img.lemde.fr/2017/11/20/0/0/5760/3840/534/0/60/0/a754179_14831-1lasr6.dfyptoi529.jpg
    Un soldat des forces démocratiques syriennes, (FDS) chauffe de l’eau à Raqqah, le 17 novembre.

    Face au régime de Damas

    « Les gens qui dirigent ce projet pensent sincèrement que les Etats-nations ont échoué. Il faut qu’ils continuent à effacer toute trace de nationalisme dans leur pratique, estime à Kamechliyé, Hikmet Al-Habib, un membre arabe d’une des structures de gouvernance instaurées par les FDS. Mais ils font des efforts. Au début les Kurdes appelaient cette zone le “Kurdistan occidental”, ensuite le Rojava (« l’ouest » en kurde). Maintenant ils parlent du nord de la Syrie… »

    Si la direction des FDS demeure essentiellement kurde, la formation de cadres locaux a commencé. « Pas besoin de les envoyer dans les montagnes, assure Hikmet Al-Habib. Des académies ont été créées ici pour former des kadros arabes. » L’enseignement qui y est dispensé est directement inspiré de l’idéologie du mouvement et de son chef historique, Abdullah Öcalan.

    Avec le reflux de l’EI, l’ancien territoire du « califat » en Syrie est désormais partagé entre le mouvement kurde et ses alliés locaux d’une part, et le régime de Damas de l’autre. La vallée de l’Euphrate dessine la limite entre ces deux blocs. « En Syrie, aujourd’hui, il n’y a plus que nous et le régime », rappelait, après la chute de Rakka, la camarade Badran : « Soit on coopère, soit c’est le chaos. » De fait, le mouvement kurde et les FDS contrôlent non seulement le grenier à blé du pays mais également ses principales infrastructures hydroélectriques, ainsi que d’importantes ressources naturelles. A l’automne 2016, à la suite de la chute de Rakka, les FDS ont ainsi chassé les djihadistes des vastes champs d’hydrocarbures de la province de Deir ez-Zor, y compris le champ gazier d’Omar, le plus grand de Syrie.

    L’espoir d’une reconnaissance politique

    Bien que les deux parties aient un intérêt mutuel à coopérer, leur vision de l’avenir diffère. Le régime de Bachar Al-Assad entend reprendre possession de l’ensemble du territoire national et y restaurer son autorité. Les FDS, eux, entendent obtenir la reconnaissance formelle de leurs acquis politiques dans le Nord par une nouvelle Constitution. « Nous refusons tout arrangement ponctuel avec le régime sans cadre général », répondait en novembre Fawza Youssef, membre éminente du mouvement kurde en Syrie. « Il faut que nous négociions un accord global alors que nous sommes en position de force, ajoutait-elle. Les accords locaux donnent l’occasion au régime de se renforcer pour redevenir une menace dans quelques années. Nous voulons un changement de Constitution et la construction d’une Syrie fédérale et démocratique. Jusqu’à ce que cet accord soit trouvé, nous renforçons notre modèle : une autonomie géographique, qui n’est pas fondée sur l’appartenance ethnique. »

    En octobre et en décembre, des élections locales et législatives ont eu lieu dans les zones tenues par les FDS. Ces scrutins, qui n’avaient rien de déterminant du point de vue politique, visaient à approfondir un système qui continue d’évoluer et de se structurer tant qu’il a l’espace pour le faire.

    Face à Damas, la partie kurde est prête à négocier l’intégration des FDS, qui n’ont pas cessé de recruter depuis la bataille de Rakka, à une nouvelle armée syrienne, ainsi qu’à partager le contrôle des frontières et à organiser celui des revenus issus de l’exploitation des ressources naturelles. Le régime, en revanche, multiplie les signaux négatifs, révélateurs de son raidissement : le territoire en formation dans le nord de la Syrie est systématiquement désigné comme un espace à reconquérir et ceux qui le dirigent comme des « traîtres ».

    Sans le soutien de la coalition, que les FDS jugent dépourvue de vision politique en Syrie, le mouvement a placé ses espoirs dans un éventuel rôle de médiation de la Russie, alliée du régime et avec laquelle il coopère localement dans l’enclave kurde d’Afrine, dans le Nord-Ouest. La posture offensive du régime de Damas et la rhétorique de plus en plus incendiaire de ses responsables risquent cependant de semer le trouble parmi les alliés arabes du mouvement kurde. Hikmet Al-Habib, un cadre arabe des FDS, l’admettait récemment :

    « Beaucoup de chefs tribaux sont des opportunistes qui suivent le sens du vent. Maintenant que l’Etat islamique est vaincu et que le régime et nous sommes face à face, ils hésitent à choisir leur camp. »

    https://seenthis.net/messages/655833 via enuncombatdouteux


  • UN: Artificial Intelligence Could Destabilize World Through Unemployment and War

    https://futurism.com/un-artificial-intelligence-could-destabilize-world-through-unemployment-an

    AI, and robots that benefit from it, pose a range of potential threats to humans: from the standard fears of automation and the mass unemployment that follows it, to more dramatic concerns that autonomous killer robots will be deployed by those with nefarious aims — or that they will be self-directed, for that matter. It will be the task of the UNICRI Centre for Artificial Intelligence and Robotics to second-guess each possible threat.

    https://futurism.com/wp-content/uploads/2017/09/GettyImages-609935282-600x315.jpg

    As it prepares to open the new Centre for Artificial Intelligence and Robotics, a headquarters in The Hague which will monitor developments in artificial intelligence (AI), the United Nations Interregional Crime and Justice Research Institute (UNICRI) has explained the need for the new center with a warning that robots could destabilize the world.

    https://seenthis.net/messages/649095 via enuncombatdouteux


  • Un Albigeois condamné à 7 ans ferme pour avoir aidé sa belle-famille syrienne à fuir la guerre

    https://www.ladepeche.fr/article/2017/11/29/2694605-albigeois-condamne-7-ans-ferme-avoir-aide-belle-famille-syrienne.h

    Stéphan Pélissier a pris un coup de massue sur la tête aujourd’hui. Ce juriste albigeois vient d’apprendre, "écœuré", que la justice grecque l’avait condamné à 7 ans de prison ferme pour trafic de clandestins. En l’occurrence, pour avoir aidé sa belle-famille syrienne à fuir la guerre.

    https://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2017/11/29/20171129173057891-0.jpg

    Les faits qui lui sont reprochés remontent au mois d’août 2015. Marié trois ans plus tôt à Mouzayan Alkhatib, d’origine syrienne, Stéphan Pélissier décide de partir en Grèce pour aider sa belle-famille qui a fui la guerre et l’avancée de Daesh dans son pays. Il y a là, ses beaux-parents, un frère, une sœur et un cousin de sa femme. « Ils ont fait la traversée de la Turquie à la Grèce à soixante-quatre dans un zodiac en pleine nuit, après avoir marché pendant cinq heures. Le bateau a failli couler et ils auraient pu se noyer sans l’intervention des garde-côtes grecs. » La belle-mère s’est fracturé un poignet et le groupe veut à nouveau prendre une embarcation pour partir en Italie. « Je ne pouvais pas les laisser comme ça. Avec ma femme, nous étions très inquiets. Ils ont failli mourir en faisant la traversée et ont perdu quasiment tous leurs papiers. »

    Stéphan prend donc sa voiture et laisse Mouzayan, enceinte de sept mois, à Albi. Arrivé en Grèce, il retrouve sa belle-famille et achète des billets pour prendre un ferry et se rendre à Ancone en Italie. Malheureusement pour eux, la police grecque les arrête avant de pouvoir embarquer. « Ils regardaient certains véhicules et comme on était nombreux dans la voiture, nous avons été contrôlés. Ma belle-famille n’avait pas les papiers nécessaires, on a été arrêté… ».

    Avec son avocate grecque, Stéphan Pélissier a tenté de faire requalifier les faits en simple délit et de faire reconnaître à la justice grecque le lien familial, arguant du fait qu’il n’avait agi que par humanité pour aider ses beaux-parents dans la détresse. Il n’a pas été entendu.

    https://seenthis.net/messages/648611 via enuncombatdouteux


  • Assurance vie : la plainte du retraité vaut 43 milliards d’euros

    http://www.leparisien.fr/economie/assurance-vie-la-plainte-du-retraite-vaut-43-milliards-d-euros-23-11-2017

    Un retraité poursuit en justice l’assureur Generali qu’il accuse de lui avoir vendu sans l’avertir des produits d’assurance vie à capital non garanti. La Cour de cassation doit rendre un arrêt très attendu, puisqu’il pourrait concerner 43 milliards d’euros de produits éligibles à l’assurance vie.

    http://s1.lprs1.fr/images/2017/11/23/7410066_generali.jpg

    François Groell ferraille depuis cinq ans contre l’assureur Generali. Proposé dans une assurance vie de cette société, le fond Optimiz presto 2 a fait passer son capital de 941 114 € en décembre 2006 à 416 238 € en 2012 !

    Ce produit est un fonds à formule, ou produit structuré. Autrement dit, un placement dont le rendement dépend de la performance de nombreuses valeurs boursières internationales. Un produit financier complexe, au capital non garanti. Le hic, c’est que, lors de sa commercialisation, Optimiz Presto 2 a été présenté comme une obligation. Or, une obligation est un titre de dette dont le capital est garanti.

    La cour d’appel a appliqué ce raisonnement : si le capital d’Optimiz Presto 2 n’est pas garanti, ce n’est donc pas une obligation. Et ce produit ne peut donc, selon la liste validée par arrêté ministériel, figurer dans une assurance vie. La Cour de cassation suivra-t-elle la cour d’appel ? Si c’est le cas, dans la foulée de François Groell, de nombreux épargnants qui auraient perdu de l’argent pourraient décider de poursuivre en justice leurs banquiers et leurs assureurs. Dans sa note, la FBF redoute un « impact violent sur les marchés ».

    https://seenthis.net/messages/648086 via enuncombatdouteux


  • Gianluigi Nuzzi, la bête noire du Vatican

    http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2017/11/26/gianluigi-nuzzi-la-bete-noire-du-vatican_5220528_4497186.html

    Il est celui par qui les VatiLeaks arrivent. Dans un nouvel ouvrage, le journaliste italien lève le voile sur des abus sexuels commis au sein du Saint-Siège.

    http://img.lemde.fr/2017/11/22/410/0/1134/567/644/322/60/0/0c6faf0_2017112545.0.2057155654nuzzi_03_web.jpg

    Enfant, Gianluigi Nuzzi faisait sonner les cloches de la petite église du village du Frioul où il passait ses vacances. A l’école élémentaire, à Milan, la ville où il réside toujours, il avait pour institutrice une cousine d’Albino Luciani, cardinal de Venise, qui deviendra pape sous le nom de Jean Paul Ier, le 26 août 1978, avant de s’éteindre subitement trente-trois jours et six heures de règne plus tard. « Elle nous parlait souvent de lui, de son sourire, de sa simplicité. »

    S’il tient tant à ces petits détails, c’est qu’il entend souligner – alors qu’est sorti, le 9 novembre, en Italie et en France, Péché originel (Flammarion), son quatrième livre de révélations sur les dessous du Vatican – qu’il n’a rien contre la religion catholique en général ni contre les papes en particulier. « On peut être baptisé, avoir la foi et enquêter sur les institutions religieuses, je ne vois pas le problème. »

    Après avoir scruté le fonctionnement suspect de l’Institut pour les œuvres de religion (IOR), autrement dit la « banque du pape » par laquelle ont transité l’argent de la Mafia et les pots-de-vin des hommes politiques (Vatican SA, éd. Hugo et Cie, 2011) ; expertisé la gestion désinvolte des finances de l’Etat du Saint-Siège (Sa Sainteté, scandale au Vatican, éd. Privé, 2012) – un scandale qui aurait mené Benoît XVI à se retirer ; mis au jour une vaste affaire de détournement de fonds destinés aux indigents (Chemin de croix, Flammarion, 2015), le journaliste révèle cette fois rien moins que des abus sexuels qui se seraient déroulés au pré-séminaire Saint-Pie-X, à l’ombre de la coupole de la basilique Saint-Pierre et à seulement quelques mètres de la résidence Sainte-Marthe, où loge François depuis le début de son pontificat.

    Dans la cuisine du bel appartement où il nous reçoit, en ce dimanche de novembre, Gianluigi Nuzzi, 48 ans et chauve comme un genou, explique qu’il a voulu dans son dernier livre « en tissant les fils du sang, du sexe et de l’argent reconstruire la toile d’araignée dans laquelle le pape est retenu prisonnier et ses prédécesseurs avant lui. Le Vatican est un lieu de pressions réciproques, de secrets qui sont autant d’armes pour contrer l’autorité du pape, de silences qui pèsent comme des tombes. Schématiquement, deux blocs de pouvoir s’affrontent : ceux qui veulent les réformes et ceux qui s’y opposent, de peur que ne soient révélées leurs combines, en s’aidant, au besoin, du chantage ».

    Pas de sécurité qui tienne

    Nuzzi en profite aussi pour parcourir de nouvelles pistes dans des affaires anciennes. De quoi Jean Paul Ier est-il vraiment mort ? Pourquoi une gamine de 15 ans, Emanuela Orlandi, fille d’un fonctionnaire du Vatican, s’est-elle volatilisée à jamais, un jour de juin 1983 ? Pourquoi l’un de ses ravisseurs et assassins présumés, un caïd notoire de la malavita romaine, assassiné en 1990, a-t-il bénéficié du repos éternel dans la crypte de la basilique Saint-Apollinaire de Rome, un honneur normalement réservé aux prélats notoires ?

    Pourquoi le Vatican a-t-il refusé de collaborer pleinement avec la justice italienne sur cette affaire qui hante l’Italie au point qu’il ne se passe pas une semaine sans que la presse en parle ? Pourquoi l’homme de confiance de Benoît XVI à la tête de l’IOR a-t-il démissionné sans explication, craignant pour sa vie ? Autant de questions qui vous font regarder d’un air légèrement apeuré la grande muraille qui cerne la cité-Etat et dissimule ses secrets.

    Sur la table de la cuisine traînent les restes d’un gâteau d’anniversaire. Des enfants jouent dans le salon. Il y a une machine à expresso sur le plan de travail, une trancheuse à jambon rutilante et une petite caméra au-dessus de la porte, de même que dans toutes les autres pièces. On ne sait jamais. Nuzzi ne s’explique toujours pas comment certains documents confidentiels sur lesquels il travaillait au moment de l’écriture de Chemin de croix se sont retrouvés dans la presse avant la parution du livre, comme si quelqu’un avait souhaité, en faisant fuiter une partie des révélations, en atténuer les effets. « J’essaie de vivre normalement, dit-il. Je n’utilise pas de messagerie cryptée. Ces caméras me rassurent, mais quand on a affaire à un Etat aussi fort, il n’y a pas de sécurité qui tienne. »

    Comme un roman d’espionnage

    Pour confesser Kamil Tadeusz Jarzembowski, le jeune séminariste polonais à l’origine des révélations sur les abus sexuels dans l’enceinte du Vatican, il lui a donné rendez-vous sur la terrasse du Marcella Royal Hotel. Un lieu ouvert, difficile à espionner, et suffisamment loin du Saint-Siège pour garantir la confidentialité de leur face-à-face. Pour prendre connaissance des documents de l’IOR mettant en lumière les étranges mouvements de fonds entre des comptes, il s’est réfugié dans la discrète villa d’une amie à la périphérie de la capitale italienne. « C’était étrange, se souvient-il, il y avait des mômes qui rentraient de l’école, un chien qui jouait sur la pelouse. Et moi qui manipulais des bordereaux d’encaissement douteux. »

    Légèrement parano, Gianluigi Nuzzi ? Depuis le succès de Vatican SA (250 000 exemplaires en Italie, traduit en 14 langues), sa première enquête fondée sur les archives secrètes de monseigneur Renato Dardozzi, un influent conseiller du Saint-Siège, la genèse de ses livres s’apparente de plus en plus à des romans d’espionnage à mesure que ses sources se rapprochent de la « troisième loge », comme on appelle l’étage du Vatican où siège la secrétairerie d’Etat, autrement dit le gouvernement du plus petit Etat du monde.

    « Souvent, ce sont les informateurs qui me sollicitent directement. Mais je ne suis pas une boîte aux lettres. Je vérifie et recoupe toutes les infos. » En 2011, c’est Paolo Gabriele, le propre majordome de Benoît XVI, qui prend contact avec lui. Cette gorge profonde, qui assiste le pape dans son activité quotidienne et regarde parfois la télévision avec lui le soir, se veut le représentant d’un « groupe de personnes » convaincues que des « forces obscures et coalisées » s’opposent à la volonté de Joseph Ratzinger de mener à bien son œuvre de réforme de l’Église.

    Pour le prouver, Gabriele photocopie une partie de la correspondance de Benoît avec Mgr Vigano, ancien responsable de l’administration du Saint-Siège, et contacte le journaliste. Les deux hommes se retrouvent dans un appartement vide du quartier de Prati, à Rome. Ils ne se parlent pas avant d’avoir vérifié que des micros n’ont pas été posés entre deux rendez-vous auxquels se rend Paolo Gabriele, ses précieux documents agrafés à la doublure de sa veste. Le majordome sera arrêté le 23 mai 2012, jugé et condamné à 18 mois de prison avec sursis avant d’être gracié par Benoît XVI.

    Scoop retentissant et procès

    Deux ans après les premiers VatiLeaks, Nuzzi frappe encore plus fort en obtenant les dossiers de travail de la Cosea, la commission de contrôle des finances du Vatican mise en place par François dès le début de son pontificat, en mars 2013. Une fois encore, des informateurs bien intentionnés le contactent, certains d’aider le pape à venir à bout des dérives de la curie et de dépenses jugées « hors contrôle ».

    Une fois encore, deux camps s’affrontent ouvertement : d’un côté, les gestionnaires austères et frugaux, regroupés autour de François ; de l’autre, les dépensiers, les habitués de la pourpre, des dentelles et de l’apparat comme le cardinal Tarcisio Bertone, numéro deux de la curie, qui vient de faire restaurer, pour 500 000 euros en partie prélevés sur la dotation d’un hôpital romain, son appartement de fonction avec terrasse.

    Un homme, Mgr Lucio Angel Vallejo Balda, un prélat frustré dans ses ambitions, et une femme, Francesca Immacolata Chaouqui, une intrigante en mal de notoriété, tous deux membres de la Cosea, proches de l’Opus Dei et peut-être amant et maîtresse, vont lui fournir clés en main son scoop le plus retentissant, sur le détournement à grande échelle du denier de Saint-Pierre, une quête mondiale destinée à alimenter des œuvres de charité.

    Mais, cette fois, le Vatican décide de réagir, au risque du ridicule. Soupçonnés dès avant la sortie de Sa Sainteté par les limiers de la gendarmerie du Saint-Siège, Balda et Chaouqui sont interpellés. Nuzzi n’échappe pas à un procès, qui s’ouvre le 24 novembre 2015 pour « vol et divulgation illégale d’informations confidentielles », un délit passible de huit ans de prison.

    « C’était la première fois que j’entrais au Vatican », s’amuse-t-il. Huit mois plus tard, il est acquitté avec un autre confrère – Emiliano Fittipaldi, qui, grâce aux mêmes sources, avait publié Avarizia (Feltrinelli, non traduit). Francesca Chaouqui obtient une condamnation avec sursis. Seul le prêtre sera incarcéré pour dix-huit mois. « Je redoutais le verdict, se souvient Nuzzi, bien que le risque que j’aille en prison fût assez mince. Il aurait pour cela fallu que le Vatican demande et obtienne mon extradition. Mais une sanction aurait fait de moi le journaliste condamné par l’Eglise pour le restant de ma vie. »

    Best-sellers et bête de télé

    De ces journées d’audience, assis sur l’inconfortable banc de bois des prévenus dans le minuscule tribunal du Vatican, où la presse n’était admise qu’à raison de six représentants par jour soigneusement sélectionnés, il garde le souvenir d’un grand huissier tout vêtu de noir, debout à ses côtés. « Un jour, il s’est penché vers moi pour me dire : “Je ne manque jamais une diffusion de ‘Quarto Grado’.” »

    « Quarto grado » (Quatrième degré), c’est l’autre vitrine de Gianluigi Nuzzi. Cette émission de télévision du groupe Mediaset, propriété de Silvio Berlusconi, se propose, une fois par semaine depuis 2010, de revenir sur les énigmes de la cronaca nera (« chronique noire », les faits divers) italienne. Nuzzi en a pris les rênes en 2013. « Dramatique », « révélation », « mystère » sont les mots qui reviennent le plus souvent dans la bouche du présentateur, soulignés à chaque fois par une musique de thriller.

    Dimanche 19 novembre, au soir de notre visite, l’émission était consacrée au chapitre de Péché originel concernant la mort, forcément énigmatique, de Jean Paul Ier : infarctus ou empoisonnement ? Nul doute qu’on se posera encore la question dans dix ans. Drôle d’effet, cependant, de voir Nuzzi homme de télévision faire la promotion de Nuzzi auteur de best-sellers, pendant que, sur une autre chaîne du groupe, une émission d’info-divertissement diffusait les confessions d’une des victimes présumées des abus sexuels au Vatican, avec force références au livre de Nuzzi enquêteur. Un modèle économique parfait…

    « Je ne parle jamais de ses livres. C’est un principe, s’agace au téléphone un vaticaniste d’un grand quotidien italien, qui souhaite conserver l’anonymat. Les soi-disant révélations de Péché originel étaient connues de tous ceux qui s’intéressent au Vatican. Quant à l’histoire des prétendus abus sexuels, elle a été proposée à d’autres journalistes, qui n’ont pas jugé les témoignages suffisamment fiables. »

    « A Rome, c’est surtout l’immobilisme qui prévaut »

    Derrière ces propos perce l’agacement de ceux qui, au quotidien, décortiquent les activités du pape et voient paraître tous les deux ans en librairie un livre les faisant passer pour des complices ou des aveugles. « Les vaticanistes italiens sont des enfants de chœur qui font passer leur foi avant leur travail, c’est pourquoi ils sortent rarement de grosses affaires, raille Nuzzi. Moi, je n’ai pas peur des faits ni de leurs conséquences, je me contente de les raconter. »

    Marco Politi, ex-plume du quotidien La Repubblica et écrivain (François parmi les loups, éd. Seuil), est plus indulgent. Pour avoir été aussi correspondant à Moscou, il connaît la difficulté d’enquêter « sur le Kremlin, la Cité interdite ou le Vatican, les pouvoirs derrière les murs ». « Les livres de Nuzzi sont très importants afin de faire comprendre aux catholiques les intérêts économiques de la curie. Toutefois, sa théorie des blocs antagonistes au sein de l’Église doit être nuancée. A Rome, c’est surtout l’immobilisme qui prévaut. 20 % de la curie soutient le pape, 10 % est contre lui, et 70 % attend le prochain pontife. » Du boulot en perspective pour Gianluigi Nuzzi.

    Mais en a-t-il envie ? « Les marchands sont toujours dans le temple », se désole-t-il. Page 235 de Péché originel, il écrit : « Il sera inévitable de descendre aux Enfers pour y découvrir ces secrets des palais sacrés qui aujourd’hui encore tiennent en échec les réformes de François. » Une façon d’admettre qu’il n’y est pas parvenu.

    Dans sa cuisine milanaise, alors que la nuit est tombée, il rêve d’un autre sujet. Il a en tête l’histoire de deux femmes qu’un ami lui a racontée : l’une a participé à l’élaboration de la bombe atomique, l’autre s’y est opposée. Ou un ouvrage politique sur les « visionnaires ». Il a le temps de décider. Le succès de ses livres le met à l’abri du besoin. Les éditeurs le courtisent. « Je n’ai pas acheté pour autant une Ferrari, mais cela me permet de payer une bonne école à mes enfants. » Précision : c’est une école catholique.

    https://seenthis.net/messages/647747 via enuncombatdouteux


  • Josiah Zayner, le biochimiste qui revendique l’accès à la technologie Crispr pour tous

    http://www.lemonde.fr/biologie/article/2017/11/26/josiah-zayner-biohackeur-gonfle_5220549_1650740.html

    Ancien de la NASA, il est devenu le biohackeur dont on parle après avoir annoncé avoir modifié son propre génome.

    http://img.lemde.fr/2017/11/24/0/0/3979/1987/644/322/60/0/79ac31f_28470-1petdbk.9t9o.JPG

    D’un côté, il y a la cuisine, la télévision, avec une chaîne sportive allumée en continu, et une table sur ­laquelle reposent « les meilleurs hamburgers de Californie du Nord ». De l’autre, deux ordinateurs, un microscope installé sur une vague paillasse et une centrifugeuse pour extraire l’ADN. Contre le mur, des cartons abritent les « kits », avant leur ­expédition à travers le pays. « Not to inject », avertit l’étiquette. Un simple conseil. « Hier, quelqu’un m’en a commandé trente : soit il est prof, soit il va se le coller dans les veines », s’amuse Josiah Zayner.

    Attention, danger ! Le maître de ce « laboratoire » sauvage, au rez-de-chaussée d’un pavillon d’Oakland, sent le soufre. Depuis qu’en octobre, lors d’une conférence de biologie synthétique, à San Francisco, juste de l’autre côté du Bay Bridge, il s’est injecté dans l’avant-bras de quoi modifier les gènes de ses cellules musculaires, il est devenu le biohackeur dont on parle. Même dans cette communauté de ­quelques milliers de convaincus à travers le monde, avant-garde autoproclamée d’une ­révolution en cours, il divise. Héros audacieux, pour les uns ; apprenti sorcier, pour les autres. Lui s’amuse. « Certains ont dit que j’allais me tuer, je suis encore vivant. Quant au côté héros, j’ai renoncé à faire des biopsies pour voir si ça avait marché, j’ai déjà peur des piqûres. »

    « Cool, mais très compétent »

    Entre son look décalé et ses propos volontiers provocateurs, le biochimiste de 36 ans pourrait facilement passer pour un guignol. L’apparence est trompeuse. Le FBI, qui prend le biohacking très au sérieux, échange régulièrement avec lui. « Il est cool, mais très compétent, jure, de son côté, George Church, professeur à Harvard et figure de proue de la biologie synthétique. Il sait de quoi il parle et s’implique dans ce qu’il fait. Quand il a créé son kit Crispr, j’ai trouvé formidable cette façon de mettre cet outil d’édition du génome à la portée de tous. Je lui ai écrit pour lui dire que si je pouvais l’aider, qu’il n’hésite pas. » Josiah Zayner se souvient du mail, il y a tout juste un an : « C’était incroyable. Alors, après avoir abondamment fêté ça, je lui ai proposé de devenir conseiller scientifique de ­notre start-up, The Odin, et dit que s’il pouvait nous confier quelques-uns des échantillons d’ADN qu’il avait mis au point, ça nous permettrait d’étendre nos kits. Il a dit oui aux deux. ­Depuis, il nous aide régulièrement, notamment sur l’ingénierie génétique humaine. »

    http://img.lemde.fr/2017/11/24/0/0/6016/4000/534/0/60/0/c93b8a1_29129-1ye68yt.2kvs.jpg
    Un des kits de Josiah Zayner (pipette, tubes, ADN, bactérie et levures...).

    Pas question, pourtant, d’écouter aveuglément les conseils du gourou. « Je ne veux suivre personne, mais tracer ma propre voie », clame le biohackeur. Un modèle, quand même ? « Ma mère. » Et Zayner de raconter une jeunesse rude, pauvre. Quatre enfants, de plusieurs ­pères. « Les deux premiers maris de ma mère étaient violents, avec elle comme avec nous. Elle a pourtant tout fait pour qu’on s’en sorte. Elle nous a tous envoyés à l’université. La dernière à y aller, ce fut elle. »

    Josiah excelle en sciences. Il décroche son doctorat à l’université de Chicago, dans le laboratoire de Luciano Marraffini, un des pionniers du système Crispr d’édition du génome. « Personne n’imaginait alors l’importance du sujet. Je trouvais ça passionnant mais je ne supportais pas le monde académique. Les publications n’y sont pas jugées sur leur qualité, mais sur l’importance de votre réseau. » Josiah candidate pour un poste à la NASA. « Tous les gamins américains ont rêvé de devenir astronaute, alors quand j’ai été choisi… »

    Sa mission consiste à mettre au point des bactéries capables de dégrader le plastique. « Dans l’espace, chaque personne produit 200 kilos de déchets par an. Pour aller sur Mars à cinq, ça fait une tonne. C’est énorme, vu les restrictions de carburant. J’ai utilisé Crispr pour modifier les bactéries existantes… » La recherche l’enthousiasme, les règles maison beaucoup moins. « Je ne faisais rien de top-secret, mais pour aller au moindre colloque, échanger avec un collègue extérieur, je devais remplir un formulaire et attendre la réponse. Je n’ai pas ­demandé à renouveler mon contrat. »

    Autoexpérimentations

    C’est qu’entre-temps Josiah Zayner a créé The Odin, dans un studio de Mountain View (Californie). En cette année 2015, la technologie Crispr a envahi les laboratoires universitaires. « Il n’y avait pas de raison que les amateurs, ceux qui aiment vraiment la science et la pratiquent par passion, en soient exclus. Mais je n’avais pas d’argent. J’ai lancé un crowdfunding en pensant lever 10 000 dollars. J’en ai récolté 75 000. » La start-up déménage dans un garage de Castro Valley avant de s’installer, en mars, avec ses quatre salariés, dans le pavillon d’Oakland.

    Côté pile, Zayner peaufine son kit, ou plutôt ses kits, qui vont de 28 dollars (23 euros) pour la version basique à 159 dollars pour l’équipement complet (pipette, tubes, ADN, bactérie et levures…). Il expédie ses cartons à travers les Etats-Unis, une vingtaine chaque jour. « Des écoles nous en commandent, des clubs d’amateurs, des passionnés. On propose différentes ­expériences. » La plus courante consiste à modifier l’ADN d’une bactérie pour en changer la couleur. La plus perfectionnée permet de ­modifier une levure afin de mettre au point une bière… fluorescente.

    Avec cette mousse colorée, le scientifique est sorti de l’anonymat. Mais ce sont ses auto­expérimentations qui l’ont véritablement fait connaître. En février 2016, il commence par une transplantation de matière fécale. La ­recherche sur le microbiote est en plein essor, et Zayner souffre depuis longtemps de désordres intestinaux. Après une cure d’antibiotiques poussée pour éliminer ses mauvais germes, il ingère les bactéries intestinales d’un ami en pleine santé. « Je n’ai plus jamais eu de problèmes gastriques », jure-t-il. Un documentaire a immortalisé l’aventure.

    C’est que Zayner aime faire parler de lui. Pourtant, c’est assez discrètement qu’il réalise sa deuxième expérience en s’injectant un système Crispr censé doper les gènes produisant la tyrosinase, une enzyme nécessaire à la production de mélanine. « Ça aurait dû me faire bronzer. Je n’ai rien vu. Soit je n’en avais pas mis assez, soit ça n’a pas été transmis aux cellules. »

    Il change de cible et s’attaque aux muscles. Les images de chiens génétiquement dopés ont fait le tour du monde. Des chercheurs ont modifié leurs gènes produisant la myostatine, sorte de signal stop dans la production musculaire. Le résultat est impressionnant : le toutou se transforme en molosse bodybuildé. Zayner montre son avant-bras gauche : « J’ai injecté 40 microgrammes ici. Pour le moment, on ne voit rien. Mais ça fait un mois : chez les chiens, il en a fallu deux pour constater quelque chose. »

    Il adorerait voir son muscle gonfler. Etre le premier humain « crisperisé » avec succès. Mais il se prépare sereinement à un échec : « Je veux surtout montrer aux gens que ce n’est pas dangereux et que c’est accessible. » Ah, l’accessibilité ! Permettre à chacun de faire ce que bon lui semble avec lui-même. Josiah Zayner veut appliquer à la biologie son credo « libertarien ». « Pour la première fois de ­l’Histoire, les humains ne sont plus esclaves de leur patrimoine génétique. Doit-on limiter cette ­liberté aux laboratoires universitaires et aux grandes compagnies privées ? Je suis ­convaincu que non. »

    « A condition de prendre toutes les précautions », insiste George Church, sibyllin. Sam Sternberg, biochimiste à l’université de Berkeley, est plus clair : « Ce qu’il fait avec son kit, c’est formidable. Un moyen de susciter l’intérêt du public pour la science. Mais je suis beaucoup plus réservé sur sa dernière expérience. La science doit être rigoureuse. Faire croire que l’on peut développer ses muscles sans faire de sport, c’est faux. Mais y croit-il seulement ? » A la question, Josiah Zayner montre son bras : « Je le regarde tous les jours ». Et il éclate de rire.

    https://seenthis.net/messages/647586 via enuncombatdouteux


  • Au Nigeria, les fuites de pétrole causeraient la mort de 16 000 nourrissons par an

    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/22/au-nigeria-les-fuites-de-petrole-causeraient-la-mort-de-16-000-nourrissons-p

    Des scientifiques suisses ont croisé les statistiques de santé du gouvernement nigérian et les données de géolocalisation des fuites dans le delta du Niger.

    http://img.lemde.fr/2017/07/21/1061/450/4549/2274/600/315/60/0/c9f16e0_26332-1m0whxh.ebayu2qpvi.jpg

    « On ne s’attendait pas à des résultats aussi élevés, même cinq ans après une fuite de pétrole. Et à l’échelle du Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique, les conséquences sont impressionnantes », constate Roland Hodler. Pendant l’année 2012, il y eut 5,3 millions de naissances dans le pays et près de 8 % ont eu lieu dans un périmètre de 10 km autour de la source d’une fuite d’hydrocarbures.

    L’étude estime que la contamination au pétrole pourrait avoir provoqué la mort de 16 000 nourrissons au cours de leur premier mois de vie cette année-là. Elle suggère également que 70 % d’entre eux auraient pu survivre au moins un an sans les fuites d’hydrocarbures. « C’est dramatique, s’insurge le scientifique. D’autant que c’est en partie causé par des multinationales qui ne se comportent pas de la même façon au Nigeria qu’en Norvège. »

    En attendant, les pétroliers ont déjà payé un milliard de dollars (853 millions d’euros) à l’Etat nigérian pour financer dans l’Ogoni, ce qui pourrait devenir le plus vaste programme de dépollution au monde. Un chantier colossal qui devrait durer trente ans, selon les Nations unies, mais peine à démarrer.

    « Nous pouvons vous assurer que chaque installation pétrolière dans notre région ressentira la chaleur de la colère », a déclaré le 3 novembre sur son site Internet le groupe récemment constitué des Vengeurs du delta du Niger. Celui-ci menace notamment de concentrer ses attaques sur le champ offshore Egina de Total, dont la production, estimée à 200 000 barils par jour, est censée démarrer en 2018.

    https://seenthis.net/messages/646713 via enuncombatdouteux


  • Nucléaire : Hinkley Point trop chère « erreur stratégique », selon un rapport parlementaire britannique

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/nucleaire-hinkley-point-trop-chere-erreur-strategique-selon-un-rapport-par

    La commission aux comptes publics de la Chambre des communes britannique pointe les lourdes conséquences sur les ménages britanniques de la construction de la centrale nucléaire Hinkley Point C, qui a obtenu le feu vert des pouvoirs publics en septembre 2016.

    https://static.latribune.fr/full_width/843017/greve-evitee-sur-le-chantier-d-hinkley-point.jpg

    Le rapport regrette que le gouvernement n’ait pas prévu de revoir les termes du contrat, malgré le fait que le surcoût sur la facture des consommateurs pourrait s’élever à 30 milliards de livres en raison d’un prix élevé de l’électricité garanti par les autorités à EDF et à son partenaire chinois.

    Certaines technologies alternatives à faible émission sont désormais meilleur marché que le nucléaire, souligne en outre le rapport. La commission demande par conséquent au gouvernement de réévaluer et de publier sa stratégie sur le nucléaire avant de donner son feu vert à tout nouveau projet de centrale.

    https://seenthis.net/messages/646712 via enuncombatdouteux


  • "La justice m’a rendue apatride" : comment un incroyable imbroglio a privé une femme de la nationalité française

    https://mobile.francetvinfo.fr/choix/enquete-franceinfo-la-justice-m-a-rendue-apatride-comment-un-incroyable-imbroglio-a-prive-une-femme-de-la-nationalite-francaise_2467784.html#xtref=https://t.co/ncJdZRAGXo?amp=1

    Sur son compte Facebook, elle a choisi comme photo de profil un dessin représentant un visage de femme à demi effacé. Comme le symbole d’une identité dont elle se retrouve aujourd’hui privée. Clara*, 37 ans, n’est officiellement plus française : ainsi en a décidé la cour d’appel de Nancy (Meurthe-et-Moselle) le 2 mai dernier. Les magistrats, considérant que son acte de naissance était « apocryphe », c’est-à-dire dénué de toute valeur juridique, ont annulé son certificat de nationalité. « Cette décision me rend de fait apatride », dénonce-t-elle.

    Née au Cameroun en 1980 d’une mère camerounaise et d’un père français, Clara est arrivée dans une petite ville de l’est de la France à l’âge de 5 ans. Peu de temps avant, ses parents se sont mariés. Sa mère devient alors française et son père accomplit les démarches officielles pour la reconnaître à l’état civil. Logiquement, Clara acquiert elle aussi la nationalité française. « Le Cameroun n’autorisant pas la double nationalité, elle cesse alors d’être camerounaise », indique son avocate, Marion Partouche. Installée en France, Clara mène une existence on ne peut plus normale : elle va à l’école, étudie, travaille, fonde une famille...
    Mais tout s’écroule en 2014. Clara, qui vit toujours dans la région, demande à l’administration une copie de son acte de naissance. « J’en avais besoin pour me marier avec mon compagnon », explique-t-elle à franceinfo. En faisant cette démarche, elle vient, sans s’en rendre compte, de mettre le doigt dans un incroyable imbroglio administratif et judiciaire.

    Un document caché dans un bâtiment inaccessible

    Puisque Clara est née à Yaoundé, c’est l’ambassade de France au Cameroun qui se charge de la procédure. Sur place, les services consulaires remarquent une anomalie dans le registre d’état civil camerounais : par-dessus l’acte de naissance de Clara est collé celui d’une autre personne, censé avoir été rédigé antérieurement. La machine s’emballe : l’ambassade avise le ministère français de la Justice, et le procureur de Nancy assigne Clara devant le tribunal, afin de faire « constater son extranéité ». En clair, faire constater qu’elle n’est pas française.
    Fin 2015, Clara pousse un ouf de soulagement : le TGI de Nancy lui donne raison et déboute le parquet. Les juges soulignent que ses deux parents étant français, Clara l’est également. Elle porte d’ailleurs le nom de son père, un Français né en France. Mais le parquet fait appel de la décision.
    Pendant tout ce temps, Clara et son avocate tentent de bétonner le dossier, en essayant notamment de prouver que sa mère, avec qui elle n’a plus de contacts, est bien française. Pour cela, son avocate demande à l’administration de lui transmettre une copie de la déclaration de nationalité dont elle a fait l’objet en 1984. Mais pas de chance : le document se trouve à Fontainebleau (Seine-et-Marne), dans un bâtiment des Archives nationales qui menace de s’effondrer. L’avocate reçoit un courrier du ministère de l’Intérieur l’informant que l’édifice est interdit d’accès à toute personne. « Votre demande ne pourra être traitée que lorsque l’accès au dossier pourra être possible, dans un délai non connu actuellement », lui écrit-on.

    L’avocate souligne en outre que c’est le registre d’état civil camerounais dans son ensemble qui est remis en cause, parce qu’il a été mal tenu, ce qui est monnaie courante dans certains pays. Pas l’acte de naissance en lui-même.
    Ni la date ni le lieu de naissance, ni l’identité de ses parents ne sont contestés. L’acte ne comporte aucune mention contradictoire et il a été signé et tamponné par l’officier d’état civil. Mais malgré cela, on va priver cette personne de toute existence légale. C’est invraisemblable !

    https://seenthis.net/messages/646647 via enuncombatdouteux