Hélène Richard

Journaliste au « Monde diplomatique »

  • Глава ЛНР заявил о возможности референдума о присоединении к России - Газета.Ru
    @lolo
    https://www.gazeta.ru/politics/2017/03/17_a_10581071.shtml
    https://img.gazeta.ru/files3/161/10581161/TASS_20480998-pic905-895x505-35812.jpg

    Глава ЛНР Игорь Плотницкий заявил о возможности проведения референдума о присоединении к России. По его словам, на фоне транспортной блокады со стороны Украины такой плебисцит не только реален, но и необходим. Плотницкий выразил уверенность, что жители самопровозглашенной Луганской народной республики на таком референдуме проголосуют так же, как крымчане весной 2014 года.


  • Решения СНБО нарушают Конституцию Украины, предают интересы украинских граждан, особенно проживающих в районах, прилегающих к зоне конфликта - Оппозиционный блок
    http://opposition.org.ua/news/rishennya-rnbo-porushuyut-konstituciyu-ukrani-zradzhuyut-interesi-ukr
    http://opposition.org.ua/media/cache/341x272/028c7956aaf40520ef1e235e916a4ce1.jpg

    #Blocus
    #Bloc_opposition

    Заявление ОППОЗИЦИОННОГО БЛОКА

    Решение СНБО — это откровенная политическая капитуляция перед нарушителями закона. Это свидетельство беспомощности власти, ее неспособности навести правовой порядок в стране, обеспечить действие Конституции, гарантировать права и свободы украинских граждан. Не имея сил обуздать экстремистов, власть пытается их возглавить. Она нарушает Конституцию и законы Украины, устанавливает фактическую уличную диктатуру и «чрезвычайщину».

    Эти решения, по сути, срывают переговоры об урегулировании ситуации на востоке Украины. Они противоречат не только духу и букве Минских соглашений, но и нашим обязательствам перед европейскими странами-гарантами соблюдения достигнутых договоренностей.

    Решения СНБО также имеют признаки сепаратизма и могут привести к необратимому отмежеванию отдельных районов Донецкой и Луганской областей от украинского Донбасса. Это предательство интересов украинских граждан – жителей Донбасса. Это путь к катастрофе в национальной экономике, энергетике, промышленности. Это окончательное превращение государственного бюджета в бюджет войны и нищеты.

    ОППОЗИЦИОННЫЙ БЛОК выступает с резким осуждением принятых решений и требует их незамедлительной отмены. Мы призываем украинскую и мировую общественность выступить в поддержку нашей позиции.


  • ОППОЗИЦИОННЫЙ БЛОК Киевщины призвал всех, кто хочет мира, требовать от власти отменить решение СНБО - Оппозиционный блок
    http://opposition.org.ua/news/opozicjjnijj-blok-kivshhini-zaklikav-usikh-khto-pragne-miru-vimagati-
    http://opposition.org.ua/media/cache/341x272/5b6382b65175ed5ca4f7cd8b7abe811f.jpg

    #blocus
    #Bloc_opposition

    В четверг, 16 марта, на пленарном заседании двенадцатой сессии Киевского областного совета, фракция ОППОЗИЦИОННОГО БЛОКА Киевщины выступила с заявлением требовать от власти отменить решение Совета национальной безопасности и обороны Украины и немедленно прекратить блокаду Донбасса.

    Соответствующее заявление опубликовано на официальном сайте Киевского областного совета.

    В частности, в заявлении говорится, что в связи с транспортной блокадой Донбасса резко увеличится потребность во внешних заимствованиях, которые могут стать последней удавкой на шее государства. Уровень жизни большинства украинцев упадет с грани бедности далеко за черту крайней бедности. Страна войдет в новую фазу глубокого экономического кризиса.

    «Политическим следствием блокады уже наблюдаем раскол в обществе. Власть оказалась беспомощной перед радикальными группировками и, не имея сил обуздать экстремистов, пытается их возглавить, – отметил председатель фракции ОППОЗИЦИОННОГО БЛОКА в Киевоблсовете Валерий Ксензенко. – Блокада ведет к срыву договоренностей, благодаря которым были прекращены боевые действия на Донбассе, а значит – к новой войне. Такая ситуация создает непосредственную угрозу украинской государственности»

    Отметим, что Киевский областной совет не поддержал инициативу фракций «Самопомощь» и «Свобода» о признании отдельных районов Луганской и Донецкой областей (ОРДЛО) территориями, временно оккупированными Российской Федерацией.

    На сегодняшний день более 50 фракций ОППОЗИЦИОННОГО БЛОКА местных советов разных уровней выступили с заявлениями, в которых требуют от власти прекратить блокаду Донбасса.


  • Le blocus du #Donbass : de la dispersion des manifestants à l’arrêt définitif du transport de marchandises | UACRISIS.ORG
    http://uacrisis.org/fr/53754-blockade-breaking
    http://uacrisis.org/wp-content/uploads/2017/03/83_share_ukr.jpg

    Kyiv, le 15 mars 2017
    Le blocus du Donbass : de la dispersion des manifestants à l’arrêt définitif du transport de marchandises
    Le #blocus du Donbass : de la dispersion des manifestants à l’arrêt définitif du transport de marchandises

    Depuis le 25 janvier, un blocus commercial des territoires occupés durait à l’est de l’Ukraine. Ce blocus a conduit au manque de charbon d’anthracite et l’introduction de mesures urgentes dans le domaine énergétique. Le 13 mars, la société ukrainienne a été choquée en apprenant la dispersion d’un des groupes participants au blocus. Cela a provoqué un certain nombre de protestations dans plusieurs villes ukrainienne, le blocus du Parlement et l’arrêt total du transport de marchandises sur les territoires occupés.

    L’UCMC publie un résumé de la situation.

    La réalisation de mesures contre les saboteurs. Le 13 mars, l’état-major de l’Opération anti-terroriste a introduit un régime de sécurité renforcé sur le territoire du Donbass. Une des raisons de cette action est la détérioration de la situation et l’activité de groupes de sabotage ennemis. Les forces de l’ordre vérifient plus attentivement les documents et les moyens de transport.

    La dispersion. Dans la soirée du 13 mars, le siège du blocus affirme que le blocus de la station Kryvy Toretz a été dispersé et les participants ont été arrêtés par les agents du SBU.

    Selon un des organisateurs du blocus, Semen #Sementchenko, député ukrainien, les agents du SBU sont arrivés armés dans un véhicule de combat. Sous prétexte de rechercher un groupe de saboteurs, ils se sont mis à vérifier les papiers des membres du blocus et à saisir leurs armes à feu. Il est arrivé que les membres du blocus aient refusé de rendre les armes, ils ont alors été arrêtés par la force.

    Le Service de sécurité d’Ukraine a annoncé que 43 personnes armées ont été arrêtées à Toretske, Chtcherbunivka et Kourdymivka pour avoir refusé de rendre les armes (vidéo). Les forces de l’ordre ont saisi 8 armes avec des grenades. Le lendemain, tous les membres du blocus ont été relâchés.

    La vague de protestation. Après l’arrestation des membres du blocus, des manifestations de soutien se sont déroulées dans plusieurs villes ukrainiennes : Kiev, Kharkiv, Rivne etc.

    Le Bureau du Procureur et le Service de Sécurité : pas d’infraction. Le lendemain, Yuriy Loutsenko, Procureur général d’Ukraine a déclaré que lors de l’arrestation des membres du blocus, les forces de l’ordre n’ont pas violé la loi. Vasyl Gritsak, chef du Service de sécurité de l’Ukraine affirme qu’il ne s’agit pas de la dispersion des membres du blocus.

    L’affrontement entre la police et les membres du blocus. Le 14 mars près de Slovyansk, les membres du blocus dirigés par Volodymyr Parasyuk, député ukrainien, ont essayé de percer une colonne de police, en refusant de montrer leurs papiers et en les menaçant. Ils ont été arrêtés près de Kramatorsk.

    Le blocus du Parlement. Le 15 mars, les policiers de la région de Donetsk sont rentrés au Parlement ukrainien, ce qui est interdit par la loi ukrainienne. Ils voulaient parler de l’incident avec Parasyuk, mais Oxana Syroid, chef adjointe du Parlement a interrompu la session. Selon Serhiy Lechtchenko, député ukrainien, ce sont des représentants du parti Front Populaire et Igor Kononenko qui ont laissé passer les policiers au Parlement.

    Le blocus officiel. Le 15 mars, le Conseil de la sécurité nationale et de la défense a décidé d’arrêter le transport de marchandises à travers la ligne de démarcation. Ces actions sont mises en œuvre à cause d’une forte escalade à l’Est et la saisie des entreprises ukrainiennes dans les territoires occupés. Les mesures seront valides jusqu’à la réalisation des deux premiers paragraphes des Accords de Minsk du 12 février 2015. Tous les autoroutes et les chemins de fer sont bloqués le 15 mars à 13h00. Petro Porochenko a déclaré qu’il n’y aurait que des convois humanitaires qui seront autorisés à franchir la ligne de démarcation. Selon lui, l’interdiction du transport de marchandises sera valide jusqu’au retour des entreprises ukrainiennes saisies sous la juridiction ukrainienne.


  • Le #blocus du #charbon du #Donbass : 5 choses à savoir | UACRISIS.ORG
    http://uacrisis.org/fr/52831-blockade-coal-supplies
    http://uacrisis.org/wp-content/uploads/2017/02/Blokada_Donbass-1.jpg
    @lolo

    Le blocus du charbon en provenance des territoires occupés des régions de Lougansk et de Donetsk est le sujet clé de cette semaine. Depuis le mois de janvier, des activistes et des politiciens bloquent plusieurs passages à niveau dans les régions de Lougansk et de Donetsk. Cela a conduit à des difficultés dans l’approvisionnement des centrales ukrainiennes en charbon anthracite provenant des territoires non contrôlés. Le Conseil des ministres a annoncé des pannes d’électricité. Le gouvernement a rassemblé l’état-major de l’énergie anti-crise et a admis la possibilité de pannes de courant dans 7 régions de l’Ukraine.

    Les arguments des organisateurs du blocus. Les activistes du blocus estiment que le commerce avec les républiques séparatistes est un commerce sur le sang. Pour arrêter ce commerce, il faut adopter une loi permettant de stopper le financement des républiques. Les activistes pensent aussi que les combattants pro-russes gagnent de l’argent grâce à la coopération de la « grande Ukraine » avec des entreprises se trouvant sur les territoires non-contrôlés.

    Pourquoi est-ce un problème pour l’Ukraine.

    *La moitié des centrales thermiques fonctionne avec de l’anthracite et l’autre moitié avec le charbon du gaz qui ne sont plus en mesure de se remplacer. Depuis 2014, l’Ukraine est en manque d’anthracite. Il n’y a que deux solutions pour combler ce manque : le faire venir du Donbass occupé ou l’importer depuis l’Afrique du Sud, l’Australie, les Etats-Unis, le Vietnam. Pour le moment, l’Ukraine n’a pas réussi à trouver à l’étranger du charbon dont le prix soit abordable. Le 13 février, les stocks ukrainiens contenaient 842 tonnes d’anthracite et 688 tonnes de charbon du gaz. Chaque jour, les centrales thermiques ukrainiennes consomment environ 30 000 tonnes de charbon. Si le blocus continue, les stocks seront épuisés en 30-40 jours.

    Les arguments du pouvoir sur la nécessité d’acheter du charbon dans les territoires occupés. Le pouvoir ukrainien estime qu’il faut absolument arrêter le blocus économique du Donbass, car la sécurité énergétique du pays se trouve menacée. L’Ukraine n’est pas en mesure d’assurer son chauffage et son électricité sans le charbon anthracite, qui est produit uniquement dans les zones non contrôlées. Le pouvoir déclare qu’acheter du charbon dans les entreprises enregistrées sur le territoire contrôlé ne signifie pas financer les séparatistes. Même si les mines se trouvent sur les territoires occupés, elles ont une adresse juridique en Ukraine, leurs impôts sont versés dans le budget ukrainien, les mineurs perçoivent leur salaire sur des comptes en hryvnias dans des banques ukrainiennes.

    Ce que le pouvoir ne dit pas. Cette situation de blocus doit servir d’alarme pour le pouvoir, car elle démontre le danger qu’il y a à freiner la réforme énergétique. Depuis plus d’un an, les experts et la société civile exigent la transparence dans la fixation du prix de l’électricité et demandent le rapport sur la suppression progressive de l’utilisation de l’anthracite (le programme a été adopté en 2015). Car c’est selon ce programme que les Ukrainiens ont commencé à payer plus cher l’électricité, en effet une partie du charbon était censée être importée pour supprimer la dépendance au charbon provenant du Donbass. Le gouvernement devait aussi répondre aux accusations liées au scandale autour des achats de charbon et à celles concernant les énormes bénéfices réalisés par l’équipe présidentielle et les entreprises de l’oligarque Renat Achmetov. Le gouvernement n’a toujours pas répondu à ces accusations, cependant il essaie d’intimider les Ukrainiens en menaçant de couper l’électricité.

    Le rôle d’Akhmetov. Environ 15% de l’énergie ukrainienne se produit sur les blocs du charbon anthracite. Cette partie de l’énergie ukrainienne dépend directement de la production du charbon anthracite dans le Donbass et des entreprises d’Akhmetov. En 2015, le gouvernement a décidé de reconvertir les blocs qui fonctionnaient avec de l’anthracite pour qu’ils puissent fonctionner avec du charbon de gaz. L’Ukraine avait besoin de 2-3 ans pour passer entièrement à la consommation du gaz du charbon, donc ces travaux auraient dû être terminés à l’été 2017. Cependant, l’État ne possède que 30% des centrales thermiques électriques, tandis que 70% appartiennent à l’entreprise de Rinat Akhmetov. Les experts estiment qu’Akhmetov a réussi à convaincre le gouvernement qu’il était capable d’assurer les besoins du pays en énergie et si pour cela il utilise le charbon des territoires occupés, c’est son affaire. C’est pour cette raison que les travaux de reconversion des blocs ont été arrêtés. Avec pour toile de fond l’augmentation des tarifs pour la population, que le pouvoir a expliqué par une diversification inexistante et le recours aux importations. L’entreprise d’Akhmetov conserve le monopole, engrange des bénéfices énormes et entretient la dépendance énergétique de l’Ukraine à l’égard des républiques séparatistes. L’oligarque refuse de rendre public les éléments permettant de calculer le coût du charbon, alors que certains experts supposent que l’anthracite du Donbass peut provenir de fosses illégales, et être même moins cher que le charbon des mines légales.


  • Kiev va recevoir ?600 millions d’aide européenne
    #UKRAINE-#UE/AIDE

    BRUXELLES, 16 mars (Reuters) - L’Ukraine va recevoir 600 millions d’euros d’aide européenne afin d’assainir ses finances, a annoncé jeudi la Commission européenne mettant fin à des mois de tergiversations.
    L’exécutif européen a décidé d’assouplir sa position, renonçant à exiger de Kiev la levée préalable de son embargo sur les exportations de bois, prenant acte de la présention d’un projet de loi visant à revenir sur ces restrictions.
    « La Commission s’attend à ce que la loi sur les exportations de bois présentée au Parlement soit adoptée sans délai », dit la Commission dans un communiqué.
    Avec ces 600 millions d’euros d’aide suppplémentaire, le montant total des prêts consentis à l’Ukraine par les Européens depuis 2014 s’élève désormais à 2,8 milliards d’euros.
    Cette nouvelle enveloppe sera débloquée ce mois-ci ou début avril, dès que les fonds auront été levés sur les marchés, a précisé la Commission.
    Son président, Jean-Claude Juncker, avait promis en février au Premier ministre ukrainien, Volodimir Groisman, de débloquer les 600 millions d’euros pour témoigner de la solidarité des Européens a l’égard de l’ancienne république soviétique qui cherche à se rapprocher de l’Ouest.
    Près de 10.000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit en Ukraine en avril 2014 entre forces ukrainiennes et rebelles séparatistes pro-russes.
    La situation demeure tendue avec des accrochages quasi quotidiens le long de la ligne de front. Moscou et Kiev se renvoient la responsabilité de l’impasse dans laquelle sont plongées les tentatives de règlement du conflit.
    (Robin Emmott, Nicolas Delame pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

    REUTERS - 16/03/2017 - 14:46:49


  • Ахметов, Левочкин и Медведчук решают будущее « Оппоблока » - журналист
    #Akhmetov
    #Medvedtchouk

    https://www.unian.net/politics/1744807-ahmetov-levochkin-i-medvedchuk-reshayut-buduschee-oppobloka-jurnalist
    https://images.unian.net/photos/2016_05/1464175149-7009.jpg

    Sous la pression du Kremlin, Akhmetov serait prié de laisser une place à Medvedtchouk dans le Bloc d’opposition ("pro-russe). En cas de refus de Akhmetov, risque d’une scission entre un parti plus loyal à Kiev (Akhmetov) et un parti davantage pro-russe (Levotchkine et Medvedtchouk)

    «Сегодня рассказали некоторые подробности подковерных разборок в Оппоблоке и вероятного будущего раскола этой партии на два проекта Левочкина и Ахметова», - написал журналист Денис Казанский на своей странице в Facebook со ссылкой на собственный источник.
    «До сих пор оба олигарха управляли политическим проектом по принципу 50 на 50. Но теперь российские партнеры настойчиво»попросили" Левочкина и Ахметова взять к себе третьего партнера - Виктора Медведчука, под контроль которого должно перейти 30% Оппоблока", - рассказал журналист.

    «Однако ахметовские с такой постановкой вопроса не согласились. [...] Ахметов жестко выступает против размытия своей доли в Оппоблоке. Но переговоры еще продолжаются, и Медведчук вместе с кремлевскими пытаются заставить олигарха быть более сговорчивыми. Инструмент влияния избран понятен - это активы Ахметова в ЛДНР. Недавно в рамках этой истории ДНРовцы стали отжимать у Ахметова»Комсомольское рудоуправление" - туда была введена «временная администрация». [...] Если Ахметов уступит - партия сохранится. Если нет - Оппоблок распадется, а на его месте возникнут два новых проекта, один из которых «(ахметовский) будет более лояльным к власти, а другой (медведчуковско-левочкинський) будет напрямую отстаивать интересы Кремля», - написал Казанский.

    Как сообщал УНИАН, 17 января сопредседатель фракции «Оппозиционный блок» Юрий Бойко заявил, что ничего не знает о «расколе» в партии.


  • La Russie critique le rôle de l’UE dans les Balkans – EURACTIV.fr
    http://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/russia-commission-should-play-a-more-positive-role-in-the-western-balkans
    http://www.euractiv.fr/wp-content/uploads/sites/3/2017/03/Hahn-and-Damjanovic.jpg
    #Russie
    #Balkans

    L’ambassadeur russe auprès de l’UE, Vladimir Chizhov, s’interroge sur la gestion des crises en Macédoine et au Kosovo par la Commission européenne. Il regrette que son pays soit accusé d’interférer au Monténégro.

    Vladimir Chizhov a émis de vive critiques face au soutien de la Commission pour un gouvernement macédonien qui serait mis en place en échange de l’approbation de la « plateforme albanaise ».

    Le 1er mars, le président macédonien, Gjorge Ivanov, a en effet refusé d’autoriser une coalition de sociaux-démocrates et de partis représentant l’importante minorité ethnique albanaise du pays pour former un gouvernement, en raison de leur volonté d’autoriser officiellement un usage plus répandu de la langue albanaise.

    Le diplomate russe accuse aussi autant le président du Conseil, Donald Tusk, que le commissaire à la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn. « Quand je lis des déclarations de représentants de l’UE, y compris du président du Conseil européen en personne, mentionnant les interférences extérieures en Macédoine, je prends ces affirmations comme une autocritique de sa part. Quand le commissaire Hahn s’adresse au président macédonien et lui conseille de ne pas s’interposer dans le processus constitutionnel de son pays, je me demande : ‘N’est-ce pas au président, qui est le chef de l’État, de garantir le respect de la constitution ?’ »

    Vladimir Chizov fait référence à l’accord d’Ohrid du 13 août 2001 entre le gouvernement de Macédoine et les représentants de la minorité ethnique albanaise, qui a mis fin au conflit entre l’« Armée de libération nationale » albanaise et les forces de l’ordre macédoniennes. L’accord comprenait des dispositions visant à modifier les langues officielles du pays, stipulant que toute langue parlée par plus de 20 % de la population deviendrait une autre langue officielle de la Macédoine au niveau municipal.

    « L’accord d’Ohrid a été négocié par mon vieil ami Francisco Javier Solana. Je l’avais alors averti des possibles dangers de cet accord, qui fixait un quota pour la représentation albanaise », a indiqué Vladimir Chizhov.

    Le diplomate russe a précisé que les partis albanais avaient été « convoqués par Tirana, par le cabinet du Premier ministre albanais » et « avaient signé ce que l’on appelle aujourd’hui la plateforme albanaise, qui aurait donné plus de droits à la minorité albanaise, à un niveau équivalent à ce qui, dans d’autres pays, est offert au niveau fédéral ».

    « Le chef de l’opposition, Zoran Zaev, avait accepté cette plateforme, qui est contraire à la constitution macédonienne. L’UE a négligé tout cela, indiquant qu’avec une coalition de 67 députés sur 120, Zoran Zaev devait être élu Premier ministre et laisser le processus continuer dans cette direction. Bien évidemment, le président, Gjorge Ivanov, ne pouvait pas accepter une telle situation. L’UE aurait dû jouer un rôle positif et non nuisible », a déploré Vladimir Chizhov.

    >> Lire : La crise politique en Macédoine hypothèque son adhésion à l’UE

    Silence radio sur la Serbie-Kosovo

    Vladimir Chizov estime que la situation concernant le dialogue entre Belgrade et Pristina inquiète non seulement la Russie, mais aussi l’UE. « Je pense que cela découle de l’approche biaisée de l’UE », a-t-il ajouté.

    Le pont qui relie les deux rives de l’Ibar dans la ville de Mitrovica et qui est devenu le symbole des divisions entre les Albanais dans le sud et les Serbes dans le nord. Au lendemain de la crise du nord du Kosovo, en 2013, la municipalité à majorité serbe du nord de Mitrovica a été créée, divisant la ville en deux unités administratives opérant cependant toutes deux dans le cadre législatif kosovar.

    « Quand l’affaire de l’amphithéâtre de Mitrovica a été révélée [les Serbes de la région avaient construit une structure en béton en forme d’amphithéâtre pour empêcher aux véhicules de traverser le pont], et que la colère est montée du côté de Pristina, qui demandait que la structure soit démolie, l’UE est intervenue. Elle a obtenu l’accord des Serbes de démolir l’amphithéâtre en échange du retrait des forces kosovares au sud du pont. Mais qu’en est-il de l’obligation de Pristina de créer une assemblée de municipalités serbes ? Non seulement les Kosovars, mais aussi l’UE n’en parlent plus », fait remarquer le diplomate.

    >> Lire : La reconnaissance du Kosovo fait tanguer les négociations d’adhésion de la Serbie

    Coup d’État au Monténégro

    Depuis l’élection du 16 octobre, quand 20 personnes ont été arrêtées pour avoir tenté d’organiser un coup d’État, les tensions n’ont cessé de s’intensifier dans le petit pays des Balkans occidentaux.

    D’après la presse britannique, qui cite des sources parlementaires, le coup visant à attaquer le parlement monténégrin et tuer le dirigeant pro-occidental aurait été orchestré par des responsables des services de renseignement russes, avec le soutien et l’accord de Moscou pour saboter les intentions du pays d’intégrer l’OTAN.

    >> Lire : Le Monténégro déstabilisé après une tentative de coup d’Etat

    « Malheureusement, un sentiment anti-Russie est en train de s’installer au Monténégro, avec la complicité des États-Unis et de certains États membres de l’UE. Le coup d’État présumé n’a cependant jamais été attesté, et encore moins le lien avec la Russie », a-t-il ajouté.

    Vladimir Chizhov s’est exprimé au sujet des deux ressortissants russes dont les noms ont été cités par le procureur en charge de l’enquête sur la tentative de coup d’État :

    « Mais qui sont-ils ? Est-ce que quelqu’un les a vus ? » Il a ajouté : « Ce n’est pas sérieux. Oui, nous nous opposons à l’adhésion du Monténégro à l’OTAN. Nous considérons cette idée nuisible aux efforts de renforcement de la sécurité en Europe. Il s’agirait de surmonter les défis sécuritaires du 21e siècle avec des moyens datant de plus de cinquante ans. »

    Il a précisé que la Russie n’était pas contraire à l’adhésion du Monténégro à l’UE. « Vous voulez le Monténégro ? Ce ne sera qu’un poids supplémentaire pour l’UE », assure-t-il.

    >> Lire : Mogherini s’inquiète de l’instabilité politique des Balkans occidentaux


  • John McCain to Rand Paul: “The Senator From Kentucky Is Now Working For Vladimir Putin” | Video | RealClearPolitics
    http://www.realclearpolitics.com/video/2017/03/15/john_mccain_to_rand_paul_the_senator_from_kentucky_is_now_working
    http://assets.realclear.com/images/40/406264.jpg

    #guerre_froide
    #Russie
    #Etats-Unis

    On the Senate floor Wednesday afternoon, Arizona Republican John McCain accused Sen. Rand Paul of Kentucky of “working for Vladimir Putin” for voting against a resolution to allow the Serbian breakaway territory of Montenegro join the NATO alliance.

    “If there’s objection, you are achieving the objectives of Vladimir Putin,” McCain warned. “If they object, they are now carrying out the desires and ambitions of Vladimir Putin, and I do not say that lightly.”

    Sen. Paul objected, but declined to comment and left the Senate, prompting McCain to say: “That is really remarkable... A senator, blocking a treaty that is supported by the overwhelming number, perhaps 98 at least of his colleagues, would come to the floor and object, and walk away.”

    “The only conclusion you can draw when he walks away is he has no argument to be made,” McCain explained.

    “The senator from Kentucky is now working for Vladimir Putin,” McCain aded.


  • Fédération de Russie - Moscow - MOSCOW (AP) —

    AP - 15/03/2017 - 15:06:07
    #Donbass
    #blocus

    Ukraine on Wednesday announced a transport blockade of rebel-held areas that is likely to cause serious economic disruption and could threaten a precarious cease-fire in the east of the country.
    “It will be in place until the occupiers return stolen Ukrainian industry to Ukrainian jurisdiction,” Ukrainian President Petro Poroshenko told the country’s national security council in Kiev, Russia’s Interfax news agency reported.
    Many economic links have been preserved between separatist-controlled areas that are dominated by heavy industry, particularly coal mining and metallurgy, and government-held Ukraine despite a three-year conflict.
    But the new measures appeared to amount to a full-blown trade ban.
    All rail and road connections with the rebel-controlled mini-states will be cut from Wednesday, National Security and Defense Council head Oleksander Turchynov told reporters, the Tass news agency reported. The only exception to the new blockade will be for humanitarian deliveries by Ukrainian organizations, the United Nations and the Red Cross.
    The move is an apparent U-turn by Poroshenko’s government, which had previously criticized blockades on rebel-held areas imposed by nationalist activists, arguing that they hurt ordinary Ukrainians.
    Russian Foreign Minister Sergey Lavrov denounced the move, describing it as “contradicting common sense and a sense of human conscience,” Tass reported.
    The German government also criticized the Ukrainian government.
    “From our point of view, such a decision doesn’t contribute to de-escalation: quite the contrary, it tends to encourage the separatist tendencies in Donbass,” Foreign Ministry spokesman Martin Schaefer said in Berlin, referring to the area of eastern Ukraine under rebel control.
    Activist blockades that began in January seriously hit trade on both sides, cutting off coal shipments to government-controlled territory and impeding deliveries from the mills and factories that are the east’s economic backbone. Ukrainian officials said they were contributing to rolling blackouts across the country and had inflicted millions of dollars of economic losses.
    Dozens of activists taking part in the blockade were detained by Ukrainian security services this week.
    Nationalist activists in Kiev have also targeted Russian-owned banks, including a protest Monday during which they bricked up the Kiev headquarters of Russian-owned Sberbank.
    Rebel leaders in Donetsk said earlier this month that they had taken over the management of 40 factories and coal mines in retaliation for the blockade. They include those owned by Rinat Akhmetov, who is regarded as Ukraine’s richest person.
    The blockade has exacerbated tensions in Ukraine, where fighting between government forces and separatist rebels has killed more than 9,800 people since April 2014.


  • Le président Porochenko appelle le CNSD à arrêter la liaison de transport avec les territoires occupés dans le Donbass - 15.03.2017 12:46 — Actualités Ukrinform

    #Donbass
    #blocus
    @lolo
    https://www.ukrinform.fr/rubric-politics/2193480-le-president-porochenko-appelle-le-cnsd-a-arreter-la-liaison-de-tr
    https://static.ukrinform.com/photos/2017_03/thumb_files/630_360_1489570930-9016.jpg

    Le président ukrainien Petro Porochenko, lors d’une réunion du Conseil national de sécurité et de défense (CNSD) le mercredi 15 mars, a proposé d’arrêter la liaison de transport avec les territoires temporairement occupés dans le Donbass.

    « Aujourd’hui, je propose au Conseil national de sécurité et de défense de prendre une décision sur l’arrêt complet temporaire de la liaison de transport, et non seulement du transport ferroviaire, avec les territoires occupés. Il sera maintenu jusqu’à ce que les occupants retournent les entreprises ukrainiennes saisies à la juridiction de l’Ukraine », a insisté Porochenko.

    Selon lui, l’exception ne sera faite que pour les cargaisons humanitaires provenant de l’Ukraine, des organisations internationales, de l’ONU, de la Croix-Rouge et d’autres, avec des médicaments et des biens de première nécessité.

    « Nous ne devons pas permettre la détérioration de la situation humanitaire sur les territoires occupés. Nous devons faire tout pour qu’il y ait une quantité suffisante de produits et de médicaments nécessaires pour nos concitoyens », a souligné Poroshenko.


  • Donbass Blockades : Quo Vadis ? | Nouvelles de l’Est
    https://nouvellesest.com/2017/03/14/donbass-blockades-quo-vadis
    https://nouvellesest.files.wordpress.com/2017/03/screen-shot-2017-03-14-at-20-16-04.png?w=1200

    #Donbass
    #Blocus
    @lolo

    Arsen Avakov kept his word. On 13th March, the Minister of Interior did send his police forces against the activists running a blockade of railroads in the area of Toretsk (former Dzerzhinsk). At least 43 armed persons were arrested on the spot. The move has sparked anger across Ukraine. Several demonstrations were organised in different cities on 13th March. Namely in Kyiv and in some Western cities. At the time of publication, a few hundred demonstrators hold a rally on Kyiv Maïdan Nezalezhnosti.

    Per say, the Donbass “blockade” that was initiated in late January has not been broken up. Police has dismantled only one camp. Three are left untouched along the frontline:

    the crossing « Svitlanove-Shepilove » in Luhansk region,
    a crossing near Bakhmut (former Artemivsk) in Donetsk region
    the motorway near Karbonit in Luhansk region.

    Why the sole Toretsk transportation hub has been cleared remains an open question as of now.

    Watch here the video of the Sherbynyvka blockade breakup

    In essence, the 13th March police intervention does not change much. Trains and trucks are blocked on some routes and continue to cross the frontline on other spots, just as it was before.

    Nevertheless, the government is considering declaring a “state of emergency” in the energy sector and warns of power cuts for industries and households in a near future because of a shortage in coal. “Ekonomishna Pravda” estimates that at least 800,000 tons of coal are exported from separatist-held territories to the rest of Ukraine. The exports may amount to some 10 million tons per year.

    original

    In any case, activists plan to extend the scope of their actions.

    A railroad between the two countries was blocked for a few hours in Sumy oblast on 4th March.
    A group walled the Kyiv headquarters of “Sberbank Rossiy” on 13th March in protest to the persistence of economic and financial relations between Ukraine and Russia.
    Both actions made mere symbolic moves yet they both fall under the logics of installing a full-scale blockade with Russia and its proxy republics of Louhansk and Donetsk.
    Blockade’s coordinator Anatoliy Vynohrodsky has warned his activists were ready to block all connections “when we’re ready”.
    Since their first actions in late January, they have started an open conflict with the Ukrainian authorities and the President Petro Poroshenko.

    To stop the “trade in blood”

    16602229_1436614176373558_547706101025902895_o

    “We want to stop the “trade in blood”, a tall war veteran nicknamed “Vlad” told me on 12th February in Sherbynyvka. He is himself exiled from the separatist-held territories. Two days before, he and his companions had set up a camp by the railroad that connects government-controlled Kostyantynivka and separatist-held Yasynuvata. This installation was among the ones dismantled on 13th March. In purchasing coal and anthracite coal mined in so-called DNR and LNR, Ukraine “finances their war against us. Some oligarchs and war profiteers benefit from it”, Vlad explained.

    Vlad insisted also on denouncing the “Kyiv DoubleSpeak”. That is to say:

    In the third winter of the conflict, the Donbass war is still not called a war. It is referred to as an “Anti-Terrorist Operation”.
    Diplomatic relations with the Russian Federation are not broken.
    A recently adopted “plan of reintegration of occupied territories” does not point to Russia as the occupying power.
    When it comes to the trade links between separatist-held territories and the rest of Ukraine, the government is not explicit enough on the details of the deals. Back in September 2015, former U.S. ambassador to Ukraine Geoffrey Pyatt was already calling for “transparency in coal purchases in the anti-terrorist zone and abroad”, which came as an evidence of murky deals. The continuous uncertainty surrounding these deals feeds all kind of speculations.
    Poroshenko’s blurry policy in dealing with the war and the peace negotiations is further put under question because of the recent multiplication of peace plans. Obscure political figures have pushed their own proposals up to the Trump presidential administration, in parallel to Kyiv’s official diplomacy. It leads to confusion as to the real intentions of Petro Poroshenko, as well as to his authority to lead an efficient diplomacy.

    Nonetheless, the blockades have raised questions too.

    Vlad assured me that he was “supported by citizens and patriots”. His company was nevertheless connected to the “Donbass battalion” and the “Samopomych – Self-reliance” party.
    MPs Semen Semenchenko and Oksana Syroid have acted as main organisers and spokespersons of the blockades.
    “Narodniy Front – Popular Front” and “Radikalna Partiya – Radical Party” have also been active in supporting the blockades.
    Critics believe some strong financial interests are behind the blockades, namely competitors of the oligarch Rinat Akhmetov.

    Useful idiots and liars?

    One of the first arguments authorities oppose to these critics is quite a sound one: “it is naive to believe separatists will run out of weapons and ammunitions if we cut trade routes, since we all know they are supplied by Russia”, Yuriy Grimchak told me in the Ministry of Temporary Occupied Territories in Kyiv. Himself in exil from Donetsk, he is a advisor to the Minister, Vadym Chernysh.

    There is no evidence that a full-scale blockade would weaken the pro-Russian and Russian forces nor that it would give local populations some incentives for reintegration with Ukraine. A similar “citizen blockade” of the border from Ukraine with Russia-annexed Crimea had last for a few months in late 2015. The peninsula residents had suffered from shortages and power cuts. Yet the blockade did not produce any sign that Crimea could ever go back to Ukraine.

    The official policy of the Kyiv government is to abide by the Minsk Peace Agreements and to prepare for the reintegration of the separatist-held territories within Ukraine. In that perspective, Petro Poroshenko and his team have repeatedly opposed any form of “isolation of these territories, which de facto leads to give them as presents to Russia”. “This land is neither to take, nor to give”, he stressed in mid-February. The fact that no less than 25,000 civilians try to cross daily from one side to the other of the contact line is seen as an encouragement for reintegration. So are trade links.

    It has to be noted here that the idea of a blockade has been voiced by Oleksandr Turchynov in late 2016. He is nevertheless the Secretary of the National Council of Security and Defence and a reliable collaborator of Petro Poroshenko. Such a declaration, followed by effective blockades a few weeks after, leads some analysts to believe Oleksandr Turchynov in fact supports the blockades and pursues his personal political ambitions.

    Another of the authorities’ arguments is that « this trade does not finance separatists, as most of the companies selling coal to our plants are registered in Kyiv and pay taxes to us”, Yuriy Grimchak adds.

    According to him, companies operating in so-called DNR and LNR and registered in Ukraine have paid up to 32 billion hryvnias (about 1 billion euros) of taxes in 2016. For the same year, the Ukrainian military expenses amounted to 65 billion hryvnias (about 2,2 billions euros). “These companies have financed half of our 2016 war effort!”, Yuriy Grimchak asserts.
    Yuriy Grimchak does not take into account here that these companies automatically have to pay some kind of compensation to separatist authorities. As blockade-supporters stress, it is not thinkable that these companies could keep operating without any control from Donetsk and Luhansk. This is one of the “grey zones” surrounding the trade with so-called DNR and LNR.

    Another argument that is opposed by Yuriy Grimchak and Kyiv authorities is that a full-fledge separation of separatist-held territories from Ukraine would prove impossible and dangerous.

    When it comes to the case of water supplies, the canal “Severskiy Donets-Donbass” starts in Ukraine-held territories. It flows southwards through the city of Donetsk and ends up in the port city of Mariupol. “We could cut the water supplies to Donetsk, for sure. Yet it would also mean cutting water supplies to our Marioupol”, Yuriy Grimchak explains.

    The same kind of interdependency goes for many of the energy and industrial infrastructures across the region.

    The Schastye power plant is located on the Ukrainian side of the front line in the North of Luhansk. It supplies power to rebel-held Luhansk itself, while in turn being supplied with coal from mines in separatist-held districts of the Luhansk and Donetsk regions.
    Steel plants such as the Enakievo Steelworks in the separatist-held Donetsk region depend on supplies of coke from the Avdiivka coke plant on Ukrainian side. Avdiivka in turn is supplied with coking coal from a mine in separatist-held Krasnodon.

    According to Yuriy Grimchak, anyone who believes “in a complete separation by tomorrow is either a liar, or an idiot”. As for the activists on blockades, he considers them as “useful idiots … I mean, maybe they are no idiots. But they are definitely useful to someone”.

    In late February, pro-blockade political groups failed to registered a bill “On the Occupied Territories” at the Verkhovna Rada (Parliament). The bill was meant to prohibit the trade between the separatist-territories and the rest of Ukraine. Yet their failure shows that proponents of the blockades remain a political minority.

    Alternative supplies

    The argument of the interdependency raises the question of the development of reform of the energy sector and the search for alternative supplies of energy. When it comes to anthracite coal, 99% of the Ukrainian consumption comes from the ATO zone, that is from non-controlled territories for the main part. The anthracite power-generating units produce about 15% of Ukraine’s electricity. Prime Minister Volodymyr Hroissman has publicly feared that, were the blockades to continue, Ukraine would loose 75,000 jobs and up to 3,5 billion dollars.

    coal_conflict_ukraine (1)_0

    The government has recently assured that it would have to compensate the shortages of coal from separatist-held territories with imports from Russia. As such, it seems like a good argument against the ambitions of the activists of a full-fledge separation. Yet it raises some more questions:

    Analysts have raised suspicions over the past three years that parts of the coal mined in DNR and LNR was purchased on formal basis by Russian companies only to be further sold to Ukrainian and European consumers. If the contact line is closed to the “trade in blood”, the same coal may travel to Ukraine through different transit points.
    Imports from Russia are not the only alternative Ukraine has, experts point out. Back in 2014-15, some coal were imported from South Africa, despite some murky details surrounding the deal. As of now, Ukraine has the possibility to import coal and anthracite coal from Australia, the U.S.A., and Vietnam.
    Government says that attempts to set up imports based on competitive price have not been yet successful. At the same time, some experts are sceptical about the statement. A 2015 “BNE Intelligence” report had discovered that contracts of coal imports involved some offshore company based in Cyprus, as well as at least three “fictive” companies registered in the Kyiv region. Nowadays, details of energy imports to Ukraine remain suspicious to many analysts.
    The underlying fear is that the Kyiv authorities are more keen on preserving a status quo and Rinat Akhmetov’s economic interests than to diversify energy supplies.

    The search of alternative sources of energy supplies is not the only option considered.

    A logical alternative to separatist coal may the reduction of energy consumption and the increase of energy efficiency of the whole system of production and distribution. The government is officially engaged on this path. Yet results are long to take effect as environment activists denounce.
    The modernisation of power-generating units so as to have them running on a different type of coal or on other sources of energy such as gas or fuel. A program of modernisation was adopted back in 2015 and was supposed to be completed by summer 2017. Results are also not obvious.

    The fact that Ukraine is still dependent on coal and anthracite coal mined in separatist territories causes uproar in the Ukrainian society as citizens contributed to the program of modernisation of power-generating units.

    Tax payers were burdened with an extra 10 billion hryvnias (about 3,5 billion euros) from March 2016 onwards. According to the so-called “Rotterdam +” formula, Ukrainian consumers started paying more from March 2016. “Rotterdam +” means the price of coal at the Rotterdam port + transportation. The electricity bills were meant to include such a formula, although the coal was in fact imported from so-called DNR and LNR.
    The extra revenues both the state and energy suppliers generated was meant to support the modernisation of power-generating units.
    The fact that these units have not yet been modernised and adapted raises suspicions as to where the extra revenues went to.
    According to the Ukrainian Crisis Media Center (UCMC), the suspicions run high that both state players and Rinat Akhmetov’s energy companies made huge profits on these schemes.
    In that perspective, the UCMC calls the warnings of forced coal imports from Russia a mere “intimidation of the public opinion”.

    Separatist ultimatum

    On their side of the front line, separatist authorities have also reacted negatively to the blockade. The activists’ initiatives endanger the economic situation in these territories, both in terms of revenues for the local authorities and in terms of employment.

    Zakharchenko_3019138b

    Amid some new warmongering declarations, separatist authorities have requested the companies operating on territories they control to change their registration from Kyiv to Donetsk and Luhansk.

    They placed some 40 companies under “external control” in late February and set a 1st March deadline for registration.
    An an official statement by the System Capital Management (SCM) holding, owned by Rinat Akhmetov, the oligarch has refused to register his companies in separatist-held territories. Some 20 of the 40 seized companies depend on SCM, as well as some 20,000 employees.
    Donetsk and Luhansk have since started the process of nationalisation of these companies.

    The move is explained by a few factors:

    Ukraine has been competing with Russia on the metallurgical market, so weakening Akhmetov’s positions by Russia has been just a matter of time.
    Russia may switch from the model of funding “DPR” and “LPR” to the model of their “self-financing.” Nationalisation of these companies may be a way to increase the level of “local” revenues.
    Russia may also be interested in energy instability in Ukraine and decline in its steel industry.
    It may be part of a targeted attack on the economic empire of Rinat Akhmetov. His charity network of delivering humanitarian aid to the separatist-held territories have also been seized alongside his companies.

    Rinat Akhmetov: An oligarch under threat?

    In this blockade issue, Rinat Akhmetov is an unavoidable actor as the developments of the situation threaten the industrial and financial networks he had managed to preserve since 2014. He remains the richest man in Ukraine despite some significant losses since the Revolution of Dignity. He has played a dubious game since, which may come to an end because of the blockades.

    sddefault

    According to the estimates of the investment company Dragon Capital, the SCM holding loses 5 to 10 million dollars a month because of the blockade. Were the “nationalisation” of his DNR-LNR companies to become effective, he would loose much more.

    Rinat Akhmetov owns 70% of Ukrainian thermal power plants.

    Since March 2016, Ukrainian consumers pay their bills to these plants according to the “Rotterdam +” formula.
    Yet the plants have been using anthracite coal from so-called DNR and LNR.
    Rinat Akhmetov has not implemented the plan of modernisation of power-generating units in his plants.
    SCM has not made public the real purchase price for its coal. Hence speculations run high that the price of produced electricity is not justified by the price of purchased coal, which may be extremely low.
    Some experts believe that part of this coal comes from so-called “kopanki”, that is illegal mines. Both Rinat Akhmetov and the Yanukovych “Family” had an intensive use of kopanki before the war that was meant to embezzle state subsidies and artificially raise prices.
    It is thus fair to assume that SCM holding has made huge profits on such a scheme.
    This has automatically been done with the government’s tolerance, if not approval.

    Rinat Akhmetov’s interests and perspectives are endangered by the developments of the blockade situation.

    On the Ukrainian side, he may be forced to finally comply with the 2015 modernisation program and to give up on his artificially-generated profits.
    On the separatist side, he has a lot to loose when it comes to his well-integrated industrial networks.
    A re-registration of his companies in non-recognised DNR and LNR would ruin his perspectives of export across the world.
    His political influence on both sides of the frontline would also be endangered.
    Although it remains to be seen whether separatists and Russians would effectively complete the nationalisation of Akhmetov’s assets. In doing so, they would need some strong financial capacities in order to ensure the paiements of salaries and the running of the plants. They would also need to secure export markets for their production.
    Aside of the industrial assets, Rinat Akhmetov’s monopoly fixed-phone operator “Ukrtelekom” had to shut off part of its network in Donetsk oblast on 1st March. This followed the seizure of the Donetsk offices by separatist authorities on 1st March. Some 200,000 phones went off. This is a net loss for the company.
    The processus of nationalisation of Akhmetov’s assets, along with many other Ukrainian oligarchs’, takes also place in Russia-annexed Crimea. It remains unclear whether the oligarch obtained any compensation for his losses.

    Ukrainian medias and experts question whether this may be the end of Akhmetov’s empire.

    To be continued

    As economist Timothy Ash states, the blockades “have developed a dynamics on their own, which may be hard to stop”.

    As the police intervention on 13th March has showed, the Kyiv authorities may move to break up the blockades in the near future, as they did with the Crimea “citizen blockade” in late 2015. Yet the underlying issues remain.

    The Ukrainian energy sector has not been effectively reformed.
    Ukraine is still dependent – some would say « taken hostage » – on coal from separatist-held territories as well as on large financial interests such as Akhmetov’s.
    Petro Poroshenko faces more and more domestic opposition, which questions his authority and his ability to conduct an efficient policy. Blockades’ proponents swear to take down what they describe as an “oligarchic-kleptocratic” regime, which is now the “first trade partner” of Russian-backed separatists.
    More troubles from these protesting groups are to be expected.


  • Petro Porochenko : « Nous allons envoyer des factures à Samopomitch et à Batkivchtchyna » - 15.03.2017 13:30 — Actualités Ukrinform

    #Donbass #blocus
    https://www.ukrinform.fr/rubric-politics/2193510-petro-porochenko-nous-allons-envoyer-des-factures-a-samopomitch-et
    https://static.ukrinform.com/photos/2017_02/thumb_files/630_360_1487066622-9411.jpg

    Les actes commis par les membres du blocus ont entraîné des dommages importants à l’État. Ces dommages doivent être évalués et rembourcés par des membres du blocus, mais aussi par les agents publicitaires du blocus, y compris les membres des partis « Samopomitch » et « Batkivchtchyna ».

    Petro Porochenko, président de l’Ukraine a fait cette déclaration lors d’une réunion urgente du Conseil de la sécurité nationale et de la défense de l’Ukraine.

    « Il est évident que les actes commis par les membres du blocus coûteront cher à l’Ukraine. Et nous allons évaluer tous les dégâts. Et nous allons envoyer des factures aux membres du blocus, mais aussi aux partis « Samopomitch » et « Batkivchtchyna » et aux autres agents publicitaires de ce blocus », a déclaré Petro Porochenko.

    Le président a souligné que « malheureusement, cette anarchie dans la zone de l’ATO a été créée par la force politique que nous considérions comme étant démocratique, libérale et réformiste ».

    « Ils ont fait cela, ils se sont comportés de manière malhonnête et injuste envers leur pays. Est-ce que ce serait correct de détourner de cette manière l’attention des échecs de leur chef qui en deux termes et demi de son mandat de maire n’a pas réussi à régler le problème important et a littérairement enterré la plus belle ville européenne sous montagne des déchets ? », a-t-il dit.

    og


  • Les représentants du Fonds d’#Akhmetov ont confirmé que l’activité du Fonds était interdite à la DNR - 15.03.2017 11:47 — Actualités Ukrinform

    #Donbass
    @lolo
    https://www.ukrinform.fr/rubric-politics/2193438-les-representants-du-fonds-dakhmetov-ont-confirme-que-lactivite-du
    https://static.ukrinform.com/photos/2016_03/thumb_files/630_360_1457690902-2205.jpg

    Olexandre Zachartchenko, chef de la DNR a interdit le fonctionnement du Fonds caritatif de Rinat Akhmetov « Aiderons » sur le territoire contrôlé par les séparatistes.

    Le journaliste d’Ukrinform a eu la confirmation de cette information par les représentants du Fonds.

    « Hier, nous avons appris que le travail du Fonds caritatif « Aiderons » de Rinat Akhmetov est interdit sur le territoire de la DNR. On ne nous a pas expliqué les raisons pour lesquelles cette décision avait été prise », a souligné le représentant du Fonds.

    Il a aussi précisé que le Fonds n’était pas prêt à commenter cette décision et a conseillé de suivre l’information sur le site de l’organisation caritative.

    La veille, Olexandre Zachartchenko, chef de l’organisation terroriste DNR a déclaré lors d’une conférence de presse que le Fonds « Aiderons » de Rinat Akhmetov était interdit sur le territoire de la DNR et « personne ne recevrait » l’aide humanitaire qu’il distribuait. Il a aussi déclaré qu’un fonds alternatif de l’aide humanitaire existait en Russie.

    Le Fonds « Aiderons » est une organisation humanitaire, fournissant une aide humanitaire aux retraités, aux handicapés et les enfants de moins de 3 ans. Selon la statistique publiée sur le site du Fonds, en 951 jours du travail, l’organisation a distribué 11 696 860 colis alimentaires.

    og


  • Le Monde, 4 mars 2017
    Benoit Vitkine

    Kiev organise la cohabitation avec ses « territoires occupés »

    Constatant l’échec des accords de #Minsk, les Ukrainiens se préparent à gérer dans la durée le conflit du #Donbass

    A Kiev, le mot « Minsk » a disparu depuis bien longtemps du lexique politique. Toute référence aux accords de paix pour le Donbass, signés, sous la supervision de Paris et de Berlin, dans la capitale biélorusse en septembre 2014 et février 2015, a été gommée du discours public, balayée par la réalité d’un terrain où les affrontements restent quotidiens. Le volet politique des accords n’est guère plus brillant : le gouvernement a échoué face à un Parlement hostile à entreprendre les réformes constitutionnelles attendues, pendant que les dirigeants séparatistes de Donetsk et de Louhansk font preuve d’une intransigeance totale, refusant par exemple d’accepter la participation de partis politiques ukrainiens à d’éventuelles élections locales. Dans le même temps, Moscou continue d’alimenter la machine de guerre séparatiste.

    « Petro Porochenko s’est fait élire comme le président de la paix, mais il a vite compris que cette position équivalait à un suicide politique, résume le #politologue Mikhaïl Minakov. Il n’y a plus de parti de la paix en Ukraine. » « Plus personne n’y croit, confirme un diplomate ukrainien. Les accords ont été nécessaires pour éviter un effondrement militaire face à la Russie, mais ils étaient mauvais dès l’origine, destinés à miner l’Ukraine. Et irréalisables. » Ce sentiment est rendu encore plus prégnant par la certitude que l’Occident, notamment à la faveur de l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, va inéluctablement finir par « lâcher » l’Ukraine et la laisser gérer seule le conflit.

    Trains bloqués

    Le basculement est en réalité plus profond. Au-delà du sort des accords de Minsk, l’idée même de récupérer les territoires perdus apparaît désormais comme largement hypothétique. Les partisans d’une reconquête militaire sont aussi peu audibles que ceux d’une solution négociée. Le débat s’est déplacé : il s’agit désormais d’organiser, dans la durée, la gestion d’un conflit « semi-gelé ». Autrement dit, comment cohabiter avec des territoires encore formellement ukrainiens mais dont le contrôle échappe à Kiev ? Que faire des quelque trois millions de personnes qui y vivent ?

    Deux projets de loi sont en préparation à la Rada (Parlement) pour qualifier les régions séparatistes de « territoires occupés ». Il s’agit de mettre la Russie face à ses responsabilités devant les instances internationales. Mais il y a des divergences sur les conséquences à tirer. Le parti d’opposition Samopomitch (réformateur et nationaliste), à l’origine de l’un des projets, entend couper les ponts avec les régions séparatistes, avec un argument : « Ils ont voulu partir, qu’ils se débrouillent avec l’aide de la Russie. »

    Le débat n’est pas seulement théorique. Depuis la fin janvier, quelques dizaines de militants ultranationalistes, soutenus par Samopomitch, ont institué un blocus sur les voies de chemin de fer reliant les deux territoires. Quelques centaines de personnes tout au plus, mais dont le délogeage est politiquement délicat. Ce blocus pourrait modifier en profondeur les équilibres en raison de la profonde interdépendance qui subsiste entre les deux régions. C’est par exemple le cas des infrastructures d’eau ou d’électricité, dont dépendent des centaines de milliers de personnes de part et d’autre de la ligne de front. Les liens économiques sont aussi importants, symbolisés par l’empire de l’oligarque Rinat Akhmetov, qui avait brièvement soufflé sur les braises du séparatisme au printemps 2014, voit aujourd’hui son modèle économique menacé.

    Les sociétés de M. Akhmetov utilisent le charbon des mines du Donbass - principalement en territoire séparatiste - pour faire fonctionner des usines et des centrales électriques situées surtout en territoire ukrainien. Depuis le blocus, les trains transportant le charbon sont bloqués. Mercredi 1er mars, son usine de coke à Avdiivka annonçait avoir dû mettre au chômage technique 1 000 employés sur un total de 4 000. Quelques jours plus tôt, le directeur de l’usine, Moussa Magomedov, disait l’activité menacée par le surcoût causé par l’importation de charbon d’Afrique du Sud ou d’Australie. Des coupures d’électricité sont également redoutées dans toute l’Ukraine.

    Le 1er mars, les autorités séparatistes de Donetsk et de Louhansk, qui se voient privées d’une source de revenus importante, ont annoncé « prendre le contrôle » de 40 usines et mines, principalement celles d’Akhmetov. L’objectif est à terme de réorienter une partie des exportations vers la Russie. De la même façon, la décision du Kremlin, le 18 février, de reconnaître les passeports et les documents administratifs émis par les deux « Républiques populaires » pérennise la coupure entre Kiev et ses régions orientales.

    Ce climat de tensions risquede réduire à néant les plans de Kiev pour une « réintégration » des populations du Donbass, à défaut des territoires. Un ministère ad hoc a été créé, qui a mis en place une série de mesures garantissant un certain nombre de droits sociaux, administratifs et économiques aux habitants des régions de l’Est. « C’est à la fois une responsabilité vis-à-vis de nos concitoyens, où qu’ils soient, explique le ministre, Vadim Tchernich, mais c’est aussi une façon de reconquérir les coeurs pour faciliter un retour futur de ces territoires. »


  • Ex-Professor Upsets Ukraine Politics, and Russia Peace Accord - The New York Times
    #Minsk #SAMOPOMICH #Donbass
    https://www.nytimes.com/2016/03/19/world/europe/ukraine-oksana-syroyid.html?smid=tw-nytimesworld&smtyp=cur&_r=0
    https://static01.nyt.com/images/2016/03/19/world/KIEV/KIEV-facebookJumbo.jpg

    KIEV, Ukraine — WHEN she moved into her office as deputy speaker of Parliament a little over a year ago, Oksana I. #Syroyid hung a large oil painting called “The Edge of the Sky Is Glowing.” It shows a man turning his back on the viewer while flames burn on the horizon.

    “This,” she said, “is every oligarch and every Russian agent who is still in Ukraine.”

    With her own fast burn of ambition, ferocity and style, Ms. Syroyid of the center-right Self-Reliance party, a former law professor, has shot to the top of Ukrainian politics. A political insurgent, she has made a signature issue of derailing a peace agreement with Russia and, in the process, may have eclipsed the former prime minister, Yulia V. Tymoshenko, as the most powerful female politician in Ukraine.

    A 39-year-old native of the Lviv region in the country’s nationalist west, Ms. Syroyid talks boldly about Ukraine acting in its own interests, not those of outside powers. “We need to stop thinking of how to counter Putin, or how to please all our partners,” she said in a recent interview.

    The question many here ask is whether Ms. Syroyid, a relative newcomer, can somehow master the byzantine structure of Ukrainian politics and emerge as the one to lead the country out of the morass of corruption and government dysfunction that threatens its future. Or, is she just another in a line of ambitious upstarts causing Western governments their latest headache in Ukraine and, possibly, taking the country down with her?
    Continue reading the main story

    ADVERTISEMENT
    Continue reading the main story

    One thing is certain: She is not afraid to take a stand.

    To the dismay of Western diplomats, Ms. Syroyid (pronounced “Seer-o-Eed”) has blocked Parliament from passing a constitutional amendment granting virtual autonomy to the separatist regions in eastern Ukraine — a central element of the Minsk II peace accord that ended the hot war in Ukraine a year ago.

    Last month, she pulled the Self-Reliance party out of the ruling coalition, inviting new parliamentary elections despite strong feelings in Brussels and Washington that Ukraine is too unstable to go through another round of voting.

    “We have to be ourselves,” she said in a recent interview. “And only if we are good at that will we have partners and friends.”

    A BOOKISH, bespectacled expert on the Ukrainian Constitution, Ms. Syroyid put away her professorial turtlenecks when she entered politics and now dresses to the nines, saying she is taking a cue from Ms. Tymoshenko, the braided, crusading pioneer of female politicians in this patriarchal country.

    “She definitely is the brightest person in Ukrainian politics, and not only among women,” said Ms. Syroyid, who earned a law degree in Canada. “She is very stylish, and has a very feminine look. At the same time she is known for her tough decisions.”

    None have been tougher than Parliament’s de facto rejection of Minsk II, which takes its name from the capital of Belarus where President Petro O. Poroshenko and Russia’s president, Vladimir V. Putin, signed it, with French and German mediation.


  • Thierry Beaudet : « Pour innover et investir, nous avons besoin de changer d’échelle »
    Propos recueillis par L. T. - Les Echos | Le 12/01/2015

    En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/12/01/2015/LesEchos/21853-116-ECH_thierry-beaudet-----pour-innover-et-investir--nous-avons-beso

    Thierry Beaudet, président du groupe MGEN, et Joseph Deniaud, président d’Harmonie Mutuelle.

    C’est peu dire que la perspective d’un rapprochement entre vos deux groupes a surpris. Vous dites que ce choix s’est imposé naturellement...

    Joseph Deniaud. Nous sommes les deux plus grandes mutuelles françaises. A ce titre, nous avions admis l’idée qu’il fallait un échange fertile entre nous dans l’intérêt de toutes les mutuelles. Et nous avions donc eu des raisons d’échanger depuis quelque temps.

    Thierry Beaudet. Nous avons appris à mieux nous connaître. Et nous avons des analyses extrêmement convergentes sur l’évolution de notre environnement.

    Quel a été le déclencheur ?

    Joseph Deniaud. Plusieurs éléments de contexte nous ont poussés à nous rapprocher. Notre métier central, la complémentaire santé, évolue beaucoup. Il est toujours plus réglementé. De plus en plus d’obligations nous sont imposées par l’Etat ou par les partenaires sociaux, comme nous avons pu le voir avec l’ANI [accord national interprofessionnel de janvier 2013 sur la généralisation de la complémentaire santé d’entreprise, NDLR]. On constate aussi une préoccupation de plus en plus marquée de nos adhérents concernant le coût de la complémentaire santé et la hausse du reste à charge.

    Thierry Beaudet. La question qui nous sera posée demain, à nous complémentaires santé, c’est bien celle du reste à charge. Or, pour pouvoir agir sur le reste à charge, il faut pouvoir agir sur l’organisation du parcours de santé, passer des accords avec les prestataires et les professionnels de santé. La MGEN tout comme Harmonie Mutuelle ont déjà chacune de leur côté une certaine expérience du conventionnement. Nous sommes assez sûrs de nos forces respectives. Si nous les réunissons, nous aurons la possibilité de démultiplier ce que nous faisons et ce que nous prévoyons de faire. Pour innover, pour investir, pour créer de nouvelles solutions mutualistes, nous avons en effet besoin de changer d’échelle.

    Joseph Deniaud. Il nous semble qu’il vaut mieux être deux pour appréhender tous ces défis. On pourrait aussi évoquer les nouvelles technologies. Le sujet se pose aujourd’hui, pas dans dix ans. Il faut être capable de s’organiser différemment, au plus vite, pour se mettre en ligne.

    Quelles seront les ambitions du groupe que vous allez former ?
    Thierry Beaudet. A bien des égards, nous sommes très complémentaires, puisque nous nous adressons à des publics très différents. Nous pensons donc pouvoir nous adresser de manière pertinente à l’ensemble de la population française, les fonctionnaires comme les non-fonctionnaires, en matière de contrats à adhésion individuelle comme de contrats collectifs.

    Joseph Deniaud. Nos deux groupes avaient chacun fait le choix de se poser en « acteur global de santé ». Il s’agit de pouvoir répondre au mieux aux besoins des adhérents tout au long de leur vie. Ceux-ci attendent des réponses assurancielles mieux organisées en termes de prévoyance ou de dépendance, ainsi que des services.

    Quelles synergies comptez-vous réaliser ?
    Thierry Beaudet. Nous ne sommes pas dans une logique première de regroupement de moyens ou de nos réseaux de distribution. Nous voulons créer, à travers des investissements communs, des solutions et des services pour nos adhérents, qui entretiendront la dynamique de chacune de nos mutuelles. Ce rapprochement ne sera bénéfique à nos adhérents que si nos deux groupes demeurent forts.

    Votre projet aura-t-il un impact sur l’emploi ?
    Joseph Deniaud. C’est un projet de développement, pas de repli. La problématique de l’emploi n’est pas posée.

    A vous deux, vous comptez 8,2 millions de personnes protégées. Est-ce suffisant ?
    Thierry Beaudet. Dans notre lettre d’intention, nous associons dans cette démarche les mutuelles partenaires de nos mutuelles respectives. Si on agrège la population gérée par l’ensemble de nos unions respectives, nous en sommes à plus de 11,5 millions de personnes protégées. L’intention de la MGEN est d’embarquer les mutuelles d’Istya dans ce projet, et je suis convaincu qu’elles seront de l’aventure.

    Joseph Deniaud. Du côté Harmonie Mutuelle, je peux également affirmer que toutes les mutuelles associées sont intéressées par ce processus.

    A terme, envisagez-vous d’accueillir d’autres partenaires dans votre groupe ?
    Joseph Deniaud. Nous sommes entrés dans une négociation exclusive à deux. Et la porte reste ouverte, mais toujours à deux.

    Thierry Beaudet. Nous sommes pragmatiques et nous n’excluons donc rien.
    Propos recueillis par L. T.


  • Joseph Deniaud de syndicaliste à patron chez Harmonie Mutuelle
    EMMANUEL GUIMARD

    Les échos, 26/09/2013
    #mutuelles
    @mb

    Le nouveau président d’Harmonie mutuelle a débuté sa vie professionnelle avec un simple CAP de mécanicien. Joseph Deniaud est désormais aux commandes de la première mutuelle de santé de France.

    Ce fils d’agriculteur, cadet d’une fratrie de six enfants, récuse pourtant le terme d’ « ascenseur social » pour qualifier sa carrière. « L’essentiel de mon parcours est le fait de mandats électifs », souligne ce dirigeant de soixante-cinq ans, chevelure de neige, regard de jais, empathie contrôlée.

    En 1971, le jeune mécanicien ajuste ses premières pièces chez Tréfimétaux, près de Nantes, puis chez Alstom, à Montoir-de-Bretagne, où l’on fabrique de gros moteurs diesel. Et rapidement « Jo Deniaud », tel que ses collègues le surnomment, est élu délégué syndical CFDT. « Une histoire de rencontres », expose ce proche de Jean-Marc Ayrault. Des rencontres fructueuses. Car dès 1979, le syndicat le place à la tête de l’Union locale de Saint-Nazaire. Le voilà syndicaliste professionnel, au coeur d’un bastion ouvrier souvent turbulent. « J’ai connu d’emblée quatre gros conflits sociaux », se souvient ce dirigeant qui, avec les élus de la CGT, l’éternelle rivale, ne manquait pas de « s’accrocher sur le soutien à Solidarnosc. Eux, soutenaient Brejnev ! » s’amuse-t-il. En 1984, il passe « plus vite que prévu » au stade de l’Union départementale CFDT, un poste en vue en Loire-Atlantique.

    Mais une fois son mandat terminé, en 1994, il doit « chercher du travail ». Il a quarante-cinq ans, et la fibre sociale : ce grand amateur de football, qui consulte chaque lundi dans le journal les résultats du club de sa ville natale de Montbert, saura rebondir. Il est embauché comme directeur d’un Plan local d’insertion et de l’emploi (Plie) pour le sud de l’agglomération nantaise. Six ans après, la Communauté urbaine le charge d’une mission alliant développement économique et emploi. C’est en parallèle, dès 1993, que se dessine son engagement mutualiste. D’abord en tant qu’administrateur de Loire-Atlantique Mutualité, qui fédère 34 mutuelles locales. Joseph Deniaud y gravit les échelons et accède, sept ans plus tard, à la présidence de ce poids lourd de l’assurance santé, doté de ses propres cliniques et infrastructures.

    12.000 salariés, 2,3 milliards d’euros de cotisations

    La suite de l’histoire est une succession de fusions et de rapprochements, pour aboutir à la création d’Harmonie Mutuelle, en janvier dernier. Désormais, l’entité nationale encaisse 2,3 milliards d’euros de cotisations et emploie 12.000 salariés pour 4,5 millions de personnes couvertes. Une taille critique, « devenue indispensable pour converser avec le régime obligatoire. Le marché est devenu national, il faut atteindre cette dimension pour apporter des services », explique son nouveau numéro un, alors que le gouvernement vient de dévoiler, lundi, sa « stratégie nationale de santé ». Fraîchement élu, Joseph Deniaud est un ardent partisan du modèle mutualiste : « Le mouvement syndical et celui du mutualiste vont de pair. J’ai toujours considéré comme une priorité la prise en charge de la complémentaire santé par les entreprises », affirme ce père de trois enfants. D’ailleurs, cet ancien syndicaliste devenu patron ne renie rien : « Je combats aussi le transfert de la Sécurité sociale vers les complémentaires. Car la Sécu reste la forme la plus aboutie de solidarité. »


  • Conquérir les coeurs des habitants du Donbass, la stratégie du Ministre des territoires provisoirement occupés expliquée au journal Ukraïnskaïa Pravda (en ukrainien)

    Министр Черныш : Не надо ждать возвращения неподконтрольных территорий. Надо работать с людьми сейчас | Украинская правда
    http://www.pravda.com.ua/rus/articles/2017/01/26/7133512
    http://img.pravda.com/images/doc/3/8/386dca9-chernish.jpg

    Сам факт, що протягом місяця через контрольно-пропускні пункти в обидва боки переміщується 700 тисяч осіб, свідчить, що у нас і далі зберігається зв’язок між людьми (700 000 passages de la ligne de front au mois de janvier) це варто стимулювати.

    Прем’єр Володимир Гройсман уже наводив приклад, коли українська поп-культура, зокрема, концерти « Океану Ельзи » (у Маріуполі та Краматорську – УП) викликали неймовірний резонанс серед молодих людей з непідконтрольних територій, які приїхали їх подивитися. (concert à Marioupol, auquel auraient assisté de nombreux jeunes du Donbass)

    Я знаю про деяких митців, які приїжджають і виставляють тут свої картини. Але, при цьому, просять не підписувати картину справжнім ім’ям.

    За даними опитування, яке проводили USAID з найкращими фахівцями по конфліктах, до 40% людей, які проживають на непідконтрольних територіях, готові вже зараз інтегруватися в Україну.


  • В так называемых ЛДНР взяли под контроль все активы Рината Ахметова
    https://strana.ua/news/58253--ldnr-pribrali-k-rukam-vse-aktivy-ahmetova-no-ugol-ukraine-otgruzhat-bu
    https://strana.ua/pub/img/article/582/53_social_text.jpg

    #blocus
    #Akhmetov

    На всех крупных украинских предприятиях, расположенных на территории так называемых «ЛДНР» с сегодняшнего дня, 1 марта, введено «внешнее управление». По крайней мере так отчитались сами сепаратисты. По словам «главы ДНР» Александра Захарченко, уже установлен контроль над 40 предприятиями. При этом он сказал, что собственность на них пока не менялась. Но, ходят упорные слухи, что и за этим дело не станет и, если не будет достигнуты какие-то стратегические договоренности, то предприятия будут национализированы либо перейдут к российским собственникам.

    Одним из первых объектов, который взяли под контроль сепаратисты, стал стадион «Донбасс-Арена», принадлежащий ФК «Шахтер» Рината Ахметова. В честь такого события «дэнэровцы» его даже подсветили ровно в полночь 1 марта (с начала войны он не подсвечивался). Видимо, желая символически показать смену реальных хозяев в регионе.

    Впрочем, рядовых дончан больше интересует вопрос как будут работать предприятия после «перехвата» управления. И будут ли работать вообще.

    Российские кадры и руда для Липецка

    Еще с ночи ленты информагентств пестрели сообщениями о том, что сепаратисты взяли под контроль все предприятия, находящиеся в украинской юрисдикции. Однако, как показал наш опрос, проведенный на ряде крупных заводов, на большинстве из них «внешние управленцы» ненадолго зашли в гости, вели себя загадочно и в производственно-коммерческие вопросы не вмешивались.

    Физически взяты под контроль лишь некоторые объекты вроде офиса «Укртелекома». И то это почти никак не сказалось на его работе.

    Как рассказали «Стране» источники на Харцызском трубном заводе (входит в холдинг «Метинвест» Рината Ахметова), предприятие некоторое время назад приостановило работу, задействованы только ремонтные цеха.

    «Говорят, на предприятии скоро сменится собственник, якобы он из России. Обстановка неспокойная, все работники боятся, что ХТЗ закроют. С другой стороны, обещают зарплату в рублях по курсу 1 к 2. Сейчас, конечно, это рыночный курс в»ДНР", но на украинской территории курс все-таки выше и по деньгам мы теряем", - рассказал нам на условиях анонимности один из работников Харцызского трубного завода.

    Сомневаются в эффективности внешнего управления и руководители.

    «Пока ДНР-ские управляющие не смогли наладить внешнее управление ни на одном предприятии. Возьмем тот же Юзовский металлургический завод (бывшим Донецкий электросталеплавильный завод). Все говорили запустим-запустим, а вот никак у них что-то не получается. Вот сейчас уже и к нам пришли, а будет ли толк?», - пояснил нам начальник одного из цехов ХТЗ.

    На принадлежащем Ахметову Енакиевском металлургическом заводе, который также в последнее время работает с перебоями, говорят о неоднозначных настроениях в коллективе.

    «Если бы еще пару месяцев назад заговорили о внешнем управлении»ДНР", ничего кроме матов от работяг бы не услышали, - говорит один из менеджеров предприятия. - Но сейчас завод простаивает из-за блокады. Люди не понимают, что будет дальше - ведь видно, что Ахметов не может решить вопрос с разблокированием дорог. И многие уже начинают говорить - что уж лучше пусть мы под кого-то из России перейдем. Тем более, что от «ДНР» мы слышим, что они наладят схему поставок и сырья, и сбыт продукции. Но как наладят - это еще посмотреть надо".

    А на Комсомольское рудоуправление (тоже принадлежит Ринату Ахметову), как мы уже писали, «временные администраторы» прибыли еще вчера.

    Они объявили, что новый руководитель будет из России, а продукцию завода отправят в Липецк (видимо на Новолипецкий металлургический комбинат). Зарплату обещают повысить и выплачивать ее в рублях.

    Как будут управлять

    «Страна» уже сообщала о планах, которые зреют в России по созданию единого холдинга «Метэнерго», в который объединить предприятия Ахметова и других бизнесменов, предварительно их «национализировав». Говорится о том, что необходимое сырье для работы будет поставляться из России. Там же будут, через специальный Торговый дом, этот товар продавать. По задумке авторов данного плана, это поможет обеспечить бесперебойную работу всех предприятий, которые, к тому же, будут еще и прибыль приносить.

    Правда, в самих структурах управления «ДНР» нам не удалось обнаружить следов этого плана. Также нам затруднились описать как будет происходить это «внешнее управление».

    Источники «Страны» в «министерстве промышленности» непризнанной республики сказали, что, по их данным, в ближайшее время вообще все пока останется по старому.

    «В ближайшие дни, а то и недели ничего не поменяется, - говорит источник. - Перемены начнутся, когда придет время платить налоги. К этому моменту уже должно быть четко понятно кто реально контролирует предприятие. Будет ли национализация, если собственники откажутся платить налоги? Не уверен. Скорее, чтоб все было чисто, вынудят продать активы россиянам, после чего начнут нормально работать. Пока же все останется как есть. Единственное, что будет сделано - по согласованию с нынешними собственниками поставят из России необходимое сырье, чтоб хотя бы частично запустить предприятия, показав, что меры показали свою эффективность».

    По его словам, предприятия, производящие энергетический уголь, оказались в самом тяжелом положении. «Коксующийся уголь могут потреблять заводы на месте и вообще сейчас цены на него в мире очень высокие - спрос будет, - говорит»чиновник ДНР". - Металл также продавать сможем. Не проблема. А вот энергетического угля переизбыток. Россияне могут его покупать только из гуманитарных соображений, так как он дороже российского. Поэтому, думаю, будут пытаться продать его в Украину. Например, под видом российского или еще какого-нибудь".


  • Trump prend l’Europe à l’envers - JLM 2017
    https://actus.jlm2017.fr/2017/01/23/trump-prend-leurope-a-lenvers
    https://actus.jlm2017.fr/app/uploads/2017/01/donald-trump.jpg

    #campagne

    Trump prend l’Europe à l’envers
    23 janvier 2017 dans Actus, Notes JLM

    Les déclarations de Donald Trump avant son investiture, puis pendant son discours solennel, prennent à revers toute une stratégie mondiale et surtout tous ses pays alliés ou inclus dans l’ancien dispositif. La Chine et l’Europe sont désormais dans le collimateur du président des USA. En provoquant les Européens par son approbation du Brexit et l’affichage de son espoir qu’il y ait d’autres départs de l’Union européenne, Trump a tiré un sacré coup de canon sur la belle façade du « dialogue transatlantique ». En pointant du doigt la chancelière Merkel et son rôle dominateur sur l’Union, il montrait le roi nu et pincé là où ça fait mal ! Une violence inconnue des mœurs de la diplomatie internationale.

    Mais il y avait déjà sur la scène l’énormité d’une autre rupture tout à fait spectaculaire. C’est le résultat de cette conversation avec la présidente de Taïwan. Trump a montré combien il est prêt à tourner la page de la doctrine pourtant universelle selon laquelle il n’y a qu’une seule Chine, comme cela est évident. Les Européens sont totalement désorientés, abasourdis. Sonnés. KO. Tout cela les prend totalement à revers. D’autant qu’ils venaient de s’engager dans une opération pourtant montée de longue main.

    Depuis plusieurs mois, il règne dans les milieux institutionnels européens une ambiance guerrière anti -Russe dont on a peu idée depuis la France. Mais il est vrai qu’en France aussi l’opinion a été assommée et martelée sur tous les registres pour entrer dans le sentiment anti-Russe primaire et puéril sur lequel reposait la volonté d’un déploiement militaire sans précédent dont l’administration Démocrate des USA avait muri le plan. En Europe l’idée tombait bien. Après le Brexit, les dirigeants de l’Union européenne ont saisi l’occasion de proposer la peur des Russes et la militarisation comme un nouveau projet commun donnant à l’Union une raison d’être. L’Europe de la Défense était donc devenue le leitmotiv des récitations officielles des eurocrâtes. Ce discours, le projet et les moyens qui ont été affectés à cette orientation ont de claires conséquences politiques.

    En effet la logique des officiels européens les situe dans le camp des faucons atlantistes nord-américains. C’est-à-dire du côté de ceux, aux USA, dans les États-majors militaires et les agences de sécurité, qui sont totalement installés dans la stratégie de la confrontation avec la Russie. Ceux-là sont très puissants Outre-Atlantique. Leur travail de sape pour mettre en cause le rôle des Russes dans l’élection présidentielle américaine n’a pas d’autre origine que la volonté de tordre le bras du président élu. Sans doute ne s’arrêteront-ils pas là. Pendant ce temps les « réalistes », autour de Trump, tournent leur batterie contre leurs véritables rivaux : ceux qui menacent leur production et leur monnaie c’est-à-dire la Chine et l’Europe. Ce bouleversement laisse donc tout pantois les éternels alignés que sont les Européens. Ce n’était vraiment pas prévu.

    Dès lors, la situation est dangereuse. Car une provocation pourrait rallumer le feu en Europe. Elle serait vue d’un bon œil par tous ceux qui espèrent que la ligne Trump retourne à l’habituel « tête à tête » avec l’Europe dans une commune opposition à la Russie. La situation est d’autant plus tendue que les USA viennent de débarquer des matériels et des militaires en nombre significatif dans l’est de l’Europe, qui s’ajoutent à ce qui est déjà déployé en Ukraine. À l’Est règne une hystérie anti-Russe hors de contrôle compte tenu du nombre d’ultranationalistes et même de néo-nazis qui paradent dans les allées des pouvoirs

    En fait, les dirigeants Européens sont fauchés en vol. Dans le contexte de montée organisée des tensions avec la Russie, ils avaient déjà commencé par reconduire les sanctions contre ce pays. Ils avaient retourné la copie de l’accord avec l’Ukraine au peuple hollandais qui l’avait rejeté. Et pour faire bon poids ils avaient également décidé la suppression des visas avec la Géorgie et la Biélorussie. Et comme demandé par les USA, les Européens avaient commencé à réorganiser leurs moyens militaires. Et là, c’était vraiment un tournant. L’argument sous-jacent est que cela servait à donner un projet commun fort à une identité européenne totalement en panne après le Brexit. L’Europe avait donc commencé à tourner sérieusement ses batteries sur le registre de la « défense européenne » supra-nationale.

    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait bien résumé dès septembre 2016 le projet. Il annonçait la mise en place « de ressources militaires communes » qui, dans certains cas, appartiendraient à l’Union. Les États seraient subalternes dans la décision. Et il était bien clairement précisé : « bien entendu, en pleine complémentarité avec l’OTAN ». Presque aussitôt la réunion des ministres de la Défense de l’UE, le 14 novembre 2016, avait pris des décisions pour concrétiser l’affaire. D’abord ce fut, symboliquement, l’augmentation du budget de l’Agence européenne de défense (AED) : + 1,6%. Elle atteint dès lors un montant de plus de 33 millions d’euros. La somme reste modeste. Mais c’était la première augmentation en 6 ans. Une façon d’annoncer un renversement de tendance. Puis ce fut la décision de créer un « centre commun de programmation des missions civiles et militaires ». Bref, un quartier général ». On peut se dire que c’est peu de chose. Je ne le crois pas.

    En tous cas, après cela on en vint à une décision plus concrètement parlante. En effet les ministres de la Défense ont décidé le renforcement des capacités d’intervention militaire de l’Union. Pour cela il a été convenu de faciliter l’utilisation des « Battle groups ». Il s’agit de ces corps armés mis à la disposition de l’UE par des États membres. Certes, jusqu’à présent, ils n’ont jamais été déployés. De fait, les Européens sont rarement d’accord en politique internationale et, donc, l’usage de la force même pour des missions humanitaires butte toujours sur cette absence de capacité à décider. Il a donc été convenu de lever l’obstacle à leur usage. En effet jusque-là il fallait que les États soient d’accord avec l’opération envisagée pour pouvoir les mettre à contribution financière. C’est cette digue qui a sauté. D’accord ou pas tout le monde paiera… C’est ce que l’on appelle la révision du « mécanisme Athéna ».

    Après cela, la Commission à son tour a pris ses dispositions. Dès le 30 novembre, avec une rapidité qui sent le coup arrangé d’avance, elle présentait son plan d’action pour 2017. Il s’agissait là de mettre en place un fond européen destiné à soutenir les investissements dans la recherche et le développement en matière de Défense. Il est y prévu avec un volet recherche de 500 millions annuels et un volet capacité estimé à 5 milliards par an. Ce volet est destiné à amplifier l’homogénéisation des process militaires des 28 États en vue de former une force commune réellement opérationnelle. Au total, on voit la cadence et l’importance des décisions prises. On devine la raison en sous-main. Ces gens-là voulaient atteindre des points irréversibles avant l’entrée en fonction de Trump. Ils préparaient donc activement une intégration militaire supranationale dont la raison d’être se trouverait dans la réplique à la menace supposée que la Russie ferait peser. Dans ce domaine, le Parlement européen avait réalisé une importante préparation psychologique et politique sur le thème.

    Dès novembre 2016, le rapport Paet ouvrait la voie. Il proposait un « Semestre européen de la Défense ». Il s’agissait de créer rien de moins qu’un contrôle européen des budgets nationaux de Défense. Ici, les États étaient sommés d’« affecter 20 % de leurs budgets de défense aux équipements identifiés comme nécessaires par le biais de l’Agence Européenne de Défense ». Fin de l’indépendance militaire des États. De son côté, le rapport Brok, président de la Commission des Affaires étrangères, en décembre 2016, poussait le bouchon encore plus loin. Il proposait de créer « une structure militaire permanente et opérationnelle ». Et pour cela il s’agissait de mettre en place un « Conseil européen de la Défense ». Et comme cela va de soi, on retrouvait l’idée de la création d’un quartier général européen. Ce rapport allait vraiment très loin dans la direction de cette Europe de la Défense supranationale. Il proposait donc de regrouper toute la pensée et les propositions en la matière dans un livre blanc. « Un livre blanc, qui préciserait le niveau d’ambition, les tâches, les exigences et les priorités en matière de capacités pour la Défense européenne ». Il ne peut y avoir de doute sur la direction dans laquelle tout cela veut aller. Le rapport Pascu, de novembre 2016, que j’ai déjà mentionné, affiche l’objectif sans détour : passer de missions initialement humanitaires à des missions de guerre.

    Toutes ces dispositions ont été fixées dans une ambiance d’allégeance à l’OTAN que l’on peut qualifier d’inconditionnelle. Les termes utilisés pour en parler sont souvent confondant d’alignement. Le rapport appelait déjà en juin 2015 « au renforcement de la coopération entre l’Union et l’OTAN » et à une « division du travail entre OTAN et UE ». De son côté, en pleine crise d’identité européenne, le rapport Paet sur l’Union européenne de la Défense en novembre 2016 proclamait : « l’OTAN et l’Union partagent les mêmes intérêts stratégiques et sont confrontées aux mêmes défis à l’est et au sud ». Un mois plus tard, le rapport Brok en rajoutait une couche en exprimant son « soutien sans réserve à la coopération renforcée entre l’OTAN et l’Union ». Ce même document place de façon stupéfiante, sur le même plan, les actions de Daesch et l’action de la Russie. Le texte « souligne que la situation s’est considérablement et progressivement aggravée au cours de l’année 2014, avec l’apparition et le développement de l’État islamique (EI) autoproclamé, et du fait de l’usage de la force par la Russie ».

    Aucun de mes lecteurs ne sera surpris d’apprendre que je n’ai voté aucun de ces rapports. Mais il me parait important de vous signaler que tous les autres groupes l’ont fait, Verts et PS inclus sans oublier toutes les variétés de la droite. Il va de soi que tout cela doit être interrompu. Car il s’agit d’une escalade dangereuse. Pour la France, la situation est spécialement grave. En effet notre doctrine de Défense suppose qu’il n’y a pas de bataille « intermédiaire », ou « limitée » acceptable sur le sol européen. Le système de la dissuasion veut dire que pour un coup qui nous serait porté la réplique serait immédiatement maximale. Il va de soi que c’est un pari fait sur la raison de l’agresseur qui renoncera en raison du coût pour lui de notre réplique. L’arme nucléaire dans ce cas est faite pour ne pas servir. Pour que la dissuasion fonctionne, sa décision ne peut être partagée ni négociée. Et elle ne peut connaitre d’exception. Tout ou rien. Un point c’est tout. Accepter des dispositifs de combat et prévoir l’usage de forces destinées à un combat sur le terrain européen c’est accepter l’idée de conflits armés de diverses intensités à nos portes ou chez nous. Il ne saurait en être question. La Défense, d’ailleurs, s’applique à un territoire et a un peuple soumis à une loi commune dont il décide librement. L’Union européenne n’est ni l’une ni l’autre.



  • Гройсман заявил о проблемах с углем из-за блокирования поездов в Донбассе | РИА Новости Украина

    #Donbass #charbon @lolo

    http://rian.com.ua/economy/20170131/1020989204.html
    http://rian.com.ua/images/101808/25/1018082549.jpg

    КИЕВ, 31 янв — РИА Новости Украина. Перекрытие движения грузовых поездов в Луганской области ставит под угрозу нормальное функционирование украинских теплоэлектростанций (ТЭС), которые не могут работать без поставок угля из неподконтрольного Киеву Донбасса, заявил премьер-министр Владимир Гройсман.
    Блокада в зоне АТО.
    Фото со страницы shtab.blokady в Facebook
    Соцсети: блокада Донбасса и новое обострение

    На прошлой неделе бывшие участники военной операции в Донбассе, в числе которых депутаты Верховной Рады, заблокировали движение по грузовой железнодорожной линии Луганск-Лисичанск — Попасная около населенного пункта Золотое на подконтрольной Киеву территории Луганской области, выступая против торговли с самопровозглашенными ДНР и ЛНР. В понедельник, 30 января, в Минэнерго под председательством министра Игоря Насалика состоялось заседание Координационного центра по обеспечению поставок угля на тепловые электростанции Украины.

    Глава правительства сообщил, что девять миллионов тонн угля антрацитовой группы, из 33 миллионов тонн, которые в год потребляются на украинских ТЭС, завозятся из неподконтрольных Киеву территорий и без него невозможно обеспечить нормальное функционирование энергосистемы.

    «Если кто-то радуется из-за того, что он перекрыл украинцам подачу электроэнергии, я очень этим обеспокоен и хочу подчеркнуть, что мы сделаем все, чтобы угля в Украине было достаточно для нужд населения и производства электроэнергии», — заявил Гройсман в понедельник вечером в программе «Свобода слова» на телеканале ICTV.

    Смотрите также: Железнодорожная блокада Донбасса

    Напомним, прокуратура Луганской области начала уголовное производство в связи с блокированием участка железной дороги. В понедельник полиция сообщила, что железнодорожное полотно в этом районе было повреждено с помощью сварочного аппарата. Участники блокады заявили, что не причастны к повреждению железной дороги.


  • Le #Donbass est au bord d’une nouvelle éruption de violence - Le Temps
    https://www.letemps.ch/monde/2017/01/31/donbass-bord-dune-nouvelle-eruption-violence
    https://assets.letemps.ch/sites/default/files/media/2017/01/31/file6tgn7sdy2kh128c3ydqa.jpg

    Le Donbass est au bord d’une nouvelle éruption de violence

    De violents combats ont éclaté à Avdiivka, en banlieue nord de Donetsk, faisant au moins 11 morts et provoqué une crise humanitaire inédite en raison du froid glacial dans la région

    @lolo


  • En Ukraine, « les protagonistes ont les moyens de faire respecter la trêve »
    LE MONDE | 13.10.2016 à 17h23 • Mis à jour le 13.10.2016 à 18h02 |
    Alexander Hug, le chef adjoint des observateurs de l’OSCE, décrit la fragilité du cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine et les limites de sa mission sur le terrain.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/10/13/en-ukraine-les-protagonistes-ont-les-moyens-de-faire-respecter-la-treve_5013
    http://s1.lemde.fr/image/2016/10/13/644x322/5013269_3_87b6_alexander-hug-chef-adjoint-principal-de-la_0440b1cc29aae0fd485fa9b7448a946d.jpg

    *

    Etes-vous en mesure de déterminer quel camp est responsable de la majorité des violations du cessez-le-feu ?*

    Ce n’est pas réellement notre travail. Lorsque la provenance d’un tir est claire, nous le mentionnons explicitement dans nos rapports quotidiens, mais notre rôle n’est pas d’accuser les uns ou les autres. C’est au Joint Center for Control and Coordination [une structure installée sur le territoire ukrainien et regroupant des officiers ukrainiens et russes] qu’il revient d’enquêter sur les violations que nous constatons et d’obtenir que le cessez-le-feu tienne. Mais comment déterminer qui a commencé ? Un tir d’artillerie enregistré par une de nos patrouilles peut être une réponse à un tir survenu plus tôt, quand notre équipe n’était pas sur les lieux, ou en un autre point du front, ou encore à une incursion de l’autre côté de la ligne de démarcation. C’est une tâche plus facile quand il y a une violation que quand il y en a plusieurs centaines...