• Les Inrockuptibles et Cantat ; de l’#impunité face aux #féminicides - Crêpe Georgette
    http://www.crepegeorgette.com/2017/10/10/cantat-feminicide

    Oh les hommes français, qu’ils soient de gauche ou de droite, aiment à corner qu’ils aiment les femmes en grands poètes de l’amour courtois qu’ils sont.
    Les femmes françaises se bercent de cette douce illusion et chacun de croire que c’est de l’amour si typiquement français que d’infliger tant de coups que le visage devient violet, que le nez éclate, qu’on finisse dans le coma, qu’on meure.
    Chacun finit par croire à la fable de l’homme brisé qui a voulu mourir tant il regrettait. Il ne regrettait pas au point de ne pas qualifier Marie Trintignant d’"hystérique" pendant le procès toutefois. Il ne regrettait pas au point de ne pas inventer une fable où il l’aurait poussée et où elle aurait heurté un radiateur ; thèse que le rapport d’autopsie a mise à mal. Il ne ne regrettait pas au point de ne pas laisser ses avocats fouiller dans le passé de Marie Trintignant afin de voir si elle n’avait pas le crâne fragilisé ce qui aurait pu expliquer qu’elle meure sous ses coups. Il ne regrettait pas au point de ne pas écrire de minables chansons sur le sujet pour chouiner sur son sort. Il ne regrettait pas au point de ne pas avoir la décence de taire son chagrin qu’il est bien le seul à avoir provoqué. Mais nous vivons dans un monde si tolérant envers les violences faites aux femmes qu’on en vient à plaindre un homme qui dit souffrir après avoir massacré sa compaagne. Et on parle bien ici de massacre, le mot n’est pas trop fort.

    https://seenthis.net/messages/636495 via Agnès Maillard



  • La Catalogne entre deux feux
    Par Martin Garrigue

    Suivi de
    « Indépendance : bien au-delà d’un État en soi »
    Par Ivan Miró

    http://jefklak.org/?p=4503

    Dimanche 1er octobre, jour du référendum pour l’indépendance de la Catalogne, jugé illégal par le Tribunal constitutionnel de l’État espagnol, plus de deux millions de Catalan.es se sont rendu.es aux urnes, accueilli.es par de violentes charges policières. Les déclarations du président Mariano Rajoy « fier de l’action de la police », celles du roi (« Le problème en Catalogne, c’est les indépendantistes ») et le soutien des socialistes libéraux et journalistes d’État creusent encore le fossé. Face aux aspirations à l’autodétermination, les autorités espagnoles refusent tout dialogue et cherchent à imposer le statu quo par la force. Pour comprendre ce qui s’est passé ces derniers jours, voici le témoignage d’un français qui a vécu les événements depuis Barcelone, suivi de la traduction d’un article datant de 2012, montrant deux visions de l’indépendance qui coopèrent et s’affrontent tour à tour : social-libéral versus libertaire-révolutionnaire.

    http://jefklak.org/wordpress/wp-content/uploads/2017/10/Une_Catalogne_JefKlakoK.jpg

    Pour beaucoup de collectifs et de personnes impliquées dans les luttes sociales en Catalogne, les contradictions de ce mouvement ne manquent pas. Le patriotisme nous est particulièrement étranger. Voir des marées de drapeaux aux couleurs de la Catalogne est pénible, surtout quand ceux-ci servent à cacher les différences de classe qui traversent la société locale. Se retrouver dans la rue avec des gens de droite est plutôt bizarre, voire franchement désagréable. On a souvent peur d’être les idiot.es utiles de la construction d’un nouvel État qui sera probablement aussi corrompu que les autres. Les politiciens indépendantistes ont besoin de la mobilisation de rue, mais sont effrayés par un débordement possible sur leur gauche, et surtout désireux de garder le contrôle sur ce mouvement populaire si divers et chaotique. Pour garder la main, ils en appellent en permanence au seny , ce mélange de bon sens et de modération censé caractériser les Catalan.es. Pour les partisans du nouvel ordre catalan, le seny serait même le fondement de la construction du pays sur un modèle de démocratie libérale, intégré à (et sauvé par) l’Union Européenne.

    Dans un même mouvement, les politiciens et journalistes mainstream de Barcelone tentent par tous les moyens de construire l’unité patriotique. Et s’indignent des violences de la Guarda Civil, tout en glorifiant la police catalane – pourtant bien connue pour sa brutalité au cours des luttes sociales de ces dernières années. C’est la bataille pour ce qu’on appelle ici el relat : le récit de l’histoire, celle qui restera la version officielle. La référence permanente à Ghandi, Mandela et Luther King participe de la construction de ce mythe. Ceci est fortement alimenté par la peur compréhensible que la situation tourne à la guerre civile, ce que personne ne veut ; ou plutôt à l’occupation militaire du pays, ce que tout le monde craint.

    Malgré ces contradictions, une grande majorité des militant.es a décidé de s’impliquer dans la résistance populaire. Comme le disait un camarade sur un des nombreux points de blocage de la grève générale : « Si on reste à la maison, ce mouvement provoquera un changement seulement institutionnel. Mais si on s’en mêle, avec la force qu’ont nos réseaux anticapitalistes sur tout le territoire, on aura forcément une incidence sur les événements. Pour nous, c’est dans la rue et depuis la base que les choses se jouent. » Comme dit le slogan le plus repris de ce mouvement, hérité directement des mouvements squat et antifascistes : « Els carrers seran sempre nostres ! »

    https://seenthis.net/messages/636029 via Jef Klak


  • « Le mot “sécurité” arrête la communication des êtres, des espaces et des expériences »

    Jacques Rancière rencontre Jef Klak et « Cortège de tête »
    Par Jef Klak
    Avec le concours de Thierry Gaubert

    http://jefklak.org/?p=4474

    Jef Klak s’efforce de faire se côtoyer des réalités hétérogènes. Comme ce 11 avril 2017, quand le collectif de la revue a invité le philosophe Jacques Rancière à s’exprimer après une lecture-théâtre parlant du Cortège de tête 1 durant les manifestations contre la loi Travail de 2016. Au cours de cette soirée dans l’institutionnel lieu culturel de La Gaîté Lyrique à Paris, des personnes bloquées à l’entrée par les vigiles et l’administration du lieu ont interrompu les discussions. Celles et ceux à l’intérieur sont intervenues pour faire rentrer une partie du public aux portes. Non sans esclandre. Voici donc les paroles de Jacques Rancière ce soir-là, répondant aux questions préparées par Jef Klak, et improvisant face à celles posées par la situation.

    http://jefklak.org/wordpress/wp-content/uploads/2017/10/Une_Ranciere_JefKlak2-1.jpg

    La loi Travail, c’est quoi ? C’est une loi qui dit : le travail, désormais, ce sera un truc que chacun gérera à sa façon. C’est-à-dire que le travail ne sera au fond qu’une forme d’existence individuelle. Jusqu’ici, le travail était une chose collective et non individuelle, et cela pesait dans l’existence d’un mouvement révolutionnaire. Les syndicats sont en quelque sorte les héritiers de cette histoire-là.

    En même temps, une tension apparaît, il y a un cortège qui dit : « On en a marre, on ne veut plus défiler derrière les syndicats, derrière les sonos, c’est pas beau, ça sert à rien. » Et ce cortège de tête s’impose en brisant la tradition des services d’ordre. Ce n’est pas une nouveauté dans l’absolu, parce qu’après tout, des bagarres pour savoir qui va marcher en tête dans les manifs, il y en avait déjà en 1968. La nouveauté, c’est que ça s’est nommé « cortège de tête ». Je ne pense pas que cette idée existait avant. Tout d’un coup, il y a quelque chose comme une bascule : sur un terrain de lutte qui normalement était le terrain des syndicats, il y a un groupe qui se désigne par le fait qu’il est là, qu’il se place en tête, qu’il met ses gestes et son action en tête.

    Il y a comme une bipolarité : d’un côté, des gens qui ont une certaine légitimité – en quelque sorte historique, institutionnelle –, et de l’autre côté, des gens qui passent devant, qui leur marchent sur les pieds. Ça veut dire aussi qu’on est dans une sorte de rapport, qu’on connaît bien, de parasitisme. Les syndicats mènent toujours la danse, mais ne sont plus en tête de cortège.

    https://seenthis.net/messages/635053 via Jef Klak


  • PANTHERE PREMIERE
    http://pantherepremiere.org

    Félin pour l’autre

    Imaginer une revue qui s’appelle Panthère Première, c’est se retrouver en février 2016 à Marseille et se dire qu’on a envie de se lancer dans cette aventure toutes ensemble, celles qui s’étaient connues autour d’autres revues et celles qu’on rencontrerait chemin faisant. C’est se dire, oui, une revue mais pas n’importe comment : en réunissant des équipes éditoriale et technique non-mixtes pour s’essayer à d’autres manières de travailler ; en ouvrant nos colonnes aux plumes qui se font trop discrètes ; en réfléchissant à une économie de la revue qui nous offrirait les moyens matériels nécessaires à une production de qualité et qui ne reposerait pas entièrement sur le bénévolat.

    Concevoir une revue qui s’appelle Panthère Première, c’est commencer par lister des titres de rubriques absurdes et enchaîner les jeux de mots carnassiers avant de s’accorder, en mai 2016, sur l’idée d’une revue généraliste et féministe qui s’intéresse aux différentes manières dont le personnel est politique. C’est décider d’explorer, d’un numéro à l’autre, les intersections entre ce qui est communément renvoyé à la sphère du privé – famille, enfance, habitat, corps ou sexualités – et les sphères systémiques – État, marché, travail… – en partant du principe que les formes de domination, de résistance et de créativité s’ancrent et se pérennisent dans ces plis. C’est adopter une ligne éditoriale qui reconnaît que les expériences vécues peuvent faire l’objet de questionnements critiques.

    Éditer une revue qui s’appelle Panthère Première, c’est lancer ce premier numéro en s’intéressant à la portée subversive des actes de langage dans notre dossier Quiproclash ! C’est penser que le papier n’est pas une tour d’ivoire ; se laisser toucher et prendre position, s’engager au-delà de la publication et espérer vous toucher aussi car, chère lectrice, cher lecteur, nous sommes, au fond, certainement félin pour l’autre.

    https://seenthis.net/messages/634546 via Panthère Première


  • allez jeune fainéant si tu veux pas rester chômeur c’est 2,93€ de l’heure

    Collectif des Livreurs Autonomes Parisiens (Clap75) :

    Joli message de @Deliveroo_FR pour inviter les livreurs dilettantes à remonter en selle.
    C’est sûr qu’à ce tarif là...
    #HonteDeRien

    https://twitter.com/_CLAP75/status/915299090266763264

    https://pbs.twimg.com/media/DLPKESvWsAIFC1p.jpg

    #précarité

    https://seenthis.net/messages/634647 via colporteur


  • Dommage à la Catalogne

    https://quartierslibres.wordpress.com/2017/10/02/dommage-a-la-catalogne

    https://quartierslibres.files.wordpress.com/2017/10/maxresdefault.jpg?w=490

    On pourrait bien sûr s’interroger sur l’intérêt que les classes populaires catalanes auraient à avoir leur propre État, leurs propres patrons, leurs propres milices nationales : l’exploitation en catalan ne sera pas forcément moins dure qu’en castillan. En revanche, si on avait encore des doutes, l’intervention d’hier permet de comprendre pourquoi une majorité d’entre eux ne veut plus rien avoir à faire avec l’État espagnol. Les relations entre la Catalogne et la monarchie espagnole ont historiquement toujours été compliquées ne peuvent tenir que si les conditions d’une large autonomie de la Catalogne historique est assurée. A chaque fois que le pouvoir centraliste espagnol a voulu imposer sa volonté de manière autoritaire, les Catalans ont rappelé qu’ils entendaient décider de leur destin eux-mêmes. C’était vrai en 1640, c’était vrai pendant la république espagnole, dans les années 1930, sous le franquisme et ça l’est toujours aujourd’hui.

    Hier soir, les franquistes fêtaient à Madrid, le bras tendu, les coups de matraques et les confiscations d’urnes ordonnées par Rajoy et appliqués avec zèle par ce qui ne peut plus apparaître que comme des forces d’occupation espagnole en Catalogne. Le tout au son du « Cara al sol », l’hymne de la Phalange, sans que personne ne trouve à y redire, alors que cela relève clairement de l’apologie de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, la répression franquiste en Catalogne et dans le reste de l’Espagne ayant fait des dizaines de milliers de morts.

    https://seenthis.net/messages/634259 via Jef Klak


  • Only anarchists are pretty
    Balade sonore avec The World/Inferno Friendship Society

    Par Paulin Dardel
    2 octobre 2017

    « Après toutes ces années à vivre dans la peur, je me fous de la bombe et du reste. Après toutes ces années à m’inquiéter pour ma vie, j’ai enfin commencé à m’amuser – et les seuls à s’en plaindre sont mes créanciers et mes propriétaires. Et vous savez quoi ? Qu’ils aillent se faire foutre. Désolé si ça les dérange, mais les papillons qui vivaient dans mon estomac se sont envolés en passant par ma gorge, et ils ont appris à aimer l’air libre. » Il se peut que ces paroles de la chanson « Please my Favorite don’t be Sad » représentent à elles seules la philosophie de l’inclassable groupe de Brooklyn The World/Inferno Friendship Society (WIFS)…

    http://jefklak.org/?p=4443

    http://jefklak.org/wordpress/wp-content/uploads/2017/10/Une_WIFS_JefKlak2.jpg

    https://seenthis.net/messages/634245 via Jef Klak


  • Entretien avec Jean-Baptiste Malet
    « Raconter le capitalisme à travers la tomate »

    http://cqfd-journal.org/Raconter-le-capitalisme-a-travers

    paru dans CQFD n°157 (septembre 2017), rubrique Le dossier, par Christophe Goby, illustré par Baptiste Alchourroun

    http://cqfd-journal.org/IMG/jpg/-194.jpg

    Les Chinois tiennent désormais 90% du marché du concentré de tomates en Afrique de l’Ouest, où ils écoulent des boîtes de concentré frelaté, coupé à l’amidon, au dextrose, à la fibre de soja et aux colorants rouges – car la pâte qu’ils retravaillent est souvent noire : « l’encre noire », la pire qualité de concentré sur le marché mondial. Les additifs des boîtes de concentré frelaté ne sont pas indiqués sur les étiquettes. J’ai enquêté en Chine et en Afrique sur ce scandale, qui concerne tout le continent africain.

    Les institutions financières internationales ont voulu imposer le néolibéralisme à l’Afrique. Résultat ? Des usines qui hier transformaient sur place des tomates pour nourrir les Africains ferment du jour au lendemain, à cause de la concurrence déloyale de la pâte chinoise. De jeunes producteurs de tomates sénégalais ou ghanéens, ruinés, partent vers l’Europe. J’ai aussi rencontré de nombreux migrants cueilleurs de tomates dans les vastes bidonvilles du sud de l’Italie. Certains cueillaient hier des tomates dans leur pays. Désormais, ils sont encadrés par la criminalité organisée et récoltent les « tomates pelées » que nous retrouvons, en boîte, dans les supermarchés.

    https://seenthis.net/messages/634125 via Jef Klak


  • Dret a decidir | Ferdinand Cazalis
    https://jefklak.org/?p=4321

    Mariano Rajoy voit rouge. Et jaune. Et encore rouge. Et encore jaune… Mercredi 20 septembre, le chef de l’État espagnol a pris la décision que la plupart des catalan.es ne pensaient pas possible la veille encore : employer la force militaire pour empêcher le référendum sur l’indépendance de la Catalogne prévu le 1er Octobre prochain. Source : Jef Klak

    https://seenthis.net/messages/633942 via Rezo


  • #Viol d’un #enfant : « notre loi protège les agresseurs »
    https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/23019-Viol-d-un-enfant-notre-loi-protege-agresseurs/amp
    https://www.pourquoidocteur.fr/media/article/stock-image-33304471-m-2015-1506531459.jpg

    Un enfant ne veut pas d’un acte sexuel. Les gens n’ont pas le courage de se représenter une fillette de 11 ans avec un pénis d’adulte dans la bouche. Ils ne veulent pas imaginer ce qu’est le vagin d’une petite fille, pénétré par celui d’un adulte de 28 ans. Il y a un déficit de la représentation. Pourtant, dit comme ça, c’est assez clair ?

    Toute l’attention est fixée sur le consentement de cette fillette. On ne met pas le projecteur sur l’adulte de 28 ans, père de deux enfants. Lui savait parfaitement ce qu’il faisait. Il s’agit ni plus ni moins de #pédocriminalité.

    https://seenthis.net/messages/633820 via Agnès Maillard


  • Plérin. EDF lui coupe le courant, son fauteuil ne peut plus avancer
    https://www.ouest-france.fr/bretagne/plerin-22190/cotes-d-armor-edf-lui-coupe-le-courant-son-fauteuil-ne-peut-plus-avance

    Une habitante de Plérin (Côtes-d’Armor), atteinte de myopathie, n’a plus de courant depuis mardi. En raison de factures impayées, EDF a coupé son compteur. Elle ne peut plus utiliser son fauteuil électrique.

    Elle est assise dans la pénombre. À quelques mètres d’elle, son fauteuil électrique. Hors-service. « Je ne peux plus l’utiliser », se désole cette femme de 60 ans, atteinte de myopathie. Et pour cause, depuis lundi, cette habitante de Plérin n’a plus d’électricité. « J’ai découvert qu’EDF me l’avait coupée en rentrant de l’hôpital, poursuit-elle. Or, sans courant, je ne peux pas recharger mon fauteuil. »

    Cette Plérinaise de 60 ans n’a plus d’électricité depuis mardi. Cette Plérinaise de 60 ans n’a plus d’électricité depuis mardi.

    Une habitante de Plérin (Côtes-d’Armor), atteinte de myopathie, n’a plus de courant depuis mardi. En raison de factures impayées, EDF a coupé son compteur. Elle ne peut plus utiliser son fauteuil électrique.

    Elle est assise dans la pénombre. À quelques mètres d’elle, son fauteuil électrique. Hors-service. « Je ne peux plus l’utiliser », se désole cette femme de 60 ans, atteinte de myopathie. Et pour cause, depuis lundi, cette habitante de Plérin n’a plus d’électricité. « J’ai découvert qu’EDF me l’avait coupée en rentrant de l’hôpital, poursuit-elle. Or, sans courant, je ne peux pas recharger mon fauteuil. »

    PUBLICITÉ

    inRead invented by Teads
    La sexagénaire a bien essayé d’appeler à plusieurs reprises le fournisseur. Sans succès : « On me fait toujours la même réponse : « débrouillez-vous ! » » Sur la table du salon, quelques lettres de relance sont étalées. « Vous voyez, j’ai payé 173 € en septembre, montre-t-elle. Pour me rétablir le courant, EDF me réclame encore 149 €. Mais je ne les ai pas ! »

    « 810 € par mois, c’est indigne ! »

    Avec un peu plus de 810,89 € mensuel d’allocation adulte handicapé (AHH), cette Costarmoricaine peine à boucler ses fins de mois. « Comme beaucoup d’autres handicapés, je vis au-dessous du seuil de pauvreté. C’est indigne ! »

    Son prochain versement ne devrait tomber que le 6 octobre : « D’ici là, je n’ai pas de solution… À part ramper ! »EDF, de son côté, rappelle que la cliente a une dette importante : « Ses impayés s’accumulent depuis la fin de la trêve hivernale. Nous avons établi un échéancier avec elle mais elle ne le respecte pas. Nous l’avons aussi orientée vers les services sociaux. »

    « Une mesure de dernier ressort ! »

    Avant d’insister : « On ne coupe pas l’électricité comme ça ! C’est vraiment une mesure de dernier ressort. Mais nous allons refaire le point sur ce dossier. »

    Dans son canapé, la Plérinaise repense, elle, à l’annonce du gouvernement : « L’allocation adulte handicapé va augmenter de 50 € en décembre 2018. » Et conclut : « En attendant, c’est galère ! »

    Trouvé sur touiter, le festival des horreurs... Et Ouest France de conclure l’article sur l’augmentation de l’#AAH annoncée par le gvt (le chiffre cité est celui du taux plein)

    #dette #EDF

    https://seenthis.net/messages/633553 via colporteur


  • « Attaques acoustiques » à Cuba : les Etats-Unis rappellent la moitié de leurs diplomates - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/international/attaques-acoustiques-a-cuba-les-etats-unis-rappellent-la-moitie-de-leurs-

    Washington appelle les Américains à ne pas aller à Cuba et suspend l’octroi de visas pour les Cubains. En cause : de mystérieuses attaques acoustiques subies depuis fin 2016 par des diplomates et leurs familles.

    @intempestive

    https://seenthis.net/messages/633546 via colporteur



  • Vinci : les pompiers vont devoir payer leur abonnement d’autoroute Télépéage - France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/vinci-pompiers-vont-devoir-payer-leur-abonnement-autoro
    (et tant qu’on y est, seront sanctionnés pour tout dépassement de la vitesse limite autorisée ... )

    #le_gorafi-encore-plagié

    https://seenthis.net/messages/633482 via Sombre Hermano


  • La réduction des contrats aidés, une vraie menace pour les radios libres
    http://www.telerama.fr/radio/la-reduction-des-contrats-aides,-une-vraie-menace-pour-les-radios-libres,n5

    A la fin de l’été, le gouvernement a annoncé une réduction des contrats subventionnés, applicable dès le second semestre 2017. Les effets de cette décision se font déjà sentir sur les radios associatives, dont beaucoup basent leur fonctionnement sur ces emplois. Source : Télérama.fr

    https://seenthis.net/messages/633430 via Rezo


  • Comment le nouvel algorithme de Google détruit la presse progressiste aux Etats-Unis

    Une lettre du boss de Alternet dans le cadre d’une demande de soutien. Un tableau des plus significatif :

    https://s3.amazonaws.com/s3.alternet.org/images/AlterNet_Traffic_Data.png

    et pour les lecteurs pressés cette phrase des plus claire :

    So the reality we face is that two companies, Google and Facebook—which are not media companies, which do not have editors, or fact checkers, which do no investigative reporting—are deciding what people should read, based on a failure to understand how media and journalism function.

    La lettre dans son intégralité.

    Dear AlterNet Reader:

    The story I am going to share with you is very disconcerting for independent media and America’s future, and frankly it is unprecedented in AlterNet’s history.

    It is hard to imagine anything scarier than Donald Trump’s presidency. But this problem is actually bigger than Trump, and it is a situation that certainly helps him.

    This story affects you too, in ways you may not fully be aware of—in fact it affects our whole media system and the future of democracy, and that is not an exaggeration.

    We have not yet gone public with our own story. I wanted you, and the rest of our supportive community, to know the details first. We are going to need your help.

    The New Media Monopoly Is Badly Hurting Progressive and Independent News

    The story is about monopoly on steroids. It is about the extreme and unconstrained power of Google and Facebook, and how it is affecting what you read, hear and see. It is about how these two companies are undermining progressive news sources, especially AlterNet.

    In June, Google announced major changes in their algorithm designed to combat fake news. Ben Gomes, the company’s vice president for engineering, stated in April that Google’s update of its search engine would block access to “offensive" sites, while working to surface more “authoritative content.”

    This seemed like a good idea. Fighting fake news, which Trump often uses, is an important goal that we share.

    But little did we know that Google had decided, perhaps with bad advice or wrong-headed thinking, that media like AlterNet—dedicated to fighting white supremacy, misogyny, racism, Donald Trump, and fake news—would be clobbered by Google in their clumsy attempt to address hate speech and fake news.

    The Numbers Are Striking

    We have had years of consistent search traffic averaging 2.7 million unique visitors a month, over the past two and a half years. But since the June Google announcement, AlterNet’s search traffic plummeted by 40 percent—a loss of an average of 1.2 million people every month who are no longer reading AlterNet stories.

    AlterNet is not alone. Dozens of progressive and radical websites have reported marked declines in their traffic. But AlterNet ranks at the top in terms of audience loss because we have a deep archive by producing thousands of news articles for 20 years. And we get substantial traffic overall—typically among the top five indy sites.

    So the reality we face is that two companies, Google and Facebook—which are not media companies, which do not have editors, or fact checkers, which do no investigative reporting—are deciding what people should read, based on a failure to understand how media and journalism function.

    The Harvey and Irma of Journalism

    Britain’s famed journalist Sir Harold Evans described Facebook and Google as “the Harvey and Irma of journalism—and democracy”:

    “Whatever else they do, the electronic duopoly deprive millions of information and argument as surely as the series of super storms deprive millions of light, power, home and hearth.

    “The climate change deniers will go on calling the link between hurricanes and greenhouse gases a ‘hoax’… but no one can deny the devastating effect of Facebook and Google on the viability of news organizations to investigate complexity and resist suppression.”

    The Google Hit Goes Right to Our Bottom Line

    We need your help because we are going to take a financial hit over the coming months.

    Why? Because Google’s undermining of progressive journalism means we have lost a major chunk of audience and as a result are looking at big potential losses in ad revenue.

    AlterNet’s long-term success is based on our balanced economic model. We get roughly half of our revenue from advertising and half from contributions from readers and supporters like you, as well as a handful of foundations. But now 40 percent of our traffic, earned over many years, has disappeared due to Google’s arbitrary tactics.

    We need to stay strong, keep our great staff, and fight Donald Trump and his cult of core supporters.

    We are proud to have never made a desperate appeal for money. We were pleased that we didn’t harass you with fundraising pitches every day for months. We had a very healthy balance, and our financial supporters contributed exactly what we needed each year. But now, due to media monopoly on steroids, we are very concerned.

    Can you rededicate yourself to AlterNet and its mission of producing important and powerful independent journalism?

    This fall fundraising campaign is necessary; we need to bolster our finances and prepare to pivot AlterNet so it can survive and continue to be read by a huge audience of millions, without having to rely on Facebook and Google to do it. That means we need to rely on you—will you help?

    Warmly,

    Don Hazen
    Executive Editor, AlterNet

    P.S.: Your contribution today is 100% tax-deductible.

    AlterNet | 1881 Harmon St. | Berkeley, CA 94703

    https://seenthis.net/messages/633248 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • À Aulnay-sous-Bois, les échauffourées se poursuivent après la mort d’un jeune homme
    Bondy Blog | mercredi 27 septembre 2017 |Par Alban Elkaïm
    http://www.bondyblog.fr/201709271708/a-aulnay-sous-bois-les-echauffourees-se-poursuivent-apres-la-mort-dun-jeun

    À l’origine de ces tensions, le décès de Yacine, 24 ans. Il a été retrouvé sans vie le 14 septembre dans la cave de son immeuble situé dans le quartier Savigny dans des circonstances troubles : face contre terre, le pantalon baissé et une barre de fer sous son corps. Dans un communiqué de presse publié le 15 septembre, le parquet de Bobigny indique que l’autopsie n’a “pas révélé de traces de coups susceptibles d’entraîner le décès et conduit à écarter l’hypothèse d’une mort violente ”. Le lendemain, il a fait savoir que l’analyse toxicologique a “ révélé la présence de cocaïne à un taux très élevé compatible avec un décès par surdose ”.
    #Yacine #Aulnay-sous-Bois
    Les proches de Yacine soulignent plusieurs zones d’ombre dans cette version officielle et réclament une nouvelle autopsie. Ils relèvent notamment des hématomes sur le visage qui ressemblent à des marques de coups. “ Quand on nous ment ouvertement, on nous dit qu’il a juste une trace sur le front et ensuite quand vous voyez son visage… ça n’est pas normal. On n’accuse personne. On voudrait juste pouvoir faire la contre-autopsie, pour que tout le monde connaisse la vérité et que ma mère puisse faire son deuil ”, demande Billel, le grand frère de Yacine.

    La manière dont l’enquête a été menée me dérange, poursuit le trentenaire. Les enquêteurs concluent tout de suite à l’overdose. Ils font une perquisition chez nous. La scène de crime a été laissée ouverte et sans surveillance, ce qui n’a pas permis de préserver les indices éventuels ”. Pour déposer une plainte pour “homicide volontaire contre X”, “ ça a été le parcours du combattant”, témoigne Billel. On m’a envoyé de commissariat en commissariat : Bobigny, Aulnay, Montreuil, Sevran, Aulnay à nouveau où j’ai enfin pu enfin déposer plainte ”, raconte-t-il, d’une voix fatiguée, le ton usé. “ Je travaille, je paie des impôts… La police n’est pas là que pour nous verbaliser. Elle est aussi là pour nous protéger et nous aider. Ils doivent jouer leur rôle quand on a besoin d’eux ”.

    #Yacine #Aulnay-sous-Bois

    https://seenthis.net/messages/633147 via Loutre


  • Dans l’antre de Radio Dragon | Pierre Isnard-Dupuy
    http://syntone.fr/dans-lantre-de-radio-dragon

    Tapie entre Grenoble et Gap, Dragon « crache du son » sur la bande FM depuis l’été 2016. Préférant le faire-ensemble et l’autonomie, plutôt que le professionnalisme à tout prix, cette jeune radio veut être un outil d’expression accessible à toutes et tous. Reportage sur place. Source : Syntone

    https://seenthis.net/messages/633085 via Rezo


  • De l’anti-colonialisme à la critique post-coloniale
    https://r22.fr/son/de-lanti-colonialisme-a-la-critique-post-coloniale

    Conférence modérée par Matthieu Renault et avec Jean-Jacques Cadet, auteur de « Sur le communisme haïtien » ; Adler Camilus, auteur de « Haïti et les sociétés postcoloniales : colonisation de la vie et pathologies sociales postcoloniales » ; et Stéphane Dufoix, auteur de « Décoloniser les sciences sociales des pays indépendants. Internationalisation des sciences sociales et trajectoires de chercheurs des années 1950 aux années 1970 ». Durée : 1h46. Source : R22 Tout-monde

    https://seenthis.net/messages/633091 via Rezo


  • « Le travail moderne, c’est un retour au tâcheronnage du XIXe siècle »

    Rencontre avec un collectif de livreurs à vélo en lutte

    Par Jef Klak

    Avec le concours de Jean-Baptiste Bernard

    http://jefklak.org/?p=4412

    Jérôme : L’outil numérique nous a été imposé comme outil de travail, et nous essayons de le retourner en arme. Comme à Marseille en mars dernier, face à Deliveroo : une quinzaine de livreurs ont décidé de réagir à une baisse marquée de la tarification de la livraison. Ils ont bloqué quatre restos marseillais, empêchant les autres livreurs de prendre livraison des commandes. Deliveroo a dû gérer le mécontentement des clients, puis les rembourser. Elle a aussi dû rembourser les restaurateurs, qui avaient préparé les repas. Un beau bordel !

    Quatre restos bloqués, ça n’a l’air de rien. Mais Marseille est une ville où le marché de la livraison est encore jeune : il n’y a que quarante restaurants partenaires. En bloquer 10 %, c’est déjà beaucoup. Surtout que le mouvement a pris : les livreurs débarquant devant les piquets se mettaient en grève à leur tour. Ça n’a évidemment pas plu à la plateforme, qui a « débranché » les contestataires dès le premier soir. Sans avoir les moyens de ses ambitions : les livreurs désactivés faisaient partie de ceux qui travaillaient le plus, si bien qu’elle a annulé leur déconnexion dès le lendemain. Le mouvement a continué, et Deliveroo a finalement craqué.

    Ce type de protestation se généralise, avec des grèves en Angleterre, des manifs en Allemagne, des blocages en Italie… À chaque fois, une soirée suffit à mettre une pagaille monstre. C’est révélateur de la fragilité de cette économie : quinze livreurs bloquent quatre restos, et boum ! l’appli est dans les choux.

    http://jefklak.org/wordpress/wp-content/uploads/2017/09/Une_CLAP2.jpg

    https://seenthis.net/messages/633041 via Jef Klak


  • Le livre numérique a-t-il encore un avenir ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-culturel/le-livre-numerique-t-il-encore-un-avenir
    https://www.franceculture.fr/s3/cruiser-production/2017/09/3168bd76-9895-4915-9f28-1abfc94b8fab/738_000_par2460567_1.jpg

    par Mathilde Serrell

    Les derniers chiffres, ceux du premier semestre 2017, le confirment : les ventes de livres physiques augmentent tandis que celles des livres numériques baissent. C’est le cas en France où le livre numérique n’a jamais vraiment pris, mais aussi aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, où il avait connu une forte croissance.
    Se reposer des écrans grâce aux livres

    Cette chronique d’une révolution avortée devrait nous donner une leçon. Cesser de penser les bouleversements technologiques de façon univoque. Une nouvelle pratique venant se substituer à la précédente, dans une vague théorie de l’évolution appliquée aux biens culturels. Le tout sur fond de querelles entre anciens et modernes. La vérité est beaucoup plus nuancée et beaucoup plus intéressante.

    D’ailleurs, ce serait à nouveau caricatural de déclarer la mort du livre numérique. Il progresse partiellement dans des genres bien précis comme la romance type Arlequin, le thriller ou l’heroic fantasy. Mais aussi dans le secteur de l’auto-édition, qui est en pleine croissance.

    #Edition #Livre_numérique

    https://seenthis.net/messages/632802 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • Hatier publie le premier manuel scolaire en écriture inclusive
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/09/25/hatier-publie-le-premier-manuel-scolaire-en-ecriture-inclusive_a_2322

    « Grâce aux agriculteur.rice.s, aux artisan.e.s et aux commerçant.e.s, la Gaule était un pays riche. » C’est avec des phrases de ce type que des enfants de CE2 apprendront l’histoire dans un manuel Hatier pour l’année scolaire 2017-2018, comme l’a repéré Le Figaro vendredi 22 septembre.

    La maison d’édition, qui publie notamment le Bescherelle, a diffusé au mois de mars dernier ce premier manuel en ’écriture inclusive’, un mode d’écriture qui féminise les mots en plaçant, entre des points, la terminaison du féminin.

    #féminisation #langue #épicène
    Bon, la terminaison féminine entre des points, c’est pas ce qu’on peut faire de mieux...

    https://seenthis.net/messages/632633 via Aude


  • Baffie soulève la jupe de Nolwenn Leroy… ça ne passe plus | Les Nouvelles NEWS
    http://www.lesnouvellesnews.fr/baffie-souleve-la-jupe-de-nolwenn-leroy-ca-ne-passe-plus
    http://www.lesnouvellesnews.fr/wp-content/uploads/2017/09/Baffie-300x198.jpg

    Samedi 23 septembre, sur le plateau de l’émission de C8 Salut les Terriens ! l’humoriste Laurent Baffie a remonté la jupe de la chanteuse Nolwenn Leroy en disant « Faut du cul, faut du cul ! » pour faire monter l’audience. La chanteuse, amie avec lui, a éclaté de rire en bloquant la main de Baffie et en expliquant, gênée, que, parce qu’il était un ami, elle se contentait d’en rire.

    Ce lundi matin, une dizaine de signalements étaient arrivés au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Et dès qu’elle reçoit des plaintes, l’instance de régulation ouvre une instruction. Dont acte.

    Entre temps, la mobilisation avait été forte sur les réseaux sociaux. Depuis qu’internet existe, l’opinion n’est plus prisonnière du seul son de cloche des animateurs télés. Et ce qui jadis était traité d’un revers de main sur l’air de ‘c’est de l’humour et ceux qui ne rient pas sont des coincé.es’… trouve un tout autre écho.

    Pas de dissertation sur l’humour. Si certains ont parlé de malaise, d’autres ont immédiatement évoqué la culture du viol et parlé d’infraction.

    https://seenthis.net/messages/632415 via Aude


  • "Le basculement, ce moment où tout se brise en s’éclairant"

    Entretien avec l’écrivaine Lola Lafon

    paru dans CQFD n°157 (septembre 2017), rubrique Culture, par Emilien Bernard, illustré par Damien Roudeau

    Dans son cinquième roman Mercy, Mary, Patty, Lola Lafon interroge la destinée de jeunes femmes refusant de suivre les rails qu’on leur a assignés, au premier rang desquelles la sulfureuse Patricia Hearst.

    http://cqfd-journal.org/Entretien-avec-l-ecrivaine-Lola

    Chez les captives des Amérindiens au XVIIIe siècle, on retrouve aussi une forme d’ouverture. « Ces adolescentes [...] voient paradoxalement leur espace de liberté s’agrandir en captivité », écrivez-vous...

    Ces jeunes filles ont généralement été rayées des chronologies et arbres généalogiques, comme pour effacer leur existence. Mais il existe de nombreux récits de captivité. Comme les femmes écrivaient alors rarement, ils étaient souvent l’œuvre d’un référent homme, le pasteur ou le père par exemple. Parmi les exceptions, le récit de Mary Jemison, qui raconte son enlèvement par les Sénéca et sa vie à leurs côtés. À contre-courant de la propagande anti-Indiens, qui les présente comme une masse indifférenciée de barbares sanguinaires, elle les décrit comme des personnes, les humanise.

    Quoi qu’il en soit, il y a vraiment un paradoxe dans ces captivités. L’enlèvement est un moment terrible, avec des épreuves physiques, mais c’est aussi l’occasion d’apprendre et découvrir. Ces femmes travaillent, se confrontent à la nature, se lient d’amitié. Elles ont grandi dans une société très puritaine et rigoriste, les confinant au foyer, et les voilà soudain dans le monde extérieur, actives.

    C’est comparable à ce qu’expérimente Patricia. Avec son enlèvement, elle passe d’une vie très monotone, marquée par une éducation ultra-conservatrice, à la découverte d’un pan inconnu de l’Amérique. Un choc difficilement imaginable. Je m’intéresse à ce basculement, ce moment où tout se brise en s’éclairant.

    http://cqfd-journal.org/IMG/jpg/-193.jpg

    https://seenthis.net/messages/632307 via CQFD