• France 2 « Envoyé Spécial » : « Le 13 novembre : ce que l’on n’a pas pu voir » :

    "L’état islamique se revendique du wahhabisme de l’Arabie Saoudite. Les frères musulmans en sont les organisateurs. Le djihâd est un appel à la guerre sainte contre les mécréants. Les terroristes sont des barbares. Les réseaux sociaux sont le cheval de Troyes de la propagande de Daech. Le Calife proclamé du Khalifat ne serait qu’un « usurpateur ».....Oui d’accord, et après ....?

    Pourquoi ces jeunes (français pour la plupart) élevés au lait de l’école laïque, de la démocratie et de la République, sont-ils attirés, particulièrement, par cette idéologie extrémiste et rétrograde ? Des convertis ? La radicalisation ? Peut-être. Mais beaucoup de ces jeunes ne connaissent pratiquement rien de l’Islam et de son histoire, si ce n’est quelques phrases, quelques préceptes répétés en boucle sur internet. Ne sont-ils pas aussi et avant tout les produits nauséabonds de notre société ?

    La perte d’idéal, de repères, de but commun, d’espoir en un monde meilleur (il ne semble plus y avoir d’antidote au libéralisme libéré). L’abandon de toute une population marginalisée, stigmatisée, harcelée, humiliée : « Si vous êtes pauvres c’est votre faute, vous ne faites pas assez d’efforts ». L’argent, le profit, la consommation, le paraître élevés en religion d’Etat. Le règne du « chacun pour soi » comme seule issue à la survie. Où sont les représentants de la classe populaire et ouvrière dans les différentes assemblées. Aucune explication, aucune précision, aucun éclairage, aucune recherche dans ce champ d’étude. Aucune remise en cause d’un système politique à bout de souffle qui laisse sans complexe les trois quarts de la population mondiale dans la misère pour le plus grand profit d’une oligarchie mondiale sans scrupule. Pourquoi ?

    Daech ne serait-il pas aussi un « simple » exutoire, le prétexte d’une violence nihiliste de la terre brûlée, d’un fascisme, qui nie toute valeur aux hommes réels, au profit d’un homme rêvé. « Leur Allah Akbar » est, finalement, assez proche du « Viva la muerte » des franquistes espagnols.

    Le 4 novembre 2016
    MIreille MOUTTE