Mona Chollet

Cheffe d’édition au « Monde diplomatique »


  • A propos de l’exercice de maths qui prend comme exemple les migrants en mer méditerranée.

    https://dl.dropbox.com/s/1l56lhnimt2luby/21740397_10155076773862106_1283194664198938056_n.jpg?dl=0

    Attention je vais allègrement franchir le point Godwin

    –—
    Un exercice de mathématiques dans l’Allemagne nazie - geohistoire

    http://mallatre.canalblog.com/archives/2010/06/07/18159340.html
    http://p5.storage.canalblog.com/58/81/748995/53957261.jpg

    lundi 7 juin 2010
    Un exercice de mathématiques dans l’Allemagne nazie

    “Un aliéné coûte quotidiennement 4 marks, un invalide 5,5 marks, un criminel 3 marks. Dans beaucoup de cas, un fonctionnaire ne touche que 4 marks, un employé 3,65 marks, un apprenti 2 marks. Faites un graphique avec ces chiffres. D’après des estimations prudentes, il y a en Allemagne environ 300.000 aliénés et épileptiques dans les asiles. Calculez combien coûtent annuellement ces 300.000 aliénés et épileptiques. Combien de prêts aux jeunes ménages à 1000 marks pourrait-on faire si cet argent pouvait être économisé ? » (Manuel scolaire nazi, cité par A. Grosser, Dix leçons sur le nazisme, Fayard, 1976).”

    Voici comment la jeunesse allemande apprenait les mathématiques durant le IIIème Reich. Ici, aliénés, invalides et criminels sont associés, sans distinction. Cette population est considérée comme nuisible, autant d’un point de vue social qu’économique. Vous comprendrez aisément quelle est la stratégie du régime pour faire des "économies". Bien comprendre que l’extermination mise en oeuvre par le régime, a un objectif eugéniste (produire à long terme un genre humain "parfait" et "aryen") mais également un but comptable et économique.jeune_aryenne1

    https://seenthis.net/messages/630164 via Reka


  • Nouveau #LEVOTHYROX : vraiment bioéquivalent ?
    http://www.atoute.org/n/article359.html
    http://www.atoute.org/n/IMG/arton359.jpg

    L’étude de #bioéquivalence réalisée pour le nouveau LEVOTHYROX montre des différence d’absorption pour un même sujet dépassant 20% pour un tiers des patients, et qui pourrait être encore plus importante pour un petit pourcentage d’entre eux. À cette différence s’ajoute une inconnue sur l’état d’équilibre obtenu après plusieurs semaines de #traitement, puisque cet état d’équilibre n’a pas été étudié.

    En l’état actuel de la science, la bioéquivalence entre l’ancien et le nouveau LEVOTHYROX est mal connue.

    Dans ces conditions, il était prématuré d’imposer une #substitution directe de l’ancien par le nouveau #médicament. Par ailleurs, le risque important et donc prévisible de #dérèglement hormonal aurait dû conduire à une information complète des patients et des prescripteurs, à commencer par la mise à disposition des études de bioéquivalence. Si la majorité des patients n’ont heureusement et logiquement rien ressenti d’anormal en passant de l’ancien au nouveau médicament, d’autres ont été victimes de symptômes d’hypo ou d’hyperthyroïdie dont ils se seraient volontiers passés. Le déni de leurs troubles attribués à des causes psychologiques a provoqué leur colère légitime. Cette réalité a été amplifiée par ce qu’on appelle l’effet nocebo chez d’autres patients : l’attribution abusive d’effets indésirables à un produit porteur d’une image négative ou dangereuse. Mais cet effet nocebo ne saurait résumer les problèmes constatés.

    https://seenthis.net/messages/629154 via Agnès Maillard


  • Mrs, Ms ou Miss? - Londres calling
    http://londrescalling.canalblog.com/archives/2011/09/29/22182215.html

    Ms Que l’on prononce... Mizz. Ce terme est l’équivalent exact de Mr, dans le sens ou il ne précise pas le statut matrimonial de la femme. Ms a la même étymologie que les deux autres options, mais avait un peu été délaissé. Et cela jusque dans les années 1970 (et oui la France a 40 de retard !) lorsque les féministes américaines décident de le récupérer (…). Aujourd’hui c’est le terme le plus utilisé dans les lettres ou le business dans les pays anglo-saxons.

    http://p8.storage.canalblog.com/84/82/695862/68664918.gif
    #civilité

    https://seenthis.net/messages/628972 via tetue


  • En une Grèce dévastée par l’#austérité, Macron salue les réformes de Syriza
    http://www.wsws.org/fr/articles/2017/sep2017/grma-s08.shtml

    Macron a applaudi le « courage » qu’auraient eu Syriza et la classe dirigeante à imposer l’austérité au peuple grec : « La résistance dont vous avez fait preuve, le courage de mener plusieurs réformes, la volonté de ne rien oublier des principes, et cette volonté que vous, votre Premier ministre et votre gouvernement, avaient toujours eue, de tenir la Grèce dans l’Europe, alors qu’autour de vous tant d’extrêmes poussaient votre peuple à la quitter, elle nous oblige, elle nous oblige à avoir plus d’ambition encore, pour cette Europe que nous continuons à chérir. »

    Cette collection de mensonges politiques, qui chantent les louanges d’une suite de gouvernements grecs qui ont pillé les travailleurs et dévasté l’économie, constituent un avertissement sur la #politique de Macron et de l’UE, ainsi que sur le rôle de Mélenchon et du NPA.

    La bourgeoisie grecque n’a pas « résisté », elle s’est aplatie devant le diktat de l’UE, qu’elle utilise depuis 2009 pour justifier ses attaques sociales contre les travailleurs. L’impact cumulatif des #réformes successives des retraites et du SMIC grec a été de réduire les retraites et les salaires d’environ 40 pour cent en moyenne depuis le krach de 2008. Les faillites et les licenciements en série parmi les PME et les plans sociaux à répétition dans la fonction publique dictés par l’UE ont gonflé le chômage, qui a atteint le quart des actifs et 60 pour cent des jeunes.

    Athènes et l’UE ont utilisé l’hécatombe économique qu’ils créaient – le PIB grec a chuté d’un quart, comme dans les pays les plus durement touchés par la dépression des années 1930 – pour démolir les acquis sociaux des travailleurs. La réduction de la retraite minimum à €382 par mois et l’élimination de la couverture médicale pour les chômeurs, pour n’en citer que deux, signifiaient la répudiation des droits universels à une retraite et à des soins publics.

    https://seenthis.net/messages/628333 via Agnès Maillard


  • Des femmes qui se battent sur les deux fronts

    Quelques années après l’idiot d’Aspen, j’étais à Berlin pour donner une conférence quand l’écrivain marxiste Tariq Ali m’invita à un dîner où étaient présent·es un écrivain et traducteur ainsi que trois femmes un peu plus jeunes et qui allaient rester révérencieuses et quasiment silencieuses pendant tout le repas. Tariq était formidable. Peut-être le traducteur était-il énervé que j’insistasse pour participer modestement à la conversation mais quand je fis allusion à la façon dont Women Strike for Peace (Femmes en grève pour la paix), l’extraordinaire et méconnu groupe anti-nucléaire et pacifiste fondé en 1961, contribua à la chute de la commission de la Chambre des représentants sur les activités anti-américaines (HUAC), M. Très important II se moqua de moi. La commission HUAC, insistait-il, n’existait pas au début des années 1960 et d’ailleurs aucun groupe de femmes n’avait joué un tel rôle dans sa chute. Son dédain me réduisait à néant et son assurance était si agressive que débattre avec lui semblait un exercice bien vain, l’occasion seulement de se faire insulter.

    Je crois que j’en étais à neuf livres à l’époque, dont un qui exploitait des sources de première main et des entretiens avec des membres-clefs de Women Strike for Peace. Mais les hommes qui expliquent persistent à me prendre pour une sorte de réceptacle vide attendant d’être rempli avec leur sagesse et leur savoir. Un freudien dirait qu’ils ont et que je manque mais l’intelligence n’est pas située dans le bas-ventre – même si vous êtes capable d’écrire dans la neige avec votre zizi l’une de ces longues phrases mélodieuses de Virginia Woolf sur la manière dont les femmes sont subtilement subjuguées. De retour dans ma chambre d’hôtel, j’ai fait une petite recherche en ligne et découvert qu’Eric Bentley, dans son ouvrage de référence sur la commission HUAC, reconnaît que Women Strike for Peace a « porté un coup crucial dans la chute de la forteresse HUAC ». Au début des années 1960.

    J’ai donc entamé un essai (sur Jane Jacobs, Betty Friedan et Rachel Carson) pour The Nation en rendant compte de cet échange, en partie comme un cri à la tête d’un des hommes les plus déplaisants qui m’ait un jour expliqué des choses : Mec, si jamais tu lis ces lignes, sache que tu es un furoncle sur le visage de l’humanité et un obstacle à la civilisation. Honte à toi.

    Lors de la bataille avec les hommes-qui-expliquent-des-choses, tant de femmes ont été piétinées – des femmes de ma génération, de la génération pleine de promesses dont nous avons un criant besoin, ici et au Pakistan, en Bolivie et à Java, sans compter les femmes innombrables qui nous ont précédées et qui n’ont pas eu leur place dans un laboratoire ou une bibliothèque ou une conversation ou la révolution ou même la catégorie que l’on nomme être humain.

    Après tout, Women Strike for Peace a été fondée par des femmes qui en avaient marre de faire le café ou de prendre les notes et de ne pas avoir droit de parler ou de participer à la prise de décision dans le mouvement anti-nucléaire des années 1950. La plupart des femmes se battent sur deux fronts, l’un étant celui en question et l’autre pour le simple droit de parler, d’avoir des idées, de voir reconnaître qu’elles ont avec elles des faits et des vérités, qu’elles ont de la valeur, qu’elles sont des êtres humains. Les choses s’améliorent mais cette guerre ne prendra pas fin de mon temps. Je la mène encore, pour moi assurément mais aussi pour toutes ces femmes plus jeunes qui ont quelque chose à dire, dans l’espoir qu’elles arrivent à le dire.

    #crédibilité_féminine #mecsplication #mansplaining

    https://seenthis.net/messages/627237 via Aude



  • Maladies infectieuses : ce que le réchauffement nous concocte - Journal de l’environnement
    http://www.journaldelenvironnement.net/article/maladies-infectieuses-ce-que-le-rechauffement-nous-concocte

    En matière de maladies infectieuses, les effets du réchauffement se font déjà sentir : ainsi le paludisme, désormais observé en Colombie et en Ethiopie à des altitudes dont il était jusqu’alors absent. Ou, chez le mouton, la fièvre catarrhale ovine (maladie de la langue bleue), maladie virale originaire des pays du Sud et qui ne cesse de progresser vers le nord de l’Europe.

    #it_has_begun

    https://seenthis.net/messages/624550 via Agnès Maillard



  • Snoozers Are, in Fact, Losers | The New Yorker
    http://www.newyorker.com/tech/elements/snoozers-are-in-fact-losers

    https://media.newyorker.com/photos/5909525febe912338a372c94/master/w_649,c_limit/107413223-580.jpg

    If we could just synchronize our sleep more closely with natural light patterns, it would become far easier to wake up. It wouldn’t be unprecedented. In the early nineteenth century, the United States had a hundred and forty-four separate time zones. Cities set their own local time, typically so that noon would correspond to the moment the sun reached its apex in the sky; when it was noon in Manhattan, it was five till in Philadelphia. But on November 18, 1883, the country settled on four standard time zones; railroads and interstate commerce had made the prior arrangement impractical. By 1884, the entire globe would be divided into twenty-four time zones. Reverting to hyperlocal time zones might seem like it could lead to a terrible loss of productivity. But who knows what could happen if people started work without a two-hour lag, during which their cognitive abilities are only shadows of their full selves?

    #sommeil

    https://seenthis.net/messages/624143 via Mona


  • Rebecca Solnit | The Guardian
    https://www.theguardian.com/profile/rebeccasolnit
    https://i.guim.co.uk/img/static/sys-images/Guardian/Pix/pictures/2015/5/19/1432058092769/Rebecca-Sonit-circle.jpg?w=140&q=55&auto=format&usm=12&fit=max&s=14946d9d4b51ba2b6b73e663fd47f5f3

    Rebecca Solnit is a Guardian US contributing opinion writer, an historian, activist and contributing editor at Harper’s magazine. She is the author of Hope in the Dark: Untold Histories, Wild Possibilities

    Je découvre cette auteure, dont je pense traduire le court essai de 2008, Men Explain Things to Me. Ça commence avec l’histoire de cette homme qui lui demande avec condescendance sur quoi elle écrit et quand elle explique de quoi parle son dernier bouquin il l’interrompt pour lui en raconter un autre sur le même sujet qui est apparemment plus important que le sien. Son premier mouvement est de se dire qu’elle a dû louper un truc mais sa copine finit par comprendre que le vieux mecspliqueur parle de son bouquin à elle, dont il s’est contenté de lire une recension. Et elles arrivent à faire taire le bonhomme mais pas à lui extorquer un mot de regret. Elle continue son essai en associant cette manière qu’ont certains hommes de marcher sur les femmes en en faisant une identité ou un droit de l’homme à la violence contre les femmes et c’est un tableau effrayant, @mad_meg. Trop envie de partager ça, ça me parle de trucs bien moches qu’elle explique bien et j’ai l’impression qu’il n’a pas été traduit, @tradfem. J’ai un édition de 2014 largement augmentée mais ça commence par ce petit essai qui a reçu une réception enthousiaste lors de laquelle a été créé le terme #mansplaining (pas par elle, précise-t-elle). Je vais me mettre au boulot, encouragée par une commande de trad de @reka dont je m’étais bien tirée...

    https://seenthis.net/messages/623764 via Aude


  • Allemagne. Les femmes à la peine - Monde - LeTelegramme.fr
    http://www.letelegramme.fr/monde/allemagne-les-femmes-a-la-peine-14-08-2017-11628309.php

    http://www.letelegramme.fr/images/2017/08/14/comme-helga-80-ans-11-des-retraites-allemands-sont_3561253.jpg
    Comme Helga, 80 ans, 11 % des retraités allemands sont contraints de travailler pour arrondir leurs fins de mois. C’est la conséquence des réformes Schröder du début des années 2000 qui ont accru les inégalités entre les personnes âgées.

    Dans un Berlin où la gentrification renchérit la vie, beaucoup de gens sont à la peine pour finir leur existence dans la dignité. La situation d’Helga est loin d’être une exception. Selon l’Institut fédéral de la statistique allemand, le nombre de retraités contraints de travailler a doublé en dix ans, soit 11 % des plus de 65 ans. Les réformes Schröder du début des années 2000 étaient motivées par l’ambition de sauver le système par répartition, menacé par le vieillissement de la population. Au menu : baisse des taux de cotisation et allongement progressif de la durée du travail. Cette réforme du chancelier social-démocrate a finalement eu pour effet pervers d’accroître les inégalités entre les personnes âgées. Avec des femmes en première ligne des injustices. Dans son livre, l’universitaire Kristina Vaillant évoque des « travailleuses piégées ». « Le retraité allemand standard est défini par la loi : il a travaillé 45 ans à plein temps, avec un salaire brut moyen de 3.000 euros. Quand il remplit tous ces critères, il perçoit une pension complète. Sinon, il y a des décotes automatiques qui touchent souvent les femmes, car la moitié de celles qui travaillent le font à mi-temps. S’est ajoutée la libéralisation du marché du travail, avec les minijobs, à 10 euros de l’heure ou moins, sans cotisations retraite. Dans ce secteur, il y a deux fois plus de femmes que d’hommes.  » Résultat : les femmes perçoivent moitié moins de retraite que les hommes. Sel
    on une étude de l’institut Bertelsmann parue fin juin, dans la génération des baby-boomeuses parvenant à la retraite en 2030, la moitié percevra moins de 950 euros par mois, tous revenus complémentaires compris.

    https://seenthis.net/messages/622250 via Simplicissimus



  • Galériens du #travail : Sophie, l’oubliée de la #nuit
    http://www.cafebabel.fr/article/galeriens-du-travail-sophie-loubliee-de-la-nuit.html
    http://m.cafebabel.com/cache/79/4c/794c09754ad7663bd0470d7713326e58.jpg

    Avant, Sophie jonglait entre deux boulots : la nuit à l’aéroport, le jour dans les supermarchés à présenter des offres promotionnelles. L’enfer. Le corps et le mental n’ont pas tenu. Alors quand il a fallu choisir entre le jour et la nuit, Sophie a « choisi » la nuit. Parce que ça rapporte plus. Aujourd’hui, c’est « moins pire qu’avant » mais c’est toujours compliqué. En bossant de nuit, elle peut espérer gagner entre 900 et 1800 euros par mois. Tout dépend si on l’appelle. Ce dont elle est sûre, en revanche, c’est qu’à la fin du mois, avec le mari et les trois gosses, le compte en banque est toujours à découvert. « T’es tout le temps en train d’appréhender le mois d’après. » Une #insécurité constante qui l’oblige à parer au pire. Sophie a des cartes de paiement en plusieurs fois plein le portefeuille. L’intérim de nuit, une aubaine pour certains. Mais pour Sophie, les gens ne se rendent pas compte : « On est mieux payés, mais à quel prix ? On ne sait jamais si on va travailler, on n’a pas de droits, on peut nous mettre à la porte du jour au lendemain ».

    Car même de nuit, l’intérim reste un monde sans sécurité. Chaque jour depuis dix ans, Sophie attend que son téléphone sonne, généralement à 17h, pour savoir si elle va pouvoir travailler cinq heures plus tard. Un contrat par nuit et « des montagnes de papier qui s’entassent à la cave ». L’intérim, c’est aussi ne pas faire de vagues. « Faut surtout pas se mettre mal avec la boîte d’#intérim. Si t’as un accident du travail, faut surtout pas le déclarer. Ils te blacklistent et te rappellent plus pendant des semaines. Et tu ne peux rien faire. » Pareil pour les formations. Sophie a longtemps pensé que c’était à elle de les payer. « Le chef d’agence me disait : on vous paye déjà, on ne va pas payer ça en plus. » Elle finit par réclamer le remboursement, s’accroche, se bat pour ses droits. Résultat : « J’ai plus eu de missions pendant trois semaines ».

    Ne pas trop en demander et se faire bien voir. C’est le créneau de certaines boîtes d’intérim comme celle de Sophie. « Il faut faire des petits cadeaux pour avoir beaucoup de missions, ça peut être du chocolat, des petits parfums… c’est monnaie courante ». Autrement dit : rincez votre patron, vous pourrez peut-être bosser. Et quand on a ce genre de petit pouvoir, ça peut aller encore plus loin. Trop loin. « Les superviseurs viennent te voir, te disent : "On pourrait boire un café ensemble, je vais donner ton nom…" » Des chefs d’agence qui se prennent pour des maquereaux, la totale. « Autant que j’aille au Bois de Boulogne, je gagnerai plus et au moins je travaillerai pas en plus ! » Des abus confirmés par l’USCI-CGT, principal syndicat de l’intérim, régulièrement alerté par les travailleurs.

    #précarité #exploitation

    https://seenthis.net/messages/621710 via Agnès Maillard


  • Retraites, les réformes suffisent pas ? On dépouille des ayants droit
    https://www.humanite.fr/transforme-des-ayants-droit-en-une-armee-dassistes-640237

    Dépassés par l’outil informatique et le labyrinthe administratif, de nombreuses personnes âgées se regroupent pour faire valoir leurs droits. L’association Unrpa Ensemble et solidaires les aide.

    « J’ai envoyé ma demande de retraite complète le 4 octobre 2016. Ils l’ont reçue le 10 et m’ont confirmé le 14 sa bonne réception. Depuis, on me répond simplement que le dossier est en cours de traitement. Cela fait plus de dix mois, déplore monsieur B. Dès que j’appelle, on m’assure qu’un conseiller va me recontacter, mais ce n’est jamais arrivé. » À bientôt 62 ans, il devrait être à la retraite. Ouvrier dans le bâtiment dans le 20e arrondissement depuis ses 17 ans, il rentre dans le cadre des carrières longues et pénibles et aurait même pu faire valoir ses droits depuis deux ans. « Sans ma pension d’invalidité , suite à un accident du travail, je serais sans aucune ressource depuis des mois , parce qu’ayant atteint l’âge légal de la retraite, le chômage est automatiquement coupé. Pour en bénéficier, on a besoin d’une convention Cnav-Unedic… On marche sur la tête », explique-t-il. Monsieur B. a saisi le Défenseur des droits, qui a contacté à son tour le médiateur de la Cnav. Celui-ci avait obligation de répondre. Ce qui fut fait fin juin par courrier électronique : « Il résulte que la Cnav doit faire face à un nombre important de dossiers, ce qui génère des retards de traitement, bien cordialement. »

    « On a dû s’organiser pour aider les gens à avoir accès à leurs droits »

    Le cas de monsieur B. est loin d’être isolé. Comme beaucoup, il s’est rendu aux permanences sociales pour la liquidation de la retraite organisées par l’Union nationale des retraités et personnes âgées (Unrpa). « On a dû s’organiser pour aider les gens à avoir accès à leurs droits, explique Fatima Sadki, présidente de l’association parisienne. Les administrations passent au tout-numérique et comptent sur des associations pour aider les usagers. C’est un transfert de compétence, mais sans les moyens. On n’y arrive pas, mais on fait de notre mieux parce qu’il faut bien que quelqu’un tire les gens de ces situations kafkaïennes. Et 80 % des personnes qui viennent nous voir le font pour ce type de motif. » L’association met des ordinateurs à disposition l’après-midi et aide les personnes âgées à créer leurs comptes personnels, des adresses mails… « Avec la fermeture de l’accueil et leur système informatique qui dysfonctionne, ces politiques publiques sont en train de transformer des ayants droit en une armée de dépendants à l’assistance sociale », déplore Fatima Sadki. Courriers à l’appui, elle égraine les exemples. Monsieur S. est privé de tout revenu depuis février parce que le système informatique a refusé d’ouvrir ses droits à la retraite à cause de l’existence d’un homonyme. Un autre se révèle introuvable à cause d’un changement de numéro de Sécurité sociale. Un retraité s’est vu priver de ses droits depuis juin 2016, car un questionnaire a été envoyé à son ancienne adresse et n’a pu être dûment retourné dans les temps. Malgré trois questionnaires renvoyés avec accusés de réception entre juillet et novembre 2016, sa situation n’est toujours pas débloquée. Une réfugiée politique de 63 ans n’a pas touché sa retraite depuis août 2016 puisqu’il lui manque un original d’extrait de naissance… « Depuis janvier, j’ai demandé ma convention Cnav-Unedic, poursuit Marina, membre d’Ensemble et solidaires. C’est le parcours du combattant que d’avoir une retraite. Depuis le 1er juillet je ne suis plus payée, mais Pôle emploi refuse de m’inscrire et d’étudier mon droit aux indemnités chômage. Je suis obligée de demander le RSA pour toucher quelque chose. On a cotisé toute notre vie et on se retrouve dans la misère. »

    #revenu #retraite #chômage #RSA #accueil_fermé

    https://seenthis.net/messages/621213 via colporteur


  • Après les taxes, le Luxembourg fait cadeau de l’espace | Thomas Lemahieu et Marion Devauchelle
    https://www.humanite.fr/mondialisation-apres-les-taxes-le-luxembourg-fait-cadeau-de-lespace-639947

    https://rezo.net/local/cache-vignettes/L120xH80/arton234336-936bd.jpg

    Votée mi-juillet à la quasi-unanimité par la Chambre des députés, la nouvelle loi crée unilatéralement un droit national à « l’exploration » et à « l’utilisation des ressources spatiales ». Source : L’Humanité

    https://seenthis.net/messages/621216 via Rezo


  • Les «#filles de ménage», des #enfants tenus en #esclavage
    http://geopolis.francetvinfo.fr/les-filles-de-menage-des-enfants-tenus-en-esclavage-151825

    Les employés de maison sont particulièrement nombreux en Afrique. Une tradition culturelle, mais aussi une nécessité avec l’accroissement du #travail des #femmes. Mais ce secteur est particulièrement opaque et les abus à l’encontre de mineurs sont fréquents. Il n’est pas rare de faire travailler des enfants de 10 ans et de leur faire subir un enfer.

    https://seenthis.net/messages/620591 via AF_Sobocinski


  • The Handmaid’s Tale, la #série #politique de l’année
    http://lvsl.fr/the-handmaids-tale-serie-politique-de-lannee
    http://lvsl.fr/wp-content/uploads/2017/07/poster.jpg

    L’épisode 7 « The Other Side » où l’on suit l’épopée de Luke en fuite vers le Canada est l’occasion d’aborder un autre thème d’actualité : celui des #réfugiés. L’épisode nous fait retracer tout le parcours d’un réfugié : les motifs du départ, l’inquiétude pour ses proches, les multiples dangers, les passeurs, la terreur… jusqu’à l’arrivée. On ne souhaite alors qu’une chose à Luke : qu’il soit effectivement accueilli. On comprend alors que l’unique différence entre ces héros et ceux que l’on brutalise dans la réalité, chez nous, est que les premiers sont originaires des Etats-Unis. En plein débat sur l’accueil, cette plongée dans la vie d’un réfugié est salutaire, elle permet de rappeler le type d’horreurs que ces gens fuient. Lorsque Moira parvient elle aussi à rejoindre le Canada (épisode 10), Bruce Miller paraît esquisser ce à quoi devrait ressembler une politique d’accueil digne dans un pays développé : gentillesse, nourriture, douche, papiers, téléphone prépayé, quelques centaines de dollars, carte d’assurance maladie, habits…

    #patriarcat

    https://seenthis.net/messages/619997 via Agnès Maillard


  • hypathie - Blog féministe et anti-spéciste : Caliban et la sorcière
    http://hypathie.blogspot.fr/2017/07/caliban-et-la-sorciere.html
    https://4.bp.blogspot.com/-UnTXHyCQ8wE/WXOusnr7MfI/AAAAAAAAE8s/EbUE-Nn-bYsMwDWVDJI3K77HO4XncHkWwCLcBGAs/w1200-h630-p-k-no-nu/Caliban%2Bet%2Bla%2Bsorci%25C3%25A8re.jpg

    Les philosophes théoriciens du libéralisme, Hobbes et Descartes, de leur côté, imposent une vision mécaniste de la nature désenchantée ; Descartes décrit le corps humain (et animal) comme des machines horlogères. Les études sur les animaux (en les frappant et battant), et les dissections de cadavres de suppliciés, vont démontrer le postulat de départ. Des femmes qui ont au Moyen Age des compétences médicales et pharmaciennes car elles sont sages-femmes, ont de fait un savoir donc un pouvoir économique, même s’il n’est pas au même niveau que celui des hommes. Dans le cadre de politiques natalistes menées sous la contrainte, il va falloir les en dépouiller. Elles donnent des conseils de contraception ? On va criminaliser la contraception et les méthodes abortives. L’accouchement se passe mal ? On ordonnera de sacrifier la parturiente à l’enfant à naître. On les transformera même en mouchardes dénonçant les infanticides réels ou supposés. Seront exterminées les vieilles femmes, les pauvresses, les médeciennes, les « pharmaciennes » qui connaissaient le pouvoir des herbes, et les sages-femmes. Leurs savoirs seront éradiqués et perdus. La science médicale masculine « rationalisée » prendra la place. La chasse aux sorcières touchera les femmes à 80 % dans toute l’Europe, elle durera trois siècles de tortures, bûchers, noyades, pendaisons. Aucun historien n’a jamais fait le compte exact du nombre de femmes exterminées, la chasse au sorcière étant commodément renvoyée à l’obscurantisme médiéval, ce qu’elle n’était pas selon Federici. Sur une longueur de trois siècles, la répression commencera avec des tribunaux d’église pour se transférer vers des tribunaux d’états. A l’extinction des derniers bûchers (la machine totalement emballée aboutira à des accusations contre les enfants et les hommes, ce qui l’arrêtera), l’état sera alors devenu « mâle comme Satan », écrit Armelle Lebras-Chopard dans Les putains du diable.

    https://seenthis.net/messages/617458 via Agnès Maillard


  • #Séries, #divertissement, #télé-réalité : #écrans et imaginaires
    « Manière de voir » #154, août - septembre 2017
    https://www.monde-diplomatique.fr/mav/154 #st
    https://www.monde-diplomatique.fr/local/cache-vignettes/L300xH372/arton57754-765b2.jpg

    Une Chinoise qui, dans une émission de télé-réalité, déclare qu’elle préfère « pleurer dans une BMW que rire sur une bicyclette » ; l’écho d’un feuilleton turc dans le monde arabe ; la critique sociale incisive de « The Wire » ou de « Black Mirror »… Partout, la télévision joue avec les fantasmes et, l’air de rien, brasse les rêves et les idéologies.


  • The Foxy Five, la web-série sud-africaine sur le féminisme intersectionnel | Douce Dibondo
    http://nothingbutthewax.com/culture/the-foxy-five-la-web-serie-sud-africaine-sur-le-feminisme-intersectionnel/6573

    https://rezo.net/local/cache-vignettes/L120xH68/arton234179-933ba.jpg

    Les questionnements féministes de cinq jeunes femmes sud-africaines, noires et étudiantes, décidées à mener la guerre au sexisme. Source : Nothing But The Wax

    https://seenthis.net/messages/616293 via Rezo


  • Cholera Is Slaughtering Yemen and We’re Letting It Happen, by Laurie Garrett | Fortune.com
    http://fortune.com/2017/07/20/cholera-is-slaughtering-yemen-and-were-letting-it-happen
    https://fortunedotcom.files.wordpress.com/2017/07/gettyimages-815606282.jpg?w=720

    This is the worst #cholera epidemic in modern history, and it has already spread well beyond the borders of Yemen, though neighboring nations decline to officially report “cholera,” preferring the ambiguous phrase, “acute watery diarrhea.” Even the new director general of the WHO, Tedros Adhanom Ghebreyesus, plays the name game (…)

    Confronting this catastrophe commands honesty: Cholera is now rampant not only in Yemen, but South Sudan, Ethiopia, Kenya, Somalia, Sudan, and in refugee camps across the Middle East. Last month, the disease broke out in a luxury hotel in Nairobi, sickening attendees to a health conference. By that time, UNICEF head Anthony Lake said, the #Yemen disaster was growing by 5,000 new cases per day—a pace it has since well exceeded. The true toll may well reach half a million before July ends, and the agony is evident everywhere one looks.

    The horrible irony is that cholera is spreading primarily because Saudi Arabia and its Gulf state allies have been bombing Yemen’s infrastructure to smithereens for months, rendering every water supply contaminated. The reluctance of Ethiopia and other cholera-afflicted nations to truthfully state their health plights is due to the same countries’—Saudi Arabia and its Gulf allies—policies of boycotting all trade and food from nations that admit to having the disease. And historically the greatest scourge of the annual Hajj is—you guessed it—cholera.

    et il faut que ce soit publié dans Fortune (!!)

    https://seenthis.net/messages/616542 via Fil


  • Les femmes d’occasion.

    Audi s’excuse après avoir comparé des femmes à ses voitures d’occasion
    http://www.leparisien.fr/laparisienne/actualites/societe/chine-audi-s-excuse-apres-avoir-compare-des-voitures-d-occasion-a-des-fem

    La marque automobile Audi vient de faire scandale en Chine en voulant faire dans un spot publicitaire la promotion de ses voitures d’occasion. Le constructeur allemand n’a pas trouvé mieux que de faire la comparaison avec une jeune femme sur le point de marier !

    La séquence commence par une scène de mariage idyllique. Devant un parterre d’invités, un jeune couple est sur le point de se dire oui lorsque la mère du futur marié se précipite sur la jeune femme pour faire une inspection en règle : oreille, nez, bouche... Alors qu’elle est sur le point de donner son approbation, elle s’aperçoit qu’elle a oublié la poitrine de la jeune femme. « Une décision importante doit être prise avec prudence », lance la marque allemande en ajoutant que chez elle, tous les véhicules d’occasion ont obtenu une certification officielle.

    #pub #sexisme #mariage #virilité #belle-mère #prostitution #automobile

    https://seenthis.net/messages/616292 via mad meg


  • Pour Maryam Mirzakhani – De nos entraves
    https://denosentraves.wordpress.com/2017/07/20/pour-maryam-mirzakhani

    D’abord, je sais qu’il est impudique de parler d’elle. D’en parler ici, à ma manière.

    En parler tout simplement, je ne fais que ça depuis que la nouvelle m’est tombée dessus, puisque parler de mathématiques, de mathématiciennes et de mathématiciens, c’est justement mon métier (voir : https://www.sciencesmaths-paris.fr/fr/maryam-mirzakhani-838.htm ).

    C’est impudique, oui, car à défaut de pouvoir parler d’elle mieux qu’un autre, je ne parlerai que de moi, je le sais.

    Parce que, soyons honnête, si j’ai pleuré à l’annonce de sa mort, pleuré comme jamais je n’ai pleuré une parfaite inconnue, de tristesse et de rage, n’était-ce pas avant tout pour moi-même ?

    En parlant d’elle – et voilà que me vient le blues d’India Song – je l’ai redécouverte, elle que j’avais à peine croisée en 2014, elle à qui je voulais parler, encore plus qu’aux trois autres, mais qui n’avait pu, contrairement aux trois autres, m’accorder d’interview, de même qu’elle n’avait pu donner sa conférence de lauréate, parce que déjà la maladie, déjà la fatigue…

    #femmes #sciences

    https://seenthis.net/messages/616470 via Mona


  • G8 à Gênes : des manifestants ont été torturés, admet le chef de la police italienne - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2017/07/20/g8-a-genes-des-manifestants-ont-ete-tortures-admet-le-chef-de-la-police-i

    « A Gênes, un nombre incalculable de personnes innocentes ont subi des violences physiques et psychologiques qui les ont marquées à vie, a reconnu Franco Gabrielli. Si aujourd’hui encore, seize ans plus tard, c’est un motif de douleur, de rancœur, de défiance [envers la police], cela signifie que la réflexion n’a pas été suffisante. »

    Il revient en détail sur les exactions policières commises dans une école de Gênes le samedi 21 juillet au soir, quasiment à l’issue du G8, lorsque des unités d’élites prirent d’assaut l’établissement où dormaient des dizaines de manifestants. Prétextant la présence de militants violents, assurant avoir trouvé des cocktails Molotov – que les policiers avaient en réalité amenés eux-mêmes sur place –, l’assaut s’est transformé en une « boucherie », selon les confessions de l’un des vingt-huit agents qui seront ensuite inculpés. « En tant que dirigeant des opérations spéciales de la police, je me serais probablement retrouvé dans la cour de l’école Diaz », note Gabrielli qui « par chance » était resté à Rome pour préparer l’arrivée du président Bush. Pensant qu’en « contrepoids aux dévastations [dans la ville], il fallait un nombre significatif d’arrestations », les responsables de l’Intérieur ont « par malheur » décidé l’irruption à l’école Diaz, admet-il aujourd’hui.

    Franco Gabrielli va plus loin en parlant aussi des sévices infligés aux manifestants conduits à la caserne de Bolzaneto, transformée selon lui en « Garage Olimpo », en référence au sinistre centre d’interrogatoire de la dictature argentine. « A Bolzaneto, il y a eu des actes de torture », s’indigne Gabrielli, qui va jusqu’à affirmer que son prédécesseur de l’époque, Gianni De Gennaro, aurait dû assumer ses responsabilités et démissionner. « Il l’a fait, mais j’ai refusé sa démission », a précisé en réaction Claudio Scajola, le ministre de l’Intérieur de l’époque, qui a finalement admis lui aussi qu’il est « indéniable qu’à Gênes, il y a eu certaines actions des forces de l’ordre sévèrement condamnables ». De son côté, le secrétaire national de la Gauche italienne et ancien leader des anti-G8, Nicola Fratoianni, a salué « l’interview courageuse de Gabrielli. Malheureusement, nous avons dû attendre seize ans pour entendre ces paroles. »

    #police #violence_policières #torture #G8_Gênes

    https://seenthis.net/messages/616285 via mad meg