• Bonjour,
    Je vous invite à faire réagir vos lecteurs à l’événement Abilympics qui aura lieu du 20 au 23 mars prochains à Bordeaux.

    Au programme d’un budget d’environ 10 millions d’€uros :

    – 60 candidats régionaux pour finalement être moins d’une dizaine à porter les couleurs de la France au niveau international.

    – La promotion d’entreprises privées engagées pour la cause (avec le report sur 5 ans des contributions supérieures aux 10% des taxations OETH censées remplir les caisses de l’Agefiph), avec par exemple la publicité pour LVMH sur l’embauche éventuelle de 25 travailleurs handicapés.

    – La venue du président François Hollande (sur les terres d’Alain Juppé en campagne présidentielle) qui fera très probablement un discours sur la culture de l’excellence (française) et l’esprit de compétition, ainsi que l’auto-promotion de sa politique en faveur des handicapés (notamment la vieille ritournelle « Changer le regard sur le handicap et promouvoir les compétences »..)

    Bref, un événement promu par une petite association familiale qui porte le soi-disant noble projet avec plein de perspectives d’avenir.. Où un coordinateur technique démarchait les Conseils Régio-Généraux de Navarre, et un délégué régional Agefiph qui aidait à mettre en relation le Président de l’association à l’époque Directeur adjoint responsable de la formation professionnelle au Conseil Régional Aquitaine avec le Directeur national de l’Agefiph.. et le fils du président Mr. Noël (si si !) qui gère ce gros budget du haut de sa trentaine et de son diplôme tout chaud de Master en marketing et communication.

    Bref, voilà mes arguments pour être favorable à la réorientation de ces olympiades vers plus de pragmatisme, moins de folie des grandeurs, et davantage de partage et de création d’emplois.
    À mon humble avis ces millions d’euros pourraient servir le plus grand nombre et non pas une poignée (voir le budget de 180000 € du lauréat de bronze à Séoul), et si malgré l’archaïste réminiscence des jeux antiques de Rome (avec son avec son idéologie obsessionnelle de la course aux médailles), le sport reste encore fédérateur, l’urgence socio-économique du pays semble mériter une plus grande convergence des efforts pour les handicapés en général et contre le chômage en particulier..

    En vous remerciant de votre attention.