• Lu dans le @mdiplo de ce mois : « Google, Facebook, Yahoo, Twitter et tant d’autres moyens de communication nés aux États-Unis restent modelés par les schémas de leur pays d’origine. Non seulement le Net nous confronte à l’emploi quotidien d’un anglais minimal, mais il nous incite à penser américain. » (La lange de l’Europe, Benoît Duteurtre)

    C’est exactement ce qu’on essaye de dire avec Salut à Toi quand on insiste sur la non neutralité de la technologie. Le concept même de « réseau social » me semble très lié à la culture étasunienne, la domination de l’anglais réduit les capacités à s’exprimer et à penser différemment, l’agencement de ces outils nous incite à les utiliser d’une certaine façon.

    Un discours qui ne semble malheureusement pas avoir beaucoup d’écho.

    #réseaux_sociaux #internet #anglais #conformisme #communication

    http://seenthis.net/messages/496527 via Goffi

    • Lio

      Sur le thème je vous recommande le dernier ouvrage de Dominique Cardon « À quoi rêvent les algorithmes ». Il analyse comment les algorithmes qui peuplent le web façonnent nos perceptions et créent d’une certaine manière du réel, sans pour autant qu’il s’agisse du fruit d’une volonté cachée de leurs concepteurs. Simplement ayant été conçus dans un certain état d’esprit, ils développent certains comportements.

      Un exemple, parlant du système d’autorité utilisé entre autre par Google pour hiérarchiser ses résultats (dont la base théorique, « le plus reconnu est le plus favorisé », pourrait être qualifiée de très libérale, voire de très nord-américaine) :

      [...] Souvent critiquée comme une évaluation imparfaite et falsifiable de la qualité, cette technique de calcul entretient une forte proximité avec les valeurs méritocratiques. Refusant les positions héritées et statutaires, elle agrège la notoriété en évaluant les agissement indépendamment des places occupées dans la société. [...]

      L’autorité des excellents fabrique des gagnants individualisés et des perdants invisibilisés en demandant aux perdants de produire les signes de reconnaissance qui donnent aux gagnants l’illusion d’être propriétaires de leurs qualités. Dès lors, la redistribution des positions sociales par la reconnaissance du mérite permet aux excellents de faire sécession. Dans ce grand écart nos sociétés sont en train d’oublier la moyenne.