• #Libye, l’incontournable général Haftar
    http://orientxxi.info/magazine/libye-l-incontournable-general-heftar,1478

    Khalifa Haftar a lancé le 11 septembre 2016 une offensive militaire contre les milices d’Ibrahim Jadhran, rallié au Conseil présidentiel de Tripoli. Avec la prise de cinq terminaux pétroliers à la frontière de la #Cyrénaïque et de la #Tripolitaine, le vieux général s’engage en dehors de sa zone d’implantation traditionnelle de Cyrénaïque, dans une confrontation directe avec les autorités de Tripoli reconnues officiellement par les puissances occidentales. L’offensive éclair lancée le 11 septembre par les (...)

    #Magazine

    / #Intervention_militaire, #Pétrole, #ONU, Libye, #Milice, Cyrénaïque, Tripolitaine, #Tribu, Mission d’appui des Nations unies en Libye (...)

    #Mission_d'appui_des_Nations_unies_en_Libye_Manul_
    « http://www.reuters.com/article/us-libya-security-un-idUSKCN10N0S9 »
    « http://www.afrigatenews.net/content/%D8%A7%D9%84%D9%86%D8%A7%D8%B8%D9%88%D8%B1%D9%8A-%D9%8A%D9%83%D9%84%D9 »
    « http://www.lemonde.fr/international/article/2016/02/24/la-france-mene-des-operations-secretes-en-libye_4870605_3210.html »
    « https://www.franceinter.fr/emissions/le-7-9/le-7-9-11-decembre-2015 »
    « http://www.lejdd.fr/International/Afrique/La-France-s-impatiente-pour-la-Libye-767795 »



  • Chronique de la folie policière ordinaire
    https://blogs.mediapart.fr/christian-salmon/blog/230916/chronique-de-la-folie-policiere-ordinaire

    Je sortais d’une gare de banlieue avec une copine, en fin de journée. Au moment de passer les tourniquets, on entend des hurlements. Pas un cri normal, mais un cri de douleur, intense, et l’on comprend immédiatement qu’il se passe quelque chose. Comme tous les autres à côté de nous, mon regard est capté par la scène qui se déroule sur notre gauche. Une femme noire d’une cinquantaine d’années est menottée, et c’est elle qui hurle que les menottes lui broient les mains, qu’elle n’en peut plus. Entre elle et le petit attroupement d’habitants qui s’est formé, une trentaine de policiers équipés, avec un chien d’assaut. Il y a la sûreté ferroviaire et la police nationale.

    Les gens sont inquiets, l’ambiance est très tendue, tout le monde demande ce qui se passe, pourquoi ils torturent cette femme en pleine rue. La scène est marquante, elle ressemble à cet été après l’assassinat d’Adama, ou aux images de la mobilisation aux Etats-Unis : une rangée de policiers, face à une autre rangée d’habitantes et habitants noirs de la ville. Ces derniers sont clairs, ils n’ont aucune confiance. Un homme raconte comment son frère a été interpellé sans raison, mis en garde à vue et violenté. Les flics nous disent de « nous casser ».

    J’avais peur pour la victime de cette interpellation, peur de cette scène raciste, je voyais la police déraper à tout moment. J’ai sorti mon téléphone pour filmer, en me disant que cela pourrait cadrer les choses, faire baisser le niveau d’impunité. Ça n’a pas duré plus d’une minute. L’un des flics m’attrape par l’épaule gauche et me fait pivoter : « celui-là on lui fait un contrôle d’identité ». Je demande pourquoi, il m’arrache mon téléphone. Je lui dis qu’il n’a pas le droit de le consulter sans mandat de perquisition.

    Mais tout s’accélère : dès qu’ils ont réussi à me tirer de leur côté du cordon formé par leurs collègues, ils se mettent à deux sur moi, chacun me faisant une clé à l’un des bras. Une douleur énorme me traverse les articulations. J’ai les deux bras torsadés dans le dos, avec ces deux hommes dans des positions qu’ils ont apprises, qui pèsent de toute leur force pour me plaquer contre le mur. A plusieurs reprises, ils m’écartent un peu et me rebalancent, pour que je me cogne. J’ai d’abord pensé qu’il s’agissait juste de m’intimider et de me mettre à l’écart. Mais ils ne relâchent pas. J’ai le souffle coupé et je ne proteste plus, je me dis qu’ils vont m’embarquer pour « outrage » ou « rébellion », et sont en train de chercher à créer des faits de toutes pièces.

    Le pire en réalité n’était pas la douleur. Les deux flics qui sont sur moi sont surexcités. Et ils se lâchent. Crânes rasés, les yeux brillants, j’ai du mal à croire que la scène qui suit est réelle. « On va te tuer, tu es mort, on va te défoncer, je te crève là sur place dans dix minutes ». Et au fur et à mesure que les cartilages s’étirent sous la torsion, ils remontent mes poignets dans mon dos, et augmentent la torsion. Celui de gauche me met la main sur les fesses. « T’as cru que t’allais jouer avec la police ? Regarde comme on va jouer avec toi ». Et il me met une première béquille. Puis il remet sa main sur mes fesses. Avec les clés de bras, je ne peux plus respirer normalement. Nouvelle béquille. « On va te violer, ça te plaît ça ? Je vais te violer et on va voir si après tu filmeras la police ».

    Ça continue. « Tu soutiens Daesh c’est ça ? ». « Quand ils vont venir tu feras quoi ? Tu vas les sucer ? ». « Faudra pas pleurer et demander qu’on te protège ». Je n’ai réalisé que plus tard qu’ils étaient en train de parler de Daesh...pour justifier leur attitude face à une femme racisée qui avait oublié son pass navigo.

    Ils ouvrent mon sac et prennent mon portefeuille, le vident dans mon dos. Ils me prennent mes clopes en me disant de m’asseoir dessus. Ils trouvent ma carte de prof précaire à la fac. « T’es prof ? Quand l’Etat islamique viendra à la Sorbonne tu vas les regarder en te branlant ? ». Celui de gauche : « Regarde-moi sale pédé. Sale pute. Tu habites là-bas hein ? (il montre mon immeuble). Je vais venir chez toi, je vais mettre une cagoule et je vais te violer ». Je suis vraiment abasourdi, je pense qu’il a répété les mêmes menaces une bonne vingtaine de fois en tout. J’ai affaire à des flics politisés, des flics de l’état d’urgence permanent, qui se vivent comme en guerre contre Daesh, un Daesh qu’ils assimilent à toute personne racisée, et avec qui j’aurais pactisé en me solidarisant de leur victime du jour.

    Ils montent encore d’un cran. « Maintenant on va te mettre des coups de tazer, tu vas voir comment ça pique ». Et, toujours celui de gauche, m’envoie une décharge dans le bras. Je sursaute, et je me mets à trembler. J’essaie de ne pas le montrer, je ne dis rien, mais la pensée qui me vient à ce moment est que la situation va peut-être déraper encore plus. Qu’ils vont me faire une autre clé, ou me frapper avec leur tonfa avant de m’embarquer. « Tu vas crever ». « Je vais t’enculer ». Avec toujours les attouchements. Et la douleur est telle dans les bras, les épaules, le dos, que je me dis que je dois me préparer à ce qu’une de mes articulations lâche.

    Derrière, j’entends la copine avec qui j’étais qui crie, qui leur dit de me lâcher. Je voudrais lui dire de laisser tomber. J’ai une boule au ventre : qu’est-ce que ces tarés lui feront s’ils l’interpellent ? Mais entre-temps, l’attroupement a probablement un peu grossi, et le groupe de policiers doit savoir qu’il ne peut pas faire durer indéfiniment la situation. Celui qui me torsade le bras droit me dit : « Il faut qu’on chope la meuf, on la charge pour appel à rébellion ».

    J’entends qu’ils discutent entre eux. Un des deux hommes me lâchent le bras et me dit : « Tu regardes le mur, si tu te retournes, si tu bouges, on t’ouvres le crâne ». Je ne bouge pas. « On va venir à la Sorbonne, on va vous exterminer toi et tes collègues, sale gauchiste ». Puis ils me retournent et je me retrouve devant les yeux exorbités du flic qui me tenait le bras gauche. « T’es contractuel sale bâtard ? On va te faire un rapport salé, ta titu tu peux te la mettre ». Je ne dis rien. Ils m’appuient sur la poitrine. « Maintenant tu déverrouilles ton téléphone et tu effaces la vidéo ». Je m’exécute, en me disant que c’est dans ma tête et pas sur ces images de l’attroupement statique que ce qui vient de se passer est gravé. Il m’arrache l’appareil, et ouvre le dossier photo, commence à tout regarder.

    Puis tout à coup, le reste de leur groupe charge les habitants qui s’étaient regroupés. C’est rapide et extrêmement violent. Je vois leur chien se jeter sur les gens, et eux avec les gazeuses et les tonfas. Tout le monde fuit, en panique, y compris les personnes âgées. Les deux policiers qui m’ont agressé me jettent mon portefeuille et son contenu à la figure et partent en courant. Je craint pour mon amie, je ne la vois pas. Mais je l’aperçois finalement qui revient, elle avait réussi à s’échapper. Rien à faire d’autre que rentrer chez nous, la rage au ventre, et tout le torse ankylosé et douloureux. Je me dis que cette police raciste serait allée encore plus loin si j’étais racisé. Un homme nous explique que c’est comme ça dans toute la ville depuis ce matin. « Vous voyez on ne fait rien, mais ils tabassent des gens au hasard pour susciter des troubles ». On se réconforte mutuellement, se souhaite bon courage. Il en faudra ; mais on n’en manque pas.

    #violence #police

    https://seenthis.net/messages/527187 via tbn


  • Pourquoi #WikiLeaks veut être le pire cauchemar d’Hillary Clinton
    http://www.telerama.fr/medias/pourquoi-wikileaks-veut-etre-le-pire-cauchemar-d-hillary-clinton,147739.php

    Outre un fact-checking point par point dans lequel le New York Times est accusé « d’échafauder une théorie du #complot », il conclut son argumentaire par une précision qui attire l’œil :

    « Le comité éditorial du New York Times soutient officiellement la candidature d’Hillary Clinton, même si cet article n’en fait pas mention. L’auteur principal, Jo Becker, a retweeté un gif animé d’Hillary Clinton le 3 mars. »

    #conspirationnisme

    https://seenthis.net/messages/527067 via tbn


  • Le revenu garanti et ses faux amis, par Mona Chollet @monachollet
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/07/CHOLLET/55965
    http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton55965.jpg

    Du Forum économique de Davos à la Silicon Valley en passant par les assemblées du mouvement Nuit debout en France, le revenu de base est sur toutes les lèvres depuis quelques mois. La Finlande affirme vouloir l’instaurer ; les Suisses ont voté sur le sujet en juin. Mais, entre l’utopie émancipatrice que portent certains et la réforme limitée que veulent les autres, il y a un monde…


  • #Modération : #YouTube encourage les internautes à lui prêter main forte
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/09/21/moderation-youtube-encourage-les-internautes-a-lui-preter-main-forte_5001463

    Parmi les actions valorisées par YouTube, on trouve par exemple la rédaction de sous-titres ou « le partage de connaissances », mais aussi et surtout, le signalement de contenus violant les règles de la plate-forme. Comme Facebook ou Twitter, YouTube modère les contenus après leur publication, qu’il s’agisse de vidéos ou de commentaires. A condition que ceux-ci soient signalés par des internautes. N’importe quel utilisateur peut le faire, mais cette action fera spécifiquement partie des missions des « héros », qui leur permettra de gagner des points. YouTube ne précise pas si les signalements de ses « héros » seront traités différemment des autres par ses équipes de modération.

    #CM #digital_labor #gamification

    https://seenthis.net/messages/526722 via tbn



  • #ICANN Gouvernance d’Internet : « On pourrait passer à côté d’une occasion historique »
    http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/gouvernance-d-internet-on-pourrait-passer-a-cote-d-une-occasion-historique

    Pourquoi les Etats-Unis accepteraient-ils de perdre une partie de leur influence sur Internet ?
    [Mathieu Weill, directeur de l’@afnic ] Tout simplement car ils n’ont plus vraiment le choix. De plus en plus de pays, de la Russie à la Chine en passant par la France, se disent qu’il n’y a aucune raison de confier aux Etats-Unis le contrôle unilatéral des noms de domaines sur Internet. Dans la nouvelle économie numérique, confier cette responsabilité à une organisation qui vit sous la tutelle des Etats-Unis pose un problème politique et moral.

    Il y a cinq ans, j’avais l’impression qu’on ne sortirait jamais de ce système, car le consensus aux Etats-Unis était de bloquer à tout prix et d’étouffer les velléités de changement. Puis, les Etats-Unis ont subi une série de petits revers diplomatiques sous la pression des pays, de plus en plus nombreux, qui réclamaient ce changement. En 2012, une conférence à Dubaï a été extrêmement tendue, car il y a eu la volonté de nombreux pays membres d’accorder un rôle plus important à l’Union internationale des télécoms (UIT) dans la gouvernance d’Internet. Evidemment, les Etats-Unis s’y sont opposés, mais ils ont dû faire face à une grosse résistance.

    L’élément déclencheur a incontestablement été l’affaire Snowden, en 2014, qui a révélé l’ampleur de la surveillance de masse pratiquée par la NSA via Internet. Ce scandale a fragilisé et a isolé le pays sur la scène diplomatique. Les Etats-Unis se sont rendu compte que leur position n’était plus tenable. Aujourd’hui, les Américains ne sont plus les seuls maîtres d’Internet. La Chine est devenue elle aussi une grande puissance numérique, avec des entreprises comme Alibaba, Tencent ou Baidu qui sont aussi fortes que les GAFA [Google, Apple, Facebook, Amazon, NDLR]. L’Europe commence à hausser le ton face à l’hégémonie américaine et des pays comme le Brésil sont aussi montés au créneau. Les Etats-Unis, sous la pression de leurs entreprises qui souhaitent se développer partout dans le monde et ne veulent pas soutenir un navire qui prend l’eau, ont donc décidé d’accompagner un changement perçu comme inévitable, tout en protégeant leurs intérêts au passage.

    https://seenthis.net/messages/526677 via Simplicissimus


  • Une première dans l’Histoire du journalisme : le Washington Post demande l’inculpation de sa propre source - après avoir accepté le prix Pulitzer

    (The Intercept) — Glenn Greenwald

    http://www.legrandsoir.info/une-premiere-dans-l-histoire-du-journalisme-le-washington-post-demande

    http://www.legrandsoir.info/IMG/arton30901.jpg

    Autre que cette révélation initiale de Snowden, suggère le Post, il n’y avait aucun intérêt public à révéler les autres programmes. En fait, affirment les éditorialistes, leur révélation a causé un véritable préjudice. Ceci inclut le programme PRISM, au sujet duquel le Post s’exprime ainsi :

    Ce qui complique les choses est que M. Snowden a fait plus que cela. Il a également volé, et fuité, des informations sur un programme distinct de la NSA de surveillance de l’internet à l’étranger, PRISM, qui était clairement légal et ne constituait aucune menace évidente contre la vie privée. (Il était également temporaire, car la loi l’autorisant expire l’année prochaine.)

    En faisant valoir qu’il n’y avait aucun intérêt public à révéler le programme PRISM, les éditorialistes du Post on oublié de mentionner un détail. Que le journal (en même temps que The Guardian) qui a choisi de révéler le programme PRISM en étalant ses détails opérationnels et le manuel top-secret en première page s’appelle... le Washington Post. Puis, après avoir choisi de le faire, ils ont explicitement vanté leur révélation du programme PRISM (ainsi que d’autres révélations) lorsqu’ils ont postulé pour le prix Pulitzer.

    Mais ce qui rend l’éditorial du Washington Post si extraordinaire, ce qui en fait un véritable tour de force, est que les éditorialistes réclament littéralement des poursuites pénales contre une des sources les plus importantes de l’histoire de leur propre journal. Ayant baigné dans la gloire des prix et des récompenses, et bénéficié de millions de clics incalculables, les éditorialistes du Post veulent maintenant voir le lanceur d’alerte qui a permis tout cela d’être enfermé dans une prison US et d’être qualifié de criminel. Il n’y a pas de mots pour décrire une telle perversité.

    Glenn Greenwald

    https://seenthis.net/messages/526441 via enuncombatdouteux



  • Data-driven journalism in the post-truth public sphere - Nicolas Kayser-Bril
    http://blog.nkb.fr/datajournalism-in-the-posth-truth-public-sphere

    To ensure that academics worked on topics that are of interest to the industry, governments stopped funding scientists unconditionnaly. Instead, starting in the late 1990’s, they set up tenders on specific topics, to which scientists must apply if they want to receive funding. All major funding systems in Europe work like this, from the Framework Programme of the European Union (FP7, Horizon 2020) to the French Agence Nationale de la Recherche or the German Deutsche Forschungsgemeinschaft. The logical outcome of such processes is that scientists have to follow the trends set by politicians.

    #vérité #datajournalisme #recherche #académie #contrôle

    https://seenthis.net/messages/526144 via Fil


  • Considérer l’élève au-delà de sa confession (Le Cercle des enseignant.e.s laïques, Libération)
    http://www.liberation.fr/debats/2016/09/19/considerer-l-eleve-au-dela-de-sa-confession_1502973

    Nous gardons la conviction que les projets contre le sexisme et l’homophobie, l’accompagnement des jeunes filles dans des projets d’orientation ambitieux et une éducation sexuelle de qualité seront toujours plus efficaces auprès des enfants et des adolescents que des éditoriaux hurlant au péril vert.

    Soyons vigilants, dans la période difficile que nous traversons, à ne pas réduire nos élèves à leur seule appartenance religieuse réelle ou supposée. Derrière le refus d’une jeune fille d’aller à la piscine, y a-t-il toujours la volonté de se conformer à un dogme ? Ou est-ce simplement le désir de se protéger des moqueries de certains camarades et de ses complexes, produits des pressions sociales sur le corps des femmes ? Pour le savoir et permettre à l’élève de suivre sa scolarité, le dialogue est bien plus efficace que l’invocation désincarnée des grands principes et l’application aveugle de sanctions.

    La laïcité doit rester le principe d’apaisement et de liberté pour tous et toutes qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être.

    #éducation #laïcité

    https://seenthis.net/messages/526010 via Heautontimoroumenos


  • Un chef d’entreprise sur cinq serait psychopathe.
    http://www.books.fr/psychopathe-cest-moi

    Un chef d’entreprise sur cinq serait psychopathe, selon une étude présentée la semaine dernière au Congrès annuel de la société australienne de psychologie. Soit la même proportion qu’au sein de la population carcérale. Les psychopathes présentent des troubles asociaux, sont égocentriques, dépourvus de morale et manipulateurs. Mais ils ne sont pas tous meurtriers. L’Américain James Fallon, neuroscientifique, entrepreneur et conseiller auprès du Département de la Défense, s’est ainsi autodiagnostiqué psychopathe, comme il le raconte dans The Psychopath Inside. C’est par hasard, en comparant des scanners de son cerveau (sans savoir qu’il s’agissait du sien) à ceux de psychopathes avérés, qu’il a découvert… les mêmes traits. La suite de ses recherches lui a appris qu’il possédait toutes les caractéristiques génétiques liées aux propensions à l’agressivité, à la violence et au manque d’empathie. Une enquête généalogique a également révélé l’existence de sept meurtriers parmi ses ancêtres.

    S’il a d’abord eu du mal à accepter le diagnostic, James Fallon s’est vite rendu à l’évidence : il se reconnaît assoiffé de pouvoir, manipulateur et imperméable aux sentiments de ses proches (y compris sa femme et ses enfants). Mais le chercheur a eu plus de mal à renoncer au déterminisme génétique dont il se réclamait : si les gènes sont tout puissants, il aurait dû faire une carrière de meurtrier. Il met cet échec à la biologie au crédit de sa mère, dont l’attention et l’amour auraient permis de domestiquer sa nature. Fallon appartient à la catégorie que lui et d’autres appellent les « psychopathes pro-sociaux », dont l’agressivité est sublimée, par exemple dans la compétition intellectuelle. Pour le reste, les psychopathes ont des raisons d’aimer leur condition, assure-t-il. « Ils peuvent travailler très vite et ont un QI apparent plus élevé qu’il ne l’est réellement, car ils ne sont pas inhibés par des questions morales », explique-t-il. Fallon essaie aujourd’hui de se montrer plus empathique envers les siens, pas par gentillesse, mais simplement par fierté et désir de prouver qu’il peut se rendre maître de lui-même.

    https://seenthis.net/messages/526027 via Blevaldu


  • Elle attaque ses parents en justice pour des photos d’elle sur Facebook
    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/elle-attaque-ses-parents-en-justice-pour-des-photos-d-elle-sur-facebook_183

    Une jeune Autrichienne a attendu d’avoir 18 ans pour pouvoir faire un procès à ses parents. Ils ont publié plus de 500 photos de leur fille sur le réseau social. Des photos d’elle bébé, en train de se faire changer sa couche, sur le pot, puis enfant... Pendant des années, des parents autrichiens ont partagé des photos de leur fille à leurs 700 amis Facebook. Dès qu’elle a eu 18 ans, la jeune femme a décidé de les attaquer pour violation de la vie privée. Le procès se tiendra en (...)

    #Facebook #enfants #procès

    https://seenthis.net/messages/525238 via etraces


  • Nearly 47 per cent of global population now online - et autres stats sur la #connectivité mondiale dans le dernier rapport de l’#ITU
    http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsId=54931

    Even though China and India are now the largest Internet markets on the planet, they are also among the six countries that together account for 55 per cent of the global ‘offline’ population, according to a new report of a United Nations commission.

    Furthermore, 20 countries including United States, China and India make up almost three-fourths of the world population not using the Internet.

    “These findings suggest that targeted efforts in just a few key markets could help enormously in redressing the gaping ‘digital divide’ between those who are online and those still offline,” said the International Telecommunication Union (ITU), a specialized UN agency, in a news release today.

    Released just ahead of the 14th meeting of the UN Broadband Commission for Sustainable Development, to be held on 18 September, in New York, the report The State of Broadband 2016 also highlighted the potential of mobile broadband, with 165 countries now having deployed the 4th generation or ‘4G’ high-speed mobile networks.
    http://www.broadbandcommission.org/Documents/reports/bb-annualreport2016.pdf (PDF)

    “As smartphone penetration reaches near-saturation in the US, Europe and mature markets in Asia like Japan and [Democratic Republic of] Korea, India and Indonesia in particular are expected to drive future growth,” ITU added.

    Findings from the report also revealed that that India, which overtook the US to become the world’s second largest Internet market (333 million users), also overtook that country to become the world’s second-largest smartphone market, with an estimated 260 million mobile broadband subscriptions.

    via @opironet

    https://seenthis.net/messages/525920 via tbn




  • Nouvelles règles de dialogue entre fédérations sportives et associations de #supporters - Maire-info / 13 juillet 2016
    http://www.maire-info.com/culture-sports-et-loisirs/sports/nouvelles-rgles-de-dialogue-entre-federations-sportives-et-associations-

    Voici, pour une fois, un décret d’application qui n’a pas traîné : deux mois tout juste après la promulgation de la loi du 10 mai 2016 renforçant le dialogue avec les supporters et la lutte contre le hooliganisme, le décret prévu dans ce texte sur les associations de supporters et « l’instance nationale du supportérisme » est paru au JO de ce matin.

    Cette loi a pour objectif d’améliorer la sécurité des manifestations sportives notamment en mettant l’accent sur le dialogue et la concertation avec les supporters, lesquels, « par leur comportement et leur activité, participent au bon déroulement des manifestations et compétitions sportives et concourent à la promotion des valeurs du sport » – ou pas. La loi instaure une « instance nationale du supportérisme », ayant pour mission de « contribuer au dialogue entre les supporters et les autres acteurs du sport », et impose aux associations sportives de désigner des « personnes référentes » chargées des relations avec les associations de supporters. Ce sont ces deux points particuliers qui font l’objet du décret paru ce matin.

    L’instance nationale du supportérisme (INS) sera placée sous la tutelle du ministre chargé des Sports, et devra être consultée « sur tout projet de loi ou texte réglementaire relatif aux supporters ou à leurs associations ». Elle devra proposer « des recommandations » et veiller à « favoriser les échanges et le partage d’information entre les acteurs ».

    L’INS sera composée d’un président et de 27 membres, représentant les associations de supporters, les associations sportives, le Comité national olympique et paralympique, l’État (ministères des Sports, de l’Intérieur, de la Justice et des Transports), et enfin trois élus – un député, un sénateur et un maire désigné par l’AMF. On est en droit de se demander, à ce sujet, quel sera le poids de ces trois élus face à « dix représentants des associations de supporters et cinq représentants d’associations sportives »…

    La deuxième section du décret impose « aux associations ou sociétés sportives », dès lors qu’elles « participent aux compétitions organisées par une ligue professionnelle », à désigner une ou plusieurs personnes référentes, bénévoles ou salariées, « chargées des relations avec les supporters ». Ces personnes référentes ne peuvent être elles-mêmes membres d’une association de supporters. La liste de tous les référents doit être transmise à l’INS.

    Le choix des référents est soumis à l’avis de l’association de supporters concernée, qui a 15 jours pour se prononcer (avec la règle du silence vaut accord). Le rôle de ces référents sera d’assurer le dialogue et la médiation entre associations sportives et associations de supporters, ainsi que le dialogue avec les préfets « dans le cadre de l’organisation de manifestations et compétitions ». Étrangement, le décret ne mentionne pas le fait que ces référents soient également chargés d’un éventuel dialogue avec les maires lors de l’organisation des compétitions.

    Enfin, la troisième section du décret fixe les règles en termes d’agrément des associations de supporters. Cet agrément (de cinq ans) sera délivré par le ministère chargé des Sports et ne pourra l’être que si les associations ont adopté des statuts garantissant en leur sein « un fonctionnement démocratique », « l’égal accès des femmes et des hommes à leurs instances dirigeantes », « la liberté d’opinion et l’interdiction de toute discrimination de quelque nature que ce soit ». Ceci dit, le décret ne mentionne aucune possibilité pour l’État de contrôler que ces statuts ne sont pas simplement adoptés pour la forme. Or, certains clubs de supporters, notamment en football, connus pour leurs opinions extrémistes, auront certainement un peu de peine à appliquer des principes de refus « des discriminations de quelque nature que ce soit »…

    Le décret précise cependant que l’agrément peut être retiré à tout moment par le ministère, « lorsque l’association cesse de satisfaire aux conditions requises » ou « pour tout motif grave, notamment pour tout fait contraire à l’ordre public ».

    Concernant les délais enfin : le décret entrera en vigueur demain pour ce qui concerne l’INS, qui devrait donc être créée très rapidement. Concernant la nomination des référents supporters au sein des associations sportives, elle doit intervenir « trois mois après la promulgation de la loi », soit à partir du 10 août.

    #ultras

    https://seenthis.net/messages/523957 via tbn


  • L’Inde a vécu la plus grande grève de l’histoire humaine
    http://www.directmatin.fr/monde/2016-09-03/linde-vecu-la-plus-grande-greve-de-lhistoire-humaine-737701

    Selon les syndicats, ce seraient ainsi près de 180 millions de travailleurs, hommes et femmes, qui ont manifesté pour s’opposer à la politique économique du gouvernement. L’Inde comptant environ 1,250 milliards d’individus, ce serait donc un septième de la population qui a arrêté le travail pour une journée. Mais ces chiffres n’ont toutefois pas pu être vérifiés de façon indépendante.

    The Biggest Strike in World History ? No Thanks, We’re Focusing on the New iPhone
    http://fair.org/home/the-biggest-strike-in-world-history-no-thanks-were-focusing-on-the-new-iphone

    And yet there was virtually no coverage of the strike in commercial US media, according to searches of the Nexis news database. Not a word on ABC, CBS or NBC. No mention on the main cable news networks—CNN, Fox and MSNBC—either. (The Intercept‘s Zaid Jilani—9/6/16—noted that there was one mention on CNN International, when “the CEO of the human resources consulting firm ManpowerGroup cited the Indian strike as part of global concerns about technology suppressing wages.”) Neither the PBS NewsHour nor NPR touched the story.

    Not a single US newspaper found in the Nexis database—which includes most of the major papers, like the New York Times, Washington Post and USA Today—reported an original story on the strike. (Associated Press had a brief, 289-word report, which ran on the New York Times‘ website and was doubtless picked up by other papers.) The Wall Street Journal, whose full text isn’t on Nexis, also skipped the Indian strike story.

    That’s an example of the kind of story US corporate media don’t care about. What do they care about? Well, Apple is planning to release a new version of the iPhone next week. That’s already making news: CBS did a segment on its Money Watch program (9/7/16) previewing the phone, as did NPR‘s Morning Edition and All Things Considered (9/7/16); the product was front-page news in USA Today (9/8/16) and the Wall Street Journal (9/8/16), while you had to turn to page A12 in the Washington Post (9/7/16) or the first page of the business section in the New York Times (9/8/16) to get your future cellphone news.

    A hundred million or more workers striking for their rights hold no interest for the news managers in US corporate media. But a new gadget from a prominent advertiser? Now, that’s the news that’s fit to print.

    La « #réalité » telle que façonnée par les #MSM

    https://seenthis.net/messages/523230 via Kassem


  • Dire la violence extrême au Mexique, par Sergio González Rodríguez (Le Monde diplomatique, août 2015)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2015/08/GONZALEZ_RODRIGUEZ/53512
    https://www.monde-diplomatique.fr/IMG/arton53512.jpg

    La guerre contre le trafic de drogue au Mexique a fait entre soixante-dix mille et cent vingt mille #morts et disparus (l’incertitude sur le chiffre fait partie intégrante du problème). Chacune de ces victimes donne à la notion d’anamorphose sa signification particulière.

    (…)

    La violence extrême des règlements de comptes entre criminels et trafiquants de #drogue est fortement liée à la sous-culture de la #violence de l’Etat lui-même, qui suppose #corruption, inefficacité, ineptie et irresponsabilité.

    https://seenthis.net/messages/523739 via Agnès Maillard


  • Georg Lukács, La littérature prolétarienne : Tendenz ou prise de parti ? – @periode
    http://revueperiode.net/georg-lukacs-la-litterature-proletarienne-tendenz-ou-prise-de-parti

    Littérature partisane ou littérature engagée ? Pour Georg Lukács, l’ébullition littéraire qui a succédé à la révolution bolchévique est restée prisonnière de l’impasse bourgeoise de la Tendenzliteratur, l’idée que l’auteur doit prendre parti contre l’état de choses existant. Polémiquant avec le courant de la littérature prolétarienne, Lukács expose dans ce texte, paru en 1932 et inédit en français, les difficultés d’un art partisan : refuser de séparer le réel et le souhait, ce qui « est » et ce qui devrait être. À ce titre, ses cibles sont aussi variées que les marxistes Franz Mehring et Léon Trotsky, ou encore Kant et Schiller. Pour Lukács, tout réalisme émancipateur doit montrer la réalité telle qu’elle est, une totalité rongée par d’insolubles contradictions. Cette critique corrosive de l’art engagé comme de l’art pour l’art, quelles que soient ses limites, apporte un correctif salutaire à la tentation encore vive d’écrire des « fictions de gauche ».

    https://seenthis.net/messages/523873 via tbn


  • La sœur d’Adama Traoré, le jeune homme décédé cet été lors d’une intervention policière aux circonstances troubles, se bat pour la vérité http://www.liberation.fr/france/2016/09/06/assa-traore-le-droit-de-savoir_1486795
    http://md1.libe.com/photo/917537-prodlibe.jpg

    Organiser des marches - dont une fut bloquée par les CRS - créer, bientôt, une association en son honneur, mais aussi parler aux médias. Parfois à regret : « Certains sont rentrés, eux aussi, dans la conspiration, en reprenant les propos du procureur sans vérifier la source. » Depuis, elle « écoute avec la plus grande attention chaque mot prononcé sur l’affaire ». Elle a vu Rama Yade intervenir à la télé pour dénoncer le décès de son frère, ou encore le tweet hommage de Jean-Luc Mélenchon. Mais elle est amère du non-soutien des autres politiques français. « D’habitude, après un drame, les politiciens se déplacent. Pas pour la mort d’un Traoré. »

    Elle a voté Hollande en 2012, en a « honte » à présent, ne réitérera pas l’expérience. Lui reste la foi en Allah, « encore plus forte depuis ce qui s’est passé », qui leur permet, à elle et sa famille, « de tenir ». Elle a trouvé l’affaire du burkini « ridicule », estimant la position de la France par rapport aux musulmans « caricaturale et stigmatisante ». Sinon, Assa Traoré aime les romans d’amour, voyager, et les bananes plantain. Elle souhaiterait aussi avoir un quatrième enfant. Que ce soit une fille ou un garçon, elle l’appellera sans doute Adama.

    via @chirine

    https://seenthis.net/messages/523165 via tbn




  • This Oil Fire in Iraq Has Been Burning for 3 Months
    http://time.com/4477599/iraq-oil-fire-burning

    https://timedotcom.files.wordpress.com/2016/09/oil-fire-iraq.gif

    The fire appears to have multiple sources, most likely oil wells from the Qayyarah oil field, NASA reports. ISIS militants set fire to the wells before abandoning the town to be recaptured by the Iraqi military, Reuters reported on August 30th.

    A resident, Abdel Aziz Saleh, told Reuters he wants Baghdad to put out the fires as soon as possible. “They are suffocating us,” he said. “The birds, the animals are black, the people are black. Gas rains down on us at night. Now the gas has reached the residential areas.”

    https://seenthis.net/messages/521719 via Kassem