• Caravane solidaire
    http://www.greekcrisis.fr/2016/10/Fr0538.html

    Attentes et appréhensions. Sur les montagnes grecques la première neige est attendue pour la fin de la semaine d’après la météorologie, et alors à travers le pays, on ramasse, on achète et on stocke le bois comme chaque année depuis la dite “crise”. À Athènes, devant les kiosques, les Grecs scrutent, ou plutôt commentent ainsi très aigrement ce que la presse croit vouloir rapporter. “Tous menteurs”, bonne blague ! Source : greek crisis

    https://seenthis.net/messages/536279 via Rezo


  • Crise, beauté, sérénité !
    http://www.greekcrisis.fr/2016/10/Fr0535.html

    Automne galopant. À travers les montagnes du Nord du pays, dans les régions de la Macédoine et de l’Épire plus précisément, il est encore question d’une certaine “Greek Adventure”. Seulement, les visiteurs se font rares. Athènes se situe finalement bien loin, les premières neiges ne sont pas encore tombées, et par cet intervalle de calme, les habitants... préparent leurs stocks de bois de chauffage ; d’ailleurs, certaines cheminées fument déjà. Source : greek crisis

    https://seenthis.net/messages/534540 via Rezo


  • Beauté et lumière
    http://www.greekcrisis.fr/2016/10/Fr0533.html

    Sous l’Acropole... la vie se présente parfois comme dans un ailleurs éloigné. Certitudes et incertitudes cheminant et... se télescopant alors main dans la main. Mes amis, tous touchés par la dite “crise”, laissent plus que leurs plumes sur ce chemin étroit... disons à sens unique. Notre Panagiótis P. a tiré toute sa révérence en mai dernier et voilà que Stávros, se plaint d’être trop souvent paralysé “par de la migraine et des autres céphalées... vertiges ainsi inexpliqués. La Grèce... ce ciel bas et lourd qui pèse sur moi comme un couvercle. Cela dure près de sept ans”, me dit-il. Source : greek crisis

    https://seenthis.net/messages/531963 via Rezo


  • greek crisis : De la #guerre
    http://www.greekcrisis.fr/2016/10/Fr0531.html

    Les chiffres tombent, c’est-à-dire les habitants de ce beau pays. On apprend ainsi que 35,7% de la population est en danger de pauvreté, 21,4% de cette même population vit déjà sous le seuil de pauvreté (9.475€/an pour une famille de deux adultes et de leurs deux enfants) et 44% des retraités survivent sous le seuil de pauvreté (665€) suite aux 13 diminutions successives de leurs pensions depuis 2010 (dont la plus récente date du 1er octobre 2016), perte allant de 20 à 50%, tandis que 52% des foyers modestes n’ont en réalité comme revenu pour s’y accrocher... que celui des parents (et des grands-parents) retraités, (Statistiques de Grèce-ELSTAT, quotidiens “Kathimeriní”, 23/06/2016 et “Imerisía” du 28/09/2016).

    Et pour ce qui est de la dette envers l’État et envers son fisc dirigé directement par les “techniciens” de la Troïka élargie, alors plus de 50% des Grecs (4 millions de personnes), s’agissant de ceux qui ont l’obligation de déposer leur déclaration des revenus, lui sont ainsi redevables (retards - impayés) pour un montant global atteignant les 100 milliards d’euros d’ici la fin de l’année 2016, (1,3 milliards d’euros d’impôts et taxes non versés en Août 2016, près de 9 milliards depuis le début de 2016 - presse économique “Imerisía” du 27/09/2016). L’effondrement à prévoir ?

    https://seenthis.net/messages/530124 via Agnès Maillard