L’incroyable histoire du mensonge qui a permis la guerre en Irak - 10 mars 2013

/l-incroyable-histoire-du-mensonge-qui-a

  • A propos de la Syrie,
    L’ONU, ce "machin" selon De Gaulle et il a bien raison, joue encore aux bébés éprouvettes de Sadam Hussein
    http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20130308.OBS1260/l-incroyable-histoire-du-mensonge-qui-a-permis-la-guerre-en-ira

    La guerre en Syrie, selon Caroline Galactéros, un point de vue très intéressant.

    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/10/11/31002-20161011ARTFIG00146-caroline-galacteros-la-decision-de-vladimir-pouti

    Caroline Galactéros : « La décision de Vladimir Poutine humilie la diplomatie française »

    Par
    Mis à jour le 11/10/2016 à 17:26
    Publié le 11/10/2016 à 13:09

    FIGAROVOX/TRIBUNE - Vladimir Poutine a annoncé qu’il reportait sa visite à Paris où il devait rencontrer François Hollande. Pour Caroline Galactéros, cette décision n’est que la suite logique d’un amateurisme complet de la France en Syrie et ailleurs dans le monde.

    Docteur en Science politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées, Caroline Galactéros dirige le cabinet d’intelligence stratégique « Planeting ». Auteur du blog Bouger Les Lignes, elle a publié Manières du monde. Manières de guerre (Nuvis, 2013) et Guerre, Technologie et société (Nuvis, 2014).

    Découvrant, mais un peu tard, que la guerre tue, qu’elle est laide, injuste et sans pitié, et surtout que l’on pourrait un jour peut-être, au tribunal de l’Histoire, venir demander à Paris des comptes sur son inaction face au drame - à moins que ce ne soit sur ses actions et ses options politiques-, la France a pris les devants. Accusant avec l’ONU le régime syrien et la Russie de crimes de guerre à Alep, elle a déposé en hâte un projet de résolution au Conseil de Sécurité des Nations Unies demandant l’arrêt des combats et des bombardements sur l’est de la ville (dont elle feint de croire qu’il n’est peuplé que de civils innocents qui resteraient là de leur propre gré et que la Russie et le régime pilonneraient par pure cruauté), l’acheminement de l’aide humanitaire et la reprise du processus de négociation.

    Que dire de cette initiative, apparemment inspirée par une indignation vertueuse face au drame bien réel vécu par la population d’Alep-Est ?

    Que dire de cette initiative, apparemment inspirée par une indignation vertueuse face au drame bien réel vécu par la population d’Alep-Est, à un moment où la tension russo-américaine monte dangereusement et peut faire craindre un dérapage militaire sur le terrain que certains, à Washington et à l’OTAN, appellent ouvertement de leurs vœux ? S’agit-il d’une nouvelle salve d’irénisme aveugle et de « pensée magique », funeste version 2016 de « Boucle d’or au Pays des trois ours » découvrant une intrusion dans sa maisonnette idyllique ? Ou d’une gesticulation habile mais dangereuse qui n’a pour but, en prétendant débloquer la situation, que de jouer les utilités au profit de Washington en fossilisant un peu plus les positions des deux camps qui s’affrontent désormais ouvertement sur le corps exsangue de la nation syrienne ? Difficile de démêler la part de négation du réel de celle de l’alignement sur ce que l’on présente comme « le camp du Bien » …et de nos intérêts nationaux, si mal évalués pourtant.

    Ce cinéma diplomatique vient évidemment de se solder par un véto russe, attendu par Paris, Londres et Washington qui veulent faire basculer l’indignation internationale contre Moscou.

    Ce cinéma diplomatique vient évidemment de se solder par un véto russe, attendu par Paris, Londres et Washington qui veulent faire basculer l’indignation internationale contre Moscou à défaut de mettre en cohérence leurs objectifs politiques et militaires avec leur prétendue volonté de paix. Mais prendre la tête du chœur des vierges ne suffit pas et ne trompe plus personne. L’évidence crève l’écran. « L’Occident » ne mène pas la guerre contre l’islamisme sunnite ou alors de façon très résiduelle : il le nourrit, le conseille, l’entraine. DAECH, dont la barbarie spectaculaire des modes d’action sert d’épouvantail opportun et de catalyseur de la vindicte occidentale, permet de juger par contraste « respectable » l’avalanche de djihadistes sunnites d’obédience wahhabite ou Frères musulmans qui ne combattent d’ailleurs pas plus que nous l’Etat islamique mais s’acharnent sur le régime syrien. Et l’Amérique comme la France cherchent avec une folle complaisance, dans ce magma ultraviolent, des interlocuteurs susceptibles d’être intronisés comme « légitimes » et capables de remplacer un autocrate indocile qui a le mauvais goût de résister à la marche de l’Histoire version occidentale et à la vague démocratique censée inonder de ses bienfaits un Moyen-Orient politiquement arriéré.

    Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi, cruels tyrans sans doute, n’ont pu y résister et croyaient encore pouvoir argumenter avec leurs adversaires occidentaux (longtemps leurs alliés) quand leur sort était en fait scellé depuis longtemps. Bachar el Assad a bien failli y passer lui aussi. Mais à notre grand dam, Moscou a vu dans cette nouvelle guerre occidentale de déstabilisation par procuration, une occasion inespérée de sécuriser ses bases militaires, de défier l’Amérique qui la méprisait trop ouvertement, de regagner une influence centrale dans la région et de traiter « à la source » le terrorisme qui menace son territoire et ses marges d’Asie centrale et du Caucase. Et l’a saisie.

    La France s’est trompée du tout au tout et démontre qu’elle pratique admirablement le grand écart stratégique... aux dépens toutefois, de nos concitoyens.

    Dans ce Grand jeu explosif de reconfiguration de l’équilibre du monde et notamment du nouveau duel cardinal, celui de Washington avec Pékin, la France, je le crains, s’est trompée du tout au tout et démontre à la face du monde mais surtout à l’ennemi - qui observe notre incohérence diplomatique et politique-, qu’elle pratique admirablement le grand écart stratégique... aux dépens toutefois, de nos concitoyens. Comment justifier en effet notre combat au Mali contre les djihadistes sunnites, notre soutien en Irak aux chiites contre les sunnites, et en Syrie notre appui aux groupuscules sunnites les plus extrémistes contre Bachar el Assad...tout en prétendant profiter du marché iranien entre ouvert ….et vendre des armes aux Saoudiens et Qataris sunnites qui sont by the way les financiers du djihadisme mondial dont nous subissons la haine et la violence terroriste sur notre sol désormais à un rythme soutenu ? C’est de l’opportunisme à très courte vue, mais plus encore un hiatus stratégique béant et la manifestation d’une totale incompréhension du réel.

    De telles contradictions ne peuvent s’expliquer que par notre entêtement à vouloir en finir avec le régime syrien dont nul n’imaginait qu’il résisterait si longtemps.

    De telles contradictions ne peuvent s’expliquer que par notre entêtement à vouloir en finir avec le régime syrien actuel dont nul n’imaginait qu’il résisterait si longtemps aux feux croisés de l’Amérique et de ses alliés sunnites. L’exigence américaine - reprise à son compte par Paris - d’une cessation des bombardements aériens sur Alep-Est « pour raisons humanitaires » aurait permis en fait de laisser les islamistes de la ville (soit rien moins qu’Al Nosra et consorts) se refaire une santé militaire en se servant des civils comme de boucliers humains, de poursuivre leurs tirs d’obus sur la partie ouest de la ville et d’empêcher Damas et Moscou de faire basculer décisivement le rapport de force militaire en faveur de l’Etat syrien dans le cadre d’une négociation ultime. Qui a d’ailleurs fait échouer le cessez le feu signé le 9 septembre dernier à Genève ? Les groupes terroristes qui n’en voulaient pas et les Etats-Unis qui ont bombardé les forces syriennes à Deir el Zor et ouvert la voie aux forces de l’Etat Islamique. Encore un accord de dupes.

    L‘action stratégique ne peut prendre en compte que des mouvements et des processus, quand toute l’attention médiatique et politicienne se concentre sur la souffrance et le sort des personnes.

    Temps court versus temps long, individu versus groupe, froideur politique versus empathie médiatique (sélective) : on se refuse à voir, dans nos démocraties molles, que la véritable action stratégique, pour être efficace, ne peut prendre en compte que des nombres, des masses, des ensembles, des mouvements, des processus, quand toute l’attention médiatique et la gestion politicienne des crises, elles, veulent faire croire que l’individu est central et se concentrent sur la souffrance et le sort des personnes, alors que celles-ci sont depuis toujours et sans doute pour encore longtemps sacrifiées à la confrontation globale et brutale entre Etats. Les images terrifiantes de la guerre au quotidien masquent la réalité d’un affrontement sans scrupules de part et d’autre, dont en l’espèce les malheureux Syriens ne sont même plus les enjeux mais de simples otages.

    Si Assad, « bourreau de son propre peuple » selon l’expression consacrée, était finalement militairement et politiquement mis hors-jeu, par qui compte-on le remplacer ?

    L’impensé du discours français n’en reste pas moins le suivant : si Assad, « bourreau de son propre peuple » selon l’expression consacrée, était finalement militairement et politiquement mis hors-jeu, par qui compte -on le remplacer ? A qui sera livrée la Syrie, « utile » ou pas, une fois que DAECH en aura été progressivement « exfiltré » vers d’autres macabres « territoires de jeu », en Libye par exemple ? Quelle alternative pour la survie des communautés, notamment chrétiennes, encore présentes dans le pays qui passe par la survie des structures laïques d’Etat ? Quels individus veut-on mettre au pouvoir ? Les pseudo « modérés » qui encombrent les couloirs des négociations en trompe l’œil de Genève ? Le Front al Nosra, sous son nouveau petit nom - Fateh al Sham -, que les Américains persistent à soutenir en dépit des objurgations russes et qui a fait exploser le cessez-le feu ? Ou peut-être certains groupuscules désormais armés de missiles américains TOW qui n’attendent qu’un « go » pour tenter de dézinguer un avion ou un hélico russe, « par erreur » naturellement ? Ou encore les représentants des Forces démocratiques syriennes, ou ceux de « l’Armée de la Conquête » qui renait opportunément de ses cendres… Ou un mixte de tous ces rebelles - apprentis démocrates férus de liberté et qui libèreront enfin le peuple syrien du sanglant dictateur qui le broyait sous sa férule depuis trop longtemps ?

    « Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ? je ne vois que l’herbe qui verdoie et la terre qui poudroie »

    Croit-on sérieusement que l’on pourra contrôler une seule minute ces nouveaux « patrons » du pays qui se financent dans le Golfe -dont nous sommes devenus les obligés silencieux-, et dont l’agenda politique et religieux est aux antipodes de la plus petite de nos exigences « démocratiques » ? Ne comprend-on pas qu’ils vont mettre le pays en coupe réglée, en finiront dans le sang avec toutes les minorités, placeront les populations sunnites sous leur contrôle terrifiant, et que tout processus électoral sera une mascarade et ne fera qu’entériner une domination communautaire et confessionnelle sans appel ? … « Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ? je ne vois que l’herbe qui verdoie et la terre qui poudroie » … Quelle naïveté, quelle ignorance, quelle indifférence en fait !

    L’interview accordée le 5 octobre dernier par notre ministre des Affaires étrangères à la veille de son départ pour Moscou à Yves Calvi sur LCI est à cet égard, un morceau de bravoure édifiant, qui escamote la réalité et brosse un paysage surréaliste du conflit et de ce qu’il faudrait y comprendre et en attendre.

    Florilège et exégèse….

    « La guerre ne sert à rien. Elle ne fait que renforcer les djihadistes »
    Jean-Marc Ayrault

    « La guerre ne sert à rien. Elle ne fait que renforcer les djihadistes »

    Est-ce à dire qu’il faut les laisser faire, leur donner les clefs du pays et prier peut-être, pour qu’ils ne massacrent pas les minorités qui y demeurent encore et instaurent la démocratie ? Faut-il ne plus agir en espérant qu’ils vont s’arrêter ? De qui se moque-t-on ? Adieu Boucle d’Or. Nous sommes au Pays des rêves bleus de Oui-Oui…

    Les Russes, qui se disent satisfaits de l’efficacité de leurs frappes contre les terroristes d’Alep-Est « sont cyniques » … Qui est cynique ici ? Celui qui déforme la réalité d’un affrontement pour ne pas avouer qu’il est (avec d’autres) à la manœuvre d’une déstabilisation d’Etat par des groupuscules terroristes liés à Al-Qaïda (matrice de Daech) sous couvert d’aspiration à la démocratie ? Ou ceux qui cherchent à réduire l’emprise djihadiste et à renforcer des structures d’Etat laïques avec ou sans Bachar ?

    « La politique de la France est claire… Nous avons une stratégie, une vision. »
    Jean-Marc Ayrault

    « La politique de la France est claire… Nous avons une stratégie, une vision. »

    Ah ?! Laquelle ? Nous avons depuis 5 ans une politique étrangère à contre-emploi et à contre temps, réduite à deux volets : action humanitaire et diplomatie économique. En gros vendre des armes à tout prix aux pays sunnites, les aider à faire la guerre et à s’emparer du pouvoir à Damas… et porter des couvertures aux victimes de cet activisme économico-militaire : les Syriens.

    En dépit de l’excellence de nos forces armées, de la présence du Charles de Gaulle sur zone et de nos missions aériennes soutenues, Paris n’est diplomatiquement et stratégiquement plus nulle part en Syrie, et depuis longtemps. Par dogmatisme, par moralisme, par notre parti pris immodéré pour les puissances sunnites de la région, nous nous sommes engouffrés dans un alignement crédule sur la politique américaine qui s’est en plus retourné contre nous dès l’été 2013, lorsque Barack Obama a dû renoncer à frapper directement Damas au prétexte d’un usage d’armes chimiques qui n’a d’ailleurs jamais été confirmé. Un camouflet d’autant plus lourd à porter que notre ancien ministre des affaires étrangères avait jugé bon, dès août 2012, de dire que « Bachar el Assad ne méritait pas d’être sur terre » et, en décembre 2012, « qu’Al Nosra faisait du bon boulot ». L’Etat Français a d’ailleurs été poursuivi - en vain à ce jour -pour ces déclarations ministérielles qui ont de facto encouragé le prosélytisme islamiste et le terrorisme en présentant le départ pour la Syrie à des apprentis djihadistes français comme une œuvre politique salutaire, avec les résultats que l’on connait sur le territoire national. N’en déplaise à Monsieur Ayrault, la France n’est ni écoutée, ni considérée, ni attendue sur le dossier syrien. Elle en est réduite à servir de go between entre Washington et Moscou lorsque ceux-ci ne peuvent plus se parler et qu’il faut faire semblant, une fois encore, de rechercher un compromis et d’amener Moscou à lever le pied d’une implication trop efficace à notre goût.

    « Si le choix est entre Bachar et DAECH, il n’y a pas de choix. »
    Jean-Marc Ayrault

    « Si le choix est entre Bachar et Daech, il n’y a pas de choix. »

    Mais c’est pourtant le cas, ne nous en déplaise. Nous combattons l’Etat islamique pour la galerie, sans grande conviction ni détermination politique, de très haut, par des frappes qui sans présence terrestre demeurent symboliques. Pour Moscou, au contraire, il n’existe pas « d’islamistes modérés » ; combattre le terrorisme revient à combattre l’EI mais aussi ses avatars locaux innombrables à tout prix, y compris au prix de pertes civiles importantes. Et c’est aujourd’hui la Russie qui, dans les airs mais aussi au sol, avec l’Iran et le régime syrien, « fait la guerre », se bat contre le terrorisme islamiste qui menace tout l’Occident, gangrène nos vieilles sociétés repues et pacifiques et nous prend pour cible. Ils « font le job ». Un horrible job. Dans l’immédiat, il faut choisir entre le soutien à l’Etat syrien - que le régime d’Assad incarne-, et DAECH et Cie.

    Voici décrite…la Syrie d’avant la guerre ! Ce terrifiant carnage n’aurait-il donc été qu’un coup d’épée dans l’eau ?

    Le sommet est atteint à la fin de l’intervention ministérielle, lorsque l’on apprend que « la Syrie future devra être unitaire, avoir des structures étatiques stables, être protectrice de toutes ses minorités, mettre en place des institutions solides, contrôler son armée et ses Services… » (sic) ! Les bras nous en tombent. Voici décrite…la Syrie d’avant la guerre ! Ce terrifiant carnage n’aurait-il donc été qu’un coup d’épée dans l’eau ?

    François Hollandes’interroge publiquement dans une émission de divertissement, devant l’animateur Yann Barthes sur TMC, de l’opportunité de recevoir Vladimir Poutine à Paris.

    Mais le pire était à venir. Ce matin, nous avons franchi un nouveau seuil dans le ridicule et le suicide politique. Au moment où il est d’une extrême urgence de se parler enfin à cœur ouvert, de dire la vérité, d’abandonner les poses et les anathèmes, de ne plus se tromper d’ennemi, de faire front commun - comme l’ont proposé les Russes depuis des lustres -, contre l’islamisme qui a décidé notre perte et s’esclaffe de notre ahurissante naïveté et de notre faiblesse, le président de la République française s’interroge publiquement, de bon matin, dans une émission de divertissement, devant l’animateur Yann Barthes sur TMC, sur l’opportunité de recevoir Vladimir Poutine à Paris le 19 octobre prochain ! « P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non … » La réponse de Moscou à cette insulte ne s’est pas fait attendre : le Président russe ne viendra pas. Nous sommes au fond du fond du fond de l’impuissance politique et l’on se laisse couler, saisis par l’ivresse des profondeurs en croyant surnager.

    Hauteur de vue et profondeur de champ, véritable souci pour la souffrance humaine : la realpolitik est la solution, pas le mal. La confusion permanente entre l’Etat syrien et le régime syrien nourrit la guerre. C’est l’Etat qu’il faut aider à survivre à l’offensive islamiste au lieu d’encourager les mouvements terroristes à le déstructurer. Le sort de Bachar el Assad est à la fois central et accessoire. Si l’Etat syrien devait tomber sous la coupe de DAECH ou sous celle d’Al Nosra et de ses avatars, alors ce seront les massacres communautaires et le chaos. Qui aura alors des comptes à rendre pour les avoir laissé advenir ?

    La rédaction vous conseille

    Les Kurdes acceptent de payer le prix du sang pour triompher de l’islamisme en Syrie
    Renaud Girard : « Erdogan est une menace spécifique pour l’Europe »
    Libye, Syrie, Ukraine : le Waterloo de la diplomatie française

    Caroline Galactéros

    • Cela n’excuse en rien les massacres en Syrie. Une diplomatie internationale honnête et sans connivence n’aurait pas permis de telles hécatombes dans le monde arabo-musulman.
      Un devoir de mémoire s’impose.
      L’incroyable histoire du mensonge qui a permis la guerre en Irak
      http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20130308.OBS1260/l-incroyable-histoire-du-mensonge-qui-a-permis-la-guerre-en-ira

      Rafid al-Janani
      ENQUÊTE. Les informations qui ont servi, il y a dix ans, de prétexte à l’invasion de l’Irak, sortaient de l’imagination d’un affabulateur.
      Vincent Jauvert Publié le 10 mars 2013 à 18h06

      C’est le plus grand mensonge de l’histoire de l’espionnage - le plus meurtrier aussi. Une mystification imaginée par un quidam qui a servi de prétexte principal à l’invasion de l’Irak, il y a dix ans. Cette extraordinaire affaire est apparue au grand jour le 5 février 2003, à l’ONU.

      Ce soir-là, dans un discours resté célèbre, le secrétaire d’Etat américain, Colin Powell, lançait au monde : « Il ne peut faire aucun doute que Saddam Hussein a des armes biologiques » et « qu’il a la capacité d’en produire rapidement d’autres » en nombre suffisant pour « tuer des centaines de milliers de personnes ». Comment ? Grâce à des « laboratoires mobiles » clandestins qui fabriquent des agents atroces tels la « peste, la gangrène gazeuse, le bacille du charbon ou le virus de la variole ». Sûr de son fait, le puissant Américain ajoute : « Nous avons une description de première main » de ces installations de la mort. Du moins, le croit-il.
      Le menteur de Bagdad
      Colin Powell lors de son célèbre discours à l’ONU, le 5 février 2003, présente « les preuves » sur les armes de destruction massive. (Sipa)

      La source de cette information effrayante, pièce maîtresse du procès de l’administration Bush contre Saddam Hussein, est, assure Powell aux Nations unies, un « transfuge [qui] vit à l’heure actuelle dans un autre pays, dans la certitude que Saddam Hussein le tuera s’il le retrouve ». Il s’agit d’"un témoin direct, un ingénieur chimiste irakien qui a supervisé l’un de ces laboratoires", « un homme qui était présent lors des cycles de production d’agents biologiques ». La bonne blague...
      Son nom de code « Curveball »

      Qui est exactement cet informateur si important ? En février 2003, seule une poignée de personnes une dizaine tout au plus - connaît sa véritable identité, son parcours et son lieu de résidence. Même Colin Powell n’est pas dans la confidence. On ne lui a fourni que son nom de code, « Curveball », et celui de son service traitant, le BND allemand. "A l’époque, je n’avais pas besoin d’en savoir plus, dit aujourd’hui l’ancien secrétaire d’Etat au « Nouvel Observateur ». Je pensais qu’évidemment la CIA l’avait interrogé et avait vérifié toutes ses allégations." Quelle erreur !
      Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l’Obs

      Dix ans plus tard, on connaît l’identité de cet Irakien qui a fourni le prétexte idéal à ces néo-conservateurs américains obsédés par Saddam Hussein : il s’appelle Rafid al-Janabi. Aux dernières nouvelles, il vit dans un petit appartement avec sa femme et ses deux fils, près de Karlsruhe, en Allemagne. « Le Nouvel Observateur » a reconstitué son histoire hors du commun grâce aux témoignages de plusieurs responsables américains de l’époque, aux rapports de commissions du Congrès sur l’affaire et aux rares interviews que Rafid al-Janabi a accordées ces derniers mois dans quelques médias allemands et anglo-saxons (il n’a jamais répondu à nos multiples demandes d’entretien).
      Le menteur de Bagdad
      Rafid al-Janabi (Capture d’écran BBC)

      Rafid débarque à l’aéroport de Munich en novembre 1999, trois ans avant le discours de Powell. Sorti d’Irak grâce à un passeur, ce solide gaillard a 31 ans et un faux passeport acheté, assure-t-il, à Rabat, au Maroc, l’une des étapes de son long périple vers l’Europe. Arrêté par la police allemande, il est immédiatement envoyé dans un centre d’hébergement pour demandeurs d’asile à Zirndorf, près de Nuremberg.

      Le jeune homme devient l’un des 60 000 Irakiens anonymes qui, en Bavière, attendent un titre de séjour permanent. Il comprend vite qu’il a peu de chances (une sur cinq exactement) d’en obtenir un, et encore, pas avant plusieurs années. Entre-temps, il devra végéter dans ce centre surpeuplé. A moins qu’il ne parvienne à sortir du lot.
      Premières révélations du petit chimiste

      Comme chaque demandeur d’asile, Rafid doit, dès son arrivée, raconter sa vie à un fonctionnaire du centre. « Je suis ingénieur chimiste, diplômé de l’université de Bagdad, dit-il. Je travaillais dans une usine de semences agricoles à Djerf al-Nadaf à 70 kilomètres de Bagdad. » A première vue, donc, un jeune Irakien comme tant d’autres, qui étouffait dans un pays écrasé par la dictature et les sanctions internationales. Au bout de quelques jours, il exige de voir un supérieur. Il a des révélations à faire. En réalité, déclare-t-il, les semences ne sont qu’une couverture, le site de Djerf al-Nadaf dépend non du ministère de l’Agriculture, mais de celui de la Défense. L’usine fait partie d’un vaste programme clandestin d’armes biologiques dont il connaît, confie-t-il, tous les détails. Il est prêt à les livrer.

      A Zirndorf, c’est le branle-bas de combat. On contacte les services de renseignement, au plus haut niveau. Rafid n’est plus interrogé par un fonctionnaire lambda, mais par un certain Dr Paul, qui se présente comme inspecteur de l’ONU, spécialisé en armes de destruction massive. En fait, c’est le chef de la division contre-prolifération du BND - une huile de l’espionnage.
      Un officier « tombé amoureux de sa source »

      Au début, cet officier expérimenté est très dubitatif, mais, au bout de quelques jours, il se laisse amadouer par Rafid. Au point de ne plus se méfier, de « tomber amoureux de sa source », comme on dit dans le jargon du renseignement. Le jeune Irakien, qui parle avec enthousiasme, en agitant les bras et en fumant cigarette sur cigarette, est si convaincant ! D’autant plus convaincant que les Occidentaux ne reçoivent plus d’informations sur l’Irak depuis que Saddam Hussein a expulsé les inspecteurs de l’ONU un an auparavant.

      A son officier traitant, Rafid assure qu’il est sorti major de sa promotion à l’université de Bagdad en 1994 et que, de ce fait, il a été secrètement embauché, dès la fin de ses études, par la commission de l’industrie militaire, le saint des saints du pouvoir, dirigé par un gendre de Saddam Hussein. « J’ai d’abord travaillé au centre Al-Hakam », dit-il en passant. Al-Hakam ! Le nom fait sursauter Dr Paul. C’est là qu’une équipe des Nations unies chargée de traquer les armes interdites en Irak, l’Unscom, a découvert, quelques années plus tôt, des restes de poulets tués par l’injection de toxines.

      Le site était le principal centre clandestin de fabrication d’armes biologiques. Il a été détruit par l’Unscom en 1996. « A Al-Hakam, je me suis occupé pendant deux ans de l’achat des pièces de rechange, assure Rafd. Je peux décrire l’endroit et citer les noms des responsables. » On vérifie. Tout concorde.

      Le BND envoie un résumé des interrogatoires de la source miracle à son partenaire américain habituel, le service de renseignement de l’US Army, la DIA, qui a une importante base à Munich depuis les années 1950. Là, tout au long de la guerre froide, on a pris l’habitude d’attribuer aux informateurs sur les armes soviétiques un nom de code se terminant par « ball ». Comme le pli est pris, Rafid devient donc à la DIA « Curveball » - un surnom que les autres services adopteront sans trouver gênant qu’en argot anglais curveball signifie... « destiné à tromper ».
      Bel appartement, Mercedes et gardes du corps

      Du jour au lendemain, le petit chimiste change radicalement de statut. Fini Zirndorf, le centre d’hébergement surpeuplé. On lui fournit un bel appartement meublé, une télévision câblée, une assurance-maladie, une Mercedes (son rêve !), des gardes du corps et une carte de réfugié politique. Mieux : cinq officiers du BND à la retraite sont chargés de lui rendre la vie le plus agréable possible. Ils lui font visiter la ville et découvrir tous ses plaisirs, ils l’invitent dans les meilleurs restaurants, les boîtes de nuit les plus huppées. Seuls les transfuges de la plus haute importance ont droit à un tel traitement de faveur, à tant de « baby-sitters », comme on dit au BND. Selon le journaliste Bob Drogin, le tout coûtera au service allemand plus de 1 million d’euros en 2000 !

      En échange, « Curveball » parle. Beaucoup. Il dit que le projet de laboratoires mobiles est né en 1995. Quand il a compris que l’Unscom allait découvrir le centre d’Al-Hakam, raconte-t-il à Dr Paul, le gendre de Saddam Hussein a décidé de poursuivre le programme biologique dans des unités non repérables par l’Unscom : des camions réfrigérés qui circuleront en ville.
      Anthrax, botuline peste... tout y est

      Où a lieu l’assemblage de ces effrayants camions labos ? Justement dans la prétendue usine de semences, à Djerf al-Nadaf, dit Rafid. Comment le sait-il ? Parce que c’était lui le responsable du projet, pardi ! Les tests, précise-t-il, ont duré deux ans et les premiers labos sont devenus opérationnels en 1997. Il assure en avoir vu fonctionner sept, qui produisaient des agents létaux tels l’anthrax, la botuline ou la peste.

      Il affirme qu’outre Djerf al-Nadaf Saddam Hussein a ordonné la création de six autres sites clandestins de fabrication d’installations mobiles. Le jeune chimiste fournit un détail clé, qui achève de convaincre Dr Paul : avant que les inspecteurs de l’ONU ne soient expulsés d’Irak, les camions de la mort roulaient seulement le vendredi, jour de prière, quand l’Unscom tournait au ralenti.
      Première incohérence, « Curveball » s’énerve

      Rafid parle, parle... Il parle trop. Au bout de plusieurs mois d’interrogatoire, il confie que le patron de Djerf al-Nadaf, un certain Basil Latif, a un fils et que celui-ci est l’acheteur principal des produits destinés à la fabrication des agents toxiques. Mais Rafid ignore que ce Latif vit désormais à Dubai, où, en octobre 2000, des officiers du BND et du MI6 britannique vont l’interroger. Non seulement Latif dément que le centre qu’il dirigeait produisait des armes biologiques, mais les espions découvrent que son fils unique n’a que 16 ans. Confronté à cette incohérence, « Curveball » s’énerve, jure comme un charretier et refuse de répondre. Dr Paul a compris : sa source bien-aimée lui a probablement menti. En tout cas, il n’est pas fable.

      Le BND rompt tout contact avec Rafid pendant dix-huit mois. L’informateur vedette devient un modeste travailleur immigré comme les autres. Il trouve un job chez Burger King à Karlsruhe. En mars 2002, il se marie avec une jeune Marocaine, qui est très vite enceinte. L’affaire « Curveball » devrait s’arrêter là. Seulement voilà, depuis la rupture entre Rafid et le service secret allemand, il y a eu le 11-Septembre et la prise du pouvoir à Washington par les néo-conservateurs. Et ceux-là entendent se servir de son témoignage, quelle que soit sa valeur.
      Questionné de nouveau, Rafid change de version

      En mai 2002, la CIA demande au BND de reprendre contact avec le jeune Irakien. Elle a reçu copie de la centaine d’interrogatoires de « Curveball » ; elle veut en savoir davantage. Questionné de nouveau, Rafid change de version. Il dit qu’en fait il n’était pas le chef du projet des labos mobiles, seulement un assistant. Il n’a pas vu la production d’agents biologiques, il a quitté Djerf al-Nadaf avant. Puis il s’énerve et ne répond plus au téléphone. La CIA est mise au courant de ce comportement erratique.

      Pourtant, quelques semaines plus tard, en octobre 2002, dans un rapport au Congrès très médiatisé, l’agence affirme avec la « plus haute confiance » que l’Irak dispose d’unités mobiles de production d’armes biologiques. Devant une commission parlementaire, le patron de la CIA, George Tenet, précise que son service tient cela d’un « transfuge crédible ».
      Le menteur de Bagdad
      Nommé à la tête de la CIA par Bill Clinton en 1997, George Tenet a démissionné en juillet 2004. (Sipa)

      A l’intérieur de l’agence, des voix s’élèvent contre cette utilisation abusive de « Curveball ». Le chef de la division Europe, Tyler Drumheller, veut en avoir le cœur net. Il déjeune avec le chef de l’antenne du BND à Washington. Il lui demande que la source soit interrogée par des officiers de la CIA. A quoi bon, c’est un affabulateur, lui répond son interlocuteur. De toute façon, il refuse d’être questionné par des Américains ou des Israéliens. Donc c’est non. L’Allemand précise que son service a proposé à « Curveball », devenu dépressif, d’aller se faire oublier en Turquie, mais l’Irakien a refusé.
      La Maison Blanche veut croire que, malgré tout, « Curveball » a dit la vérité...

      L’affaire semble entendue. Pourtant, au bureau de la CIA chargé du dossier des armes de destruction massive, on veut croire que, malgré tout, « Curveball » a dit la vérité. Comment aurait-il pu connaître tant de détails ? George Tenet n’a pas le choix : le 18 décembre 2002, il écrit à son homologue allemand, August Hanning. Il lui demande officiellement si la CIA peut utiliser les informations de sa source. Il le prie également d’accepter que « Curveball » soit interrogé par un agent américain. Le patron du BND répond deux jours plus tard. Pour l’interrogatoire, c’est toujours non. Mais pour utiliser ce qu’il dit, c’est oui, à condition de ne pas mentionner le nom du service traitant et en n’oubliant pas que les dires de cette source n’ont pas été « confirmés ».

      Malgré ces mises en garde, la Maison-Blanche tient à utiliser les allégations de « Curveball » dans le discours sur l’état de l’Union que George Bush doit prononcer le 28 janvier 2003. « W » veut mobiliser les ardeurs guerrières du Congrès et de l’opinion. Washington demande le point de vue du chef de l’antenne de la CIA à Berlin. Celui-ci répond le 27 que « l’utilisation de cette source [serait] très problématique ».

      Pourtant, le président des Etats-Unis conservera le passage sur les laboratoires mobiles dans son discours. De même que Colin Powell, à l’ONU, quelques jours plus tard. "Tenet ne nous a pas dit qu’il y avait tant de réserves sur « Curveball », explique aujourd’hui le colonel Wilkerson, qui a aidé le secrétaire d’Etat à rédiger son discours. En fait, il était sûr qu’après la guerre l’armée américaine allait trouver des armes de destruction en Irak et que, du coup, ces histoires de source pas fable seraient oubliées."
      Le menteur de Bagdad
      Après le renversement de Saddam Hussein, le Pentagone a envoyé un équipe chargée de découvrir les armes de destruction massive en Irak. Ils n’ont trouvé aucune preuve... 100.000 civils tués en dix ans de guerre. (Sipa)

      Quelques mois après l’invasion de l’Irak, quand il est devenu évident que Saddam Hussein n’avait pas de telles armes, un groupe d’agents de la CIA a entrepris de comprendre l’affaire « Curveball ». Ils ont interrogé une soixantaine de personnes qui avaient connu Rafid de près ou de loin. Ils ont découvert que le jeune chimiste n’était pas sorti major de sa promotion mais dernier ; qu’il avait bien travaillé quelques mois à Djerf al-Nadaf mais en tant qu’assistant et non chef de projet ; et surtout que ce site n’était qu’une usine de semences agricoles et rien d’autre. De son plus proche ami d’enfance, ils ont appris aussi que Rafid était un « menteur congénital ».

      Enfin, il leur a été révélé qu’après Djerf al-Nadaf la source vedette du BND avait travaillé dans une maison de production de films dont il s’était fait licencier pour vol et que, par la suite, il était devenu chauffeur de taxi à Bagdad.
      Sa source : un gros rapport des inspecteurs de l’ONU

      Comment a-t-il pu berner si longtemps le BND et la CIA ? Comment a-t-il inventé et rendu crédible son histoire de laboratoires mobiles ? Une commission du Congrès a cherché à savoir si, comme d’autres transfuges, Rafid avait été briefé puis envoyé en Europe par Ahmed Chalabi, le chef d’un parti d’opposants à Saddam Hussein qui a réussi à intoxiquer une partie de la presse et des services américains. Bien que l’un de ses frères ait fait partie de ce groupe, il semble que Rafid lui-même n’ait eu aucun contact avec Chalabi et ses sbires.

      Les spécialistes pensent plutôt qu’il a agi seul, qu’avant de quitter l’Irak le jeune chimiste devenu chauffeur de taxi a lu sur internet le très gros rapport que les inspecteurs de l’ONU avaient publié après leur expulsion du pays. C’est là qu’il a pu mémoriser les noms des responsables du programme biologique avant son démantèlement et la description précise du site d’Al-Hakam. C’est là aussi qu’il a appris que les inspecteurs de l’ONU avaient mis la main sur une note écrite au début des années 1990, dans laquelle l’un des ingénieurs du programme biologique proposait à ses chefs de créer des laboratoires mobiles, plus faciles à cacher. Rafd ignorait que cette idée, jugée « trop compliquée », n’avait pas été retenue.
      Un « menteur » rémunéré par l’Etat

      Malgré ces découvertes embarrassantes, ou peut-être à cause d’elles, le BND accorde en 2004 à « Curveball » un salaire mensuel de 3 000 euros. C’est une compagnie bidon montée à Munich par le service secret qui le rémunère en tant que « spécialiste en marketing ». En échange, il lui est interdit de parler à la presse. Pourtant son nom est révélé pour la première fois en 2007 par la chaîne américaine CBS. Le public allemand apprend alors que Raifid, qualifié de « menteur » par la CIA en mai 2004, est rémunéré par l’Etat.

      Le scandale est tel que Rafid perd son salaire. Il tente alors sa chance en Irak et se présente aux élections législatives de mars 2010, où il ne recueille que 17 000 voix. Il revient, penaud, dans son pays d’adoption, dont il a acquis la nationalité, et accorde sa première interview en février 2011, au quotidien britannique « The Guardian ». Il y reconnaît avoir menti sur cette histoire de labos mobiles. « J’ai eu la chance, dit-il, d’avoir inventé quelque chose qui a fait tomber Saddam. » Depuis, lors de ses rares apparitions publiques, il se plaint de vivre du minimum social et, surtout, que le BND ne lui paie plus ses notes de téléphone.

      Article publié dans ’le Nouvel Observateur" du 7 mars.