• Réflexions sur notre situation écologique planétaire en cette fin d’année 2016 (début 2017) – Le Partage
    http://partage-le.com/2016/12/reflexions-sur-notre-situation-ecologique-planetaire-en-cette-fin-dannee
    http://partage-le.com/wp-content/uploads/2016/12/vSYb-6ODQBO5CE0Q4dZIgA-585x315.jpg

    « Méfions-nous de la catastrophe spectaculaire qui s’inscrit dans l’actualité, la pire est invisible. Le véritable coût est cumulatif, goutte à goutte, seconde après seconde s’accumule un Océan qui crèvera sur nos têtes. Quand la vraie catastrophe aura lieu, il sera trop tard. […] Que l’on comprenne, le plus grave n’est pas ce que nous savons, mais ce que nous ignorons. […] Nous pouvons être sûrs d’une chose, c’est que nous n’en savons rien ; et qu’il est fou de continuer à foncer ainsi dans le noir. »

    -- Bernard Charbonneau

    « Je pars de l’hypothèse que le monde est sens dessus-dessous, que les choses vont mal. […] Je pars de l’hypothèse que nous n’avons pas grand-chose à dire là-dessus : il nous suffit de nous pencher sur l’état du monde actuel pour réaliser que c’est le chaos. »

    -- Howard Zinn

    https://seenthis.net/messages/556304 via Agnès Maillard


  • De la Bible à l’électricité, l’#occidentalisation du monde : l’exemple de l’Afrique – Le Partage
    http://partage-le.com/2016/12/de-la-bible-a-lelectricite-loccidentalisation-du-monde-lexemple-de-lafri
    http://partage-le.com/wp-content/uploads/2016/12/electricafrica-1-573x315.png

    Dans un précédent article, nous analysions les conséquences de l’implantation d’une centrale solaire sur les îles Tokelau, et, plus largement, de l’électrification de l’archipel. Aujourd’hui, nous nous intéresserons à une série d’articles publiée par l’illustre quotidien Le Monde, intitulée « Traversée d’une Afrique bientôt électrique ». Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. Que les multiples cultures et les différents modes de vie des populations d’Afrique aient été détruits par l’essor d’états impérialistes africains (royaumes ou empires), puis par le colonialisme, et enfin par le présent néocolonialisme n’est pas tant la question. Ce qu’on remarque, en étudiant le phénomène de l’électrification de l’Afrique (ou d’ailleurs), c’est qu’elle découle de la volonté de populations déjà relativement déracinées, acculturées et aliénées (proches, en cela, des populations occidentales), persuadées que le confort technologique et les « rêves que porte l’électricité » leur apporteront le bonheur. Cependant, ces aspirations ont dû leur être suggérées, certainement par les quelques centres urbains du continent, où le rêve américain, avec son cinéma, son bling-bling, ses télévisions en couleur allumées en permanence et ses appareils électroménagers, transmuté en un « africapitalisme », hypnotise les foules. En philanthropes chevronnées, les multinationales qui exploitent actuellement l’Afrique sont donc aussi les premières à encourager et à subventionner son électrification, dans une perspective d’élargissement du marché mondial (de leur empire), d’obtention de main d’œuvre et de profits financiers.

    https://seenthis.net/messages/555267 via Agnès Maillard


  • Les ravages de l’#industrialisme : les impacts des nouvelles et des hautes technologies – Le Partage
    http://partage-le.com/2016/12/les-ravages-de-lindustrialisme-les-impacts-des-nouvelles-et-des-hautes-t
    http://partage-le.com/wp-content/uploads/2016/12/1P-581x315.png

    La multiplication des équipements et des usages liés aux #TIC engendre de très lourds impacts sur l’#environnement. En effet, l’image d’une #technologie propre, non polluante est loin d’être une réalité dès lors que nous portons notre regard jusqu’en Asie, en Afrique et plus globalement dans toutes les régions du monde où les #ressources nécessaires à la fabrication de ces merveilleux objets sont extraites, où les usines de #production sont implantées et où les #déchets sont traités en dehors de toute précaution. La #mondialisation a poussé hors de nos frontières les savoir-faire associés, mais aussi la majorité des impacts environnementaux directs des TIC à tel point qu’ils nous paraissent inexistants. Nous aborderons dans ce chapitre ces différents types d’impacts environnementaux qu’ils soient directs ou indirects : de l’épuisement des ressources aux impacts sur la #santé humaine en passant par les pollutions, les effets globaux sur la planète et les conséquences sur la perte de la biodiversité.

    https://seenthis.net/messages/554281 via Agnès Maillard


  • La culture de l’abus — Endgame Vol. 1 : Le problème de la civilisation (par Derrick Jensen) – Le Partage
    http://partage-le.com/2016/12/la-culture-de-labus-endgame-vol-1-le-probleme-de-la-civilisation-par-der
    http://partage-le.com/wp-content/uploads/2016/12/ABUS-565x315.png

    Quelque chose de très déplaisant est en train de se dérouler en Irak. Pas plus tard que cette semaine, le commandant d’une compagnie de la première division d’infanterie américaine dans le Nord du pays a admis que, dans le but d’obtenir des informations sur les guérillas qui tuent les troupes américaines, il était nécessaire « d’instiller la peur » chez les villageois locaux. Un traducteur irakien travaillant pour les Américains avait kidnappé une grand-mère afin que ses filles et ses petites filles soient assez terrifiées pour penser qu’elle avait été arrêtée.

    Le commandant d’un bataillon de la même zone l’explique d’une manière encore plus simple : « Avec une bonne dose de peur et de violence, et beaucoup d’argent pour des projets, je pense que nous pouvons convaincre ces gens que nous sommes là pour les aider« . Il s’exprimait depuis un village que ses hommes avaient encerclé de fil barbelé, avec un panneau annonçant : « Cette barrière est ici pour votre sécurité. N’approchez pas et n’essayez pas de traverser, ou vous serez pris pour cible« .

    Robert Fisk

    https://seenthis.net/messages/552122 via Agnès Maillard


  • Sur la nature sauvage des enfants & « Scolariser le monde » (par Carol Black) – Le Partage
    http://partage-le.com/2016/12/sur-la-nature-sauvage-des-enfants-scolariser-le-monde-lecole-arme-de-des
    http://partage-le.com/wp-content/uploads/2016/12/SCOLARISER-LE-MONDE-1-559x315.jpg

    Au début du 20ème siècle, les théoriciens de l’#éducation étaient assez transparents sur le fait qu’ils concevaient des #écoles en vue d’adapter les #enfants au nouvel ordre industriel. Ces #pédagogues soutenaient que les enfants devaient perdre leur nature sauvage « primitive » et développer des manières « civilisées » telles que la ponctualité, l’obéissance, l’ordre et l’efficacité. En 1898, Elwood P. Cubberley, doyen de L’école d’#enseignement et éducation à l’Université de Stanford, déclare que :

    « Nos écoles sont, dans un sens, des #usines, dans lesquelles les matériaux bruts – les enfants – doivent être façonnés en produits… Les caractéristiques de fabrication répondent aux exigences de la #civilisation du 20ème siècle, et il appartient à l’école de produire des élèves selon ses besoins spécifiques. »

    Dans les esprits de ces architectes de l’éducation moderne, « L’Enfant », « Le Sauvage » et « La Nature » étaient des concepts équivalents ; ils représentaient tous quelque chose d’intrinsèquement déviant, bestial, informe. « La Nature », affirme William Torrey Harris, Commissaire à l’Education de 1889 à 1906 aux Etats-Unis, est « l’exact antithèse » de la « nature de l’homme d’esprit ». Il précise :

    « Hors de l’état sauvage, l’homme s’élève en se créant de nouvelles natures, les unes sur les autres ; il matérialise ses idées en institutions, et trouve dans ces mondes idéaux sa demeure réelle et sa vraie nature. »

    L’objet de l’école, en d’autres termes, était d’élever les enfants hors de leur état naturel (qui était, du point de vue de M. Harris, « totalement vicieux ») et de les entraîner à prendre leur place dans le grand projet humain de « #subordination du monde matériel à son usage ». Comme l’explique Harris, « On classait les nations et les peuples du monde… selon le degré auquel ils avaient achevé cet idéal de l’humanité ». Les cultures qui ne voyaient pas les choses ainsi étaient confrontées à un choix : « adopter notre culture et devenir intellectuellement productives ou disparaître. Voilà le jugement prononcé par les Anglo-Saxons sur les races inférieures ».

    Nous avons oublié qu’il s’agissait de la vocation initiale (de la raison d’être) des institutions-usines dans lesquelles la plupart d’entre nous avons grandi ; nous parlons de notre expérience personnelle de l’école comme s’il s’agissait d’une composante naturelle, d’un élément naturel et essentiel de l’enfance humaine, et non pas de ce qu’elle est réellement : une expérience extrêmement récente d’ingénierie sociale menée à grande échelle. Mais le passé, comme l’a brillamment exprimé Faulkner, n’est jamais mort ; il n’est pas même passé. Ces objectifs originels, comme John Taylor Gatto le souligne, ont été imbriqués avec tant d’efficacité dans la structure de l’enseignement moderne – avec ses systèmes sous-jacents de confinement, de contrôle, de standardisation, d’évaluation et de poliçage – qu’ils s’accomplissent aujourd’hui sans même que nous en ayons conscience et sans notre consentement.

    https://seenthis.net/messages/550312 via Agnès Maillard


  • Du changement individuel à la #résistance organisée (par Derrick Jensen) – Le Partage
    http://partage-le.com/2016/12/du-changement-individuel-a-la-resistance-organisee-par-derrick-jensen
    http://partage-le.com/wp-content/uploads/2016/12/activ-600x235.png

    Ceux qui croient en l’invincibilité des agresseurs et de leurs systèmes se trompent. Les systèmes de pouvoir sont des créations humaines qui peuvent être détruites par des humains. Ceux au pouvoir n’ont rien de surnaturel ou d’immortel, et peuvent être destitués. Des gens qui disposaient de ressources bien moins importantes que n’importe lequel des lecteurs de ce site se sont battus contre des systèmes de #domination, et l’ont emporté. Il n’y a aucune raison pour laquelle il en irait autrement de nous. Cependant, la résistance commence par le fait d’y croire, et pas par croire qu’on en est incapable. Et certainement pas par la tentative d’en dissuader les autres.

    https://seenthis.net/messages/548798 via Agnès Maillard