Je recense ici plusieurs réactions au dossier complot du mdiplo de juin, je détaillerai plus tard…

/3317

  • Une nouvelle réaction au dossier complot de juin, @benoitb, celle de ReOpen911 :

    Monde diplomatique : Vous avez dit « conspirationnisme » ?
    http://www.reopen911.info/11-septembre/monde-diplomatique-vous-avez-dit-conspirationnisme

    Après Le Point, L’Express, Marianne, et quelques autres, c’est au tour du Monde diplomatique de publier un dossier sur les « théories du complot ». Le résultat est plus équilibré que ce qu’on peut lire habituellement, mais la remise en cause des explications officielles sur le 11-Septembre est une nouvelle fois assimilée, sans la moindre nuance, à du conspirationnisme.

    (…) Il aurait par exemple été utile d’indiquer qu’un complot est une « entreprise formée secrètement entre deux ou plusieurs personnes contre la sûreté de l’état ou contre quelqu’un ».

    (…) De nombreux citoyens ont des doutes et vont parfois chercher des explications alternatives (rappelons que nous n’en défendons aucune). Certaines sont effectivement délirantes, et dans le texte « Concurrence effrénée », le Diplo présente la thèse selon laquelle les tours jumelles n’ont pas été heurtées par des avions, mais par des hologrammes, comme faisant partie des « théories les plus répandues sur le 11-Septembre ». Cette thèse, dite du « no-plane », est en réalité très marginale, mais la mettre en avant permet d’occulter les arguments qui font consensus.

    Dans ce dossier, sept pages sont consacrées aux « théories du complot ». Pas une pour parler des 28 pages censurées dans le rapport du Congrès qui font actuellement l’objet d’une bataille pour leur déclassification. Pas une seule pour évoquer les dissimulations de la NSA. Pas une demi-page consacrée aux forfaitures d’Alec Station, l’unité chargée de surveiller al-Qaïda à la CIA. Pas même un quart de page pour mentionner les nombreuses critiques envers la Commission d’enquête. Vous n’y trouverez pas deux lignes sur la défense aérienne ou un mot sur les responsabilités de la Maison Blanche. Et silence évidemment sur les familles de victimes et les lanceurs d’alerte. Thierry Meyssan est constamment cité, jamais Éric Laurent, on comprend aisément pourquoi. Aucune mention non plus des livres des journalistes Philip Shenon, Peter Lance ou James Ridgeway, ou des articles de Kurt Eichenwald, Jeff Stein ou Dan Christensen. Les journalistes du Monde diplomatique auront donc, comme bien d’autres avant eux, contribué à empêcher que le débat sur le 11-Septembre ait lieu, en se focalisant sur un aspect technique présenté de façon caricaturale. Ils auront ainsi fait progresser la défiance des citoyens envers les médias, et donc le complotisme [6].

    D’autres commentaires : http://zinc.mondediplo.net/messages/3317

    • Mise à jour du 22 juillet 2015 : Le Monde diplomatique a publié un courrier des lecteurs suite aux nombreuses réactions suscitées par son dossier. On peut y lire qu’Amy Goodman a été « la cible des adeptes des théories du complot » qui lui reprochaient de ne pas répondre à certaines questions sur le 11-Septembre. Le mensuel oublie de préciser que la journaliste a interviewé Gore Vidal sur le sujet, qu’elle a organisé un débat entre un défenseur et un détracteur de la thèse officielle, qu’elle a critiqué le travail de la commission d’enquête... Le fait de se focaliser sur quelques exaltés (comme les appelait Robert Fisk) a encore une fois pour objectif de discréditer le scepticisme. Le Monde diplomatique a pourtant publié l’année dernière un article sur « Les mystères du crash d’Ustica », en parlant d’un « improbable scénario officiel ». En quoi ce scepticisme serait-il différent du nôtre ?