Dieudonné et Alain Soral entrent officiellement en politique

/dieudonne-et-alain-soral-entrent-offici

  • Dieudonné et Alain Soral entrent officiellement en politique
    http://lelab.europe1.fr/dieudonne-et-alain-soral-entrent-officiellement-en-politique-1365994

    Le parti « Réconciliation nationale » fondé par Alain Soral et Dieudonné vient de naître très officiellement. Le site Égalité et Réconciliation du sieur Soral annonce ce mercredi que « l’enregistrement par la CNCCFP (Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques) de la déclaration de mandataire financier du parti » est parvenu aux concernés. « Nous sommes donc désormais dans l’attente d’une réponse de la Banque de France afin de pouvoir simplement ouvrir les adhésions aux sympathisants du parti », ajoute le site.

    Lire Evelyne Pieiller, « Alain Soral ou les embrouilles idéologiques de l’extrême droite » (octobre 2013)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2013/10/PIEILLER/49683

    (…) C’est que [la] véritable obsession [d’Alain Soral] est bien moins la justice sociale que le sauvetage de la France — « Je veux sauver la France, voilà » (vidéo rentrée 2012, 3e partie) — et ce qu’elle lui paraît représenter. En d’autres termes, la #politique lui importe moins que la morale, la révolution moins que la nation. La #morale, pour le sens qu’on peut donner à sa vie personnelle ; la nation, pour le sens qu’on peut donner à la vie collective.

    Si les rapports de classe sont une thématique omniprésente dans son propos, leur étude y demeure fluette. Car l’essentiel de son analyse est porté par une conception de l’homme que le #libéralisme, devenu synonyme de modernité, chercherait à détruire. L’ennemi fondamental, c’est ce qui incite « à la consommation compulsive et à l’individualisme » (charte d’E&R), c’est-à-dire l’« idéologie du monde marchand ». Bien davantage que l’exploitation, ce qui est à condamner dans le néolibéralisme, c’est qu’il produit « une société vouée à ses pulsions » (vidéo, mai 2013), entraînant ainsi un affaiblissement du sens du collectif, et donc de la conscience politique, via l’épanouissement sollicité de l’égoïsme, de l’esprit de compétition, de la recherche du plaisir. Or seule la nation est « apte à protéger les peuples des profits cosmopolites qui n’ont ni patrie ni morale », et pervertissent les #valeurs qui dépassent la seule satisfaction personnelle. Le saut est brutal.

    De quoi la #nation est-elle donc ici le nom ? [#st]