Erdoğan, la quête obsessionnelle d’un pouvoir fort, par Jean Marcou (Le Monde diplomatique, avril 2017)

/57363

  • Le gouvernement turc a rejeté l’appel de l’Union européenne (UE) à une enquête « transparente » sur de présumées irrégularités lors du referendum portant sur l’extension des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier, fort de sa victoire électorale (51,4 % des voix en faveur du oui à la réforme constitutionnelle), a annoncé que son pays entre désormais « dans une nouvelle ère » . M. Erdoğan évoque d’ores et déjà deux consultations référendaires, l’une sur la poursuite ou non des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE et l’autre sur le rétablissement de la peine de mort. Le président turc pourrait aussi bientôt décider la tenue de deux scrutins anticipés — élection présidentielle et élections législatives — afin d’accélérer l’entrée en vigueur de la réforme constitutionnelle, initialement prévue en 2019.

    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/04/MARCOU/57363