• LE MARTYR TALEB ABDERRAHMANE : La pureté de la Révolution de Novembre - RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/preview/1cc8a3f6bb0baeac72cf456ce9a99dabd73d929b
    http://www.lexpressiondz.com/img/article_medium/photos/P170427-03.jpg

    « Pour ma patrie, pour mon idéal et pour mon peuple, périr n’est qu’un sublime sacrifice auquel je suis résigné... Je saurais mourir. L’Algérie sera libre envers et contre tout. » Taleb Abderrahmane à ses bourreaux.
    Il y a 59 ans, le 24 avril 1958, Taleb Abderrahmane, artificier de l’Armée de Libération nationale (ALN), était guillotiné à la prison de Barberousse (Serkadji), à l’âge de 28 ans, après avoir été arrêté en juin 1957, lors de la bataille d’Alger. A l’âge où tous les rêves de jeunesse sont permis, Taleb Abderrahmane faisant preuve d’une rare prise de conscience de la situation misérable dans laquelle se débattait le peuple algérien, décidait de donner sa vie à la révolution. Taleb Abderrahmane est né l’année du centenaire de la colonisation, qui consacrait pour le pouvoir colonial un règne qui devait durer mille ans.Dans cette atmosphère de chape de plomb, le jeune Taleb Abderrahmane à force d’opiniâtreté et de résilience, réussit à passer les interstices de tolérance pour acquérir un savoir, d’abord le brevet, ensuite le secondaire et enfin l’Ecole de chimie qu’il quitte le 19 mai 1956. Très tôt structuré au sein du PPA, il s’engage rapidement dans la révolution et met ses compétences au service de la lutte armée en formant des artificiers.
    Sur instruction des dirigeants de la révolution, il s’occupera de la fabrication des bombes de la Zone autonome d’Alger sous la direction de Yacef Saadi. L’atelier est installé impasse de la Grenade, puis chez les Bouhired, puis au quartier de La Scala. Fin janvier 1957, passant à travers les mailles du filet tendu par le général Massu, Abderrahmane Taleb quitte la Casbah et rejoint de nouveau le maquis de Blida, au djebel Béni Salah. Sur dénonciation, il est capturé au mois d’avril par les parachutistes. Abderrahmane Taleb fut exécuté, le 24 avril 1958, à l’aube, malgré les pressantes démarches effectuées auprès du président de la République française. Seul le journal L’Humanité, prit sa défense en titrant : « Taleb ne doit pas mourir. » Le jour de son exécution, il dit au cheikh désigné par l’administration coloniale pour lire la Fatiha : « Prends une arme et rejoins le maquis ! ». Aucun mot ne sortit de la gorge nouée de l’imam, raconte Hamid Guerrab, un rescapé de la guillotine.

    Combien de suppliciés ?
    Dans un véritable réquisitoire sur le livre noir de la colonisation, on ne peut pas oublier - au nom du politiquement correct -, le supplice de 200 Algériens, coupables d’aimer leur pays à en mourir, de la façon la plus abjecte et indigne, par la guillotine. Ce devoir d’inventaire nécessaire ne doit pas rester à l’étude, un jour, le plus tard possible à trop différer la « mise au point », les événements n’auront plus la même dimension en termes de ressenti. Qui se souciera dans vingt ans du supplice de ces jeunes idéalistes qui ont donné leur vie pour ce pays, si nous ne leur rendons pas justice ici et maintenant. (1)
    Ils furent nombreux ! De Lacoste à De Gaulle, ils justifièrent leur politique mortifère par le fait qu’il fallait casser le FLN... Mais l’Histoire retiendra particulièrement, l’acharnement de l’un d’entre eux, en l’occurrence François Mitterrand ; acharnement d’autant plus incompréhensible qu’il fut aussi partisan de l’abolition de la peine de mort, il est vrai que le remords le prit près d’un quart de siècle plus tard. Pendant la guerre d’indépendance algérienne, de 1954 à 1962, plus de 1 500 condamnations à mort furent prononcées par la justice française. En 2001, après avoir pu consulter le « registre des grâces » qui répertoriait les noms des condamnés à mort, deux journalistes parvenaient au total de 222 militants du FLN exécutés entre 1956 et 1962, « le plus souvent au terme d’une parodie de justice ». Au matin du 19 juin 1956, dans la cour de la prison Barberousse, à Alger, le couperet de la guillotine tombe sur le cou de Mohamed Ben Zabana, un ouvrier soudeur de 30 ans. Le militant, rendu infirme par plusieurs blessures, est livré au bourreau. Puis ce fut Abdelkader Ferradj, 35 ans. Ce sont les deux premiers martyrs de la cause algérienne. Il y en aura d’autres, beaucoup d’autres, tout au long de la guerre, condamnés à mort et exécutés par la justice de la République. (2)

    On sait que, sur le tard, François Mitterrand s’est découvert une âme « d’humaniste », le 9 octobre 1981, François Mitterrand abolissait la peine de mort. Vingt-cinq ans plus tôt, ministre de la Justice du gouvernement de Guy Mollet, il approuvait les premières exécutions capitales de militants du FLN. « Avis défavorable au recours » ou encore « Recours à rejeter » : ces deux formules tracées à l’encre bleue ont la préférence de François Mitterrand quand, garde des Sceaux, il décide de donner un avis défavorable au recours en grâce des condamnés à mort du FLN dont les dossiers lui sont soumis. « Ce furent de l’avis des avocats, des dossiers bâclés, il fallait guillotiner et vite pour répondre à une demande’’ « (...) Quelques feuillets, deux ou trois bristols griffonnés de mains illustres ont donc suffi à mener, le plus souvent, au terme d’une parodie de justice, à la guillotine. Quand François Mitterrand revient aux affaires, il sait qu’il va falloir donner des gages aux Européens d’Algérie. « La première concession intervient cinq semaines plus tard, sous la signature de quatre ministres, dont François Mitterrand : le 17 mars 1956 sont publiées au Journal officiel les lois 56-268 et 56-269, qui permettent de condamner à mort les membres du FLN pris les armes à la main, sans instruction préalable. (...) Et le 19 juin, les deux premiers « rebelles » sont conduits à l’échafaud. » (2)
    Pour le « politique », difficile de fournir martyr plus idéal à la révolution algérienne que Mohamed Ben Zabana. Cet ouvrier soudeur de 30 ans est un vieux routier des geôles françaises, dans lesquelles il a passé trois années entre 1950 et 1953 pour ses activités nationalistes. Mais si Mgr Duval, l’archevêque d’Alger, demande à Robert Lacoste, ministre résident en Algérie, de suspendre l’exécution, c’est pour une autre raison : « C’est un infirme que vous allez exécuter » plaide-t-il. C’est sa tête que fera tomber la première le bourreau d’Alger à 4 heures du matin, ce 19 juin 1956, dans la cour de la prison de Barberousse, à Alger. Aussitôt, Abane Ramdane et Larbi Ben M’hidi, arrivés depuis peu à Alger, rédigent un tract menaçant : « Pour chaque maquisard guillotiné, cent Français seront abattus. » C’est l’enclenchement de la bataille d’Alger. « Chiffre jamais atteint jusqu’ici, 16 exécutions capitales ont eu lieu en Algérie du 3 au 12 février », écrit France-Observateur ». (3)

    Qui sont ces bourreaux chargés d’ôter la vie pour le compte de la République ?
    Le maître de ces basses oeuvres est Fernand Meyssonnier, né le 14 juin 1931 à Alger, en Algérie. Avec son père il a appris le métier. Jusqu’en1959, Fernand Meyssonnier participa à l’exécution de près de deux cents condamnés (dont deux en tant que remplaçant de son père). Catherine Simon, journaliste du Monde, l’a interviewé et en parle : « De Fernand Yveton, militant communiste, guillotiné à l’aube du 11 février 1957, à Alger, il ne se rappelle rien, ou presque. Il est mort « courageusement ». Parole de bourreau. (...) Pour sa part, Meyssonnier junior, adjoint bénévole à partir de 1948, a exécuté en vingt ans quelque 200 personnes - la plupart durant la guerre d’Algérie. Ce qu’il résume à sa façon : « Pendant le FLN, c’était à la chaîne (...) Etrange « opération » que celle qui consiste à infliger la mort à l’un de ses semblables. Froidement, avec méthode, en chemise blanche et cravate noire. « Quand on fait tomber la lame, c’est comme un film à toute vitesse. En deux secondes, tout est fini. Ça donne un sentiment de puissance. » (4)
    « A Fontaine-de-Vaucluse, dans un coin du salon, Fernand Meyssonnier a installé sa guillotine miniature - celle offerte à son père. Dans le petit panier d’osier posé au pied de la machine, il a mis une paire de lunettes. Non, pas les siennes, mais celles d’un Algérien décapité pendant la guerre. Sur le coup, il a du mal à se rappeler son nom. « C’est celui qui préparait les bombes, vous savez ? On l’avait surnommé le chimiste. C’est moi qui lui ai retiré ses lunettes. Je les ai gardées en souvenir », explique l’ancien bourreau. La famille de Abderrahmane Taleb, combattant du FLN, guillotiné le 24 avril 1958, à Alger, n’en a sans doute jamais rien su. Ce n’est pas la seule relique que Fernand Meyssonnier ait gardée près de lui. (..) Il pense aussi à la mort de certains condamnés. Il y en a trois, pas plus, à propos desquels il se dit « troublé » : Fernand Yveton, le communiste, Abderrahmane Taleb, le « chimiste », et Madeleine. » (4)
    « Abderrahmane Taleb, né le 5 mars 1930 dans la Casbah d’Alger, d’une famille originaire d’Azeffoun en Grande-Kabylie, guillotiné le 24 avril 1958 est le « chimiste » de la bataille d’Alger de 1957. Étudiant en chimie, il intègre le FLN en 1955. Appréhendé en juin 1957 au sud de Blida par le 3e R.P.C. il est condamné à mort pour la troisième fois et sera exécuté. Lors d’un hommage aux moudjahidine et anciens condamnés à mort, Mostefa Boudina, lui-même ancien condamné à mort, relate d’une façon poignante à glacer le sang. Il s’agit de Lekhlifi Abderahmane, exécuté le 30 juillet 1960. Arrêté à 19 ans, puis torturé et jugé par le tribunal militaire en France. Nous vivions dans la crainte de nous endormir et de ne pas être éveillés au moment où les gardiens de prison viendraient nous chercher à l’aube pour l’exécution... Après son exécution, un gardien de la prison est venu nous apprendre que notre compagnon a été digne jusqu’au bout, refusant la cigarette de l’officier français et déclarant à l’imam venu pour la circonstance que s’il était un bon musulman il devrait plutôt être au maquis. » (5)
    Imaginons l’angoisse, la terreur, et le désespoir de ceux qui vivent ces instants. Abdelkader Guerroudj, dit « Lucien », chef de la branche armée du Parti communiste algérien, et sa femme, Jacqueline, condamnés à mort, graciés, puis libérés en 1962 étaient aux premières loges à Barberousse. « A chaque exécution dit-il, toute la casbah hurlait. Les cris des prisonniers, les chants qui s’élevaient de toutes les cellules, glaçaient le quartier. Les premiers youyous retentissent, repris par toute la Casbah au comble de la peine. Il y eut 59 condamnés à mort exécutés en 1955 et 1958 à la prison de Barberousse. » (1)
    Pour Mostefa Boudina, le président de l’Association nationale des anciens condamnés à mort 1954-1962 : Quelque, sur les 3 000 Algériens et Européens qui ont été condamnés à mort par les autorités coloniales françaises, 1200 condamnés à mort sont toujours vivants Il a rappelé que 217 personnes ont été guillotinées durant la guerre d’indépendance, relevant qu’un condamné à mort est décédé en prison, ce qui porte le nombre de morts à 218. Après 1958, les autorités françaises ont décidé de gracier un millier de condamnés à mort. Le reste des détenus ont été libérés à l’indépendance de l’Algérie en 1962. Il est mal venu de s’octroyer dans l’anomie actuelle où on peut déclarer sans preuve un statut de condamné à mort, ceci me paraît être la suprême injure aux suppliciés. Les derniers instants des 220 suppliciés, nous devrons les entendre, tous ensemble, nous recueillir et communier.

    Conclusion
    Il faut restituer le FLN marqueur indélébile de la dignité et de l’Histoire de l’Algérie, à toutes les Algériennes et tous les Algériens sans exception et non le laisser otage d’une « évanescente famille révolutionnaire ». La vraie identité des Algériens est ce droit et ce devoir de « vivre ensemble que l’on soit de l’Est ou de l’Ouest, du Nord ou du Sud. Durant la révolution, le travail remarquable de tout un chacun pour faire triompher la révolution était vu comme un devoir et il n’était pas question de quelconque service en retour. Toute la société algérienne du plus humble au plus aisé, de l’analphabète, à l’autodidacte, à l’intellectuel. Un jour on rendra justice aux femmes de ménage algériennes (les Fatmas dans le lexique raciste colonial) qui furent des espionnes engagées récoltant le moindre détail pour le transmettre aux dirigeants de la révolution. Il faut aussi et sans être exhaustif saluer l’apport des révolutionnaires universitaires algériens à l’ONU. En effet, la seule inscription chaque année de la « question algérienne » de la session annuelle des Nations unies, avait un impact exceptionnel dans la bataille de l’information que la délégation française à l’ONU a tenté en vain d’étouffer. Les intellectuels de la révolution ont donc donné un contenu idéologique, scientifique et culturel à la révolution en utilisant toutes les ressources de l’intelligence pour combattre la fausse image propagée par la France concernant les moudjahidine présentés comme des sauvages égorgeurs face à une nation civilisée.
    Que reste-t-il des nobles idéaux qui ont animé les lycéens et les étudiants algériens de cette époque ? A première vue, on constate, comme l’écrit si bien Max Weber, « un désenchantement du monde ». Que reste-t-il du FLN mythique qui faisait trembler l’oppresseur ? rien ! tragiquement rien ! si ce n’est le triste spectacle de militants du troisième âge qui s’étripent à qui mieux mieux sous l’oeil indifférent d’une jeunesse qui contemple la comédie humaine de l’appât du pouvoir En clair, quelle est la valeur ajoutée d’un chef de parti et de sa capacité de nuisance réelle et d’une surface électorale supposée. Il nous faut rendre à César ce qui appartient à César. Le FLN pour lequel tant de vaillants patriotes ont milité, souffert et en définitive donné leur vie, n’est pas le FLN actuel. Il faut restituer le FLN marqueur indélébile de la dignité et de l’Histoire de l’Algérie, à toutes les Algériennes et tous les Algériens sans exception et non le laisser otage d’une « évanescente famille révolutionnaire » dont on ne connaît aucune prouesse capable d’être signalée.
    Trois Algériens sur quatre sont nés après l’indépendance. Ils n’ont qu’un lointain rapport avec l’histoire de leur pays qui, il faut bien le dire, a été prise en otage. Il est illusoire de croire que des leçons de morale à l´ancienne peuvent emporter l´adhésion d’une jeunesse facebookisée. Elle a besoin pour être convaincue d´une vision globale de société qui ne doit abdiquer aucune des composantes de sa personnalité. Nos étudiants ne connaissent, pour la plupart, rien des enjeux du monde, des stratégies, bref, ils ne croient plus à rien, Ils ont en tant qu’intellectuels potentiels, l’espoir de voir, un jour, l’Algérie mettre en oeuvre, dans ce nouveau siècle, une autre légitimité, celle du mérite qui est le plus sûr garant pour mener une bataille autrement plus incertaine, celle de la survie, dans un monde qui ne fait pas de place aux plus faibles intellectuellement. Le djihad contre l´ignorance est un djihad toujours recommencé, c´est, d´une certaine façon, le « grand djihad ». Il vient que le seul bien qui nous restera, notre bien le plus précieux, la prunelle de nos yeux, ce sont nos enfants que nous devons bien former, bien structurer pour avoir des grilles de décodage du monde. C’est peut-être là aussi un message posthume de nos aîné(e)s élèves et étudiant(e)s qui ont, abandonné un relatif confort pour défendre la patrie jusqu’au sacrifice suprême. 

    1.Chems Eddine Chitour:http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_ chitour/167448-le-supplice-des-200-guillotines.html
    2.La guillotine et la guerre d’Algérie : http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article2798 23 juillet 2008
    3.François Malye et Philippe Oudart : Les guillotinés de Mitterrand Le Point, 31 août 2001
    4. http://www.lemonde.fr/a-la-une/article 2002/09/16/le-bourreau-d-alger_290493_ 3208.html
    5.http://www.lesoirdalgerie.com/articles 2008/06/18/article.php ?sid=69733&cid=2
    6. http://www.algerie1.com/flash-dactu/quelque-1-200-condamnes-a-mort-entre-1954-et-1962-encore-vivants 10/02/2013

    Par Pr Chems Eddine CHITOUR - Jeudi 27 Avril 2017 

    http://www.lexpressiondz.com