Au Sinaï, une « sale guerre » qui ne dit pas son nom, par Ismaïl Alexandrani (Le Monde diplomatique, septembre 2014)

/50786

  • Dans le #Sinaï, les attaques de groupes affiliés à l’Organisation de l’État islamique se poursuivent contre les chrétiens et les organes de sécurité du Caire. Peu formée à la guerre contre-insurrectionnelle, l’armée égyptienne peine à endiguer l’arrivée sur son territoire de combattants venus de Libye, d’Irak et de Syrie. En réprimant massivement, notamment les populations bédouines, elle provoque le ralliement d’une partie de la jeunesse du Sinaï à l’ennemi qu’elle entend détruire. Emprisonné depuis le 1er décembre 2015 pour avoir critiqué la politique sécuritaire du maréchal Abdel Fatah Al-Sissi, le journaliste Ismaïl Alexandrani analysait en 2013 l’évolution des mouvements djihadistes dans la région.

    https://www.monde-diplomatique.fr/2014/09/ALEXANDRANI/50786 #st