• Le « deep learning », une révolution dans l’intelligence artificielle

    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/07/24/comment-le-deep-learning-revolutionne-l-intelligence-artificielle_4695929_44

    Concrètement, le deep learning est une technique d’apprentissage permettant à un programme, par exemple, de reconnaître le contenu d’une image ou de comprendre le langage parlé – des défis complexes, sur lesquels la communauté de chercheurs en intelligence artificielle s’est longtemps cassé le nez. « La technologie du deep learning apprend à représenter le monde. C’est-à-dire comment la machine va représenter la parole ou l’image par exemple », pose Yann LeCun, considéré par ses pairs comme un des chercheurs les plus influents dans le domaine. « Avant, il fallait le faire à la main, expliquer à l’outil comment transformer une image afin de la classifier. Avec le deep learning, la machine apprend à le faire elle-même. Et elle le fait beaucoup mieux que les ingénieurs, c’est presque humiliant ! »

    http://s2.lemde.fr/image/2015/07/23/644x322/4695943_3_10db_le-massif-du-mont-blanc-vu-par-deep-dream_7a4f6101de771599edeb6324b1f6ace6.jpg

    Pour comprendre le deep learning, il faut revenir sur l’apprentissage supervisé, une technique courante en IA, permettant aux machines d’apprendre. Concrètement, pour qu’un programme apprenne à reconnaître une voiture, par exemple, on le « nourrit » de dizaines de milliers d’images de voitures, étiquetées comme telles. Un « entraînement », qui peut nécessiter des heures, voire des jours. Une fois entraîné, il peut reconnaître des voitures sur de nouvelles images.

    Le deep learning utilise lui aussi l’apprentissage supervisé, mais c’est l’architecture interne de la machine qui est différente : il s’agit d’un « réseau de neurones », une machine virtuelle composée de milliers d’unités (les neurones) qui effectuent chacune de petits calculs simples. « La particularité, c’est que les résultats de la première couche de neurones vont servir d’entrée au calcul des autres », détaille Yann Ollivier, chercheur en IA au CNRS, spécialiste du sujet. Ce fonctionnement par « couches » est ce qui rend ce type d’apprentissage « profond ». Yann Ollivier donne un exemple parlant :

    « Comment reconnaître une image de chat ? Les points saillants sont les yeux et les oreilles. Comment reconnaître une oreille de chat ? L’angle est à peu près de 45°. Pour reconnaître la présence d’une ligne, la première couche de neurones va comparer la différence des pixels au-dessus et en dessous : cela donnera une caractéristique de niveau 1. La deuxième couche va travailler sur ces caractéristiques et les combiner entre elles. S’il y a deux lignes qui se rencontrent à 45°, elle va commencer à reconnaître le triangle de l’oreille de chat. Et ainsi de suite. »

    http://seenthis.net/messages/392613#message392613 via Enuncombatdouteux