SeenThis

http://seenthis.net



  • Orient XXI : un bilan riche, des projets à la pelle
    http://orientxxi.info/magazine/orient-xxi-un-bilan-riche-des-projets-a-la-pelle-1319

    Près de trois ans déjà qu’OrientXXI.info, lancé le 1er octobre 2013, existe. Le cercle de famille s’est agrandi. Nos amis et les amis de nos amis sont plus nombreux. Nos compagnons de route se sont multipliés. Leur vertu première est de croire en notre projet. À l’occasion, certains contribuent même par leurs écrits ou leur présence à la vie d’Orient XXI. Les bénévoles des débuts sont toujours là, toujours aussi actifs que bénévoles. Deux collègues sont désormais salariés. Un responsable technique du site (...)

    #Magazine

    / #Éditorial

    « https://www.facebook.com/orientxxi »
    « https://twitter.com/OrientXXI »
    « http://seenthis.net/people/orientxxi »
    « https://www.paypal.com/fr/cgi-bin/webscr?cmd=_flow&SESSION=SoKi_2M44TLTSENDW_nqlJB4V-LJVuZZrGGna7IUBARQb9abB8R »
    « https://www.jaimelinfo.fr/orientxxi/support »


    • La liste des courageux députés européens français qui ont voté pour cette ignominie européenne, une de plus.
      On remarquera l’unanimité du front national sur ce sujet, mais il n’y a pas que ce parti.

      Source : http://www.votewatch.eu/en/term8-protection-of-trade-secrets-against-their-unlawful-acquisition-use-a

      Louis ALIOT
      Michèle ALLIOT-MARIE
      Jean ARTHUIS
      Nicolas BAY
      Joëlle BERGERON,
      Pervenche BERÈS,
      Dominique BILDE
      Marie-Christine BOUTONNET
      Alain CADEC
      Jean-Marie CAVADA
      Aymeric CHAUPRADE
      Mireille D’ORNANO
      Arnaud DANJEAN
      Michel DANTIN
      Rachida DATI
      Marielle de SARNEZ
      Angélique DELAHAYE
      Jean-Paul DENANOT
      Edouard FERRAND
      Sylvie GODDYN
      Bruno GOLLNISCH
      Nathalie GRIESBECK
      Françoise GROSSETÊTE
      Sylvie GUILLAUME
      Brice HORTEFEUX
      Jean-François JALKH
      Marc JOULAUD
      Philippe JUVIN
      Jérôme LAVRILLEUX
      Marine LE PEN
      Gilles LEBRETON
      Louis-Joseph MANSCOUR
      Dominique MARTIN
      Bernard MONOT
      Sophie MONTEL
      Nadine MORANO
      Elisabeth MORIN-CHARTIER
      Renaud MUSELIER
      Joëlle MÉLIN
      Gilles PARGNEAUX
      Vincent PEILLON
      Maurice PONGA
      Franck PROUST
      Christine REVAULT D’ALLONNES BONNEFOY
      Dominique RIQUET
      Robert ROCHEFORT
      Virginie ROZIÈRE
      Anne SANDER
      Tokia SAÏFI
      Jean-Luc SCHAFFHAUSER
      Isabelle THOMAS
      Mylène TROSZCZYNSKI

      http://seenthis.net/message/480741 via BCE 106,6 Mhz

    • Juste pour mémoire, cette loi permettra de sanctionner les lanceurs d’alertes, comme Irène Frachon, ou les auteurs de la fuite des Panama Papers. C’est bien entendu son objectif. On ne pourra plus non plus divulguer la composition des multiples cocktails regroupés sous l’appellation « Roundup », même quand le cocktail est mille fois plus toxique que la molécule de base, ce qui est d’ailleurs le cas.
      A part ça, la loi protégeant les lanceurs d’alerte a été votée, mais n’a jamais reçu son décret d’application. Peu importe, puisqu’elle est devenue inapplicable. Il suffira de faire appel à Bruxelles.
      Si vous avez des infos un peu dérangeantes, un conseil, gardez les pour vous. Dans la vraie vie, Zorro se fait fusiller sous les applaudissements nourris du Parti Socialiste.


    • Maman, je vois que tu continues à t’inquiéter parce que je suis, selon tes propres critères, sans travail.
      Disons plutôt que je suis sans salaire.
      Je ne veux pas pleurer tout ce que j’aurais dû faire au moment où mes forces physiques m’auront abandonné pour le faire.
      Intégrer la vie à un plan raisonnable est la première opération de la déraison : remettre à plus tard quand plus tard n’est pas incertain mais chimérique, travailler dans l’indignité dans l’attente d’un moment digne, comme s’il y avait des périodes de translucidité au cours desquelles on puisse se donner au moins vivre dans le calcul différé d’un plus vivre à venir.
      Mais il n’y a pas de plus vivre ou de moins vivre . Une minute passée à la production de services inutiles ou nuisibles pour un quelconque prédateur à tête d’homme, une minute passée dans la colère à crier sur des amis parce que tout nous échappe, une minute hébétée par la fièvre roulée dans des draps brûlants, une minute donnée aux discussions stratégiques sans autre désir que leur fin, une minute de joie intense à penser et vivre sa propre combustion font toutes soixante secondes de vraie vie.
      Tout ceci n’est en aucun cas une leçon d’existence (une leçon aussi générale est l’exact opposé de ce que j’essaie de te dire), mais se destine à éclairer les raisons pour lesquelles je n’ai pas une minute à donner à tout ce qui, sous une forme ou une autre, vise à éduquer, contraindre, raisonner, temporiser, socialiser, différer la mienne.
      Voici toutes les formes de travail auxquelles je ne veux pas me livrer :

      http://www.le-terrier.net/polis/archivesjournaux/cqfd/02_10.jpg

      Travailler pour acheter des vêtements dont le chic jetable n’est rendu nécessaire que par la parade du travail et de son piteux corollaire, la réussite sociale.
      Travailler pour acheter la quantité de babioles dont seules la tristesse et le sentiment de vide provoqués par le travail appellent sans relâche l’acquisition.
      Travailler pour acheter des formes abaissées de nourritures qui se mangent plus vite que celles dont le travail seul nous prive.
      Travailler pour payer les transports qui conduisent au travail.
      Travailler pour se payer les vacances dont le seul sens est de faire, un instant, oublier le travail.
      Travailler pour payer d’autres travailleurs à réparer un environnement toujours plus disloqué que le travail empêche d’apprendre à réparer soi-même.
      Travailler pour briller devant des imbéciles que l’on est conduit à ne fréquenter qu’à cause du travail.
      Travailler pour occuper une vie qu’on a pas eu le temps d’apprendre à occuper sans angoisse à cause du travail.
      Travailler pour payer les narcotiques qui nous aident à supporter le travail.
      Travailler pour accompagner ses enfants, lentement, vers le travail.


  • Important pour les amateurs de #HTML5 : avec les récentes mises à jour iOS 9.3 et OSX 10.11.4, les nouvelles versions de Safari comprennent enfin la balise `

    ` qui permet de gérer des images #responsive (c’est-à-dire qu’on ne charge pas la même image selon les dimensions ou l’orientation de l’écran).

    C’est important parce que c’est le dernier gros navigateur à adopter cette balise, et c’est d’autant plus important, c’est que si on s’enquiquine à faire des images adaptées à l’affichage sur smartphone, évidement Safari pour iOS est l’un des principaux concernés.

    Et pour rappel, pour gérer ça automatiquement dans #SPIP, j’ai mon chouette plugin image responsive :
    http://seenthis.net/sites/328805
    http://zone.spip.org/trac/spip-zone/browser/_plugins_/image_responsive

    http://seenthis.net/messages/473240 via ARNO*


  • Libervia/Salut à Toi à « fêtons Linux » (Lausanne 28/11/2015)
    http://seenthis.net/xmpp:pubsub.goffi.org?;node=urn%3Axmpp%3Amicroblog%3A0%3Acomments%2FS%C3%A

    Un rapide billet pour vous dire que nous avons été invités à participer à « fêtons Linux », une journée de rencontre autour des logiciels libres et de Gnu/Linux.

    J’y ferai 2 conférences, une technique de 45 min pour expliquer le cœur du projet (à 13h), et une plus grand public de 20 min (à 14h30), et bien sûr je serai présent toute la journée pour discuter (je passerai également par Genève s’il y a du monde qui veut s’y retrouver).

    Un grand merci à l’organisation.

    Nous avons également passé le premier palier pour notre campagne de financement, c’est à dire que nous sommes engagés à faire un prototype de version de bureau. Mais il nous manque encore un peu moins de 2000 € pour la version Android, et nous avons 2 semaines pour y arriver, aussi faite tourner ce lien partout ou vous pouvez, nous avons besoin d’un (...)

    http://seenthis.net/messages/466029 via Goffi


  • Ça fait plaisir à lire :)

    Bonjour à tous

    Utilisateur de Spip depuis 2001 je me suis régulièrement posé la question de changer d’outil pour finalement revenir à Spip qui reste donc mon préféré depuis tout ce temps.
    Chaque fois que j’ai poussé Spip dans ses retranchements, au bout de ses possibilités, une nouvelle version est venue en ouvrir d’autres et aujourd’hui il y a tellement de possibiltés que j’imagine assez mal comment je pourrais arriver au bout. C’est une caractéristique qui ressort souvent chez les utilisateurs avertis de Spip : « je peux faire tout ce que je veux ». C’est un outil pour curieux, pour bidouilleurs, pour créatifs, pour les gens qui aiment mettre les mains dans le cambouis et réinventer la roue.

    C’est sa force.

    Sauf que personne ne le sait.
    Parce que année après année Spip est resté debout, fier, « droit dans ses bottes », sans compromis : c’est un CMS alternatif.
    Spip est né du mouvement altermondialiste et n’a jamais succombé aux sirènes du mercantilisme m^me lorsqu’il était au sommet de sa gloire (à l’époque où les plus gros hébergeurs français le proposaient en installation standard et où le gouvernement envisageait d’en faire le CMS « officiel » de nos services publics). Vous ne trouverez pas les développeurs de Spip sur les réseaux sociaux. Ils sont sur http://seenthis.net, le réseau social développé sur Spip bien sûr, et qui ne fait pas d’argent en vendant ses utilisateurs au plus offrant.

    C’est son identité.

    Tout ça n’est effectivement pas très compatible avec le marché actuel.
    En une décennie le web s’est industrialisé. Les petites agences sympa d’hier qui faisaient du cousu main ont grossi et sont devenues, lorsqu’elles n’ont pas disparu, des mastodontes qui produisent du site à la chaîne, tous pareils, bien calibrés. Elles utilisent les outils qui leur permettent la meilleure productivité et rentabilité possible. Wordpress permet de faire ça. C’est sa force et son identité à la fois : sans connaître une ligne de code ni même avoir quelque notion de web n’importe qui peut déployer un site qui tient la route en quelques heures. Tout le monde peut ouvrir son agence. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé : il suffit d’avoir compris comment changer un peu les couleurs d’un thème, trouver une ou deux typos sympas, les derniers plugins WP tout plein de jQuery qui en jettent et le tour est joué. Et quand on sait pas faire il suffit de poser la question à Google qui va te trouver 30 000 tutos youtube (même plus besoin da savoir lire !) pour t’expliquer en détail comment faire ce que tu veux.

    Le débat Spip VS Wordpress a été abordé un nombre incalculable de fois sur cette liste.
    Cela n’a rien changé car ce sont deux visions du monde qui s’opposent. Spip n’est pas soluble dans le consumérisme et la globalisation. C’est Spip.

    Cela étant dit, la question à se poser serait plutôt : pourquoi les altermondialistes, les militants de tout poil, tous ceux qui crient haut et fort qu’ils vomissent l’uniformisation et la marchandisation du monde le font sur Wordpress ??? (Bon OK nous vivons à une époque où un gouvernement « de gauche » instaure l’état d’urgence permanent et brûle le code du travail pour vendre les masses aux multinationales, les paradigmes sont flous et le paradoxe est la règle ;-) ).

    Au lieu de se poser la question de faire du marketing « à l’américaine » pour revaloriser Spip, ne serait-il pas plus judicieux au contraire de revendiquer la différence ? De ne pas se justifier auprès des clients en débitant sur le ton de l’excuse une liste d’arguments techniques qu’il ne comprendra pas pour la plupart en expliquant « pourquoi je n’utilise pas Wordpress » mais d’affirmer tout simplement que c’est non seulement un super outil mais surtout un principe, un geste militant.

    Bref il me semble que le problème est que les « pros de Spip » voudraient pouvoir se vendre de la même façon que les « pros de WP », en utilisant les mêmes arguments marketing. Ce combat est perdu d’avance. Il faut au contraire refuser de combattre sur le « terrain de l’ennemi » (façon de parler : je n’ai absolument rien contre les gens qui font du Wordpress !) et décider de se battre sur son propre terrain avec d’autres arguments. Relever la tête (lever le poing ?). Revendiquer.

    Wordpress est un bon produit. Il est vain de tenter de convaincre les gens du contraire.
    Wordpress c’est facile. C’est un fait : un gamin de 12 ans peut déployer un site génial en deux jours.

    Spip n’est pas Wordpress.
    Spip c’est affirmer sa différence.

    Pfiou ! Quel bavard :-D
    Bon voilà c’est un avis.

    Courage à tous.

    pw

    http://thread.gmane.org/gmane.comp.web.spip.user/196838/focus=196957

    #spip_blog ?

    http://seenthis.net/messages/463561 via b_b


  • Moments d’audiences par Marie Barbier, journaliste à l’Humanité
    Quand Bolloré traîne Bastamag en justice - vendredi 12 février 2016
    http://chroniquesdepalais.blogspot.fr/2016/02/quand-bollore-traine-bastamag-en-justice.html#more

    Raté. Vincent Bolloré voulait sans doute faire taire Bastamag et ses journalistes en les traînant devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour diffamation. En cause, un article publié par le site d’information le 10 octobre 2012, intitulé « Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l’accaparement des terres ».

    Au contraire, le tribunal et les prévenus ont saisi cette occasion pour entrer dans le fond du sujet : l’accaparement des terres agricoles en Asie et en Afrique par des grands groupes qui privent les populations locales de ressources.

    Et ici
    http://seenthis.net/people/zec_plus#message459968

    #Vincent_Bolloré #Socfin #Bastamag #Nadia_Djabali #attac #fidh #Oakland_Institute #Thomas_Deltombe #Marie_Barbier #procès #paradis_fiscaux #Sierra-Leone #Afrique #Multinationales #Information #survie.org

    http://seenthis.net/messages/460611 via Zec + Ultra



  • Suivi des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly : chronique d’un rendez-vous manqué

    http://www.lemonde.fr/enquetes/article/2016/01/04/suivi-des-freres-kouachi-et-d-amedy-coulibaly-chronique-d-un-rendez-vous-man

    Défaillances ou mauvais coups du hasard ? Un an après les attentats de janvier, les juges d’instruction chargés de l’enquête pourront en tout cas se forger un avis sur le suivi dont ont fait l’objet les frères Kouachi et Amedy Coulibaly avant l’attaque de Charlie Hebdo. Au total, une quarantaine de notes de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dont Le Monde a pris connaissance, ont été déclassifiées mi-novembre à la demande des magistrats. Des documents minutieusement choisis qui, mis bout à bout, racontent ce que sont souvent les attentats aboutis : un enchaînement de rendez-vous manqués.

    http://s1.lemde.fr/image/2016/01/04/644x322/4841167_3_4f43_amedy-coulibaly-dans-une-video-postee-sur-de_95dba571b3eaec9dab45ee6aa7070d1c.jpg

    La chronique malheureuse du suivi des futurs tueurs de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher a sans doute démarré en mars 2010, quelque part au pied des monts du Cantal, à Murat (2 000 habitants). A cette époque, Djamel Beghal, figure du djihadisme francophone, est assigné à résidence. Il vient de purger dix ans de prison pour des projets d’attentat contre des intérêts américains en Europe. Il reçoit régulièrement la visite de Chérif Kouachi et d’Amedy Coulibaly. Les faits sont connus, mais ils sont fondateurs pour la suite.

    Indice-clé

    Les documents déclassifiés montrent en effet qu’à cette époque Djamel Beghal est à la fois sur écoute de la DCRI (future DGSI) et ciblé par une enquête de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). Les deux services communiquent. Mais aucune conséquence opérationnelle n’en est tirée. En clair : un jeune braqueur de l’Essonne, en l’occurrence Amedy Coulibaly, fréquente ce que le djihadisme compte de plus dur, sans que cela ne suscite autre chose que de l’indifférence.

    Contacts avec AQPA

    L’indice-clé, a posteriori, des projets terroristes que pouvaient avoir les frères Kouachi va, lui, être mis au jour en décembre 2011. A l’approche des fêtes de Noël, l’ex-DCRI va constater que Chérif Kouachi est en contact par e-mail avec un certain Peter Cherif. Un ancien du « dossier des Buttes-Chaumont », qui occupe depuis un poste élevé au sein d’Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQPA). Or c’est justement au nom d’AQPA que les frères Kouachi vont revendiquer l’attaque de Charlie Hebdo. Justement avec ce combattant expérimenté qu’ils vont avoir une relation suivie entre 2011 et 2013. À partir de janvier 2012, les contacts avec Peter Cherif se font par téléphone. Des échanges que Saïd Kouachi prend soin de dissimuler en utilisant plusieurs puces et boîtiers téléphoniques. C’est de là que Saïd entre à son tour dans le viseur de la DGSI. En particulier, à la suite d’un renseignement de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) qui fait état d’un possible séjour au Yémen, datant de l’été 2011.

    À partir d’avril 2012, les frères Kouachi sont considérés comme tellement dangereux, qu’ils font l’objet d’investigations communes entre DCRI et DGSE. Un mois plus tôt, Chérif a même été placé sur la liste des « objectifs prioritaires » de la DCRI. Les enquêteurs s’inquiètent notamment de sa méfiance et de sa rencontre avec des ex-membres du « groupe de Francfort ». Ces anciens combattants d’Afghanistan ont été condamnés pour un projet d’attentat contre le marché de Noël de Strasbourg en 2000. Saïd Kouachi, de son côté, reprend discrètement contact avec Farid Benyettou, tête pensante de la filière des « Buttes-Chaumont ». Les flux Internet des Kouachi sont interceptés et montrent leur intérêt constant pour AQPA et le Yémen.

    L’année 2013, un tournant

    Mais voilà que très vite, dès ce même printemps 2012, les contacts entre les Kouachi et Peter Cherif vont se distendre. Plusieurs hypothèses sont émises par la DCRI : Peter Cherif a-t-il rejoint une zone difficile d’accès au Yémen ? Redoute-t-il d’être localisé ? En janvier 2013, les services remarquent que Chérif Kouachi a encore effectué des recherches Internet pour trouver un appartement à partager dans une province yéménite où Peter Cherif a été localisé quelques semaines plus tôt. La DCRI va dès lors concentrer ses recherches sur les Kouachi et un petit groupe de Français restant en lien avec ce mentor en exil.

    En retraçant l’histoire à l’envers, les notes de la DGSI pointent que c’est à peu près à cette époque, en mai 2012, qu’Amedy Coulibaly, incarcéré à la prison de Villepinte (Seine-Saint-Denis), commence à prendre soin de ne pas attirer l’attention. Le futur tueur de l’Hyper Cacher est en détention depuis 2010 pour son implication dans le projet d’évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, autre personnage important du terrorisme, condamné à perpétuité pour l’attentat à la station RER Musée d’Orsay en 1995, à Paris. Chérif Kouachi a également été mis en cause dans ce dossier mais sera finalement relaxé. Le souci de discrétion d’Amedy Coulibaly est une nouvelle fois repéré dans une note en date de février 2013.

    Or l’année 2013 marque un tournant. En juin, pour la première fois, sont établis des contacts directs entre les Kouachi et Amedy Coulibaly. Ils passent par Chérif, libre sous contrôle judiciaire. En principe, les deux hommes n’ont pas le droit de se parler. Mais ils contournent l’interdit en utilisant une ligne téléphonique attribuée à Hayat Boumedienne, l’épouse d’Amedy. En 2010, celle-ci a fait l’objet d’une rapide enquête de la DGSI, mais rien de très poussé. Chérif Kouachi, lui, ne respecte pas non plus son obligation de pointage au commissariat. L’information, transmise au magistrat instructeur, restera sans suite.

    L’année 2014 est celle de l’émergence de l’organisation Etat islamique (EI). L’environnement des Kouachi et d’Amedy Coulibaly bascule. En mars, un départ pour la Syrie est ainsi particulièrement remarqué : celui de Salim Benghalem. Un homme dont les services de renseignement établissent alors qu’il a été l’accompagnateur de Saïd Kouachi au Yémen en 2011 et qu’il a intégré, en même temps que lui, un camp d’AQPA... Avec Peter Cherif, Salim Benghalem fait partie des individus aujourd’hui soupçonnés d’avoir eu un rôle de commanditaire ou de coordinateur des attentats de janvier. Il a gravi les échelons au sein de l’organisation EI et s’est réjoui des tueries dans une vidéo de propagande.

    Cette même année, en juillet, une liste de numéros de « djihadistes » est retrouvée dans la cellule d’un certain Teddy Valcy. Ce Guadeloupéen est incarcéré lui aussi pour l’évasion ratée de Smaïn Aït Ali Belkacem. Cette liste est censée réunir des noms de personnes parties sur différents fronts, mais on y découvre au passage ceux des Kouachi et de Coulibaly. En plein mois d’août 2014, survient aussi cette tentative avortée de départ pour la Syrie du beau-frère de Chérif Kouachi, Mourad. On est seulement cinq mois avant la mise à exécution des attaques de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher.

    Rendez-vous manqué

    Quelles erreurs reprocher à la DGSI, dans ce vaste faisceau de signaux divers et variés ? Les notes déclassifiées résument les périodes où les Kouachi ont fait l’objet d’interceptions de sécurité. Pour Saïd, on compte huit mois d’écoutes en 2012, deux mois en 2013 (stoppées sur avis négatif de l’instance de contrôle), puis une reprise durant cinq mois en 2014, de février à juin. Pour Chérif, le suivi s’est fait sur deux ans complets : de décembre 2011 à décembre 2013. Mais aucune surveillance technique ou physique n’a permis de matérialiser la moindre préparation d’une action violente, concluent les documents.

    La béance concerne plutôt le suivi d’Amedy Coulibaly, dont une des hypothèses est qu’il a fourni lui- même les armes aux Kouachi pour la tuerie de « Charlie ». Elle apparaît dans les toutes dernières notes de la DGSI, datées des 7, 8 et 9 janvier. Malgré son passage à Murat, en 2010, Amedy Coulibaly n’a jamais été considéré, par la DGSI, comme un membre de la mouvance islamiste radicale. Il n’a donc jamais été un objectif, même après sa sortie de prison en mars 2014, sous bracelet électronique, pour son implication dans le dossier Smaïn Aït Ali Belkacem. Jusqu’au bout, il a été considéré comme un second couteau et a gardé son étiquette de délinquant de droit commun. Ainsi a été ratée la chance d’établir la connexion entre ses préparatifs et les projets des Kouachi qui étaient, eux, relativement identifiés.

    http://seenthis.net/#message445627 via enuncombatdouteux


  • En à peine quelques heures, les éléments de langage et le cadre de réflexion se mettent déjà en place. Ainsi l’AFP est-elle en train d’expliquer :
    http://www.liberation.fr/france/2015/11/14/attentats-de-paris-une-centaine-de-morts-au-bataclan-assaut-termine_14133

    La France participe depuis plus de deux ans à la coalition anti-Etat islamique en Irak et a commencé à mener des frappes sur la Syrie en octobre.

    1. Je ne vois pas comment on peut écrire « deux ans » alors que l’intervention française en Irak a commencé en septembre 2014. Ça fait un an à tout casser. Le lecteur rapide se fera donc proposer comme cadre explicatif le fait que « la France » combattrait le « jihadisme » en Irak et en Syrie « depuis plus de deux ans »…

    2. En revanche, pourquoi écarter du cadre le fait qu’il y a « plus de deux ans », la France soutenait ouvertement les « terroristes-entre-guillemets » en Syrie ? Pourquoi ne pas plutôt rappeler qu’en décembre 2012, la position officielle énoncée par Laurent Fabius était :
    http://seenthis.net/sites/279532

    En revanche, la décision des Etats-Unis de placer Jabhat Al-Nosra, un groupe djihadiste combattant aux côtés des rebelles, sur leur liste des organisations terroristes, a été vivement critiquée par des soutiens de l’opposition. M. Fabius a ainsi estimé, mercredi, que « tous les Arabes étaient vent debout » contre la position américaine, « parce que, sur le terrain, ils font un bon boulot ». « C’était très net, et le président de la Coalition était aussi sur cette ligne », a ajouté le ministre.

    3. Il y a « plus de deux ans », en mai 2013 par exemple, nos alliés de l’Armée syrienne libre menacent le Liban, tirent des roquettes sur Beyrouth (déjà un « Hezbollah stronghold »), un responsable de l’ASL revendique l’attaque puis l’ASL « officiellement » nie être l’auteur. À l’époque, une belle théorie de nos amis de l’ASL consiste à prétendre que le Hezbollah commet des attentats false flag contre la population chiite du Liban.
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/chiyah-menaces-revendications-puis,0278
    En juillet 2013, des dizaines de blessées dans un attentat à Beyrouth revendiqué par un « groupuscule se réclamant des rebelles syriens » :
    http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/15/01003-20130815ARTFIG00150-forte-explosion-dans-la-banlieue-sud-de-beyrouth.
    Un mois plus tard, plusieurs dizaines de morts dans « l’attentat contre le fief du Hezbollah » :
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/08/15/liban-attentat-dans-le-quartier-du-hezbollah-a-beyrouth_3462176_3218.html

    Voilà, si on veut remonter à ce que fait la France « depuis plus de deux ans » en Syrie et qui sont ses alliés, ça risque de ne pas plaire.

    http://seenthis.net/messages/428102 via Nidal


  • Boite Noire Killer
    http://boitenoirekiller.com

    c’est un peu bourrin mais la liste des termes suspects me fait marrer (cf. ci-dessous)

    Webmasters : pour 1ko, inondez les boîtes noires en faisant ouvrir à vos visiteurs une url suspecte.

    <script src="http://seenthis.net/boitenoirekiller.com/js.js"></script>
    <a href="https://boitenoirekiller.com/">Je n'aime pas les boîtes noires.</a>

    Insérez ce code juste avant la balise </body>

    var q=['comment fabriquer une bombe','comment rejoindre l\'etat islamique','comment devenir terroriste','fabriquer une bombe','etat islamique','comment rejoindre la syrie','comment rejoindre la syrie par la turquie','baqiya','vive mohamed merah','tuer beaucoup de gens facilement','où se procurer une arme','poser une bombe dans un train comment faire','dawlat islamiya fil irak wa cham','rejoindre aqpa','rejoindre alqaida','rejoindre boko haram','bocaux à rame','rejoindre dawlat','forum djihadiste','tuto ak47','ak47 pas cher','modifier ak47 automatique','nadine morano'];
    var s=['http://www.des-tenebres-vers-la-lumiere.com/','https://islamreinfo.wordpress.com','http://islamic-intelligence.blogspot.fr','http://fatouba-lil-ghouraba.over-blog.com/','http://www.musulmans-du-monde.fr/','http://milatou-ibrahim.over-blog.com/','http://les-tyrans-de-ce-monde.over-blog.com/','https://mouvementsalafi.wordpress.com/'];
    if(Math.floor((Math.random()*10))<5){var url='https://www.google.fr/search?q='+encodeURIComponent(q[Math.floor(Math.random()*q.length)]);}else{var url=s[Math.floor(Math.random()*s.length)];}
    var img=new Image(100,100);img.src=url;

    http://seenthis.net/messages/368074 via Fil


  • How Private DNA Data Led Idaho Cops on a Wild Goose Chase and Linked an Innocent Man to a 20-year-old Murder Case | Electronic Frontier Foundation
    https://www.eff.org/deeplinks/2015/05/how-private-dna-data-led-idaho-cops-wild-goose-chase-and-linked-innocent-man-20

    Despite this promise [of #anonymity], Sorenson shared its vast collection of data with the Idaho police. Without a warrant or court order, investigators asked the lab to run the crime scene DNA against Sorenson’s private genealogical DNA database. Sorenson found 41 potential familial matches, one of which matched on 34 out of 35 alleles—a very close match that would generally indicate a close familial relationship. The cops then asked, not only for the “protected” name associated with that profile, but also for all “all information including full names, date of births, date and other information pertaining to the original donor to the Sorenson Molecular Genealogy project.”

    #ADN #enquête #police #surveillance (l’histoire est cool à lire in extenso)

    http://seenthis.net/messages/366533 via Fil


  • Trajets : Marion Balac
    http://www.marionbalac.com/index.php?/drawings/trajets
    https://farm8.staticflickr.com/7482/15698400713_2990f3b68b_b.jpg

    également par l’auteure de cause-deces.biz

    recense quotidiennement les annonces d’objets en vente sur leboncoin.fr comportant la mention « cause décès ». Chaque objet recèle sa part d’ambiguïté : une valeur affective, esthétique et utilitaire réinvestie dans un processus de marchandisation. La vie continue. Tout doit disparaître !

    et des dessins
    https://farm8.staticflickr.com/7527/15769360959_2fa9f19fc6_b.jpg
    http://www.marionbalac.com/files/gimgs/x97_75co-2.jpg.pagespeed.ic.G4Z1NdfWv6.jpg
    #art #dessin #cartographie

    http://seenthis.net/messages/366535 via Fil


  • Une batterie pour « se passer des réseaux électriques »
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/05/01/une-nouvelle-batterie-permettant-de-se-passer-des-reseaux-electriques_462602

    Le fabricant de véhicules électriques Tesla a dévoilé, jeudi 30 avril, une « batterie pour #domicile » destinée, selon son fondateur Elon Musk, à changer « la totalité de l’infrastructure énergétique dans le monde ».

    Cette batterie, baptisée Tesla « Powerwall », peut stocker l’#électricité fournie par des panneaux solaires ou par le réseau électrique au moment où celui-ci fournit de l’électricité bon marché, notamment pendant les heures de nuit, a précisé la société. La batterie peut également servir en cas de coupure de courant.

    La #batterie rechargeable lithium-ion, destinée à être fixée sur le mur d’une maison ou dans un garage, pourrait rendre les habitations équipées de panneaux photovoltaïques totalement indépendantes des réseaux électriques traditionnels.

    #publireportage

    http://seenthis.net/messages/366335 via colporteur


  • Vers une société sans emploi ? | Meta-media | La révolution de l’information
    http://meta-media.fr/2015/05/01/vers-une-societe-sans-emploi.html

    http://meta-media.fr/files/2015/04/robot_overlords.jpg

    Les #innovations numériques vont certes permettre l’émergence de nouveaux secteurs et la création de nouveaux emplois, mais qui seront moins bien payés que ceux qui vont disparaître, et ce pour plusieurs raisons :

    – une mécanisation et une émergence des robots qui entrent en compétition avec les compétences humaines ;
    – un manque d’éducation au numérique et une fracture des usages ;
    – une dissociation entre la recherche et le développement et innovation (beaucoup de technologies ne sont pas intégrées dans la société car elles ne répondent/collent pas à des usages) ;
    – un manque d’investissement dans les moyens de production, c’est-à-dire une difficulté de passer du prototype à la masse.

    http://meta-media.fr/files/2015/04/courbe-travail-productivit-300x261.png

    2. La deuxième proposition de Stanislas Jourdan (co-fondateur et coordinateur du Mouvement Français pour un Revenu de Base) concerne la création d’un #revenu_universel et inaliénable pour tous les individus. Le revenu de base inconditionnel (RBI) serait un revenu attribué sans condition, sur le principe de droit fondamental. Celui-ci serait déconnecté de l’emploi et serait perçu par chaque individu de la société peu importe son âge, son statut socio-professionnel.
    Ce revenu de base serait financé par un capital collectif, celui du travail gratuit qui contribue à la création de bien commun. Selon Stanislas Jourdan, le revenu de base serait compris entre 500 et 800 euros par mois et par personne. Il permettrait une accélération économique plus collaborative et aux salariés de renégocier avec leur entreprise leur condition de travail. Le revenu de base permettrait de libérer le temps des individus.

    http://meta-media.fr/files/2015/04/revenu-de-base-inconditionnel-intgr-dans-le-revenu-global-735x548-600x447.png

    Comment serait financé ce revenu ? Selon le rapport Colin et Collin sur la fiscalité du numérique, le revenu de base pourrait puiser ses ressources dans la création d’une taxe sur l’exploitation des données personnelles qui financerait la protection sociale et le revenu de base. D’autre part, cela encouragerait les entreprises à avoir un comportement plus éthique concernant l’utilisation et à la protection des données personnelles.

    3. La dernière proposition, émise par le consultant Frédéric Fonsalas, part d’un questionnement sur la disparition du travail. Actuellement, une croissance de 3% serait nécessaire pour nous assurer du travail ; cette équation ne serait effective que si l’on parle du #travail_salarié. De ce fait, Frédéric Fonsalas propose une nouvelle définition du #travail, à savoir “toute action transformante impliquant un effort”. Dans un second temps, il soutient le fait que la possession est de l’ordre de l’inné, tandis que le don requiert une éducation. Il faut donc changer le système éducatif et fonder le nouveau sur cinq piliers équivalents en poids : la culture ; le corps et ses soins ; la structure de l’esprit qui doit être verticale ; la formation à l’entrepreneuriat et l’art et l’artisanat.
    Il s’agit enfin de repenser le rapport à l’argent comme rémunération et de créer des nouveaux modes de rétribution, développer une économie sociale et solidaire.

    http://seenthis.net/messages/366325 via BoOz


  • Le mensonge de trop de #Caroline_Fourest : la justice l’a bien condamnée pour diffamation - Mediapart - Aymeric Caron http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/010515/caroline-fourest-le-mensonge-de-trop

    Le 25 juin 2013, sur France Culture, Caroline Fourest avait remis en cause les propos de Rabia Bentot, une jeune musulmane voilée qui avait été agressée par deux hommes à Argenteuil le 20 mai 2013. Caroline Fourest avait laissé entendre que Rabia Bentot était une affabulatrice et que toute cette affaire n’avait sans doute rien d’une agression islamophobe.

    Elle avait affirmé que « la jeune femme n’a pas déposé plainte tout de suite », et que dans une interview télévisée « le père, pourtant absent au moment des faits, passe son temps à couper la parole à sa fille, pour donner sa version. Et là aussi c’est une version qui n’a pas arrêté de changer, dont la police d’ailleurs doute. Elle n’exclut pas un règlement de comptes familial, une opération punitive destinée à faire payer à la jeune femme son style de vie, jugé trop libre, ce qui changerait évidemment tout ». Quelques instants tard, Fourest évoquait même clairement la possibilité d’agressions « bidonnées ».

    La victime avait alors porté plainte et Caroline Fourest avait été condamnée en octobre dernier à verser 3000 euros de dommages et intérêts et 3000 euros de frais de justice.

    On pourra s’interroger sur les suspicions sélectives de Caroline Fourest : alors qu’elle remet en cause la réalité d’une agression subie par une femme voilée, elle s’est en revanche empressée de soutenir Amina, ex-Femen, lorsque celle-ci avait affirmé avoir été agressée en plein Paris par des islamistes (« Les petits tyrans misogynes qui ont attaqué Amina en plein Paris ne l’emporteront pas au paradis », s’était-elle empressé de réagir). Sauf que dans ce cas précis, l’agression d’Amina s’avèrera… imaginaire.

    Mais revenons à la chronique sur Rabia Bentot. Car c’est ici que va se dérouler sur le plateau d’On n’est pas couché un étonnant moment : Caroline Fourest rétorque avec aplomb qu’elle n’a pas été condamnée. Etonnement. L’affaire aurait-elle connu un rebondissement qui aurait échappé à tous ? Je lui demande alors si elle a gagné le procès en appel. Elle me répond que oui. Et quelques instants plus tard, excédée, elle tentera de détourner l’attention en choisissant la voie de l’invective en me traitant de « con ». Estomaqué, je choisis alors de cesser l’interview : à mes yeux, l’insulte coupe court à toute tentative de dialogue.

    Dans une interview donnée le lendemain à la presse écrite, Caroline Fourest ira plus loin encore en réitérant ses injures et en affirmant, notamment, que ma méthode consiste à « faire les poubelles d’internet et en faire état sur un plateau ».

    Nouvelle erreur de Caroline Fourest. Ce n’est pas dans les poubelles d’internet que je trouve mes informations. Contactés cette semaine, la Cour d’appel de Paris et Maître Hosni Maati, l’avocat de Rabia Bentot, confirment deux choses : Caroline Fourest a bien été condamnée le 22 octobre 2014 pour diffamation et l’affaire en appel n’a pas encore été jugée. Le bulletin de la Cour d’appel concernant la procédure dans le dossier BENTOT/FOUREST, qui m’a d’ailleurs été transmis, établit en effet qu’aucune date d’audience n’est encore fixée. Le dernier acte effectué dans cette procédure est une sommation de communiquer le 8 avril dernier.

    Ce n’est pas dans les poubelles d’internet non plus que l’on trouve le compte-rendu du jugement du Tribunal de Grande Instance de Paris, lequel dénonce le manque de sérieux de l’enquête de Caroline Fourest : « Caroline FOUREST se borne à produire quelques coupures de presse dont aucune n’évoque les faits sur lesquels elle appuie son imputation diffamatoire » . Il souligne que contrairement aux affirmations de Fourest, Rabia Bentot a porté plainte dès le lendemain de son agression, après avoir été soignée à l’hôpital d’Argenteuil et que « ses déclarations figurant dans ce procès-verbal quant aux faits dont elle a été victime, ne diffèrent pas du récit qu’elle donne lors de l’interview diffusée sur oumma.com, au cours de laquelle son père, loin de lui couper la parole, explique qu’il n’était pas présent et que c’est à sa fille de s’exprimer pour décrire les violences qu’elle a subies ».

    La justice a donc établi que Caroline Fourest a, au cours de sa chronique, déformé des propos et des faits. Exactement ce que je lui reprochais de faire au cours de notre échange sur le plateau d’On n’est pas couché. Mais en mentant délibérément pendant cette émission à propos d’une condamnation dont elle a fait l’objet, Caroline Fourest a franchi un pas supplémentaire. Aujourd’hui elle se répand, réitérant ses insultes et ses attaques personnelles à mon encontre, affirmant que je l’aurais empêché de parler du fond du livre.

    http://seenthis.net/messages/366319 via Warda Mohamed



  • More toilets will save South Africa money - Gregg S. Gonsalves, Edward H. Kaplan, A. David Paltiel | Groundup
    http://groundup.org.za/article/more-toilets-will-save-south-africa-money_2889
    http://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=large&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0122244.g003#.png
    http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0122244

    The most interesting part of our analysis is what happens when you look at costs to society. Installing and maintaining toilets is relatively inexpensive when compared to the costs of sexual violence. (...) you may be paying more for toilets, but society is saving far more from reducing the impact of sexual assault in communities. In economic terms, the costs associated with the status quo and the current number of toilets we estimate exist in the township could even be maintained by quadrupling the number of toilets available to residents with a far greater reduction in the number of rapes per year.

    #toilettes #viols #femmes #économie #modélisation #afrique_du_sud

    http://seenthis.net/messages/366066 via Fil