• Derrière l’« #alt-right », cinq grandes mouvances qui convergent
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/08/24/derriere-l-alt-right-cinq-grandes-mouvances-qui-convergent_5176064_4408996.h

    L’« alt-right » est plus qu’une étiquette rajeunie pour l’extrême droite anglophone : c’est un agrégat de cinq grandes mouvances distinctes. Telle est la conclusion partagée par Tim Squirrel, doctorant en science et technologie à l’université d’Edimbourg (Ecosse) et membre du laboratoire de recherche Alt-Right Open Intelligence Initiative, dans un billet publié le 18 août sur le site américain Quartz. Pour y parvenir, le chercheur a conduit une vaste analyse lexicale sur The_Donald, principale sous-section « alt-right » du forum Reddit avec ses 450 000 abonnés.
    […]
    L’« alt-right » telle qu’elle s’exprime sur The_Donald s’avère ainsi constituée de cinq grandes catégories de participants bien distincts :
    • les shitposters de 4chan, ou purs trolls. Ils sont dans la provocation sans limite et utilisent de manière intensive les termes « kek » (sorte de dieu du politiquement incorrect) et « Pepe » (leur grenouille symbole) ;
    • les anti-progressive gamers ou joueurs antigauche. Dans le sillon du #GamerGate, mouvement antiféministe né en 2014 qui constitue l’un des leurs mots-clés, ils luttent depuis 2014 contre la diffusion des idées féministes, de défense des droits LGBT et du mouvement Black Live Matters dans les jeux vidéo, et dénigrent ceux qu’ils appellent avec mépris les « SJW » (combattants de la justice sociale) ;
    • les men rights activists ou militants masculinistes. Ils s’opposent aux féministes autant qu’ils cherchent à revaloriser une certaine vision de la virilité, à travers toute une échelle de valeurs des hommes en fonction de leurs performances comme séducteurs (ils appellent « alpha » les hommes et séducteurs jugés dominants, « omega » les moins musclés, etc.) ;
    • les anti-globalization. Sur des schémas souvent simplistes, conspirationnistes et antisémites, recherchent des « élites » à combattre (comme « George Soros », « the etablishment », ou la « globalist scum », la vermine mondialiste) ;
    • les suprémacistes blancs. Ce sont militants actifs de la défense d’une supposée « identité occidentale » chrétienne, notamment face à l’islam et la charia, deux de leurs thèmes fétiches. Ils idéalisent, par ailleurs, les Croisades.

    https://seenthis.net/messages/624394 via Simplicissimus


  • Le gouvernement américain veut identifier plus d’un million de visiteurs d’un site anti-Trump

    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/08/15/le-gouvernement-americain-veut-identifier-plus-d-un-million-de-visiteurs-d-u

    Le 20 janvier, 1,3 million d’internautes s’étaient rendus sur un site qui organisait des manifestations hostiles à l’investiture du nouveau président.

    http://img.lemde.fr/2017/08/15/139/0/3499/1748/644/322/60/0/ed31d75_3135-15f37a2.lb9lj9vn29.jpg

    Le gouvernement américain cherche à se procurer des informations sur tous les visiteurs d’un site Internet critique envers Donald Trump. Un mandat a été présenté par le ministère de la justice le 17 juillet à Dreamhost, l’entreprise hébergeant le site disruptj20.org (« perturbez le 20 janvier »), créé pour organiser les manifestations en marge de la cérémonie d’investiture du 45e président américain.

    Cette demande concerne 1,3 million d’internautes s’étant rendus sur le site et a pour but d’obtenir leur adresse IP (l’identifiant sur Internet de l’appareil utilisé pour se connecter) ainsi que le jour et l’heure de leur visite.

    Une adresse IP peut permettre au gouvernement d’obtenir l’identité de l’internaute qui l’utilise. Dreamhost a contesté cette demande devant la justice et a rendu publique cette procédure lundi 14 août.

    « Ces informations peuvent être utilisées pour identifier toute personne qui est allée sur ce site pour exercer et exprimer sa liberté d’expression politique, protégée par la Constitution », écrit l’entreprise sur son site, qualifiant la demande du gouvernement « d’alarmante », « un exemple d’abus de pouvoir de la part du gouvernement ».

    https://seenthis.net/messages/622561 via enuncombatdouteux


  • Chez les hackeurs, l’arrestation du « héros » de WannaCry ravive la crainte des autorités
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/08/10/chez-les-hackeurs-l-arrestation-du-heros-de-wannacry-ravive-la-crainte-des-a
    http://s1.lemde.fr/image/2017/08/10/644x322/5170973_3_76ee_rancongiciel-ransomware_c60b6f69b57517c443a67bccd63cfcad.png

    Le droit, mal adapté, a parfois jeté certaines activités des hackeurs, pourtant réalisées sans intention de nuire, du mauvais côté de cette ligne, et certains métiers, qui consistent à comprendre comment fonctionnent les groupes cybercriminels pour s’en protéger, peuvent mener en eaux troubles. Beaucoup de hackeurs ont été inquiétés, par exemple après des plaintes d’entreprises dont ils avaient repéré des failles de sécurité.

    En France, l’« affaire Kitetoa », puis Bluetouff, sont deux exemples de condamnations d’internautes pour « piratage » – le premier ayant été relaxé en appel – pour avoir pénétré dans des systèmes censés être protégés mais laissés grands ouverts.

    https://seenthis.net/messages/621551 via Fil


  • Controversé et un peu gênant : le manifeste antidiversité qui circulait à Google
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/08/07/le-genant-manifeste-antidiversite-d-un-employe-de-google_5169624_4408996.htm

    C’est un message qui a fait grand bruit dans les couloirs des bureaux de Google. Et même, comme c’est rarement le cas, à l’extérieur. La semaine dernière, un employé de Google a diffusé en interne, notamment par e-mail, un document d’une dizaine de pages dénonçant la politique de l’entreprise en matière de diversité.

    Ce message, que le site spécialisé Gizmodo a pu se procurer et a publié dans son intégralité samedi 5 août, estime notamment que le manque de femmes au sein des ingénieurs de l’entreprise, et à des postes à responsabilité, ne relève pas du sexisme. Pour lui, ce sont les « différences biologiques » qui l’expliquent. Les femmes sont, assure-t-il, « plus ouvertes aux sentiments et à l’esthétique qu’aux idées. (…) Elles ont généralement un intérêt plus fort que les hommes pour les gens, plutôt que pour les objets. Ces différences expliquent en partie pourquoi les femmes préfèrent relativement les métiers des secteurs sociaux ou artistiques ». Contrairement aux hommes qui, selon lui, sont plus attirés par le code.

    https://seenthis.net/messages/620761 via Simplicissimus


  • En Chine, deux « chatbots » bannis après des propos défavorables au régime
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/08/07/en-chine-deux-chatbots-bannis-apres-des-propos-defavorables-au-regime_516968

    Les programmes BabyQ et XiaoBing ont été bannis de la messagerie QQ, très populaire en Chine. Deux « chatbots », ces programmes informatiques conçus pour dialoguer, ont été bannis d’une messagerie chinoise après avoir tenu des propos défavorables au régime de Pékin, rapportent Reuters, le Financial Times et la BBC. BabyQ, créé par Turing Robot, une importante entreprise chinoise d’intelligence artificielle, et XiaoBing, développé par Microsoft, étaient hébergés sur le service de messagerie QQ, de (...)

    #Tencent #QQ #bot #censure #web #surveillance #algorithme

    https://seenthis.net/messages/620988 via etraces