• Temps compté
    http://www.greekcrisis.fr/2015/08/Fr0460.html

    Nouvelle campagne électorale grecque, placée sous le signe du Coup d’État européiste et permanent. Dernière pleine lune de ce mois d’août... et de SYRIZA. En deux semaines depuis l’adoption (anticonstitutionnelle) du mémorandum Tsipras, les cadres et les membres du parti de l’ex-Gauche radicale le quittent alors par milliers et par sections locales, départementales, voire régionales... quasiment en bloc. Métamorphoses d’Ovide face au... vide. Source : greek crisis


  • greek crisis : Escroquerie politique
    http://www.greekcrisis.fr/2015/08/Fr0459.html
    http://greek-crisis.org/@photoS/2015/@LQ/2015082111.jpg

    Le gouvernement d’Alexis Tsipras vient de démissionner au soir du jeudi 20 août. Les élections législatives anticipées auront lieu le 20 septembre prochain. C’est très probablement le dernier acte de l’escroquerie politique SYRIZA... primitif ; du temps d’avant, et en premier lieu de son équipe dirigeante-dirigée. Dans son allocution radiotélévisée, le Premier ministre du mémorandum III s’est justifié avec maladresse, s’accrochant à l’hybris, mensonge après mensonge. Piètre spectacle des temps modernes.

    http://seenthis.net/messages/400148 via Agnès Maillard


  • Dieux chthoniens
    http://www.greekcrisis.fr/2015/08/Fr0458.html

    Pour les rédacteurs de la revue politique (de gauche) “Unfollow” (numéro du mois d’août), ce mémorandum II est tout comme... un faire-part du décès de la Grèce, de sa démocratie, de sa souveraineté comme d’ailleurs de son économie. Sur internet grec, on ironise autant comme on peut sur le caractère totalitaire et concentrationnaire que ce mémorandum impose-t-il aux institutions démocratiques, au “Parlement” d’abord, en dépit hélas des (ultimes ?) efforts de résistance consentis par Zoé Konstantopoúlou. Efforts... alors payants, étant donné que la Présidente de l’Assemblée sera écartée des listes des candidats SYRIZA à la députation lors des législatives prochaines, d’après des sources de Maxímou (le Matignon) grec, citées par la presse cette semaine. Source : greek (...)


  • Mémorandum Tsipras
    http://www.greekcrisis.fr/2015/08/Fr0457.html

    Alexis Tsipras est devenu ce vendredi 14 août, le quatrième Premier ministre des mémoranda, faisant tristement suite à Papandréou, à Papadémos et à Samaras. Le mémorandum III vient d’être adopté par un “Parlement” et par un gouvernement “légiférant” en violation de la Constitution et contre la volonté populaire exprimée par le 62% du ‘NON’ ; élus pourtant, par une... majorité citoyenne anti-mémorandum. La Constitution a été piétinée comme d’usage et comme souvent en Europe européiste. SYRIZA n’est donc plus, plus comme avant en tout cas. Source : greek crisis


  • Aoûtiens
    http://www.greekcrisis.fr/2015/08/Fr0456.html

    Le gouvernement en a déjà averti ses députés, ils ne doivent... pas s’éloigner trop du “Parlement” cette semaine, le texte du mémorandum III est prêt, il sera ensuite présenté aux députés en deux articles seulement dès ce mardi 11 août et dans la plus grande urgence, comme d’ailleurs tous les précédents depuis 2010. Entre-temps, quatorze aéroports régionaux viennent d’être privatisés (l’annonce date du lundi 10 août) et en conséquence acquis par le consortium allemand Fraport-Slentel Ltd, avec la participation très minoritaire de l’entrepreneur grec Kopelouzos. Contrairement donc à ce que SYRIZA avait annoncé il y a six mois sur ce dossier, comme sur (presque) tous les autres, les avoirs du pays sont bradés et pour “mieux faire”, Fraport est un groupe connu pour sa pratique quant aux conditions de travail, (...)


  • Grèce-Europe occidentale, échanges et malentendus - II
    http://www.greekcrisis.fr/2015/08/Fr0455.html

    Pour les historiens ou les ethnologues de la Grèce contemporaine, comme pour l’anthropologue Mickael Herzfeld (Harvard, États-Unis) lequel y a séjourné pendant plusieurs années, l’identité néohellénique est comme animée, filtrée, voire incarnée par un dilemme fondamental, représentant un hellénisme à deux têtes, byzantin et antique (ce dernier “retravaillé” par l’Europe occidentale). De ce fait, il oscille sans pour autant prendre une décision, entre des choix historiques qui demeurent en quelque sorte ouverts. Source : greek crisis