programme TV, séries TV, films de la semaine, sorties sur Paris et toute l’actualité culturelle

https://www.telerama.fr

  • France 2 célèbre les dividendes record du CAC40 | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/television/france-2-celebre-les-dividendes-record-du-cac40,n6086841.php

    Plus les entreprises du CAC40 distribuent de dividendes, mieux se porte l’économie, certifie mercredi le “20 heures” d’Anne-Sophie Lapix grâce à des “spécialistes” qui n’ont rien à envier à ceux des chaînes info. Source : Ma vie au poste

    https://seenthis.net/messages/751302 via Rezo


  • France 5 présente l’addition aux Gilets jaunes | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/television/france-5-presente-laddition-aux-gilets-jaunes,n6038317.php

    Les Gilets jaunes, c’est terminé, assurent les éditorialistes. Reste à évaluer le coût de leurs dépradations et du “virage social” obtenu du gouvernement. Qui va payer ? Les chômeurs et les fonctionnaires, se réjouissent les experts. Seul Jean-Michel Aphatie reste hanté par la “machine de destruction massive” mise au point par les occupants des rond-points. Source : Ma vie au poste

    https://seenthis.net/messages/746394 via Rezo


  • Le “tournant social” d’Emmanuel Macron tourne en rond face aux Gilets jaunes | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/television/le-tournant-social-demmanuel-macron-tourne-en-rond-face-aux-gilets-jaunes,n

    De TF1 à France 2 en passant par BFMTV, les éditorialistes ont assuré le service après-vente des annonces faites par Emmanuel Macron à la télévision. Au besoin, en répandant de fausses nouvelles… Source : Ma vie au poste

    https://seenthis.net/messages/743313 via Rezo



  • Gilets jaunes : BFMTV salue l’efficacité de la répression policière - Télévision - Télérama.fr
    https://www.telerama.fr/television/gilets-jaunes-bfmtv-salue-lefficacite-de-la-repression-policiere,n5928185.p
    https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/simplecrop1000/public/mvp_giletsjaunes2.jpg?itok=MBP6V6ca

    De magnifiques blindés, d’élégants cavaliers, des centaines d’interpellés… Toute la journée de samedi, journalistes et experts de BFMTV ont célébré l’efficacité de nos glorieuses forces de l’ordre. L’un d’eux m’a même appris à distinguer un faux Gilet jaune d’un vrai Gilet jaune.

    #maintien_de_l’ordre

    https://seenthis.net/messages/742964 via Davduf


  • Panique dans les médias face aux Gilets Jaunes
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15346-panique-dans-les-medias-face-aux-gilets-jaunes

    par Pauline Perrenot

    C’est peu dire que la tonalité médiatique générale vis-à-vis des Gilets Jaunes, et celle des éditorialistes en particulier, a changé depuis la journée de mobilisation du samedi 24 novembre, et, plus encore, depuis celle de samedi 1er décembre. Dans un premier temps, les grands éditorialistes se sont interrogés avec condescendance, en donnant parfois l’impression d’observer les Gilets Jaunes comme de petites bêtes curieuses. Certains se sont mis en scène, en s’engageant ouvertement en faveur d’un mouvement qu’ils pensaient pouvoir résumer à la seule remise en cause d’une taxe sur le carburant [1]. Mais le discours médiatique dominant est désormais tout autre. Face à un mouvement qui s’inscrit dans la durée, à la diversité et à l’ampleur de ses revendications, à sa popularité, face aux (...)

    https://boutique.acrimed.org/don-soutien
    https://www.telerama.fr/television/la-france-de-patrick-sebastien-et-les-gilets-jaunes-de-jean-michel-aphatie,.
    https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/une-poule-rencontre-un-couteau-n-saint-cricq-et-les-problemes-de-gar


  • Lobby pro-israélien aux Etats-Unis : “Au fond, Israël se fiche de l’antisémitisme” - Médias / Net - Télérama.fr

    Un entretien avec alain gresh sur @orientxxi

    https://www.telerama.fr/medias/lobby-pro-israelien-aux-etats-unis-au-fond,-israel-se-fiche-de-lantisemitis

    La série documentaire sur l’action du lobby pro-israélien aux Etats-Unis, produite par Al-Jazira mais censurée par le Qatar, est désormais visible sur la plateforme française Orient XXI. Son fondateur Alain Gresh nous explique comment il a mis la main sur ce reportage explosif.
    Malgré le gel de sa diffusion par le Qatar, l’intégralité de l’enquête d’Al-Jazira sur le lobby pro-israélien aux Etats-Unis est visible ailleurs, sur le Web. Les quatre volets de ce travail de longue haleine menée par la cellule d’investigation de la chaîne qatarie sont désormais en ligne (et sous-titrés) sur Orient XXI, site d’information français sur le monde arabe et musulman. 
    Après avoir regardé les deux premiers épisodes de ce reportage explosif, nous avions quelques questions à poser à Alain Gresh, fondateur d’Orient XXI et ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique. Il nous explique pourquoi ce document a été censuré, comment il l’a récupéré et pourquoi il a finalement décidé de le diffuser.

    https://seenthis.net/messages/738403 via Nouvelles d’Orient


  • Regardez le documentaire interdit et explosif sur le lobby pro-israélien aux Etats-Unis - Télévision - Télérama.fr

    https://www.telerama.fr/television/regardez-le-documentaire-interdit-et-explosif-sur-le-lobby-pro-israelien-au

    Attention, matière inflammable ! Le site d’information sur le Proche-Orient et le Maghreb Orient XXI met en ligne les deux premiers épisodes d’une série documentaire en quatre volets : une enquête spectaculaire sur le lobby israélien aux Etats-Unis. Prévue début 2018, la diffusion de ce reportage mené par la cellule d’investigation de la chaîne qatarie Al-Jazira a été gelée par Doha qui, en plein contentieux avec ses voisins saoudiens et émiratis, n’a pas voulu s’aliéner l’administration Trump, infaillible appui d’Israël. Orient XXI précise sur son site qu’un accord est intervenu entre le gouvernement du Qatar et une partie du lobby pro-israélien qui a, en échange, accepté d’adopter une attitude neutre dans le conflit entre l’Arabie saoudite et le petit émirat. Dans Le Monde diplomatique, Alain Gresh, le directeur d’Orient XXI, rapporte qu’en avril 2018 le site de l’Organisation sioniste américaine (ZOA) publiait un communiqué se réjouissant que « le Qatar [ait] accepté de ne pas diffuser le documentaire vicieusement antisémite d’Al-Jazira réalisé par un infiltré sur le soi-disant lobby juif américain ».
    Nous avons visionné La Guerre secrète et Orienter les élites, les deux épisodes visibles sur le site d’Orient XXI. Premier constat : il s’agit d’un travail journalistique sérieux, précis et documenté qui fait intervenir de nombreuses personnalités, politiques, universitaires, essayistes, étudiants. L’expression « lobby juif », pour le moins tendancieuse, n’est jamais prononcée et il est expliqué à plusieurs reprises que les responsables des organisations incriminées dans le reportage ont été sollicitées, en vain, par ses auteurs. L’antisémitisme y est dénoncé sans équivoque. Nulle théorie du complot en vue, les adeptes des élucubrations antisémites type Protocoles des Sages de Sion peuvent donc s’abstenir.

    https://seenthis.net/messages/734620 via Nouvelles d’Orient


  • L’itinérance mémorielle d’Emmanuel Macron carbure au diesel d’extrême droite | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/television/litinerance-memorielle-demmanuel-macron-carbure-au-diesel-dextreme-droite,n

    Malgré la hausse du prix de l’essence, Emmanuel Macron prouve sa “passion pour l’histoire de France” en parcourant le pays. Et en profite pour poursuivre sa “guerre de tranchées” avec l’extrême droite. Source : Ma vie au poste

    https://seenthis.net/messages/734070 via Rezo


  • Jean-Baptiste Malet, prix Albert-Londres 2018 : “Je n’enquête pas pour me coucher devant un industriel” - Livres - Télérama.fr
    https://www.telerama.fr/livre/jean-baptiste-malet,-prix-albert-londres-2018-je-nenquete-pas-pour-me-couch
    https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/simplecrop1000/public/rea_174038_046_0.jpg?itok=wccrAKA9

    Les Italiens pourront-ils enfin lire “L’Empire de l’or rouge”, la formidable enquête de Jean-Baptiste Malet sur les coulisses de la fabrication de la tomate en conserve, censurée par son éditeur, Mondadori ? C’est l’espoir de l’auteur, qui vient d’être couronné du prestigieux prix Albert-Londres pour ce livre.


  • “Je n’ai pas lu le rapport” : la désarmante légèreté d’un député
    https://www.telerama.fr/television/mon-pays-fabrique-des-armes-je-me-suis-confrontee-six-mois-a-lomerta-de-lad

    J’ai décidé d’interroger Jean-Charles Larsonneur, député LREM et membre de la commission Défense, alors élu depuis six mois, en contact régulier avec les industriels, et ancien du Quai d’Orsay. Il m’a semblé être la personne idéale. Il était en outre tout à fait prévenu que je m’intéressais aux exportations.

    https://www.youtube.com/watch?v=iiT2KaOMszI

    Ce jour-là, j’arrive donc avec le rapport, sur lequel j’ai mille questions à poser. Notamment sur les ventes à l’Arabie saoudite, classée par le rapport comme notre deuxième client. L’interview à peine commencée, il me dit qu’il ne l’a pas lu ! A ce moment-là, la journaliste en moi se dit que c’est vraiment une information importante. La citoyenne, elle, est abasourdie. Cela faisait six mois que je me confrontais à l’omerta de l’administration. Si les gens qui nous représentent, qui sont en capacité de poser les questions, ne prennent même pas le temps de lire le rapport, c’est extrêmement grave.

    J’ai tenu à continuer l’interview malgré tout. Et là, la situation devient ubuesque : il me reparle lui-même du rapport, avec ses éléments de langage, en en vantant les mérites, comme s’il l’avait lu ! C’est proprement scandaleux. Après le tournage, il m’a fait comprendre qu’il ne serait pas correct de garder le passage sur l’Arabie saoudite, car il n’est pas spécialiste du rapport. Mais je ne suis pas d’accord : qui pose les questions alors ?

    https://seenthis.net/messages/731737 via enuncombatdouteux





  • David Pujadas dénonce “la religion de l’emploi public” | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/television/david-pujadas-denonce-la-religion-de-lemploi-public,n5802238.php

    Pourquoi ce gouvernement qui n’a peur de rien, même pas des syndicats, supprime-t-il si peu de postes de fonctionnaires ?, se désole David Pujadas sur LCI. Pendant ce temps, dans les JT, une “voiture folle” sème la panique… Source : Ma vie au poste

    https://seenthis.net/messages/721398 via Rezo


  • Un Lion d’or pour Netflix, ça change quoi ?
    https://www.telerama.fr/cinema/un-lion-dor-pour-netflix,-ca-change-quoi,n5799775.php

    En consacrant une production Netflix (“Roma”, d’Alfonso Cuarón), la 75e Mostra de Venise ouvre la voie à un nouveau regard de la profession sur l’ambition artistique de la plateforme.

    Ironie du sort : pile à l’heure où le Lion d’or de la 75e Mostra de Venise était remis à Roma, du Mexicain Alfonso Cuarón, premier film #Netflix à triompher dans l’un des trois grands festivals, les spectateurs du 44e festival de Deauville regardaient, eux, le film de clôture. Et il s’agissait aussi d’un film Netflix : Opération finale, de l’Américain Chris Weitz. Il n’est pas sûr que ce récit romancé (et suranné) de la traque du nazi Adolf Eichmann par des agents du Mossad fasse cesser, malgré quelques jolies scènes entre Oscar Isaac (le chasseur) et Ben Kingsley (la proie), l’habituelle rengaine du « Netflix bashing » : les séries Netflix, OK ; les films présents sur la plateforme, une majorité de navets…

    Mais la simultanéité des événements prouve l’influence grandissante de la plateforme et le Lion d’or vénitien rebat les cartes : oui, des films d’auteur et même des films d’auteur réussis vont être proposés aux abonnés Netflix (130 millions dans 190 pays dont plus de 3,5 millions en France) ; oui, comme un studio de Hollywood, la plateforme de S-VOD offre films grand public formatés et œuvres plus ambitieuses.

    https://www.youtube.com/watch?v=HBy4cjQEzLM

    Justement, cette chronologie est actuellement en renégociation, sous la houlette énergique (pour une fois) de la ministre de la Culture : le Lion d’or attribué à Roma sera sans doute au cœur des dernières discussions, mais le projet actuel ne résout rien. Très favorable à Canal+, qui, c’est vrai, contribue fortement à maintenir le niveau de production en France, la chronologie mise à jour n’autoriserait au mieux Netflix (sous réserve de multiples engagements, assez improbables) à diffuser les films que quinze mois après leur sortie. Netflix ne s’y pliera évidemment pas.

    Et maintenant ? Le grand gagnant du jury vénitien est, d’abord, Thierry Frémaux. Le patron de Cannes a toujours été farouchement partisan de considérer les films Netflix comme des œuvres à part entière, et c’est, selon lui, la meilleure manière de négocier avec la plateforme – y compris d’éventuelles sorties en salles. Il n’a pas caché avoir voulu montrer Roma à Cannes ; le règlement l’en a empêché. Le succès du film valide son goût et la venue d’Alfonso Cuarón à « son » Festival Lumière de Lyon, où sera montré également le dernier film d’Orson Welles, De l’autre côté du vent, restauré et achevé par Netflix, pimente singulièrement l’événement cinéphile de l’automne.

    Les aléas de la sortie en salles

    Ce n’est pas tout à fait nouveau, mais peut-être n’avait-on pas voulu le voir : en 2017, le Festival de Cannes avait présenté, en compétition, Okja, du Coréen Bong Joon-ho, et The Meyerowitz Stories, de l’Américain Noah Baumbach. Sifflets à l’apparition du logo de Netflix, œuvres sous-estimées par la critique, immédiat rétropédalage du conseil d’administration du Festival, au grand dam, sans doute, du délégué général, Thierry Frémaux. La décision était prise d’interdire les films Netflix en compétition à Cannes. Ou, plutôt, d’interdire de faire participer à la compétition des films sans sortie salles programmée en France. Or, à la différence d’Amazon, Netflix veut servir d’abord ses abonnés et refuse, à une poignée d’exceptions près, l’exploitation traditionnelle de ses films.

    Et Roma ? Alfonso Cuarón rêve de la salle, qui permet le mieux d’apprécier l’esthétique soignée de son film (noir et blanc, objectifs des vieilles caméras 70 mm). Netflix ne serait pas contre un « day-and-date » (sortie simultanée en salles et sur le site) a condition qu’il fût surtout symbolique : on apprenait ainsi hier soir que Roma serait projeté dans un #cinéma bruxellois le 12 décembre prochain. En France, c’est pour le moment impossible : toute sortie intègre le film à la #chronologie_des_médias, fixant des écarts temporels précis entre la salle, la télé, l’exploitation en ligne. Si Roma sort en salles, il ne sera sur le Netflix français que trois ans plus tard… Impensable pour la plateforme.

    Vers une Palme d’or Netflix ?

    Il n’est pas non plus impossible que, malgré l’hostilité réitérée des exploitants (représentés au conseil d’administration), Cannes songe à assouplir ses règles. Si The Irishman, de Martin Scorsese, financé par Netflix (parce qu’aucun studio américain ne voulait le faire) est prêt pour mai 2019, le sélectionneur fera tout pour l’avoir… Une Palme d’or Netflix ? En 2017, le scandale eût été à son comble. Aujourd’hui, le précédent vénitien crée une grosse brèche. Comme, peut-être, l’annonce prochaine que Le Livre d’image, le nouveau film de Jean-Luc Godard, en compétition au dernier Festival de Cannes, ne sortira malgré tout pas dans un circuit traditionnel…

    Les dirigeants de Netflix, eux, vont continuer leur politique effrénée d’acquisition et de production : l’arrivée prochaine d’entrants (Apple, Disney) sur le nouveau marché, très lucratif, de la VOD par abonnement, va changer la donne, mais la plateforme de Ted Sarandos a de l’avance. D’autres cinéastes vont aller y chercher de quoi faire des films ambitieux et différents – à condition que la concurrence ne pousse pas à la surenchère de blockbusters, une hypothèse possible. Mais les auteurs verront toujours qu’une fois sur Netflix leurs créations seront englouties dans un catalogue géant, jamais exploitées en DVD, jamais diffusées à la télévision. Même si le CNC donne un visa exceptionnel à Roma, pour une sortie « hors chronologie » dans une poignée de salles, cela changera à peine le destin du film.

    https://www.youtube.com/watch?v=pRwMrNAr0h0

    Dans une conférence qu’il a donnée au début de l’été au Festival Cinema ritrovato, à Bologne, Thierry Frémaux regrettait que les films Netflix n’appartiennent pas vraiment à l’histoire du cinéma. Il rappelait aussi les débats des deux inventeurs concurrents du septième art : « Lumière a triomphé d’Edison, il y a cent vingt-cinq ans, parce qu’il a eu cette idée de la projection collective. Edison soutenait, lui, que les images animées devaient êtres vues de façon individuelle et payante. C’est Netflix ! Peut-être assistons-nous à la victoire posthume d’Edison sur Lumière… » Ou plutôt, on l’espère, à une coexistence pacifique des deux visions complémentaires.

    via @lucile

    https://seenthis.net/messages/721197 via tbn


  • L’émission “Des Papous dans la tête” disparaît des programmes de France Culture
    Télérama.fr - Carole Lefrançois Publié le 28/08/2018. Mis à jour le 29/08/2018 .
    https://www.telerama.fr/radio/les-papous-dans-la-tete-sarretent-net-sur-un-coup-de-tete,n5780932.php
    https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/simplecrop1000/public/papous.jpg?itok=ljVyMaNF

    Après trente-trois ans de facéties oulipiennes, “Des Papous dans la tête” ne seront pas de retour sur France Culture à la rentrée. Une décision de la productrice et créatrice de l’émission, Françoise Treussard, prise en plein été, qui laisse les Papous à la porte du studio et leurs fidèles auditeurs sans voix.
    (...)
    La cheffe de file de cette fine équipe, Françoise Treussard, avait lancé l’aventure des Papous dans la tête avec son compagnon Bertrand Jérôme

    https://seenthis.net/messages/719022 via Loutre


  • La vie domestique de Isabelle Czajka - (2013) - Film - Drame - L’essentiel - Télérama.fr
    https://www.telerama.fr/cinema/films/la-vie-domestique,481131.php

    Avec Emmanuelle Devos (Juliette) , Julie Ferrier (Betty) , Natacha Régnier (Marianne) ...

    Lors d’un dîner, Juliette écoute sans broncher son mari, Thomas, proviseur dans un lycée défavorisé, répondre avec entrain aux propos racistes, puis sexistes, de leur hôte, un chef d’entreprise qui rééquipe le lycée en ordinateurs. Elle le lui reproche plus tard, mais Thomas ne voit pas le problème. Le lendemain, Juliette refuse les avances de Thomas, puis s’affaire à la préparation du petit déjeuner, tandis que son mari fait écouter de la musique aux enfants. Thomas se souvient-il que Juliette attend une réponse décisive pour reprendre son travail dans l’édition ? Absorbée par ses tâches quotidiennes, Juliette croise le chemin de trois autres femmes au foyer, confrontées chacune à son amertume...

    Je viens de voir ce film qui m’a bouleversée. Elles sont trois ou quatre femmes, avec des métiers d’avant qu’elles sont contentes d’avoir lâché (une ancienne vendeuse de marché) ou pas trop (la com de Max Havelaar, éditrice) pour élever leurs gosses. Enfin, les gosses de mecs qui ont des bons boulots, qui se plaignent un peu d’avoir de trop grosses responsabilités mais qui globalement kiffent leur position de pouvoir. Juliette a un rdv pro, pas moyen de s’y rendre parce que la babysitter est occupée et son mari n’est pas dispo, il n’est pas dispo (elle, en revanche, un entretien d’embauche, ce n’est pas si important). À la fin de la journée, elle apprend que le boulot lui est passé sous le nez (une des meufs de la boîte prétend même préférer travailler avec des hommes) et a une discussion tendue avec son mari qui lui dit : « Ça ne me dérange pas qu’on ait moins d’argent. (Oui mais elle ça la dérange peut-être, de dépendre de toi, d’avoir un boulot pénible d’entrepreneuse domestique et de ne pas s’accomplir comme tu le fais ?) Ah, ce sera encore un travail d’appoint avec un salaire d’appoint ! (À propos de son job, alors qu’il avait dit plus tôt qu’il était au-dessus de tout ça, sans se rendre compte du mépris de cette expression.) Un jour c’est moi qui gagne plus de fric, un jour peut-être ce sera toi. (Oui, fais semblant d’ignorer la structure de l’emploi et le mal de chienne à retrouver un boulot après avoir fait la bonniche.) » L’ignorance est un luxe. C’est pour ça qu’il nous arrive d’être énervées par l’ignorance ou la désinvolture des hommes.

    Ça me parle, moi qui ai fait la bonniche autrement, à L’An 02 notamment, et qui suis aussi durablement exclue de l’emploi, comme ces dames (mais sans la grande maison). Elles ont des maris contents mais souffrent du #mal_sans_nom. Belle scène avec MC Barrault qui glisse des analyses féministes simples mais redoutables. C’est mon conseil ciné du jour aux proféministes. Et les cinéphiles, parce que c’est bien fichu, riche, sensible (et également sur les questions de classe).

    https://seenthis.net/messages/716604 via aude_v


  • “Le Roundup face à ses juges”, le docu choc de Marie-Monique Robin
    https://www.telerama.fr/television/regardez-le-roundup-face-a-ses-juges,-le-docu-choc-de-marie-monique-robin-e

    Marie-Monique Robin se penche à nouveau sur la multinationale et ce glyphosate censé être “plus inoffensif que le sel de table”… mais jugé génotoxique et cancérogène par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). Un documentaire visible sur Arte.tv et rediffusé sur Arte mardi 14 juillet, suite à la condamnation de Monsanto à payer 290 millions de dollars à un jardinier californien atteint d’un cancer. Source : Télérama.fr

    https://seenthis.net/messages/714691 via Rezo


  • Je crois qu’il se passe quelque chose d’important par ici :
    https://twitter.com/jack/status/1026984242893357056
    Pas seulement parce que le patron de twitter explique pourquoi #twitter ne va pas clôturer le compte de #Alex_Jones ni de #Infowars, contrairement à la plupart des autres réseaux sociaux, mais parce qu’il réaffirme le besoin de confronter les opinions et surtout de contrer les fausses informations de manière visible, chose que peut se permettre un twitter où les commentaires sont beaucoup plus lus qu’ailleurs...

    If we succumb and simply react to outside pressure, rather than straightforward principles we enforce (and evolve) impartially regardless of political viewpoints, we become a service that’s constructed by our personal views that can swing in any direction. That’s not us.
    Accounts like Jones’ can often sensationalize issues and spread unsubstantiated rumors, so it’s critical journalists document, validate, and refute such information directly so people can form their own opinions. This is what serves the public conversation best.

    Je suis tombée là dessus grâce à un tweet de #Olivier_Tesquet qui fait un article super complet pour telerama sur la descente aux enfers des #GAFAM de Alex Jones :

    La “Big Tech” à l’épreuve du roi des conspirationnistes

    En privant Alex Jones, conspirationniste en chef de l’extrême-droite américaine, de ses comptes Facebook, Spotify ou Youtube, les géants de l’Internet prennent le risque d’ouvrir un débat sur la privatisation de la liberté d’expression.

    https://www.telerama.fr/medias/la-big-tech-a-lepreuve-du-roi-des-conspirationnistes,n5756062.php

    #liberte_d_expression #conspirationnisme #complotisme #extreme_droite ...

    https://seenthis.net/messages/713635 via ¿’ ValK.