• La Cour fédérale tranche sur les vins issus des colonies israéliennes
    Lina Dib, La Presse, le 29 juillet 2019
    https://www.lapresse.ca/gourmand/alcools/201907/29/01-5235492-la-cour-federale-tranche-sur-les-vins-issus-des-colonies-israeli

    https://images.lpcdn.ca/641x427/201907/29/1659127-bouteilles-vin-mises-boite-entrepot.jpg

    Enorme victoire pour le militantisme palestinien : un tribunal canadien décide que les vins des colonies ne peuvent pas être étiquetés « Produit d’Israël
    Yumna Patel, Mondoweiss, le 2 août 2019
    https://www.aurdip.org/enorme-victoire-pour-le.html

    « De fait, sans mentionner explicitement BDS, la cour fédérale a décidé que les boycotts sont parfaitement légitimes et qu’un étiquetage faux, trompeur et prêtant à confusion porte atteinte à ce droit, c’est formidable ! », a dit Kattenburg à Mondoweiss.

    #Canada #Palestine #Vin #Occupation #Colonisation #Étiquetage #Tricheries #Droit #BDS #Boycott

    https://seenthis.net/messages/796190 via Dror@sinehebdo


  • This Israeli Face-recognition Startup Is Secretly Tracking Palestinians
    https://www.aurdip.org/this-israeli-face-recognition.html

    Anyvision Interactive Technologies is one of Israel’s most curious startups. It has shown extraordinary growth, and its technology is being used by the army to monitor West Bank Palestinians at checkpoints on the way into Israel — while using a network of cameras deep inside the West Bank. The company’s co-founder and chief executive, Eylon Etshtein, told TheMarker that his company is sensitive to racial and gender bias and only sells to democracies. Anyvision is Israel’s most high-profile (...)

    #Anyvision #Bosch #Microsoft #Mossad #Qualcomm #Amazon #algorithme #CCTV #smartphone #Identité #biométrie #facial #vidéo-surveillance #sécuritaire #surveillance #consommation #frontières #voyageurs (...)

    ##Identité ##voyageurs
    ##ACLU

    https://seenthis.net/messages/793759 via etraces


  • Lettre de l’AURDIP à l’IRT Antoine de Saint- Exupéry concernant sa collaboration avec l’Université d’Ariel située dans les territoires palestiniens occupés
    AURDIP, le 27 avril 2019
    https://www.aurdip.org/lettre-de-l-aurdip-a-l-irt-antoine.html

    Pour Mme Geneviève Fioraso
    Présidente de l’Institut de Recherche Technologique Antoine de Saint- Exupéry

    Paris, le 12 avril 2019,

    Madame la Présidente,

    L’Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) a été informée que l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Antoine de Saint-Exupéry entretient des activités avec l’Université d’Ariel, une université située dans une colonie israélienne au sein des territoires palestiniens occupés.

    Des documents disponibles sur les sites internet de l’IRT Antoine de Saint- Exupéry et de l’Université d’Ariel (présentée comme située en Israël) attestent d’une collaboration institutionnelle entre ces deux établissements.

    Une plaquette de l’IRT Antoine de Saint-Exupéry, qui recense les différentes universités étrangères collaborant avec lui, mentionne d’ailleurs l’Université d’Ariel comme partenaire et indique que celle-ci se trouve en Israël.

    La collaboration entre les deux établissements a donné lieu à des conférences , école d’été , travaux et publications , notamment avec le professeur Joseph Bernstein du département d’ingénierie électrique et électronique de l’Université d’Ariel.

    L’AURDIP se permet de vous signaler que l’Université d’Ariel ne se trouve pas en Israël ou sur le territoire israélien, mais bien dans les territoires palestiniens occupés. L’Université d’Ariel est d’ailleurs érigée dans une colonie israélienne au sein de ces territoires.

    Nous vous rappelons à cette occasion que la colonisation israélienne constitue une violation du droit international (et un crime de guerre) et que toutes les colonies israéliennes situées au sein des territoires palestiniens occupés sont illégales.

    Dans son avis du 9 juillet 2004, la Cour internationale de Justice a dit que, du fait de cette illégalité en droit international, il est de la responsabilité de chaque Etat membre de la communauté internationale de ne pas reconnaître les colonies israéliennes, de n’apporter aucune aide et assistance aux colonies et de faire pression sur l’Etat d’Israël pour qu’il cesse la colonisation.

    C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’Union européenne s’est dotée le 19 juillet 2013 des « lignes directrices relatives à l’éligibilité des entités israéliennes établies dans les territoires occupés par Israël depuis juin 1967 et des activités qu’elles y déploient aux subventions, prix et instruments financiers financés par l’UE à partir de 2014 » ( 2013/C 205/05 ; JOUE du 19.7.2013 C 205/9 à C 205/11), qui interdisent les subventions, bourses et instruments financés par l’UE à toute entité israélienne établie dans les territoires palestiniens occupés par Israël depuis juin 1967, y compris Jérusalem-Est, mais également à toute activité israélienne qui y a lieu.

    Le soutien, direct ou indirect, par un établissement public français comme l’IRT Antoine de Saint-Exupéry, à des activités de recherche ou d’enseignement dans la colonie israélienne d’Ariel, constitue un encouragement à la politique israélienne de colonisation et est donc contraire au droit international.

    Nous souhaitons que vous puissiez nous assurer que cette question de la collaboration avec l’Université d’Ariel, qui fait courir un risque juridique et réputationnel tant à l’IRT Antoine de Saint-Exupéry qu’à son personnel, a été abordée avec votre équipe et traitée, afin d’y mettre un terme définitif.

    Nous attirons votre attention sur le fait que la situation actuelle contredit la position du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui dans un précédent courrier nous a assuré qu’il est opposé à toute collaboration avec une entité de recherche ou d’enseignement située dans une colonie israélienne. Elle contrevient aussi au respect des lignes directrices de la Commission européenne qui ne saurait financer, même indirectement, ce type de collaboration.

    Nous comptons sur votre diligence pour nous rassurer quant à cette mise en conformité avec les législations française, européenne et internationale, et vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments les meilleurs.

    Joseph Oesterlé
    Président de l’AURDIP

    #Palestine #BDS #Boycott_universitaire #AURDIP #Colonisation #Territoires_Occupés #Ariel

    https://seenthis.net/messages/777603 via Dror@sinehebdo


  • Comment le plus grand festival de films de Palestine défie les murs, les barrages routiers et le manque de moyens
    6 décembre | Melanie Goodfellow pour Screen Daily | Traduction Michel Basileo

    Comment créer un festival national du film dans un pays morcelé et étouffé par le manque de financement ? Screen Daily rend visite aux « Palestine Cinema Days ».
    https://www.aurdip.org/comment-le-plus-grand-festival-de.html

    La cinquième édition des « Palestine Cinema Days » - le plus grand festival de cinéma de Palestine - s’est déroulée en octobre avec un programme généreux de projections de 60 titres, réparties dans les villes de Ramallah, Bethléem et Naplouse, ainsi qu’à Jérusalem et dans la Bande de Gaza déchirée par une situation conflictuelle.

    L’événement a été lancé par le Filmlab Palestine de Ramallah en 2014 afin d’encourager les jeunes Palestiniens à s’emparer du cinéma pour témoigner de leur vécu, de construire une structure de production et de promouvoir une culture du cinéma. « Les Palestiniens ont principalement accès au cinéma par le biais de chaînes de télévision par satellite, qui ont tendance à diffuser des films commerciaux hollywoodiens », explique Hanna Atallah, directeur artistique du Filmlab Palestine. « Au début, il n’y avait q’une poignée d’invités, principalement nos amis. Nous leur disions : "Viens, puis fais marcher le bouche à oreille." »

    L’édition de cette année accueillait les deuxièmes Rencontres du Film Palestinien (PFM), animées par le cinéaste Muayad Alayan, qui a récemment réalisé le film « The reports on Sarah and Saleem » plusieurs fois primé. Ces rencontres présentaient des projets de longs métrages locaux, dont sept avaient participé à un atelier proposé par « l’European Audiovisual Entrepreneurs » (EAVE) organisé à Ramallah en mars dernier. (...)

    #Soumoud

    https://seenthis.net/messages/741707 via Loutre


  • Le corps enseignant de Pitzer vote en faveur du soutien au mouvement BDS pour les droits palestiniens
    29 novembre | PACBI |Traduction CG pour l’AURDIP
    https://www.aurdip.org/le-corps-enseignant-de-pitzer-vote.html

    27 novembre 2018— Plus tôt ce mois-ci, les enseignants du Pitzer College en Californie ont massivement voté en faveur de deux motions soutenant le mouvement de Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) pour les droits palestiniens.

    Dans la première motion, les enseignants ont rejeté une décision prise l’an dernier par le président et les administrateurs de Pitzer [1] de rendre nulle une résolution du Conseil des étudiants soutenant BDS. Cette résolution du Conseil des étudiants, adoptée en avril 2017, visait à empêcher qu’une subvention pour des activités étudiantes soit utilisée pour acheter des biens d’entreprises complices dans l’occupation militaire illégale des territoires palestiniens par Israël.

    Dans la deuxième motion, les enseignants ont appelé le Pitzer College à suspendre le programme d’échange universitaire avec l’université de Haifa jusqu’à ce qu’Israël cesse de restreindre l’admission selon l’ascendance ou les discours politiques et « adopte des politiques accordant des visas pour des échanges avec les universités palestiniennes sur une base totalement égale à ce qui se fait pour les universités israéliennes ».

    BDS

    https://seenthis.net/messages/739746 via Loutre


  • Palestine.
    Le droit à l’appel au boycott reconnu par la Cour d’appel de l’Angleterre et du pays de Galles - AURDIP
    https://www.aurdip.org/le-droit-a-l-appel-au-boycott.html

    La Cour d’appel de l’Angleterre et du pays de Galles (Division civile) a rendu le 3 juillet 2018 un arrêt dans une affaire opposant l’association « Jewish Human Rights Watch » à la mairie de Leicester. La Cour estime que l’appel au boycott des produits des colonies israéliennes, même lancé par un conseil municipal, relève de la liberté d’expression politique et n’y voit aucune incitation à la discrimination raciale (texte de l’arrêt).

    L’affaire porte sur la légalité de la résolution adoptée par le conseil municipal de Leicester le 13 novembre 2014. La résolution appelle « au boycott de tout produit originaire des colonies israéliennes illégales de Cisjordanie jusqu’à ce qu’Israël respecte le droit international et se retire des territoires palestiniens occupés ». L’association « Jewish Human Rights Watch » demande à la justice anglaise d’annuler la résolution, en faisant valoir son caractère discriminatoire et les risques qu’elle comporterait vis-à-vis de la communauté juive de la ville, notamment en ce qu’elle conforterait l’idéologie du mouvement BDS.

    Dans un jugement du 28 juin 2016, la Haute cour de justice (division administrative) considère que la résolution n’a pas violé la règlementation anglaise, notamment les lois relatives à l’égalité de 2010 et aux collectivités locales de 1988 (texte du jugement). L’arrêt du 3 juillet 2018 de la Cour d’appel confirme le jugement du 28 juin 2016.

    L’arrêt rendu est commenté en anglais par le professeur Robert Wintemute (professeur de droits de l’homme au King’s College de Londres), dans un article publié dans la newsletter de septembre 2018 (p. 5) de l’association « British Committee for the Universities of Palestine » (BRICUP).

    https://seenthis.net/messages/734237 via Nouvelles d’Orient


  • Le long périple des enfants palestiniens vers l’école — devant les colons avec leurs armes
    26 septembre | Amira Hass pour Haaretz |Traduction CG pour l’AURDIP
    https://www.aurdip.org/le-long-periple-des-enfants.html

    Depuis 14 ans, une jeep de l’armée israélienne doit accompagner une dizaine d’enfants à leur école, et de retour, pour éviter qu’ils ne soient harcelés, attaqués, ou aient à faire un long détour.

    Un chemin de terre devenant une route asphaltée. Filles et garçons d’âge scolaire y marchent, avec une jeep militaire avançant lentement derrière eux
    Cette vision étrange est devenue une partie familière du paysage pour le village de Al-Tuwani au sud de Yatta, dans le sud de la Cisjordanie. Mais le matin du 9 septembre, quelque chose était différent. Au lieu de la jeep militaire, qui était en retard, il y avait un véhicule civil blanc. Son conducteur a essayé de bloquer les élèves et leurs deux accompagnateurs, des volontaires de l’organisation pacifiste italienne Opération Colombe.

    L’homme, qui portait une chemise grise et une kippa, avec un fusil pointant sous sa chemise, est sorti de la voiture et a crié en hébreu : « Vous n’avez pas le droit de traverser seuls ». Ensuite, il a dit en anglais : « Vous n’avez pas le droit de traverser avant que les soldats n’arrivent ». Une accompagnatrice italienne a répliqué : « Ce n’est pas vrai. Les soldats ont déjà une heure de retard ». L’Israélien a maintenu sa position et a dit en anglais : « Eux [les enfants] n’ont pas le droit, et vous, n’avez même pas le droit d’être ici ».

    Le groupe a continué à avancer. L’Israélien a dit à quelqu’un au téléphone : « Est-ce que vous venez ? Ils se baladent ici, les gauchistes et les Européens ». Apeurés, mais déterminés, les enfants ont continué de marcher parce qu’ils avaient déjà raté la première leçon et étaient sur le point d’être en retard pour la deuxième.

    « Vous êtes un touriste, et en tant que touriste vous n’avez pas le droit d’être ici », a dit l’homme. « Attendez les soldats », a-t-il ordonné à l’accompagnatrice italienne. Elle l’a photographié. Il l’a photographiée. « Est-ce que vous êtes fier d’effrayer les enfants ? », a-t-elle demandé. L’Opération Colombe est une organisation pacifiste catholique qui prône la non-violence et ses volontaires vivent et travaillent au sein de la population civile dans des zones de conflit.

    L’homme avec le fusil et la kippa a commencé à marcher rapidement, s’est rapproché des enfants d’un air menaçant et a continué ses avertissements au téléphone : « Des gauchistes et des Arabes marchent ici seuls ». Il a ensuite regagné en courant sa voiture blanche, où deux filles et un garçon d’âge scolaire étaient assis. Avec les enfants à l’intérieur, l’homme a avancé, a rattrapé les élèves et a essayé encore de les bloquer.

    https://seenthis.net/messages/725096 via Loutre