Au Brésil, les profs craignent une chasse aux sorcières (France 24)

/736533

  • Au Brésil, les profs craignent une chasse aux sorcières (France 24)
    https://www.france24.com/fr/20181112-bresil-profs-craintes-chasse-sorcieres-bolsonaro

    Depuis une dizaine d’années, ce groupe ultra-conservateur a gagné du terrain au Brésil. « Escola sem Partido » veut bannir des écoles l’utilisation de certains mots tels « genre » ou « orientation sexuelle » et remet en question le contenu des programmes d’histoire. Pour ces activistes, Pinochet n’était pas un dictateur, mais le sauveur de sa patrie menacée par le communisme.

    Organisant sans relâche manifestations (parfois violentes) et pétitions visant des intellectuels défendant la théorie du genre, il préconise aussi de rendre optionnel l’enseignement des sciences sociales et de la philosophie.

    « Escola sem Partido » a déjà remporté quelques batailles. Un projet de loi qui porte son nom est actuellement débattu au Parlement. Il prévoit des sanctions pénales contre les enseignants coupables de « dogmatisme ou de prosélytisme » et affirme « le droit des parents à ce que leurs enfants reçoivent l’éducation morale qui correspond à leurs convictions ».

    Au Brésil, Jair Bolsonaro lance la guerre de l’école (Le Monde)
    https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/11/17/au-bresil-jair-bolsonaro-lance-la-guerre-de-l-ecole_5384906_3222.html

    Fomenté par la droite dure et le lobby évangélique, le texte, rebaptisé « loi du bâillon » par l’opposition, se fonde sur l’idée d’une école hantée par le communisme, où l’on ferait l’apologie de mœurs ­débridées et la publicité d’une pseudo « théorie du genre ». Un propos qui fait écho au discours de campagne de Jair Bolsonaro promettant le « lance-flammes » pour les ouvrages de Paulo Freire,pédagogue connu pour son travail pour l’alphabétisation des pauvres, et fustigeant le « marxisme » comme la « sexualisation précoce » des enfants à l’école.

    #éducation #Brésil #fascisme

    https://seenthis.net/messages/736533 via Pierre Coutil