notes sur les gilets jaunes* ❝Le gilet jaune évoque l’uniforme de travail des…

/746517

  • « On vous attend » : notes sur les gilets jaunes

    Le gilet jaune évoque l’uniforme de travail des employées du nettoyage (les balayeuses municipales des rues d’Athènes portent le même), celui des employés des compagnies d’électricité et des agent.e.s de la voirie (celles et ceux qui descendent de l’arrière du camion, à toute vitesse dans la lumière des phares, pour raccrocher les poubelles à la benne, la nuit). L’employée chargée de régler le trafic devant l’école primaire de ma fille porte le même, elle aussi gilet jaune : elle en rigole avec le gardien de l’école, à l’heure de la clope qu’ils fument devant les grilles quand tous les enfants sont passés. Un ami le porte sur les échafaudages. Quelques semaines après le début du mouvement, on voit des gilets jaunes partout : peints en bordure d’un terrain vague de Flint (USA), au milieu des bleus de travail d’un chantier de la périphérie d’Athènes. C’est un vêtement de travail de rue, parfois de nuit, une espèce de vêtement jetable et un étrange panneau de signalisation en tissu, à même le corps. On se rend compte à mesure que la lutte s’amplifie qu’il fait le lien entre bloqueurs et bloqués : il est sur les corps mais aussi sur le tableau de bord ou en réserve dans le coffre, des deux côtés. Ses usages commencent à être déclinés : il devient drapeau ou recouvre à Marseille les balcons d’un grand ensemble, comme du linge à sécher. Il anonymise en partie celles et ceux qui l’enfilent : de loin, on ne peut plus distinguer personne. Il les souligne aussi comme un marqueur fluo. Il se détache sur le fond de grisaille des paysages, en ville comme sur les aires d’autoroute. J’imagine que beaucoup portent un pull par-dessous car c’est un vêtement léger tandis que le mouvement des gilets jaunes est un mouvement d’hiver, comme l’était celui des chômeurs et précaires de 1997. Danielle, dans la région de Figeac, chez ma mère : « Je me suis lancée, j’ai enfilé le gilet jaune. » Il fait froid quand on sort, on est content d’arriver au rond-point, on a toujours eu du goût pour les feux, l’hiver, on regarde les flammes et on cause, on demande à celles et ceux qui viendront bientôt prendre leur quart d’apporter du café.

    Dans quelle mesure le mouvement des gilets jaunes est-il, grâce au coup de génie de son signe de ralliement, un « mouvement libre de droits » ? Dans quelle mesure et à quelles conditions le « copyleft » que met en œuvre sa structure horizontale et décentralisée, l’ouverture au « tout un chacun » qu’il met en jeu ouvrent-ils des perspectives inédites d’émancipation ? Dans quelle mesure, aussi, la stratégie de l’extrême-droite consiste-t-elle aujourd’hui à récupérer, pour étendre son hégémonie, des formes apparues à la faveur du mouvement des places ou issues de la culture du partage ? L’exemple récent d’un financement participatif (crowdfunding) aux finalités racistes interroge de façon aiguë le processus qui a cours aujourd’hui en France.

    https://oulaviesauvage.blog/2018/12/23/on-vous-attend-notes-sur-les-gilets-jaunes

    #giletsjaunes #gilets_jaunes #France #Grèce #mouvement_des_places

    https://seenthis.net/messages/746517 via kaparia