La Lutte des classes, ou l’obsession de la race

/?La-Lutte-des-classes-ou-l-obsession-de

  • Caricature du « juif », obsession des « musulmans », tout ce que la critique cinématographique n’a pas vu dans le film « la lutte des classes »

    La Lutte des classes, ou l’obsession de la race - ♀ le genre & l’écran ♂
    https://www.genre-ecran.net/?La-Lutte-des-classes-ou-l-obsession-de-la-race

    La Lutte des classes est une comédie sociale à la légèreté trompeuse et au message politique fort, qui a l’ambition de donner à lire et à comprendre les urgences sociales que vit la banlieue aujourd’hui, telles que les voit le réalisateur Michel Leclerc.

    On y traite des menaces que font peser les musulmans et les Juifs sur le vivre-ensemble, de la violence inouïe dont sont capables les Noirs et les Arabes même quand ils sont en maternelle (armés de leur méchant doudou), et surtout du mal-être des Blancs de classe moyenne et supérieure qui essaient de survivre dans une ville populaire de Seine-Saint-Denis, où ils viennent de débarquer.

    Ces Blancs, de gauche aiment-ils à préciser, sont confrontés à un terrible dilemme :

    Doit-on se résigner à devenir raciste, et risquer de perdre son humanisme de renommée plus que mondiale ?

    Ou alors doit-on bêtement rester attaché à des idéaux égalitaires, et risquer d’être attaqué par les hordes de sauvageons en culotte courte du 93 ?

    Que faire ? Ô dilemme insoluble !

    Ce casse-tête est celui que connait dans le film un couple de parents, Sofia (Leïla Bekhti) et Paul (Edouard Baer), lorsqu’ils décident de vendre leur appartement parisien pour venir vivre dans une maison à Bagnolet.

    Casse-tête car ces parents ont un petit garçon de huit ans, Corentin (Tom Levy), menacé par la violence extrême des enfants noirs et arabes de son âge, scolarisés dans la même école que lui. Les parents ne savent plus quoi faire face à cette violence, tous les jours ils pleurent. Faut-il inscrire Corentin dans une école privée ? Faut-il contourner la carte scolaire pour l’inscrire dans une école publique parisienne ? Ou alors faut-il abandonner sa chère petite tête blonde à la violence communautariste des sauvageons ?

    https://seenthis.net/messages/780750 via Nouvelles d’Orient