La France périphérique un an après : un mythe aux pieds d’argile | AOC media

/815856

  • La France périphérique un an après : un mythe aux pieds d’argile | AOC media - Aurélien Delpirou et Achille Warnant
    https://aoc.media/analyse/2019/12/11/la-france-peripherique-un-an-apres-un-mythe-aux-pieds-dargile

    En dix ans, le consultant en géographie #Christophe_Guilluy a acquis une forte notoriété et réussi à imposer des formules chocs dans le débat public, à l’instar de sa trop fameuse « #France_périphérique ». Si les critiques sérieux n’ont pas attendu si longtemps pour déconstruire et réfuter cette doxa médiatique, le mouvement des Gilets jaunes est venu lui porter le coup de grâce. Il serait temps d’en prendre acte.
    Un an après l’explosion du mouvement des #Gilets_jaunes, qu’il aurait prophétisé, le géographe et essayiste Christophe Guilluy est considéré comme l’un des plus fins observateurs des recompositions sociales et territoriales à l’œuvre dans la France contemporaine. Théoricien, au début des années 2000, du concept de France périphérique, il se présente volontiers comme le porte-voix des territoires éloignés des métropoles, décrits comme étant relégués spatialement et socialement.

    Mobilisées par des responsables politiques de toutes obédiences et largement relayées par les médias et les réseaux sociaux, ses idées se sont progressivement imposées dans le débat public, comme en témoigne l’usage désormais banalisé de la notion de France périphérique.

    Ce succès politico-médiatique est d’autant plus remarquable que Guilluy s’estime ostracisé par les milieux académiques et « victime du politiquement correct ». Un avis que partage son confrère Laurent Chalard, qui lui a consacré un long article hagiographique en 2017 dans la revue Outre-Terre : « si vous souhaitez vous faire des amis au sein de la (petite) communauté des géographes français, il est vivement conseillé de ne pas aborder avec ses membres la question du plus célèbre de ses représentants vivants, Christophe Guilluy », ironise-t-il.

    Coupable de ne « pas être issu du sérail » et d’avoir « volé la vedette aux mandarins d’une communauté réputée pour sa fermeture et son entre-soi », Christophe Guilluy ferait l’objet de critiques « irrationnelles » de la part des chercheurs[1].

    Comment expliquer ce décalage inédit par son ampleur dans le champ des sciences sociales francophones ? Comment interpréter le succès des thèses de Guilluy malgré les controverses qu’elles ont suscitées ?

    Afin d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions, cet article entend s’éloigner des polémiques en reconstruisant de manière factuelle le parcours éditorial du géographe, puis en présentant de manière aussi « rationnelle » que possible les principales critiques adressées à la notion de France périphérique, sans entrer dans les dimensions politico-idéologiques et ethnoculturelles du débat. Nous terminerons en montrant en quoi la crise des Gilets jaunes a signé dans le même temps l’apogée et le dépassement de cette notion.

    La bonne fortune médiatique d’un géographe « hors-circuit »
    Né en octobre 1964 à Montreuil, Christophe Guilluy grandit à Paris où il suit, dans les années 1980, un cursus de géographie à l’université. Dans son mémoire de maîtrise (1987), il s’intéresse aux conséquences des politiques de rénovation urbaine sur les quartiers populaires de Paris.

    Encadré par deux géographes proches du parti communiste, Jean-Philippe Damais et Michel Grosse, ce travail est l’un des premiers à mettre en lumière l’embourgeoisement de l’Est parisien. Faute d’avoir obtenu une bourse de thèse, Guilluy devient d’abord pigiste pour différents médias, avant de se tourner vers le conseil aux collectivités locales en 1989. Cette reconversion est dans un premier temps difficile : ses clients, pour l’essentiel des municipalités gérées par des élus communistes, se raréfient avec l’effondrement du parti.

    En 1995, le géographe crée un bureau d’études ; Maps, qui se spécialise dans l’appui à la rénovation des quartiers de grands ensembles. Dans le cadre de cette activité, il s’engage en faveur de la politique de la ville et prend des positions qui le situent alors à la gauche de la gauche[2].

    Cette même année, l’élection présidentielle est marquée par le discours de Marcel Gauchet et d’Emmanuel Todd sur la « fracture sociale » opposant la « France d’en haut » à celle « d’en bas ». Guilluy y est sensible et débute, à la fin des années 1990, l’écriture de son premier essai, Atlas des fractures françaises, qui paraît en 2000 aux éditions L’Harmattan.

    L’ouvrage s’attache à montrer les effets inégalitaires de la métropolisation sur les territoires à toutes les échelles. Cette analyse le conduit à évoquer, par opposition aux métropoles « qui concentrent l’essentiel du progrès économique et des richesses », des « territoires périphériques » constitués à la fois de « zones industrielles au tissu productif fragile » et de « zones à dominante rurale et tertiaire ».

    Si le succès éditorial n’est pas au rendez-vous, le livre permet à Guilluy d’ordonner ses idées et d’acquérir une certaine légitimité pour intervenir dans le débat public. En 2001, quelques mois avant les élections municipales, Libération lui ouvre ses colonnes : dans une tribune intitulée « Municipales : les bobos vont faire mal », le géographe explique que la gauche est susceptible de remporter la Ville de Paris grâce à l’apparition d’une nouvelle bourgeoisie bohème qui opère une « ghettoïsation par le haut » de la capitale.

    Le concept de « bobo », repris au journaliste américain David Brooks, permet au texte d’être remarqué. Guilluy signe une nouvelle tribune dans Libération l’année suivante, intitulée « Arlette et Le Pen, incarnation du peuple ». Il y explique que ces deux figures politiques sont les candidats « naturels » des catégories populaires, mais aussi que « paradoxalement, les discours des deux mouvements, loin de s’opposer, se complètent en couvrant un large spectre des causes de l’exaspération [sociale] ».

    Pour la première fois, l’auteur parle explicitement de la France périphérique[3], cette « terra incognita des fameuses élites gestionnaires ». La notion est définie en 2003, de manière très large, dans une tribune publiée elle-aussi dans Libération : il s’agit de la France des « régions industrielles, des espaces ruraux, des quartiers de logements sociaux et des zones de lotissements pavillonnaires bas de gamme ». 

    Ces idées sont développées et précisées dans l’Atlas des nouvelles fractures sociales en France, rédigé avec le géographe Christophe Noyé (Autrement, 2004). Les auteurs identifient une double dynamique d’embourgeoisement des centres urbains et de décrochage de la France périphérique.

    Celle-ci est désormais définie, à l’aide de plusieurs cartes et graphiques et dans une perspective plus sociologique, comme celle « des ouvriers ruraux, des petits paysans, des employés de lotissements pavillonnaires bas de gamme et des chômeurs de banlieue ». Le tableau des lignes de fracture du territoire français est encore complexe et nuancé.

    L’ouvrage connait un succès d’estime dans la sphère académique – il entre dans la plupart des bibliothèques universitaires –, tout en suscitant l’intérêt de personnalités politiques de premier plan : Dominique de Villepin, alors ministre de l’Intérieur, invite les deux auteurs à venir lui présenter leurs travaux[4].

    La publication de Fractures françaises en 2010 aux éditions François Bourin marque un tournant. La dimension ethnoculturelle prend une place nettement plus grande dans l’analyse[5], les données empiriques se font plus rares, le ton devient plus polémique sinon vindicatif.

    En opposition aux travaux « idéologiques » des « chercheurs politisés », Guilluy revendique désormais un « discours de vérité ». Le géographe dénonce l’« obsession des banlieues », qui masquerait selon lui les deux principales recompositions socio-spatiales liées à la mondialisation : gentrification et immigration dans les métropoles d’un côté ; relégation des catégories populaires traditionnelles (ouvriers et employés) dans la France périphérique de l’autre.

    Laissée à l’écart de la production de richesses, cette majorité invisible, blanche et laborieuse serait de plus en plus sensible aux idées du Front national en raison de son opposition au « multiculturalisme cosmopolite ». En conclusion, Guilluy en appelle à la reconnaissance du « capital d’autochtonie », au « retour du peuple » et à la réhabilitation du « récit national ».

    En raison de la modestie de son éditeur, le livre rencontre initialement peu d’écho. Selon Laurent Chalard, son destin bascule quand Alain Finkielkraut recommande « la lecture de Fractures Françaises à l’occasion d’une émission télévisée sur France 5 ».

    De fait, plusieurs quotidiens et hebdomadaires nationaux lui consacrent des articles (Le Monde, Le Figaro, Marianne,), tandis que Guilluy est invité dans l’émission Zemmour & Naulleau sur Paris Première, où il est présenté comme l’« idole » du polémiste star de la droite identitaire. L’ouvrage retient même l’attention du président de la République, Nicolas Sarkozy, qui invite le géographe à l’Élysée sur les recommandations de son conseiller spécial Patrick Buisson.

    Aux débuts des années 2010, plus largement, la notion de France périphérique est progressivement reprise dans le champ politique, à droite (Laurent Wauquiez, Jean-François Copé) et à l’extrême droite (Marine Le Pen) aussi bien qu’à gauche (Manuel Valls, Cécile Duflot), dans des versions très différentes toutefois.

    En 2012, François Hollande l’invite à son tour à l’Élysée, où il échange avec Emmanuel Macron qui, selon Guilluy, aurait « valid[é] [son] diagnostic » à l’occasion d’une rencontre informelle entre les deux hommes. De fait, dans son ouvrage Révolution (2016), le futur président cite abondamment la France périphérique.

    Les critiques sont rares ; la plus notable est sans doute celle de Martin Vanier dans la revue Urbanisme. Dans un court texte, il dénonce la « confusion sulfureuse » entretenue par l’auteur et sa façon de caricaturer les « contenus sociologiques, fonctionnels et idéologiques des catégories qu’il oppose ». Adoptant une posture qui sera la sienne jusqu’à aujourd’hui, Guilluy refuse de lui répondre ou même seulement de débattre, malgré de nombreuses propositions.

    Guilluy publie un quatrième essai en 2014, La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires (Flammarion). Si la thèse est sensiblement la même, sa réception change de ton et d’ampleur.

    L’ouvrage est encensé par la quasi-totalité de la presse nationale – l’hebdomadaire Marianne qualifiant l’essai de « seul livre que devrait lire Hollande ». L’analyse prend une dimension nettement plus politique : le géographe dénonce la trahison de la gauche de gouvernement, accusée d’avoir abandonné les classes populaires au profit (seulement apparent) des minorités. Une rhétorique néomarxiste, déployée à travers la question des inégalités territoriales, parcourt tout l’ouvrage.

    Mais celui-ci emprunte aussi le ton de la dénonciation morale en dressant le portrait d’un acteur collectif – les « classes dominantes » – pourvu d’une intentionnalité malveillante visant à exploiter le peuple tout en affichant un « faux altruisme ».

    Pour la première fois, l’ouvrage fait l’objet de quelques critiques, notamment dans Libération. Si l’éditorial de Laurent Joffrin reste plutôt positif, quelques universitaires reprochent à l’auteur sa vision binaire et caricaturale et son absence de prise en compte de la diversité des situations territoriales.

    Certains journalistes critiquent également sa lecture ethnicisée des problèmes sociaux et sa posture victimaire, susceptible d’alimenter les fractures qu’il prétend dénoncer.

    Dans Le Crépuscule de la France d’en haut (2016) et No Society (2018), Guilluy tente de faire monter ses analyses en généralité. Déployant une rhétorique qui emprunte à tous ses travaux antérieurs, il y annonce la fin de la « classe moyenne occidentale » et fait de l’identité la principale clé de lecture des problèmes politiques et sociaux de la France contemporaine.

    Il développe également sa vision de l’« Allemagne périphérique », de l’« Angleterre périphérique » et de l’« Italie périphérique », etc. Les données empiriques se sont presque totalement taries ; les écrits de journalistes ou de philosophes-essayistes (tout particulièrement Alain Finkielkraut) remplacent les cartes, les statistiques et les références aux travaux de sciences sociales[6].

    Le succès médiatique n’en est pas moins au rendez-vous, notamment grâce à la publication de « bonnes feuilles » ou la reprise de « bonnes formules » : la bourgeoisie des métropoles est qualifiée de « nouveaux Rougon Macquart (…) déguisés en hipsters », tandis que les « classes dominantes qui vivent le multiculturalisme à 5000 euros par mois » sont opposées aux « classes populaires qui vivent le multiculturalisme à 1000 euros par mois ».

    Le complotisme qui parcourt les deux ouvrages – « il n’est rien d’aussi puissant que la révélation au monde d’un secret dissimulé depuis des décennies mais connu intuitivement par une majorité de l’opinion » – trouve, par ailleurs, un large écho sur les réseaux sociaux.

    Les deux ouvrages suscitent plusieurs critiques de la part d’experts et d’universitaires. Ainsi, dans Libération, les membres de la revue Métropolitiques, un collectif de jeunes chercheurs en sciences sociales, signent une courte tribune dans laquelle ils dénoncent les « représentations fausses ou biaisées » de Christophe Guilluy qui, « bien qu’usant d’oripeaux scientifiques (cartes, statistiques) », s’affranchissent de « toute précaution et d’objectivité pour alimenter des arguments tronqués ou erronés ».

    Pourtant éparses, ces réactions déclenchent un véritable déchainement des partisans de Guilluy dans les médias et les réseaux sociaux, tandis que le géographe lui-même reste une nouvelle fois silencieux. Ainsi, dans Causeur, la démographe Michèle Tribalat s’insurge contre une entreprise de « démolition médiatique » (sic), tandis que la rédactrice en chef de l’Express regrette que la « lucidité » de Guilluy puisse lui valoir « de mauvais procès d’intentions politiques ». D’autres vont jusqu’à qualifier les auteurs de la tribune de « lâches », de « nouveaux censeurs » ou encore d’« aveugles corporatistes ».

    Le géographe reçoit également le soutien de nombreux sites de la droite identitaire, de l’Observatoire du journalisme à Radio Courtoisie en passant par Breizh Info. Quelques semaines après seulement, la crise des Gilets jaunes lui offre une exposition médiatique sans précédent.

    Cette trajectoire éditoriale singulière est donc marquée par quatre dynamiques : une prise de distance progressive et désormais radicale vis-à-vis des méthodes des sciences sociales en matière de collecte, d’exploitation et de validation des données ; l’affirmation croissante d’une dimension ethnoculturelle dans l’analyse, ouvrant la voie à une rhétorique identitaire victimaire ; une couverture médiatique d’envergure nationale et très largement favorable, y compris depuis 2016 ; une consécration politique précoce, se traduisant par de nombreux liens avec des responsables de tous bords, jusqu’aux trois derniers présidents de la République.

    À l’aune de ces éléments, on peut affirmer, sans esprit de polémique, que ce qui est totalement « irrationnel », c’est de continuer à présenter Guilluy comme une victime du « politiquement correct » ou d’un « lynchage médiatique ». Aveuglement sincère ou stratégie classique de retournement de stigmates ? La question mérite d’être posée.

    Du mythe politique à la mystification scientifique[7]
    Si la France périphérique est devenue le mainstream de la pensée territoriale dans les médias et les partis de gouvernement, elle suscite une très large opposition parmi les chercheurs en sciences sociales. Les critiques adressées à la notion – et plus largement aux thèses défendues par Christophe Guilluy – se sont exprimées à partir du début des années 2010.

    Contrairement à ce qu’affirment régulièrement ses partisans, elles sont dans le même temps largement convergentes et marquées par une grande diversité d’auteurs, de registres et de focales. L’idée qu’il y aurait « deux camps opposés au sein de la géographie française », récemment évoquée à la radio par le romancier Aurélien Bellanger, apparait donc erronée.

    En premier lieu, plusieurs éléments du diagnostic posé par Guilluy sont issus de recherches académiques bien antérieures à ses propres ouvrages. Ainsi, la thèse de la « moyennisation » de la société a été battue en brèche par de nombreux travaux sur « le retour des classes sociales » (selon le titre d’un article fameux de Louis Chauvel paru en 2001), sur le creusement des inégalités sociales (d’Edmond Préteceille à Thomas Piketty) ou sur l’émergence de nouveaux « ouvriers après la classe ouvrière ».

    Par ailleurs, Guilluy s’attribue ou attribue à quelques intellectuels des approches et des notions forgées dès le début des années 2000 par des universitaires, comme le « périurbain subi » (Martine Berger), le décrochage de certaines campagnes subissant la désindustrialisation ou les difficultés de la France des marges.

    Enfin, le consensus idéologique sur certains objectifs politiques, devenus de véritables totems de l’action publique (métropolisation, compétitivité, excellence, etc.), ou encore la théorie du « ruissellement » depuis les métropoles, ont fait l’objet de nombreuses déconstructions stimulantes (de Fabien Desage à Olivier Bouba-Olga, en passant par les travaux de l’ANR Altergrowth sur la décroissance urbaine). La prétention de Guilluy à révéler « un monde secret dissimulé depuis des décennies » (No Society, p. 21) est donc soit le témoignage d’une méconnaissance des références majeures de son champ d’études soit, plus prosaïquement, le fruit d’une mise en scène cherchant à faire le buzz.

    Elle témoigne aussi, plus profondément, de la difficulté des universitaires à diffuser et à valoriser leurs résultats pour construire les bases de controverses utiles au débat public.

    En effet, et en deuxième lieu, l’idée qu’il y aurait une collusion entre monde académique, classe politique et médias est une supercherie. La réalité est que, pour plusieurs raisons comme le quasi-monopole du pouvoir par les hauts-fonctionnaires ou la dévalorisation sociale et économique des diplômes académiques (à commencer par le doctorat), les universitaires français sont très faiblement représentés dans le débat politique et médiatique.

    Dans un récent entretien au média spécialisé Acteurs publics, l’ancien secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la recherche Thierry Mandon confirme et regrette cette marginalisation, unique en Europe par son ampleur : en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne, l’expertise académique est non seulement reconnue mais recherchée ; les cadres des collectivités, les élus et souvent même les ministres sont issus de l’université ; les méthodes des sciences sociales irriguent les débats. Les réactions des chercheurs étrangers au succès politico-médiatique de Christophe Guilluy, oscillant entre incrédulité et exaspération, sont tout à fait significatives à cet égard.

    En troisième lieu, croire ou laisser croire que les chercheurs constitueraient un bloc homogène aux plans scientifique et politique, dont les théories et intérêts seraient convergents relève du fantasme. Bien au contraire, le monde académique est traversé par de nombreuses controverses, parfois très vives.

    Celles-ci s’expriment dans le respect des règles du débat scientifique, qui s’appliquent partout dans le monde : honnêteté et rigueur intellectuelles, validité empirique, confrontation des résultats. Si l’opposition à la notion de France périphérique est l’un des rares objets de consensus au sein des sciences sociales francophones, c’est qu’elle s’adosse à des critiques solidement argumentées – et s’aventurant rarement sur le terrain politico-idéologique, alors que, précisément, Guilluy et ses partisans tentent de les décrédibiliser a priori comme venant d’idéologues, plus militants que scientifiques.

    Un premier ensemble de critiques concerne la méthodologie utilisée par le géographe pour construire « sa » France périphérique. Au fil des ouvrages, les contours de celle-ci ne cessent de changer et sa définition n’est toujours formulée qu’en creux : la France, toute la France, hors des quinze-ou-vingt ou-vingt-cinq aires urbaines les plus peuplées du pays au sens de l’Insee (et une partie de leur couronne périurbaine, jamais définie néanmoins).

    Une telle représentation conduit, par exemple, à classer comme « périphériques » les classes créatives d’Angers, les chercheurs de la Rochelle et les cadres supérieurs d’Annecy, tandis que les dockers de la Seyne-sur-Mer ou les mineurs retraités de Lens seraient pour leur part « métropolitains » – élus et habitants seront heureux de l’apprendre ! De même, l’ensemble de l’espace rural, des vallées désindustrialisées de l’Est aux campagnes viticoles prospères du Val-de-Loire, en passant par les villages touristiques du Luberon, est relégué dans la France périphérique.

    Ces écueils sont directement liés à la fragilité du protocole méthodologique mobilisé par l’auteur. On l’a dit, la présentation des données et des sources se fait de plus en plus floue au gré de ses publications, au point d’être totalement invisibilisée dans No society – ce qui permet de ne plus avoir à en rendre compte. Quelques chercheurs ont néanmoins fait l’effort d’analyser les grandes variables statistiques agrégées servant de base à la démonstration analytique et cartographique de Guilluy.

    La réalité est qu’elles sont presque toujours construites ad hoc pour les besoins de la démonstration. Ainsi, le critère de fragilité sociale, point cardinal de l’analyse dans La France périphérique, est défini de manière particulièrement extensive : près de 25 000 communes françaises, regroupant 65% de la population nationale, sont classées comme « fragiles » ! Leur répartition géographique, leur composition sociale, leur profil fonctionnel sont pourtant extrêmement hétérogènes.

    Pour éviter ces biais homogénéisateurs, les recherches en sciences sociales mobilisent des méthodes qualitatives (par exemple des monographies détaillées de communes ou de quartiers) et des travaux de terrain. En la matière, le bât blesse à nouveau : comme tant d’autres commentateurs après lui, Christophe Guilluy analyse la France périphérique depuis… le cœur de la France métropolitaine.

    Nulle trace, dans ses travaux, d’entretiens avec les élus, d’enquêtes au contact des habitants et des usagers, d’observations participantes dans les associations, les mairies ou les bistrots. Comme le souligne justement le sociologue Benoît Coquard, la représentation de la France périphérique a donc été entièrement produite et appropriée par des personnes qui ne connaissent pas les territoires qu’elles recouvrent et encore moins leurs habitants ! La prétention à parler à leur place et en leur nom n’est pas sans rappeler les écueils de la « classe-objet », dénoncés par Pierre Bourdieu à propos de l’étude des paysans : la France périphérique a été en quelque sorte dépossédée d’elle-même.

    La rhétorique des deux France s’inscrit dans une histoire longue : l’Est urbain et industrialisé contre l’Ouest rural et paysan au XIXème siècle ; Paris et le « désert français » au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ; la « diagonale du vide » des années 1970.

    Ces lignes de fractures se fondaient, au moins partiellement, sur des observations objectives et rendaient compte au moins autant des oppositions que des complémentarités entre les territoires. Au contraire, comme le rappelle le géographe Daniel Béhar, la France périphérique se borne à postuler un clivage vertical et irréductible entre un peuple / des territoires « dominés » et des élites / des territoires « dominants ».

    Pourtant, des dizaines de travaux de sciences sociales ont documenté de manière beaucoup plus rigoureuse, plus précise et plus stimulante que Guilluy les effets inégalitaires de la mondialisation sur les sociétés et sur les territoires. À la suite de Pierre Veltz, pourtant l’un des principaux inspirateurs des premiers travaux du géographe, on peut essayer de résumer leurs principaux résultats.

    En premier lieu, les grandes évolutions socioéconomiques décrites par Guilluy concernent tous les types de territoires, dans des proportions assez comparables entre les métropoles (hors Ile-de-France) et le reste du pays. Ainsi, la part des ouvriers et des employés décline de manière continue et régulière depuis 40 ans dans les espaces ruraux aussi bien qu’urbains – ces derniers accueillant encore, en stock, une large majorité d’entre eux.

    Cette dynamique ne signifie pas pour autant la « fin de la classe moyenne occidentale » (sic). Les professions intermédiaires sont loin d’avoir disparu : elles représentent un quart de l’emploi, un chiffre en croissance. En outre, si la mobilité sociale n’a pas augmenté depuis les années 1980, elle n’a pas non plus diminué et ce sont précisément les enfants issus des classes moyennes qui ont vu le plus progresser leurs chances d’ascension sociale.

    En deuxième lieu, les disparités territoriales ne distinguent plus nettement telles ou telles catégories (urbain / rural, Paris / Province, métropoles / France périphérique). Au contraire, elles s’enracinent désormais à des échelles fines, le plus souvent au sein du monde urbanisé : les grandes villes sont à la fois les lieux privilégiés de concentration des richesses et les points de fixation de la pauvreté (les faibles niveaux de vie y sont systématiquement surreprésentés, y compris dans les villes les plus riches comme Paris et Lyon).

    En troisième lieu ; selon les points de vue, les échelles et les indicateurs considérés, on trouve des « gagnants » et des « perdants » partout en France, dans des combinaisons diverses. Ainsi, la Seine-Saint-Denis est le septième département de France métropolitaine pour la richesse produite mais l’avant-dernier pour le revenu médian des ménages.

    À une autre échelle, l’Occitanie est à la fois la deuxième région française par le taux de chômage et la première par l’accueil de populations nouvelles et la création d’emplois ! Si « le territoire français a plus d’une pente » (selon la formule du géographe Roger Brunet), c’est que les difficultés sont loin d’être toujours cumulatives dans l’espace et dans le temps.

    En quatrième lieu, de très nombreux territoires non-métropolitains sont en bonne santé démographique et économique. Depuis les années 1970, l’espace peu dense a vu sa population progresser à un rythme plus soutenu que celui du cœur des grandes aires urbaines.

    Cette croissance est essentiellement liée au solde migratoire ; autrement dit, ces espaces supposés délaissés attirent chaque année de nouveaux habitants. De même, les zones d’emploi les plus dynamiques du pays sont situées loin des pôles métropolitains (Issoire, Les Herbiers, Avranches, Cluses, etc.).

    Avec un taux de chômage de 5% et un taux de pauvreté de 12%, le département du Cantal, si souvent cité par Guilluy comme emblème de la France périphérique, pourrait presque apparaître comme un havre de prospérité en regard de la métropole la plus attractive de France, Montpellier (13% de chômeurs et 19% de pauvres).

    Comme toujours, toutefois, les statistiques masquent un réalité sociale contrastée et les difficultés des entreprises locales à attirer de jeunes actifs qualifiés.

    Enfin, la France périurbaine est marquée par une grande diversité sociale et fonctionnelle. Elle crée plus d’emplois que les centres des villes ; elle accueille aussi bien des chefs d’entreprises installés que des ouvriers qui quittent le logement social, des employés attirés par la faiblesse relative des prix fonciers que des fonctionnaires se rapprochant de leur lieu de travail, des retraités attachés à l’idéal villageois que des jeunes cadres y déployant leur projet familial.

    À l’échelle nationale, ces périurbains disposent d’un revenu médian annuel (20 975 euros) plus élevé que celui des habitants des villes-centres (19 887). Et ils ne constituent pas un « réservoir naturel de vote FN, comme le voudrait une sociologie simpliste de la haie de thuyas et du chien de garde : leurs votes se répartissent sur tout le spectre, à peu près comme la moyenne du pays » (Pierre Veltz[8]).

    En effet, l’une des raisons principales de l’écho rencontré par les thèses de Guilluy tient dans le lien qu’il établit entre la France périphérique et une colère sociale qui trouverait son exutoire dans le vote pour l’extrême-droite (Front national puis Rassemblement national). Les périodes électorales se suivent et se ressemblent : Guilluy s’empresse de décrypter les résultats à l’aune de ses propres grilles de lecture et d’y voir une validation de ses théories.

    « Macron est […] le candidat des métropoles mondialisées. Inversement, de la même manière que l’Amérique périphérique a porté le vote Trump et l’Angleterre périphérique le Brexit, la France périphérique, celle des petites villes, des villes moyennes et des zones rurales, porte la contestation populiste. » (Christophe Guilluy, Le Monde, 26 avril 2017).

    Pourtant, les travaux académiques, fondés sur des échelles d’analyse fines et des méthodes pluridisciplinaires dessinent une géographie électorale bien différente. Ainsi, plusieurs chercheurs ont bien montré, en prenant appui sur les résultats électoraux du premier tour de l’élection présidentielle de 2017, que les voix des électeurs des trois principaux candidats (Macron, Le Pen, Mélenchon) se sont réparties de manière relativement homogène dans l’ensemble du territoire français.

    Emmanuel Macron, candidat ô combien emblématique des « élites parisiennes et mondialisées », a obtenu des scores très proches dans les grandes villes, les villes petites et moyennes et les territoires ruraux (et, au deuxième tour, 78% dans le Cantal ; 75% à Bourges, préfecture désindustrialisée de la « diagonale du vide » ; 72% à Dourdan, dans le lointain périurbain pavillonnaire francilien ; et encore 71% à Thionville, au cœur d’un des bassins industriels en décroissance parmi les plus durement frappés par les crises de 2008 et 2011).

    Si le vote pour Marine Le Pen est plus polarisé spatialement, près de 80% des voix qui se sont portées sur elle sont celles d’électeurs des grandes aires urbaines (cœur et périphérie). Dans une analyse statistique détaillée, des chercheurs du CNRS ont enfoncé le clou en soulignant l’absence de corrélation nette entre le vote pour ces deux candidats et le type de territoire.

    Dans ce champ d’étude aussi, un consensus se dégage : les explications du vote sont avant tout à chercher dans la profonde transformation des rapports au travail, dans l’accentuation des inégalités sociales et dans les déstructurations des instances de régulation collective (dans les lieux d’emplois, dans les activités associatives et dans la vie locale).

    Finalement, il n’est pas si compliqué de comprendre le succès éditorial, politique et médiatique de Christophe Guilluy. D’une part, ses analyses offrent des interprétations simples non seulement des fractures sociales et territoriales, mais aussi du rejet des élites, de la montée du populisme ou des succès électoraux du Front national.

    De l’autre, celles-ci sont parées des atours de la scientificité grâce à une série d’indicateurs et de cartes présentés comme objectifs. Or, force est de constater que certains élus, experts et journalistes sont particulièrement friands de vérités simples et unilatérales, susceptibles de déboucher sur des solutions manichéennes ou de nourrir des discours démagogiques potentiellement mobilisateurs.

    Guilly en est parfaitement conscient : face aux tenants du « c’est plus compliqué que ça », il dénonce « le refus de généraliser » et la tendance qu’auraient les universitaires à « occulter le réel », alors que, précisément, ce sont ses positions qui sont en contradiction avec toutes les données et analyses disponibles.

    Mais si cette rhétorique du « seul contre tous » est utile pour occuper l’espace médiatique et commercial, voire pour construire la mythologie du « chercheur-courage », elle s’effrite à mesure que la fragilité de ses fondements est mise en lumière. Le mouvement des Gilets jaunes a joué un rôle décisif en la matière.

    Les Gilets jaunes, apogée et dépassement de la France périphérique
    Il y a un an encore, Christophe Guilluy ne cachait pas son enthousiasme face à l’irruption des Gilets jaunes. En effet, celle-ci semblait consacrer de manière éclatante sa représentation d’une France coupée en deux entre métropoles dynamiques mondialisées et territoires « périphériques » laissés pour compte (et rassemblant le gros du « peuple »).

    La contestation en cours n’était finalement que l’expression de la revanche des seconds à l’égard des premières. Las, loin de conforter cette théorie, ce mouvement social atypique en a montré toutes les limites et impasses, au gré des rapports de police, des sondages des grands instituts et des enquêtes de terrain réalisées par les chercheurs en sciences sociales sur la base d’échantillons significatifs[9].

    – Les premiers Gilets jaunes, ainsi que plusieurs coordinateurs nationaux, sont originaires de l’agglomération parisienne, métropole mondiale située au sommet de la France métropolitaine. Et pour cause : si les Franciliens utilisent un peu moins leur voiture et réalisent des trajets un peu plus courts que le reste des Français, ils passent en moyenne 75 minutes par jour dans leur véhicule, contre 45 minutes pour les habitants de l’espace rural ! En somme, dans le Grand Paris, le budget-temps compense largement les moindres coûts liés aux déplacements.

    – Les figures charismatiques des Gilets jaunes sont marquées par une grande diversité sociale et résidentielle : ce sont aussi bien des chefs d’entreprises vendéens que des ouvriers d’Amiens, des petits commerçants du périurbain toulousain que des fonctionnaires du centre de Moulins, des retraités bretons que des jeunes cadres franciliens au pouvoir d’achat plombé par le coût du logement ; en somme, une véritable mosaïque socio-professionnelle totalement imperméable aux représentations binaires.

    – La cartographie des lieux de blocage et d’action des Gilets jaunes montre que l’immense majorité des communes concernées est située au sein des grandes aires urbaines. Bien sûr, on ne manifeste pas toujours là où l’on habite. Et pour cause : le mouvement reflète moins des frontières infranchissables que le rôle central des interdépendances territoriales dans les pratiques sociales des Français. De fait les Gilets jaunes dits de la « périphérie » se retrouvent bien souvent pour manifester au « centre », c’est-à-dire là où ils ont fait leurs études, où ils vont faire leurs courses le week-end, où ils emmènent un proche à l’hôpital ou leur famille au cinéma. Ainsi, l’automobile est moins le symbole d’une France périphérique marginalisée qu’un outil – coûteux – qui permet aux ménages de tirer parti des ressources et des services offerts par ces différents espaces. Cette forme de « zapping territorial » contredit frontalement les analyses en termes de relégation ou de sédentarisation.

    – Bien qu’étant encore plurielles, les revendications des Gilets jaunes ont progressivement convergé vers des enjeux de justice fiscale, sociale et spatiale : augmentation des bas salaires, revalorisation du pouvoir d’achat, égalité face à l’impôt, maintien des services publics sont les seuls mots d’ordre partagés par l’ensemble des manifestants. Or, la fragilité sociale traverse les territoires autant que les origines ou les générations : elle concerne aussi bien des familles du Pas-de-Calais frappées par le déclin industriel que des agriculteurs du Berry lourdement endettés ou des travailleurs précaires de la banlieue lyonnaise. Le mélange des uns et des autres au sein du mouvement, ainsi que l’absence de revendication de type identitaire (malgré quelques tentatives de manipulation grossières), montrent que les visions binaires et/ou ethnicisées des divisions des classes populaires relèvent avant tout de la récupération idéologique.

    – Élus et citoyens ont exprimé leur lassitude grandissante face aux grilles de lecture simplistes et caricaturales. Les seconds ne se sentent en aucun cas « périphériques », mais demandent de la considération de la part des médias, des chercheurs et des responsables politiques. Les premiers souhaitent travailler sur la base de données empiriques et d’analyses robustes, qui permettent de regarder la réalité en face, dans sa complexité. Ainsi, les fédérations d’élus, les centres de formation des techniciens territoriaux, les associations se détournent les uns après les autres de la France périphérique. Pour une raison simple : le succès du concept est inversement proportionnel à sa capacité à forger des réponses concrètes aux problèmes des Français ! Aucun responsable ne peut aujourd’hui construire des politiques de solidarité susceptibles de concilier innovation, transition écologique et respect des idéaux de justice sociale et spatiale sur la base d’une représentation incorrecte et purement victimaire ! Opposer grossièrement « territoires gagnants » et « perdants », ou « bons pauvres » et « mauvais pauvres », permet de faire un tri pour réduire le nombre de ceux qui « méritent » d’être aidés. Mais cela n’a jamais réglé leurs problèmes…

    Finalement, le double primat de la question sociale sur la question territoriale d’une part, de l’insécurité économique sur la supposée « insécurité culturelle » de l’autre, est sans aucun doute l’une des grandes leçons du mouvement. Dans ces conditions, il faut un certain art du funambulisme intellectuel pour continuer à interpréter les Gilets jaunes à l’aune de quelques obsessions géographiques.

    Si les climato-sceptiques, les théories du complot ou le mythe du Grand remplacement ont si peu d’audience en France, c’est le fruit d’une maturité collective des chercheurs, des citoyens, des médias et des institutions. Dans les sciences sociales et territoriales, il est temps de forger, avec humilité mais résolution et sans irénisme, de nouvelles manières de penser et d’agir pour répondre aux immenses défis – environnementaux, économiques, migratoires et sociaux – du début du XXIème siècle.

     

    [1] Laurent Chalard., 2017, « Guilluy en politique », Outre-Terre, n° 51, pp. 47-58.

    [2] Romain Ducornet, 2016, Christophe Guilluy dans la presse : étude d’une controverse géographique, Mémoire de Master 2, Reims, Université de Reims Champagne-Ardenne.

    [3] Entre guillemets dans le texte.

    [4] Laurent Chalard, op. cit.

    [5] Guilluy explique par exemple que « le changement de nature et d’origine de l’immigration a fait surgir une question à laquelle la France n’était pas préparée, celle de l’ethnicisation des territoires » (p. 65).

    [6] Les travaux de Pierre Bourdieu, de Nicolas Renahy, d’Éric Maurin ou de François Héran, plusieurs fois cités dans Atlas des fractures françaises et dans Fractures françaises, disparaissent au profit d’écrits d’autres auteurs comme Michèle Tribalat ou Jean-Claude Michéa, des « figures qui ont pour point commun de ne pas faire consensus dans leurs disciplines » comme le remarque Romain Ducornet. En parallèle, les études d’organismes publics sont de moins en moins mobilisées au profit d’articles de presse issus de différents médias, notamment Le Figaro.

    [7] Selon le titre d’un célèbre de Jean-Marc Offner sur les effets structurants du transport paru en 1993 dans L’espace géographique

    [8] Ibid. : Le département des Yvelines offre une illustration frappante de cette situation. Le score d’Emmanuel Macron ne décroit pas avec la distance à Paris, mais il atteint des pics aux franges de l’aire urbaine, dans des communes favorisées comme Houdan (71 %), Rambouillet (73 %) ou Montfort-L’amaury (77 %).

    [9] Voir par exemple : https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-a__Gilets_jaunes_a____hypoth__ses_sur_un_mouvement-978234 ; https://www.seuil.com/ouvrage/le-fond-de-l-air-est-jaune-collectif/9782021426205 ; https://www.pacte-grenoble.fr/programmes/grande-enquete-sur-le-mouvement-des-gilets-jaunes ; ainsi que toutes les enquêtes d’opinion des grands institut de sondage (un exemple parmi d’autres : https://www.institutmontaigne.org/blog/les-gilets-jaunes-la-partie-emergee-de-la-crise-sociale-francaise).

    https://seenthis.net/messages/815856 via colporteur