• Le Nouvel Obs et Arte s’intéressent aux enjeux du trafic de captagon dans le conflit syrien :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20150522.OBS9435/le-captagon-la-potion-magique-des-djihadistes.html

    C’est une petite pilule blanche qui permet d’oublier la douleur et la peur, très prisée en Syrie : le Captagon est le meilleur allié des djihadistes de l’Etat islamique (EI). Mais Daech n’est pas le seul à avoir recours à cette drogue à base d’amphétamine : sur le front militaire syrien, les membres d’Al-Nosra et les soldats de l’Armée syrienne libre (ASL) l’utilisent également pour se donner du courage. [...]
    Le Captagon n’est donc pas seulement une drogue de terrain. Son trafic a entraîné la naissance d’une véritable économie de guerre, selon Radwan Mortada, spécialiste des mouvements djihadistes : « Les milices en Syrie en consomment une partie mais elles l’exportent aussi vers l’étranger, notamment vers les pays du Golfe. Les gains leur permettent de financer l’achat de leurs armes et leurs opérations militaires. »

    L’interview (en vidéo) d’un trafiquant libanais qui revend aux habitants d’Ersal (et de là à al-Nusra, Daech et l’ASL) est édifiante :
    http://info.arte.tv/fr/la-drogue-de-daech

    Ça donne la pêche, tu te mets à combattre sans te fatiguer, tu marches droit devant toi, tu ne connais plus la peur. Les combattants l’utilisent pour veiller, pour contrôler leurs nerfs et augmenter leurs performances sexuelles." Et peu importe que son utilisation soit interdite par l’islam, puisqu’"aujourd’hui tout le monde s’en fiche de la religion."

    http://seenthis.net/messages/374054 via Souriyâm