« Ici, la poésie est coupée de l’homme »

/reza-afchar-naderi