• Excellent hommage à Elie Kakou que j’affectionne particulièrement. N Robin

    Après j’t’explique... Elie Kakou
    diffusé le ven. 14.06.19 à 23h25 disponible jusqu’au 22.06.19 documentaires art & culture - 51 min - 2019 - tous publics
    Des cabarets marseillais à Bercy, en passant par le Cirque d’hiver, Elie Kakou a connu un succès inespéré avec ses personnages Fortunée, Madame Sarfati, Mongola, l’attachée de presse, le prof d’anglais, le Kakou ou encore Jean-Paul Goudier. Ce film revient sur les débuts et la carrière atypique de l’humoriste, racontée par ses frère et soeur. Des proches et des artistes (Chantal Ladesou, Jean-Pierre Foucault, ses soeurs Brigitte, Nadine et Danielle Kakou, Pierrot Chiquenille, Liane Foly, Elie Semoun...) apportent leur éclairage. On découvre ainsi les sources de son inspiration, ses méthodes de travail ou encore la naissance de ses personnages.
    réalisé par : Virginie Foucault
    https://www.france.tv/documentaires/art-culture/1003039-le-meilleur-du-rire.html

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/5d/Elie_Kakou.png/260px-Elie_Kakou.png
    https://i.ytimg.com/vi/DEAJ1SqYtrs/maxresdefault.jpg
    https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQG6M_kev4jQaXtK9bEZvLBV9cCeNqMjsf1IuX5A_X
    https://file1.telestar.fr/var/telestar/storage/images/3/2/2/6/3226600/elie-kakou-marseille-1er-avril-1994_exact1024x768_l.jpg
    https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQBR3CAl9KBCWVaaYiHVGkmfz2iT6u_gbFHHjV-TNI
    https://www.youtube.com/watch?v=KaELYQjXNjk


    https://www.dailymotion.com/video/xhylkw

    https://www.dailymotion.com/video/xf4fop



  • Femmes et agriculture

    Je suis allée samedi au colloque organisé par Femmes d’histoire , je retrace ici les grandes lignes de cette journée belle et passionnante. En commençant par la fin :)
    La journée s’est terminé avec la projection du film Réparer la Terre de Laureline Amanieux dans lequel on suit le parcours d’Éloïse de Beaucourt qui passe de professionnelle de cinéma au maraîchage bio en Sarthe. Je n’ai pas envie d’en dire plus pour vous laisser découvrir ce document très touchant, sensible, sobre, juste, philosophique aussi et plein d’une saine énergie. Juste préciser que la réalisatrice (elle même passé de l’enseignement du français au cinéma) et Éloïse se connaissaient ce qui peut expliquer le naturel et la fraîcheur du film.

    Il est disponible ici jusqu’à jeudi, ensuite le site de femmes d’histoire prendra le relai, je mettrai alors ce post à jour.
    https://vialmtv.tv/reparer-la-terre

    Aujourd’hui Éloïse produit depuis deux ans mais ses revenus sont encore ridicules (il faut compter entre trois et cinq ans pour gagner sa vie, modestement)

    Éloïse participait à une table ronde l’après-midi avec Mariama Sonko, Stéphanie Pageot et Amandine Fresneau et animé par Nassira El Moaddem.
    Pour elles quatre existe un lien fort à la terre qu’elles occupe.

    Paysanne ? Agricultrice ?
    Éloïse fut la dernière du tour de table à répondre à cette question approximativement en ces termes : « Paysan, paysanne, je ne sais pas ce que c’est. Si le mot renvoie à la notion de paysage, si paysanne c’est œuvrer à maintenir le bocage, à avoir des pratique qui respecte l’environnement, la vie du sol où l’on installée, à travailler pour les populations qui vivent là, à participer à la vie locale, alors oui, je suis une paysanne. »

    Stéphanie Pageot est éleveuse bio en Loire-Atlantique depuis vingt ans. Elle est associé à deux hommes, son conjoint et un autre homme de sa famille (j’ai oublié lequel) et ont 5 salarié·es pour un équivalent de 4 temps plein. Aujourd’hui les trois associé·es touchent la même rémunération, 2 000 euros par mois. La ferme produit du fromage et la nourriture des vaches (125 vaches sur 128 hectares). Pour Stéphanie, le mot paysan renvoi au syndicat, ce qui la gêne, mais se considère néanmoins comme une paysanne.

    Stéphanie a été présidente de la Fédération nationale de l’agriculture biologique. Une première donc, dans ce milieu très macho. Sous sa présidente, une enquête auprès de 2 500 agricultrices à été menée « Quelle est la place des femmes dans l’agriculture biologique ? » (que je n’ai pas encore lu)
    http://www.fnab.org/actualites/evenements/1019-quelle-est-la-place-des-femmes-dans-l-agriculture-biologique-colloque
    http://www.fnab.org/images/actions/MEP_FEMMES_EN_AB_PAGE_A_PAGE_VF.pdf
    faisant ressortir une distribution genrée des activités. Et un déni de la part de la profession puisque lorsque l’enquête a été publiée, les résultats étaient remis en cause.

    Stéphanie a aussi participé à des rencontres entre professionnels (du style 40 hommes pour 2 femmes) mais le principal sujet de discussion était invariablement axé sur le matériel et la technique. Elle a fini par se lasser et y renoncer. Alors pourquoi pas plus de femmes ? Réponse dans l’enquête : les femmes, accaparées par les tâches administratives, ménagères, les enfants, n’ont pas le temps.

    Par contre, maintenant elle aimerait participer à des rencontres entre femmes agricultrices, comme on peut le voir dans ce petit film qui a été projeté en fin de matinée « Je, tu, elles, femmes en agriculture » d’Aurélia Étienne visible là https://www.dailymotion.com/video/x5a28jk

    Douze femmes agricultrices de la Drôme et de l’Ardèche s’autorisent durant l’hiver à faire un pas de côté ; prendre un peu de recul et se poser certaines questions, plus ou moins confortables, parfois bien plus bouleversantes qu’il n’y paraît…
    Elles partent à la rencontre d’autres agricultrices et interrogent leurs parcours, leurs difficultés et parfois leurs combats, pour se réaliser dans ce métier.

    Mariama Sonko est sénégalaise, de Casamance, mais pas agricultrice : « moi je suis cultivatrice, éleveuse, pêcheuse, transformatrice, vendeuse, mère de famille (elle est veuve et a quatre enfants), impliquée dans le mouvement Nous sommes la solution : je suis paysanne. » Et donc, très impliquée puisque leader du mouvement qui regroupe 12 associations d’Afrique de l’Ouest, 175 000 femmes.
    Un mouvement qui prône l’agroécologie, la transmission des savoirs faire, les semences paysannes et défend les droits des paysannes. https://www.thehumansmag.com/blog/nous-sommes-la-solution ou http://senagriculture.com/monde-rural-femmes-vantent-avantages-de-lagro-ecologie ( mais je vais essayer de trouver d’autres ressources dans les prochains jours)

    Elle participait le matin et l’après-midi, du coup je vais mettre un peu en vrac ses remarques et constats :

    Elle accorde beaucoup d’importance aux semences paysannes, dans sa région se sont les femmes qui font la sélection des graines dont le principal critère est la résistance (résistance qui était le maître mot de la journée, soit dit en passant). Résistance au climat, aux pathogènes, aux insectes ravageurs, à l’acidité ou salinité du sol. Et bien-sûr, le mouvement défend le droit des paysan·nes de sélectionner, reproduire, vendre, échanger ses propres semences « un paysan sans semences est un paysan pauvre »… et l’utilisation de produits phytosanitaires naturels. Se sont aussi les femmes qui ont la charge du stockage et conservation des semences dans des pots d’argiles auxquels elles ajoutent des herbes spécifiques pour éviter les ravageurs.

    Je lui ai demandé ce qu’il en était de l’accès à la terre pour les femmes : les hommes rechignent à leur donner des terres, elles héritent de petites parcelles de terres de moindre qualité. Cela confirme donc les infos recueillies pour mon billet.

    Point de vue finance, le microcrédit existe bien et a pu aider. On le sait, les paysannes reversent l’intégralité de leurs revenus dans le ménage alors que les hommes n’en reversent qu’une partie et fait ce qu’il veut du reste. Nous sommes la solution recommande aux femmes de mettre 30 % de leurs revenus de côté pour leur propre usage : cela a un effet immédiat sur le comportement des hommes. Dès lors que les femmes gagnent en indépendance, les hommes sont beaucoup plus respectueux des femmes et de leurs droits.

    La parité est entrée dans la loi sénégalaise, même si les hommes y rechignent, ils ont tendance à respecter la loi par peur d’être réprimés.

    Mariama racontait qu’elle tenait son fort tempérament de son grand-père, paysan, très sensible à l’environnement au point de s’offusquer si on tuait un moustique ! Ils plantait des arbres dans les bois autour de ses champs : « si les animaux sauvages viennent dévorer tes cultures, c’est qu’ils n’ont pas assez à manger, alors je plante en dehors des champs pour que les animaux ne dévorent pas mes cultures ».

    Pour Mariama, le plus difficile est la perte de la main d’œuvre valide, les jeunes partent tenter leur chance ailleurs (migrations).

    Pour Stéphanie et Amandine (j’y reviendrai), le plus difficile est la paperasse, une activité qu’elle n’ont choisi. Car se sont les femmes qui s’occupent de la paperasse. Amandine, vigneronne, passe 60 % de son temps en tâches administratives.

    Stéphanie délègue depuis quelques années une partie de la gestion de la ferme mais cela a un coût : un centre de gestion facture 50 euros de l’heure, un tarif bien supérieur au revenus des paysannes.

    Quant à Éloïse, elle afait le choix de se passer d’aides, cela réduit la paperasse.

    Amandine Fresneau est vigneronne (attaché au travail de la vigne) et non viticultrice (plutôt en rapport au fonctionnement d’une coopérative viticole). Elle est aussi œnologue. Elle a repris avec son frère l’entreprise familiale depuis quatre générations. Pendant ses études, elle est partie en stage à Montpellier (coucou @arno), femme, elle n’avait pas le droit d’entrer dans un chais. Elle est revenue en Sarthe.

    Plus globalement, en France, 30 % des agriculteurices sont des femmes ; 40 % des agriculteurices bio sont des femmes.

    Les institutions en charge des questions agricoles s’attachent aux productions et aux moyens de production sans remettre en cause les inégalités entre hommes et femmes, très importants dans la professions. Cela rejoins le constat que j’avais fait lors de ma recherche : on a des statistiques sur les productions, les quantités, les surfaces, les exportations, les importations, le nombre de tracteurs, les quantités de produits chimiques… et rien sur celles et ceux qui produisent !!!

    Je remets ici mon billet
    https://seenthis.net/messages/559483

    et ce tableau toujours d’actualité
    https://dl.dropbox.com/s/0f1pwyc0u9radh4/champ%20oignons.jpg?dl=0

    Et je remets ici le film de Marion Gervais Anaïs s’en va-t-en guerre
    https://rutube.ru/video/96211a3e54a82ce15599c6aca4873f6d
    #femmes #agriculture #inégalité

    https://seenthis.net/messages/755605 via odilon


  • Qui peut croire la thèse officielle de l’Administration américaine ? Une Administration plus que douteuse ! NRobin

    « 11-Septembre : Le nouveau Pearl Harbor »
    http://www.reopen911.info/11-septembre/mise-en-ligne-du-documentaire-11-septembre-le-nouveau-pearl-harbor

    Let’s have a look !
    https://www.youtube.com/watch?v=6Rf2nCW8SUE

    Posté par .Rédaction le 11/09/2013
    « 11-Septembre : Le nouveau Pearl Harbor »
    Le nouveau film du réalisateur et bloggeur italien Massimo Mazzucco

    LA PLUS GRANDE ENQUÊTE CITOYENNE JAMAIS MENÉE
    Ce nouveau documentaire exceptionnel en trois parties du réalisateur Massimo Mazzucco devrait enterrer une bonne fois pour toutes la thèse officielle. Il répond également à nos détracteurs régulièrement invités dans les médias et dont les arguments peuvent sembler convaincants ... pour celui qui ne prend pas le temps de les étudier.

    Partie 1
    « Les avions du 11-Septembre »
    https://www.dailymotion.com/video/x14gtd7

    Partie 2
    « Le Pentagone et le Vol 93 »
    https://www.dailymotion.com/video/x1555k3

    Partie 3
    « Le World Trade Center »
    https://www.dailymotion.com/video/x166zox

    • Recension du documentaire par le Pr David Ray Griffin

      "Il y avait déjà beaucoup d’excellents films et vidéos sur le 11-Septembre. Mais le dernier documentaire du réalisateur plusieurs fois primé, Massimo Mazzucco, est clairement au-dessus du lot.

      Pour tous ceux qui ont travaillé sur le sujet du 11-Septembre toutes ces années, voilà le film que nous attendions tous.

      Nous avions déjà de très bons films traitant du caractère fallacieux de telle ou telle partie du récit officiel, les Tours Jumelles, le Bâtiment 7, etc., mais Mazzucco nous propose ici un documentaire complet qui englobe virtuellement l’ensemble des problèmes liés aux faits du 11-Septembre.

      Nous avions bien évidemment des films traitant la fiction officielle comme si c’était la vérité. Et nous avions d’autres films qui utilisaient des histoires fictives pour présenter le combat des personnes après qu’elles eurent commencé à soupçonner la version officielle d’être mensongère.

      Mais il n’y a aucune place pour la fiction dans le film de Mazzucco – sauf dans le sens où il présente de façon claire et impitoyable la fiction de chacune des parties de la version officielle.

      La volonté de Mazzucco d’englober la totalité de la problématique l’a amené à produire un film d’une durée de près de 5 heures, qui est cependant si fascinant et trépidant que beaucoup voudront le regarder en une seule fois. Mais ce n’est pas obligatoire, car ce documentaire, en 3 DVD, comporte 7 parties, chacune étant divisée en de nombreux chapitres de courte durée.

      Ces 7 parties concernent la Défense aérienne, les pirates de l’air, les avions, le Pentagone, le Vol 93, les Tours Jumelles et le Bâtiment 7. Dans chacune d’elles, après avoir présenté les faits qui contredisent le récit officiel, Mazzucco traite chacune des affirmations des debunkers (c’est-à-dire ceux qui cherchent à invalider les éléments et les preuves avancées par la communauté de chercheurs sur le 11/9).

      L’introduction, comme l’indique le titre du film, établit 12 parallèles étonnants entre Pearl Harbor et les attentats du 11-Septembre.

      Ce film s’adresse aussi bien à ceux qui ne connaissent pas le sujet du 11-Septembre (au-delà de la version officielle), qu’à ceux qui possèdent une connaissance partielle des différents problèmes que pose la version officielle, et aussi aux experts du sujet (j’ai moi-même appris beaucoup de choses).

      Mazzucco souligne bien le fait que son documentaire couvre les 12 années de débat sur le 11/9. Et tous ceux qui ont contribué à rechercher la vérité sur le 11/9 pendant ces longues années verront que leur travail est finalement récompensé : nous avons à présent un film extrêmement bien documenté qui montre de façon éclatante combien le récit officiel sur le 11-Septembre a été fabriqué de toutes pièces.

      « 11-Septembre : Le Nouveau Pearl Harbor » est véritablement le film que nous attendions tous."

      Pr David Ray Griffin


  • En pleine affaire Benalla, la police gaze des agriculteurs en colère et le peloton sur le Tour de France Henri Carmona - 24 Juillet 2018 - Revolution Permanente
    http://www.revolutionpermanente.fr/En-pleine-affaire-Benalla-la-police-gaze-des-agriculteurs-en-co

    Ce 24 juillet, après 30km de course, des agriculteurs en colère entendaient bloquer la route du Tour de France. La police, comme à l’accoutumée, a largement arrosé de lacrymogène les manifestants... au point que les coureurs eux mêmes ont dû mettre pied à terre et être soigné !

    https://www.dailymotion.com/video/x6q01b9


    Vidéo que j’ai ajouté à l’article

    http://www.revolutionpermanente.fr/local/cache-vignettes/L653xH423/arton12709-b69ee.jpg
    La répression au grand air / Crédit photo : Reuters

    La répression a encore frappée. Une fois de plus, à coup de lacrymogène, et les traditionnelles images voyant les victimes se soigner avec du sérum physiologique qui vont avec. Sauf que, surprise, il s’agit aujourd’hui des coureurs du Tour de France qui ont dû recourir à la petite pipette bien connue des manifestants, surtout depuis 2016.

    http://www.revolutionpermanente.fr/local/cache-vignettes/L653xH368/1-29-27813.jpg
    Un coureur soigné après l’intervention musclée de la police / Crédit photo : F. Mons / L’Équipe

    La raison de ce gazage massif ? Des agriculteurs entendaient bloquer la route pour exprimer leur colère après la fin du classement en zone défavorisée de l’Ariège. Et comme il est de coutume en macronie, les forces de répression ont eu recourt à la force pour disperser les manifestants. Les images sont explicites, tandis que les commentateurs de la course parlait de violents affrontements pour légitimer l’acte répressif des policiers.

    Sauf que les quelques images disponibles ne révèlent aucune violence des manifestants, mais au contraire une intervention musclée des CRS où la grosse dizaine d’agriculteurs présents avait disposé de bottes de pailles. Le comble du grotesque semble même être atteint lorsque les forces de répression décident de faire face, matraque à la main, à... des moutons ! En effet, les agriculteurs semblaient vouloir bloquer la route, si besoin, à l’aide du troupeau. C’est ainsi que l’agence Reuters a saisi ce cliché, où l’on voit les policiers prêt à en découdre... On ne rigole pas avec le « monopole de la violence légitime ».

    http://www.revolutionpermanente.fr/local/cache-vignettes/L653xH368/2-24-0bcd8.jpg  ?
    La police face au sheep block ? / Crédits photo : Reuters

    Alors que l’affaire Benalla ébranle l’ensemble de la V° République, il semble que les forces (officielles) de répression ont tenu à « remettre les points sur les i », et démontrer que leurs méthodes d’intervention sont dignes des barbouzes de l’Élysée. Un épisode répressif de plus en macronie.

    #police #violence #en_marche #etat_de_guerre #Agriculteurs #Tour_de_France #répression #politique

    https://seenthis.net/messages/710387 via BCE 106,6 Mhz



  • Allez, un peu de musique dans ce monde de fous !

    Hold on my heart - Phil Collins Genesis
    https://youtu.be/RqL0ZX4fIQU

    Line Monty - Ya Oummi Ya Oummi
    https://youtu.be/bQnWfM_-97Y

    SAR LI SAR MEHDI LAIFAOUI 2018
    https://youtu.be/X47b6gfqNqs

    Mehdi Laifaoui & Emmy Ham « PASSION »
    https://www.youtube.com/watch?v=MovcJLEM8es

    Idir pourquoi cette pluie
    https://youtu.be/rgAJMneX8uU

    Idir - A Vava Inouva
    https://youtu.be/58vGQcSJ2aU

    cheb khaled la meilleure chanson 2018
    https://youtu.be/ECYg-JBj164

    Sting & Ibrahim Maalouf - Inshallah (Le Bataclan 2015)
    https://youtu.be/pWkRVoi6F48

    Charlotte Gainsbourg - Ring a ring O roses / Victoires de la Musique 2018
    https://www.youtube.com/watch?v=6P3Jxjp5krM

    Comme Toi Grace Deeb
    https://www.dailymotion.com/video/x6xpk0


  • Du vrai Godard
    https://lundi.am/Du-vrai-Godard

    « Dans le monde réellement renversé, le faux est un moment du vrai. » Guy Debord, La société du spectacle, 1967 Mercredi 9 mai à 18h, nous publiions un court-métrage intitulé « Vent d’Ouest » et attribué à Jean-Luc Godard. Très rapidement, le film de 5 min en soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes faisait le tour des réseaux sociaux et suscitait l’enthousiasme, tant chez les cinéphiles fans du maître que chez les militants écologistes touchés par cette prise de partie. Si dans les années 60, certains de (...)

    #14_mai

    / #1

    « https://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/video-vent-douest-le-court-metrage-surprise-de-jean-luc-godard-en-soutie »
    « https://www.vanityfair.fr/actualites/videos/un-court-metrage-inedit-et-engage-de-jean-luc-godard-devoile/34377 »
    « https://www.youtube.com/watch?v=J00IVFS_u3A

     »
    « https://www.dailymotion.com/video/x2j
     »
    « https://encodeur.movidone.com/getimage/OM_ETd4lg8y-c5MRYTXvIhRpvnFVIV-bs4DTByOxXekkJG0Pbce5pEtdkNH3SIhu_ »
    « https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/110518/vent-d-ouest-godard-la-zad-et-le-pastiche »
    « https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Overney »
    « https://pen.gg »



  • Je découvre le court métrage (#film) de 10 minutes Giant God Warrior Appears in Tokyo produit par Ghibli en 2012 :
    https://www.dailymotion.com/video/x5hd9w5

    Giant God Warrior Appears in Tokyo – Le court métrage du Studio Ghibli et du créateur d’Evangelion !
    http://www.ufunk.net/japon/giant-god-warrior-appears-in-tokyo

    Vous ne rêvez pas, voici un court métrage live-action réalisé par le Studio Ghibli et le créateur de la série culte Evangelion ! Le court métrage « Giant God Warrior Appears in Tokyo » (Kyoshinhei Tokyo ni Arawaru) a en effet des parents de choix, puisque qu’il a été commissionné par Anno Hideaki, le réalisateur d’Evangelion, pour être réalisé par Higuchi Shinji, un autre artiste clef d’Evangelion. Et cerise sur le gateau, la créature de ce court métrage live-action aurait été dessinée par Hayao Miyazaki lui-même, alors que son studio Ghibli se charge de la production !

    https://seenthis.net/messages/668352 via ARNO*





  • 11 SEPTEMBRE 2001> 23 août 2017 ( J-19)
    .
    CHRONIQUES MILITANTES 5/23
    .
    Je ne propose pas de suite parfaitement construite entre les 23 épisodes. Juste mes souvenirs de militant et la documentation correspondante aussi fiable que possible, depuis 2007. Ce qui m’a marqué...
    .
    LE NUAGE DE POUSSIERE ET LES FONDATIONS DES WTC ? UNE HISTOIRE DE ZONES DE CHALEURS EXTREMES CONSTATEES MAIS INEXPLIQUEES...
    .
    Le nuage et ses coulées contiennent des indices de preuves très nombreux et convergents, qui montrent qu’il était beaucoup plus chaud et complexe qu’un « simple » nuage d’incendie. D’autre part, les foyers de chaleurs extrêmes constatées dans les fondations ou déduites des observations et témoignages concernant le nuage et les poussières, rendent l’hypothèse des incendies et du jetfuel consumé dans et surtout hors de 2 des 3 WTC « incertaine a priori » pour expliquer les ruptures structurelles totales, simultanées, et jusqu’au ras du sol de chacun des 3 bâtiments. Pour synthétiser, les scientifiques qui objectent dans ce sens demandent donc toujours, 16 ans après, qu’une étude énergétique approfondie et qui tienne compte (entre autres) des témoignages et observations rappelés ci-après, soit menée et modélisée afin de faire concorder la théorie avec les faits qui suivent.
    .
    NOTE : 1000 autres indices sont ici passés sous silence. Les « points-clé » présentés sur le site associatif ReOpen911 en font le tour sans parti pris. Pour la partie « recherches sur la présence de nanothermite militaire dans les poussières des 3 WTC », et les réponses aux objections qui affirment que les échantillons analysés ne sont que de la peinture antirouille à base de kaolin, lire la fin de cette chronique.
    .
    Ce que je veux plutôt mettre en évidence, c’est que même SANS la découverte de résidus de composants militaires nanométriques ultra inflammables dans 4 échantillons de poussières sur 32 tracés en 2009, il existe de TRES NOMBREUX autres indices de preuve liés au nuage et aux poussières, montrant que la quantité d’énergie dispersée au sein des 3 WTC ce jour-là, échappe à la compréhension et ne peut s’expliquer seulement par la force gravitationnelle générée par la masse des 3 WTC, sachant que l’explosion du jetfuel avant la chute, et les incendies localisés et en partie étouffés ne sont d’aucun secours et ne jouèrent quasiment aucun rôle au regard de la masse qui se déplaça jusqu’au ras du sol malgré des 10aines d’étages intacts en dessous appartenant à une structure redondante au maillage capable de supporter 5 FOIS SON PROPRE POIDS à la périphérie, et 3 FOIS son propre poids dans sa partie centrale.
    .
    En fait, chacune des 2 tours jumelles se composait de 2 gratte-ciels acier imbriqués l’un dans l’autre. Conçues dans les années1960 et quasi « expérimentales », les ingénieurs n’ont voulu prendre aucun risque, et ont largement surdimensionné toute la structure des tours jumelles. Elles étaient capables de supporter un vent latéral de 250 km/h appliqué aux 2 hectares de surface de l’une quelconque de leurs facades, et d’encaisser un Boeing 707 (ancêtre équivalent des Boeings 767 qui les ont percutées) sans broncher. Idem de la tour 7 qui utilisait un modèle de structure éprouvé et très répandu aux USA, qui de plus abritait un bunker antinucléaire (un centre de commandement militaire autonome en cas d’attaque nucléaire), et qui avait donc été largement renforcée.
    .
    LA CHALEUR DU NUAGE (aller à 1’47")
    .
    https://www.youtube.com/watch?v=VzxzU4kCn0Y


    .
    Cette vidéo de NBC m’a soulevé de mon siège le jour où je l’ai découverte. Comment la chute de débris et poussières sur le capot du véhicule filmé, peut faire fondre la partie supérieure de son moteur et donc forcément son capot avec, tandis que d’autres véhicules ayant subis la même « pluie » sont absolument intacts ? Comment le véhicule suivant, peinture brûlée à l’extérieur, a-t-il pu entièrement brûler à l’intérieur aussi, jusqu’au métal ? Gerry Fornino, un artificier du FBI spécialiste des explosifs a témoigné que les destructions constatées dans les milliers de véhicules correspondaient à des chaleurs de 3000 à 4000°F ( = 1650 à 2200°C ). Comment est-ce aujourd’hui encore, POSSIBLE ?
    .
    DES MILLIERS de véhicules tout autour (googleiser « toasted cars on 9/11 ») ont été totalement ou partiellement calcinés comme dans cette vidéo, voire même corrodés jusqu’au métal, attaqué lui-même. Une corrosion extrême que l’on retrouve, avec les mêmes traces de sulfuration, sur les photos des fameuses poutres publiées dans l’appendice C du RAPPORT de la FEMA sur les WTC1 et 2 (2002), et pour lesquelles aucune explication n’a jamais été donnée ni par la FEMA, ni par le NIST, ni par personne. Des sections de poutre métalliques de plusieurs centimètres d’épaisseur, dont une partie des bords ont rétrécis jusqu’à l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette. Comment est-ce possible ?
    .
    http://www.reopen911.info/media/image/FEMA_WTC_sample.png
    .
    D’autre part de nombreux témoignages décrivent un nuage de poussière « brûlant ». Pas simplement chaud. Brûlant. Les témoignages sont extrêmement nombreux à ce sujet. Ils ont été écartés par les experts du NIST et de la FEMA. Pas chaud, brûlant. Même après les 200m de chute des poussières et leur dissémination dans les rues. Comment est-ce possible ?
    .
    https://www.dailymotion.com/video/x2skya

    .
    « and it was hot, VERY VERY hot... » (le témoin parle je pense des escaliers du lobby de la tour restante, donc après que le nuage de la première tour à être détruite soit descendu au sol et malgré les 14°C extérieurs).
    .
    LA FORME DU NUAGE BRULANT :
    .
    https://usercontent2.hubstatic.com/6507237_f496.jpg
    .
    Juste au moment de leur destruction, les WTC 1 et 2 ont dégagé un nuage en forme de cône quasi parfait qui s’est élevé immédiatement au dessus de chaque tour, doublant quasiment leur hauteur. La comparaison la plus souvent évoquée est celle d’un volcan, ou d’un bombardement. Pour qu’il y ait un cône, il faut qu’une immense quantité de chaleur soit dégagée en même temps, instantanément. Un incendie de bureau ne génère jamais de cône massif quasi parfait à sa propre verticale. La chaleur se dissipe avant de former le cône. Alors quelle était cette source de chaleur si intense, bien après que le jetfuel se soit consumé, et alors que les incendies étaient en voie d’étouffement (fumées noires et témoignages de pompiers du FDNY qui signalent par radio de nombreux foyers d’incendies ne nécessitant plus d’intervention) ? Comment est-ce possible ? Il n’y a pas besoin d’être PhD en physics pour se poser la question, si ? A ce jour, aucune réponse ne permet d’expliquer ce phénomène observé.
    .
    LA CHALEUR INSUFFISANTE DES INCENDIES ?
    .
    http://911research.wtc7.net/essays/nist/docs/floortemps_f6_36.jpg
    .
    Le jetfuel (équivalent à une forme de diesel avec des additifs contre le gel) projeté dans les étages et dans l’air lors de l’impact de AA11 et UA175 s’est consumé sur place. Les explosions de carburant générèrent selon le NIST des températures de plus de 1000°C dans les étages impactés pendant une durée indéterminée mais courte. Ces 1000° n’ont pas pu être reproduits en laboratoire. Ensuite les incendies des étages dégagèrent rapidement des fumées noires (manque d’oxygène) et les températures relevées par caméras infrarouges donnent seulement des points chauds mesurés à « plus de 120°C ».
    .
    http://4.bp.blogspot.com/-4n3yv-phg-g/UooBQCt5B8I/AAAAAAAABB4/D10NYbfTSf0/s320/temperature.jpg
    .
    Il n’y a pas de données plus précises disponibles, mais les photos à +30 minutes ne montrent absolument aucune flamme gigantesque embrasant les facades. Les incendies étaient exposés à un vent latéral à 14°C de 13 à 15 km/h ce jour là.
    .
    Il y a même des « futures victimes » photographiées en train d’appeler au secours par les orifices de pénétration des avions dans les tours, signe que les incendies étaient faibles.... non, les incendies ne semblent donc pas expliquer les niveaux de chaleur exceptionnels rencontrés par ailleurs dans des situations précises sans lien avec les causes officielles alléguées...
    .
    DES FONDATIONS OU COULE DU METAL EN FUSION
    .
    ... en particulier au niveau des fondations si chaudes que la NASA a enregistré des températures jusqu’à 700°C dans les sous-sols des WTC 1,2 et 7 ( et seulement ceux-là)
    .
    https://pubs.usgs.gov/of/2001/ofr-01-0429/hotspots-compare.jpg
    .
    Si ces températures ont progressivement baissé dans les 15 jours qui ont suivis, il a fallu en revanche 3 mois pour décider de cesser d’arroser Ground Zero, tant les pompiers et secouristes se brûlaient encore les bottes en parcourant le site, et tant la température et les fumerolles pour y travailler étaient insupportables. De nombreux secouristes avec leurs chiens, pompiers et agents de déblayage sont morts ou en sursis, depuis qu’ils ont respiré l’air du site.
    .

    LE NIST A NIE QUE DU METAL DES POUTRES EN FUSION ETAIT PRESENT DANS LES FONDATIONS DES WTC
    .
    https://www.youtube.com/watch?v=wcqf5tL887o


    .
    Cette vidéo de 2007 parle d’elle-même. Elle juxtappose des témoignages qui contredisent les déclarations du conférencier du NIST Porter GROSS. Elle montre « l’étendue des dégâts » occasionnés par le NIST à la « vraie vérité ». A elle seule elle justifierait que l’enquête technique et scientifique soit reprise de fond en comble. Jugez vous-même.
    .
    https://isgp-studies.com/miscellaneous/911/data/WTC-steel-shipped-China-steel-yards-John-Gross-vaporized-molten-NIST-FEMA.jpg
    Le même ingénieur du NIST Porter Gross, photographié ici en novembre 2001 au milieu des tronçons de poutres avant leur expédition en Chine pour être fondus. Il sélectionne des « pièces à conviction ». Cette poutre massive semble de toute évidence elle aussi totalement corrodée au point que ses extrémités déchiquetées n’ont plus que l’épaisseur d’une feuille de cigarette... Pourquoi ?
    .
    LA COMPOSITION DE CETTE POUSSIERE
    .
    En l’absence de publication officielle qui réfute celle de benthamopen datée du 4 mars 2009 et disponible ici :
    https://benthamopen.com/ABSTRACT/TOCPJ-2-7, l’équipe de chercheurs ayant découverts des micro-particules de fer vaporisé à ultra-hautes températures, et des résidus nanométriques de composants thermitiques (générateurs de chaleurs extrêmes instantanées) dans les poussières, continue de demander que cette étude soit contre-expertisée publiquement. Des initiatives dans ce sens ont été envisagées par d’autres scientifiques, avec anonymat des sources et de la chaîne expérimentale, mais à cette heure aucune n’a été mise en oeuvre, ni n’a débouché sur la confirmation ou l’infirmation des résultats. Le problème posé par cette nouvelle étude, est qu’aucun scientifique favorable à la « version officielle » ne veut mettre en oeuvre le protocole des expériences requises. L’omerta et le « qu’en dira-t-on » restent les plus puissants gardiens de la vérité officielle. De nombreux officiels y compris en France (Marie Paule Pileni, Jérôme Quirant) ont essayé de discréditer l’équipe de chercheurs, sans convaincre la communauté de scientifiques ayant validé l’étude sur le fond. http://www.reopen911.info/News/2010/02/23/niels-harrit-pourquoi-les-chips-rougegris-ne-sont-pas-des-composants-de-
    Par exemple, sans être spécialiste, comment une femme comme Marie Paule Pileni, professeur à la Sorbonne, Présidente démissionnaire du collège d’experts au sein de Bentham dont dépendait la publication de l’étude, experte en explosifs ET nanotechnologies, contractante de Thalés, du Ministère de la Défense, de la SEP etc... a-t-elle pu déclarer que « cette étude était politique et non scientifique », et qu’"elle n’était pas spécialiste du sujet" donc implicitement qu’elle n’était pas habilitée à en valider les conclusions ? N’est-ce pas plutôt elle, qui s’est mise à faire de la politique et non de la science ? Elle a accusé les chercheurs mis en cause de ne pas l’avoir prévenue. Mais l’Etude aurait-elle seulement vu le jour, même validée au bout d’infinis allers et retours pendant 2 ans entre membres du collège d’experts, si cette experte l’avait vue passer ? Au lu de ses commentaires, nous pouvons en douter fermement. Et Bentham n’a pas retiré l’étude qui fait désormais face à la postérité. Les scientifiques signataires attendent donc une publication officielle qui la contredira ou la confirmera.
    .
    Cette publication aura aussi face à elle, les conclusions d’une autre étude publiée en avril 2010 dans la revue Environmental Health Perspectives, dont le lien avec les analyses précitées des poussières reste à établir, mais qui là aussi atteste de très hautes températures et de présence de matériaux « mystérieux » dans les poussières. Il s’agit d’une étude médicale qui analyse les poussières découvertes dans les poumons des sauveteurs et pompiers. La présence de nanotubes de carbone pourrait être liée aux réactions provoquées par des températures extrêmes au contact des matériaux présents dans les tours, notamment si ces matériaux comprennent de la nanothermite telle que découverte en 2009. http://www.reopen911.info/News/2010/08/25/limpact-des-nanotubes-du-119-sur-la-sante
    .
    On en revient donc toujours au même : cette chaleur ultra-élevée attestée de 1000 façons, que le jetfuel et les incendies ne peuvent expliquer parce que les lieux et moments où elle a été constatée ou bien où elle est suspectée, ne correspondent pas avec les effets des incendies décrits dans la VO.
    .
    PREMIERES CONCLUSIONS ?
    .
    Que dire au bout de 5 Chroniques postées sur 23 (mais il pourrait y en avoir 1000) ? Tenter à contre-courant des médias officiels, de montrer/vulgariser les failles que ces médias ont occultées ou refusé d’investiguer dans l’enquête officielle, au travers de réactions personnelles lorsque j’ai découvert les arcanes de ce dossier, nécessite 2 fois plus d’énergie que de suivre le fil des vérités admises officiellement. Car nous n’avons pas droit à l’erreur, tandis que les exemples d’erreurs jamais corrigées dans nos médias pullulent, simplement parce que les corriger signifierait déjà accorder trop de crédit à de simples citoyens français sceptiques, mais qui ont le soutien tacite de millions de concitoyens dans le monde, et notamment des quelques dizaines de familles de victimes encore « récalcitrantes » malgré les 1,8 millions d’USD versés en moyenne aux autres, le prix du silence.
    .
    Je trouverai toujours curieux que le reste de nos concitoyens préfère faire confiance à des individus « officiels » forcément à la fois juge et partie dans ce dossier d’une infinie complexité, et présentant des aberrations infinies, plutôt qu’à des concitoyens dépourvus d’intérêts à défendre, autres que les mêmes que les leurs, en solidarité avec les familles de victime qui ont refusé les compensations ! Que cette quête de vérité soit obscurcie par une multitude de « rigolos » et autres « désinformateurs » ou « cerbères médiatiques » pratiques à mettre en avant quand on veut occulter le débat faute d’arguments n’y changera rien et à vrai dire ne trompe plus grand monde. Les faits advenus sont têtus, et ne se tairont que le jour où nous les aurons compris.




  • Récompensé d’un césar, François Ruffin délivre un magnifique discours engagé - Les Inrocks
    http://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/recompense-dun-cesar-francois-ruffin-delivre-magnifique-discours-engage
    http://statics.lesinrocks.com/content/thumbnails/uploads/2017/02/capture-decran-2017-02-24-a-22-32-20-tt-width-1200-height-630-fill-0-crop-1-bgcolor-000000.png

    Récompensé du César du meilleur film documentaire pour “Merci patron”, François Ruffin a profité de cette récompense pour dénoncer les multiples délocalisations qui frappent depuis plusieurs décennies le pays. “Pourquoi ça dure comme ça depuis 30 ans ? Parce que ce sont des ouvriers qui sont touchés et personne n’en a rien à foutre”, a déclaré avec émotion le réalisateur. Interpellant François Hollande sur la situation 200 salariés de l’usine de sèche-linge Whirlpool à Amiens, promise à la fermeture, Ruffin lui a demandé “de se bouger le cul” avant la fin de son quinquennat. Devant des ministres éberlués, le rédacteur en chef de Fakir a réussi à mettre la classe ouvrière au coeur des préoccupations.

    https://www.dailymotion.com/video/x5d38tg_le-discours-engage-de-francois-ruffin-pour-merci-patron-cesar-d


  • De la méthode des projets de fusion des communes : du passage en douce au passage en force 21 août 2016 / desembuleur

    https://cifsom.wordpress.com/2016/08/21/analyse-2/#more-3266

    Nous sommes nombreux à reprocher à la mairie de Saint-Ouen-les-Vignes son manque de communication à destination des habitants et son manque de prise en compte de leur avis. Mais en regardant autour de soi, on se rend compte qu’il s’agit d’une généralité. Très souvent, les fusions sont décidées dans l’urgence, sans véritable projet. Presque partout, les habitants déplorent le fait de ne pas avoir été informés suffisamment, ni suffisamment tôt. Notre site regorge d’exemples que chacun peut aller consulter en cliquant sur la page « ailleurs ». Pourquoi cela ? S’agit-il, de la part des élus, de mépris pour leurs administrés, de maladresse généralisée, d’une manipulation de l’Etat… ?

    Beaucoup de conseils municipaux ont donc usé de la même méthode qu’à Saint-Ouen, mais il faut leur rendre justice : ils y sont « encouragés » par un calendrier imposé par le gouvernement qui, en reculant de 6 mois en 6 mois la date butoir pour la hausse de dotation sur trois ans oblige les élus locaux qui sont attirés par cette hausse de la DGF, comme les mouches par la lumière bleue qui les électrocute, à travailler dans l’urgence absolue.

    https://i0.wp.com/www.laboiteverte.fr/wp-content/uploads/2016/08/borderless-sziyi-tuan-02.jpg

    Car la vérité est là : sans cette carotte financière aucune commune ne songerait à fusionner. La preuve : 15 fusions entre 2010 et 2014, 600 depuis 2015 et le début des « carottes » (à l’ambiguïté sémantique délicieuse) prolongées de 6 mois en 6 mois.

    C’est ainsi que l’on trouve des habitants de communes ayant fusionné, incapables de dire ce que cela va changer pour eux, ce que cela va leur amener et des élus qui commentent le projet, mais seulement une fois que celui-ci est voté et adopté.

    https://www.dailymotion.com/video/x3m0y6f_commune-nouvelle-essarts-en-bocage-reactions-des-habitants_news

    Nous sommes si loin des principes démocratiques que cela ne peut provoquer finalement qu’une forme de sidération comme lorsqu’on tombe sur ce reportage que l’on ne peut décemment pas qualifier de journalisme tant le parti pris est flagrant. Les habitants interrogés n’ont manifestement aucune information sur rien. Ils sont incapables de dire quoi que ce soit de précis sur cette fusion, ce qui ne dérange visiblement pas le journaliste.

    Les pauvres habitants montrés savent à peine de quoi on leur parle et ont le sentiment de jouer à un jeu télévisé : ont-ils trouvé la bonne réponse ? Ont-ils répondu ce qu’il fallait ? Le candidat n°1 répond : « Les Essarts en Bocage à priori c’est pas mal puisqu’on est dans le bocage, c’est pas mal », le candidat n°2 répond : « Je suppose que dans l’ensemble ça va bien se passer », le candidat n°3 répond : « ça va changer nos lois mais autrement oui pourquoi pas »
    Est-ce de savoir que personne ne pourrait donner une explication plus fournie, plus argumentée, plus précise qui a poussé le journaliste à arrêter là et à diffuser ce micro-trottoir ?

    Ces gens n’ont clairement aucune idée de rien et tout s’est fait à leur insu. N’y a t-il pas là quelque chose de profondément gênant ? Il est donc possible que le territoire sur lequel on vit depuis des années, voire des générations, soit totalement modifié du jour au lendemain sans qu’on en soit informé ni consulté ? Sans que ne soit demandée une quelconque « autorisation de travaux » ? C’est malheureusement ce qui leur est arrivé ainsi qu’à tant d’autres habitants d’autres communes.

    Et après ce micro trottoir attristant arrive un personnage dont on ne sait pas bien qui il est mais qui ne semble pas embarrassé de justifier après coup le choix de la fusion en une seule commune de 8 000 habitants d’un territoire aussi vaste que Paris. Certaines personnes se retrouveront à 20 kilomètres de leur mairie, oui mais « Nous avons gardé des mairies déléguées » déclare t-il. La belle affaire quand on sait qu’une mairie déléguée n’a comme attribution que l’Etat Civil et qu’un conseil de mairie déléguée n’a qu’un avis consultatif à proposer !
    Voici le premier cas de projet de fusion, celui qui « se passe bien » d’un point de vue institutionnel, car les institutions aujourd’hui ne sont souvent plus là pour défendre une idée de société démocratique et sociale mais pour faire appliquer coûte que coûte des projets décidés en vase clos contre l’avis des gens. Les exemples nationaux abondent tant que nombreux sont les citoyens qui ont renoncé à l’espoir.

    Le second cas de projet de fusion est celui qui « se passe mal ». Pourquoi se passe-t-il mal, celui-là ? Parce que les habitants s’en mêlent. La méthode douce ne suffira pas car les habitants ont pris connaissance du projet suffisamment tôt pour réagir et tenter de peser de tout leur poids.

    Dans ce cas, des fuites dues à des conseillers d’opposition, des habitants plus soudés, organisés et décidés, suffisent à être ce grain de sable dans la machine à broyer institutionnelle et les citoyens réclament alors des explications, veulent être entendus et arrivent à rendre explicite la mécanique liberticide à l’oeuvre derrière cette réforme territoriale.

    Liberticide par son projet : supprimer l’échelon de la démocratie locale, l’éloigner des habitants au profit des partis politiques professionnels, retirer des services publics.
    Mais aussi liberticide par la méthode : passage en douce qui se transforme en passage en force lorsque le pot-aux-roses est découvert.

    https://www.dailymotion.com/video/x47fw1m_fusion-guingamp-graces-les-elus-pas-a-la-noce_news

    Il est facile de faire de la pédagogie une fois que le projet a été voté par le conseil municipal et acté par le préfet. Pour ces élus, personne n’a rien à dire parmi les habitants car les administrés sont coupables de leur ignorance même si eux ont tout fait pour la maintenir en ne dévoilant pas les choses. Il n’est pas rare que les conseils municipaux reprochent aux habitants leur manque d’intérêt habituel pour la vie de la commune et soient tentés de dire que cette indifférence de leurs administrés leur interdit de donner leur avis cette fois-ci.

    D’ailleurs, les habitants ressentent une certaine culpabilité et, souvent, ne se sentent en effet pas autorisés à contester. C’est peut-être le cas aux Essarts en Bocage. Laquelle des personnes interviewées lors du micro-trottoir va aller se plaindre ? Et comment ne pas comprendre l’immense sentiment de vide que ces personnes peuvent éprouver ? Trompées et dans l’impossibilité de se plaindre, voilà un sort fort peu enviable.

    Les habitants de Grâces, eux, ont eu la chance d’être informés de cette fusion. Est-ce le hasard qui s’en est mêlé ? On ne sait pas, mais eux ont cette chance de ne pas découvrir, un matin au réveil, que leur commune a fusionné, son territoire ayant donc été modifié, que les services publics vont s’éloigner, que des coûts supplémentaires seront transférés à leur portefeuille.

    Ils ont cette chance contrairement à toutes ces communes du Maine-et-Loire par exemple, à tous ces habitants à qui on n’a pas pris la peine d’expliquer les choses et de leur « soumettre » l’idée. Quoi ! répondent les technocrates du Commissariat Général à l’Egalité du Territoire, soumettre un beau projet comme cela au peuple ? Et puis quoi, encore. Vous voudriez peut-être le faire voter ?

    #démocratie
    #anti_démocratie
    #politiques_professionnels
    #ps
    #démocratie
    #France

    https://seenthis.net/messages/518308 via BCE 106,6 Mhz



  • Sur #France_Inter, clameur publique et service public
    https://blogs.mediapart.fr/blog/antoine-perraud/290515/sur-france-inter-clameur-publique-et-service-public

    Et soudain la clameur ! Une houle sonore, communicative, sur France Inter, vendredi 29 mai 2015 à 8h20, quand Martin Hirsch est interrogé en direct – la station s’est délocalisée depuis le petit matin à l’hôpital Georges-Pompidou, à Paris. Magie de la radio. Jusque-là, l’auditeur avait perçu la réverbération inhabituelle du lieu. Ceux qui causaient dans le poste n’étaient pas confinés dans un studio : régnait une couleur sonore prometteuse…

    Tout à coup, contre le directeur général de l’Assistance publique détricoteur de 35 heures, voici que le hourvari du personnel hospitalier s’impose aux oreilles et aux tripes de l’auditeur : fabuleux pouvoir d’évocation, récapitulant 1789, 1830, 1848, 1871, 1936, 1968, voire 1995 (contre un Alain Juppé qui n’incarnait pas encore l’option humaniste et modérée face à la menace lepéno-sarkozienne !).

    Sur France Inter, la fureur d’agir contre la réforme hospitalière imprime la cadence. Le cri du peuple sature l’espace. La voix experte et rassurante d’un patron se retrouve couverte par la masse tonitruante de ses subordonnés révoltés. Un son prérévolutionnaire envahit les ondes publiques.

    L’animateur de la matinale, Patrick Cohen, n’écoutant que son courage de Monsieur Loyal, réclame le silence et menace de tout arrêter : si les vociférations persistent, il ne sera plus question de l’hôpital à l’antenne.

    https://www.dailymotion.com/video/x2rx4p9_martin-hirsch-chahute-dans-la-matinale-de-france-inter_news

    Le #journalisme retrouve alors le piège et les ornières qui lui font perdre, un peu plus chaque jour, sa créance dans l’esprit public : apparaître en supplétif du pouvoir. Des pouvoirs. De tout pouvoir. Du premier pouvoir à passer par là…

    Le journalisme devrait être un reflet plutôt qu’un barrage, une éponge de préférence à une carapace. Endiguer l’événement, faire obstacle aux aléas, déjouer un coup de théâtre : ce n’est pas de son ressort.

    Quand la foule met le feu aux barrières d’octroi du mur des fermiers généraux dans la nuit du 12 au 13 juillet 1789, l’échotier, que le hasard aura placé là en direct, ne fait pas la morale au nom des instances encore debout. Il ne freine point : il rend compte, retrace, témoigne, accompagne à distance, informe.

    Patrick Cohen, victime d’un dispositif conçu pour dévoiler autrui mais révélant brusquement soi-même, fait taire ce qui surgit, réprime l’émeute. De sa propre initiative, il agit telles les autorités qui interdirent tout direct, au Quartier latin, au plus fort de Mai-68 : la radiodiffusion française n’est pas là pour aimanter mais pour chloroformer ! Jugulons la sédition au nom de la pédagogie, du didactisme – voilà le cahier des charges que se fixe Patrick Cohen face à la foule étourdissante qui hurle autour de lui.

    France Inter a manqué l’occasion de se situer au cœur du tapage de l’Histoire, au lieu de simplement valider, dans sa bulle, la progression des choses. Supporterons-nous longtemps que nos petites oreilles soient privées du son de la vie, tandis que de grandes oreilles se renseignent sur la moindre pulsation de nos existences ? La #radio de #service_public n’a fait qu’illustrer, de façon criante, l’inégalité d’enregistrement qui règne en ce pays, où la voix du Tiers état n’a d’autre choix que d’être épiée ou comprimée.

    http://seenthis.net/messages/375328 via La SPARF